Archives par étiquette : histoire contemporaine

L’histoire du monde au XIXè siècle

Rédacteur : Laurent Gayme

Pierre Singaravélou, Sylvain Venayre (dir.), Histoire du monde au XIXe siècle, Fayard, 2017, 718 p.

L’Histoire du monde au XIXe siècle, travail collectif qui a duré huit ans, rappelle moins l’Histoire mondiale de la France (parue début 2017, à laquelle ont participé plusieurs auteurs dont les deux initiateurs du projet, Pierre Singaravélou et Sylvain Venayre) que l’Histoire du monde au XVe siècle, par son titre, son format et son plan (très voisin), son éditeur (Fayard) et la présence de Patrick Boucheron (sur l’éruption du Kralatoa en 1883) parmi ses 90 auteurs (dont une dizaine d’auteurs étrangers, traduits par Perrine Chambon et Odile Demange). Elle participe, en insistant sur les travaux francophones mais sans négliger les travaux anglophones nombreux dans les bibliographies de fins de chapitres, du courant historiographique de l’histoire globale ou mondiale, illustré ces dernières années pour le XIXe siècle par les essais individuels de Christopher Bayly (The Birth of The Modern World (1), 2004) et Jürgen Osterhammel (Die Verwandlung der Welt (2), 2009) :

 « En réunissant des historiens très majoritairement français, il s’agit aussi de faire entendre une autre voix que celle d’une World History massivement anglophone et très largement ignorante de l’historiographie française. Pas de nationalisme pervers ici, qui ferait semblant de congédier la France pour mieux la réintroduire sous la forme du Monde : ce qui est en jeu, c’est la possibilité de faire connaître des travaux qui n’ont pas été pensés en anglais. La francophonie, dans sa meilleure acception, est aussi un effort pour faire reconnaître la diversité. » (p. 14).

La première partie du livre, « L’expérience du monde », pourra sembler attendue, qui traite de grands thèmes généraux comme la démographie, les transports et communications, les échanges, l’industrialisation, l’urbanisation, les idées et pratiques révolutionnaires, les guerres, les colonisations, l’imprimé, etc., bref de la présentation de phénomènes de transformation du monde. Elle est pourtant écrite avec le souci constant d’échapper à l’européocentrisme, de « provincialiser » l’Europe et d’envisager les phénomènes à l’échelle globale. Par exemple le chapitre sur l’industrialisation souligne que celle-ci

« ne désigne pas un processus simple et unique qui serait né quelque part dans le nord de l’Angleterre avant de se diffuser à l’échelle mondiale selon une série de cercles concentriques inéluctables et aisément repérables sur la carte. L’industrialisation fut d’abord un processus de longue durée, un mouvement incertain et discontinu, façonné par l’existence de multiples trajectoires concurrentes, par des interactions et circulations à grande distance, encouragées par l’intensification des échanges et la mondialisation commerciale. À partir du milieu du XIXe siècle, l’industrialisation s’affirme plus nettement comme un phénomène européen et nord-américain alors que les inégalités mondiales se creusent, bien que les situations demeurent très variables et qu’il a existé des gagnants et des perdants partout, en Europe, comme en Asie et en Afrique. » (p. 106).

De la même façon, le chapitre sur les migrations ne se limite pas aux migrations européennes et à l’Atlantique, mais traite aussi de l’Océan indien et du Pacifique, de l’Asie et de l’Afrique, de l’émigration des Chinois ou des Indiens. Et le décentrement géographique et historique oblige, de façon bénéfique, à un décentrement conceptuel :

 « Comment définir la révolution dans une perspective globale ? Le déplacement d’échelle impose, en réalité, une profonde révision de l’un des concepts clés de la « modernité occidentale ». Si l’on accepte d’étendre la révolution à d’autres espaces que ceux qui enfantèrent les démocraties représentatives et l’idée communiste, il faut accepter que certaines d’entre elles ont été tentées au nom de valeurs que nous jugeaons, aujourd’hui, « traditionnelles », voire réactionnaires : protection de la communauté locale et de ses droits, religion, défense d’un souverain idéalisé ou d’un ordre ancien réinventé pour les effets de la cause. Dipesh Chakrabarty se demandait, par exemple, si une grève insurrectionnelle des ouvriers du textile à Calcutta était moins révolutionnaire parce qu’elle invoquait la protection des dieux ? Et les révoltés de Saint-Domingue, qui en appelèrent d’abord au roi de France puis s’allièrent aux monarchies espagnole et britannique, étaient-ils moins « modernes » que les insurgés parisiens des Trois Glorieuses ?

Si ces conditions sont acceptées, on pourra nommer « révolutionnaires » les mouvements, actions, personnes, sociabilités ou idées qui cherchèrent à détruire ou à subvertir un ordre sociopolitique existant au nom d’une légitimité alternative, fondée sur une conception inédite de la loi, divine ou humaine, de la souveraineté ou de la société. Cette conception de l’idée révolutionnaire doit suspendre tout jugement a priori sur son caractère positif ou négatif. «  (p. 123).

La deuxième partie, « Les temps du monde », propose une chronologie du XIXe siècle, de l’indépendance d’Haïti en 1804 à la révolution chinoise de 1911. On y trouve de nombreux événements familiers pour l’histoire du XIXe siècle, comme le Congrès de Vienne, les révolutions d’Europe en 1830, le « printemps des peuples » en 1848, la guerre civile aux États-Unis ou le Congrès de Berlin et d’autres moins habituelles comme la fondation du Brahmo Samaj (1828), la réforme des Tanzimat (1839), le traité de Waitangi (1840) ou le suffrage des femmes en Nouvelle-Zélande (1893). En quelques pages, l’événement est toujours l’objet d’un traitement soucieux à la fois de mise au point historiographique et d’élargissement géographique, international voire global si possible, du propos, mais sans chercher à tout prix l’exotisme chronologique.

La troisième partie, « Le magasin du monde », dépeint un XIXe siècle des 23 objets ou produits (23), illustrés dans un cahier central et retenus parce qu’ils devaient

« être caractéristiques du XIXe siècle, soit dans leur forme, leur interprétation ou les usages qu’en faisaient les contemporains ; être susceptibles d’appropriations dans une grande partie du monde, avec quelques exceptions régionales ; circuler et s’exposer enfin. » (p. 18).

On trouvera donc aussi bien le charbon, le caoutchouc et le thé, que le barbelé et le fusil, le tatouage et les estampes, la Bible et les Corans, etc. C’est le résultat d’un choix : Pierre Singaravélou et Sylvain Venayre décrivent, dans leur introduction, une sorte de

 « Salon des refusés, notamment pour cause d’auteurs introuvables ou démissionnaires . Dans cet inventaire à la Prévert, ce sommaire contrefactuel, figureraient la momie et le parapluie, le cigare et le piano, la médaille et le timbre, le stéréoscope et la bicyclette, le gramophone et l’album, le menu gastronomique et le drapeau, la lanterne magique, le téléphone, l’harmonium, le vaccin, le jeans, l’allumette ou l’ampoule. » (p. 19).

La dernière partie est consacrée à une approche géographique du monde au XIXe siècle, découpé en dix grandes régions correspondant en gros aux principales aires culturelles du monde (mais bien sûr et heureusement pas à la Huntington), en Asie (Asie orientale, monde malais, monde indien, monde russe)  dans le Pacifique, en Amérique (latine et du Nord), au Proche et au Moyen Orient, en Afrique et en Europe :

« Pourquoi reprendre à notre compte ces cadres spatiaux – « Pacifique », « Amérique latine », etc. – qui ont été inventés par les Européens avant de faire l’objet de réappropriations, à partir de la seconde moitié du XIXe siècle, par une partie des élites autochtones ? Parce qu’il n’existe pas d’échelle d’observation idéale, d’où l’historien pourrait totaliser les différentes manières de voir. Comme l’affirme justement Roger Chartier, cela « dépend de ce que l’historien veut voir ». Tout espace, quelque soit l’échelle retenue, non seulement résulte de la contingence historique, mais trahit également l’imaginaire et le choix intellectuel du chercheur. Dans ces conditions, les « aires culturelles » constituent une fiction utile et nécessaire, pour provincialiser l’Europe, c’est-à-dire instaurer a priori une forme, d’équilibre artificiel entre les différentes régions de la planète. Ce découpage imparfait répond à l’un des principaux défis de l’histoire-monde:permettre un récit historique qui ne se focalise pas sur un centre unique. Il facilite le travail de mise au jour de « modernités » alternatives, comme autant de preuves de la dimension multipolaire de la mondialisation. » (p. 18).

Autant de tableaux régionaux qui dessinent donc d’autres histoires, d’autres constructions nationales ou impériales, d’autres révoltes et révolutions, différentes mises en contacts entre ces espaces.

L’ouvrage, qui était ouvert par une introduction de Pierre Singaravélou et Sylvain Venayre intitulée « Comment nous sommes devenus contemporains » se termine par un épilogue de Christophe Charle sur « Le long XIXe siècle ». Au final, les auteurs présentent le XIXe siècle comme un siècle d’unification du monde, de mondialisation, mais aussi de résistance ou d’indifférence profonde à cette dernière, qui « apparaît de moins en moins comme un processus à sens unique d’occidentalisation » (p. 19). Il vaudrait d’ailleurs mieux couper le siècle en deux :

Cette Histoire du monde au XIXe siècle offre un tableau passionnant du siècle, volontairement éclaté, « façon puzzle », et c’est cet éclatement qui oblige à décentrer le regard, à réviser les concepts, à considérer la multipolarité des phénomènes, leurs croisements et influences réciproques, loin du récit linéaire d’une Europe puis d’un Occident dominants. Rappel et éloge utiles de la complexité,  en ces temps, éditoriaux et médiatiques, de promotion d’une vision plus simple/simpliste, franco-française, voire nationaliste et/ou identitaire, de l’histoire de France, et au-delà de l’histoire de l’Europe et du monde. Penser global donc, pour penser aussi local et complexe : alors qu’on discute nouveaux programmes d’histoire et de géographie, puisse la lecture de ce livre être une source d’enrichissement et d’inspiration…

 

(1) Christopher Alan Bayly, La naissance du monde moderne (1780-1914), traduit de l’anglais par M. Cordillot, Editions de l’Atelier – Le monde diplomatique, 2007, 863 p.

(2) Jürgen Osterhammel, La transformation du monde, une histoire globale du XIXè siècle, traduit de l’Allemand par H. van Besien, Paris, Nouveau Monde éditions, 2017, 1483 p.

 

Le Chili dans les veines. « Là où se termine la terre » de A&D Frappier

Rédactrice : Véronique Servat

laouseterminelaterre-couvPoint aveugle des programmes d’histoire, l’Amérique Latine est pourtant un continent vers lequel nous gagnerions à tourner plus souvent et différemment nos regards. Contraints, ils ne portent guère plus loin que ce moment toujours présenté comme fondateur de la « découverte de l’Amérique par Christophe Colomb. ». À défaut de pouvoir se plonger dans les soubresauts de son histoire contemporaine en classe à l’appui de nos intitulés de programmes, invitons élèves et collègues à arpenter un chemin de traverse, hors les murs, à la faveur d’un itinéraire balisé par Désirée et Alain Frappier. Destination le Chili du second XXè siècle, décor de leur 4ème roman graphique.

Nous connaissons bien les deux auteurs pour leurs ouvrages précédents – Dans l’ombre de Charonne publié en 2012, La vie sans mode d’emploi (2014), et enfin Le choix (2015)et pour leur disponibilité auprès des professeurs et des élèves avec lesquels ils ont mené différents projets pédagogiques ou présenté de nombreuses fois leur travail. Ceux qui les ont lus, ont apprécié, en amont, la rigueur de leur travail de recherche documentaire et de leurs restitutions historiques, la pertinence de leurs collectes d’archives rehaussée de témoignages ; leur appétence pour une his toriographie critique, une recherche renouvelée sources de leur écriture de l’histoire engagée et militante est un autre trait marquant de leurs différents volumes. Ainsi, La décennie F. Cusset (que Désirée surnomme le petit Cusset-je) a servi d’ossature à leur récit sur les années quatre-vingt, les travaux d’E. Blanchard ont éclairé leur volume sur Charonne, les archives du MLAC ont permis de contextualiser une histoire des droits des femmes et de leurs luttes pour Le choix.

Mais un roman graphique ne vaut jamais uniquement pour sa précision historique. Le travail des Frappier ressemble à celui de funambules en recherche de l’équilibre. Pour l’atteindre, ils mêlent les visuels élégants d’Alain – mélange d’influences de grands maîtres dont il loue le travail, tel le mangaka Tanigushi, à sa propre identité graphique faite des clins d’oeil au réalisme photographique – à l’art de faire virevolter les mots en quelques phrases que Désirée maitrise avec virtuosité. On retrouve tous ces ingrédients dans le premier tome de leur dernière création, ainsi que cette habilité à articuler récit intime, trajectoire personnelle, parcours collectifs et Histoire avec un grand H.

Cela dit, et sans minorer ces atouts, Là où se termine la terre en présente de spécifiques parmi lesquels des regards d’exilés en prise avec l’actualité, une lecture des problématiques politiques, sociales et culturelles du continent à l’aide d’emboitements scalaires et un récit de vie inscrit dans ce temps où chacun pouvait contenir dans sa poche l’univers tout entier[1].

Regards d’exilé

Pour migrer vers ce bout du monde dont la géographie tourmentée – des terres arides d’Arica à Punta Arenas – vient parfois percuter le récit, mettons, à l’instar des auteurs, nos pas dans ceux de Pedro. Sa trajectoire personnelle, familiale, politique, est contée à l’aide de ses souvenirs qui tissent la trame du récit. Celle-ci rencontre la terre chilienne bien en amont de sa propre vie, quand, au début du siècle, son grand-père, originaire de Syrie, foule le sol sud-américain. Comme tant d’autres il rêvait de l’Amérique à ceci près que la sienne était plus au sud et s’appelait l’Amrik. Accroché au fil tendu de ses espoirs il débarque à Valparaiso puis à Santiago. Le père de Pedro, Guillermo, y rencontre Albina après que celle-ci ait dû quitter Concepcìon, rasée en 1939 par un tremblement de terre. Les souvenirs d’enfance de Pedro se font foisonnants ; il se remémore ce temps doux-amer, marqué par la présence d’un père, intellectuel fantasque, qui s’éclipse pour fonder une autre famille et une mère versée dans la religiosité. Quelques épisodes forts émergent de cette époque en particulier celui de la coupe du monde de football de 1960. Pedro et son frère Pablo assistent à un match et supportent l’équipe chilienne qui fait un parcours remarquable dans la compétition parvenant au seuil de la finale remportée par le voisin brésilien. Viennent aussi les premiers éveils aux questions sociales du continent évoquées à hauteur d’adolescent qui mesure chaque jour la pauvreté grandissante à sa porte. Le déchirement palpable issu de l’exil éclaire en oblique les souvenirs familiaux pour donner au récit une patine particulière sans le réduire à une nostalgie mièvre.

chili-1

Pedro grandit. L’adolescent devenu jeune adulte entreprend un grand voyage vers les terres australes du Chili. À la façon du jeune Ernesto Guevara dans ses Diarios de motocicleta, cet épisode initie davantage Pedro aux problématiques socio-politiques du pays ; il est sensible à la question indienne liée à la colonisation, aux spoliations et à l’inégale répartition des terres qu’on qualifie parfois pudiquement de « question agraire ». Pedro rejoint le MIR (mouvement de la gauche révolutionnaire) et se lance dans des activités militantes et philanthropiques d’alphabétisation puis de création au sein d’une troupe de théâtre.

chili-5

P. Freire, éducation et émancipation.

Comme la jeunesse allemande, française, états-unienne du printemps 1968, celle du Chili vibre à l’unisson des mots choisis par E. Galeano pour décrire l’ambiance singulière de cette période Nous n’avions pas beaucoup d’années sur le dos et beaucoup de désirs de faire et de dire, nous étions joyeux, acharnés, contagieux …[2] Le militantisme cimente les amitiés et offre les premières émotions amoureuses. Ces années d’initiation et d’expérimentation nous permettent de suivre l’éveil de Pedro et des ses camarades aux causes fondamentales de défense des droits humains : éducation, émancipation, droit à la dignité de tou.te.s. Ils sont alors les moteurs de l’histoire du Chili, oeuvrant à la construction d’un futur qu’ils escompte nt différent, trajectoires personnelles et histoire nationale s’écrivent conjointement.

L’arrière cour ensanglantée du voisin étatsunien

chili

L’histoire du continent sud-américain est imbriquée dans celle des Amériques. Théâtre de la guerre froide, le Chili de Pedro bruisse du spectacle de l’affrontement est-ouest, saisi par un enfant dans ses grandes lignes et figures. Dans les souvenirs de Pedro la course à l’espace avec Laïka et Gagarine, celle aux armements, est régulièrement éclipsée par les grands films qui récoltent des Oscars et les rôles endossés par les stars hollywoodiennes. L’affrontement affecte pourtant le quotidien des chiliens et tout particulièrement de ses adolescents perméables au rêve américain forgé plus au nord. Le Chili parvient toutefois à faire exister son propre univers culturel : les protest singers américains trouvent dans la nouvelle chanson chilienne de sérieux concurrents, Victor Jara et Violetta Para séduisent autant de Joan Baez et Bob Dylan.

chili-3

chili-4 chili-7

La guerre froide se réchauffe après la conquête de Cuba par les forces révolutionnaires emmenées par Castro entre 1959. La prise de pouvoir des castristes puis la révolution cubaine qui installe une tête de pont communiste à quelques encablures des Etats-Unis vient bouleverser les équilibres continentaux. L’épisode de la crise des missiles en 1962 rend subitement palpable le caractère foncièrement instable de l’hypothèse d’un équilibre de la terreur. Pour Pedro, l’exemple cubain est un appel d’air qui l’autorise à recalculer à nouveaux frais l’avenir du continent tout entier. Les espoirs de justice sociale, d’émancipation de l’emprise états-unienne, les rêves de réforme agraire et de changement de la géopolitique américaine se rapprochent et prennent la forme de possibles. L’emboitement scalaire maitrisé par les auteurs permet une lecture des nouveaux équilibres politiques du continent.

chili-2

Nos luttes et nos rêves

chili-6Après 1968 l’histoire du Chili arrive à un nouveau tournant. La sociale démocratie de Frei élu en 1964 semble à bout de souffle. La répression dans les campagnes se fait sanglante[3] tandis que les sans terres (parmi lesquels de nombreux indiens Mapuche) multiplient les tomas[4]. L’épisode de la mutinerie menée par le commandant Viaux depuis la caserne de la Tacna à quelques pas du palais présidentiel en octobre 1969 sonne comme un funeste avertissement. La campagne présidentielle de 1970 met en concurrence le candidat des Etats-Unis – Alessandri, ancien président – le social démocrate Tomic et le socialiste S. Allende, soutenu par l’Unité Populaire, alliance regroupant notamment les communistes, le MAPU et le parti radical. Arpentant le pays pour y faire connaitre son programme il est élu triomphalement au soir du 4 septembre 1970. Les portes du palais de la Moneda s’ouvrent et avec elles le champ des possibles. Cette semaine là, trois ans avant le coup d’état, le voisin états-unien, par l’un de ses organes de presse les plus prestigieux, le New York Times, lançait en un avertissement en forme d’augure funeste Un coup d’état militaire serait préférable à l’arrivée au pouvoir à Santiago d’un Front Populaire.[5]

chili-8

Et soudain, un sac de toile s’abat sur la tête de Pedro, les pages deviennent noires. Le premier tome s’achève à la veille des mille jours de présidence d’Allende brusquement interrompue. La vie  de Pedro telle que nous l’avons découverte basculera avec elle.  Il faudra patienter jusqu’au prochain tome pour explorer cette partie plus sombre de son existence et de l’histoire contemporaine de son pays ;  l’exil ne l’en délivrera que partiellement, c’est certain car déjà tellement palpable.

L’épaisseur narrative et historique de Là où se termine la terre rend les lecteurs.trices impatient.e.s, qu’ils enseignent ou non. Les veines ouvertes de l’Amérique Latine[6] n’ont pas fini de saigner, et Là où la terre se termine est une puissante occasion de nous le rappeler.

 

[1] Frappier, D.&A., Là où se termine la terre, Steinkis, 2016, p. 7

[2] Frappier, D.&A., Là où se termine la terre, Steinkis, 2016, p. 159

[3] Se reporter dans le roman à l’épisode du massacre de Puerto Montt en 1969

[4] Mouvement d’occupation des terres latifundiaires.

[5] Article du New York Times cité dans Frappier, D.&A., Là où se termine la terre, Steinkis, 2016, p. 219

[6] Ouvrage de l’écrivain uruguayen Eduardo Galeano paru en 1971.