Appel pour une refonte de la formation des enseignants

Rédacteurs : texte collectif initié par Christian Delacroix, Patrick Garcia, François Dosse

N’oublions pas la formation des enseignants, enjeu national pour 2012 !

Au moment où approchent des échéances politiques majeures pour le pays et compte tenu du bilan, sur beaucoup trop de points négatif, que nous tirons de la mise en œuvre de la réforme dite de la « masterisation de la formation », nous, enseignants d’histoire et/ou de géographie des universités et du second degré, engagés dans la préparation des concours et dans la formation des enseignants, ou membres des jurys de concours, appelons à une redéfinition en profondeur des modalités de cette formation. Le recrutement et la formation des enseignants doivent reposer sur les exigences suivantes :

 1/ la défense du principe des concours nationaux pour le recrutement et du statut de fonctionnaire d’État pour les enseignants

2/ la formation des enseignants est de l’unique responsabilité des  universités  (dans toutes leurs composantes)

3/ un nouveau calendrier de la formation et des concours qui doit permettre d’assurer successivement • une année de recherche sanctionnée par un mémoire et • une année de préparation du concours (comportant un volet de sensibilisation professionnelle) avec écrit d’admissibilité en avril et oraux d’admission en juin

4/ la troisième année de la formation, après la réussite au concours, doit être une année de formation en alternance pour les fonctionnaires-stagiaires considérée comme une « vraie » deuxième partie du concours consacrée à la formation professionnelle et valorisée comme telle. Tout en laissant ouverte la question à négocier du temps de présence devant les élèves, celui-ci ne pourra pas excéder la moitié du service

5/  le CAPES et l’agrégation doivent reposer sur des programmes très largement communs afin que la préparation de l’agrégation ne soit pas réservée à un tout petit nombre d’établissements et d’universités

6/ les épreuves du concours sont des épreuves disciplinaires. L’écrit valide des savoirs scientifiques.  Elles comprennent également une épreuve orale de réflexion sur l’histoire et l’épistémologie de la discipline, sur son enseignement et sur les programmes scolaires et comportent une dimension d’éducation citoyenne (comme l’épreuve sur dossier actuelle du CAPES d’histoire et de géographie) ne se réduisant pas aux « devoirs du fonctionnaire »

7/ la mise en place de mesures significatives de soutien à destination des étudiants financièrement pénalisés par l’allongement de la durée de la formation.

 Ces points nous semblent les plus urgents à mettre en œuvre mais nous sommes persuadés qu’une vaste concertation et une véritable négociation avec tous les acteurs concernés restent indispensables sur la question de la formation et du recrutement des enseignants.

Nous appelons tous nos collègues enseignants pensant comme nous que la question de la formation des enseignants est capitale pour l’avenir de notre société, que la réforme dite de la « masterisation » a gravement compromis cette formation et approuvant ces exigences à diffuser très largement cet appel.

Cet appel a été rédigé lors de la réunion du « Réseau des enseignants d’historiographie et d ‘épistémologie de l’histoire », le 28 janvier 2012.

Contact : appelformation2012@gmail.com

Aprile Sylvie (U. Lille 3) – Aprile Thierry (U. Paris Est Créteil) – Baldner Jean-Marie (U. Paris Est Créteil – IUFM) – Bertrand Michel, (U. Toulouse II-Le Mirail) – Biloghi Dominique (U. Montpellier 3) – Blancodini Patrick (Lycée Saint Exupéry- Lyon) – Bosc Yannick (U. Rouen – IUFM) – Boyer Gilles (U. Lyon 1- IUFM) – Brioist Pascal (U. Tours) – Bührer-Thierry Geneviève (U. Paris Est Marne-la-Vallée) – Cabanel Patrick (U. Toulouse II- Le Mirail) – Castagnez Noëlline (U. Orléans) – Chevalier Dominique (U. Lyon 1) – Clerc Pascal (U. Lyon 1- IUFM) – Colantonio Laurent (U. Poitiers) – Copolani Antoine (U. Montpellier 3) – Daumas Jean-Claude  (U. de Franche-Comté) – De Cock Laurence (Lycée Joliot Curie – Nanterre) – Delacroix Christian (U. Paris Est Marne-la-Vallée) – Desvignes Dominique (U. d’Artois- IUFM) – Dosse François (U. Paris Est Créteil) – Dumoulin Olivier (U. Cæn) – Duprat Annie (U. Cergy Pontoise) – Falaize Benoît (U. Cergy Pontoise) – Garcia Patrick (U. Cergy Pontoise) – Glaudel-Serriere Anne (U. Reims Champagne-Ardenne- IUFM) – Hatzfeld Nicolas (U. d’Évry) – Hertzog Anne (U. Cergy Pontoise) – Jacquemond Louis-Pascal (Acad. Grenoble) – Jollet Anne (U. Poitiers) – Kondratieva Tamara (U. Valenciennes) – Leduc Jean (Toulouse) – Legoy Corinne (U. d’Orléans) – Legris Patricia (U. Reims Champagne-Ardenne – IUFM) – Lemire Vincent (U. Paris Est Marne-la-Vallée) – Maitte Corine (U. Paris Est Marne-la-Vallée) – Maldavsky Aliocha (U. Paris Ouest Nanterre La Défense)- Marin Richard (U. Toulouse II-Le Mirail) – Mazeau Guillaume (U. Paris 1) – Morin Cécile (U. Clermont-Ferrand- IUFM) – Offenstadt Nicolas (U. Paris I) – Pingué Danièle (U. de Franche-Comté – IUFM) – Poirrier Philippe (U. de Franche-Comté) – Porhel Vincent (U. Lyon 1- IUFM) – Rideau Gaël (U. d’Orléans) – Riot-Sarcey Michèle (U. Paris VIII) – Savy Pierre (U. Paris Est Marne-la-Vallée) – Schapira Nicolas (U. Paris Est Marne-la-Vallée) – Sibeud Emmanuelle (U. Paris VIII) – Teulières Laure (U. Toulouse II- Le Mirail) – Trouboul Catherine (Lycée Clémenceau, Nantes) – Trouboul Yves (U. de Nantes) – Vézier Anne (U. Nantes-IUFM) – Vigna Xavier (U. de Franche-Comté) – Vigreux Jean (U. de Franche-Comté) – Weissberg Gabriel (U. Toulouse II- Le Mirail- IUFM) – Zancarini-Fournel Michelle (U. Lyon 1) – Zytnicki Colette (U. Toulouse II-Le Mirail).


Une réflexion au sujet de « Appel pour une refonte de la formation des enseignants »

  1. Rivière

    Cette pétition propose surtout un retour à l’ancien système, sauf le maintien de la formation dans les universités et l’obligation de passer une maîtrise. Cela posera l’éternel problème de la validation du master 2 pour l’année de concours (et ceux qui ne l’ont pas ?). Etant donné le nouveau contenu des masters 1 recherche (en tout cas en histoire), l’interruption après 1 an ne semble pas très pertinente, la recherche n’étant pas terminée. La sélection sur un concours disciplinaire ponctuel, la pédagogie passant dans un 2e temps, maintiendrait les ambiguïtés passées, sources de déception chez les enseignants, de lacunes pédagogiques éventuelles, et de la quasi-impossibilité d’écarter un lauréat du concours qui se révèlerait inadapté au métier, mais ayant perdu 2 ans pour l’apprendre et devant renoncer à son statut de fonctionnaire.
    Ayant eu la chance d’avoir réussi dans l’ancien système, car il me correspondait, j’en vois également les limites et ne peut soutenir sa perpétuation.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *