Archives quotidiennes :

Des chiffres, des conclusions et … des élèves

rédacteur : Laurent Fillion

Émoi national en vu, Une du Monde, lamentation du Figaro, discussion passionnée sur les réseaux sociaux et forums : le niveau des collégiens s’effondre en histoire-géographie !

A l’origine de cette conclusion : une étude de la DEPP qui a comparé les résultats à un même questionnaire d’un échantillon d’élèves de 2012 à un autre échantillon de 2006.

Mais quand donc va-t-on arrêter de prendre nos élèves pour des numéros ? Pour un matériau ? Pour des statistiques ? Quand donc va-t-on cesser ces évaluations quantitatives qui ne servent qu’à renforcer les convictions de chacun sans pouvoir servir de levier aux progrès éducatifs.

Quand donc l’Éducation Nationale cessera de voir dans nos élèves de simples %, entre taux de passage,  contrats d’objectifs,  % de réussite, rapports de fonctionnement …

Les résultats ont baissé de 11 points ! soit ! La seule conclusion à tirer de cette étude c’est que l’échantillon de 2012 a obtenu en moyenne 11 points de moins que l’échantillon de 2006! Qui nous dit que les résultat auraient été les mêmes avec un échantillon choisi plus tôt ou plus tard.

N’importe quel enseignant honnête (il y en a) reconnaîtra que d’une année sur l’autre les résultats peuvent sensiblement varier avec les mêmes cours, les mêmes programmes, le même prof ! En effet, nos élèves (et leurs enseignants) sont des êtres humains (nos statisticiens semblent parfois l’oublier) et les raison d’une réussite ou d’un échec sont tellement diverses qu’il est bien difficile de les appréhender.

Si la production de blé a chuté depuis six ans, trouvez des explications dans le climat, l’origine des semences et la qualité des engrais utilisés mais de grâce n’ayons pas les mêmes réflexes dans le cas présent.

Si l’étude avait porté sur un questionnaire posé tous les ans pendant vingt ans, je pourrais l’entendre, et encore.

Je suis persuadé que si l’étude avait montré une hausse de niveau, les déclinistes auraient crié à la manipulation ou auraient avancé les arguments exposés plus haut. Mais là évidemment ils s’engouffrent dans la brèche.

Sitôt les résultats de cette étude divulgués, sans même l’avoir lue les commentaires n’ont pas tardé  sur les différents lieux d’expression de tous les néoconservateurs du monde enseignant.  Ainsi certains ont cru pouvoir avancer qu’il s’agissait là de la preuve du déclin ininterrompu du niveau de nos élèves « qui ne connaissent même plus Richelieu », d’autres ont trouvé l’explication dans l’absence de la chronologie et de l’histoire  nationale dans les programmes (Dimitri vite !). On a bien évidemment eu droit à la responsabilité des profs pédagogistes (raisonnement hasardeux de ces déclinologues réactionnaires qui se revendiquent par ailleurs ultramajoritaires ; nous leur ferons grâce de leur retourner l’explication …) Je peux jouer aussi à ce jeu des hypothèses et en m’appuyant davantage sur l’étude en question : il y a six ans les élèves avaient bénéficié des itinéraires de découverte en 5ème et 4ème, ceux de 2012 non : il faut donc rétablir au plus vite les IDD. On continue  ou on redevient sérieux ?

Il ne s’agit pas de refuser de voir les problèmes mais au contraire de vouloir vraiment les cerner, tels qu’ils sont et non tels qu’on se les imagine depuis que l’école existe. Entre « le niveau baisse mais surtout ne changeons rien » et « tout va très bien » il y des postures constructives.

Certains aspects de cette étude sont d’ailleurs intéressants : les résultats sont moins bons en ZEP qu’ailleurs (mais avait-on besoin d’une étude pour découvrir cela ?) notamment parce que les élèves de ces quartiers passent moins de temps à la maison consacré à l’histoire-géo. Une nouvelle confirmation que le travail à la maison est un facteur d’aggravation des inégalités. Dois-je préciser que cette conclusion a elle été passée sous silence par les déclinistes ?

Dès que l’on sort des conclusions quantitatives pour des lectures plutôt qualitatives, ce genre d’études peut pourtant nous être utile. Seulement, c’est moins médiatiquement spectaculaire.

Ainsi cette enquête réalisée à partir du questionnaire du CEDRE nous permet de connaître les domaines dans lesquels les élèves réussissent davantage et ceux pour lesquels les problèmes demeurent (quel que soit l’échantillon). De quoi nous questionner sur les finalités données à nos enseignements.

Et si l’on veut faire une étude statistique sur l’évolution du niveau des élèves, pourquoi ne pas la réaliser pour mesurer l’évolution d’un même élève. Suivons le parcours d’un échantillon de la petite section à la sortie d’études. Repérons, mesurons les progrès effectués dans les apprentissages et à quels moments, repérons les régressions (il peut y en avoir). Repérons les moments où les élèves en difficultés perdent leur appétence pour les apprentissages, ceux où ils décrochent. Repérons pour les élèves en réussite les moments où ils creusent l’écart avec les autres. Avec une telle étude « humaine » plus que chiffrée, qualitative plus que quantitative, on pourrait peut-être comprendre et expliquer davantage les raisons du succès et des échecs : effet maître / effet programmes /  situation familiale / situation sociale  etc…

On pourrait même agir concrètement pour qu’un jour nos journaux titrent « le niveau monte ! », … là c’est peut-être trop demandé…

NB. Ce texte est initialement paru sur le blog de l’auteur.

Journée d’étude du CVUH : La vulgarisation des savoirs historiques, quel enjeux ?

« Vulgarisation » : voilà une notion que d’aucuns considèrent comme très encombrante tant elle véhicule un arrière­‐goût de simplisme ou de sabotage de la noblesse du savoir académique. Pour autant, la nécessité de rendre accessibles à tous des savoirs produits par la communauté scientifique relève d’une éthique de la recherche qui ne se pense pas enfermée dans sa tour d’ivoire et soumise aux seules règles de la cooptation.

La vulgarisation de l’histoire peut donc s’entendre comme un usage public de l’histoire permettant de produire du bien commun ; elle participe à la ventilation des savoirs et à la construction d’une intelligence collective du passé. En ce sens, la vulgarisation de l’histoire, loin d’être une trahison du savoir savant, pourrait bien apparaître comme une mesure de salubrité démocratique. Soumise à des injonctions de vérité, devant déjouer toute trahison ou instrumentalisation, l’histoire vulgarisée jouit de la liberté créative de la fiction, de l’art, et d’autres multiples lieux dont certains restent encore à inventer.

Pour ne pas la laisser aux mains de faussaires souvent au service de la revitalisation d’idéologies réactionnaires, nous avons souhaité, par cette journée, contribuer à dessiner les contours d’une vulgarisation de l’histoire socialement utile et éthiquement irréprochable.

Le 8 juin 2013, s’est tenue une journée d’étude du CVUH consacrée aux enjeux de la vulgarisation des savoirs historiques. Plusieurs membres du collectif étant présents, nous élargissons son écho en mettant en ligne les premières traces de celle ci. Quelques photos et enregistrements audios qui rendent compte des échanges de la matinée plus articulés en un thème :

Des savoirs académiques aux savoirs vulgarisés, enjeux, glissements, risques.

1ère table ronde : Aux sources de la vulgarisation, l’école capétienne par William Blanc, doctorant en histoire médiévale.

Vous pouvez écouter son intervention en téléchargeant  le fichier à partir de ce lien.

* * * * * *

2ème table ronde : Nécessité et aléas de la vulgarisation en histoire africaine par Catherine-Coquery Vidrovitch, professeur émérite de l’université Paris-Diderot.

Vous pouvez écouter son intervention en téléchargeant le fichier à partir de ce lien.

* * * * * *

3ème table ronde : En quoi la vulgarisation interroge-t-elle les savoirs constitués? Réflexions à partir du livre « Conversation sur la naissance des inégalités ». par Christophe Darmangeat, économiste, Université Paris Diderot.

Vous pouvez écouter son intervention en téléchargeant le fichier à partir de ce lien.

To be continued….