La morale laïque à l’école, une discipline de plus ?

Rédactrice : Suzanne Citron

 Cher Vincent Peillon,

 Votre proposition de réinventer une morale laïque à l’école suscite – en critiques ou en adhésions – un incontestable écho médiatique. Mais comment situer cette démarche dans le dispositif scolaire concret et en quoi participerait-elle à la révolution intellectuelle que vous appelez de vos vœux dans votre dernier ouvrage (1) ?

 Paradoxalement cette annonce isolée ne s’inscrit pas explicitement dans le projet de refondation de l’école, le grand chantier du quinquennat. Elle omet de mentionner l’échec d’un système scolaire qui déverse chaque année dans un no man’s land sociétal des milliers de jeunes décrocheurs et déscolarisés dépourvus de repères et de toute assurance pour construire un avenir autre que le chômage ou d’incertains petits boulots.

 Cette morale laïque qui, selon vos propos, «inculquerait aux élèves des notions de morale universelle, fondées sur les idées d’humanité et de raison», et qui les ferait réfléchir sur le sens de l’existence humaine est-elle recevable dans le fonctionnement d’une énorme machine à trier une élite par la réussite des uns et l’échec des autres ?

 Parmi les causes d’échec de la scolarité obligatoire, il en est une sur laquelle j’attire votre attention, parce que, paradoxalement, son poids pourtant décisif est rarement mis en exergue : la conception de programmes exclusivement disciplinaires, dont les fondements historiques et épistémologiques remontent au XIXe siècle. La IIIe République en juxtaposant un enseignement du peuple (le primaire) et un enseignement pour l’élite (le secondaire) a maintenu l’héritage culturel et organisationnel des lycées napoléoniens. L’enseignement secondaire – le «tout puissant empire du milieu» disait Lucien Febvre – a été généralisé par le collège dans les années 1960-1980 sans être repensé ni dans sa structure ni dans ses contenus. Et les modalités de conception et de rédaction de programmes uniformes, imposés de façon centralisée n’ont pas été remises en question dans leurs logiques académiques abstraites, éloignées de la réalité des terrains.

 L’écart entre des contenus cloisonnés, émiettés, matérialisés par une succession d’heures de classe sans lien les unes avec les autres se traduit pour nombre d’élèves par le sentiment que ces apprentissages juxtaposés sont dépourvus de sens, d’où l’ennui et le désinvestissement. Cela se produit d’autant plus quand l’arrière-plan familial ne prépare pas à l’absorption et à la légitimation de cette culture scolaire. Et même pour ceux qui ont ce privilège, le système, tel qu’il fonctionne actuellement, détourne trop souvent l’enjeu culturel porté par les enseignants au profit de la réussite sociale et du souci d’accéder aux «bonnes» filières socialement rentables.

 Pour que le système éducatif retrouve l’humanité et la raison de votre morale laïque, il faudrait d’abord que ses objectifs soient formulés par rapport aux sujets vivants auquel il est destiné : le développement de leurs capacités individuelles, créatives, cognitives, esthétiques, de leur jugement éthique, de leur épanouissement personnel, corporel. Les disciplines cesseraient d’être fétichisées en tant que telles pour devenir des savoirs pertinents, des outils explicatifs du monde et du patrimoine de l’humanité. Les élèves découvriraient comment devenir acteurs de leur propre rapport avec ce monde et avec les autres.

 Il s’agirait là d’une révolution culturelle qui ne saurait s’accomplir en un jour. Elle ne concerne pas seulement la France, mais notre pays se singularise par sa centralisation excessive, ses programmes beaucoup plus normatifs que la plupart des curricula des autres pays européens. S’y ajoute en outre une tradition culturelle de survalorisation des capacités d’abstraction au détriment des aptitudes manuelles, l’enjeu de la promotion sociale «républicaine» étant, depuis les années 1880, de passer des métiers «sales» aux métiers propres. D’où la survalorisation des filières générales au détriment des enseignements professionnels et techniques, comme l’a rappelé justement Hugo Desnoyer à propos des métiers de bouche (Libération 6 septembre).

 Monsieur le Ministre, une morale laïque pour l’école d’aujourd’hui ne saurait donc se présenter comme une nouvelle «discipline» s’ajoutant aux autres. Elle exige au contraire, pour être pertinente, une révolution dans la manière de penser non seulement les contenus scolaires mais la République elle-même et la façon dont elle conçoit la dignité sociale et respecte tous les talents.

(1) «La Révolution française n’est pas terminée», Seuil 2008.

