Comment sont écrits les programmes d’histoire en France depuis la Libération ?


Rédactrice : Patricia Legris

 Ce texte est un résumé de l’article « Les coulisses des programmes d’histoire. Transformations des circuits d’écriture depuis la Libération », Historiens et géographes, n°417, janvier 2012, pp. 75-84.

 L’histoire dans le secondaire est une discipline mise en place progressivement au XIXe siècle[2] à laquelle trois finalités sont assignées : culturelle, mémorielle et civique. Les dirigeants politiques l’ont chargé de contribuer à l’enracinement chez les élèves d’une citoyenneté nationale, marquée par l’esprit des Lumières et visant à promouvoir un citoyen autonome et impliqué dans la vie de la Cité. Des programmes obligatoires et nationaux fixent ce qui doit être enseigné. Les programmes d’histoire se présentent sous la forme d’un texte plus ou moins long comprenant un préambule exposant les finalités puis la liste des contenus à enseigner. Depuis le décret du 11 juillet 2006 qui met en place le socle commun de connaissances et de compétences dans l’Éducation nationale, figurent à côté des connaissances les compétences et savoir-faire ainsi que les démarches que les élèves doivent maîtriser. Les programmes officiels sont donc des textes précis qui renseignent les enseignants sur les contenus à transmettre et qui se présentent sous la forme d’arrêtés ministériels pouvant être complétés par des circulaires. Ces textes, signés par le ministre de l’Éducation nationale ou, par délégation, par un haut fonctionnaire, paraissent ensuite au Bulletin officiel de l’Éducation nationale (BOEN). Le rôle du ministre de l’Éducation nationale est important dans le processus d’élaboration de ces textes car il commande un nouveau programme et, pour qu’un programme soit publié, son accord et sa signature sont obligatoires. Le programme n’occupe donc pas une place élevée dans la hiérarchie des normes, mais sa charge symbolique auprès notamment des acteurs éducatifs est particulièrement forte.

 Aux débuts de la commission Langevin à la Libération, les acteurs politiques et éducatifs s’accordent pour réformer en profondeur l’éducation et ses contenus. La commission Langevin propose ainsi en mars 1945 de revoir en profondeur l’organisation des enseignements : l’histoire et la géographie ne sont plus des disciplines obligatoires dans toutes les classes. Les mobilisations immédiates de la SPHG (Société des Professeurs d’histoire et géographie) auprès du ministère et de la commission aboutissent au rétablissement de l’obligation de cette discipline dans l’ensemble du secondaire. Les difficultés rencontrées par la commission Langevin-Wallon ainsi que le manque de soutien politique après de la remise en 1947 au ministre du rapport n’ont pas abouti à des propositions précises sur l’histoire scolaire et les inspecteurs généraux (IGIP) et les représentants de la SPHG souhaitent aménager les programmes alors que les représentants de la direction du secondaire du ministère et certains historiens, comme Lucien Febvre, désirent changer en profondeur la discipline. Le statu quo se maintient et les programmes de 1931 et 1938 restent en application dans le secondaire.

Sous la Quatrième République, de nombreuses commissions chargées d’écrire des projets de programmes sont créées par le ministère mais n’aboutissent pas. En effet, l’instabilité du régime politique bloque toute réforme éducative. De plus, des hauts fonctionnaires du ministre souhaitent une réforme des programmes inspirée des projets de Lucien Febvre alors que l’Inspection générale tout comme la SPHG refusent ces changements radicaux. Cette situation conduit à la mise en place en 1956 et 1957 de deux groupes d’écriture : un entre Albert Troux, doyen du groupe histoire-géographie de l’IGIP, et Édouard Bruley, président de la SPHG, pour les programmes allant de la classe de sixième à celle de première et un autre pour la classe de terminale, relevant du ministre René Billères et de son directeur de cabinet, Louis Cros, qui auditionne des historiens. Publiés au BOEN le 25 juillet 1957, les nouveaux programmes entrent progressivement en application dans le secondaire entre 1958 et 1962. Dès le début, le programme de terminale (dit des civilisations[3]) est désapprouvé par la SPHG et par des professeurs qui, en l’expérimentant, s’aperçoivent des difficultés à l’enseigner. Peu à peu, la chronologie est réintroduite dans ce programme et après 1966, seule la partie chronologique peut désormais faire l’objet d’une interrogation au baccalauréat, ce qui rend caduque l’enseignement des civilisations extra-européennes.

 Georges Pompidou, comme Premier ministre puis comme Président, est très présent dans l’écriture des programmes. Il défend une histoire chronologique centrée sur les grands hommes et rejette farouchement l’histoire pratiquée par l’École des Annales. Il s’oppose ainsi à l’ouverture de l’histoire aux autres sciences sociales, particulièrement à la sociologie. Durant ces années, Fernand Braudel participe avec d’autres historiens à deux commissions chargées d’écrire de nouveaux programmes : la commission Renouvin en 1967 puis celle qu’il préside en 1968-1969. La commission Renouvin remet au ministre en mars 1967 des projets de programmes pour le lycée. Centrés sur le monde contemporain, ces programmes auraient dû s’appliquer à la rentrée 1968 mais ceux-ci ne sont pas validés par le nouveau ministre, Alain Peyrefitte, en raison du veto de Pompidou. Chef du gouvernement, ce dernier refuse que son ministre signe ce programme. Mai 1968 pousse le ministre Peyrefitte à créer un groupe de travail présidé par Fernand Braudel. Ce groupe est reconduit en juillet 1968 par le nouveau ministre, Edgar Faure. Encore une fois, cette commission est chargée de mettre au point des programmes de lycée. La SPHG et l’IGIP, hostiles aux projets discutés, ne soutiennent pas la commission. Les appuis politiques de celle-ci sont provisoires car ils dépendent du ministre Edgar Faure qui quitte le ministère de l’Éducation nationale le 15 juin 1969. Celui-ci est remplacé par Olivier Guichard, fidèle du président Pompidou qui met fin aux activités du groupe de Braudel. Dès lors, la politique éducative devient le domaine réservé du chef de l’État. Pompidou tient ainsi trois conseils restreints consacrés aux programmes en 1969. L’ingérence du chef de l’État conduit à la validation de programmes de premier cycle chronologiques élaborés de façon opaque par l’IGIP en 1969, ainsi qu’au blocage de tous les projets de programmes de lycée entre 1970 et 1974. Durant sa présidence, Pompidou veille au « retour à l’ordre » dans l’éducation. Mai 1968 n’a donc pas provoqué de bouleversements disciplinaires mais plutôt un raidissement et un blocage des évolutions de la discipline dans le secondaire.

 Les didacticiens de l’INRDP[4]  bénéficie de l’appui de René Haby, ministre de l’Éducation de 1974 à 1978. Le nouveau ministre se montre favorable aux expériences menées par cet institut et souhaite promouvoir la « pédagogie par objectifs ». Les idées pédagogiques sur l’histoire scolaire de René Haby et des didacticiens de la section sciences humaines de l’INRDP sont influencées par le modèle anglo-saxon des social studies : il s’agit de mêler histoire et géographie, tout en les ouvrant aux autres sciences sociales, particulièrement aux sciences économiques. Les expériences menées sous la direction de Lucile Marbeau s’inspirent des nouveaux programmes belges : l’histoire scolaire y est thématique et adopte une approche « spiralaire », qui consiste à reprendre les mêmes compétences par le biais de problèmes chaque fois plus complexes.

Haby commande des programmes pour le collège unique qu’il souhaite mettre en place. Lucile Marbeau parvient à le convaincre de travailler seule avec les inspecteurs d’histoire et géographie. Mais elle doit négocier pour cela avec des inspecteurs qui se montrent hostiles à ses propositions. Ses projets initiaux ne satisfont pas non plus les historiens, ni les enseignants représentés par l’APHG[5]. Alertés par cette association, les conseillers du Président Valéry Giscard d’Estaing décident de négocier les programmes avec le ministre Haby. La présidence demande le retrait des thèmes. Pendant plusieurs mois, Haby ne modifie pas le projet. Valéry Giscard d’Estaing et ses conseillers exercent alors une pression sur le ministre en multipliant les conseils restreints. En février 1977, les projets sont finalement modifiés. Les programmes de sixième et cinquième combinent deux approches : une étude historique chronologique, telle qu’on la pratique alors dans les classes, puis l’étude thématique diachronique d’une ou deux questions. Néanmoins, ces textes de compromis ne recueillent pas une approbation franche du Président, ni du Premier ministre Raymond Barre mais sont validés par le ministre en mars 1977. Très rapidement, ces « programmes Haby » sont décriés et provoquent une véritable polémique. Le successeur d’Haby, Christian Beullac, veut alors calmer les choses : il exclut de l’écriture des programmes de quatrième et troisième les didacticiens et confie l’élaboration de ces textes aux seuls inspecteurs généraux. Ces derniers programmes sont plus consensuels car davantage semblables aux programmes en vigueur.

 Sous le ministère d’Alain Savary, l’historien René Girault se voit attribuer en juillet 1982 la charge d’établir un rapport sur l’enseignement de l’histoire et de la géographie dont les propositions sont rendues publiques en juin 1983. Elles rappellent l’importance de l’histoire et de la géographie, les repères chronologiques étant présentés comme indispensables. Le rapport préconise également le développement de cette discipline dans les filières techniques et met l’accent sur la formation nécessaire des maîtres. L’écriture des programmes revient à la COPREHG (Commission permanente de réflexion sur l’enseignement de l’histoire et de la géographie), présidée par l’historien Jacques Le Goff et mise en place en septembre 1983. Il s’agit d’une structure permanente chargée d’émettre des propositions sur l’enseignement de l’histoire, en particulier en matière de programmes. Elle est composée de plus de vingt membres nommés par le ministre : historiens universitaires, représentants de l’APHG et inspecteurs généraux. Ses propositions sont élaborées en collaboration avec les directions ministérielles et l’Inspection générale.

En juillet 1984, Jean-Pierre Chevènement est nommé en remplacement de Savary. Il maintient la COPREHG dans ses fonctions. Cependant, il renforce le rôle de l’Inspection générale et le doyen du groupe histoire-géographie, Roger Blanchon, est appelé à collaborer avec la COPREHG, devenue davantage consultative. Le projet défendu par Le Goff et l’Inspection générale fait disparaître les questions thématiques des programmes Haby. La chronologie est réintroduite et la COPREGH, tout comme l’Inspection générale, s’efforce d’insérer au mieux les nouvelles approches de la recherche historique dans leurs textes. Les projets de la COPREHG et de l’Inspection générale sont adressés au cabinet du ministre au début de l’année 1985. Mais le cabinet ministériel, notamment Philippe Barret, souhaite des programmes axés sur une histoire politique européo-centrée dans laquelle la Révolution française est centrale. Les inspecteurs généraux réagissent immédiatement : Robert Blanchon met sa démission dans la balance et s’allie avec la COPREHG, présidée depuis septembre 1985 par Philippe Joutard. La COPREHG, son ancien président Jacques Le Goff, l’APHG et le groupe histoire-géographie de l’Inspection générale négocient avec le cabinet et le ministre lui-même en décembre 1985. La première cohabitation de la Ve République met fin au processus d’élaboration de la COPREHG. René Monory, successeur de Chevènement en mars 1986, suspend en juin la commission Joutard. L’Inspection générale détient à nouveau le monopole d’écriture des programmes.

 L’écriture des programmes se complexifie durant les années 1990 avec la mise en place du Conseil national des programmes (CNP) et des groupes techniques disciplinaires (GTD) qui comprennent des professeurs et des inspecteurs et qui consultent les représentants des enseignants. Par exemple, le président du GTD Histoire-géographie Jean-Clément Martin (1990-1993) tentera d’associer à l’écriture des programmes l’APHG, les syndicats et l’IGEN mais le procédé de consultation permanente entrainera des malentendus entre les partenaires éducatifs, l’Inspection et les membres du GTD Martin. L’écriture des programmes se complexifie en 1993 lors de la première consultation de tous les enseignants. A partir de ce moment, le CNP[6] donne des avis, adresse des propositions au ministre sur la conception générale des enseignements et sur les programmes. Le ministre passe la commande de nouveaux programmes en septembre. Le calendrier de travail est le suivant : le CNP et la DESCO (Direction de l’enseignement scolaire du ministère de l’Éducation nationale) sollicitent des universitaires pour présider les groupes d’experts et leur adressent une lettre de cadrage. Le GTD rédige un projet provisoire qui est examiné en mars-avril : l’avis des enseignants est sollicité dans le cadre d’une consultation nationale et les résultats sont synthétisés dans chaque académie par les IPR. Le projet est aussi présenté au CNP qui le discute en séance plénière. En mai, suite à ces remarques, le GTD rédige le projet définitif. Ce texte est remis en juin au CNP et à la DESCO. Le texte est présenté au Conseil supérieur de l’Éducation (CSE) qui émet un avis. Le ministre prend la décision de signer ou non l’arrêté en juillet.

La première consultation de tous les enseignants est organisée par le GTD Berstein-Borne en 1994. Le fort taux de participation montre l’engagement des enseignants dans ce nouveau procédé. Les synthèses sont rédigées par les IPR qui les remettent aux présidents du GTD. Ces derniers décident d’intégrer, ou non, dans leur projet de programmes les remarques émises par les enseignants. Au fil des consultations lancées à chaque nouveau programme, les enseignants déplorent, d’une part, le peu de temps laissé pour répondre collectivement aux questions posées et, d’autre part, l’inefficacité de cette procédure car tous ne retrouvent pas leurs remarques dans les programmes officiels. Ces nouveautés sont maintenues même après la fin du CNP en 2005. Les programmes sont dès lors écrits par des groupes d’experts (GE) qui intègrent des enseignants du secondaire, quand le délai fixé par la commande ministérielle le permet, qui consultent les représentants d’enseignants et les associations de spécialistes et enfin qui poursuivent les consultations auprès de l’ensemble du corps enseignant.

 À l’automne 2006, le ministre de Robien décide de mettre en chantier de nouveaux programmes de collège. Pour cela, il désigne à la tête d’un nouveau GE Laurent Wirth, inspecteur général, et Sonia Lehman-Frisch, géographe universitaire. En concertation avec la DGESCO (direction générale de l’enseignement scolaire), ce GE est constitué d’une douzaine de membres parmi lesquels des inspecteurs et des professeurs de collège. Le directeur général de l’enseignement scolaire, Jean-Louis Nembrini, demande aux présidents du GE de mettre les nouveaux programmes en cohérence avec le socle commun de connaissances et de compétences, avec les programmes du primaire et ceux des autres disciplines. Le GE commence la rédaction début 2007 après avoir établi un diagnostic. Il auditionne alors des représentants syndicaux et l’APHG. Le groupe histoire-géographie de l’Inspection générale est consulté, ainsi que les IPR. Des universitaires sont également auditionnés : Maurice Sartre (histoire antique), Claude Gauvard (histoire médiévale), Joël Cornette (histoire moderne), Gilles Pécout (XIXe siècle) et Antoine Prost (XXe siècle). Ensuite, il arrête l’architecture d’ensemble des programmes et commence des sessions de travail. Suite à des désaccords au sujet de la conception des programmes de géographie, la co-présidente démissionne en juin 2007. Le travail du GE continue à travailler sous l’unique présidence de Laurent Wirth. Régulièrement, les syndicats, les associations de spécialistes (dont l’APHG) et des groupes d’intérêt sont consultés. La première version des textes est remise, fin janvier 2008, à la DGESCO. Durant quelques semaines, à partir du 19 avril 2008, les enseignants sont consultés. Certaines remarques sont prises en compte dans le texte soumis à l’avis du CSE qui approuve le 5 juillet 2008 les programmes de collège qui sont publiés au BOEN durant l’été 2008.

L’élaboration des programmes de lycée se fait dans un contexte tendu en raison des tensions nées de la réforme du lycée Chatel, des suppressions de postes d’enseignants, de la suppression de l’année de formation après la réussite aux concours de recrutement et de la mise en option en terminale scientifique de l’histoire-géographie. De plus, le calendrier imposé au GE, présidé à nouveau par le doyen Wirth, est serré. Le peu de temps laissé à l’écriture des programmes conduit à la réduction du nombre de membres au sein du GE, qui dispose de moyens financiers moindres. Le groupe est ainsi composé de 8 membres : 4 enseignants (2 professeurs de lycée et 2 universitaires) et 4 inspecteurs (2 IPR et 2 IG). Alors que les programmes de collège ont été élaborés en deux ans, celui de seconde a été écrit en six semaines et ceux de première et terminale en quelques mois. Cette précipitation imposée par le ministère tend les relations avec le GE et beaucoup d’enseignants se montrent déçus par les nouveaux programmes et qui n’ont pas l’impression que leur opinion ait été prise en compte.

 

[2] Patrick Garcia, Jean Leduc, L’enseignement de l’histoire en France de l’Ancien Régime à nos jours, Paris, Armand Colin, 2003, 319 p.

[3] Initialement, ce programme proposait d’enseigner 7 civilisations séparément.

[4] L’IPN devient l’INRDP en 1970 puis l’INRP en 1976.

[5] La SPHG devient en 1975 l’APHG.

[6] Le CNP est composé de 22 membres nommés pour leurs compétences par le ministre, pour un mandat de cinq ans renouvelable une fois. Parmi ses membres, on compte des chercheurs, des personnels d’encadrement, des inspecteurs généraux, des enseignants et des représentants de la société civile.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *