Archives par étiquette : histoire en collège

Ce n’est qu’un début, continuons le combat

L’affiche de Clément

Cette année, j’ai fait un CAC. L’éducation nationale est friande d’acronymes poétiques et mystérieux : les profs se forment chez Canopé[1], les élèves ont failli suivre un Piodmep[2] pour finalement se contenter d’un modeste Parcours Avenir. L’an passé, les EPI[3] de collège 2016 ont fait couler beaucoup d’encre. Un CAC cela n’a rien à voir avec les valeurs boursières. C’est un dispositif académique initié par la DAAC[4] mobilisant des acteurs du milieu associatif et scientifique pour travailler autour de la Culture et de l’Art au Collège. Le CAC de cette année s’intitule « Lutte prolongée ». Il m’a été proposé par une association montreuilloise, la F93. Robi Morder en est l’intervenant principal pour une dizaine de séances de 2 heures consécutives auprès d’une classe de 4ème. Il guide les élèves dans la découverte des mobilisations de mai 68, de leurs modalités, de leurs territoires, de leurs ressorts, de leurs actrices et acteurs, de leurs chevauchements. « Lutte prolongée » se veut un fil tendu entre des générations qui ne se sont pas ou peu rencontrées (celle la jeunesse contestataire des années 60 finissantes et celle du XXIè siècle) mais qui peuvent avoir des choses à se dire, à partager, des luttes à prolonger, des combats à se réapproprier ou à réinventer.

Le goût des archives, la multiplicité des sources

Dans ce travail entamé en octobre, ce qu’apporte Robi Morder est déterminant. Les élèves de 4ème n’étudient pas mai 68 en cours d’histoire, et en connaissent assez peu de choses. Au moment où le travail commence en classe, la ritournelle des commémorations n’est pas enclenchée si bien que les devantures des kiosques à journaux sont plutôt muettes à ce sujet tandis que les rayonnages de Monoprix ou d’Etam[5] n’ont pas encore entamé « la révolution des prix ».

Extrait d’un cahier de CAL

Lors de notre première séance de travail, Robi a l’intelligence de soumettre à la sagacité des élèves deux cahiers de CAL[6], dont un du lycée Jacques Decourt, particulièrement fourni. Tapuscrit, il dévide les revendications des lycéen.nes sur les contenus des cours, les examens, les postures des profs, le droit d’avoir ou non les cheveux longs etc. Les élèves, immergés dans un univers éloigné de leur temps, en perçoivent pourtant immédiatement l’étrange familiarité. La rampe de lancement est efficace. Reste à tenir la cadence sur le long terme. Robi Morder, qui s’est présenté aux élèves comme un acteur des évènements de mai 68 est aussi, en classe, leur passeur d’histoire(s) : celle du jeune garçon qu’il était, soucieux de restituer ses souvenirs, celle du spécialiste des mouvements lycéens et étudiants qu’il est devenu, pourvoyeur d’archives de toutes natures. Après les cahiers, des affiches de mai 68 éditées par la RATP par exemple, de courts films d’actualités où l’on croise un des frères Léotard alors lycéen, mais aussi des syndicalistes haranguant des travailleurs en usine, permettent à la classe de s’imprégner des évènements. Les photos d’époque sont également mobilisées : nous découvrons « l’esprit des lieux »[7] cher à Ludivine Bantigny, celui des grèves et occupations d’usines, dans lesquelles les salarié.es réinventent leur quotidien : de « cet extraordinaire des lieux ouverts et transformés »[8], nous retenons la force des symboles : la façade des usines Berliet, devenues le temps du mouvement, les usines LIBERTE, en est un des plus savoureux. Plus pratique que réel dans sa temporalité, nous arpentons, guidés par Robi Morder le chemin des trois mai : le mai des étudiants, le mai des ouvriers, le mai des politiques. Les élèves consignent leurs découvertes dans leur cahier de projet.

Les usines Berliet en grève

 

Le cahier de projet d’Adèle

 

Deux moments singuliers pimentent nos explorations archivistiques : une maman d’élève me transmet une pochette bleue, venant de sa mère. Ce sont ses archives personnelles classées et conservées méticuleusement. Attachés par des trombones, protégés par des feuilles intercalaires, tracts, coupures de presse, papillons, caricatures ordonnés chronologiquement forment un émouvant assemblage. Ce précieux trésor privé circule d’abord entre mes mains puis dans celles des élèves.

Les archives personnelles de la grand-mère de Louise

Les archives personnelles de la grand-mère de Louise

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La F93, nous offre l’opportunité d’aller à Aubervilliers (notre département, la Seine Saint Denis, est un beau territoire pour l’histoire sociale si malmenée dans l’espace scolaire), au Conservatoire des Mémoires Etudiantes. Dans d’exigus bâtiments, au rez de chaussée d’immeubles d’habitation, sont stockés des centaines de cartons d’archives, parfois dans des conditions très précaires, toutes ne sont d’ailleurs pas triées ; bon nombre d’entre elles sont là en transit, elles rejoindront peut être un jour leurs voisines de Pierrefitte. Ioanna Kasapi, responsable des lieux, explique aux élèves les missions du site : ici s’entrecroisent des problématiques multiples, et si certaines sont difficiles à saisir pour les élèves, elles donnent l’occasion aux adultes d’échanger sur nos inquiétudes quant à l’avenir de ces fonds, sujet devenu brulant depuis que la ministre de la culture déploie le concept d’ « archives essentielles » pour gérer en épicière les rayonnages nécessaires à leur conservation. Quand on voit le travail titanesque de collecte et de classement effectué par le CME, il est certain que l’évènement 68 et l’écriture de son histoire, comme celle d’autres mobilisations de la jeunesse, est d’une actualité incontournable. Sur place les élèves gantés manipulent les contenus de quelques cartons, d’autres épluchent les archives photographiques conservées, tandis que leurs camarades écoutent des témoignages enregistrés. Ainsi nous cheminons dans le passé au rythme des voix parfois anonymes et souvent ordinaires de ses actrices et acteurs.

Sur les pavés

Pour autant, la richesse et la grande variété du dispositif offert ne produisent pas de miracle. Le CAC n’est ni un conte de fée, ni un long fleuve tranquille, n’en déplaise aux startuppeur.euses adeptes de la pensée magique en matière d’éducation. Dans ce genre d’expérience étalée sur une année scolaire, il y a, certes, des moments de grâce. D’autres sont moins convaincants ou merveilleux. La faute n’incombe à personne en particulier, elle est le plus souvent partagée ou liée à des aléas extérieurs. C’est le quotidien de la pédagogie : la routine produit autant de sécurité que d’inattendu, et inversement. Rien de dramatique dans tout cela, cela fait partie du « jeu ». Un jeu qui nécessite un dialogue permanent entre ses particpant.es et des fréquents ajustements.

Pour mieux se mettre dans l’ambiance du printemps 68, nous avions placé au début de notre projet une visite du quartier latin. L’arpentage du pavé parisien s’est fait avec les moyens du XXIè siècle. Guidés par une conférencière armée d’un ipad et d’un micro, nous avons remonté avec elle, casques sur les oreilles, le boulevard St Michel, puis la rue Victor Cousin. La Sorbonne nous a ouvert ses portes puis sa cour d’honneur, la façade de l’Odéon est restée sage, tandis que, plus loin, le Panthéon et la rue Soufflot n’offraient à nos yeux en quête de barricades qu’un calme routinier. L’idée était séduisante, le dispositif numérique apporte finalement assez peu de bonus mis à part le confort d’écoute de la guide dispensée, de son côté, de couvrir le bruit des voitures. Mais, d’une part, il fait un froid sibérien, et d’autre part, le quartier latin est tellement dénaturé par les boutiques de souvenir et de fringues, qu’il est bien difficile d’y faire resurgir l’ambiance d’il y a 50 ans. En outre, notre guide nous gratifie de quelques sorties malheureuses (les femmes ne travaillaient pas à l’époque). Bref, nous rentrons frigorifé.es. Ni déçu.es, ni convaincu.es. C’est un entre deux.

Les élèves de la classe, en outre, montrent un intérêt assez variable pour le projet, leur appétit fluctue selon les séances. Le quotidien des cours au collège se transpose au CAC ; changer le cadre, l’interlocuteur, les modalités de l’ordinaire du travail ne modifie guère les postures habituelles des élèves. Peu familiers des jeunes collégiens dont ils mesurent parfois mal le degré d’autonomie ou le niveau de connaissances de l’évènement, les intervenant.es peinent, en plusieurs occasions, pour ajuster leurs discours au public. C’est dans ces moments là qu’on se rend mieux compte qu’enseigner est un métier, et que le faire devant des collégien.nes nécessite des compétences différentes de celles que l’on mobilise pour d’autres audiences. L’exemple le plus frappant a lieu lorsque Anne Marie Lagrave s’installe pour deux heures dans ma salle afin de témoigner devant la classe de son parcours. Elle apporte une vision de l’histoire féminine et féministe. Nous nous étions dit que le sujet questionnerait forcément l’auditoire qui est, par le plus grand des hasards, composé d’une large majorité de filles. On est alors en plein scandale Weinstein, #MeToo et #balancetonporc envahissent les réseaux sociaux. Tout est réuni pour une belle rencontre. Mais au final, et sans que la qualité du témoignage ne puisse être remise en cause, la mayonnaise ne prend pas. Le format adopté – celui d’un face à face avec la délivrance d’un flux continu d’informations très peu structurées – nuit à l’échange. Les élèves ne sont pas outillés pour suivre, le vocabulaire technique les pénalise, l’absence de références politiques dans lesquelles les adultes se meuvent comme des poissons dans l’eau entrave leur capacité d’interaction. Le monologue est d’une longueur difficile à tenir pour les collégien.nes, alors que des lycéen.nes l’auraient plus facilement géré. Qu’à cela ne tienne, on relativise, et on repart.

L’imagination au pouvoir

Aux Beaux Arts de Paris

Le CAC n’a pas vocation à rester théorique. La phase finale de « Lutte prolongée » doit déboucher sur une production des élèves de la classe. En la matière, nous sommes, avec Robi Morder et Florise Pages qui représente la F93, au diapason. Mai 68 s’est imprimé dans la mémoire collective par ses affiches et ses slogans. Nous souhaitons d’un commun accord proposer aux élèves de se mettre dans les pas de leurs ainé.es afin de prolonger la lutte sur le terrain créatif et revendicatif, en imaginant leurs propres affiches, leurs propres revendications, et donc leurs propres slogans. L’entrée en utopie, le maniement de trois temporalités sur l’année – passé, présent, futur – nous semble pertinente. Beaucoup d’élèves ont montré des dispositions certaines pour l’expression graphique plus tôt dans l’année, la proposition semble jouable. Les Beaux Arts de Paris, sous la houlette de Philippe Artières et Eric de Chassey qui avait déjà exploré celle du mouvement punk pour la Philharmonie, donnent à voir, en mai, une exposition sur la culture visuelle de l’extrême gauche en France. A l‘aide d’un petit questionnaire qui les pousse à réfléchir sur la poétique des slogans et la composition graphique des affiches, nous y installons les élèves. Il nous reste alors peu de temps pour aboutir, le mois de mai cette année ayant l’apparence du gruyère avec un supplément de trous.

De retour en classe, Capitaine Alexandre ouvre notre première séance consacrée aux productions.

Noémie se promène en utopie avec Capitaine Alexandre

Par imprégnation, puis moisson de mots et ébauches graphiques le travail s’amorce. La participation est encore inégale. Quelques élèves ne rentrent pas dans le jeu. Nous prenons encore deux heures pour finaliser les affiches, réduire les visuels et les textes pour en renforcer l’efficacité, Le mardi 19 juin Karine et Kris, deux sérigraphistes sur tissu installés à Montreuil, viennent au collège. Ils ont déjà tiré en sérigraphie quelques exemplaires retravaillés des affiches des élèves.

Karine et Kris guident Louis, apprenti sérigraphiste

Cet après midi là tout le groupe met la main à la pâte. Sur les feuilles transparentes des cadres, on applique de la peinture, on pose le Canson, on étale, on presse, on vérifie l’impression, on étend des fils dans la cour, on y accroche les affiches fraichement imprimées à l’aide des pinces à linge.