Tribune parue préalablement dans Libération, le 11 septembre 2012


5 réflexions au sujet de « La morale laïque à l’école, une discipline de plus ? »

  1. Thierry Ledru

    Chère Madame Citron.
    http://la-haut.e-monsite.com/pages/contact.html
    Vous trouverez ici mon adresse mail.
    J’entends bien que les instances dirigeantes voudraient réformer, mais ça fait trente ans que je l’entends. Le résultat, c’est que la réalité sur le terrain reste la même. Vous n’imaginez pas les injonctions que nous recevons de la part des inspecteurs, comme s’il y avait un discours « officiel » et une mise en forme « réelle ».
    Plus confiance. Ni dans un camp, ni dans un autre. J’ai dépensé beaucoup d’énergie, je me suis énormément investi au regard de l’institution, je sais tout ce que j’y ai perdu, c’est à dire la sérénité indispensable pour être « présent » avec mes élèves, disponible intellectuellement, spirituellement. Les enfants que je vois, avec lesquels je vis, ne méritent pas que je sois détourné de leur bonheur, de leur bien être, de l’accompagnement dont ils ont besoin. Et de toute façon, personne ne m’empêchera de travailler comme je l’entends. Les technocrates peuvent bien se démener de leur côté. Je sais ce que je dois faire du mien.
    Bien à vous, au plaisir de vous lire.
    Thierry

    Répondre
  2. Suzanne Citron

    Je vous ai lu et très bien entendu. Je dirai seulement dans l’immédiat que j’attends au moins des prochaines perspectives de rénovation que les objectifs de l’école élémentaires soient clairement la formation humaine, la formation de la personne et non pas, non plus « la préparation au collège ». Bagarrons-nous pour cela, le climat y est plus propice que ces dernières années.

    Pour prolonger cet échange il faudrait des mails.
    Très cordialement.
    Suzanne Citron

    Répondre
  3. Thierry Ledru

    Chère Madame Citron.
    Je n’ai pas encore lu ce rapport que vous mentionnez et je vais remédier à cette lacune au plus vite. J’adhère totalement à vos remarques et je note le titre de votre ouvrage.
    Maintenant, je ne sais pas si quelqu’un, en dehors des enseignants, a réellement conscience du drame qui se joue. Quelles sont les intentions profondes des organismes qui « réfléchissent » sur cette situation? Est-ce qu’il s’agit vraiment de la quête d’un mieux être ou prioritairement de contribuer à la vie économique du pays ou pire encore de mettre en avant des idéologies politiques ? Quand vous parlez du coup médiatique de Vincent Peillon par rapport à cette morale laïque, c’est quelque chose que je vois depuis bien longtemps…Rien sur le fond, rien sur l’humain, rien sur l’individu. Tout est axé sur l’inclusion de l’individu à une masse toute puissante. La simple injonction d’apprentissage de la Marseillaise à l’école élémentaire en est le triste reflet…
    Le contenu avant le contenant et bien évidemment un contenu formaté, dirigé, intentionnel, avec des directions ciblées, mercantiles, matérialistes, nationalistes. L’école vit avec un siècle de retard.
    Je sais très bien que l’avenir des enfants est en jeu, j’en ai pleinement conscience mais dès lors qu’on s’intéresse à ce qu’un individu sait sans se préoccuper d’aider l’individu à se connaître, on crée un trouble existentiel qui aboutit à toutes les scènes de violence dont parlent les médias aujourd’hui. Aujourd’hui encore, une lycéenne poignardée dont les jours sont en danger. Combien d’autres à venir? Nos jeunes vivent dans une pression sociétale constante.
    Il faut connaître la réalité du terrain. J’ai trente élèves de CM2. Je n’éprouvais aucun problème à gérer un groupe aussi important il y a dix ans. Aujourd’hui, j’ai un élève autiste asperger, une enfant malentendante appareillée, une enfant qui se mutile jusqu’au sang, un élève mutique, un autre encoprésique, cinq enfants dont les deux parents sont au chômage, douze familles dont un parent cherche un emploi, onze couples divorcés dont certains se déchirent continuellement avec l’enfant en otage, il n’y a plus de maître G rééducateur depuis six ans, le secteur de la psychologue scolaire ne cesse de grandir, la maîtresse E gère au mieux les enfants des petites classes et n’a absolument pas de temps à consacrer à mes élèves, tout est fait dans l’urgence, avec des moyens de plus en plus réduits. Et je vis dans une petite ville des Alpes, pas un secteur en ruine, pas encore, pas non plus au milieu de ghettos HLM, dans des banlieues ou un centre ville. Une population qui n’est pas considérée comme relevant de zones prioritaires. Je sais ce qu’il en est dans ces zones-là…
    La formation des enseignants ? C’est une catastrophe absolue. Cette année, nous devions avoir une jeune institutrice, sa première année. Elle n’a pas fait un seul jour de classe. Terrorisée, dépassée, effondrée. Pas un cas isolé, loin de là…C’est encore pire dans le secondaire. Sept jours sans remplaçant, des élèves de CE1 répartis dans des classes bondées.
    La pression est énorme. Beaucoup d’enseignants se contentent de répondre aux injonctions de la hiérarchie. Un cahier journal, des progressions, des programmations, des projets d’école, des tonnes de paperasserie, une énergie perdue, gâchée, juste l’objectif de ne pas être retardé dans son avancement. Cette oppression constante, ces enseignants la renvoient sur leurs élèves…Ils ne vont pas en classe, ils montent au front. Je garde beaucoup de contacts avec mes anciens élèves et je sais ce qu’ils vivent. Et j’ai trois adolescents.
    Je ne fais pas classe avant d’avoir les élèves en face de moi. Mon énergie, c’est à eux que je la donne, pas à un inspecteur. J’ai eu un blâme et un blocage de salaire pendant sept ans pour avoir contesté le système des inspections sans suivre la voie hiérarchique mais en écrivant directement un courrier au ministre.
    Il faut connaître la réalité du terrain. Toute la réalité. Celle des enfants, celle des parents, celle des enseignants, celle de la hiérarchie. Le niveau baisse parce que la pression monte. Constamment. Est venue s’ajouter l’incertitude immense d’un avenir professionnel. Je la ressens jusque dans ma classe de CM2. Les enfants sont submergés de données qui les dépassent, ils ne gardent que les angoisses que ça génère.
    L’an passé, j’ai croisé la route d’un petit garçon en échec scolaire lourd. Les parents avaient quitté le village où la scolarité de leur garçon était désastreuse. Trouble du comportement, violence, période dépressive. C’est pendant les débats philo que je mène toutes les semaines que j’ai remarqué l’extrême maturité de cet enfant, un vocabulaire très riche, une conscience très fine de la dimension existentielle. Lorsque cet enfant me dit en fin de séance « qu’il y a une grande différence entre la conscience morale et la conscience universelle », j’avais de quoi m’interroger. J’ai alerté la psychologue de l’école parce que j’ai au moins la chance que son bureau soit à côté de ma classe. J’ai discuté avec les parents qui ont accepté une batterie de tests. Il n’en avait jamais passés. Résultat, un QI linéaire de 140, un enfant « Haut Potentiel. » Je comprenais aussi pourquoi il me battait systématiquement aux échecs. Pourquoi est-ce que ça n’avait jamais été détecté? Et bien, parce que l’école fonctionne sur le cognitif et pas sur l’existentiel. Lui, le cognitif, c’était un cauchemar, un ennui permanent alors il existait par le désordre. La philosophie existentielle a été un déclencheur. Il a été orienté dans un collège adapté avec une section HP. Les parents ont déménagé. Pas assez de structure, encore une fois. Les gouvernements ont détruit l’aide aux enfants en difficulté mais également l’accompagnement des élèves performants, ceux qui ne rentrent pas non plus dans le cadre, dans le juste milieu…Combien d’enfants dans le même cas ? Combien d’enfants qui ne sont perçus qu’au travers des données cognitives ?
    Mon inspecteur m’a reproché d’afficher aux murs de la classes des textes de philosophes. Au-dessus du tableau, un texte de Henri David Thoreau :  » Si tu n’es pas toi-même, qui pourrait l’être à ta place?  » Voilà l’essentiel. L’observation de soi. Non pas l’élève, ça n’est qu’une fonction mais la nature de l’individu. Le contenant.
    Je ne crois plus à aucune réforme parce qu’elles ne seront jamais que des reconsidérations de ce qui ne fonctionne pas, comme si ça pouvait aller mieux en changeant de techniques, de méthodes, de programmes, d’horaires scolaires. Mais tout ça, c’est dérisoire. Le vrai problème n’est pas là. Le problème, c’est de faire croire aux enseignants et aux parents que la connaissance est la finalité. Non, elle est un moyen. Celui d’amener l’individu à se connaître.
    Tant que l’école élémentaire cherchera à préparer ses élèves pour l’admission au collège, avec des objectifs scolaires, on fabriquera au mieux des enfants soumis, au pire des rebelles. S’ils parviennent à sublimer leur colère, on peut espérer voir émerger des artistes…
    Pour ma part, je continuerai à travailler avec des êtres humains sans que jamais leur statut d’élèves ne prennent le pas.
    Il faut que j’arrête…Je vais encore faire trop long.
    Bien à vous.
    Thierry.

    Répondre
  4. Suzanne Citron

    A Thierry Ledru

    Il ne s’agira pas ici de répondre point par point à votre long commentaire. Ce que vous écrivez me semble prolonger mon propre désir d’une école dont l’objectif soit le façonnement de Sujets (au sens d’êtres capables de vivre leur vie dans toutes ses dimensions) ce qui inclut bien évidemment ce que vous appelez la spiritualité. Quand je suggère que notre tâche doit être d’aider les jeunes à devenir acteurs de leur propre rapport avec le monde, ce rapport à autrui implique bien évidemment de se connaître soi-même (comme Socrate nous y a invité ) et de se construire une intériorité et un équilibre.

    Vous avez bien raison de souligner que ce n’est pas par des instructions hiérarchiques que l’on y parviendra. J’irai même plus loin en m’interrogeant critiquement sur l’école française. Depuis sa création elle se présente avant tout comme une machine administrative au service d’un projet pédagogique et idéologique (“républicain“) et, compte tenu du contexte des années 1880, se garde dans son vocabulaire de toute référence explicite au spirituel pour n’oser que la « laïcité ». Cela n’empêcha pas des centaines de Hussards noirs d’avoir contribué à cette édification spirituelle que vous revendiquez comme M. Germain pour Camus.
    Il est vrai qu’à l’accent mis sur les acquisitions cognitives plutôt que sur l’équilibre intérieur se surimpose aujourd’hui la crise de civilisation à laquelle vous faites allusion et le poids délétère d’une culture de l’esbrouffe et de la starification, ce qui n’arrange rien. Sans parler du tri méritocratique qui fausse toutes les perspectives éducztives. Vous faites aussi allusion au déni de prise en considération de l’enfant dont se plaignent les parents de collégiens. Et je suis la première à le déplorer et à revendiquer une transformation de l’institution et aussi de la formation des enseignants pour une reconsidération de leur rôle dans le sens de la bienveillance recommandé par le rapport sur la Rénovation dont je parle plus loin.

    Personnellement ma prise de conscience remonte aux années 1960 (!), et cela m’avait conduit à écrire un petit livre « L’Ecole bloquée » paru en 1971! Vous me direz que ce n’est pas ainsi que je vais vous remonter le moral. Je vous dirai alors, si vous ne l’avez fait de jeter un oeil sur le tout récent rapport de la Concertation pour la Rénovation de l’école. J’y ai trouvé des analyses et des pistes qui répondent à nombre de critiques que je formule depuis plus de 50 ans. Pas toutes forcément. Mais il me semble qu’après les si éprouvantes années Sarkozy et les précédentes qui ont tellement accentué les tares de notre système, il faut dans les semaines qui viennent apporter chacun(e) à sa place le maximum de soutien à la mise en place progressive de la rénovation, chacun y apportant sa pierre et le challenge n’est certes pas gagné.

    Ce rapport ma paraît beaucoup plus important que l’histoire de la morale laïque, qui a mon sens était un « coup“ du ministre qui s’est fait un peu plaisir tout en laissant le vrai travail se faire à côté.

    Bien cordialement à vous

    Suzanne Citron

    Répondre
  5. Thierry Ledru

    Ma classe.

    Je ne connais que l’école élémentaire. Mais c’est bien là que tout commence…

    L’essentiel, à mes yeux, reste la connaissance de soi. Le contenant avant le contenu. L’individu avant l’élève. Lorsque l’éveil à soi est validé, l’éveil au monde devient possible.

    Les adultes enseignants sont évidemment en première ligne…Mais il ne faut rien attendre de l’Éducation nationale, que ça soit un gouvernement de droite ou de gauche d’ailleurs. Trente ans que je suis instituteur et je n’ai vu qu’une dégradation continue de la prise en compte de l’individu, dans les moyens accordés et sur le fond également. Des statistiques, évaluations nationales, réformes dérisoires ou inapplicables, aucune évolution réelle. On ne parle que de l’intégration à la vie économique. Tout le problème vient de l’école élémentaire à mon sens. Ce que vit le collège n’est que le résultat d’une absence d’existence en tant qu’individu. Au lycée, la proximité de la vie professionnelle sauvent quelque peu ceux qui sont encore dans la course…Mais les dégâts sont effroyables. L’école est avant tout un mouroir spirituel. Il n’y a que la philosophie existentielle (et non pas cognitive) qui puisse inverser le mouvement.

    L’école n’est que le reflet du monde. Elle est un contenu et non pas un contenant. Juste une excroissance d’un système extrêmement vaste. Il est vain à mon sens d’attendre une évolution positive de l’école elle-même alors qu’elle dépend intrinsèquement d’un champ beaucoup plus vaste. C’est toute la vision de l’individu qu’il faut revoir. C’est comme entreprendre la rénovation intérieure d’une maison alors que le bâti est en ruine. Dès lors que le système scolaire est orchestré par des instances qui ont pleinement adhéré à la vision matérialiste de l’existence, il est absurde d’en attendre autre chose que les valeurs que ces gens soutiennent. Par conséquent, je ne crois pas que les changements puissent venir de la hiérarchie. On est dans le même fonctionnement que « les Indignés ». C’est l’engagement de la base qui porte les germes du changement. Collaborer ou résister. Il convient donc d’établir, en soi, les priorités de sa mission et œuvrer à les appliquer. Pour ce qui est de l’école, les techniques d’enseignement sont secondaires. Tant que l’humain est valorisé, écouté, aimé, accepté dans ses différences, porté, accompagné, il n’a plus aucune raison d’entrer en rébellion. Les techniques, dès lors, sont des moyens, pas les objectifs qu’ils finissent par devenir tant on leur accorde d’importance… L’immense difficulté du travail vient du fait qu’il est impossible de réussir sans que ce travail ait été fait sur soi. Ça ne s’apprend pas dans des livres même si les livres peuvent être des soutiens. Chaque enseignant devrait avant tout être enseignant de lui-même, son propre élève et son propre maître, une alternance constante entre l’apprentissage et la validation des acquis spirituels. Et je dis bien « spirituel » et non pas « cognitif ». Une spiritualité qui bien évidemment n’a rien à voir avec la religion. « Lettres aux écoles  » de Krishnamurti devrait être une lecture de chevet…Les instances dirigeantes ne le proposeront jamais…

    Ce système scolaire dans lequel l’apprentissage cognitif est la seule référence aboutit à un système pervers de croyances. Les diplômes représentent la validation administrative des étapes dans l’accumulation de ces croyances. Je parle de croyances étant donné que ces savoirs contribuent à l’égarement de l’individu dans l’idée que ce qu’il fait, produit, réalise durant ce cheminement cognitif LE représente, que ce qu’il fait correspond à ce qu’il est et que la « réussite » dans ce parcours scolaire contribue à son être. Les concepteurs de la bombe nucléaire, les chimistes de Monsanto, les ingénieurs de chez Dassault, sont tous des gens hautement diplômés et ils sont à des années lumière de la moindre conscience unifiée. Ils œuvrent à la validation de leurs études dans l’exploration de leur ego en ayant abandonné toute forme d’empathie avec le flux vital.

    Leurs croyances les nourrissent et ils se sentent certainement redevables de ce que le système scolaire leur a permis de devenir. Des fanatiques.

    C’est parce que l’enseignement actuel exclut la dimension spirituelle que ces croyances s’établissent avec une telle force. Le pouvoir, la puissance, la compétition sociale, la comparaison, l’envie, la rentabilité, la technicité jusqu’à l’absurde, le profit, le mensonge, la soumission, la compromission, toutes les dérives actuelles sont les conséquences d’une déshumanisation de l’enseignement.

    Je me demande d’ailleurs comment justifier l’idée qu’une société malade puisse s’ériger en formateur de jeunes esprits ? Comment peut-on considérer que les pairs, dans leurs dérives anciennes, puissent oeuvrer au Bien-être des individus ?

    Il me vient parfois à l’esprit que cette société agit comme un incubateur. Elle favorise l’éclosion de ses prochaines victimes. Victimes spirituelles à une échelle gigantesque. Jusqu’au sans domicile qui deviendra une victime physique. En passant par les suicidés, les intoxiqués, les déjantés, tous ceux qui se seront perdus en cours de route, qui auront quitté l’axe principal pour s’aventurer sur des chemins de traverse. Il y a des rescapés. Ceux qui basculent pour une raison qui parfois leur échappe dans cette dimension spirituelle dont ils ont été privés durant leur survie.

    L’enseignement scolaire actuel exclut totalement la dimension spirituelle de l’individu. La classe de philosophie de terminale n’est qu’une accumulation de savoirs aboutissant à une évaluation chiffrée comme si le but essentiel de la philosophie tenait dans un cadre aussi restrictif. C’est consternant et ça contribue au rejet quasi général de ce regard porté sur l’existence. Pour ma part, la philosophie n’est même pas une finalité. Elle n’est qu’un moyen de tendre vers une complétude de l’individu, une unification de l’ego avec l’inconscient, du moi avec le Soi qui le contient, une observation lucide des conditionnements et leur analyse. La philosophie pour elle-même n’a pas plus d’intérêt que la connaissance de la carte du monde. Il ne s’agit que de l’image d’un territoire mais son exploration rend nécessaire l’engagement du marcheur. Sortir d’une classe de terminale en se contentant de connaître la carte sans que cela n’ait déclenché le désir absolu de se lancer sur la route intérieure est un échec cuisant pour l’éducation nationale. Il faudrait que ce mammouth cherche à connaître, sur le long terme, le nombre d’individus ayant éprouvé cet amour des horizons intérieurs. Le constat serait effrayant.

    La philosophie est bien autre chose qu’une matière scolaire. Luc Ferry disait qu’il était inutile de chercher à initier de jeunes enfants à une démarche philosophique. Je suis d’accord avec lui s’il s’agissait de l’enseigner comme cela est fait en France. Mais pour ma part, je mets bien autre chose dans le terme que ce simple épandage de notions diverses dans des esprits en friche. Lorsque je travaille avec mes élèves sur la gestion des émotions, nous faisons de la philosophie puisque l’objectif est de vivre mieux comme l’entendait Sénèque. Pour Luc Ferry, la philosophie est un moyen d’épandre sur les autres ses connaissances. Evidemment, il trouverait humiliant que ça soit vers de jeunes enfants. Il a une trop haute estime de lui.

    Et bien, je pense, pour le vivre depuis trente ans, qu’il est bien plus délicat d’initier de jeunes esprits que de formater des adolescents. Ceux-là, n’ayant justement jamais eu à s’observer réellement, en dehors du prisme étroit de leur vie sociale.

    Lorsqu’une élève me dit, après notre discussion sur le chemin éclairé par les lampadaires qu’on allume, que les zones d’ombres lui apparaissent beaucoup moins inquiétantes dès lors qu’on sait qu’il est bon et reposant de venir se ressourcer sous les lumières acquises, et bien, je sais qu’il s’agit de philosophie. Puisqu’elle vivra mieux.

    Il n’est nullement question pour moi de remettre en cause le rôle « économique » de l’école et la participation à l’avenir professionnel des enfants. Je dis simplement qu’à l’école élémentaire, la priorité est de participer au développement équilibré de l’individu. C’est lorsque cela aura été validé que le reste suivra de lui-même. Et non l’inverse.

    Tout le nœud du problème tient dans cet accompagnement de l’humain. C’est là justement que la philosophie à l’école élémentaire peut prendre une place primordiale. Encore faut-il que les enseignants en prennent conscience et fassent eux-mêmes ce travail. Mais qui va juger de la démarche existentielle des enseignants ? C’est à eux de le faire. La priorité, depuis des décennies, c’est « l’avoir », c’est à dire l’extérieur. On travaille à l’envers. Les Peuples Premiers n’ont jamais perdu de vue qu’un chasseur, un cueilleur, un berger, un potier, ne représentent que des fonctions et qu’elles ne doivent jamais prendre le pas sur la Nature humaine.

    Et comme les enseignants sont aussi, pour la plupart, des parents, le formatage est le même…Il n’y a par contre rien de définitif dans ce constat. Les rencontres que j’ai avec les parents d’élèves au long de l’année me montrent bien qu’ils sont dans leur grande majorité à l’écoute et lorsque les enfants leur rapportent le bonheur d’apprendre, ils prennent le même chemin. Il s’agit donc bien d’une osmose à réaliser dans ce triptyque, enfant, parents, enseignants. Toute condamnation ou jugement renforce l’épaisseur des barrières…Pour ce qui est de l’Éducation nationale, je ne l’inclus pas, volontairement, dans cette rencontre à établir. Elle n’a rien à imposer, elle se doit de suivre ce qui fonctionne sur le terrain. Il faut inverser le sens des influences.

    Depuis des décennies, les gouvernements successifs ont voulu faire tenir ce rôle à l’école : un rôle économique affiliée à une « philosophie matérialiste ». Les objectifs étaient clairs et je rappelle d’ailleurs que Mr Hollande a dit que l’école avait un rôle prioritaire dans le soutien à l’économie. Alors, cette idée que l’enseignement doit avoir une portée concurrentielle, qu’elle doit permettre à la France de garder son rang, etc …c’est ce qui est dit depuis bien longtemps alors que Jules Ferry disait : « Nous ne vous demandons pas d’en faire des grammairiens mais des hommes. « Et je répète alors ce que j’ai déjà dit. Il est essentiel d’aider à la constitution du récipient avant de vouloir y mettre quelque chose. Sinon, tout s’enfuit. Et là, ça fait longtemps qu’on travaille à l’envers. L’école élémentaire n’a AUCUN rôle à tenir au regard de l’économie et de la formation de futurs salariés. Le collège doit par contre s’ouvrir aux formations professionnelles pour des jeunes qui en ont le désir et non pas pour s’en débarrasser. Que ça soit fait par des gens compétents et avec des moyens, en partenariat avec les secteurs économiques concernés. Mais pour ce qui est de la filière purement scolaire, elle se doit d’apporter aux individus l’accession au « savoir être ». Le « savoir faire » viendra en son temps et c’est ce regard et cet accompagnement existentiel qui soutiendra les étudiants dans le long cheminement vers les hauts diplômes.

    Les individus se définissent aussi par leur activité économique mais s’ils ne se définissent QUE par ça, que leur reste-t-il lorsqu’ils perdent leur travail?…Toutes les identifications sont des pièges redoutables dès lors que l’individu ne se pense exister qu’à travers le statut que ces identifications lui donnent. Il s’agit donc, en priorité, à travers l’enseignement et l’éducation, à mon sens, d’apporter suffisamment de lucidité à l’individu pour qu’il découvre ce qu’il est mais sans jamais se figer. Je ne suis pas instituteur, j’exerce le métier d’instituteur. Le « Je » est bien autre chose qu’une fonction. Il est par essence une Nature.
    Quant aux modèles dont les enfants se servent, je les vois à longueur d’année : Justin Bieber ou Ronaldo pour les garçons et Rihanna et autres starlettes pour les filles. Leur rêve à tous et toutes étant principalement de gagner des centaines de millions et d’être adulés. La valeur humaine est une notion qui leur échappe totalement. C’est pour cela que je leur raconte la vie de gens comme Albert Wegener, Marie Curie, Walter Bonatti, Bernard Moitessier, Alexandra David Neel, Nicole Viloteau, Laurence de la Ferrière, Louis Pasteur, Soeur Thérésa, Aung San Suu Kyi, Sir Edmond Hillary et Tensing Norkay etc etc…C’est pour cela que je les emmène en montagne. Les valeurs morales et les valeurs physiques. Tout le reste est secondaire. Même si ça reste important. C’est une continuité, pas un point de départ.

    Tout le problème, pour moi, tient dans le fait, encore une fois que les parents et la société en général, télé et médias, laissent penser aux enfants que l’apparence mais surtout l’appartenance à un groupe, à une image partagée, à une structure a davantage d’importance que l’individu lui-même. La « Biebermania » en est un des dernières apparitions. Mais chez les adultes, on retrouve le même phénomène. C’est toujours une absence de vie intérieure qui trouve sa complétude dans des mouvements de masse. Les habits, être supporter de l’OM ou du PSG, s’habiller chez Calvin Klein ou Hermès et bien sûr avoir une Rolex…, ça prend évidemment des proportions différentes selon le milieu social mais le fonctionnement est le même. L’appartenance, la reconnaissance, l’adhésion aux groupes, l’avoir qui supplée l’être.

    J’entends souvent dans les médias des « spécialistes » dire que le niveau des enfants baisse. A mon sens, c’est parce que le contenant est friable. Donc, le contenu s’écoule. Et comme la société, elle-même, montre des signes de plus en inquiétants de friabilité, dans de multiples domaines, cette perméabilité des individus se renforce. La peur est un effaceur surpuissant. Et je vois de plus en plus, dans mes classes successives, les peurs grandissantes des enfants. L’instabilité parentale en est une cause mais elle n’est pas la seule. Le Monde autour d’eux est violent ou en tout cas les représentations qu’on leur donne à voir.

    J’en reviens à mon point de départ. C’est lorsqu’on aide l’individu à se connaître soi qu’il a des chances un jour de connaître quelque chose. Si on ne donne pas de sens à l’enseignement, ça part dans tous les sens et ça cafouille. Et ça commence bien évidemment dès les premières années d’école. Qu’on fasse découvrir la philosophie uniquement en terminale et pour l’obtention d’un diplôme, c’est totalement aberrant…

    Et on ne s’en sortira pas avec la Morale laïque que prône maintenant Mr Peillon quand il l’affuble de l’apprentissage de la Marseillaise et l’évaluation chiffrée de ces enseignements. La morale laïque, telle qu’elle a été présentée, ces dernières heures, a pour objectif le ciment social. Mais ce social se réfère toujours à un contexte extérieur…On tourne en rond…Et on creuse un trou…

    Déprimant.

    Je suis toujours aussi ébahi par l’intérêt extraordinaire des enfants pour des questions à visées philosophiques. Je pourrais passer des journées entières à parler avec eux, de tout ce qui les touche et qu’ils ne parviennent pas à exprimer parce qu’ils ne sont pas assez sollicités, parce qu’ils ne sont pas assez amenés à observer ce qui se passe en eux, parce que le monde adulte ne considère pas assez que leur interrogations silencieuses méritent d’être écoutées, partagées, assouvies, parce que l’aspect cognitif de l’école se doit d’être mis en avant, qu’ils doivent réussir leurs « études »…

    Mais c’est la Vie en soi qu’il faut étudier !

    Et amener par mimétisme des enfants à penser que les questions existentielles sont des pertes de temps qui disparaîtront avec l’âge adulte est une condamnation de l’individu.

    On a parlé du « désir mimétique » aujourd’hui. Une heure à analyser les comportements associés à la dérive des individus qui se perdent dans des « conflits » d’ego et des actvités insignifiantes.

    « Les gens ne devraient pas tant penser à ce qu’ils doivent faire mais bien davantage à ce qu’ils doivent être ». Maître Eckhart.

    Une élève a lu ce texte affiché au mur de la classe et a demandé ce que ça signifiait. Elle avait elle-même la réponse d’ailleurs. Il a juste suffi que je la mette sur la voie et qu’elle sente qu’elle pouvait exprimer ce qu’elle portait.

    « Si tu n’es pas toi-même, qui pourrait l’être à ta place ? » Henry David Thoreau.

    Toujours le même chemin de lucidité, toujours ces textes qui tapissent les murs de la classe et qui sont bien plus importants que les tables de multiplication ou les règles d’orthographe.

    C’est parce qu’ils peuvent échanger, interroger, partager, raconter, explorer les émotions associées à toutes ces questions vitales qu’ils sont disponibles ensuite pour apprendre ce qu’ils doivent acquérir pour continuer à progresser « scolairement ».

    Toujours cette impression qu’en concentrant le travail à son aspect cognitif, en bridant l’aspect existentiel, nous formons des jarres en ignorant la qualité des nourritures qu’elles transportent. Le contenant et le contenu…Est-ce que le fait de « juger » de la qualité scolaire d’un enfant, je suis capable de « juger » de la qualité humaine de l’enfant ? Absolument pas.

    Je rencontre tous les ans des enfants qui sont « performants » scolairement et qui sont perdus dans leur connaissance d’eux-mêmes, qui ne sont pas capables d’établir durablement cette observation de leur fonctionnement et qui sont juste « soumis » ou formatés à des réponses liées à des apprentissages techniques. Mais dès que j’aborde avec eux des discussions d’ordre existentiel, il n’y a plus personne. Comme un gouffre immense qui souvre en eux et que les savoirs livresques ne peuvent combler. Ils ne savent pas ce qu’ils font, ils ne savent pas ce qu’ils vivent, ils sont vécus…D’autres sont en conflit permanent avec d’autres enfants ou d’autres adultes, n’ont aucune limite, aucune conscience morale, tout leur est permis, ils n’ont aucun regard sur leur attitude et se laissent aller à toutes leurs impulsions.

    « Vérifie toujours à chaque instant, que tes pensées, tes choix, tes décisions et tes actes sont à l’image de la personne que tu es et de celle que tu veux être.  »

    Toujours les amener à établir cette vigilance envers ce qu’ils font afin que ça corresponde à ce qu’ils veulent être. Bien souvent, ces enfants-là se placent en « victimes », essaient de justifier leurs actes, renvoient la faute sur les autres et sont incapables d’observer ce qu’ils ont déclenché. Ils n’en voient que les effets. Qu’on ne vienne pas me dire que ce travail d’exploration de l’individu est du temps perdu. C’est long à mettre en place et j’ai parfois l’impression d’un travail inutile…Je me force à oublier l’intention et j’accepte l’idée des errances.

    Je sais bien aussi que le collège ne proposera pas ce genre de « développement personnel » parce que le système ne le permet pas, que l’organisation est beaucoup trop rigide et que les professeurs vivent eux aussi une pression beaucoup trop importante pour qu’ils s’autorisent ce genre de travail.

    J’entends parfois d’anciens parents d’élèves me dire que la transition avec le collège est vraiment très difficile pour leur enfant, que la pression scolaire est énorme et que tout le reste est rejeté. La prise en considération de l’individu est quasi inexistante. Les rébellions se multiplient, les échecs s’installent. Quand je reçois dans ma classe d’anciens élèves, je suis effaré de ce qu’ils racontent…L’impression qu’ils montent au « front », qu’ils y sont en danger.

    Je ne comprends pas ce déni de l’existence…Comment peut-on envisager participer à la construction du contenant si le contenu ne devient qu’un poison qu’il faut ingérer de force. Le contenant sera immanquablement « souillé », avili, dégradé étant donné qu’il est intoxiqué par le gavage immonde qu’il subit. Quand je regarde la population obèse américaine, j’ai une image de ce contenant perverti par le contenu ingéré. Malbouffe, malculture, malexistence.

    Que l’école participe à cette extinction des élans existentiels des enfants me désole au plus haut point.

    Le ministre actuel veut instaurer une « morale laïque ». Bien, mais de quoi s’agit-il ? Une nouvelle matière, avec un programme, des évaluations, toujours le fonctionnement compétitif, comparatif ? Mais dans ce cas-là, on travaille à l’envers. On réduit l’humain encore une fois, on ne le porte pas, on l’encadre, on ne l’élève pas, on le formate. Cette « morale », je la nomme philosophie existentielle et elle est constante, elle n’appartient pas à un horaire, à un cadre précis, elle est à la source de tout ce qui se passe en classe. Je ne l’évalue pas par une norme chiffrée et qui serait inévitablement subjective mais juste par le bonheur que les enfants éprouvent à être là, à se grandir grandir, à s’observer, à oeuvrer à ce bonheur de la vérité en eux.

    Le reste ne sera jamais et encore qu’un conditionnement et le résultat sera encore et toujours la disparition de l’individu.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *