Archives quotidiennes :

« Vague brune sur l’histoire de France  » ou pourquoi l’expression fut particulièrement bien choisie

 Rédactrice : Laurence De Cock

 Comme nous l’avons déjà amplement souligné dans de précédents billets, le rituel de la rentrée scolaire a, encore une fois cette année, comporté son lot  de redresseurs de torts indignés par la supposée disparition de l’histoire nationale à l’école et par les « mensonges », non-dits et diverses inféodations idéologiques des programmes d’histoire.

Jean Sevillia, dans Le Figaro magazine n’a donc pas raté l’occasion le 24 août dernier de se féliciter de la parution de trois ouvrages[1] sur l’enseignement de l’histoire ayant en commun, selon lui,  cette lutte contre un enseignement au service d’idéologies multiculturelles et repentantes dont des universitaires trop à gauche seraient les agents occultes et auxquelles les manuels serviraient de relais[2].

Nous aurions pu nous taire sur cette énième démonstration flagrante de la mauvaise foi, de l’aveuglement et des finalités partisanes de ces contempteurs de l’enseignement de l’histoire. Nous aurions pu ricaner discrètement une fois encore des innombrables erreurs, archaïsmes, outrances et surtout méthodes de Jean Sevillia toujours prompt à saisir la moindre occasion de dénoncer le « politiquement correct » d’une histoire refusant de s’enfermer dans une vision héroïsante au service de la préférence nationale et de la construction d’une identité qui puiserait son origine dans les racines chrétiennes de l’Occident.

Mais il nous a semblé que Le Figaro magazine franchissait cette année un palier supplémentaire dans la violence de la dénonciation d’une  histoire scolaire antipatriotique, et nous avons décidé de répondre à cette « vague brune » par une mise au point sur la réalité des programmes scolaires en cours, sur les contre-vérités de l’article et sur les enjeux politiques à l’œuvre derrière cette obsession nationaliste[3].

 Les poncifs véhiculés par Jean Sevillia dans l’article et dans ses ouvrages sont certes habituels : plaidoyer pour une histoire nationale, linéaire, jalonnée par des repères chronologiques emblématiques et surtout vue d’en haut ; focalisation sur la quête des origines et sur la nécessaire identification aux Grands Hommes qui ont fait la France, ainsi que  sur l’ « âme » d’une France éternelle et jamais compromise dans les pages sombres du passé car toujours prompte à sortir tête haute (et mains propres) des épreuves ;  une France éternelle, jaillie des entrailles gauloises, baptisée par Saint Rémi au côté de Clovis, sauvée des Anglais par Jeanne d’Arc et gonflée d’orgueil par le souffle napoléonien.

Mais, dans l’article, l’insistance et l’ironie sur l’ouverture aux civilisations étrangères et à l’Afrique précoloniale dans les nouveaux programmes se teintaient cette fois d’une xénophobie et d’une islamophobie à peine déguisées élargissant le débat bien au-delà des professionnels ou passionnés d’histoire.

 De fait, dès 2011, à la suite de la première saillie dénonciatrice par Dimitri Casali qui s’insurgeait contre la disparition de Louis XIV et de Napoléon des programmes[4], l’Inspecteur Général Laurent Wirth, artisan des programmes de Collège, avait reçu des menaces à caractère antisémite[5]. Ce mois-ci, c’est moi qui ai reçu directement à mon domicile un courrier anonyme dont je tairai pudiquement la vulgarité de la prose, pointant surtout les dangers de l’ « immigration islamiste » que connaîtrait la France[6].

Nous ne nous sommes donc pas trompés.

Cette affaire n’est pas qu’une simple polémique sur les contenus de programmes. Les lamentations sur la disparition de la priorité de l’histoire nationale à l’école ouvrent la porte aux pulsions les plus nauséabondes de certains gesticulateurs. Plus généralement, elles autorisent des dérives racistes au mépris d’une des missions premières de l’histoire à l’école, à savoir l’acceptation de l’évidence d’une société plurielle.

 Nous avons donc souhaité évaluer le niveau de sérieux des ouvrages présentés dans la double page du Figaro magazine comme gages du sabotage fomenté de l’enseignement de l’histoire.  Les lecteurs trouveront sur ce site les Compte-rendus des trois ouvrages dans les semaines qui viennent.

 Le premier est celui de Vincent Badré qui prétend dévoiler « ce que l’on ne vous a pas dit à l’école ». Sous le titre « L’histoire fabriquée »[7], ce professeur d’histoire-géographie  s’attelle au dépouillement des manuels scolaires en vigueur sur les nouveaux programmes de collège et lycée. Dans le cadre d’un montage répétitif et terriblement ennuyeux, Vincent Badré égraine ce qu’il estime être une « fabrique d’idées reçues » et ce qu’il aurait fallu écrire en lieu et place de ce formatage idéologique.

Ce jeu des non-dits ne lui est pas propre. L’analyse de contenu des manuels scolaires est un exercice très répandu permettant  à certains auteurs, historiens ou non, de se targuer de pouvoir révéler les mystères de ce qui est réellement enseigné : « En plongeant dans les manuels on peut s’en faire une idée assez juste » écrit ainsi Vincent Badré, évitant soigneusement, comme la plupart, d’interroger cet outil très particulier que constitue un manuel, lequel n’est certainement pas le miroir de pratiques de classe.

Cet aspect aurait pu ne pas lui échapper ; d’abord parce qu’il est enseignant, et j’ose espérer (surtout pour ses élèves) que sa pratique ne se réduit pas à ânonner le manuel ; ensuite parce qu’il cite notre ouvrage , La fabrique scolaire de l’histoire,  dans lequel nous livrons quelques pistes sur les limites des analyses de manuels scolaires. Mais il est vrai que le résumé que fait  Vincent Badré dans sa bibliographie de notre livre « Les manuels sont-ils sarkozystes ? » prouve la rapidité d’une lecture rendue peut-être difficile par l’orientation « de gauche » (sic) des historiens membres du Comité de vigilance face aux usages publics de l’histoire.

 On apprendra donc au fil des pages que les manuels scolaires plaident contre la peine de mort, que s’ils s’ouvrent aux civilisations étrangères, c’est pour mieux souligner les violences européennes, que « l’identité homosexuelle » « doit beaucoup à une réaction contre la rigidité du modèle masculin du XIXème siècle » (re-sic), que « la résistance est d’abord une question de caractère et de situation » (re-re-sic) etc. Je ne m’étendrai pas sur le style parfois incompréhensible de l’écriture de ce livre et sur le fourmillement d’erreurs soulevées par notre collègue Benoît Kermoal ci-après.

Je dois concéder qu’il y a cependant une certaine candeur et naïveté dans ce livre. Enferré dans sa mission de dévoiler les innombrables silences, Vincent Badré se noie dans ce travail abyssal quand on sait que tout programme scolaire repose nécessairement sur des choix. Multipliant les références éclectiques d’historiens comme pour se protéger d’accusations partisanes, le livre, à l’arrivée, fait l’effet d’une bouillie mal digérée ; et l’on se prend à lui souhaiter  de mettre des noms un jour sur cet obscur « On » responsable de tant de manipulations, mais aussi de trouver à terme ce manuel idéal, ce graal exhaustif sur l’histoire de l’humanité des origines à nos jours, grand compilateur de toutes les interprétations historiographiques ; ce grimoire qui renfermerait la recette magique apparemment si désirée : la disparition de l’enseignant.

 Je souhaiterais terminer cependant ce billet en pointant l’irresponsabilité de quelques journalistes et de certaines revues qui donnent à ces ouvrages un écho largement disproportionné, offrant une caution à des entreprises éditoriales juteuses qui, certes, ont droit de cité, et ont sans doute leur place dans les théories du complot mais qui ne méritent pas de nourrir les débats sur l’enseignement de l’histoire.

Nous verrons dans quelque temps que le succès médiatique de Dimitri Casali relève exactement de cet habitus médiatique de monter en épingle une initiative qui méritait de rester cantonnée aux sphères des nostalgiques du roman national[8].

En alimentant ce marchandising du « tout fout le camp ma bonne dame », le large relai médiatique dont bénéficient ces ouvrages participent d’une déconsidération des critiques constructives, légitimes et parfois urgentes des programmes d’histoire actuels et de leurs effets[9].

Surtout,  la couverture médiatique, gourmande de spectacle, confère un blanc seing à l’expression publique de propos haineux vis à vis des populations immigrées, ainsi qu’aux tentatives d’intimidations dont nous sommes quelques uns à faire désormais les frais.

NB1 : Vincent Badré nous a demandé le 19/09 la publication d’un droit de réponse. Nous le publierons ci-dessous sous la forme d’un lien vers son blog qui recense, avec une grande modestie,  le rayonnement médiatique de son ouvrage (à l’exception de tous les médias d’extrême-droite bizarrement)

3 octobre : la réponse arrive enfin


[1] Respectivement : Dimitri Casali (essayiste, éditeur, chanteur, ancien « professeur en ZEP), L’histoire de France interdite, pourquoi ne sommes nous plus fiers de notre histoire ?  JC Lattès. Vincent Badré (professeur d’histoire-géographie « en banlieue ») , L’histoire fabriquée, éd du Rocher. Laurent Wetzel (ancien Inspecteur pédagogique régional, ancien maire de Sartrouville, ancien encarté au Front National en 1997),  Ils ont tué l’histoire-géo, F. Bourin.

On notera d’emblée le caractère nuancé, dénué de toute rhétorique complotiste des titres de chacun des ouvrages.

[2] A la suite de cet article, Vincent Badré nous a écrit pour expliquer qu’il ne se reconnaissait pas dans le montage du Figaro magazine.

[4] Dimitri Casali lance alors le collectif « Notre histoire c’est notre avenir, Louis XIV, Napoléon, C’est notre histoire, pas Songhaï ou Monomotapa » : https://www.facebook.com/groups/129520047090191/

[5] Voir le communiqué de l’APHG : http://aggiornamento.hypotheses.org/798

[6] Courrier signalé immédiatement au procureur

[7] Où l’on notera la pertinence de la stratégie éditoriale n’hésitant pas à reprendre pour le détourner le titre de l’ouvrage qu’Emmanuelle Picard et moi-même avons dirigé, La fabrique scolaire de l’histoire, Agone, 2009. Une opération marketing vraisemblablement  précipitée par l’échéance de la rentrée si l’on en croit les innombrables coquilles dont fourmille ce livre.

[8] Et aux amateurs d’opéra-rock : https://www.youtube.com/watch?v=CjN9–slNIQ

[9] je pense notamment au « programme impossible » de 1ère qu’il est très urgent d’alléger

L’histoire au fond à droite : CR du livre de Vincent Badré, L’histoire fabriquée, éd. Rocher, 2012

Rédacteur : Benoît Kermoal

« Ce qu’on ne vous a pas dit à l’école… » : c’est le sous-titre du livre de Vincent Badré que vient de publier aux éditions du Rocher L’Histoire fabriquée ?[1]  On ne peut en effet qu’être soulagé après avoir fini la lecture de cet ouvrage qu’une bonne partie de son contenu ne soit pas dit à l’école, ni surtout ne soit enseigné. Affirmer d’entrée un tel jugement pourrait paraître péremptoire s’il ne correspondait pas à la triste réalité. Vincent Badré, selon la quatrième de couverture « professeur d’histoire géographie depuis 2001 en banlieue parisienne », s’est donné pour objectif de « repérer la manière dont les manuels actuels adaptent l’histoire aux opinions dominantes de notre époque » (p.12) et de rétablir un certain nombre de faits plus proches selon lui de la vérité historique.

Cette analyse critique des manuels est aussi le moyen de décrire le contenu de l’enseignement de l’Histoire tel qu’il se pratique aujourd’hui en France. Pour cela, l’auteur analyse les manuels récents, surtout ceux du lycée, et balaye toutes les périodes enseignées. Chaque chapitre est conçu de façon identique : tout d’abord une idée reçue sur un événement historique est résumée, puis l’auteur mentionne la vision que les manuels ont de cet événement ; il effectue ensuite le rétablissement de la « vérité historique », puis propose un élargissement sur un sujet approchant. Une telle structure, très répétitive, comporte toutefois de nombreuses exceptions : plusieurs périodes ont droit à une kyrielle d’analyses, d’autres sont passées très rapidement sans que le lecteur ne sache pourquoi. À chaque question soulevée, Badré convoque de très nombreuses références historiographiques et c’est le premier problème de son livre.

Une historiographie mal connue (et mal orthographiée aussi) :

Une première remarque s’impose : Vincent Badré semble mal connaître les auteurs et historiens qu’il évoque : sous sa plume, leur nom est très souvent mal orthographié ! George L. Mosse devient « Georges Mosse » (par exemple p.161), Olivier Wierviorka est appelé « Wiervorka » (p.171), mais aussi Serge Berstein qui est « Bernstein » ( p.266), Hannah Arendt devient « Annah » ( p.153), Zeev Sternhell devient « Sterhell » ( p.281, n.72) pour ne citer que les erreurs que j’ai repérées à une première lecture ! Cela fait quand même beaucoup, mais on ne sait si on doit incriminer l’auteur ou son éditeur.Toutefois un tel manque de professionnalisme étonne, d’autant que Badré se fait fort tout au long de son livre de rétablir les faits. La méconnaissance de Badré ne concerne pas que l’orthographe des auteurs qu’il cite, il a en effet la fâcheuse tendance à ne pas connaître le nom des auteurs des livres qu’il cite  ou à attribuer une nationalité inexacte à des historiens : F.Fejtö est Hongrois (p.145) et B.Benassar est un « historien espagnol » (p. 54) selon l’auteur, ce qui est totalement faux puisqu’ils sont tout les deux Français ( à moins que Badré ait une définition autre de la nationalité ?)[2]. Il oublie en outre à au moins deux reprises les co-auteurs des livres qu’il mentionne : l’étude Vichy et les Juifs est certes écrite par Robert Paxton (appelé « Rober » p.172) mais en collaboration avec l’historien Michaël Marrus, ce qui n’est jamais dit ; l’étude de Serge Gruzinski, L’Aigle et la Sibylle, qui est également mentionnée, a été coécrite avec Gilles Mermet, ce que Vincent Badré n’indique nulle part ! Parfois, il s’égare également dans les indications des références aux travaux qu’il mobilise : ainsi par exemple mentionnant le livre Ni droite Ni Gauche de Z.Sternhell dans la note 85 p.281, il le fait publier en collection Points, ce qui est tout à fait inexact encore une fois[3].

Je m’en voudrais d’alourdir ce billet par le relevé de toutes les erreurs de cet ordre, mais il me semble évident que la mention de quelques unes d’entre elles suffisent à montrer le manque de rigueur de l’auteur et de l’éditeur de cette « histoire fabriquée ». On pourrait donc s’arrêter là tant de telles insuffisances montrent objectivement les limites de ce livre. Pourtant, le lecteur aurait tort de ne pas continuer sa lecture, les déconvenues à venir étant encore fort nombreuses…

 Une historiographie à l’appui de ses thèses :

Il faut dire qu’on peut avoir l’impression que la culture historiographique de Vincent Badré est impressionnante : il n’hésite pas en effet à citer plusieurs titres en anglais, en espagnol ou en allemand. J’avoue lui envier sa maîtrise des langues tant l’enseignant que je suis peine à lire quelques ouvrages en anglais. C’est tout à son honneur que de maîtriser ainsi des pans d’historiographies étrangères, mais pourtant une lecture plus suivie des notes et des citations peut laisser perplexe. En effet, si Badré lit plusieurs langues étrangères, il semble étonnamment se contenter d’interviews pour connaître d’autres ouvrages. Le livre de Sternhell sur les anti-Lumières n’est mentionné que par un entretien paru dans la presse hebdomadaire, ce qui paraît assez léger au vu du propos d’ensemble. Il passe en effet beaucoup de temps à dénoncer les raccourcis des manuels, mais lui-même semble céder à cette tentation. Il faudrait aussi mentionner sa tendance à citer des ouvrages en langue originale sans qu’il ne mentionne les traductions françaises, comme dans le cas de l’étude d’Adorno sur la personnalité autoritaire – qu’il ne semble pas d’ailleurs avoir très bien comprise – mais ce qui étonne, là encore venant d’un auteur qui affirme vouloir approcher au plus près de la vérité historique, c’est son usage des citations.

Tout au long de son livre, on peut relever de multiples citations d’auteurs plus ou moins canoniques. Parfois le lecteur perd d’ailleurs le fil : s’agit-il de citations de documents historiques que Badré a lui-même consultés ? Ou alors de citations de ces mêmes documents utilisés par des historiens ? La question n’est anodine qu’en apparence tant la question des sources est essentielle lorsqu’on prétend faire un usage scientifique des méthodes historiennes. Plutôt que de multiplier les exemples, je mentionnerai un document d’archive, cité comme tel par l’auteur. Il s’agit d’  « un document retrouvé » concernant les massacres en Vendée durant la Terreur. Dans les pages 104-105, l’auteur s’y réfère à plusieurs reprises et, dans les notes, il mentionne la référence du document par exemple : «  CARAN, AFIII/268/2258/4 » sans aucune autre indication, comme si l’auteur avait lui-même consulté aux Archives nationales ce document. Mais dans le même temps, il mentionne le livre de R.Secher qui cite justement ces mêmes archives. Il semble donc s’agir plutôt d’une appropriation abusive d’un document mentionné dans le dernier livre de l’historien de la Vendée durant la Révolution. Le doute est entretenu et le lecteur peine à s’y retrouver : Badré a-t-il lui même consulté des archives ou emprunte-t-il avec tant de précision les références du document pour faire « comme si » il avait consulté des archives ? Il nous semble que cette tendance à l’appropriation de citations est très fréquente ici, ce qui ne peut que heurter le lecteur, tout comme le chercheur en histoire. S’approprier des documents qu’on n’a pas pris la peine de consulter soi-même en archives sans mentionner les sources, re-citer les mêmes passages après d’autres, mettre en note quantité d’ouvrages en édition originale, ce qui laisse à penser qu’on a soi-même lu ces ouvrages, voilà ce que contiennent très souvent les notes du livre. Or, à partir du moment où comme je l’ai indiqué au début de cette recension, les erreurs sont nombreuses, on ne peut que douter de la méthode d’ensemble de l’auteur.

Les deux premiers points que j’ai évoqués peuvent paraître des points secondaires, mais c’est justement parce que l’auteur de L’Histoire fabriquée ? se place sur le terrain de l’exactitude historique qu’il est indispensable de relever son manque de rigueur scientifique dans le travail historique qu’il a entrepris. Mais aux erreurs de forme et de méthode s’ajoutent aussi de graves lacunes dans l’emploi de travaux d’historiens.

L’histoire vue du côté très à droite.

Vincent Badré semble avoir une vision très binaire de l’historiographie. Il mentionne en effet très régulièrement les catégories « droite » et «  gauche » comme étant des marqueurs essentiels de toute la production scientifique et par contre coup du contenu des manuels d’histoire. Une telle affirmation pose question et peut laisser songeur : y a-t-il forcément une histoire de gauche et une histoire de droite ? Il faut bien le reconnaître, c’est à un véritable travail de sape idéologique que l’auteur se livre ici. Sous le couvert de l’objectivité, concept jamais défini d’ailleurs, Badré se laisse parfois aller à quelques précisions qui éclaircissent son propos : il cherche avant tout à relater çà et là « la possibilité de l’existence de formes de maccarthysme de gauche imposant une sorte de ‘pensée unique’ parfois nommée le ‘politiquement correct’ ».( p.186). On ne peut être plus clair !

Il est sans doute nécessaire de dire ici qu’il ne s’agit pas pour moi de critiquer les idées politiques de l’auteur a priori.Plus problématique me semble  l’attitude faussement objective recherchée par l’auteur. Non, Vincent Badré n’examine pas avec un sens critique les manuels et les faits d’histoire qui sont enseignés. Son ambition est ailleurs : il souhaite valoriser certains épisodes historiques, en combattre d’autres, se plaçant clairement dans un courant idéologique identifiable.

En effet, tous les thèmes ressassés à l’envi par certains courants de pensée sont ici rassemblées. Que ce soit la valorisation de l’héritage chrétien, la condamnation de la repentance coloniale, l’affirmation d’idées contre-révolutionnaires, tout y passe dans une longue litanie. Badré n’invente rien, compile, réutilise, recycle en revisitant ce que bon nombre avant lui ont déjà dit ou écrit. On a le droit d’être réactionnaire et attaché à des valeurs chrétiennes et de défendre des idées, encore faut-il pour que cela devienne intéressant le faire avec talent, ce dont manque cruellement l’auteur . Bien sûr, il essaye par touches de se référer à des travaux qu’il sait hors de son champ de pensée, afin de créer la fiction d’une objectivité, mais cela ne tient pas. Toutes ses références appartiennent au champ idéologique de la droite réactionnaire. Plutôt que de mentionner tous les chapitres, concentrons-nous sur la période de la Seconde Guerre mondiale, thème apprécié dans la droite réactionnaire s’il en est.

Badré aborde la question en expliquant l’idée reçue selon laquelle Vichy serait à droite et la Résistance serait à gauche. Il cherche à montrer que ce n’est pas si simple et commence une lourde explication. C’est mal connaître l’historiographie de Vichy et de la Résistance que de penser qu’on voit les choses encore comme cela. Badré enfonce dès lors une série de portes ouvertes, mais sans talent. Son explication manque d’arguments, servie par une tentative de suivi des parlementaires de 1939 après l’armistice afin de voir qui a résisté ou collaboré. Les travaux d’ O.Wieviorka sur ce sujet ne sont même pas mentionnés, alors qu’ils lui auraient évité de compter lui-même, à partir des données de l’Assemblée nationale, les élus résistants, collaborateurs et attentistes. Pour n’importe quelle personne un peu au fait sur la question les affirmations de l’auteur semblent bien plates : il mentionne ainsi à la page 169 que 16 % de députés SFIO sont exclus à la Libération pour « participation active à la collaboration parisienne », ce qui est inexact car ils l’ont été pour le vote positif en faveur de Philippe Pétain le 10 juillet 1940. Encore une erreur ! Là encore il serait trop fastidieux que de relever toutes les inexactitudes ou les incohérences. Mais peut-être que l’auteur nous donne lui-même quelques clés en affirmant que «  les manuels ne citent par exemple jamais les foisonnants travaux de François-Georges Dreyfus sur Vichy et sur la Résistance » (p.171).Ce regret se comprend mieux si on précise que cet historien est un des rares à avoir été condamné pour avoir plagié d’autres historiens comme Pascal Ory ou Henry Rousso à plusieurs reprises ; il était également très proche de la droite extrême et n’a eu de cesse que de vanter les mérites de Vichy dans ses livres. Considérer un mauvais historien réactionnaire comme un exemple à suivre, en effet il faut bien reconnaître que Badré suit la bonne voie.

On en viendrait presque à suggérer à l’auteur de vrais sujets de controverses historiques, comme sur ce même sujet, l’attitude des communistes durant la guerre qui fait l’objet d’un travail novateur autour des historiens J.M.Berlière et F.Liaigre et de leurs contradicteurs. C’est également le cas dans les domaines de l’histoire globale  et les études post-coloniales que Vincent Badré ne mentionne jamais, tout comme il ne se réfère pas non plus à la controverse développée à partir des travaux du médiéviste S.Gouguenheim. Aborder ces questions aurait eu le mérite d’être plus novateur, mais ce sont davantage des portes grandes ouvertes qui sont ici enfoncées. Ainsi l’auteur tente –t-il de mentionner la controverse franco-française sur la Première Guerre mondiale à propos de la culture de guerre, mais il le fait d’une telle manière que je n’ai pas du tout compris ce qu’il veut dire ! Je serais d’ailleurs tenté de lui suggérer de retravailler la question…

Et l’enseignement ?

Dans ce livre, on voit que le contenu des manuels n’est en réalité pas le plus important. Vincent Badré semble vouloir davantage ancrer ses remarques dans un courant de pensée. En faisant cela, il néglige son objet de départ. C’est tout le problème. L’analyse des manuels semble n’être qu’un prétexte à développer des idées sur l’histoire et son enseignement. Outre le fait que les erreurs sont légion, cela a une autre incidence. Des pratiques de l’enseignement de l’histoire, nous ne saurons rien. On ne trouvera en effet aucune analyse sur les dispositifs d’enseignement, sur les multiples façons qu’on a en tant qu’enseignant de s’approprier tel ou tel manuel, telle ou telle analyse ou tel ou tel document. Vincent Badré n’analyse pas non plus les conditions de réalisation et de production des manuels, qui souvent obéissent à des délais très courts et des impératifs éditoriaux évidents. Qu’ils soient consensuels, est-ce vraiment un problème ? Surtout il n’évoque jamais le travail réel des enseignants, ni non plus les réalisations actuelles de manuels personnels ou collectifs en ligne qui sont de plus en plus présents dans la pratique enseignante. Il préfère semble-t-il analyser le contenu des manuels scolaires avec une logique binaire droite-gauche. Mais est-on de droite ou de gauche lorsqu’on fait un manuel ? Lorsqu’on utilise  un manuel plus qu’un autre ? Lorsqu’on privilégie telle ou telle approche dans notre enseignement ? Je ne suis pas sûr alors, si c’est le cas, d’avoir la même conception du métier que Vincent Badré. On aurait pu penser qu’il réaliserait un livre pour aider à décrypter les manuels, pour aider aussi les enseignants à manier tel ou tel concept, telle ou telle idée importante  mais ce n’est pas du tout le cas.

Je dois surtout m’étonner de voir que son livre est mentionné par de nombreux journalistes qui ont la sensation de toucher à l’histoire enseignée en lisant ce livre. En fait, ce n’est qu’une histoire enseignée de papier, qui n’existe pas du tout sous cette forme dans la réalité. L’auteur indique en conclusion cette phrase étonnante et révélatrice de son ambition : « j’attends avec impatience les points de vue et les recherches que ce livre pourra faire naître » (p.253). Passons sur l’immodestie évidente du propos, mais insistons sur un point : ce livre ne mérite pas l’audience qu’il lui est faite. Une dernière indication pour vous convaincre ? lorsqu’il raconte le génocide arménien, Vincent Badré écrit que les manuels ne mentionnent que des massacres, ce qui est inexact ; surtout il indique : « nulle description dans les manuels des idées des Jeunes-Turcs laïcs, scientistes et antichrétiens, tout autant qu’antimusulmans » (p.150). Lui-même affirme quelques lignes auparavant que les massacres sont faits par des musulmans pour des motifs religieux ! Il s’agit sans doute d’une erreur, encore et toujours. Une erreur de papier. Mais une erreur qui détruit à elle seule tout l’argumentaire de ce mauvais livre. Il suffit de lire le formidable livre de T.Akçam Un acte honteux[4] qui vient de ressortir en poche pour se rendre compte que Vincent Badré n’y connaît rien au génocide arménien, et que les erreurs de papier peuvent elles aussi faire mal.

NB1 : Vincent Badré nous a demandé le 19/09 la publication d’un droit de réponse. Nous le publierons ci-dessous sous la forme d’un lien vers son blog qui recense, avec une grande modestie,  le rayonnement médiatique de son ouvrage (à l’exception de tous les médias d’extrême-droite bizarrement).

3 octobre : la réponse arrive enfin

7 octobre : la réaction de Benoît Kermoal sur son propre carnet de recherche


[1] Vincent Badré, L’Histoire fabriquée ?, éditions du Rocher, 2012. Un site est associé à la sortie de ce livre : http://www.histoirefabriquee.com/

[2] B.Benassar est un historien français spécialiste de l’histoire de l’Espagne. F.Fejtö, décédé en 2008, était un historien et intellectuel français d’origine hongroise.

[3] Ce livre de Z.Sternhell a connu une aventure éditoriale particulière : publié une première fois en 1983 dans la colletion L’univers historique des éditions du Seuil – et non en collection Points- , il est republié par les éditions Complexe à plusieurs reprises et doit ressortir ces jours-ci dans la collection Folio Histoire. L’auteur est revenu dans les nouvelles éditions sur les péripéties de ce livre d’histoire, ce que V.Badré semble ignorer.

[4] T.Akçam, Un acte honteux, Folio Histoire, 2012.