Archives par étiquette : genre

Etudes de genre : lettre aux ministres

Logo (bis)-0212345689101112 AESCP

Paris, le 21 mars 2014

Monsieur le Président de la République

Monsieur le Premier Ministre

Madame la Ministre de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche

Monsieur le Ministre de l’Education Nationale

Madame la Ministre des Sports, de la Jeunesse, de l’Education populaire et de la Vie associative

Madame la Ministre des Droits des Femmes

Madame la Ministre de la famille

Nous, enseignant.e.s et chercheur.e.s en sciences humaines et sociales[1], soutenu.e.s par de très nombreux collègues d’autres disciplines, sommes extrêmement inquiets des attaques répétées envers les études de genre (désignées par l’appellation erronée de « théorie du genre ») et des idéologies sexistes, homophobes et réactionnaires qui s’exposent à cette occasion. Nous nous alarmons du fait que, au sein d’une partie de la droite parlementaire et dans une frange de la population s’expriment publiquement et sans retenue des opinions infondées et dangereuses sur le sujet. Derrière ces attaques, ce sont des conceptions inégalitaires des rapports femme/homme et de la famille qui sont de retour sur la scène publique. C’est aussi une nouvelle remise en question du caractère scientifique de nos disciplines[2] – les sciences humaines et sociales, dégradées au rang         d’ « idéologies » – ainsi que de l’école publique et laïque dont les missions doivent concourir à fonder une véritable égalité entre les hommes et les femmes.

Après le recul du gouvernement sur la loi sur la famille, après certains propos (malheureusement aussi tenus par le Ministre de l’Education) cautionnant par exemple l’expression « théorie du genre » inventée par un cardinal catholique, la récente demande par l’UMP d’une mission d’information parlementaire sur le sujet nous préoccupe au plus haut point.

Nous avons exprimé nos inquiétudes et notre indignation en prenant part au débat public, via la publication dans Le Monde (Le Monde.fr du 12 février 2014) d’une tribune, dont nous vous adressons un exemplaire, et en signant largement une pétition (la pétition pour la défense des études sur le genre et contre la campagne de désinformation réactionnaire, également jointe à ce courrier).

Aujourd’hui nous demandons à vous rencontrer en tant que représentant.e.s d’associations professionnelles d’enseignant.e.s et chercheur.e.s qui formons des élèves et étudiant.e.s, faisons avancer les connaissances, destinons nos travaux à nos concitoyen.ne.s. Nous souhaitons soutenir les actions que vous entreprendrez pour lutter plus efficacement contre le sexisme et sa reproduction, en particulier dans les institutions scolaires publiques, mais aussi contre les soutiens politiques dont il bénéficie en ce moment.

Nous nous tenons à votre disposition pour organiser une ou des rencontres entre nous et des membres de vos services. Veuillez agréer, Monsieur le Président de la République, Monsieur le Premier Ministre, Mesdames et Monsieur les Ministres, l’expression de nos salutations respectueuses.

 Pascale Barthélemy Présidente de l’Association pour le développement de l’histoire des femmes et du genre – Mnémosyne ;

Sandra Boehringer pour le Collectif « Genre, recherche, éducation » ;

Carole Chapin Présidente de la Confédération des Jeunes Chercheurs ;

Laurent Colantonio Président du Comité de vigilance face aux usages publics de l’histoire ;

Laurence De Cock pour le collectif Aggiornamento histoire-géographie ;

Didier Demazière Président de l’Association française de sociologie ;

Julien Fretel Président de l’Association des enseignants et chercheurs en science politique ;

Marjorie Galy Présidente de l’Association des professeurs de sciences économiques et sociales ;

Nonna Mayer Présidente de l’Association française de science politique ;

Julien O’Miel Président de l’Association nationale des candidats aux métiers de la science politique ;

Florence Rochefort Présidente de l’Institut Emilie du Châtelet ;

Muriel Salle Vice-présidente de l’Association de Recherche pour le Genre en Education et Formation ;

Laurent Willemez Président de l’Association des sociologues enseignants du supérieur.

Coordonnées

Association des Enseignants-Chercheurs en Science Politique 

Site : http://www.aecsp.fr

Courriel : bureau.aecsp@gmail.com

Association Française de Science Politique

Site : http://www.afsp.msh-paris.fr/

Courriel : afsp@sciencespo.fr

Association Française de Sociologie

Site : http://www.afs-socio.fr/

Courriel : afs@pouchet.cnrs.fr / d.demaziere@cso.cnrs.fr

Association Nationale des Candidats aux Métiers de la Science Politique 

Site : http://ancmsp.com

Courriel : bureau@ancmsp.com

Association des Professeurs de Sciences Economiques & Sociales

Sites : http://www.apses.org  /  http://sesame.apses.org

Courriel : marjorie.galy@wanadoo.fr

Association de Recherche pour le Genre en Education et Formation

Site : http://www.argef.org

Courriel : muriel.salle@univ-lyon1.fr

 Association des Sociologues Enseignants du Supérieur 

Site : http://www.sociologuedusuperieur.org

Courriel : contactases@gmail.com

Collectif Aggiornamento histoire-géographie

Site : http://aggiornamento.hypotheses.org

Courriel : laur.decock@gmail.com

Collectif « Genre, recherche, éducation »

Site : http://genrerechercheeducationrencontre.unblog.fr/

Courriel : s.boehringer@unistra.fr

Comité de Vigilance face aux Usages Publics de l’Histoire

Site : http://cvuh.blogspot.fr/

Courriel : colantonio@wanadoo.fr

Confédération des Jeunes Chercheurs

Site : http://cjc.jeunes-chercheurs.org/

Contact : presidence@cjc.jeunes-chercheurs.org

Mnémosyne – Association pour le développement de l’histoire des femmes et du genre

Site : www.mnemosyne.asso.fr/

Courriel : barthelemypascale@yahoo.fr

Institut Emilie du Châtelet 

Site : http://www.institutemilieduchatelet.org/

Courriel : rochefort.florence@gmail.com

lettre aux ministres en PDF


[1] Sociologues, politistes, historiens, ethnologues, philosophes… nous représentons un large spectre disciplinaire traitant des questions de genre et comptons dans nos rangs des spécialistes de celles-ci.

[2] Le genre est un outil de recherche scientifique et il ne peut être question, sous l’effet de quelque pression que ce soit, de le remplacer systématiquement par l’expression « égalité femmes/hommes ».

Genre : « une rumeur ne se combat pas, elle se démasque »

Rédactrice : Michèle Riot-Sarcey

Entretenir la rumeur c’est interdire toute réflexion.

Une rumeur ne se combat pas, elle se démasque pour en dévoiler toute la vacuité car, se répandant, elle ravive les peurs les plus irrationnelles. Aujourd’hui, elle s’attaque à l’école.

Plus rien n’est sûr désormais, la crise économique ravage les plus démunis, l’alternative politique s’est éloignée, les problèmes dits sociétaux envahissent les médias. Le repli communautaire et identitaire semble être la seule forme de résistance sociale à l’agression des temps nouveaux dont plus personne ne maîtriserait le processus. À grands renforts d’interviews, des représentants de collectifs, figés dans un intégrisme dogmatique, s’expriment sur les réseaux sociaux et les plateaux TV tant ils craignent de perdre leur pouvoir d’influence ; des personnalités profondément insécurisées déversent des tombereaux de contrevérités sans aucune retenue.

L’identité sexuelle des enfants serait menacée à l’école par l’enseignement  de la distinction entre genre et sexe qui déstabiliserait la différence sexuelle, seule certitude identitaire pour bien des individus. Chacun sait pourtant que dans les sociétés, des métiers diversifiés sont assurés par des hommes et des femmes selon leurs aptitudes. Il reste cependant des disparités importantes dont la domination hommes/ femmes est un révélateur des hiérarchies qui non seulement perdurent, mais s’étendent, malgré les avancées juridiques .

Trop longtemps la nature de chaque individu a servi de fondement à l’assignation à des fonctions spécifiques : aux femmes étaient réservées les tâches domestiques et le code civil jusqu’en 1965 leur interdisait de travailler en l’absence de l’autorisation du mari. Un simple exemple suffira à nous éclairer. Pendant la Grande guerre, les femmes ont dû remplacer les hommes : si elles ont pu devenir  conductrices de tramway ou agricultrices menant la charrue, en revanche il a fallu un décret spécifique pour leur permettre de s’occuper du suivi de leurs enfants. En l’absence du mari, selon la loi, elles ne pouvaient prendre aucune initiative, pas même celle d’inscrire leurs enfants à l’école. Cette relégation des femmes dans l’espace familial se traduisait dans le langage. L’homme public désignait l’homme politique tandis que la femme publique révélait la prostituée.

Les études de genre, et non pas la « théorie du genre », qui chacun le sait, n’existe pas, se sont développées en France depuis les années 1990-2000, elles ont pour but de mettre au jour les inégalités entre les sexes. Le genre est un concept et une méthode de travail qui permet de rendre compte du processus de construction des rapports de domination entre hommes et femmes. Le genre fixe les identités sociales en fonction des rapports de forces et de l’évolution des sociétés.  L’enseignement du genre consiste à aider les élèves à comprendre ce processus de différenciation. Non pas comme reflet de la nature mais comme soubassement de l’organisation hiérarchique des sociétés.

De même qu’au XIXe siècle, les autorités coloniales tendaient à légitimer leurs conquêtes par une prétendue infériorité des races, les autorités politiques et morales (en ce sens l’Eglise catholique a une lourde responsabilité) n’ont cessé d’invoquer les différences biologiques pour convaincre les hommes de leur destin public et interdire aux femmes de s’occuper des choses de la cité.

C’est pourquoi le retour sur le passé est utile et même salutaire pour comprendre comment les sociétés se sont structurées hiérarchiquement, les élites dirigeantes expliquant avec force arguments que l’infériorité des catégories des plus exploitées  était inscrite dans la nature. Le cerveau des femmes comme celui des noirs auraient été moins développés, disait-on, que ceux de l’homme blanc. Les exemples abondent en ce sens, encore faudrait-il pouvoir y accéder par la volonté d’apprendre et de comprendre. De même est-il nécessaire de faire connaître les travaux récents de scientifiques qui montrent clairement la dissociation entre la différence biologique et les disparités sociales.

Difficile aujourd’hui de faire entendre cette raison critique, tant le recours à la connaissance apparaît inutile face au déterminisme pseudo économique qui triomphe. Les liens entre passé, présent et futur se délitent : la nécessité de repenser le passé apparaît sans objet quand le présent s’impose face au sentiment d’impuissance qui saisit les individus incapables de se projeter dans un quelconque avenir. Il ne reste alors que des réflexes archaïques et des certitudes mythiques, ne relevant pas même de la théologie. Réactiver les dogmes les plus conservateurs est le seul objectif des tenants de l’ordre. À nous de convaincre en valorisant la réflexion et la connaissance, à la mesure d’écrits critiques dont les siècles précédents nous ont laissé des traces.

Pour ce faire, la volonté politique de tous les ministères serait plus que nécessaire. Volonté qui ne peut se limiter aux déclarations de principes, lesquelles devraient se traduire par des actes. Commencer à la maternelle, c’est bien, mais les nouvelles directives seraient d’autant plus efficaces que la formation des maîtres, en ce domaine, deviendrait la priorité, tous enseignements confondus. Le genre est à la fois un enseignement disciplinaire et interdisciplinaire. Il exige une formation complète, laquelle dépend de l’enseignement supérieur et de la recherche.

Quelques-unes d’entre nous avons rédigé un rapport en ce sens, à la demande du Ministère de la recherche et de l’enseignement supérieur afin de couvrir la totalité des besoins (rapport remis en janvier 2012). On ne le dira jamais assez, on ne s’improvise pas spécialiste du genre dans chacune des disciplines : des sciences humaines aux sciences de la vie. La formation initiale, tout comme la formation continue requièrent un plus large développement. Les manuels scolaires sont également à revoir. Or, tout le travail en amont a été fait. Nous attendons des décisions précises, et pas simplement des engagements de principes, de la part du Ministère. Décisions qui tardent à venir.

La formation comme la transmission de connaissances sont d’autant plus exigeantes et nécessaires aujourd’hui que l’enjeu est important. La lutte en faveur de l’égalité entre les sexes – menée jusqu’à son terme –, déstabilise en effet les certitudes identitaires mais aussi les pouvoirs établis au sein de la famille et, par-delà, elle peut  bouleverser le fondement même des sociétés, toutes bâties sur des rapports de domination. Se contenter d’ajustement de conjoncture pourrait faire croire qu’il s’agit d’un combat anodin. Or, affirmer que chacun, quel que soit son sexe, est en capacité de devenir ce qu’il/elle souhaite c’est mettre en cause les pouvoirs établis à tous les niveaux.

C’est pourquoi les collectifs réactionnaires se mobilisent. Les Catholiques ont oublié que dans les temps de lutte pour la liberté de tous, on retenait de Paul que devant Dieu, il n’y avait ni esclave, ni homme ni femme, et que tous étaient égaux. De même que les conservateurs musulmans n’ont pas gardé en mémoire la femme de tête qu’était Khadîdja, épouse du prophète.

Le travail de réflexion sur le genre suppose une large diffusion des connaissances acquises depuis plusieurs décennies, c’est tout un apprentissage qu’il importe de faire connaître à un très large public.  Nombre d’entre nous, qui enseignons le genre depuis plusieurs années dans les universités, sont prêts à contribuer à cette formation.

S’en tenir à des attitudes frileuses, comme semblent l’indiquer les dernières déclarations d’un certain nombre de ministres, est irresponsable car cela laisse croire que le combat pour l’égalité devient secondaire, alors qu’au sein des jeunes démocraties, certains et certaines s’efforcent de placer cette question au premier rang des mesures à prendre. Les autorités actuelles françaises se doivent de les accompagner sans laisser entendre qu’elles pourraient les désavouer.

 NDLR :  Texte paru dans l’Huma dimanche du 13 février, reproduit ici avec accord de l’auteure

Enseigner l’histoire du genre et des sexualités : réflexions et propositions

 Rédacteur : Mickaël Bertrand

Depuis quelques semaines, les débats autour de la question du genre à l’école ont été encore une fois rallumés par des militants récemment confortés dans leurs convictions par le recul du gouvernement français sur la « loi Famille », et notamment sur les promesses de campagne liées à la procréation médicalement assistée. Non content d’être parvenus à bloquer un projet de loi, ces groupuscules réactionnaires voudraient désormais intervenir dans l’écriture des programmes scolaires, dans les choix des livres disponibles dans les bibliothèques, voire directement dans les établissements et les salles de classes par l’intermédiaire de comités de vigilance chargés de surveiller les équipes pédagogiques.

Plusieurs signes tendent à montrer qu’ils parviennent progressivement à leurs fins, y compris sur ce terrain de l’école que l’on pensait un peu trop naïvement protégé des influences religieuses et idéologiques. Dans plusieurs établissements, les enseignants ont été interpelés par des parents inquiets ayant reçu d’étranges messages expliquant que leurs enfants allaient recevoir des cours d’éducation sexuelle et de masturbation délivrés par des homosexuels. La pression a été telle que certaines écoles ont non seulement été obligées de démentir cette fausse rumeur, mais également d’annuler plusieurs interventions organisées sans problème depuis plusieurs années sur les questions de genre et de sexualité.

1

 Cette pression à l’échelle locale a trouvé des relais jusqu’à l’échelle gouvernementale puisque les ministères ont discrètement commencé à censurer des textes officiels toute mention à la notion de genre. Ainsi, Vanessa Wisnia-Weill, co-auteure du rapport sur les stéréotypes filles-garçons remis à Najat Vallaud-Belkacem au mois de janvier 2014 a-t-elle expliqué aux journalistes de Mediapart que ce document comportait initialement le terme de « genre » mais qu’il lui a été fermement recommandé de le supprimer.

D’ailleurs, il est devenu désormais systématique lors des débats de rappeler qu’il n’existe pas de « théorie du genre » mais des « études de genre ». Sous prétexte d’apaiser l’hystérie de quelques extrémistes, on glose désormais à l’envi dans tous les médias sur la nécessité de qualifier les travaux sur le genre de théorie, de concept ou de doctrine, ramenant sans cesse la discussion autour de questions purement théoriques et laissant de côté les implications concrètes de ce sujet sur le quotidien de nos établissements et de nos élèves où les insultes sexistes et homophobes perdurent, où les adolescents subissent (et entretiennent) une pression énorme sur leurs identités de genre en construction et où les taux de suicide des jeunes homosexuels sont toujours deux fois plus élevés que ceux des hétérosexuels.

 Comment intégrer les questions de genre en classe sans tabou ni prosélytisme ?

En novembre 2012, j’avais déjà proposé dans ces mêmes colonnes une réflexion théorique sur la nécessité urgente d’introduire une histoire du genre et des sexualités à l’école. Dans ce texte, j’appelais à un enseignement normalisé des questions de genre. En somme, plutôt que de multiplier les sensibilisations et campagnes moralisantes qui ont souvent un impact contre-productif sur les adolescents, je proposais simplement d’inscrire ces questions dans les programmes, sans tabou ni prosélytisme.

Cependant, beaucoup d’enseignants sont freinés dans cette démarche par l’absence de formation sur ces questions d’une part et de ressources d’autre part. Rares sont en effet les écoles supérieures du professorat et de l’éducation (ESPE) à proposer des modules sur le genre et les sexualités. De même, ces questions sont généralement absentes des manuels d’histoire et de géographie, y compris les plus récents.

C’est pourquoi j’ai proposé depuis plusieurs mois un ensemble de ressources visant à étudier la mémoire de la déportation pour motif d’homosexualité en France dans le cadre du chapitre d’histoire consacré aux mémoires de la Seconde Guerre mondiale en Terminale L/ES. Après une première publication sur le site académique de Dijon avec l’aval de l’inspection pédagogique, cette séquence a été rapidement relayée sur la base de ressources de l’Education nationale et a été consultée par plusieurs centaines de collègues. Mis en œuvre depuis deux ans, cet enseignement a généralement reçu un excellent accueil de la part des élèves qui ont parfois souhaité approfondir la question par des lectures complémentaires.

 Il ne s’agit ici que d’une modeste contribution qui en appelle d’autres, l’objectif n’étant pas pour autant d’intégrer systématiquement cette thématique, mais au moins de ne plus éviter de le faire quand cela est possible. D’un point de vue des manuels, si l’idéal serait également que les éditeurs aient le courage de proposer quelques dossiers consacrés au genre au sein même des  ouvrages « classiques », il ne sera peut être pas possible d’envisager pour l’instant autre chose que l’équivalent de l’excellent recueil consacré à la place des femmes en histoire (Belin, 2010) dans l’attente d’un contexte plus favorable.

2

 Des solutions existent donc pour commencer à enseigner une histoire du genre et des sexualités à l’école délivrée des peurs, des excès et des débats trop caricaturaux. La valorisation des pratiques de terrain serait peut-être d’ailleurs l’une des meilleures issues possibles à cette polémique dont les enjeux idéologiques ne font que renforcer les oppositions.