Archives mensuelles : juillet 2015

Au coeur de la Révolution. Les leçons d’histoire d’un jeu vidéo

Rédactrice : Hayat El Kaaouachi

Au coeur de la Révolution. Les leçons d’histoire d’un jeu vidéo, Jean-Clément Martin et Laurent Turcot, Paris, Vendémiaire, coll. « chroniques », 2015.

Cette année, nombre d’interventions politiques et médiatiques auront rappelé combien l’histoire en France est une affaire sérieuse. Que ce soit pour en affirmer les exigences scientifiques, les apports émancipateurs ou la prétendue dimension unificatrice, la discipline est régulièrement et jalousement veillée. Le 13 novembre 2014, la sortie du dernier opus de jeu vidéo Assassin’s Creed fut une occasion allègrement saisie pour remettre l’histoire nationale au centre des débats.

Cinquième épisode d’une des séries phare de la maison Ubisoft, Assassin’s Creed Unity avait la prétention de prendre pour décor Paris entre 1789 et 1794. Dans les épisodes précédents, les personnages vivaient leurs aventures en Terre Sainte sous la troisième Croisade, à Florence durant la Renaissance, pendant la Guerre d’indépendance en Amérique ou dans les Caraïbes au XVIè siècle. Cette fois, la partie se joue au début de la Révolution Française, offrant l’incroyable opportunité de plonger dans le Paris révolutionnaire, de côtoyer une population nombreuse, variée, plus ou moins impliquée dans le cours politique de l’histoire, de croiser les trajectoires d’acteurs historiques majeurs et de saisir au vol toute une atmosphère. Continuer la lecture

« La vérité, toute la vérité, rien que la vérité » : j’ai prêté serment devant le Sénat

Rédactrice : Laurence De Cock

Mr Grosperrin, en qualité de rapporteur a rendu public hier le rapport de la commission sénatoriale « sur le fonctionnement du service public de l’éducation, sur la perte de repères républicains que révèle la vie dans les établissements scolaires et sur les difficultés rencontrées par les enseignants dans l’exercice de leur profession ».

Il me vient à l’évocation de ce titre de « rapporteur », quelques images bucoliques de cour de récréation où nous montrions du doigt les enfants courant se réfugier derrière l’autorité des maîtres/ses en pleurnichant et dénonçant  les quelques camarades retors qui ne filaient pas droit.  Chacun ses nostalgies d’école. Nous n’aimions pas les rapporteurs ; mais au moins faut-il reconnaître qu’ils disaient souvent vrai.

Ce n’est pas le cas de cet inepte rapport dont l’abstract constitue vraisemblablement la base de lancement de la droite forte, dure et lâche ; celle qui fournira à Mr Grosperrin  sans doute quelques menus remerciements pour l’impeccable zèle dont il vient de faire preuve.

Quelques rappels donc sur cette commission, avant de redire « toute la vérité, rien que la vérité » comme ce fut le cas ce matin du 7 mai lors de mon audition.

Formée précipitamment dans la panique post-attentats des 7 et 9 janvier, cette mission d’enquête visait à pointer du doigt ce qui relevait d’une prétendue « perte des repères républicains » des élèves à la suite des quelques incidents remontés au moment de la minute de silence. Incidents chiffrés à près de 200 ; incidents pointés à chaud dans l’émotion du moment et dont il faudra encore quelques années avant de pouvoir en déterminer réellement les modalités et motivations autrement que sous l’angle du scoop journalistique ou des lamentations gouvernementales. Mais il est vrai que ce sera le travail d’un historien ou sociologue, grands ennemis de cette commission – pensez-vous, ils tentent un peu de réfléchir – nous y reviendrons. Continuer la lecture

Le Sénat « sur écoute »


Rédacteurs-trices et signataires : Axel Berra-Vescio, Mickael Bertrand, Alexandre Boza, Vincent Casanova, Hayat Elkaaouachi, Eric Fournier, Bernard Girard, Servane Marzin

 

À propos des auditions de la « Commission d’enquête sur le fonctionnement du service public de l’éducation, sur la perte de repères républicains que révèle la vie dans les établissements scolaires et sur les difficultés rencontrées par les enseignants dans l’exercice de leur profession. »

Après les assassinats du mois de janvier, les questionnements et velléités politiques de combattre le terrorisme furent nombreux et unanimes. La police, la gendarmerie, l’armée et les services de renseignement furent félicités pour leur courage, leur anticipation, leur efficacité et leur sacrifice. Pour le gouvernement et de nombreux élus, la réflexion, la démarche ne devaient pas s’arrêter à une évaluation des services de sécurité du pays car, au-delà des morts des 7 et 9 janvier 2015, ce furent les incidents liés à la minute de silence dans les établissements le 8 janvier qui provoquèrent mécontentement et indignation. De fait, pour nos représentants politiques, les terroristes de l’intérieur et les contestations enfantines ou adolescentes dans un cadre d’injonction de deuil national, sans distanciation critique à l’égard de ce rapprochement hâtif et illégitime, ne pouvaient qu’être le signe d’une faillite de l’école. Au Sénat, la commission d’enquête sur la perte des repères républicains est née de ce prisme.

Le 15 janvier, le sénateur UMP Bruno Retailleau, élu de Vendée, président du Conseil général de Vendée, dépose en effet une demande de création de commission «  sur le fonctionnement du service public de l’éducation, sur la perte de repères républicains que révèle la vie dans les établissements scolaires et sur les difficultés rencontrées par les enseignants dans l’exercice de leur profession » (n° 231, 2014-2015) pour faire le point sur « les menaces qui pèsent sur l’école républicaine ». L’examen de cette demande est effectué par la commission des lois du Sénat le 21 janvier 2015, suscitant des réactions mitigées, certains sénateurs s’interrogeant même sur la pertinence d’un tel intitulé, d’autres sur l’objet précis de la commission d’enquête. La commission des lois estime que « les investigations de la commission d’enquête devraient donc porter sur la gestion du service public de l’éducation. Il ne s’agirait pas d’enquêter sur des faits déterminés. » In fine néanmoins, la commission d’enquête est autorisée le 27 janvier. Continuer la lecture