Archives quotidiennes :

Convoi 77 : enseigner la Shoah autrement, un projet, un séminaire

Rédactrice/rédacteur : Claire Podetti et Georges Mayer

Ce projet a reçu le prix de la Fondation Ernest et Claire Heilbronn le 7 mars dernier

Lancé en 2016, le « Projet européen Convoi 77 » a pour ambition de reconstituer l’histoire personnelle de chacun des 1309 déportés du dernier grand convoi ayant quitté Drancy pour Auschwitz le 31 juillet 1944, en développant et en mettant en œuvre des actions pédagogiques innovantes pour transmettre la mémoire de la Shoah.

Bien que ce sujet figure au programme d’histoire des classes de troisième et de première depuis plusieurs dizaines d’années, un sondage récent[1]  a mis en évidence que 21% des français âgés de 18 à 24 ans n’ont jamais entendu parlé de la Shoah.

L’étude de la Shoah permet de comprendre comment un appareil génocidaire a pu se développer contre une minorité, et comment cet appareil s’est construit peu à peu à travers des préjugés et des discriminations systématiques.

Le Projet Européen Convoi 77 a pour objectif d’enseigner, à travers l’exemple de la Shoah, comment ce projet génocidaire a pu se développer contre une minorité en France et en Europe, et aboutir à l’extermination de tout un peuple.

En étudiant de façon plus spécifique le dernier convoi transportant 1309 déportés vers Auschwitz, dont 700 étaient nés en France, ce projet pédagogique aborde des enjeux importants de nos sociétés contemporaines en permettant de mieux comprendre les phénomènes discriminatoires et peut-être de donner une portée universelle à ce que les Juifs de l’époque ont subi.

La démarche pédagogique consiste à proposer à des  collégiens ou des lycéens vivant aujourd’hui dans les villes (ou les villages) de naissance des déportés de ce convoi, de réaliser une véritable investigation (recherche de documents, audition de témoins, lecture de la presse de l’époque …) en vue de reconstituer l’histoire personnelle d’un déporté spécifique étant né ou ayant vécu là où ils vivent aujourd’hui et d’écrire sa biographie.

Ce projet est progressivement mis en œuvre dans chacun des 32 pays de naissance des déportés de ce convoi.

Lancé officiellement en France en janvier 2017 par la ministre de l’Éducation Nationale à l’occasion de la journée nationale de la mémoire des génocides et de la prévention des crimes contre l’humanité, le projet Européen Convoi 77 a débuté dans 9 pays et sera prochainement mis en place dans 5 autres pays. 125 biographies ont déjà été réalisées et mises en ligne sur le site de l’association www.convoi77.org .   150 autres projets sont en cours de réalisation

Le Projet Européen Convoi 77 donne aux élèves la possibilité d’être de véritables acteurs. Ils déterminent -avec l’aide de leurs enseignants- la démarche de travail, repartissent les responsabilités, émettent des hypothèses qu’ils tentent ensuite de vérifier…

Fondé sur l’échange, il favorise les initiatives des élèves, la prise de responsabilité et offre une liberté totale quant à la manière dont le projet sera conduit. Projet interdisciplinaire sur un an ou activité à court terme, il peut s’adapter aux contraintes pédagogiques de chaque enseignant.

Les expériences menées en France ces deux dernières années illustrent la grande diversité des approches pédagogiques pour mener à terme ce projet. Dans le récent  ouvrage collectif les Territoires vivants de la République[2], Anne Angles et Claire Podetti ont décrit la richesse  du projet mené avec leur classe.  Depuis trois ans Claire Podetti participe avec une classe de troisième du collège Charles Péguy de Palaiseau.

Si le projet incite les enseignants à faire la biographie d’un déporté né ou ayant vécu à côté de leur établissement scolaire, cela n’est en rien une obligation, notamment quand il n’existe aucune proximité géographique avec un déporté de ce convoi. Nous avons choisi de rédiger la biographie de Jankiel Fensterszab car il était le père d’Ida Grinspan qui venait témoigner tous les ans dans notre collège. C’est une rencontre avec Patrick Bloche petit fils de Lucienne Klotz qui nous a conduit à travailler sur  deux sœurs de cette famille dont neuf membres ont été déportés par le Convoi 77.

 Les deux projets[3] ont débuté au mois de septembre. Nous avions préalablement cherché les premières archives afin de pouvoir travailler avec les élèves sur le temps long d’une année scolaire. Très vite de multiples questions ont surgi, toujours les mêmes : comment raconter la vie de Jankiel Fensterszab, Lucienne et Denise Klotz d’avant la Shoah ? Tenter de les faire revivre alors que nous avions si peu de traces ? Comment écrire leur biographie pour être au plus prêt de leur quotidien avec ses moments de joie mais aussi de tristesse ?

Pour tenter d’y répondre, nous avons mené avec les élèves une véritable enquête historique (collecte de sources dans les différentes archives, interview de témoins, visite des lieux où les déportés avaient vécu…). La collecte d’archives sur Jankiel nous a conduit  virtuellement jusqu’en Pologne où nous avons réussi à établir un lien avec un enseignant d’histoire du petit village où il était né.

 Si nous avons associé  les élèves à toutes les découvertes d’archives, il n’a pas été possible de les amener avec nous. Nous avons  donc partagé  avec eux  les interrogations qui ont surgi au fur et à mesure des progrès de notre enquête pour tenter d’y répondre ensemble. Très vite les élèves ont  réalisé que de  nombreuses questions resteraient sans réponse  et qu’il faudrait en rendre compte dans nos biographies : ce vide, ces blancs, impossibles à combler par manque de traces. Cette enquête leur a permis de réaliser que la Shoah ce n’était pas seulement la disparition de personnes, de familles entières mais également  de tous les objets, photos, documents qui pourraient nous permettre aujourd’hui de reconstituer ce que fut leur vie. Les nazis ont voulu effacer tout un peuple de la mémoire collective.

 Nous avons choisi de travailler avec un comédien afin de donner au projet une dimension artistique ouverte à tous. Didier Lesour a suivi le projet depuis sa genèse, il écrit une pièce de théâtre et accompagné les élèves pour la mise en scène.  Le théâtre a enrichi le projet en ouvrant de nouveaux « horizons », en soulevant de nouvelles questions et surtout en permettant à chacun de s’exprimer artistiquement[4]. Accumuler des traces, des témoignages, des documents, c’est le travail de l’historien. Mais quand justement il n’y a plus de traces, quand tout a  été effacé, le théâtre permet  d’imaginer… d’ouvrir des possibles que s’interdit l’historien prisonnier de sa quête de vérité. Le rôle de l’artiste n’est pas de conforter   le travail de l’historien, mais de « l’inventer » c’est-à-dire de  l‘éclairer en proposant une interprétation artistique. Les séances de théâtre furent souvent l’occasion d’approfondir le cours d’histoire, de réexpliquer certains événements qui n’étaient jusque là que de simples dates,   « l’Histoire » ainsi mise en scène a pris sens pour les élèves.

Écriture biographique et pratique théâtrale se sont mutuellement enrichies. Au moment de la rédaction des biographies[5] d’autres questions se sont posées aux élèves : quelle forme lui donner ? Fallait-il tout dire ou était-il possible de taire certaines découvertes que ne connaissaient pas les descendants ?

 Pour Jankiel Fensterszab[6], les élèves ont choisi de faire une biographie historique et « sourcée » mais aussi une biographie dialogique,  plus « littéraire », qui faisait écho aux nombreuses rencontres/interview d’Ida sur son père. Pour Lucienne et Denise Klotz  -le manque de sources  ou de témoignages  plus « intimes » pour comprendre la personnalité des deux sœurs- ont conduit les élèves à rédiger trois poèmes illustrant trois moments de la vie des deux sœurs, en plus de la biographie historique.

Certaines biographies des déportés de ce convoi permettent de donner au projet une dimension européenne. Jankiel Fenstersab est né russe dans le petit shtetl de Koprzywnica, il est devenu polonais après la Première Guerre mondiale,  mais à Berlin  où il a émigré il avait le statut « réfugié russe », tout comme en France où il a fondé une famille. A travers la vie de Jankiel Fensterszab, c’est une partie de l’histoire européenne que les élèves ont étudiée : celle des migrations, mais également des conflits. Une histoire dont la connaissance peut permettre  d’éclairer l’actualité.

A travers ce projet européen, c’est une histoire incarnée qu’étudient les élèves. Ce ne sont plus simplement des chiffres et des dates, transmis en cours mais des êtres humains auxquels  l’enquête historique a permis  en quelque sorte de « redonner vie ». Ce ne sont plus des anonymes de l’histoire, mais des personnes bien réelles qui appartiennent désormais à la mémoire collective, et donc, à notre Histoire. Les élèves ont  également pris conscience de la priorité du génocide pour les Nazis : le 31 juillet 1944, les Nazis ont perdu la guerre, et pourtant ils continuent de déporter massivement  les Juifs. Cela nous a conduit à réfléchir avec eux à l’antisémitisme –dans une perspective historique plus large,  au racisme et aux différentes formes de discrimination passées mais aussi et surtout actuelles.

Annexe 1a Projet 2016-17 Sur les traces de Jankiel, Fensterszab

Annexe 1b Les Klotz, une famil le emportée par la Shoah

La pièce de théâtre 

Annexe 3

 

[1] Sondage réalisé pour CNN en novembre 2018 dans 7 pays européens

[2] Benoit Falaize (dir), Les Territoires vivants de la République, ce que peut l’école : réussir au-delà des préjugés, La Découverte, pp 228-239

[3] Voir les  projets en Annexe 1a et 1b dans les dimensions pédagogiques et didactiques

[4] Voir pièces de théâtre écrites et mises en scène par Didier Lesour en Annexe 2.

[5] Voir biographies en Annexe 3

[6] Voir biographie sur le site Convoi 77 : http://www.convoi77.org/deporte_bio/fensterszab-jankiel

Séminaire

ENSEIGNER AUTREMENT l’Histoire de la Shoah : micro-histoire et histoire de proximité

Séminaire organisé par l’association Convoi 77

Objectifs du séminaire :

Étudier l’histoire de la Shoah dans une perspective qui privilégie à la fois la proximité (ce qui s’est passé près de chez moi) ainsi que l’analyse des attitudes et comportements de protagonistes (victimes, témoins, bourreaux), telle est l’ambition de ce séminaire.

À qui s’adresse-t-il ?

Ce séminaire est réservé aux enseignants de collèges et de lycées (histoire/géo, lettres, langues…) de la région parisienne qui participent actuellement au « Projet Européen Convoi 77 » ainsi qu’à ceux souhaitant y participer au cours de l’année scolaire 2019/2020.

Date et Lieu :

Ce séminaire aura lieu au Mémorial de la Shoah 17, rue Geoffroy l’Asnier 75004 Paris,

le mercredi 24 avril 2019 de 10h à 17 h.

Les intervenants :

Laurent Joly Directeur de recherche au CNRS

notamment l’auteur de « l’État contre les juifs » Grasset 2018

Alexandre Doulut et Sandrine Labeau historien et enseignante

notamment co-auteurs avec Serge Klarsfeld

du « Mémorial des 3943 rescapés juifs de France » Après l’Oubli 2018

Ce séminaire est gratuit pour les enseignants concernés* par « le Projet Européen Convoi 77 »

Comment participer :

Contactez l’association par mail à : convoi77auschwitz@gmail.com

Nombre de places limité

À propos de l’Association Convoi 77

L’association Convoi 77 propose à des lycéens vivant aujourd’hui dans les villes (ou les villages) de naissance des déportés de ce convoi, de réaliser une véritable investigation (recherche de documents, audition de témoins, lecture de la presse de l’époque …) en vue de reconstituer l’histoire personnelle d’un déporté́ spécifique entant né ou ayant vécu là où ils vivent aujourd’hui et d’écrire sa biographie.

Lancé officiellement en France en janvier 2017 par la ministre de l’Éducation Nationale à l’occasion de la journée nationale de la mémoire des génocides, le projet Européen Convoi 77 a débuté dans 11 pays et sera progressivement mis en œuvre dans chacun des 32 pays de naissance des déportés de ce convoi.

 

*Enseignants travaillant actuellement sur le projet ou s’engageant à participer en 2019/2020.