Archives par étiquette : journée d’étude

Journée d’étude du CVUH : La vulgarisation des savoirs historiques, quel enjeux ?

« Vulgarisation » : voilà une notion que d’aucuns considèrent comme très encombrante tant elle véhicule un arrière­‐goût de simplisme ou de sabotage de la noblesse du savoir académique. Pour autant, la nécessité de rendre accessibles à tous des savoirs produits par la communauté scientifique relève d’une éthique de la recherche qui ne se pense pas enfermée dans sa tour d’ivoire et soumise aux seules règles de la cooptation.

La vulgarisation de l’histoire peut donc s’entendre comme un usage public de l’histoire permettant de produire du bien commun ; elle participe à la ventilation des savoirs et à la construction d’une intelligence collective du passé. En ce sens, la vulgarisation de l’histoire, loin d’être une trahison du savoir savant, pourrait bien apparaître comme une mesure de salubrité démocratique. Soumise à des injonctions de vérité, devant déjouer toute trahison ou instrumentalisation, l’histoire vulgarisée jouit de la liberté créative de la fiction, de l’art, et d’autres multiples lieux dont certains restent encore à inventer.

Pour ne pas la laisser aux mains de faussaires souvent au service de la revitalisation d’idéologies réactionnaires, nous avons souhaité, par cette journée, contribuer à dessiner les contours d’une vulgarisation de l’histoire socialement utile et éthiquement irréprochable.

Le 8 juin 2013, s’est tenue une journée d’étude du CVUH consacrée aux enjeux de la vulgarisation des savoirs historiques. Plusieurs membres du collectif étant présents, nous élargissons son écho en mettant en ligne les premières traces de celle ci. Quelques photos et enregistrements audios qui rendent compte des échanges de la matinée plus articulés en un thème :

Des savoirs académiques aux savoirs vulgarisés, enjeux, glissements, risques.

1ère table ronde : Aux sources de la vulgarisation, l’école capétienne par William Blanc, doctorant en histoire médiévale.

Vous pouvez écouter son intervention en téléchargeant  le fichier à partir de ce lien.

* * * * * *

2ème table ronde : Nécessité et aléas de la vulgarisation en histoire africaine par Catherine-Coquery Vidrovitch, professeur émérite de l’université Paris-Diderot.

Vous pouvez écouter son intervention en téléchargeant le fichier à partir de ce lien.

* * * * * *

3ème table ronde : En quoi la vulgarisation interroge-t-elle les savoirs constitués? Réflexions à partir du livre « Conversation sur la naissance des inégalités ». par Christophe Darmangeat, économiste, Université Paris Diderot.

Vous pouvez écouter son intervention en téléchargeant le fichier à partir de ce lien.

To be continued….

Vulgariser les savoirs historiques, quels enjeux ?

Rédactrices : Laurence De Cock & Véronique Servat

Journée d’étude organisée par le

Comité de Vigilance face aux Usages publics de l’histoire

le 8 juin 2013

Vulgariser les savoirs historiques, quels enjeux ?

Cette journée est dédiée à Thierry Aprile, notre ami trop tôt disparu, qui, entre autres choses, avait mis la saveur de sa plume au service de la fiction historique pour les enfants.  

Elle se tiendra au Centre Mahler, Université de Paris 1 Panthéon Sorbonne, 9 rue Mahler, Paris 4ème, Métro Saint Paul.

 

L’accueil des participants débutera à 9h30.

« Vulgarisation » : voilà une notion que d’aucuns considèrent comme très encombrante tant elle véhicule un arrière-goût de simplisme ou de sabotage de la noblesse du savoir académique. Pour autant, la nécessité de rendre accessibles à tous des savoirs produits par la communauté scientifique relève d’une éthique de la recherche qui ne se pense pas enfermée dans sa tour d’ivoire et soumise aux seules règles de la cooptation.

La vulgarisation de l’histoire peut donc s’entendre comme un usage public de l’histoire permettant de produire du bien commun ; elle participe à la ventilation des savoirs et à la construction d’une intelligence collective du passé. En ce sens, la vulgarisation de l’histoire, loin d’être une trahison du savoir savant, pourrait bien apparaître comme une mesure de salubrité démocratique. Soumise à des injonctions de vérité, devant déjouer toute trahison ou instrumentalisation, l’histoire vulgarisée jouit de la liberté créative de la fiction, de l’art, et d’autres multiples lieux dont certains restent encore à inventer.

Pour ne pas la laisser aux mains de faussaires souvent au service de la revitalisation d’idéologies réactionnaires, nous avons souhaité, par cette journée, contribuer à dessiner les contours d’une vulgarisation de l’histoire socialement utile et éthiquement irréprochable.

**** Programme de la Journée ***

Matin : 10h-13h : Des savoirs académiques aux savoirs vulgarisés : enjeux, glissements, risques.

10h : Accueil et Introduction de la journée : Laurence De Cock & Véronique Servat, membres du bureau du CVUH, organisatrices de la journée.

Présidente de séance : Laurence De Cock

10h15- 10h40 : Aux sources de la vulgarisation de l’Histoire en France ? L’école capétienne par William Blanc, doctorant en histoire médiévale.

10h40- 11h05 : Nécessité et aléas de la vulgarisation en histoire africaine par Catherine Coquery- Vidrovitch, Professeur émérite d’histoire africaine  à l’Université Paris Diderot.

11h05-11h30 : Débat avec la salle

11h30-12h00 : café offert

12h00-12h25 : En quoi la vulgarisation interroge-t-elle les savoirs constitués ? Réflexions à partir du livre : Conversations sur l’origine des inégalités  par Christophe Darmangeat, économiste, Université Paris Diderot.

Débat avec la salle

***Pause déjeuner***

Après-midi : 14h-17h : La vulgarisation entre transmission et démocratisation

Présidente de séance : Véronique Servat

14h- 14h30 : « Dans l’ombre de Charonne » : quelques réflexions sur la vulgarisation par le récit graphique par Désirée et Alain Frappier, auteurs.

14h30-15h15 : Le manuel scolaire, une expérience de vulgarisation par Eric Mesnard, professeur d’histoire et de géographie à  l’IUFM de l’académie de Créteil. A participé à la rédaction de manuels : Bordas (cycle 3, collection dirigée par Jean-Marie B.), le livrescolaire.fr (4ème et 3ème), Nathan 2nde et 1ére (coll. Le Quintrec), Jean-Marie Baldner, a participé  à des équipes de conception de manuels scolaires et a collaboré à la réalisation de documents pour des musées, des centres d’art, des galeries et des artistes,  Benoît Falaize, Professeur d’histoire et géographie à l’IUFM de Versailles, a contribué à des ouvrages scolaires de primaire et secondaire

15h15-16h00 : Débat avec la salle

16h00-16h15 : café

16h15-16h40 : Une tentative de vulgarisation sur internet : l’exemple du site histoire-pour-tous.fr«  par Christophe Naudin, professeur d’Histoire géographie.

Débat avec la salle

*** Clôture de la Journée ***

 

Bousculer la nation ? Journée d’étude 14 avril

La journée d’étude a eu lieu. Un compte-rendu à venir d’ici un mois sous la forme de publication des différentes contributions.

 Journée d’étude organisée par le collectif

Pour l’aggiornamento de l’enseignement de l’histoire et de la géographie

 Samedi 14 avril 2012

 Salle des fêtes, Mairie du 4e arrondissement, 2, Place Baudoyer, Paris

Pour tout renseignement, contacter patricia.legris@gmail.com  ou laur.decock@gmail.com

http://aggiornamento.hypotheses.org/

Matin

 9h45 : Accueil des participants et présentation de la journée d’études par Laurence De Cock et Patricia Legris

 10h30 : « « Histoire de France » et identité nationale » (Suzanne Citron, auteure du Mythe national)

 11h00 : « Quand les grands hommes de la nation décident. Les apports des sciences sociales pour renouveler l’enseignement de l’histoire politique » (Patricia Legris, Professeure à l’IUFM de Champagne-Ardenne

Débat avec la salle

 11h30 : « Une géographie critique du territoire national est-elle possible ? » (Cécile Gintrac, Professeure en CPGE à Enghien, et Sarah Mekdjian, Maître de conférences en Géographie, Université Pierre Mendès-France, Grenoble)

 12h00 : « Géographie de l’éveil et aggiornamento » (Micheline Roumegous, ancienne Professeure d’IUFM)

 12h30-13h00 : débat avec la salle

 Pause déjeuner

 Après-midi

 14h30 : « Bousculer l’Education nationale ? L’expérience des classes nouvelles (1945-1952) » (Antoine Savoye, Professeur des universités en Sciences de l’éducation à Paris-VIII)

 15h00 : « La doxa tyrannique de l’identitaire et l’élémentation de l’histoire qui la disqualifie » (Charles Heimberg, Professeur en didactique à l’Université de Genève)

 15h30-16h30 : débat avec la salle

 16h30 : « Bousculer l’enseignement de l’histoire, quels enjeux ? Quels possibles ? » (Laurence De Cock, Professeure en lycée à Nanterre)