Archives mensuelles : novembre 2017

Sur les traces des mutins de 1917

Rédacteur : Philippe Olivera 

Le 16 avril 2017, cent ans après le début de l’offensive Nivelle qui provoqua le plus grand mouvement de mutineries qu’ait connu l’armée française pendant la Grande Guerre, et alors que la traditionnelle balade menée par Noël Genteur autour de Craonne venait de se dérouler dans le cadre peu ordinaire du méga barnum provoqué par le déplacement présidentiel sur le Chemin des Dames, nous sommes partis marcher sur les pas des mutins.

Une semaine de marche et 120 km en partant du front, là où tout avait commencé avec l’échec dramatique de l’offensive ; pour aller ensuite vers l’arrière et vers le lieux de cantonnement, où les soldats se révoltèrent le plus souvent ; et pour revenir enfin vers le front, lieu des exécutions et là où tout avait fini, avec la guerre qui continuait.

Parcourir les lieux, essayer de comprendre, éprouver les distances, trouver les traces de la guerre, rencontrer les habitants d’une région qui n’a jamais pu oublier 14-18, rencontrer même des descendants de mutins et de fusillés…

Prendre la mesure, surtout, de l’immense silence qui monte de tous ces hommes révoltés et dont la parole, après coup, était impossible.

Nous avons la trace sonore de la marche grâce au micro et au montage de Patrick Manach :

https://soundcloud.com/user-125688077

Il est aussi possible d’entendre sur son blog Arte Radio la passionnante conférence donnée par André Loez pendant la marche même, à Fère en Tardenois, au milieu de la région dont les villages furent le théâtre des mutineries : http://audioblog.arteradio.com/blog/3047242/boris/

La postérité de la déclaration Balfour

Rédacteur : Denis Charbit

En partenariat avec Orient XXI

La déclaration Balfour du 2 novembre 1917 n’était en apparence rien d’autre qu’une « lettre d’intention », quelques phrases ordinaires pour exprimer en des termes assez vagues le soutien bienveillant du gouvernement britannique à l’idée conçue par des juifs de se constituer en nation en Palestine. À elle seule, elle ne pouvait pas changer le cours des choses, mais c’est parce qu’elle a été adoptée quelques semaines avant la conquête britannique du Proche-Orient que sa signification potentielle a été considérable.

La plupart des documents diplomatiques tombent dans l’oubli. Les circonstances qui ont présidé à leur rédaction sont révolues, leurs effets ont été balayés par les événements qui ont suivi, et c’est à peine si l’on se souvient des diplomates qui se sont attelés à les négocier. Tel n’est pas le cas de la déclaration Balfour. Sans elle, il est probable que le nom d’Arthur Balfour ne serait pas passé à la postérité en dépit de son action politique comme leader du parti unioniste et ministre du gouvernement britannique au début du XXe siècle ; avec elle, le sort de la Palestine s’en est trouvé bouleversé.

Une opération stratégique

Pour les Britanniques, la première guerre mondiale était l’occasion de réaliser une très habile opération stratégique : établir leur influence sur un vaste territoire allant de l’Inde à l’Égypte après en avoir chassé l’empire ottoman qui en détenait l’essentiel. Pour y parvenir, il fallait trouver des appuis locaux. Les alliés naturels de la Couronne étaient les nationalistes arabes, puisque les deux avaient en commun leur hostilité à l’empire ottoman. Le colonel Thomas Edward Lawrence fut donc chargé de chercher des leaders arabes dont les intérêts convergeaient avec ceux des Britanniques. En 1915, le gardien de La Mecque et Médine, le chérif Hussein, emporta un consentement de principe à la création d’un royaume unifié sur la majeure partie des provinces arabes de l’empire ottoman en contrepartie de la participation au combat de ses troupes dirigées par ses propres enfants (correspondance Hussein-Mac Mahon juillet 1915-mars 1916).

L’année suivante, les Britanniques souhaitaient informer les Français de leurs ambitions stratégiques. Pour obtenir leur soutien, ils s’engageaient à concéder à la France une zone d’influence sur la province syro-libanaise (accords Sykes-Picot, 16 mai 1916). En 1917, les Alliés prièrent les États-Unis d’entrer dans le conflit pour stopper l’enlisement dans la guerre des tranchées sur le front européen qui n’avait que trop duré. De leur intervention dépendait la victoire, et donc la fin de la guerre. Élu sur une ligne pacifiste, le président américain Wilson consentit à abandonner ses positions neutralistes à condition que naisse un ordre international en rupture avec le précédent : plus de diplomatie secrète, mais une diplomatie ouverte ; plus d’empires multinationaux, mais le droit à l’autodétermination des peuples.

L’intérêt britannique pour la cause sioniste ne s’explique pas autrement que par sa détermination à conserver les positions stratégiques nouvellement acquises ou en passe de l’être. Cette détermination ne pouvait s’appuyer sur la seule force du vainqueur ; il lui fallait s’adjoindre une cause légitime. Le projet d’établir un foyer national juif en Palestine relevait du droit des peuples à disposer d’eux-mêmes, si ce n’était que le peuple en question était dispersé et que l’objet de la déclaration était précisément de lui reconnaître ce droit en dépit de son extranéité. C’était la première fois que les juifs, tenus jusque-là pour une communauté religieuse étaient élevés à la dignité d’un peuple. C’était la première fois également qu’apparaissait ce terme inédit de « foyer national » (national homeland).

Cette déclaration faisait fi de la revendication concurrente des Arabes de Palestine qui réclamaient eux aussi d’être les maîtres de leur sort en vertu du même droit à l’autodétermination. Il était intolérable que l’autorité britannique puisse légitimer sa présence sur le terrain sans tenir le moindre compte de la majorité arabe, en s’appuyant sur une collectivité qui constituait alors en Palestine une minorité négligeable. La déclaration Balfour offrait la Palestine aux juifs, qu’ils soient de Palestine ou d’ailleurs, et rien ou presque en parallèle aux Arabes de Palestine définis, de surcroît, dans le texte comme « des populations non-juives. » Ce faisant, elle donnait gain de cause à l’aspiration sioniste : rassembler une collectivité juive dispersée, mais porteuse d’une conscience historique, afin de la métamorphoser en nation autochtone dotée d’une langue et d’institutions politiques autonomes sur un territoire qui correspondait peu ou prou au lieu où elle était née et s’était épanouie dans l’Antiquité, constituant une civilisation dont l’impact sur l’Orient et l’Occident fut immense.

Limiter les ambitions sionistes

Pour être manifeste, cette adhésion britannique n’était pas sans réserve, explicite ou implicite. Les Britanniques refusèrent de reprendre à leur compte l’objectif sioniste d’un État défendu par Theodor Herzl lors du premier congrès sioniste. Cette opposition est d’ailleurs restée ferme, comme en témoigne trente ans plus tard l’abstention du Royaume-Uni lors du vote à l’Assemblée générale de l’ONU le 29 novembre 1947 du plan de partage. Certes, côté sioniste, la déclaration Balfour était le pied dans la porte conduisant tout droit à l’État : un « foyer national » n’excluait pas a priori sa transformation progressive en « État souverain ». Dans ce but, il était impératif d’ouvrir la Palestine à l’immigration juive, ce qui fut d’abord accordé, puis contrôlé, très sévèrement restreint à partir de 1939, et considéré enfin comme illégal après la seconde guerre mondiale.

Les différentes versions de la déclaration révèlent une réserve beaucoup plus significative que la seule divergence sur l’objectif institutionnel ultime final. Chaïm Weizmann, qui présidait la fédération sioniste de Grande-Bretagne, insistait pour que le gouvernement britannique reconnaisse la Palestine comme le territoire du futur foyer national. Balfour retourna la formule de telle sorte que l’engagement britannique se limitât à « un » foyer national « en » Palestine, et non sur toute la Palestine, laissant ainsi ouverte l’opportunité de restreindre les dimensions du territoire sur lequel l’engagement britannique s’appliquerait.

Cette insistance est d’autant plus intéressante qu’à ce stade, la Palestine ne constituait pas encore une unité territoriale définie par des frontières, comme cela allait se produire quelques années plus tard. Le 25 avril 1920, la conférence de San Remo approuvait la proposition franco-britannique de conserver la mainmise sur la région en substituant au royaume arabe unifié promis à Hussein en 1915 trois mandats placés sous le contrôle de la France (Syrie) et du Royaume-Uni (Irak et Palestine). Deux découpages supplémentaires allaient être opérés : le Liban fut aussitôt détaché de la Syrie par décision du gouvernement français ; deux ans après, c’était au tour de Winston Churchill, alors ministre des colonies, de décréter dans le Livre blanc du 3 juin 1922 que la Palestine serait divisée en Palestine orientale et Palestine occidentale. Analogues en apparence, ces deux partages n’avaient pourtant guère le même sens. Le premier favorisait les aspirations nationales de la communauté maronite ; le second visait à limiter la portée de la déclaration Balfour à la Palestine occidentale, offrant la Palestine orientale à Abdallah, un des fils de Hussein. Pour dissiper toute confusion, celle-ci fut appelée Transjordanie puisque sa frontière à l’ouest était le Jourdain.

Concurrence des nationalismes

Autant dire que les ambitions territoriales caressées par les sionistes furent considérablement revues à la baisse : de l’espace initial d’une superficie de 125 000 km2 environ il n’en restait plus que 25 000 pour l’implantation sioniste, soit 20 %. Dans ce territoire dévolu au foyer national juif, au grand dam du sionisme révisionniste de Vladimir Jabotinsky opposé à la décision britannique, la population arabe s’élevait à un peu plus d’un demi-million d’âmes. Elle demeurait opposée à la transformation de son caractère linguistique et religieux spécifique au profit d’une population juive minoritaire, fraîchement implantée et apparaissant, de ce fait, comme l’invasion pacifique d’une population étrangère dont le poids allait en s’accroissant, du fait de la liberté d’immigrer en Palestine qui lui avait été garantie.

Au moment où fut adoptée la déclaration Balfour, le 2 novembre 1917, le gouvernement britannique n’avait pas encore renoncé à sa promesse d’établir un royaume arabe sur les ruines de l’empire ottoman, destiné à disparaître comme son homologue austro-hongrois. Mieux encore, Fayçal, qui était l’interlocuteur privilégié des Britanniques, n’excluait guère la reconnaissance d’un foyer national juif si ses propres revendications étaient reconnues elles aussi (accords Fayçal-Weizmann, 3 janvier 1919). À cet égard, le respect par les Britanniques de leur engagement à créer un royaume arabe unifié eût sans doute rendu moins difficile le consentement arabe à un foyer national juif détaché dudit royaume. Le système des mandats qui a finalement prévalu rendait l’opposition inéluctable. La qaomiya al-arabiya, la grande nation arabe eût pu souscrire à cette amputation limitée. La wataniya privilégiant les nationalismes locaux syrien, irakien, libanais, transjordanien et palestinien, les nationalismes juif et palestinien entraient forcément en concurrence. Puis dans une logique de conflit, laquelle demeure en dépit des tentatives de règlement qui ont abouti à ce jour à l’échec.

Deux retombées supplémentaires méritent réflexion : la déclaration Balfour souligne le rôle capital des puissances extérieures dans la cause d’Israël, et par là, la dépendance relative du yichouv puis d’Israël vis-à-vis d’elles. Elle a arrimé le projet sioniste aux ambitions impériales des Britanniques, puis aux aspirations hégémoniques des États-Unis ; ce qui a valu à Israël d’apparaître comme une tête de pont de l’Occident, auquel il se rattache également par le caractère démocratique de son régime politique.

Maîtres sur le terrain, mais pas en droit

Que la déclaration ait répondu à des intérêts d’empire alors que foncièrement les Britanniques n’étaient guère en droit de fixer le sort politique de la région (et pas seulement celui de la Palestine) n’y change rien : plus qu’une reconnaissance diplomatique, le sionisme obtenait par elle une légitimité internationale. C’est d’avoir été confirmée et entérinée par la Société des Nations (SDN) en 1920 qui a été pour la cause nationale juive le tournant décisif. Pourtant, en 1947, l’ONU fit un pas en avant et un autre en arrière en direction du sionisme et de sa matérialisation concrète sur le terrain par une communauté forte de 600 000 âmes. Le pas en avant consista, trente ans après la déclaration Balfour et le mandat britannique sur la Palestine, à reconnaître, non plus un foyer national, mais un État juif. Le pas en arrière était que le territoire dévolu à cet État représentait un peu plus de la moitié seulement du territoire de la Palestine mandataire, dont deux tiers étaient constitués, au demeurant, par le désert du Néguev. Mieux encore, contrairement à la déclaration Balfour qui niait totalement le droit à l’autodétermination de la population autochtone, le plan de partage accordait une équivalente légitimité aux deux projets nationaux en compétition en Palestine, incluant un État arabe en Palestine.

Si les circonstances et les résultats de la guerre de 1948 en ont empêché la réalisation, la guerre de 1967 n’a rien changé non plus sur le principe. Maître sur le terrain, Israël n’est jamais parvenu à arracher à la communauté internationale un quelconque consentement à une souveraineté sur l’intégralité de la Palestine mandataire. De la déclaration Balfour en 1917 à la résolution 242 en 1967, en passant par la résolution 181 de 1947, le volontarisme sioniste, aussi constant et énergique soit-il, s’est heurté et se heurte encore aujourd’hui à ces contraintes objectives. Certes, par la force des armes, Israël contrôle aujourd’hui le territoire intégralement, ou quasiment si l’on tient compte de la bande de Gaza dont il s’est désengagé de facto en 2005, et des villes placées sous le contrôle civil et sécuritaire de l’Autorité palestinienne (AP) depuis 1994.

En dépit d’un bilan historique encore en deçà de ses attentes, la performance palestinienne n’est cependant pas mince. Réduit dans la déclaration Balfour au degré zéro de « populations non-juives » dotées seulement de droits civils et religieux, le peuple arabe de Palestine a réussi à surmonter cette dénégation et à obtenir que ses droits nationaux soient reconnus comme légitimes par la communauté internationale. À défaut d’être réalisés sur le terrain.

Sur le même sujet, lire «  Le centenaire de la déclaration Balfour  » de Paul Delmotte.

Denis Charbit est maître de conférences, département de sociologie, science politique et communication de l’Open University d’Israël (Ra’anana). Parmi ses publications en français touchant au sionisme et à l’État d’Israël :
Israël et ses paradoxes (Le Cavalier bleu, 2015),
Qu’est-ce que le sionisme ? (Albin Michel, 2007),
Sionismes. Textes fondamentaux(Albin Michel, 1998).
Il a participé aux deux ouvrages collectifs suivants : L’Etat d’Israël(dirigé par Alain Dieckhoff, Fayard, 2008) et Histoire des relations entre juifs et musulmans des origines à nos jours(dirigé par Abdelwahab Meddeb et Benjamin Stora, Albin Michel, 2013). Il a enfin dirigé le recueil d’articles Les intellectuels français et Israël, paru aux Éditions de l’éclat en 2009.

Enseigner la notion d’inégalité par le jeu (2)

Rédactrice : Bénédicte Tratnjek

Fiche démarche n°2

Le jeu porte sur les inégalités sociales, à partir de rôles attribués, au hasard, aux élèves avant de démarrer la partie. Ces rôles influencent très fortement les possibilités des joueurs dans le jeu, ce qui leur permet d’expérimenter les inégalités sociales. Le jeu est une adaptation de la vidéo « Changeons les règles du jeu » de l’Observatoire des inégalités.

Matériel à prévoir :

  • un tableau de la répartition des prix (un par groupe) (voir ci-dessous),
  • les règles du jeu (une fiche par groupe) (voir ci-dessous),
  • deux dés par plateau,
  • de nombreux billets de Monopoly imprimés et découpés de 100 €, 500 €, 1 000 €, 2 000 € et 10 000 € (prévoir plus de billets de 1 000 €),
  • des pions de différentes couleurs (à partir d’un jeu de société, ou avec des bouchons de couleur différente),
  • des cartes « Chance » pour chaque plateau (voir plus bas),
  • une boîte de crayons de couleur ou feutres par plateau.

Répartition des rôles :

L’enseignant a préalablement préparé des papiers pliés avec les différents rôles que les élèves tirent au hasard. Pour un groupe de 8 élèves :

  • deux personnes issues de l’immigration « visible »,
  • une personne en situation d’handicap,
  • une personne très riche,
  • deux femmes,
  • deux hommes de la classe moyenne.

Déroulement de la séance :

Temps n°1 : Reprise (5 minutes)

L’enseignant demande aux élèves ce qu’ils ont appris lors de la séance précédente, autour des inégalités territoriales. Il présente ensuite le jeu : jouer va permettre d’aborder autrement les inégalités, autour des inégalités sociales.

Temps n°2 : Le temps du jeu (35 minutes)

Les élèves sont répartis par groupe de 8 : seul un plateau sur deux réalisés en séance n°1 sera ainsi utilisé, ce qui permet à l’enseignant d’éventuellement pallier à des problèmes de rythmes de certains groupes qui n’auraient pas fini le plateau de jeu lors de la première séance. Ce choix permet aussi de donner différents rôles aux élèves pour une même partie.

Les élèves disposent des règles du jeu, du plateau de jeu et du tableau des prix. Ils doivent ici agir en autonomie pour expérimenter les inégalités sociales. Pendant le jeu, l’enseignant peut noter au tableau l’ensemble des réactions des élèves (« c’est injuste ! », « il n’est pas drôle ce jeu », « j’en ai marre de perdre juste parce que je ne peux pas gagner », etc.), notamment leurs émotions.

Temps n°3 : Reprise et conclusion (15 minutes)

L’enseignant organise un temps de discussion avec l’ensemble de la classe autour de la question : « A-t-on les mêmes chances dans la société ? ». La discussion porte sur les critères de différenciation des individus (différences de revenus, de genre, de mobilité, d’origine, etc.). La prise de notes peut alors se faire à partir d’un schéma fléché réalisé à partir des réponses des élèves.

Les règles du « Monopoly des inégalités »

LES RÔLES :

Chaque joueur doit tenir compte des restrictions/avantages que lui donne son rôle :

Les hommes de la classe moyenne : Ils commencent le jeu « normalement » avec 20 000 €. Ils touchent 2 000 € sur la case « Salaire ».

Les personnes issues de l’immigration : Elles commencent le jeu avec 10 000 € et en prison. Elles ne touchent que 1 500 € sur la case « Salaire ». Quand elles sont en prison au cours de la partie, elles doivent y rester trois tours (pas de lancer de dé, de cartes « Libéré.e de prison » ou de possibilité de payer pour sa libération).

Les personnes en situation de handicap : Elles commencent la partie avec 20 000 €, mais elles ne peuvent lancer qu’un seul dé par tour. Elles touchent 2 000 € sur la case « Salaire ».

Les personnes très riches : Elles commencent la partie avec 30 000 € et une propriété dans l’une des cases vertes. Elles touchent 3 000 € sur la case « Salaire ». De plus, tout au long du jeu, elles ne vont jamais en prison (quand elles tombent sur la case « Allez en prison », elle reste sur cette case sans que rien ne se passe ; de même, si elles tirent une carte « Chance » indiquant « Allez en prison », elles restent sur la case « Chance » sans que rien ne se passe). Les personnes très riches sont les seules qui peuvent acheter les propriétés des joueurs en faillite, et ce à moitié prix de leur achat.

Les femmes : Elles commencent la partie avec 15 000 €, et ne toucheront pas 2 000 € sur la case départ comme tous les autres joueurs, mais seulement 1 500 €.

LE DÉROULEMENT DU JEU :

  • Chaque joueur joue à tour de rôle.
  • Chaque joueur dispose d’un pion (bouchon) et d’un stylo de la même couleur.
  • Quand un joueur achète une ville, il fait une croix avec SON crayon (celui qui correspond à la couleur de son pion) À L’INTÉRIEUR DE la case de la ville concernée.
  • Les joueurs peuvent acheter des villes à partir du second tour.
  • Lorsqu’un joueur achète une maison, il fait une petite croix AU-DESSUS DE la case concernée.
  • Un joueur ne peut pas acheter plus de 5 maisons pour une ville (soit 5 croix au-dessus de la case maximum).
  • Les joueurs ne doivent pas nécessairement posséder toutes les villes de la même couleur pour acheter une maison.
  • Les joueurs ne peuvent pas faire d’emprunt à la banque. S’ils font faillite, seules les personnes très riches peuvent leur racheter leur(s) ville(s), et ce à moitié prix. S’ils ne peuvent vendre leur(s) ville(s) (par impossibilité ou refus de la personne très riche) ou s’ils n’en ont pas à vendre, ils sortent du jeu (et peuvent alors assurer la gestion de la banque).

La répartition des prix

couleur de la case prix à l’achat prix des loyers à payer
sans maison avec une maison avec 2 maisons avec 3 maisons avec 4 maisons avec un hôtel (5 maisons)
marron 1 000 € 100 € 500 € 2 000 € 5 000 € 8 000 € 10 000 €
bleu clair 2 000 € 200 € 1 000 € 3 000 € 7 000 € 10 000 € 15 000 €
rose / orange 3 000 € 300 € 1 500 € 4 000 € 10 000 € 15 000 € 20 000 €
rouge / jaune 5 000 € 500 € 2 000 € 6 000 € 15 000 € 20 000 € 30 000 €
vert 6 000 € 1 500 € 5 000 € 10 000 € 20 000 € 30 000 € 50 000 €
bleu foncé 8 000 € 2 000 € 10 000 € 20 000 € 35 000 € 50 000 € 70 000 €

 

case particulière prix à l’achat prix des loyers à payer
une carte 2 cartes 3 cartes 4 cartes
gare 5 000 € 1 000 € 2 000 € 5 000 € 10 000 €
compagnie 4 000 € 1 000 € 3 000 € / /

 

Case départ à Case « salaire » Toucher 2 000 €
Case taxe de luxe à Case « T.V.A » Payer 1 000 €

Quelques propositions de cartes « Chance »

CONSIGNE GÉNÉRALE RESTRICTION
Aller en prison sauf si tu es riche
Aller à la gare la plus proche sauf si tu es handicapé
Jour de paie. Avancer à la case départ et toucher 2 000 € sauf si tu es une femme : toucher seulement 1 000 €

ou si tu es un étranger : rester sur la case sans bouger

Aller à la case « départ ». sauf si tu es handicapé
Jour des impôts. Payer 2 000 € sauf si tu es riche : payer 1 000 € grâce à l’optimisation fiscale
Augmentation de salaire. Touche 1 000 € sauf si tu es une femme
Erreur de la banque en ta faveur. Toucher 1 000 € sauf si tu es riche : toucher 2 000 €
Jour de ton anniversaire : tous les joueurs te donnent 100 € sauf si tu es handicapé
Payer les études des enfants. Donner 2  000 € sauf si tu es riche
Accident de voiture. Tu deviens handicapé. Les règles du rôle « personne en situation d’handicap » s’appliquent désormais à toi. /
Ton équipe gagne la finale du championnat de football local. Toucher 1 000 € sauf si tu es handicapé
Tu peines à trouver un emploi. Payer 100 € pour imprimer de nouveaux CV. seulement si tu es un étranger, une femme ou un handicapé
La banque te demande de rembourser immédiatement ton prêt. Donne 2 000 €. sauf si tu es riche
Tu trouves un meilleur emploi. Toucher 2 000 € sauf si tu es un étranger, une femme ou un handicapé
Tu subis du harcèlement sexuel de la part de ton patron. Paie 1 000 € de frais d’avocat. seulement si tu es une femme
La nouvelle municipalité te renvoie de ton logement social. Paie 2 000 € de frais d’agence pour ton nouveau logement. seulement si tu es un étranger
Tu hérites d’une propriété. Choisis n’importe quelle case non achetée. seulement si tu es riche
Amende pour conduite dangereuse. Payer 1 000 €. sauf si tu es riche

 

Temps n°2 : Le temps du jeu (35 minutes)

Les élèves sont répartis par groupe de 8 : seul un plateau sur deux réalisés en séance n°1 sera ainsi utilisé, ce qui permet à l’enseignant d’éventuellement pallier à des problèmes de rythmes de certains groupes qui n’auraient pas fini le plateau de jeu lors de la première séance. Ce choix permet aussi de donner différents rôles aux élèves pour une même partie.

Les élèves disposent des règles du jeu, du plateau de jeu et du tableau des prix. Ils doivent ici agir en autonomie pour expérimenter les inégalités sociales. Pendant le jeu, l’enseignant peut noter au tableau l’ensemble des réactions des élèves (« c’est injuste ! », « il n’est pas drôle ce jeu », « j’en ai marre de perdre juste parce que je ne peux pas gagner », etc.), notamment leurs émotions.

 

Exemple de répartition des prix

couleur de la case prix à l’achat prix des loyers à payer
sans maison avec une maison avec 2 maisons avec 3 maisons avec 4 maisons avec un hôtel (5 maisons)
marron 1 000 € 100 € 500 € 2 000 € 5 000 € 8 000 € 10 000 €
bleu clair 2 000 € 200 € 1 000 € 3 000 € 7 000 € 10 000 € 15 000 €
rose / orange 3 000 € 300 € 1 500 € 4 000 € 10 000 € 15 000 € 20 000 €
rouge / jaune 5 000 € 500 € 2 000 € 6 000 € 15 000 € 20 000 € 30 000 €
vert 6 000 € 1 500 € 5 000 € 10 000 € 20 000 € 30 000 € 50 000 €
bleu foncé 8 000 € 2 000 € 10 000 € 20 000 € 35 000 € 50 000 € 70 000 €
case particulière prix à l’achat prix des loyers à payer
une carte 2 cartes 3 cartes 4 cartes
gare 5 000 € 1 000 € 2 000 € 5 000 € 10 000 €
compagnie 4 000 € 1 000 € 3 000 € / /
Case départ à Case « salaire » Toucher 2 000 €
Case taxe de luxe à Case « T.V.A » Payer 1 000 €

Pour simplifier le jeu, le prix des maisons est identique pour toutes les cases : 2 000 € pour une maison (un hôtel représentant l’achat de 5 maisons, soit 10 000 € au total). Contrairement au jeu classique, les joueurs ne sont pas dans l’obligation d’acheter la totalité d’une série de cases. Mais, pour simplifier le jeu, on ne procède pas au tour d’échanges entre les propriétés, chacun jouant avec ce qu’il a pu acheter. De même, si lorsqu’un joueur passe sur une case libre mais ne peut/veut l’acheter, elle n’est pas mise aux enchères entre les autres joueurs, elle est laissée libre. Il n’y a pas de possibilité d’emprunter à la banque. Enfin, il n’y a pas de carte « Libéré.e de prison », de paiement possible pour sortir de prison ou de lancer de dés, les joueurs restent en prison pendant un tour, sauf cas particuliers (les personnes très riches qui ne vont jamais en prison, et personnes d’origine étrangère qui restent trois tours en prison) tels qu’énoncés dans les rôles (voir ci-dessous).

Toutes ces règles peuvent être distribuées sur un papier à chaque groupe ou indiquées sur le tableau de la salle de classe, mais les élèves doivent pouvoir s’y référer pour éviter le risque de flou, au cours de la partie, entre les règles ordinaires et les règles adaptées.

Pour la partie, l’enseignant doit avoir amené / préparé (en plus du plateau réalisé par les élèves) :

  • des papiers pliés avec chacun des rôles que les élèves tireront au sort[1],
  • deux dés par plateau,
  • de nombreux billets de Monopoly imprimés et découpés de 100 €, 500 €, 1 000 €, 2 000 € et 10 000 € (prévoir plus de billets de 1 000 €),
  • des pions de différentes couleurs (à partir d’un jeu de société, ou avec des bouchons de couleur différente),
  • des cartes « Chance » pour chaque plateau (voir plus bas),
  • une boîte de crayons de couleur ou feutres par plateau.

Les cartes propriétés, les maisons et les hôtels seront remplacées par des annotations sur le plateau. Chaque joueur dispose d’un pion (ou bouchon) et d’un crayon de couleur ou feutre de la même couleur que le pion/bouchon. Lorsque le joueur achète une ville (ou une rue), il fait une croix de la couleur de son pion sur la case. S’il achète une maison, il fait une petite croix verte au-dessus de la case concernée. Lorsqu’il achète un hôtel (soit une cinquième maison), il fait une grosse croix rouge au dessus de la case concernée. Évidemment, si l’enseignant peut disposer d’un nombre suffisant de pièces pour chaque plateau, il est plus aisé de les utiliser.

Avant de lancer le jeu, l’enseignant fait tirer au sort (à partir de papier où sont indiqués les rôles) un rôle pour chaque élève (le nombre est à adapter en fonction du nombre d’élèves par plateau de jeu). En fonction de son rôle, le joueur n’aura pas les mêmes chances au début du jeu et dans le jeu (comme le propose la vidéo de l’Observatoire des inégalités) :

  • deux personnes issues de l’immigration « visible »,
  • une personne en situation d’handicap,
  • une personne très riche,
  • deux femmes,
  • deux hommes de la classe moyenne.

Si la séquence n’arrive pas en tout début d’année, l’enseignant peut s’appuyer sur sa connaissance des élèves pour leur attribuer, en amont, un rôle. Il s’agit alors d’éviter que des élèves subissant déjà, dans leur vie quotidienne, des inégalités se retrouvent dans un rôle qu’ils ne connaissent que trop bien, et à l’inverse de « forcer » les élèves plus favorisés à se projeter dans les conséquences d’inégalités dont ils n’ont aucune pratique. Un exemple simple est celui du rôle des femmes : il s’agit alors de donner ce rôle à des garçons, puisque les filles sont souvent très sensibilisées à la question des inégalités de genre. Dans le cas où des élèves « bloquent » avec leur rôle (notamment si l’enseignant choisit de faire tirer au sort les rôles), il est possible de leur proposer de jouer le rôle du banquier, c’est-à-dire de tenir la banque de billets. Pour que ces élèves (un par plateau maximum) soient tout de même impliqués dans l’expérimentation des inégalités, il leur est alors demandé de noter toutes les réactions des autres élèves : la liste des émotions servira alors de point de départ à la mise en commun (voir plus bas).

Pour chaque rôle, le début du jeu est différent :

  • les hommes de la classe moyenne commencent « normalement » le jeu avec 20 000 €,
  • les personnes issues de l’immigration disposent de 10 000 € en début de partie (au lieu de 20 000 €), mais commencent la partie en prison. Quand elles sont en prison au cours de la partie, elles doivent y rester trois tours (pas de lancer de dé, de cartes « Libéré.e de prison » ou de possibilité de payer pour sa libération),
  • les personnes en situation de handicap commencent la partie avec 20 000 € mais ne disposent que d’un seul dé (il est aussi possible de leur donner deux dés où les faces ne sont remplies que par des 1 ou 2), pour simuler leur manque d’accès à de nombreux espaces publics,
  • les personnes très riches commencent la partie avec 30 000 € (au lieu de 20 000 €) et une propriété dans l’une des cases vertes. Elles touchent 3 000 € sur la case « Salaire » (au lieu de 2 000 €). De plus, tout au long du jeu, elles ne vont jamais en prison (quand elles tombent sur la case « Allez en prison », elle reste sur cette case sans que rien ne se passe ; de même, si elles tirent une carte « Chance » indiquant « Allez en prison »). Les personnes très riches sont les seules qui peuvent acheter les propriétés des joueurs en faillite, et ce à moitié prix de leur achat,
  • les femmes commencent la partie avec 15 000 € (au lieu de 20 000 €) et ne toucheront pas 2 000 € sur la case départ comme tous les autres joueurs, mais seulement 1 500 € (pour simuler les différences de salaire entre les sexes).

Au cours de la partie, les inégalités vont continuer à avoir une grande influence sur le déroulement du jeu, du fait des cartes « Chance ». Comme dans le jeu classique, ces cartes peuvent avoir un effet positif ou négatif, mais une restriction y est ajoutée : un type de joueur sera traité différemment dans chaque carte.

Le Monopoly des inégalités : exemples de cartes « Chance »

Quelques propositions de cartes « Chance »

CONSIGNE GÉNÉRALE RESTRICTION
Aller en prison sauf si tu es riche
Aller à la gare la plus proche sauf si tu es handicapé
Jour de paie. Avancer à la case départ et toucher 2 000 € sauf si tu es une femme : toucher seulement 1 000 €

ou si tu es un étranger : rester sur la case sans bouger

Aller à la case « départ ». sauf si tu es handicapé
Jour des impôts. Payer 2 000 € sauf si tu es riche : payer 1 000 € grâce à l’optimisation fiscale
Augmentation de salaire. Touche 1 000 € sauf si tu es une femme
Erreur de la banque en ta faveur. Toucher 1 000 € sauf si tu es riche : toucher 2 000 €
Jour de ton anniversaire : tous les joueurs te donnent 100 € sauf si tu es handicapé
Payer les études des enfants. Donner 2  000 € sauf si tu es riche
Accident de voiture. Tu deviens handicapé. Les règles du rôle « personne en situation d’handicap » s’appliquent désormais à toi. /
Ton équipe gagne la finale du championnat de football local. Toucher 1 000 € sauf si tu es handicapé
Tu peines à trouver un emploi. Payer 100 € pour imprimer de nouveaux CV. seulement si tu es un étranger, une femme ou un handicapé
La banque te demande de rembourser immédiatement ton prêt. Donne 2 000 €. sauf si tu es riche
Tu trouves un meilleur emploi. Toucher 2 000 € sauf si tu es un étranger, une femme ou un handicapé
Tu subis du harcèlement sexuel de la part de ton patron. Paie 1 000 € de frais d’avocat. seulement si tu es une femme
La nouvelle municipalité te renvoie de ton logement social. Paie 2 000 € de frais d’agence pour ton nouveau logement. seulement si tu es un étranger
Tu hérites d’une propriété. Choisis n’importe quelle case non achetée. seulement si tu es riche
Amende pour conduite dangereuse. Payer 1 000 €. sauf si tu es riche

Avec ces règles, le jeu n’a pas pour but de s’éterniser (au contraire), mais de confronter les élèves à la notion d’inégalités sociales. Rapidement, plusieurs joueurs se retrouvent « endettés » et doivent sortir du jeu, ce qui permet de lancer, au sein de la même séance, le troisième temps : celui de la reprise autour de la notion d’inégalités.

Les élèves sont alors amenés à donner collectivement leurs impressions, leur vécu face au jeu. Les notions d’injustice, de différences et d’inégalités sont au cœur de leur expérimentation. Cette courte mise en commun permet de leur montrer la vidéo de l’Observatoire des inégalités, et de discuter de la question de l’égalité des chances. A ce moment, l’enseignant peut interroger les élèves sur les différentes formes d’inégalités expérimentées dans le jeu, et les lister au tableau (ex : inégalités de genre, inégalités socioéconomiques, inégalités subies par les minorités, inégalités entre les territoires). Puis, les élèves sont amenés à élargir l’expérience : quelles autres inégalités existe-t-il ? La liste effectuée au tableau se complète (ex : inégalités face à la santé, inégalités face aux risques, inégalités face à la ressource en eau, etc.).

Si la séquence est réalisée en lien avec l’Enseignement moral et civique (EMC), il est possible de conclure la séquence en montrant la différence entre inégalité sociale et discrimination. Des sites Internet tels que ceux de l’Observatoire des inégalités (notamment son Espace jeunes) et de la Plate-forme d’études sur les discriminations offrent de nombreuses ressources pour élargir cette séquence aux enjeux du parcours citoyen. Il s’agit notamment de permettre aux élèves d’identifier quelles discriminations ont été mises en scène dans le Monopoly des inégalités :

  • dans le cas des personnes d’origine étrangère « visible » : discriminations liées à l’apparence physique, à l’appartenance ou non à une nation, à l’appartenance ou non à une « race » (selon les termes reconnus par la loi dans le domaine de l’emploi, et non par reconnaissance de l’existence de supposées « races »), l’appartenance ou non à une religion (réelle ou supposée) ;
  • dans le cas des femmes : le sexe ;
  • dans le cas des personnes en situation d’handicap : le handicap.

Les autres critères de discriminations retenus par la loi (article 225-1 du code pénal, modifié par la loi n°2017-86 du 27 janvier 2017 relative à l’égalité citoyenne) peuvent alors être introduits, de même que les différentes formes de discriminations et la question du poids des stéréotypes.

Il est aussi important de faire réagir les élèves sur le sens (et la limite !) des catégories choisies. Par exemple, qui se cache derrière le rôle des « personnes d’origine étrangère » ? Un premier temps peut être amené par des questions concrètes autour du jeu. Est-ce qu’un riche investisseur suisse[1] ferait partie de la catégorie « personnes d’origine étrangère » telle qu’elle est définit dans le jeu « Monopoly des inégalités » ? À quelle catégorie ce riche investisseur suisse appartient-il dans le jeu ? Un second temps permet une mise en perspective. Toutes les personnes d’origine étrangère sont-elles discriminées en France ? Quelles sont celles dont l’arrivée en France est totalement acceptée par la société ? Y a-t-il un lien entre cette acceptation des uns et ce refus des autres avec leur origine ? Y a-t-il aussi un lien avec leurs conditions socioéconomiques ?

 

Source : Dessin de Rolies, publié sur le site Histoiregeoeurope (la source d’origine n’est pas indiquée), en ligne : http://lewebpedagogique.com/histoiregeoeurope/2011/05/11/c-legalite/

La séquence peut alors se conclure autour d’une élaboration commune de la définition d’inégalité. Les élèves sont amenés à élaborer un schéma fléché (ou de schéma heuristique) des différents types d’inégalités, qui constitue la trace écrite. Enfin, les élèves sont questionnés sur le lien entre la géographie et les inégalités : pourquoi étudie-t-on les inégalités en géographie ? Il s’agit de leur mettre en avant la dimension spatiale des inégalités, de leur faire réfléchir sur la manière dont elles s’inscrivent dans l’espace, et ce à différentes échelles.

Source : Vannier, Aurélie, 2014, « Stratification sociale, inégalités », power-point, p. 9,

en ligne : http://slideplayer.fr/slide/1151837/

[1] L’exemple est à adapter en fonction du contexte géographique des élèves : ici, il s’agissait d’une expérimentation dans un lycée de Savoie.

[1] À noter qu’il peut y avoir, à ce moment-là, selon le temps dont dispose l’enseignant, un temps d’échange sur les inégalités à la naissance. Cette thématique peut, dans un autre cas, être reprise dans une séance d’EMC (enseignement moral et civique) autour du thème des discriminations, à partir de l’expérimentation du jeu et de l’écoute, par exemple, de la chanson Né quelque part de Maxime Leforestier, pour amener les élèves à lister les différentes conditions qui créent des inégalités à la naissance. Cette séance peut amener à différencier, inégalités et discriminations, par exemple en proposant aux élèves une recherche des critères de discriminations à partir du site Inégalités et discriminations de l’Observatoire des inégalités : http://www.inegalites.fr/spip.php?page=espacejeune_sommaire

Bibliographie non exhaustive :

 

DES RÉFÉRENCES GÉNÉRALES :

QUELQUES RÉFÉRENCES SUR LA FRANCE :

À PROPOS DES INÉGALITÉS SCOLAIRES :

Sitographie non exhaustive :

 

Enseigner la notion d’inégalité par le jeu (1)

Rédactrice  : Bénédicte Tratnjek

Le 25 avril 2017, l’Observatoire des inégalités, publie sur son site Internet, une vidéo intitulée « Changeons les règles du jeu » montrant des enfants amenés à jouer au Monopoly © avec des modifications de règles qui ne placent pas les joueurs sur un pied d’égalité en début de partie, mais les confrontent à des situations de la vie quotidiennes : un garçon se retrouve ainsi, parce qu’il est ce jour-là en béquilles, dans le rôle de la personne en situation de handicap, qui n’a pas accès à certaines cases du jeu, les gares (tout comme dans la vie quotidienne, de nombreux espaces publics sont mal accessibles aux personnes en situation de handicap). Les filles ne touchent que la moitié du salaire lorsqu’elles passent sur la case « départ ». Un autre joueur, du fait de sa couleur de peau, commence la partie en prison. Un autre dispose de dés où toutes les faces ont des chiffres « 1 ». Un autre n’a pas le droit d’acheter des propriétés autres que celles des cases marrons et bleues claires. À l’inverse, des joueurs sont favorisés par ces règles modifiées du jeu : plus d’argent en début de jeu, des dés « normaux », aucune contrainte particulière, une carte permettant de ne jamais aller en prison. Une des joueuses conclut sur leur expérience : « Mais, les nouvelles règles, je crois qu’elles sont pas très justes en fait. Je crois même qu’elles sont pas juste du tout ».

Cette vidéo de sensibilisation aux conséquences des discriminations et des inégalités dans la société française a été le point de départ de la mise en place du jeu, rebaptisé pour l’occasion « le Monopoly des inégalités ». Ce jeu a été mobilisé lors de deux séances :

  • une première séance pour faire fabriquer un plateau de jeu par les élèves, adapté à leur territoire de proximité,
  • une seconde séance où les élèves ont joué sur leur plateau, avec les règles modifiées.

La première séance introduit la notion d’inégalités entre les territoires, tandis que la seconde séance se concentre sur la notion d’inégalités sociales.

L’ensemble, qui tente d’avoir une approche interdisciplinaire de la notion d’inégalités, a été pensé dans le cadre de séances d’AP (accompagnement personnalisé) en classe de Seconde dans le cycle « Approfondissement », mais pourrait être réadapté pour de nombreux autres temps du parcours scolaire. Par exemple, il est possible d’envisager une adaptation pour un EPI (enseignement pratique interdisciplinaire) au collège, croisant géographie et anglais en proposant la réalisation du plateau de Monopoly de Londres ou de New York. Le jeu peut également être envisagé comme manière de co-construire avec les élèves une définition des inégalités, dans une démarche introductive pour le programme de géographie en classe de Cinquième. Évidemment, bien d’autres adaptations peuvent être envisagées.

Chacune des séances est synthétisée dans une fiche-démarche.

* * * * * * * * * * * * * 

Fiche démarche n°1 :

Le jeu porte sur les territoires de proximité des élèves. L’enseignant fait le choix de l’échelle : il fera réaliser le plateau de jeu pour la région (R), le département (D) ou la ville (V) où se situe l’établissement.

Les élèves sont répartis par groupe de 4, chaque groupe doit réaliser un plateau de Monopoly adapté au territoire de proximité.

Matériel à prévoir :

  • un tableau des prix de l’immobilier du territoire de proximité sélectionné avec 20 lieux, c’est-à-dire 20 villes pour les plateaux (R) et (D), 20 rues pour les plateaux (V) ;
  • un corpus documentaire par groupe permettant de confronter les prix de l’immobilier à d’autres critères d’attractivité du territoire, à adapter en fonction du territoire et de ses atouts/contraintes (par exemple : une carte des transports dans le territoire, une carte des emplois, une carte des activités économiques, une carte du tourisme, une carte de l’industrie, une carte de l’agriculture, une carte des évolution du peuplement, une carte des densités de peuplement, etc.) ;
  • des feuilles A3 (deux par groupe d’élèves) ;
  • des feutres (une boîte par groupe d’élèves) ou des crayons de couleurs et stylos feutres fins (une boîte de chaque par groupe).

Pour gagner du temps sur la réalisation du plateau, l’enseignant peut préparer en amont des plateaux de Monopoly © vierges (un par groupe d’élèves), avec 11 cases pour chaque côté (soit au total 40 cases).

Déroulement de la séance :

Temps n°1 : Temps de questionnement (5 minutes)

L’enseignant projette un plateau de Monopoly © classique au tableau, et invite les élèves à réfléchir sur la manière dont sont organisées les cases. Quelles sont les cases où l’achat et les loyers sont les moins chers et les plus chers ? Pourquoi ?

Temps n°2 : La réalisation du plateau de jeu (45 minutes)

Les élèves sont répartis par groupe de 4, par îlots. Chaque groupe dispose de deux feuilles A3 vierges (ou d’un plateau du Monopoly vierge sur format A3, voire A2), d’un tableau des prix de l’immobilier du territoire de proximité choisi par l’enseignant et du corpus documentaire.

Consignes pour l’étape 1 : Avant de réaliser le plateau de jeu, les élèves doivent, sur un brouillon :

  • choisir selon des critères précis comment hiérarchiser les 20 villes (ou rues) : ils ne doivent pas tenir compte que des prix de l’immobilier (100 € de différence pour un prix du m2 à l’achat ne signifiant, par exemple, pas grand chose), mais confronter ces données à celles du corpus documentaire (à prix de l’immobilier égal, les lieux ne différencient-ils pas en termes d’accessibilité, d’attractivité, de dynamisme ?) ;
  • à partir de ces critères, reporter les 20 villes (ou rues) dans un tableau, en partant de la ville la moins attractive (qui aura, sur le plateau, les tarifs à l’achat et les loyers les plus bas) à la ville la plus attractive ;
  • à côté de chacune des villes dans le tableau (voir ci-dessous), les élèves doivent reporter la couleur qui correspond au « statut » de la ville (ou rue) dans le jeu du Monopoly :
    • 2 villes (ou rues) marrons (les moins chères),
    • 2 villes bleues clairs (au lieu de 3 sur le plateau original),
    • 2 villes roses (au lieu de 3),
    • 3 villes oranges,
    • 3 villes rouges,
    • 3 villes jaunes,
    • 3 villes vertes,
    • 2 villes bleues foncées.
  • sous le tableau, écrire 4 gares pour les plateaux (R) et (D) ou 4 arrêts de bus majeurs pour les plateaux (V).

L’enseignant vient valider le travail réalisé par chaque groupe grâce au tableau, et fait éventuellement procéder, par la discussion avec le groupe, à des ajustements (notamment si les élèves n’ont pas confronté les critères et n’ont pris en compte que les prix de l’immobilier, ce qui peut être trompeur dans des territoires où des prix de l’immobilier élevés cachent des territoires mal desservis et peu attractifs).

Le tableau à faire remplir aux élèves

Consignes pour l’étape n°2 : Une fois leur tableau validé par l’enseignant, les élèves passent à la réalisation du plateau de jeu, en s’appuyant sur le plateau du Monopoly classique. Ces consignes peuvent être distribuées à chaque groupe d’élèves ou projetées au tableau, accompagnées de l’image du plateau de jeu d’origine.

En partant de la case départ sur le plateau d’origine, placer :

  • dans le coin : la case départ devient la case « Salaire » sur laquelle les élèves indiquent « Toucher 2 000 €,
  • une case marron : la ville (ou rue) la moins attractive du territoire de proximité, comme indiqué sur le tableau réalisé par les élèves,
  • une case « Chance »,
  • une case marron,
  • une case « Impôts sur le revenu. Payer 2 000 € »,
  • une case « Gare » (ou « Arrêt de bus ») à laquelle les élèves ajoutent le nom d’une gare réelle du territoire de proximité,
  • une case bleue claire,
  • deux cases « Chance »,
  • une case bleue claire,
  • dans le coin : une case mixte « Simple visite / Prison »,
  • une case rose,
  • une case « Compagnie de l’électricité »[4] (les élèves peuvent ajouter le nom réel de la compagnie concernée sur leur territoire de proximité, s’ils le connaissent),
  • deux cases « Chance »
  • une case rose,
  • une case « Gare » (ou « Arrêt de bus »),
  • une case orange,
  • une case « Chance »,
  • deux cases oranges,
  • dans le coin : une case « Parc gratuit »,
  • une case rouge,
  • une case « Chance »,
  • deux cases rouges,
  • une case « Gare » (ou « Arrêt de bus »),
  • deux cases jaunes,
  • une case « Compagnie des eaux »,
  • dans le coin : une case « Allez en prison »,
  • deux cases vertes,
  • une case « Chance »,
  • une case verte,
  • une case « Gare » (ou « Arrêt de bus »),
  • une case « Chance »,
  • une case bleue foncée,
  • une case « T.V.A. » (à la place de la case « Impôt de luxe »),
  • une case bleue foncée,
  • la case d’après doit être la toute première : la case « Salaire ».

Temps n°3 : Reprise (5 minutes)

L’enseignant organise un temps de discussion avec l’ensemble de la classe autour de la question : « Les territoires sont-ils égaux ? ». La discussion porte sur les critères de différenciation des territoires (rural/urbain, accessibilité aux transports, accessibilité aux soins, accessibilité à l’éducation, dynamisme économique, etc.). La prise de notes peut alors se faire à partir d’un schéma fléché réalisé à partir des réponses des élèves.

* * * * * * * * * * * * * 

Séance n°1 : Les inégalités entre les territoires : La réalisation du plateau de jeu

Dans un premier temps, grâce à la projection du plateau du jeu de Monopoly © classique, les élèves doivent réfléchir sur la manière dont a été conçu le plateau[1] : les rues ont été placées sur le plateau en fonction du prix de l’immobilier[2].

Dans un deuxième temps, les élèves, répartis par groupe de 4, doivent appliquer ce principe à leur territoire de proximité. Celui-ci peut varier en fonction du contexte de l’établissement scolaire. Ici, c’est le département qui a été choisi puisque le lycée est situé dans une commune périurbaine qui n’est pas nécessairement connue des élèves en termes de pratiques spatiales (beaucoup d’élèves sont internes ou effectuent chaque jour des longues distances pour s’y rendre), mais on pourrait imaginer de reprendre les toponymes des rues à proximité de l’établissement, si elles sont bien connues des élèves, dans le cas d’un établissement de centre-ville dans une grande ville ou d’une école primaire par exemple.

Les élèves doivent travailler sur plusieurs documents, et ainsi trouver des critères pour placer les villes du département (ou noms de rues d’une ville dans le cas d’un plateau jouant sur un contexte plus local) sur le plateau. Pour reprendre globalement le plateau d’origine, 20 villes (ou rues) doivent avoir été sélectionnées en amont par l’enseignant. Les documents doivent comprendre un tableau du prix de l’immobilier pour ces 20 villes[3].

A noter que le plateau classique du Monopoly comprend 22 cases « rues », 2 d’entre elles seront transformées en cases « Chance » (voir plus bas). Ce choix est double :

  • principalement, il s’agit de disposer de davantage de cases « Chance », pour amplifier les conséquences des inégalités sur le déroulement du jeu, et permettre aux élèves d’expérimenter davantage cette notion,
  • de manière plus anecdotique, le site choisi pour les données immobilières présente un tableau des 20 premières villes d’un département, rendant plus aisé la constitution du document fourni aux élèves.

Exemple : le tableau des prix de l’immobilier en Savoie

Source : d’après le site « Meilleurs Agents », consulté le 8 mai 2017, en ligne : http://www.meilleursagents.com/prix-immobilier/savoie-73/

Ville Prix m2 moyen appartement Prix m2 moyen maison Loyer m2 moyen appartement
Chambéry 2 255 € 2 453 € 10,3 €
Aix-les-Bains 2 962 € 2 854 € 10,8 €
Albertville 1 894 € 1 784 € 8,6 €
La Motte-Servolex 2 602 € 2 593 € 10,8 €
Saint-Jean-de-Maurienne 1 415 € 1 785 € 7,7 €
La Ravoire 2 761 € 2 484 € 9,7 €
Bourg-Saint-Maurice 3 549 € 3 033 € 10,9 €
Ugine 1 644 € 2 082 € 8,2 €
Cognin 2 308 € 2 449 € 8,8 €
Saint-Alban-Leysse 2 830 € 2 521 € 10,3 €
Challes-les-Eaux 2 478 € 2 713 € 10,1 €
Barberaz 2 543 € 2 562 € 10,1 €
Le Bourget-du-Lac 3 003 € 2 900 € 11,4 €
Grésy-sur-Aix 2 974 € 2 659 € 10,4 €
Montmélian 1 838 € 1 969 € 8,5 €
Jacob-Bellecombette 2 518 € 2 737 € 11,7 €
Bassens 3 036 € 2 659 € 9,4 €
Moûtiers 2 307 € 2 024 € 8,1 €
Saint-Pierre-d’Albigny 1 976 € 2 077 € 8,2 €
La Rochette 1 755 € 1 782 € 7,7 €

Pour compléter ce document, les élèves doivent confronter le prix de l’immobilier (un prix moyen étant très relatif) à d’autres paramètres, qui peuvent être deux plusieurs ordres :

  • d’autres critères immobiliers[4], permettant d’approfondir la question de l’attractivité des territoires par le prisme de l’immobilier :
    • les prix les plus bas et les plus hauts pour chacune des villes,
    • l’évolution des prix depuis un an,
    • le nombre d’acheteurs actifs pour un bien en vente,
    • la part des ménages pouvant acheter 60 m2,
    • le délai moyen de vente.
  • d’autres critères, permettant de confronter les données immobilières à d’autres atouts / contraintes (à adapter selon le territoire) du territoire de proximité[5], qui permettent aux élèves de confronter des lieux où les prix de l’immobilier sont proches, et ainsi de les « classer » en prenant en compte de critères tels que le dynamisme économique ou l’accessibilité en termes de transports :
    • une carte des transports,
    • une carte des emplois,
    • une carte de l’industrie,
    • une carte du tourisme,
    • une carte de l’agriculture.
  • enfin, une carte montrant les évolutions du peuplement (ou a minima une carte des densités de peuplement), pour que les élèves confrontent les prix du foncier à la demande (il s’agit alors de leur faire percevoir que, si certains lieux ont des prix assez élevés, ils peuvent être marqués par de nombreux logements vides, du fait d’un recul du nombre d’habitants, par exemple).

 

Source : Anguier, Caroline et Henri Lavergne, 2014, « Savoie : la population du nord-ouest augmente, celle de la Maurienne diminue », La lettre Analyses de l’INSEE, n°219, en ligne : https://www.insee.fr/fr/statistiques/1292176

Ces autres documents doivent permettre aux élèves à la fois de classer et de placer sur le plateau de jeu des villes aux prix de l’immobilier proches, et de relativiser le seul critère de l’immobilier (dans le cas de la Savoie, le prix moyen fait apparaître des villes comme Bourg-Saint-Maurice comme très attractives, alors même que la confrontation à d’autres documents peut permettre de relativiser ce type de classement, notamment par rapport à l’emploi, l’accessibilité, le dynamisme actuel, etc.).

Pour plus d’efficacité, on peut inviter les élèves à remplir un tableau, qui leur servira de repère avant la réalisation du plateau de jeu.

Sur une feuille A3, chaque groupe d’élèves réalise alors un plateau, suivant le plateau du jeu classique, en ajoutant dans les cases :

  • la case départ devient une case « salaire » (sur laquelle on peut indiquer « Toucher 2 000 €),
  • il faut placer les 20 villes à la place de 20 des 22 cases « rues » du plateau classique, selon le classement effectué (2 cases marrons, 2 cases bleues claires (au lieu de 3[6]), 2 cases roses (au lieu de 3), 3 cases oranges, 3 cases rouges, 3 cases jaunes, 3 cases vertes, 2 cases bleues foncées) et sont indiquées en respectant ce code couleur,
  • les 2 autres cases « rues » du plateau classique deviennent des cases « Chances »,
  • on garde la case « Impôt sur le revenu » (sur laquelle on peut indiquer « Payer 2 000 €),
  • la case « Taxe de luxe » devient une case « T.V.A. », sur laquelle on peut indiquer « Payer 1 000 € » (là encore, il est possible de la transformer en case « Chance », mais cette case a l’avantage de conserver l’idée d’un impôt, qu’il est plus préférable de transformer en « T.V.A. », pour faire expérimenter un impôt commun à tous qui n’est pas fixé selon les revenus),
  • les cases « gares » sont réadaptées et remplacées par les 4 gares choisies par le groupe dans le territoire de proximité (dans le cas d’une ville et de noms de rues, on peut choisir des arrêts de bus majeurs) : il est important de garder ces cases pour le rôle « Personne en situation de handicap »,
  • on garde les 2 cases « Compagnie des eaux » et « Compagnie de l’électricité » (que l’on peut faire remplacer par le nom des acteurs locaux, tels que Chambéry Métropole dans le cas de la Savoie pour la question de l’eau) : il est possible de ne pas garder ces cases et de les transformer, elles aussi, en cases « Chances », mais il faut alors prévoir plus de cartes « Chances »,
  • les 6 cases « Caisse de communauté » (3) et « Chance » (3) deviennent toutes des cases « Chances » (pour ne pas multiplier le nombre de types de cartes à fabriquer, sans perdre la dynamique du jeu).

La reprise peut être effectuée en montrant aux élèves des documents sur les inégalités dans leur département (ou ville ou région, en fonction du territoire choisi pour constituer le plateau), notamment à partir des fiches de l’INSEE qui fournissent ici une importante base documentaire pour relier territoire et inégalités. En faisant varier les types d’inégalités (par exemple, en introduisant la notion d’inégalités scolaires par l’étude d’une carte de l’académie des élèves), il est alors visé, dans cette reprise, d’enrichir la notion d’inégalité territoriale, qui ne se limite évidemment pas à la question immobilière.

Source : Beaumont, Benjamin et Axel Gibert, 2015, « Rhône-Alpes, une région riche en dépit d’inégalités territoriales », INSEE Analyses Rhône-Alpes, n°29, en ligne : https://www.insee.fr/fr/statistiques/1285869

Source : Gonzalez, Isabelle, 2014, « Éducation nationale : inégalités géographiques au programme ! », France info, 2 juillet 2014, en ligne : http://france3-regions.francetvinfo.fr/auvergne-rhone-alpes/2014/07/02/education-nationale-inegalites-geographiques-au-programme-510103.html D’après : Géographie de l’école 2014, rapport de l’Éducation nationale, en ligne : http://cache.media.education.gouv.fr/file/geo11/87/3/DEPP_GEO_2014_334873.pdf

Le Monopoly des villes de Savoie : réalisation d’élèves

(classes de Seconde, lycée du Granier, La Ravoire, séance en AP)

Le Monopoly des villes de Savoie : réalisation d’élèves

(classes de Seconde, lycée du Granier, La Ravoire, séance en AP)

[1] À ce propos, voir l’article : Fleury, Marie-Françoise et Hervé Théry, 2002, « Le succès mondial du Monopoly », Mappemonde, n°66, pp. 33-37, en ligne : http://www.mgm.fr/PUB/Mappemonde/M202/Monopoly.pdf, qui peut permettre de faire réfléchir les élèves sur les plateaux d’autres versions que celle d’origine.

[2] À ce propos, voir la proposition de révision du plateau du jeu classique : Fleury, Marie-Françoise et Hervé Théry, 2005, « Les rues de Paris vues par le Monopoly, une proposition de révision », Mappemonde, n°77, en ligne : http://mappemonde-archive.mgm.fr/num5/articles/art05104.html, qui peut permettre aux enseignants parisiens de faire fabriquer le plateau de jeu à leurs élèves sans leur faire faire une reproduction exacte du plateau d’origine et, ainsi, les faire réfléchir aux évolutions de ce territoire.

[3] Le site Internet « Meilleurs Agents » peut s’avérer très pratique pour réaliser ce tableau, puisqu’on y trouve des données immobilières (prix moyen au m2 à l’achat pour une maison, à l’achat pour un appartement, à la location) une sélection des 20 plus grandes villes de chaque département et une liste complète des villes. Par exemple, pour le département de la Savoie : http://www.meilleursagents.com/prix-immobilier/savoie-73/

[4] L’ensemble de ces données est accessible, par commune, sur le site Internet « Meilleurs Agents ». Cette phase de recherche par les élèves est facilitée en cas d’accès à des tablettes numériques disponibles pour chaque groupe. Sinon, l’enseignant doit prévoir en amont de réaliser l’ensemble du tableau avec tous ces critères pour toutes les villes et le fournir à chaque groupe.

[5] La collection « Atlas Monde » chez Autrement fournit des sources particulièrement utiles pour certains territoires de proximité, et notamment :

  • Laslaz, Lionel, Christophe Gauchon et Olivier Pasquet, 2015, Atlas Savoie Mont-Blanc. Au carrefour des Alpes, des territoires attractifs, Autrement, collection Atlas Monde, Paris.
  • Pihet, Christian, Jean Renard et Andrée Dubois, 2013, Atlas des Pays de la Loire, Autrement, collection Atlas Monde, Paris.
  • Bres, Antoine, Thierry Sanjuan, Madeleine Benoît-Guyod et Cyrus Cornut, 2012, Atlas de Paris. Les métamorphoses d’une ville intense, Autrement, collection Atlas Monde, Paris.
  • Gourlay, Florence, Ronan Le Délézir, Anne Le Fur et Alain Miossec, 2011, Atlas de la Bretagne. Les dynamiques du développement durable, Autrement, collection Atlas Monde, Paris.

Pour les échelles départementales et locales, de nombreuses ressources sont accessibles sur le site de l’INSEE ou celui de l’Observatoire des inégalités (par exemple, sur Strasbourg et Tours).

[6] À noter qu’il a été choisi ici de remplacer des cases « rues » parmi les achats et loyers les moins chers, pour renforcer l’aspect inégalitaire de l’immobilier : le plateau comporte ainsi plus de cases accessibles aux seuls riches, tandis que les rôles plus modestes peinent à se loger et sont en compétition les uns avec les autres (certains élèves se retrouvent ainsi à la fin du jeu à ne pouvoir jamais être propriétaire). Mais d’autres choix peuvent être faits ici.