Olivia et Sarah à l’accrochage-séchage dans la cour

Mai 68 reprend place dans une histoire du temps vivant, entre l’événement et nous il n’y a pas plus de distance que l’épaisseur d’une feuille de papier. Le groupe affichage se constitue, investit le hall, en recouvre les vitres d’affiches revendicatives. Les slogans fleurissent le long des rambardes, sur les poteaux : EGALITE, REVE, UTOPIE, FUTUR, REVOLUTION … le passage de témoin est réussi, l’engagement est palpable, les revendications et les aspirations sont différentes sensibles et énoncées. L’investissement se mesure aussi à l’aune des gestes faits, de l’organisation déployée pour prolonger la lutte dans tout le collège en cette toute fin d’année.

De cette nourrissante plongée dans les archives est né un atelier collectif, collaboratif et transgénérationnel de travail historien. De spectateurs-chercheurs de l’engagement et de l’action politique  dans l’histoire, les élèves, munis de leur imagination et nourris du travail mené ont proposé leurs propres rêves susceptibles de « trouver un écho auprès de leur génération » et de dessiner une autre société en réinventant sans la singer, la culture visuelle de leur ainé.es. A l’échelle d’un.e adolescent.e de 4ème, c’est ce à quoi nous souhaitions parvenir.

le travail préparatoire d’Adèle

le travail préparatoire de Sarah

l’affiche de la prof

 

l’affiche de Lucas, Thomas et Raphael

l’affiche d’Olivia

l’affiche d’HéloIse

Un grand MERCI : à Florise Pages et Robi Morder, Elodie Escoubes, Karine et Kris, aux détricoteuses qui ont suivi et encouragé ce projet.

 

[1] Canopé est le nouveau nom du Centre National de Documentation Pédagogique (CNDP)

[2] PIODMEP (Parcours d’Information, d’Orientation et de Découverte du Monde Economique et Professionnel) a remplacé brièvement le PDMF (Parcours de Découverte des Métiers et Formations). Aujourd’hui ce dispositif s’intitule le « Parcours Avenir ».

[3] EPI = Enseignement Pratiques Interdisciplinaires

[4] Direction Académique des Affaires Culturelles

[5] En mai 2018, quelques grandes enseignes commerciales se sont lancées dans une récupération douteuse de mai 68 à des fins purement mercantiles, par le biais de visuels publicitaires, ou de scénographies en magasin.

[6] Les CAL sont des brochures éditées par les Comité d’Action Lycéens, qui apparaissent avant les mobilisations étudiantes de mai. Ce sont des sources précieuses pour étudier et singulariser les trajectoires des lycéen.nes dans le mouvement qui anime la jeunesse de la fin des années 60.

[7] Bantigny, Ludivine, Des grands soirs aux petits matins, Paris, La Découverte, 2018, 449 p, p. 73

[8] Ibid.

Quand l’histoire en collège oublie ceux qui l’ont faite

RédacteurBernard GIRARD, Professeur d’histoire-géographie en collège

« Dans ce livre, les bateaux naviguent ; les vagues répètent leur chanson ; les vignerons descendent des collines des Cinque Terre, sur la Riviera génoise ; les olives sont gaulées en Provence et en Grèce ; les pêcheurs tirent leurs filets sur la lagune immobile de Venise ou dans les canaux de Djerba ; des charpentiers construisent des barques pareilles aujourd’hui à celles d’hier (…) »

 En 1977, avec La Méditerranée, L’espace et l’histoire, Fernand Braudel se penchait sur les paysages, les hommes et leurs savoirs, leurs métiers. Aujourd’hui, force est de constater que ses préoccupations de mettre en avant la civilisation matérielle ont pratiquement déserté les programmes d’histoire de collège, qui, dans leur dernière version (2009), privilégient de façon excessive l’histoire étroitement politique et institutionnelle.

 Très représentatives de ce choix, les questions au programme de la classe de 6e, centrées sur la Méditerranée antique, occultent totalement la dimension matérielle et sociale de ces civilisations pour se concentrer sur l’émergence des états et des régimes politiques mais évoquée de façon tellement réductrice et arbitraire qu’on en passe à côté de l’essentiel. Au côté des croyances et des pratiques religieuses qui se voient accorder une place démesurée, la civilisation se définit, de façon très superficielle, par le pouvoir accordé au souverain. C’est un comble : alors que depuis Hérodote les historiens considèrent l’Egypte comme un « don du Nil », les collégiens d’aujourd’hui sont laissés dans l’ignorance totale de ce qui était à la base de la richesse du pays, et donc du pouvoir des pharaons : la crue du Nil et le travail quotidien des paysans. Qu’on ne cherche pas dans les programmes de 6e la trace des paysans, des pêcheurs, des vignerons, des charpentiers chers à  Braudel : le petit peuple de la Méditerranée a disparu au profit exclusif des détenteurs de l’autorité politique. Dans la même optique, pour les élèves de 6e, les civilisations grecques ou romaines ne sont abordées que sous l’angle de leurs institutions politiques, ce qui est quand même singulièrement restrictif.

 Chose curieuse : alors que dans l’histoire des hommes, le travail de la terre est, jusqu’à une époque récente, la source principale, quand ce n’est pas quasi-unique, de l’accumulation des richesses, les paysans sont totalement ignorés des programmes scolaires. Durant toute leur scolarité en collège, les élèves n’auront droit qu’à une fugitive apparition du monde rural, en classe de 5e, dans le cadre de la seigneurie féodale.

 Comme les  ouvriers ne sont guère mieux lotis, rapidement mentionnés en classe de 4e, on est bien obligé de constater que, pour l’histoire au collège, les travailleurs, à force de se faire discrets, en deviennent invisibles, jugés peu dignes, sans doute, de compter au nombre des « acteurs de l’histoire », titre que les auteurs des programmes réservent sans l’ombre d’une hésitation, aux « grands personnages », comprenez les chefs politiques et militaires.

 Des chefs politiques et militaires auxquels les programmes scolaires persistent à réserver la part du lion, avec, notamment en 4e et en 3e de fastidieux développements sur « l’évolution politique de la France, de 1815 à 1914 » ou encore « la vie politique en France au 20e siècle », thème qui occupe à lui tout seul pas moins de 35% du temps consacré à l’histoire en classe de 3e. Cette domination du fait politique et institutionnel, est d’ailleurs confirmée par la liste des « repères historiques » exigée en fin de collège : sur 43 dates, 35 relèvent du champ politique, d’ailleurs très majoritairement national, ceci en dépit de la prétention des auteurs à affirmer que leurs programmes « veillent à l’équilibre entre les différents champs de l’histoire ».

 L’indifférence (ou le mépris ?) affichée pour l’histoire des faits matériels, et plus généralement pour l’histoire sociale, n’est pas sans incidence sur les apprentissages des élèves, rapidement démotivés par une approche difficile, voire hermétique, portant sur des concepts abstraits peu stimulants pour leur âge, impropres à répondre à leur curiosité encore vive. Malgré toute sa bonne volonté et beaucoup d’imagination, l’enseignant aura toujours du mal à donner du sens à des questions comme l’émergence des cités-états mésopotamiennes ou les institutions de la république romaine à son public d’enfants de 11 ans. Que les auteurs des programmes ignorent à peu près tout de l’âge des élèves n’est malheureusement pas une chose nouvelle.

 Indépendamment de cela, on peut poser comme hypothèse que l’écriture des programmes scolaires n’est pas neutre, qu’elle met en œuvre des choix qui reflètent des conceptions, des préférences, une idéologie. L’histoire en collège s’inscrit dans un récit dominé par les faits politiques, diplomatiques et militaires, ses acteurs restent très majoritairement ceux qui ont été à même de s’illustrer dans le cadre de l’histoire politique et militaire. C’est-à-dire, au final, une infime partie de l’humanité passée. Privilégier, dans le cadre de l’histoire scolaire, l’identité politique et, d’une certaine façon, nationale, des individus équivaut à leur refuser toute dimension sociale ou bien encore à placer l’identité sociale dans un état de sujétion par rapport au fait politique et national.

 Si, indéniablement, le programme d’histoire peine à faire sens auprès des collégiens, il n’en va probablement pas de même pour ses rédacteurs.

 http://journaldecole.canalblog.com