« colère et frustration » : bilan d’une correction du Bac 1ère S

NB : Les copies de 1ère S désormais rendues, nous publions une réaction spontanée de correctrice qui nous a été adressée.

Rédactrice : Vanessa Mercier

Colère et frustration. Voilà les sentiments qui m’habitent depuis que je suis noyée sous la centaine de copies de 1eres S que j’évalue, ou plutôt sous la centaine de photocopies que je corrige, car ce sont bien des compositions toutes identiques les unes aux autres que je lis.

Pour exemple, sur les quelques 50 copies concernant la Guerre d’Algérie, plus de vingt déroulent quasi mot pour mot les mêmes analyses (parfaitement justes, au demeurant, le problème n’est pas là), font référence aux mêmes événements, avec le même vocabulaire jusqu’à parfois des phrases entières toutes similaires qui me rendent folle à force de les lire par dizaines. Qu’est ce que tout cela sinon la récitation pure et simple, docile, bêtement stérile, du cours (excellent) d’un professeur qui comme moi cette année pour boucler son programme a livré à ses élèves des compositions clefs-en-mains sur chaque « mise en œuvre » ? Nous voilà réduits, puisque les sujets d’examen ne sont que les intitulés des programmes, à nous aligner sur cette partie de l’opinion publique qui estime que l’Histoire-Géographie, c’est facile, c’est du par cœur, « Tu écoutes ton prof, tu mémorises et tu répètes c’est pas compliqué ! », voilà ce qu’on entend parfois en rendez-vous parents-professeurs, et, pour le coup, la teneur de cet exercice de composition (et je ne parle même pas du croquis de géographie) ne fait que confirmer cette idée.

C’est inacceptable et révoltant. L’histoire et la géographie sont des lieux de pensée, pas une matière inerte et poussiéreuse qu’on se transmet telle quelle de génération en génération. Je refuse de dicter à mes classes des compositions qui seront le fruit de ma pensée, et pas de la leur, pour qu’ils aient une bonne note au bac, parce qu’ils n’auront plus qu’à la régurgiter consciencieusement.  Je refuse de « corriger mes collègues » comme l’a avoué le président de la réunion d’harmonisation. Je veux pouvoir lire dans les copies la personnalité, le travail, les idées, la pensée des élèves, dans leurs différences, leurs maladresses et leurs spécificités. C’est pour cela que j’ai choisi l’histoire. Pour penser, et les voir penser.

Les sujets de dissertation en français et en philosophie demandent eux un minimum d’analyse personnelle de la part des élèves : il leur faut borner le sujet et le hors-sujet, se questionner, et utiliser leur savoir pour produire une pensée inédite et singulière. Il leur faut construire. Ils y dissertent, ils y réfléchissent, avec toute leur maladresse parfois, mais au moins ont-ils essayé.

N’est-ce pas là  l’essence, le sel et le fondement de notre métier ? Les moments de grâce, en cours, ne sont-ils pas ceux où nos élèves raisonnent, cherchent et interprètent à leur façon au lieu de se gaver de la becquée que l’on nous oblige, pour plus d’efficacité, à leur donner ? Car au fond, la clef de voûte est là : la récitation c’est très efficace ! Je mets d’excellentes notes à toutes ces copies qui se ressemblent, parce qu’elles sont vraiment bonnes, et pour cause. Ainsi, tout le monde est content, les élèves, les profs et  l’institution. Mais à quel prix ?

Parce qu’il faut aussi soulever une autre question. Lorsque, confrontée à un même plan, un même fond, un même raisonnement sur vingt copies, j’en viens à noter la forme pour instiller un semblant de différenciation en leur sein et utiliser le panel des notes, je finis par discriminer ceux qui maitrisent moins bien l’orthographe ou la grammaire, qui ont une syntaxe approximative ou une calligraphie brouillonne. Est-ce cela évaluer de l’histoire-géo ? Est-ce que je note alors la prise de risque de l’élève, son travail sur l’année pour  comprendre et s’approprier les cours, sa réactivité à la stimulation de son intellect par son professeur ? Ou juste les lacunes héritées de sa scolarité depuis le primaire ? Non seulement l’exercice de composition tel qu’il nous est imposé aujourd’hui atrophie l’esprit de nos lycéens, mais il contribue  à renforcer encore un peu plus  les inégalités entre élèves. Ils méritent, comme nous, une épreuve d’HG qui soit intelligente et qui ose se risquer à les faire penser. C’est lorsqu’ils sont bousculés et sollicités que leurs esprits se forment : c’est en ayant le courage de refuser la récitation qu’on rendra du sens à l’enseignement de l’HG au lycée.


13 réflexions au sujet de « « colère et frustration » : bilan d’une correction du Bac 1ère S »

  1. LACAN GEORGES

    Oui on attend toujours des élèves qu’ils soient des petits genies ayant une « pensée originale ». Mais quoi, ils ne sont que des élèves de 1er, pas des historiens!! Certes moi aussi je serais heureux s’ils étaient capables de produire une pensée originale, mais concrétement il y a combien de profs si bien pensants qui ont détourné ou même simplement critiqué ouvertement ce démentiel programme d’histoire de 1ere !! Ce programme en fait trés réactionnaire qui laisse de coté des pans entiers d’histoire un peu progressiste sinon de bon sens !! (Pourquoi les guerres? Communisme et nazisme même combat (ou presque)? Mouvement ouvrier et luttes syndicales, out! Crise du capitalisme et victoire du nazisme, out!! etc..) bref une lobotomisation des cerveaux qui nous prépare des lendemains qui vont nous faire déchanter fortement!! Par exemple, ce qui m’a choqué le plus dans les copies c’est que le coup d’etat du 13/5/58 ait été passé le plus souvent sous silence!! A l’origine tout de même de la V République!! Alors!? Faute aux élèves? Certainement pas? A l’inspection? Pas trop! Mais aux profs (enfin à la majorité, pas à tous heureusement! ) certainement!! A ce point de censure ils on dû tout simplement oublié de leur dire!! Demander aux élèves d’avoir un esprit critique, c’est certes le travail d’un prof d’histoire!! Mais il faudrait aussi commencer par nous!! Si le prof annone son cours tel qu’il faudrait le présenter officiellement , par exemple le chapitre antihistorique sur les « Guerres » phénomènes dont on ne sait pas trop les causes, comment voulez-vous former ne serait-ce que des citoyens un peu lucides?? Pourquoi ne pas aller en Syrie dans ses conditions puisque les guerres n’auraient de causes que de bons ou mauvais sentiments!! On croit rêver!!

    Répondre
  2. Vanessa

    Merci de vos réactions et de vos notifications.
    Pr répondre à Aurélie, je ne cherche pas à tout prix la différenciation, j’ai mis les mêmes notes aux élèves qui le méritaient 🙂 et l’utilisation du panel de notation le plus large possible est une des consignes de correction. Je questionne en réalité le formatage des esprits qu’un tel mode d’évaluation engendre. D’autre part, je suis évidemment et profondément soucieuse de donner le maximum de chances à nos élèves de payer le moins possible l’impact des facteurs sociaux dont vous parlez (facteurs auxquels le lycée où j’enseigne, croyez-moi, me confronte chaque jour). C’est justement et précisément dans cet esprit que je condamne la restitution en copié-collé d’un plan pensé par le professeur. Je ne crois pas du tout que la récitation soit l’exercice le moins corrélé à l’origine sociale, bien au contraire ! Je plaide pour un peu de courage et de prise de risque dans la formation et l’évaluation de nos lycéens. Enfin, il tombe sous le sens que « les conditions de tenue de tels cours » me révoltent elles aussi, ms cela est une autre question.

    @drlmj : comme vous, j’en suis arrivée à différencier (avec douleur !) le court terme et le moyen/long terme. Ds l’année, je rabâche à mes classes que je veux des plans qui soient les leurs, qu’ils doivent réfléchir aux mots de mes sujets (qui ne sont jamais les intitulés du chapitre en cours) et les analyser, avec simplicité et à leur manière, pour élaborer une structure de composition qui soit faite A PARTIR du cours, et non pas qui soit LE COURS. La nuance est là, et elle est énorme. Et puis je leur explique, en parallèle, que le jour du bac, il faudra au contraire gagner du temps et réciter tout comme on a vu en cours, sans se poser de questions. Ms j’en viens moi aussi à me demander si finalement je ne ferais pas mieux de leur assurer des bonnes notes en ne les faisant que recracher du par coeur toute l’année. Histoire que chacun connaisse sur le bout des doigts son petit poème à délivrer en l’état…

    Pr ce qui est des notes, mon paquet étant très bon, j’ai terminé avec une moyenne de 12,2. Les élèves avaient travaillé, les copies étaient bonnes : le pb n’est pas là. Il réside dans le type d’exercice intellectuel qu’on leur demande et qui assimile l’HG à l’ingurgitation d’une somme de connaissances, dans un ordre donné, qu’il suffit de répéter pour que tout le monde soit content…et rassuré…

    Je n’ai d’autre part que peu de retour pr l’instant des notes de mes propres élèves, un 7 et un 8 (assez normal pr l’un, très décevant et très étonnant pr l’autre). Je les attends avec anxiété…! Lors de la réunion d’harmonisation, l’invitation à la clémence et à la souplesse était évidente, mais l’évaluation de la fameuse copie-test vidéoprojetée a, sans surprise, montré que l’écart de notation demeure immense entre correcteurs…

    Répondre
    1. AS Doche

      Quelques élèves nous communiquent actuellement leurs notes… et les contre performances semblent effectivement importantes et anxiogènes pour nous « leurs professeurs »; j’ai – en tant que correctrice – terminé mes 93 copies avec une moyenne de 11,9 mais des collègues ont a priori annoncé des moyennes plus basses. J’ai utilisé tout le panel des notes (de 0 à 20) sachant que les élèves à qui j’ai mis de très mauvaises notes n’avaient pas fait (ou juste esquissé) 2 voire 3 exercices… et ils étaient assez nombreux!
      De l’amertume donc en ce début de vacances après une année sous pression pour nos élèves et pour nous. Et au final, à mon sens plus d’élèves (par exemple qu’en Terminale) qui sont totalement passés à côté des méthodes et des contenus. Plus aussi de vaillants petits soldats – ceux qui sont restés au front malgré le déluge de thèmes – dont le travail n’a pas été reconnu. Certes, un travail de restitution comme le souligne V. Mercier mais ces copies là ne pouvaient à mon sens qu’être très convenablement notées (à défaut d’excellemment!)puisque finalement, c’est ainsi que nous avons par la force des choses (dé-)formés nos élèves cette année !

      Répondre
      1. aggiornamento Auteur de l’article

        Chère collègue,
        Dans quelle académie et quel type d’établissement enseignez-vous ?
        Nous sommes en quête de témoignages sur les résultats des élèves mais aussi sur les conditions de correction (harmonisation, corrections sur site etc.)
        Merci beaucoup de votre réponse
        Cordialement
        Laurence De Cock

        Répondre
  3. Servane

    Pardon, j’insiste, mais au delà de ce constat désolant, qu’en est-il de la notation ? Pour ma part, je constate (avec 7 notes sur 22 élèves) que les consignes de correction de l’inspection générale n’ont pas été suivies (une note au dessus de la moyenne sur 7) et que le prix à payer pour nos élèves est très lourd. J’essaie de ne pas penser non plus à mon investissement tout au long de l’année, mais j’ai le sentiment d’un immense gâchis.

    Répondre
  4. David Monniaux

    @aurélie: Peut-être que l’apprentissage par cœur mesure la quantité de travail des élèves, mais a-t-on vraiment envie d’évaluer les élèves au pro-rata d’un travail stupide et largement inutile? Il est parfaitement compréhensible que les élèves n’aient pas envie de fournir celui-ci, de sorte que vous récompenserez plutôt la docilité. Je ne suis pas sûr que cela soit un service pour la société que d’apprendre à des adolescents bientôt majeurs que la qualité principale est de répéter ce qu’on vous a dit et surtout ne pas réfléchir (rappel : dans 1 ans, ils ont le droit de vote).

    N’oubliez pas que le par cœur (comme le calcul élémentaire demandé en maths) se fait très bien par ordinateur… On sait déjà faire des systèmes qui battent les champions humains aux jeux de «quizz», avec des questions posées en langue naturelle.

    Répondre
  5. F. Bocholier

    @ Dubus, @Servat Veronique,

    Avez-vous compris le sens de ce témoignage ?

    Le problème n’est pas de savoir si c’est trop dur ou pas, ou si les élèves ont bien réussi ou pas, le problème est que l’on ne fait plus rien pour que nos élèves PENSENT PAR EUX-MÊMES.

    Et s’ils le font, ils ne seront pas valorisés, et même peut-être pénalisés (tant l’angle d’étude des questions aux programmes est extrêmement fermé ! Qu’arriverait-il à un élève qui soutiendrait (justement) que les enjeux de la 1ere GM et la 2e GM n’ont strictement rien à voir alors que l’angle d’étude, c’est « commune brutalisation et souffrance » ? )

    Malheur à celui qui ne récitera pas sa fiche.

    Répondre
  6. aurélie vb

    Votre texte me laisse mal à l’aise.
    Je suis d’accord qu’en tant qu’enseignant vous avez une mission, frustrée par cette réforme, d’éveil et de faire penser.
    Mais quand on a une petite idée de la quantité des facteurs sociaux qui déterminent les trajectoires scolaires et des biais terribles qui pèsent sur cette notion de « pensée originale » ou « personnelles », pourquoi s’acharner,dans les moments de notations à vouloir « utiliser le panel des notes », pourquoi ce culte de la différenciation, pourquoi cette croyance acharnée qu’il existe, un bon système de discrimination ? Le rôle de l’école n’est pas de classer les élèves, je m’étonne que vous ne soyez pas plus révoltée par les conditions de tenus des cours que ces consignes imposent que par une absence de différenciation à outrance entre les élèves et des notes globalement hautes.
    Un bon système de notation est un système qui crée des groupes de mauvais, de moyens et de bons c’est donc cela ?

    Les études sociologiques s’accordent à dire que l’apprentissage par cœur est l’exercice dont l’évaluation est le moins fortement corrélée à l’origine sociale des élèves, c’est donc l’exercice le plus a même de fournir un classement des efforts, si tant est qu’on poursuive cet idéal (chargé de violence sociale) d’une hiérarchisation entre les catégories sociales fondée sur le mérite. Et qui c’est qui définit le mérite ? d’ailleurs vous ne parler pas de récompenser les efforts et le travail, mais « de la personnalité », « du style », « l’appropriation d’une pensée ». Vous êtes en quête d’une authenticité de la pensée de l’élève, désincarnée de son monde social, dont rien ne vous dit qu’elle existe.

    Vous parlez de « moments de grâce, en cours » pendant lesquels les  » élèves raisonnent, cherchent et interprètent », pensez vous ce genre de moment envisageables si vous commenciez le cours en leur disant que la séance sera filmée, leurs remarques enregistrées, et que leurs notes de bac leur seront attribués à partir de cela, en fonction de l’originalité, de la pertinence et du caractère critique de leurs réflexions ?

    N’est il pas absolument compréhensible, que, dès lors qu’une note va déterminer l’avenir des élèves tel que le fait le baccalauréat, qu’ils adoptent une attitude, à l’opposé de tout esprit critique, de conformité totale, poussée jusqu’au mimétisme, aux attentes que l’institution voudra bien leur formuler ?

    Répondre
  7. Dubus

    Cela me semble un problème de riche que d’avoir des élèves qui connaissent parfaitement leur cours. En lycée professionnel, les nouvelles épreuves, dans lesquelles travail sur document et connaissances sont à travailler conjointement, les résultats sont encourageants. Il n’empêche qu’une forte minorité de candidats ne savaient rien des sujets d’étude. Faut-il en arriver aux CCF (Contrôles en cours de formation), aux mains des enseignants, pour « enfin » faire de l’histoire, de l’éducation civique et de la géographie correctement ? Avec le recul sur ces épreuves, j’en arrive à me demander si finalement ces CCF ne conviendraient pas davantage aux lycée d’enseignement général et technologique plutôt qu’aux lycées d’enseignement professionnel.

    Répondre
  8. Delphine Regnard

    Bonjour,
    Je suis professeure de Lettres, j’ai donné des cours de Littérature cette année à une classe de Tle L, et je sors aujourd’hui des oraux de rattrapage d’autres classes de Tle L. J’ai donc corrigé d’abord 84 copies, dont 65 qui traitaient le même sujet à savoir deux questions sur Gargantua que l’on pourrait considérer comme des questions de cours. J’ai pu mettre de très bonnes notes quand l’exercice scolaire était canonique, et d’excellentes quand il y avait du style malgré des oublis ou imprécisions. Il se trouve, d’autre part, que mes propres élèves, eux, n’ont pas obtenu, dans leur ensemble de bonnes notes à cette épreuve. J’en ressens une certaine culpabilité : je me dis que j’ai peut-être trop cherché dans l’année à faire en sorte qu’ils s’approprient l’oeuvre et assument leurs impressions plutôt qu’ils s’approprient mes cours, que je n’ai donc que peu fait sous forme magistrale. Cependant, je me demande si je les ai ainsi suffisamment préparés à l’épreuve du Bac, point n’était nécessaire pour répondre d’analyses très personnelles car les sujets avaient certainement été vus en classe. J’aurais, en effet, tendance à différencier les deux : d’un côté, l’entraînement à une épreuve très particulière de deux questions à traiter en deux heures, que malheureusement nombre d’entre nous appellent « dissertations » (la « dissertation » n’est qu’à l’épreuve de l’EAF), de l’autre la préparation aux études post-bac et la formation du futur lecteur-citoyen ou citoyen-lecteur. Bref, j’en arrive parfois à faire des cours que j’estime contre-nature car je sais que mes élèves n’ont pas le bagage culturel que d’autres peuvent avoir. Alors, que faire ? voilà tout l’enjeu de cette année, auquel j’ai pensé jour après jour. J’ai résisté à mes élèves qui voulaient « gratter », j’ai profité de l’enthousiasme de ceux qui voulaient explorer par des chemins de traverse. Mais quand vendredi j’ai lu les notes de mes élèves allant au rattrapage, j’avoue, j’ai baissé la tête, me demandant si je leur avais effectivement donné les mêmes chances que les autres ont pu avoir. Il y a le travail à court terme et celui à long terme : je reconnais ne pas savoir choisir. C’est donc un problème qui dépasse, me semble-t-il, le strict cadre de cette épreuve d’HG de 1ère S.

    Répondre
  9. DM

    N’a-t-on pas transformé les mathématiques et la physiques en épreuves de calcul mécanique, où il s’agit de restituer les « exercices-types » vus en cours?

    En effet, le raisonnement et la démonstration mathématiques seraient trop durs et élitistes! 🙂

    Répondre
  10. Chopot

    Bilan d’une scolarité en H/G :
    colère et frustration ! sacrifié de Chatelsarko ?

    6° 19 5° 19 4° 18,5
    3° 18 (avec 11 comme moyenne de classe) brevet mention très bien

    Classe scientifique en lycée avec élèves triés sur le volet venant de plusieurs collèges :

    2° 16,6 14,8 15,7
    1° 16,8 (meilleure note de la classe) 14,5 15,2

    Note obtenue au bac : 10 CHERCHEZ L’ERREUR !

    Répondre
  11. Servat veronique

    L’Inspection Générale nous a dit clairement hier que c’était l’attendu de l’épreuve. Il faut qu’un élève qui a bien travaillé toute l’année et qui est capable de restituer son cours soit le profil type du candidat qui réussit.
    En outre, même si les « ipr mènent actuellement une enquête très fine à partir des copies », l’Ig n’a reconnu aucun défaut aux épreuves telles quelles furent données à l’exception du croquis pour les sujets Europe -Afrique. Tout le reste était dans les clous. Aucun problème.
    Le problème vient surtout des enseignants qui se sont remis à stresser en fin d’année (comme en début d’année) après une période nettement plus détendue au cœur de l’année scolaire. Pourquoi? Parce que tout nouveau programme les stresse parce que le SNES et l’aphg ont exigé le maintient du terme composition sur cette épreuve ce qui nuit à la bonne compréhension du calibrage de celle ci par les enseignants. L’année prochaine ça ira mieux car cette année c’était déjà très très bien semble t il. On attend fébrilement les analyses lumineuses et pas du tout orientées des Ipr non?

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *