Archives par étiquette : 2nde guerre mondiale

Et les mornes matins en étaient différents : le groupe Manouchian entre histoire et mémoire

Rédactrice : Véronique Servat

L’Affiche Rouge revisitée et subvertie par Adèle

Cette proposition de travail pour une de mes classes de troisième est née d’envies et de frustrations. Voilà bientôt trois ans que je pratique le nouveau programme de troisième, dernière étape du cycle 4 du collège. Ayant suivi son élaboration de bout en bout, j’en pressentais les impasses et les contraintes. Hélas, les intuitions des praticiens de terrain que nous sommes, sont, en la matière, rarement contredites. Quand j’arrive au chapitre sur la seconde guerre mondiale, pour des questions de contingences horaires, je me vois toujours contrainte de faire des choix insatisfaisants. La « guerre d’anéantissement » est déjà assez complexe à décliner dans toutes ses dimensions, les mécanismes et le processus qui conduisent à l’extermination des Juifs d’Europe n’en parlons pas[1]. Quand vient l’étude de la France dans la guerre, le chapitre s’étire depuis suffisamment de temps pour que nous n’ayons plus l’opportunité de nous attarder sur les sujets comme la collaboration et la résistance. L’idée de s’attarder est, en fait, globalement incompatible avec la réalisation des 2/3 de ce programme d’autant plus que sa lourdeur ne nous préserve pas, hélas, de voir exhumer, au moment de l’examen, des sujets totalement improbables. On va donc à l’essentiel, sans fioritures. Ensuite, pardon d’insister, mais le sentiment de frustration né de la place marginale octroyée à l’histoire de l’immigration dans les programmes ne s’atténue guère avec le temps. En 3ème, elle apparait uniquement dans le dernier chapitre consacré à Femmes et hommes dans la société des années 1950 aux années 1980. Par conséquent, quel que soit le chapitre (Grande guerre, France des années 30), j’essaie de réintroduire par la fenêtre cette thématique que les concepteurs successifs des programmes s’emploient méthodiquement à faire sortir par la grande porte. 

Les consignes de travail

S’ajoutent des envies. La première est de proposer un travail aux élèves qui soit à la croisée de différentes disciplines. L’exercice tente un dialogue entre l’histoire, l’histoire des arts, les lettres, l’éducation morale et civique. Le corpus documentaire est composé en fonction de ce premier critère. Son élaboration est également guidée par la nécessité de mêler documents écrits et iconographiques, alors que d’ordinaire c’est plutôt le panachage de sources et d’archives de natures variées qui est déterminant. Dans la mesure où le questionnement entraine la classe vers la quête et l’identification d’archives, la première option est acceptable.  En revanche pour des élèves de 3èmede collège, l’alternance texte/images pour entrer dans un sujet, est fondamental puisque certain.es sont en difficulté de lecture et de compréhension. Par conséquent, la présence unique de textes les aurait décourgé.es au regard de l’ampleur des recherches à conduire et de la composition à fournir. Puis, est venue l’envie d’ancrer l’objet d’étude dans le territoire que nous habitons : Montreuil, l’est de Paris, sa proche banlieue, la Seine St Denis. Entre le Red Star de Saint Ouen où évolua Rino della Negra, le XXèmearrondissement de Paris sur les murs duquel un de nos fameux street artist montreuillois, Artov Popov a réalisé une magnifique fresque en mémoire de Missak Manouchian et de ses camarades de lutte le territoire est balayé par les documents d’appui. Enfin, la démarche retenue est celle d’une navigation entre différentes temporalités, afin d’amorcer une réflexion sur histoire et mémoire. 

Les documents d’appui

Le travail est proposé sur la base du volontariat (tou.tes les élèves l’ont restitué). L’objet d’étude, lui, est imposé : le groupe Manouchian. Même s’il se prête parfaitement à mes intentions pédagogiques, son choix les précède ; il relève de mes inclinaisons personnelles. La proposition de travail suit les axes de son intitulé : le premier sur l‘histoire, le second sur la mémoire de ces résitant.es. La question conclusive ouvre une possibilité de réflexion et d’expression plus libre aux élèves, sur leur ressenti, la mesure de la portée et de la résonance des actions des membres du groupe dans la France du temps présent, la leur. J’ai face à moi une classe que je connais bien, avec qui j’ai déjà réalisé des projets de longue haleine, d’autres plus ponctuels. Je sais que les initié.es donneront un coup de main si nécessaire aux novices. Comme souvent, je laisse aux élèves le choix du support et leur demande de me restituer un exposé écrit, mêlant textes rédigés et iconographie issue pour partie du dossier, pour partie de leurs investigations. Chacu.ne chemine un peu comme elle ou il veut entre indications, contraintes, et libertés. Je leur laisse un bon mois pour la réalisation, autour des vacances de Noel, sans qu’elles soient incluses dans le décompte du temps. Un des invariants du calendrier scolaire, comme des programmes d’histoire, est sa lourdeur, les vacances sont destinées à souffler : comme on dit dans les cercles décisionnels, je n’escompte pas « plus » de résultat, mais « mieux » de résultat à l’arrivée.

L’exposé de Roméo
le travail d’Hugo
Le travail d’Amandine
La partie centrale de celui de Cassandra

La première satisfaction est que tous les élèves ont restitué un exposé, satisfaction immédiatement modérée par le fait que 3 d’entre eux ont livré quelque chose de réellement décevant, à tous points de vue. La majorité des travaux restitués se présente sous la forme d’une feuille A3, parfois de deux assemblées, et décline assez méthodiquement les réponses aux questions, en une présentation souvent scolaire mais qui épouse les requêtes centrales de l’exercice. Comme quoi, prescrire la liberté de faire n’a pas, en matière pédagogique, valeur de baguette magique. Trois jeunes filles qui, d’habitude, peinent à rendre des travaux pour des raisons très différentes, rendent des productions complètes ; certaines montrent que l’apport personnel a été conséquent. Comme quoi, sortir de la routine scolaire peut huiler quelques gonds. Et puis dans ce lot de travaux il y a le sel du métier d’enseignant, ces productions d’élèves inattendues, voire inimaginables, qui rappellent l’immense capacité de l’adolescent.e de collège de réenchanter l’histoire scolaire. 

Celui d’Eloïse, réalisé sur fond rouge, ne fait pas dans la digression lyrique. On se situe davantage dans la dissection et la restitution chirurgicale de ce qu’elle a braconné au cours de ses recherches. C’est elle qui, vraisemblablement, donne la réponse conclusive la plus percutante sur la notion d’engagement en temps de guerre et en temps de crise. Olivia a coloré différemment son travail à l’aide de ses qualités d’illustratrice pour insuffler du sens et affirmer, à côté de ses productions écrites, sa fine compréhension des enjeux attachés à son objet d’étude : les armes, le drapeau national, le dialogue Aragon/Manouchian, l’étoile rouge du Red Star.

L’exposé d’Elboise
Le travail d’Olivia

Pauline, a réalisé un petit livret imprimé. Ses textes sont justes, son art du cut-up donne un petit côté punk à son dossier qui sinon aurait  été plus terne. Elle a savamment choisi les suppléments iconographiques qu’elle devait apporter : des archives de presse et l’affiche du film de R. Guédiguain consacré au groupe Manouchian, L’armée du crime. C’est plus qu’un clin d’œil de jeune montreuilloise à montreuillois, c’est une ouverture vers la fiction cinématographique à consonance historique, militante et mémorielle. Qu’elle soit pleinement consciente de la pertinence de ses choix ou pas, ils donnent à son travail un apport précieux.

L’exposé en forme de livret de Pauline


La 4ème de couverture

Enfin, il y a Adèle et son Affiche Rougerevisitée selon l’expression consacrée dans les émissions culinaires. Adèle a choisi de subvertir l’affiche de propagande nazie éditée contre les résistants du groupe afin d’y insérer l’histoire et la mémoire de ses membres. Outre que le travail fourni est considérable, que sa composition formelle est époustouflante, la portée  de ce qu’elle fait subir à cette sombre archive d’histoire est extrêmement puissante. 

Détail
Détail
L’exposé d’Adèle : l’iconographie

Comme souvent un moment réflexif s’impose à l’issue de ces expériences pédagogiques qui charrient leur lot de déceptions, de doutes, d’enthousiasmes et de magnifiques surprises. Les conclusions sont toujours un peu les mêmes : s’octroyer des respirations par rapport à la prescription, s’ouvrir à d’autres disciplines sans affadir celle qui relève de notre expertise – au moment choisi, selon des modalités librement déterminées – est bénéfique. Laisser aux élèves le temps de penser et d’élaborer leurs savoirs au lieu de leur livrer au pas de charge une « transmission » réfrigérée des connaissances savantes est plus satisfaisant. Les laisser se frotter aux actrices et acteurs de l’histoire, à leur étrangeté, pour mieux découvrir en quoi elles ou ils nous sont familiers est toujours plus nourrissant et fécond que de jouer la montre afin de répondre aux ambitions pantagruéliques de programmes écrits pour satisfaire des exigences étrangères aux salles de classe. Nous avons bien peu l’occasion de le faire, tant la barque des finalités assignées à l’enseignement de l’histoire croule sous la charge. S’accorder de ces courts moments de pause nous rappelle l’ampleur de la dépossession à l’œuvre tout autant que l’impérieuse nécessité de la contrer de l’intérieur, si on le peut.


[1]Cette année, plusieurs de mes 3eme faisant le voyage vers Auschwitz-Birkenau avec le Mémorial de la Shoah il était de plus impossible de compacter outre mesure cette partie du chapitre. 

CR : D’une petite rafle provençale … de Nelcya Delanoë.

Rédactrice : Véronique Servat

Villeneuve-lès-Avignon, de l’autre côté du Rhône, c’est l’heure du marché. Nelcya Delanoë qui a dans cette bourgade sa résidence occasionnelle retrouve Marion, comme souvent le jeudi matin, autour d’un verre amical pour clôturer agréablement les emplettes du jour, et prendre les dernières nouvelles du pays. Ce jour là, Marion lui confie une feuille de papier que l’historienne range dans son sac.

 

Consultant ce mystérieux présent photocopié, elle découvre une quinzaine de strophes précédées de cette courte introduction : « Le 31 août 1942 à Villeneuve-lès-Avignon c’est la grande chasse aux Juifs. Une femme se jette par la fenêtre plutôt que d’être prise, d’autres sont assommées, rouées de coups, et meurent. Aragon relate avec une parfaite exactitude l’inhumaine battue. » Puis le poème :

Dans ce pays de fenêtres étranges

Il fait trop nuit pour qu’un sanglot dérange

Les jardins clos qui sont des coeurs murés

Tout est de pierre et tout démesuré

Dans ce pays de fenêtres étranges

La lune est restée au détour des toits

Où le Moyen-Age étoilé chatoie

De tous les côtés des tours et des tours

Sauf un rayon pris au puits dans la cour

La lune est restée au détour des toits

Il règne ici la paix cardinalice

Aux cils des volets une pourpre glisse

Porche complice enfer désaffecté

Un chapeau s’écorche au balcon sculpté

Il règne ici la paix cardinalice

Sommeil de l’homme énorme panoplie

Enfin le ciel est couleur de l’oubli

Toute mémoire y perd son abeillage

Celui qui rêve immobile voyage

Sommeil de l’homme énorme panoplie

Qui frappe à la porte au noir du silence

Il se lève un vent de la violence

Sur la ville un vol de coquecigrues

Traque des fuyards à travers les rues

Qui frappe à la porte au noir du silence

Docteur docteur ouvrez votre maison

Le souffle me faut me feint la raison

Ouvrez que j’entre et me donnez asile

Je reprendrai le bâton de l’exil

Docteur docteur plus au pied des autels

Celle-ci qui croit son heure venue

Court à la croisée et folle mi-nue

Crie à minuit Mon amour au revoir

Et boit la mort qu’elle craint recevoir

Celle-ci qui croit son heure venue

D’autres sont partis courir la campagne

Vignes où la peur leurs pas accompagne

Laissant la chaleur de cendres des draps

Avec leurs petits serrés dans leurs bras

D’autres sont partis courir la campagne

Ouvrez la porte et me sauvez la vie

A votre seuil les monstres m’ont suivi

Qu’il faisait beau ce soir à la Chartreuse

Vous qui reposez dans l’alcôve heureuse

Ouvrez la porte et me sauvez la vie

Le deuxième étage allume une braise

La lumière éveille un spectre de chaise

On a remué dans l’appartement

Un enfant gémit se tourne en dormant

Le deuxième étage allume une braise

Sur la colline obscure aux pins bronzés

Afin de mieux l’ombre dramatiser

Chante un oiseau commme aux vers de Pétrarque

Et comme alors l’amant grave ses marques

Sur la colline aux pins bronzés

Cette complainte une autre recommence

D’une autre peste et d’une peine immense

Et non d’amour mais de meurtre et de sang

Miroir ancien d’un malheur renaissant

Cette complainte une autre recommence

C’était hier le temps des Pastoureaux

Le temps qui passe embellit le bourreau

La pierre fend à force de bourrasques

A chaque siècle il suffit sa tarasque

C’était hier le temps des Pastoureaux

Dans ce pays de fenêtres étranges

Il fait trop nuit pour qu’un sanglot dérange

Les jardins clos qui sont des coeurs murés

Tout est de pierre et tout démesuré

Dans ce pays de fenêtres étranges.

À la fin du texte est portée cette information complémentaire : « Poème interdit en France et publié en Suisse dans la revue En français dans le texte ».

Intriguée par cette rafle dont elle n’a jamais entendu parler Nelcya Delanoë se lance dans une enquête afin d’en retrouver les traces. C’est le sujet D’une petite rafle provençale que Laurent Joly(1) a préfacé et qui, avec ces trois niveaux de lecture, constitue un travail passionnant. Il répond aux attentes de ceux qui appellent de leurs voeux une histoire accessible à tous sans compromis sur la rigueur et de celles et ceux qui en ont fait leur métier, qu’ils soient enseignants, chercheurs ou même historiens.

A la surface : heurts et malheurs de l’historien en son atelier.

Nelcya Delanoë a choisi de dévoiler au fil des 214 pages D’une petite rafle provençale, la totalité de son travail de recherche.

Généreusement, elle nous laisse entrer dans son atelier, nous autorise à lire les notes de son petit carnet orange, et nous emmène avec elle aux archives municipales, départementales, ou de la gendarmerie du château de Vincennes et nous décrit même les petites cartes du fichier Tulard(2) si précisément) qu’on a presque l’impression de les avoir sous les yeux. Ce faisant, elle partage avec les lecteurs son quotidien d’historienne, les contraintes et obstacles qui jalonnent son enquête, les habitudes et manies liées à la consultation de ces précieuses mais souvent lacunaires archives. Des sentiments qui sont les siens au cours de ce travail au long cours elle ne dissimule rien : ses émotions, ses impatiences, sa fébrilité à l’ouverture des cartons, ses moments de découragement aussi. Les interrogations qui surgissent au détour de la lecture d’une feuille de papier pelure constituent la moelle épinière de son livre et rendent compte pas à pas de ce qui est l’essence de son métier.

Avec une saine énergie et un brin d’irrévérence (c’est l’occasion de découvrir les méritants efforts mais aussi les difficiles conditions de tenue des centres d’archives), elle nous révèle à quel point se lancer dans la collecte des traces du passé, qu’elles soient privées ou institutionnelles, n’a rien d’un long fleuve tranquille. En effet, alors qu’on imagine souvent les archives comme un lieu d’ordre et de rigueur, tout en références, classements et précisions, on se heurte ici à une réalité nettement plus compliquée : cartons et procès verbaux incomplets, erreurs de transcription  des prénoms, des patronymes, des dates, documents déplacés, introuvables. Bien que N. Delanoë travaille sur un évènement distant de nous de moins d’une vie d’homme, elle démontre à quel point l’histoire est affaire de grande persévérance. À la voir se démener on se remémore le parcours effectué par I. Jablonka parti à la recherche de ses grands parents dont les vies furent englouties à la même époque(3).

Ainsi Nelcya Delanoë se met-elle en quête d’informations précises sur cette rafle de Juifs qui s’est déroulée à Villeneuve-lès-Avignon le 31 août 42 et qui inspira un saisissant poème à Aragon. Un autre aspect du travail d’historien apparait alors, celui du croisement des sources et de leur nécessaire critique et recoupement. Dans cette entreprise, les témoins directs (dont peu sont encore vivants ou disposés à raviver le passé) et indirects, qu’ils soient des habitants de la commune, qu’ils aient travaillé et publié des monographies sur son histoire, qu’ils soient apparentés aux victimes, fournissent un apport précieux. Ils sont au coeur des avancées de l’enquête qui s’avère passionnante mais chaotique. Enfin, le travail de collecte de données sur l’extermination des juifs d’Europe entrepris depuis plusieurs années par les historiens et les institutions mémorielles, en France ou en Israël n’est pas ignoré.

Du microcosme provençal comme point d’observation des années noires. 

De son point d’observation de Villeneuve-lès-Avignon, Nelcya Delanoë reconstitue patiemment une histoire des Juifs de la zone libre au cours de cette période qui fut un tournant dans le second conflit mondial si que cela entraîna, en novembre 42, la prise de contrôle de la zone sud par les forces d’occupation allemandes. Au terme de son enquête, elle outrepasse très largement son objectif initial qui est de reconstituer la rafle et d’en identifier les victimes. Elle établit la liste des personnes capturées, leurs liens de parenté, une partie de leur parcours dans la guerre et corrige la chronologie des évènements. Ce faisant elle redonne vie à des hommes et des femmes dont l’existence a été bouleversée par la guerre qui les contraint à se déplacer, qui les prive de leur travail mais qui restent relativement confiants vis à vis de leur pays qu’ils en soient natifs ou qu’ils s’y soient installés plus ou moins récemment. À la liste s’ajoutent l’identité et parfois même le parcours en guerre d’autres juifs de la commune dont les destinées sont mises à jour avec plus ou moins de précisions. Comme le dit l’auteur arrivée à ses conclusions, lorsqu’elle a établi sa liste des juifs recensés à Villeneuve-lès-Avignon, Pont d’Avignon et les Angles de 39 à 44 « Ce faisant, révélée au jour comme au temps du Polaroïd, est apparue une image à la fois carte de géographie et histoire. En dépit du lacunaire bureaucratico-archivistique, cette image respirait ».

Bien sûr, on ne saurait retrouver les traces des persécutés sans celles de leurs bourreaux. Dans ce domaine aussi le travail de Nelcya Delanoë apporte beaucoup. On y retrouve les « attendus » de la période ; ainsi la frénésie législative anti-juive de l’administration de Vichy  qui empile les textes, ordonnances et circulaires pour prescrire, interdire ou simplement préciser les  écrits antérieurs est particulièrement mise en valeur. Mais le contact avec les sources archivées nous donne aussi à voir comment les acteurs du régime écrivent l’histoire et ce qu’ils transcrivent du moment qu’ils vivent. Par exemple, la consultation des comptes-rendus des conseils municipaux sur la période montrent que les élus ne font aucunement mention de la rafle et pas plus que de la population juive de la commune.

Un autre corpus intéressant est celui des « notes d’ambiance » émises par les autorités locales. Le préfet du Gard et ses services établissent régulièrement des « rapports moraux » pour décrire la façon dont la population perçoit la politique antisémite de Vichy qui se durcit alors considérablement. On y découvre de prime abord une population indifférente, bien davantage préoccupée des conditions de (sur)vie matérielles qui ne bascule dans une certaine hostilité vis à vis des autorités qu’avec l’instauration du STO. Pourtant, en croisant les données dont elle dispose sur les Juifs de la commune avec ces traces administratives qui dressent un tableau par trop idyllique pour être réel de la perception de la politique à l’oeuvre par le français lambda, les lignes de démarcation deviennent nettement plus floues et mouvantes. Recensements, rapports moraux, et informations sur les juifs qui échappent pour un temps ou de façon définitive aux griffes du régime montrent que les failles ont existé et qu’elles sont le résultats de combinaisons, de compromis, d’arrangements de circonstance impliquant les différents acteurs de l’histoire. Ces petites failles, même quand elles apparaissent en creux de l’enquête donnent une lecture plus complexe de ce qui se joua alors. 

On notera enfin l’intéressante irruption  dans le camp des persécuteurs de groupes de malfaiteurs locaux qui agissaient comme des sous-traitants au service des autorités. Acteurs de la chasse aux juifs en zone sud, ils monnayaient  leur clémence auprès de leurs victimes en échange de biens personnels : un sorte de chantage à la survie s’adossant sur un racket juteux, qui dit bien le drame des persécutés conduits à négocier leur sursis avec des bourreaux d’un perfide inhumanité.

D’une petite rafle provençale à la modeste échelle de la commune de Villeneuve-lès-Avignon rend compte de l’épaisseur et de la complexité de l’histoire de la France sous Vichy souvent réduite à des oppositions binaires et à une mémoire indigeste ou douloureuse. Les acteurs ici ne sont pas passifs, ils opèrent des choix parfois inattendus, parfois convenus mais rarement linéaires et évidents.

L’auteur nous offre à lire une histoire sensible qui s’amarre aux destins de petites gens pris dans la tourmente. C’est aussi pour elle l’occasion de boucler un projet plus personnel, lié au parcours de sa grand mère qu’elle évoque avec beaucoup de tendresse mais sans taire la nature de la quête de justice qui est la sienne.

Enfin, Nelcya Delanoë, en historienne vigilante, avec la verve et le ton incisif qui irriguent son livre et qui la caractérise,  nous invite à réfléchir sur les survivances des années noires qui resurgissent dans une indifférence souvent alarmante jusque dans notre banal quotidien. En effet, la multiplication des fichiers de recensement,  la nécessité pointilleuse de justifier de son appartenance nationale, la vidéosurveillance, la fabrication politiques de peurs, de suspicions vis à vis de populations ciblées sont autant de signaux qu’elle pointe comme preuves inquiétantes du glissement de nos sociétés vers des pratiques qui ont présidé à la mise en oeuvre D’une petite rafle provençale.

Notes :

(1) Laurent Joly est notamment l’auteur de L’antisémitisme de bureau. Enquête au coeur de la préfecture de police de Paris et du commissarait aux questions juives, 1940-1944. Paris, 2011.

(2) Sur la nature de ce fichier et les polémiques qui lui sont attachées voir : http://cvuh.blogspot.fr/2011/07/en-1940-les-juifs-de-la-region.html

(3) Ivan Jablonka Histoire des grands-parents que je n’ai pas eus. Seuil, 2012.

http://clgeluardservat.blogspot.fr/2012/06/i-jablonka-histoire-des-grands-parents.html

Merci à Nelcya Delanoë pour toutes les raisons que nous connaissons.