Programme impossible, examen bâclé, discipline sacrifiée : bilan de l’épreuve anticipée d’histoire-géographie en 1ère S.

Rédact-eurs/rices : Servane Marzin , Laurence De Cock, Eric Fournier, Vincent Capdepuy, Alexandra Rayzal, Laurent Gayme, Benoît Picherit, Vanessa Mercier, Maryse Broustail

Quelques jours avant de replonger dans le rythme infernal imposé par l’enseignement de l’histoire et de la géographie en 1ère S, le collectif aggiornamento histoire-géographie réitère sa demande urgente d’un allègement du  programme comme de l’épreuve qui le sanctionne. Mais cette fois,  bilan à l’appui.

En effet, l’épreuve anticipée d’histoire-géographie pour la série scientifique, tenue pour la première fois en 2012, mais aussi les notes des élèves, ont révélé les aberrations et les incohérences d’un contenu aussi infaisable qu’injuste.

Les sujets tombés dans les centres étrangers n’ont pas permis aux élèves qui avaient travaillé sérieusement d’utiliser leurs connaissances à bon escient. Compositions en marge des thématiques abordées, documents portant sur des cas si singuliers qu’aucune mise en contexte des élèves n’était possible, croquis dont le sujet avait été quasiment exclu par les documents d’accompagnement : trop d’exercices ont piégé des élèves pourtant motivés. Avec trois exercices à réaliser  en 4 heures,  dont seulement un au choix, le découragement a rapidement gagné les salles d’examen, et beaucoup d’élèves sont sortis dépités, voire en larmes [2].

Pire, la correction des épreuves  a ensuite  eu lieu selon des modalités variables d’une académie à l’autre, sans cohérence d’ensemble, et sans que  les correcteurs ne soient systématiquement alertés ni sur la difficulté du programme, ni sur l’intensité de l’épreuve. Nous avons reçu de nombreux témoignages émanant d’académies différentes. Les réunions d’harmonisation sont loin d’avoir été la règle alors que la situation méritait la plus grande vigilance !  Quand elles ont eu lieu, ces réunions ont révélé à quel point l’épreuve avait trompé élèves et enseignants. Face à des contenus complexes et très variés, abordés dans l’urgence pendant toute l’année, les candidats ont construit des raisonnements  à la hauteur de leurs capacités d’élèves de 1ère. Et les enseignants ont été déboussolés[3].  Lors de l’harmonisation, les propositions orales de notation d’une copie considérée comme moyenne allaient de 5 à 17 à Versailles, de 4 à 16 à Lille ! Autant dire que sans un suivi constant, la correction promettait d’être aléatoire.

De fait, concrètement, des enseignants  – dont certains n’avaient pas eu de 1ère pendant l’année – ont corrigé jusqu’à 100 copies, sans autre consigne qu’une fiche de 4 pages sommairement remplie. Et si des correcteurs ont dû, à la demande de leurs IPR, faire remonter leurs notes  à mi-parcours – à Nantes ou Dijon par exemple‑  d’autres ont corrigé sans aucun encadrement. Dans de trop nombreuses académies, l’Inspection ne s’est même jamais préoccupé des notes avant leur saisie définitive par les centre d’examen, c’est-à-dire trop tard.

Les enseignants de 1ère ont alors reçu des nouvelles de candidats écœurés, très déçus par des notes bien éloignées de leurs résultats annuels, avec le sentiment d’un incontestable gâchis. Malgré leur intérêt pour la discipline, souvent conforté par des moyennes solides durant toute leur scolarité, des élèves se retrouvent avec un 4, un 6, un 7 à l’examen. 20% des 7700 inscrits à l’épreuve d’Histoire-Géo du bac 2012 ont obtenu moins de 6/20 dans l’Académie de Toulouse ! Des parents en colère envisagent collectivement des recours administratifs. Dans certains lycées où les classes de section scientifique ne regroupent pas forcément les meilleurs élèves mais ceux qui peinent dans les matières littéraires, certains candidats cumulent désormais un handicap très important dans les épreuves anticipées ; dans quel état d’esprit entament-ils leur Terminale ? Faut-il convaincre ces élèves de s’inscrire dans l’option histoire-géographie si « valorisante » comme on nous le demande ?

Le bilan est d’autant plus amer que l’Inspection Générale, après une période de long silence, n’a cessé de rassurer les enseignants en multipliant les interviews et réunions pour apaiser leurs craintes et assurer de la mansuétude des consignes de correction.

Les inquiétudes, les alertes multiformes, et les nombreuses interpellations ont été traitées de manière légère,  sous estimant la difficulté pour ignorer finalement les risques lors de la correction.

Aujourd’hui, on nous dit que la session anticipée de 2013 est probablement la dernière : pourquoi s’en préoccuper ? Mais la moitié des élèves de 1ère générale passeront cette épreuve.

Nous réitérons donc avec la plus grande force notre demande d’un allègement du programme et de l’épreuve anticipée, faute de quoi  la session de 2013 ressemblera hélas à celle de 2012.



7 réflexions au sujet de « Programme impossible, examen bâclé, discipline sacrifiée : bilan de l’épreuve anticipée d’histoire-géographie en 1ère S. »

  1. CORMIER

    A tous les parents et autres qui s’interrogent.
    Je reviens sur la nouvelle épreuve d’HG anticipée en 1eS et sa correction. Comme je l’ai écrit dans un précédent message, je n’ai corrigé que la version ancienne et « traditionnelle » du bac.
    Je m’interroge également toutefois, cherche les renseignements auprès de collègues l’ayant corrigée, et des explications d’ordre général. Car il n’y a pas de raisons pour que les professeurs soient subitement devenus sadiques.

    – 1) Sur la « maturité insuffisante » qu’auraient des élèves de 1e par rapport à des élèves de terminales : certes, une année d’études et d’expérience en moins, mais cela ne suffit pas : correctement entraînés à traiter des sujets depuis la 2de voire le collège, un bon élève de 1e peut faire des très bons devoirs (je le sais par expérience). La moindre qualité actuelle des productions s’explique par, excusez-moi de l’affirmer, la baisse du niveau (connaissances, réflexion, expression). Dans l’éducation nationale, le niveau n’existe pas, je sais. Mais il baisse ! Et dans les faits, les devoirs sont de plus en plus courts, avec de moins en moins de connaissances et de réflexions dedans. Ce qui est lié au

    – 2) contenu des enseignements : c’est revenir aux « programmes infaisables ». Les questions étant survolées à toute allure, sans approfondissement possible, les élèves ne peuvent plus faire, au mieux, qu’une récitation de résumé, voire des résumés de résumés. On ne fait pas de devoirs intéressants avec si peu.

    – 3)Sur la nature même des épreuves. Nous avons compris qu’on ne fait de composition avec rien ; de même on ne fait pas de croquis avec des connaissances insuffisantes, en étant incapable de situer correctement des capitales régionales françaises, en ignorant les reliefs qui conditionnent depuis toujours les grands axes de circulation. On m’a assuré avoir vu des cartes des réseaux de transports français avec des autoroutes traversant directement la France d’Allemagne en Espagne à travers le Massif Central (pour ne prendre qu’un exemple) …
    Quant au commentaire (étude ? explication ? analyse ?) de document(s, puisqu’il peut y en avoir 1 ou 2, ce qui modifie en fait la nature même de l’épreuve), il faut avoir des connaissances pour éviter la paraphrase et il n’y a plus de questions pour guider les candidats. Ce qui est très bien sur le fond (j’y suis favorable), mais ce qui est plus difficile pour les candidats.

    4) Sujets : encore faut-il que les sujets soient convenables et traitables : un texte comme la « lettre de poilu » de 1915 donné à Pondichéry est un bon témoignage historique, mais pas un bon texte à analyser : que pouvait dire un élève si ce n’est recopier le texte, en reprenant les conditions de vie des poilus, la boue, le froid, etc …, c’est à dire recopier le texte ? La paraphrase était inévitable. Il en va de même pour le discours de Himmler : tout élève qui n’a pas compris qu’il n’était qu’un prétexte à exposer et expliquer de surcroît la composante raciste de la doctrine nazie a recopié le texte et n’a réalisé qu’une paraphrase sans intérêt … et certainement sanctionnée.

    Excusez-moi pour la longueur du message (et encore eût-il du être plus long pour pouvoir faire une analyse plus complète). En conclusion, on en revient toujours au même : schizophrénie entre les objectifs affichés (contenus des programmes, nature des épreuves) et les conditions réelles de l’enseignement, marquées par la réduction constante des connaissances de base, sans lesquelles plus rien n’est possible, ainsi que de l’expression.

    Répondre
  2. slamti

    Bonjour,
    Je suis une maman d’eleve qui a passé les epreuves anticipées d’ HG, l’année derniére ,ma fille a ontenu un 10 ,meilleure note en histoire de son lycée alors que les meilleurs eleves ont eu 4,je trouve cela effarant ,le programe n’ avait pas été terminné etant donné le volume de son contenu,
    La guerre d’ Algérie tout juste abordée .
    J’ ai récupéré sa copie, et j’ ai demandé aux autres parents de faire de meme.
    Il est facile pour les Academies et rectorats de dire que l’ année prochaine cela chagera , mais que fait- on, pour ces eleves sacrifiés??
    Nos enfants ont été deçus et se demandent si l’ année prochain cela ne va pas se reproduire en langues vivantes ou les modalités d’ examens changent CETTE année.

    Répondre
  3. Christine Vaysse

    Bonjour,
    Vous n’imaginez pas le bienfait de la lecture de votre article et des commentaires qui s’y joignent !
    Nous nous trouvons dans le même questionnement que vous tous.
    Depuis les résultats de ces épreuves pour notre fils (bon élève et passionné par l’histoire-géographie ce qui lui a valu un pitoyable 5/20 aux épreuves anticipées) et d’un grand nombre de ses camarades (les 1, 4, 5, 6 valsent et nous sommes dans l’attente d’une remontée précise des résultats), nous ne sommes pas seulement désabusés face à l’injustice que ces élèves vont devoir compenser aux épreuves finales mais aussi écœurés par l’image de l’Education Nationale donnée par les correcteurs. Bien loin des considérations de maturité des élèves face aux sujets, en n’ayant vraiment pas harmonisé les corrections puisque certains ont de bonnes notes, ils ont créé une immense injustice… Malgré toute la confiance que nous pouvons avoir en nos enfants, tous les parents n’ont pas le recul nécessaire pour « encaisser » ça : Ont-ils imaginé un instant ce qui s’est dit à la lecture des résultats dans une famille où l’on s’est réjoui d’entendre « j’ai vraiment bien réussi » à la sortie de l’épreuve ? Ont-ils imaginé un instant le désespoir et la perte de confiance en soi de ces jeunes après un tel échec pour tant de travail ?
    L’histoire et géographie pour les classes de première S a été une épreuve à double détente pour élèves et professeurs : éprouvant de se mettre au niveau des nouvelles exigences, éprouvant de garder la confiance mutuelle en échouant aussi durement. Nous n’avons aucune réserve quant à la qualité de l’enseignement que notre fils a reçu durant l’année dernière : leur professeur, jamais absent, clair avec les difficultés et les complications nouvelles, est allé jusqu’à donner des cours supplémentaires en fin d’année pour parfaire le programme. La classe était passionnée et respectueuse, ceci dans un lycée d’un quartier parisien très déshérité où les professeurs se plient en quatre sinon en mille pour mener leurs élèves au diplôme du baccalauréat : les résultats sont en constante amélioration ces dernières années, mais voilà, que va devenir cette cohorte qui arrive à l’examen avec parfois 40 points à rattraper ? Et ceux qui verront leur mention s’envoler, quelles portes verront-ils se claquer ?
    Pour qu’ils ne soient pas pénalisés, il reste à espérer qu’un regard particulier sera porté par les jurys sur le bilan de leur travail de 15 ans minimum de scolarité en juin 2013 ! Et que les changements que vous demandez soient validés…
    Pardon d’avoir été longue, merci pour votre attention, cordialement,
    C. Vaysse

    Répondre
  4. CORMIER

    Bonjour,

    j’ai eu l’heur d’enseigner ce « programme infaisable » (et je confirme qu’il l’est, mais je ne reviens pas sur cette question ici). Pas de corriger l’épreuve, restant cette année sur la dernière session des « anciens » programmes, anciennes épreuves.
    Je n’ai pas eu les notes de mes 33 1eS de l’an dernier, qui semblent aller de « moins de 6 » à 15. Je serais alors déçu que les meilleurs n’aient pas eu plus. Car, bien que n’ayant pas réussi à traiter l’intégralité du programme, j’ai eu la chance d’aborder très convenablement la guerre d’Algérie (et qui plus est peu avant la fin de l’année, cela restait donc assez récent dans la mémoire de mes élèves) – je ne vois même pas comment on pouvait faire mieux dans le cadre actuel de l’enseignement d’HG. Ayant également traité convenablement les transports et les totalitarismes, je répète que je serai déçu si les meilleurs ne dépassaient pas cette note de 15 dont j’ai entendu parler. J’aurai confirmation quand l’établissement recevra les notes officielles.

    Il est de toute façon urgent et indispensable de remettre à plat tous les programmes de lycée, un simple allègement du programme de 1e ne suffit pas !

    Répondre
  5. ERRARD

    Bonjour,
    Nous nous interrogeons également sur la façon dont ont été notées les copies d’Histoire en 1ère S. Ma fille, qui adore cette matière et avait entre 13.5 et 16 de moyenne aux différents trimestres en première, se retrouve avec un 7/20 à l’épreuve du baccalauréat qu’elle ne parvient pas à expliquer: elle est sortie de l’épreuve sûre de ses réponses et contente des sujets qu’elles maîtrisaient très bien. C’est l’incompréhension totale et plusieurs de ses camarades sont dans le même cas. Partir avec des points de retard au bac alors qu’il s’agit de sa matière préférée et qu’elle la maîtrise très bien… nous nous demandons si les professeurs qui ont corrigé ces copies se sont rendus compte du manque de temps pour aborder le programme en une année et de la maturité florissante de ces élèves de première. Nous trouvons cela très injuste!!!

    Répondre
    1. Planel

      Bonjour,
      Je viens de prendre connaissance de l’article ‘programme impossible…., et bien que cela ne change rien aux résultats actuels, j’ai au moins une explication sur les notes décevantes de plusieurs élèves,dont mon fils, à cette épreuve anticipée du bac.
      (avec une moyenne de 17 toute l’année, et pourtant très satisfait
      après son épreuve, il a eu un 12 honorable, mais ne correspondant pas à l’année, ni au travail fourni).
      En juillet nous avons demandé une copie au rectorat de Grenoble, et à ce jour, attendons toujours.
      Ces élèves ‘innovent’ la nouvelle réforme du bac. Doit-on craindre, que les épreuves du bac de terminale se déroulent de la même façon que l’épreuve anticipée????

      Répondre
  6. Pascal Chabaud

    Bonjour,
    Merci de prendre la question de l’enseignement de l’histoire-géographie en 1° à bras le corps.
    Que ce soit en S ou L/ES, le programme de Première est infaisable, ingérable et ne permet pas aux profs d’approfondir un sujet, de profiter de leur « liberté pédagogique » prônée par le BO, et est une source de frustration continuelle.
    Je suis prêt à participer à toute réunion de réflexion sur les futurs programmes, leur application en TS à partir de l’année prochaine, en espérant que le ministère ne se contentera pas de basculer le programme de T L/ES, qui serait tout aussi infaisable en S.
    Cordialement
    Pascal Chabaud

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *