Archives quotidiennes :

Faut-il penser autrement l’histoire du monde ? (CR de lecture)

Rédactrice : Suzanne Citron

FAUT-IL PENSER AUTREMENT L’HISTOIRE DU MONDE ?

C’est l’interrogation de Christian Grataloup dans son dernier livre, un essai en direction d’un large public récapitulant et prolongeant sa riche et suggestive Géohistoire de la mondialisation (1).

Le propos veut se  situer dans le contexte intellectuel et sémantique qui se  dessine à partir des années 1980 : la coïncidence entre l’émergence et la banalisation dans le vocabulaire français du terme de mondialisation et l’affirmation d’une pensée occidentale postmoderne, critique de ses propres schémas et paradigmes et d’une vision autocentrée du monde et de l’humanité. Perspective que l’Europe a imposée comme unique et véridique dans le moment de sa domination matérielle et intellectuelle sur le reste du monde.

Se voulant au delà du dilemme entre une pensée européocentrique, prétendument universelle et un relativisme généralisé, Christian Grataloup propose une réflexion et des pistes pour construire un nouveau récit du monde, en quelque sorte “post post moderne“, qui ne peut plus être linéaire mais proprement multipolaire.

Développant le paradigme du singulier pluriel de l’humanité, combinaison d’une humanité pensée comme unique et de la multiplicité des configurations sociales qui la composent et donc des histoires, l’auteur suggère quelques facteurs anthropologiques de  la lente diffusion du genre Homo sur la Terre et donne la diversité des langues et l’émergence récente des Etats-nations comme exemples du pluriel.

Suit un chapitre particulièrement incisif sur les outils élaborés par la pensée européenne dans sa phase de domination pour appréhender le temps et l’espace. Le fondement épistémologique en est l’évolutionnisme autocentré. L’histoire humaine est pensée comme orientée par le Progrès dont l’Europe est l’avant-garde : elle est mono linéaire et l’histoire des “autres“ n’existe qu’avec leur “découverte » ou quand se produit le contact avec les Européens. Cet évolutionnisme a produit le système classique de périodisation, notamment le découpage Antiquité, Moyen-âge, modernité, qui a été imposé à des sociétés pour lesquelles cette appréhension du temps n’a aucune pertinence. De même le découpage spatial en continents ou territoires doit être relativisé : notre Moyen Orient est un Occident pour la Chine.

D’où la nécessité de repenser l’histoire dite “universelle“ qui n’est qu’un récit du monde vu d’Europe. De l’Antiquité au Moyen-Age, le parcours de Sumer à l’Europe occidentale, en passant par l’Egypte, la Grèce et Rome, est une vision monolinéaire  qui ampute les trois continents de l’Ancien monde de la majorité de leurs sociétés et de la dynamique de leurs interrelations. Christian Grataloup insiste à plusieurs reprises sur l’impact épistémologique de l’évolutionnisme. Celui-ci produit une anthropologie dans laquelle l’histoire humaine se déroule par étapes successives et graduées et qui ne permet pas d’expliquer  l’originalité, la place et le rôle historiques des sociétés d’éleveurs comme les Mongols ou les Touaregs.

Plusieurs grilles de lecture alternatives sont suggérées au long de l’ouvrage et plus particulièrement dans le dernier chapitre (les patrimoines métis), sans que soit absolument proposé, comme un défi nécessaire, le renoncement à la périodisation canonique, alors que l’incongruité des notions d’Antiquité et de Moyen-Age, hors l’Europe qui les a fabriquées, est plusieurs fois soulignée.

`On retiendra les quelques pistes de la conclusion : penser d’abord comme un tout l’histoire de l’univers et de la Terre avec ses habitants depuis le Big Bang et l’histoire des hommes à l’échelle de toute la Terre, ce qui implique un dépassement de la pensée occidentale séparant la nature et la culture. C’est le projet de la Big History anglo-saxonne, qui met en cause la généralité des cadres conceptuels actuels du temps et de l’espace pour y substituer l’agencement de différents espaces-temps. Ces remises en cause pourraient impliquer une recomposition des sciences sociales autour de l’objectif global d’une histoire du monde. Une géohistoire englobant les identités particulières devrait permettre de construire l’idée d’une communauté mondiale de citoyens. Christian G propose ainsi de dépasser l’échelle nationale et donc de penser l’histoire à l’échelle mondiale, planétaire afin d’y décerner les spécificités tout comme les similitudes.

On mesure la distance entre cet objectif et les actuels programmes scolaires dont le déroulement, au moins pour ce qui est de l’école et du collège, reprend intégralement les domaines de validité (périodes, découpages spatiaux) hérités du XIXeme siècle et donc de cette pensée évolutionniste mise en cause dans le livre.

L’introduction en 6ème de morceaux d’histoire chinoise et indienne (La Chine des Han à son apogée, L’Inde classique aux IVème et Vème siècles)  et en 5ème d’ Une civilisation de l’Afrique subsaharienne au choix, aurait pu remettre  en question ce découpage. Mais non, les cadres canoniques sont maintenus, le programme de 6ème déroule le parcours traditionnel depuis le XIXème siècle –l’Orient ancien, la Civilisation grecque, Rome, à partir duquel on jettera des Regards sur des mondes lointains. Le programme de 5ème Du Moyen-Âge aux Temps modernes inclue l’Afrique subsaharienne dans un découpage du temps qui n’a aucun sens pour elle.

Sans parler des nouveaux programmes du lycée pour lesquels ce qui est nommé histoire du monde reste exclusivement calibré par la périodisation eurocentrée traditionnelle. Comme si leurs concepteurs, derrière de prétendues innovations thématiques, étaient épistémologiquement cloués dans le XIXème siècle.

Il est vrai que beaucoup reste à faire pour convaincre un large public de l’anachronisme d’une histoire cristallisée dans des repères nationaux comme l’ont montré certaines réactions à l’introduction de l’Afrique dans les programmes !

Un regret : j’aurais aimé que Christian Grataloup pointe plus explicitement l’anachronisme des soubassements des programmes scolaires. D’autre part, consacrant plusieurs passages –notamment p. 60 à 69- à la genèse de l’Etat-nation (sans mentionner l’impact de la Révolution française dans le processus), il s’attarde plus sur la Serbie que sur l’histoire de France qui fit les délices de son enfance. Parmi les histoires nationales, notre récit républicain n’a-t-il pas vigoureusement effacé le passé pluriculturel et pluri linguistique de l’entité géopolitique nommée France construite à partir du XIIIème siècle?.

D’où mon interrogation finale.

L histoire du monde (ou l’histoire des hommes) n’est-elle pas la première explication du passé  à faire  découvrir à l’école?

(1) Faut-il penser autrement l’histoire du monde?, Armand Colin, 2011.

Géopolitique de la mondialisation. Le temps long du monde. Armand Colin 2007.