Etats-Généraux de l’APHG vs Aggiornamento : quelques éléments du débat : entre doutes, oppositions, alliances

La tenue des Etats-généraux de l’APHG (Association des professeurs d’histoire-géographie) a suscité quelques débats au sein du collectif. Nous vous proposons ci-dessous un panel relu des principales questions soulevées par cette initiative et des positions – parfois contradictoires – tenues par les contributeurs : Philippe Olivera, Laurence De Cock, Edouard Colin, Simon Grivet et Suzanne Citron.

Philippe Olivera :

 Il n’a pas du échapper à grand monde qu’il se tenait bientôt des « Etats Généraux » de l’histoire-géographie dans le cadre d’une mobilisation lancée par l’APHG autour du mot d’ordre (pas seulement, mais en tête d’affiche) « rétablissement de l’histoire-géographie en terminale S ».

Que vous inspire la mise en avant de ce mot d’ordre ?

Je suis de mon côté très partagé entre ce que j’en pense au fond et le souci de chercher avec mes collègues (ceux de mon lycée et d’ailleurs) une ligne de lutte commune.

D’un côté, il y a la gène que je ressens devant la focalisation qui est faite depuis l’annonce de la réforme du lycée sur ce qui touche les « S » (on ne touche pas à la culture de l’élite, et quant au reste – le collège, les séries technologiques et professionnelles – peu importe…) ; il y a aussi le très réel avantage que je constate depuis le mois de septembre en termes de motivation et d’investissement de mes élèves de 1ère S (l’histoire-géo s’ajoutant au français, cette année de 1ère prend une coloration de plus en plus marquée par le « Bac » d’une part, et je ne suis pas vraiment fâché de voir les élèves « scientifiques » accorder une énergie aux matières « littéraires » que l’encombrement des matières à préparer en fin de Terminale me semblait guère autoriser auparavant…).

Bref, un désaccord de fond sur la priorité de ce qu’il faut réclamer (avant tout la cohérence de ce que l’on enseigne, des programmes revus de fond en comble) et de ce à quoi il faut réfléchir en termes de finalité de notre enseignement (le travail dont le groupe « aggiornamento » me semble être un des lieux possibles, bien au-delà d’une simple « défense » des « positions » acquise de « notre » discipline).

Et de l’autre côté le constat qu’avec mes collègues, ce mot d’ordre du « Rétablissement de l’histoire-géo » en terminale S est un des rares qui fasse immédiatement sens…

J’imagine ne pas être le seul à ressentir ce décalage entre une vraie réticence vis à vis d’une position strictement et traditionnellement défensive d’une part, et la nécessité d’une mobilisation large de la profession, mais je suis vraiment demandeur de votre sentiment sur la question et je crois que cette liste est le lieu pour en discuter ouvertement.

Laurence De Cock :

Merci à Philippe de lancer ce débat important.

J’en profite pour faire un petit historique de nos rapports avec l’APHG avant de donner mon avis sur la question.

Je commencerais en préambule par rappeler que l’APHG est une énorme machine (même si elle est en cure d’amaigrissement) assez tentaculaire et pyramidale à la fois, et qui fonctionne avec un bureau central et des régionales. Comme toute grosse organisation, la « ligne » n’est pas toujours représentative des différentes prises de position plus locales ou individuelles, et je remercie donc au passage l’APHG d’Aix-Marseille, notamment Christine Excoffier, ainsi que Daniel Letouzey pour leur soutien et leurs tentatives de faire le lien entre les différents lieux d’expression existants, même lorsque les voix portées sont en discordance avec la ligne nationale.

Patricia Legris et moi avons pris contact avec l’organisateur des Etats généraux, Eric Till, à Blois pour évoquer une possible participation de l’aggiornamento aux Etats Généraux sous une forme qui restait à déterminer. Après 2h de discussion, il est ressorti qu’il nous serait sans doute impossible d’intervenir en tant que collectif mais qu’ils seraient heureux de nous accueillir individuellement à titre nominatif. Il nous a semblé que ces EG ne visaient pas à fédérer les enseignants d’histoire-géographie au delà de l’APHG, ni à ouvrir une véritable espace de réflexion et d’action collective mais davantage à revitaliser une association en perte de vitesse.

Le mot d’ordre du rétablissement de l’histoire-géographie en TS s’explique par la dimension corporatiste de l’association qui est somme toute assez logique.

Par ailleurs, lors de notre discussion, il est apparu que les préoccupations de contenus ou de pratiques (je ne parle même pas de didactique) étaient totalement secondaires car elles risqueraient d’être beaucoup trop conflictuelles en interne (la question du récit national par exemple) et qu’il fallait à tout prix éviter tout risque de division supplémentaire.

Je passe rapidement sur leur promesse de nous tenir au courant après leur réunion du bureau national puisque ils ne nous ont jamais recontactées.

On peut aussi, à ce stade, se demander pourquoi nous souhaitions y aller… question légitime car, dans ce que je décris, il n’y a rien de véritablement nouveau.

Nous avions pensé en profiter pour clarifier la nature du collectif aggiornamento qui n’avait justement pas vocation à se poser comme concurrent (curieux d’avoir à le préciser au vue du rapport de force numéraire) mais comme un lieu de réflexion susceptible de lancer pistes critiques et propositions dans l’espace public ; lesquelles ne nous appartenant plus une fois posées. Liberté donc à qui le souhaite de s’en emparer, ou de relayer, y compris l’APHG. Disons donc qu’il y avait une volonté de mise en réseau avec possibilité d’alliances circonstancielles.

A ce titre, comme Philippe, la suppression de l’histoire-géographie en TS n’est pas non plus ma priorité du moment sauf à l’envisager sous l’angle plus général de l’économie générale de la réforme du lycée et plus globalement de celle du système éducatif dans son ensemble. Je suis donc prête à m' »indigner » ponctuellement avec l’APHG s’il le faut, mais je n’attends pas vraiment de colère noire au sommet comme effet de notre « indignation ».

En revanche, compte tenu des manières de faire de l’APHG, je n’irai pas sur place en face des intervenants (annoncés sur le programme aujourd’hui)  dont les prises de position sur l’enseignement de nos disciplines ne sont pas encore arrivées jusqu’à moi, sauf à rappeler le sempiternel poncif qu’elles nous aident à comprendre le monde ou à développer un esprit critique. A force de le répéter et de l’entendre à toutes les sauces, on a jusqu’à maintenant surtout réussi à dé-substantialiser les deux finalités.

La question la plus urgente est donc de remettre du sens dans ce qu’on attend de nos disciplines, de leur enseignement, et dans quelle école. Et nous n’y arriverons pas en acceptant de continuer à « verticaliser » les relations entre les porte-paroles auto-proclamés décideurs et le terrain.

L’organisation de l’APHG reflètant, dans sa forme, ces modalités décisionnelles, je vois mal comment elle pourrait porter ce type de questionnements autrement qu’en les neutralisant.

Ceci posé, « que faire » ? Au regard de l’inertie actuelle (qui touche aussi l’APHG d’ailleurs, voir le nombre de contributions spontanées sur leur site), de mon côté, je suis plutôt partisane de poursuivre notre petit bonhomme de chemin, de continuer à fédérer les diverses initiatives qui se lancent, de provoquer/espérer les prises de parole spontanées des collègues, et d’accepter surtout de s’inscrire dans une temporalité lente sans pour autant passer à côté des moments de mobilisation plus circonstanciels et urgents aux côtés d’autres organisations davantage promptes à les relayer (syndicats, partis, associations).

Edouard Colin

 Merci également à Philippe de lancer ici ce débat, qui me semble essentiel. J’enseigne dans un lycée « lambda » de Marseille, c’est à dire ni de centre ville, ni de ZEP, à deux 1ère S cette année, dont quasiment aucuns élèves ne feront des études en lettres/sciences sociales après le Bac. Ce que j’observe alors depuis le début de l’année interroge et modifie également mon point de vue sur la question de l’enseignement de l’histoire en première scientifique.

Tout d’abord j’ai trouvé la pétition de l’APHG d’une grande pauvreté, puisqu’elle demande le rétablissement de l’HG obligatoire en Terminale S, sans argumentaire. J’étais pour ma part hostile à la disparition de l’Histoire-Géographie en Terminale S. Mais si la réforme mise en place cette a évidemment un souci comptable (supprimer des postes), elle a également pour objectif de rééquilibrer les filières et de permettre aux élèves de la filière S de se focaliser sur les matières scientifiques en Terminale. Quoique l’on pense de cet argumentaire, il me semble qu’il en est un, et que toute demande de rétablissement du caractère obligatoire de cet enseignement devrait être davantage étayé. Nous ne pourrons nous positionner pour défendre l’enseignement de notre matière sans expliquer et défendre nos objectifs et nos attentes.

De plus, pour confirmer ce que disait Philippe, j’observe chez mes élèves de S cette année un véritable intérêt pour la matière, et un travail régulier et approfondi, puisqu’ils se sentent concernés par le Bac. Plusieurs élèves m’ont dit que « cette année, on aime bien et on travaille pour la première fois l’HG »… une véritable coopération/émulation s’installe dans les classes, dans le but de réussir collectivement l’examen cette année. Et ils sont contents de pouvoir se focaliser sur le Français et l’HG cette année. Personnellement, je m’en réjouis et ai l’impression de faire un travail bien plus approfondi et « efficace » que les autres années en Terminale.

Enfin, je suis également très « gêné », pour ne pas dire plus, que le débat se focalise sur les S, alors que notre matière est si maltraitée par ailleurs, et particulièrement en 1e technologique, où l’enseignement des relations internationales a tout simplement disparu! (voire l’article que nous avions rédigé sur ce site avec Antoine Vannière à propos des programmes de STI2D, STL...). Et plus que le bac d’HG en première S, c’est bien le programme et l’épreuve du Bac qui me posent problème!

C’est pourquoi la demande d’un rétablissement de l’HG obligatoire en TS, sans réflexion plus générale sur les programmes et les méthodes d’enseignement de notre matière, et sans une réflexion sur ce que devrait être le lycée, me semble en décalage totale avec les attentes des élèves et de la société. Or c’est bien de travailler autrement dont il s’agit.

Ne pourrait-on pas concevoir une ouverture de notre matière à l’enseignement transdisciplinaire, avec la constitution par exemple d’un module avec les professeurs de philosophie, d’économie, de droit?… en terminale, qui serait lui obligatoire, afin d’alléger le temps de cours des élèves tout en « formant » des citoyens responsables?

Simon Grivet :

Il est facile de critiquer l’APHG, qui il est vrai, est un vieux lobby corporatiste et qui se méfie des prises de positions trop radicales. Devrais-je néanmoins rappeler que cet affreux lobby a le mérite d’exister et de permettre d’atteindre de très nombreux collègues notamment ceux qui n’ont pas (encore) nos idées ? De même je trouve stupéfiant que certains raillent la revendication du rétablissement de l’histoire en Terminale S. Oubliez vous qu’il s’agit de la moitié des bacheliers en série générale ? Faut il refaire ici le calcul des heure disparues ? Et cette revendication n’empêche absolument pas de se secouer face à la situation dramatique de nos matières dans les autres sections. Enfin vous me permettrez d’exprimer mon plus grand scepticisme quant au bonheur d’enseigner l’HG cette année en 1ère S: les 2 collègues qui assument cette lourde tâche dans mon établissement sont assez malheureux et les élèves très stressés.

Je considère qu’il est contreproductif d’afficher une hostilité de bon aloi envers l’APHG qui, bien sûr, reste un lobby corporatiste conservateur. Il est néanmoins utile, ses effectifs restent (très) largement supérieurs aux lecteurs de cette liste et il est possible que ce lobby puisse rendre quelques services à notre profession. Non, contrairement à une Inspectrice Générale d’histoire, on ne peut affirmer que la réforme Chatel « soit une chance pour l’enseignement de nos disciplines », par contre Hubert Tison avait publiquement fait part de son opposition. Surement d’une manière insuffisante, mais il l’avait fait.

Maintenant si la question est, l’APHG peut-elle servir à changer la société? Je n’ose même commencer à répondre sérieusement à cette question amusante.

Sur la question des élites et des inégalités : Pour ma part, je suis très heureux d’avoir participé à « tirer vers le haut quelques élèves à gros potentiel » et de leur avoir permis d’être admis à Sciences Po Paris, fut-ce par une voie d’admission de « discrimination positive ». En effet, avant ces « Conventions Éducation Prioritaire » (CEP) il n’y avait aucun élève de Seine-St-Denis ou presque à Sciences Po.

J’estime quant à moi qu’il faut défendre chaque centimètre de terrain contre les restrictions imposées depuis 10 ans. Ne pas réclamer le rétablissement d’heures perdues sous prétexte qu’il s’agirait d’heures destinées aux rejetons de la bourgeoisie me paraît farcesque. De même qu’il faut se battre pour obtenir le rétablissement des 70 ou 80 000 postes supprimés ces 5 dernières années.

Je n’ai aucune réponse aux grandes perspectives que l’on pourrait donner à l’aggio’ ou aux gens qui se rebellent contre les réformes récentes. Mais je sais par contre que le militantisme enseignant est en miettes depuis au moins 2003 et que tout véhicule militant (fut-ce l’APHG) tant qu’il ne glisse pas dans la médiocrité nationaliste crasse d’un Dimitri Casali, doit être employé pour limiter les dégâts.

Philippe Olivera :

 Je me permets de prolonger la discussion avec des questions plus précises.

Concernant la mise en avant du rétablissement de l’histoire-géographie en Terminale S, oui je pense qu’un slogan n’est pas forcément la locomotive qui tire tout le train, mais peut aussi parfois être un écran qui laisse les autres enjeux dans l’ombre, et (plus grave encore) peut aussi produire des effets très pervers : je pense par exemple à la focalisation sur l’école de l’élite (et sur les inégalités scolaires mesurées à la seule aune de l’embourgeoisement – bien réel – des grandes écoles) qui inspirait la réorientation de la politique d’éducation prioritaire sous Ségolène Royal (se consacrer désormais à tirer vers le plus haut possible les élèves d’origine populaire à « gros potentiel ») et dont on voit très bien aujourd’hui comment elle peut s’articuler avec une vision ouvertement conservatrice et droitière d’une école conçue comme le lieu d’un « ascenseur social » réduit à la promotion strictement individualisée d’une petite frange d’élèves « sauvés ». Avec tout ce que cela suppose de massacre silencieux de l’école du plus grand nombre.

Et je me permets de penser que l’insistance exclusive (j’insiste évidemment sur l’adjectif) sur la question de la série S est donc plus que regrettable, mais franchement dangereuse dans cette perspective (je rappelle juste que la moitié des élèves en série générale, c’est 17% d’une classe d’âge).

Bref, la question de fond est bien de savoir si nous en sommes au stade où toutes les formes, quelles qu’elles soient, de défense de la discipline et de mobilisation des collègues sont bonnes à prendre (et c’est fort possible), ou si l’activisme très classique de l’APHG n’est pas au contraire de nature à nous éloigner de toutes les autres questions qu’il nous semble urgent de poser (pour le dire très vite, une vraie réflexion de fond sur la finalité de ce que nous faisons tous les jours en allant enseigner l’histoire et la géographie, susceptible de mieux guider non seulement les combats qu’il nous faut mener vis à vis de l’institution et des gouvernements présents et à venir, mais au moins tout autant nos pratiques dans ce qu’elles sont très souvent et très inconsciemment porteuses de reproduction des inégalités que nous réprouvons tous par ailleurs).

Enfin, une précision quand même sur mon « bonheur » d’enseigner concernant mon « bonheur » actuel d’enseignant de première S (Edouard a mieux dit là dessus ce que je ne formulais que de manière lapidaire) :

1) si je considère que depuis presque 5 mois j’enseigne l’Histoire-géo dans des conditions et d’une manière qui me semblent satisfaisantes en première S, c’est évidemment au prix d’un bouleversement complet de l’architecture des programmes officiels (en appliquant ce que nous avions proposé dans http://aggiornamento.hypotheses.org/178) et du temps nécessaire que j’estime devoir consacrer aux sujets qui sont traités avec les élèves.

2) et que je suis conscient depuis le début que ce début d’année « heureux » se fera au prix d’une fin d’année « horrible » où il faudra traiter en catastrophe et de manière purement instrumentale des pans entiers du programme.

Bref, que j’ai choisi de faire aussi loin que possible dans l’année mon métier dans des conditions sensées, tout en sachant que je serai bientôt bien sûr confronté à l’insensé.

C’est un choix que j’assume et dont je me permettrai d’attendre les résultats de mes élèves en fin d’année pour juger de la pertinence.

Suzanne Citron

Les questions posées  ont été et restent pour moi primordiales. Je les décrypte à mon tour ainsi :

Quelle école voulons-nous pour quelle société ? S’agit-il pour nous, puisque nous y fonctionnons, de cautionner un système méritocratique dont l’organisation est structurellement conçue pour sélectionner, par des éliminations successives et des parcours privilégiés une élite à laquelle la République consacrera pendant toute leur scolarité ce qu’elle considère comme le meilleur de ses enseignements sans lésiner sur le coût.

Ce système véhicule la conception de la société des débuts de la République, quand l’objectif était, avec Albert Fouillée, de substituer à l’aristocratie de naissance une aristocratie de l’esprit formée par l’enseignement secondaire. Mais au moins s’agissait-il de forger, à côté, un système primaire complet dont l’objectif était d’instruire “le peuple” et les “masses laborieuses”, étant entendu que la vraie “culture” étant dispensée par l’enseignement secondaire auquel quelques “boursiers” méritants accèderaient à coté des “héritiers “ majoritaires.

La généralisation de l’enseignement secondaire à tous, sans remise en question de la hiérarchie des cultures, des savoirs-faire et des métiers dans les années 60 a abouti au fil des ans à instrumentaliser le système scolaire comme filtre de l’écrémage dans une société dont la logique ne serait plus que celle du statut social et des “places”, dans une République dont les fondements seraient l' »ascension sociale ».

Comment se donner un objectif qualitatif, intellectuel, idéologique satisfaisant pour notre ambition éducative, culturelle et “politique” au sens étymologique du terme ? S’agit-il de s’enfermer dans notre “discipline” et de la considérer comme le seul instrument d’une ambition réellement éducative pour une “société des égaux” en dignité et en capacités reconnues sans se soucier des ratées et des perversités du système ? Et donc de réagir mordicus comme un seul homme face à toute “menace” ou suppression d’une heure de la “discipline” alors que le système scolaire entasse au fil des ans de nouvelles “disciplines” (technologie, physique dès la 6ème, histoire de l’art dès le CM…) et que l’encyclopédisme napoléonien et bureaucratique a des effets ravageurs pour une partie de nos jeunes ?

C’est là qu’interviennent les lobbies disciplinaires et notamment l’APHG. Permettez moi d’introduire une mention personnelle. Au début des années 70 ce qui était alors la SPHG avait été et était l’un des freins évidents à tout le mouvement des années 60 et de l’année 1968 et suivantes pour une redéfinition des objectifs culturels, politiques et donc organisationnels du système éducatif. Ce qui m’a incité à choisir comme sujet de thèse de 3ème cycle “aux origines de la Société des professeurs d’histoire : la réforme de 1902 et le développement du corporatisme dans l’enseignement secondaire”.

Comme Laurence le souligne l’unique programme des EG de l’APHG, par cet enfermement dans le défensif, n’est-il pas symptomatique de l’absence totale d’une interrogation  critique et épistémologique par cet enfermement dans le défensif ?

Pour moi, et je réponds par là à Philippe : oui aggiornamento est dans son intention première et doit continuer à être un lieu où l’on se garde d’un réflexe défensif corporatiste “pavlovien” – surtout dans une société française où les Dimitri Casali et les Max Gallo surfent sur l’histoire (de France) pour en faire leur beurre idéologique et commercial. Un lieu où, par delà les questions programmatiques et donc épistémologiques on ne perd jamais de vue que l’objectif du système éducatif et donc sa transformation c’est d’abord l’éducation et l’éveil intellectuel et créatif de chacun pour une société plus juste.

Pour ceux qui en auraient le temps et/ou la curiosité: Lien pour l’article sur la SPHG publié en 1977 dans la Revue française des sciences politiques

http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/rfsp_0035-2950_1977_num_27_4_393743


4 réflexions au sujet de « Etats-Généraux de l’APHG vs Aggiornamento : quelques éléments du débat : entre doutes, oppositions, alliances »

  1. B. Girard

    Les critiques adressées aux programmes d’histoire et de géographie en lycée, fortement médiatisées, et de façon très orientée, dans le cadre d’une bruyante campagne orchestrée par l’APHG, portent principalement sur l’horaire insuffisant attribué à la discipline et sur la disparition des « repères chronologiques » au profit d’une approche thématique. En réalité, une analyse superficielle et partiale du sujet.

    Se lamenter de la diminution de l’horaire d’histoire-géographie et réclamer son rétablissement en classe de terminale oblige à aller au bout du raisonnement en précisant sur quelle autre discipline scolaire devrait être pris le temps attribué à l’histoire. Faut-il alors réduire le temps consacré à l’apprentissage du français, des langues vivantes, des matières scientifiques, des pratiques culturelles et sportives – domaines où, pourtant, les lycéens français ne brillent pas dans les comparaisons internationales – amputer le temps libre des élèves, alors que leur journée de travail est déjà la plus longue en Europe ? La logique d’une approche purement disciplinaire des savoirs scolaires, qui est celle de l’APHG, conduit à une impasse. Et si, comme le revendique l’association, l’histoire participe de la formation du sens critique et d’acquisition d’aptitudes civiques, sa prétention exclusive à les assurer paraît excessive et surtout bien méprisante pour le reste de la scolarité qui y travaille également.

    Puisque le temps, paraît-il, manquerait pour boucler le programme, on serait sans doute mieux inspiré d’établir une progression historique d’ensemble, tenant compte notamment des acquis du collège, qui ne sont pas nuls, contrairement à ce qu’une opinion répandue chez certains enseignants de lycée voudrait faire croire. A titre d’exemple, on peut quand même s’interroger sur la nécessité de consacrer 15-16 heures de cours en Première sur « les Français et la république » alors que « la vie politique en France de 1918 à aujourd’hui » occupe, d’ailleurs très excessivement, 35% de l’horaire d’histoire en classe de Troisième. Ou encore la place dévolue en Première aux « guerres du 20e siècle » (16-17 heures) ou au « siècle du totalitarisme » (10-11 heures) est-elle vraiment légitime quand deux ans plus tôt, les collégiens de Troisième ont consacré 25% du programme d’histoire au thème des « guerres mondiales et régimes totalitaires » ? L’APHG est muette ou aveugle, sur cette redondance, héritage de la tradition concentrique des programmes scolaires, qui impose de revenir sans cesse sur des sujets antérieurement travaillés, avec pour résultat – outre la démotivation des élèves – que le domaine des savoirs possibles en histoire se trouve singulièrement réduit à quelques sujets, toujours les mêmes.

    C’est ici que le reproche majeur adressé aux programmes – négliger la chronologie au profit d’une approche thématique – dévoile toute son ambigüité. Si l’APHG regrette « la mise-en-place de programmes qui ne permettent pas de maîtriser les repères fondamentaux nécessaires à la poursuite des études supérieures et à l’insertion dans la vie professionnelle » (1), la conception qu’elle soutient des repères et de la chronologie est quand même singulièrement réductrice. Alors que personne n’a jamais nié la nécessité de donner du sens à un événement en le replaçant dans son contexte – en quoi les programmes actuels ne le permettent-ils pas ? – on s’interroge néanmoins sur le choix de ces fameux repères censés fonder la chronologie mis en avant par les dix contributions présentées sur le site de l’APHG (2). « On n’apprend plus l’histoire des rois au Moyen Age », s’indigne la contribution 5, qui voit là une « volonté de casser la chronologie », manifestant ainsi une réelle méconnaissance des conditions d’élaboration d’un récit mythique plus qu’historique. Dans une veine voisine, un professeur de lycée lyonnais, syndiqué au SNES, rejoint « l’historien » (sic) Dimitri Casali pour regretter la disparition des « grands hommes » : « ce qui disparaît avec ces grands hommes, c’est la construction d’un état fort centralisateur qui applique dans tout le territoire la loi nationale » (contribution 10). Que, sous l’action de ces grands hommes, l’état en question ait été bien souvent despotique et oppresseur n’entre pas ici en considération. La chronologie très artificielle défendue ici renvoie soit à une réelle inculture historiographique soit à un choix idéologique faisant du « mythe national » le fondement de la société d’aujourd’hui. Mais dans ce cas, il faut l’assumer comme tel.

    L’enseignement de l’histoire, tel qu’on le conçoit à l’APHG, se réfère implicitement – et désespérément – à une époque révolue : faisant fi d’un siècle de recherche historique et pédagogique, qui ouvre quand même d’autres horizons que la ligne bleue des Vosges, crispée sur un récit étroitement politique et institutionnel, ses défenseurs – cf. les enseignants de l’académie de Rennes, qui, dans une déploration très brighellienne, s’affligent de se voir réduits au rôle de « gentils animateurs » (contribution 6) – passent à côté du sujet, refusant obstinément de voir que les élèves d’aujourd’hui, de par leur origine sociale, n’ont plus rien à voir avec les élèves soigneusement sélectionnés qui fréquentaient les études secondaires il y a plusieurs décennies. Avec Suzanne Citron, il faut se poser la question :

    « De quel savoir scolaire, et donc de quelle histoire, de quel passé les enfants des écoles et les adolescents des collèges ont-ils besoin, sont-ils demandeurs pour construire leur personnalité, pour se socialiser à côté des autres et pour se comprendre comme Français, ou comme habitant venu d’ailleurs dans la France, l’Europe et le monde d’aujourd’hui ? » (Le mythe national, l’histoire de France revisitée, Editions de l’Atelier, 2008)

    Bernard Girard
    professeur d’histoire-géographie en collège

    (1) http://www.aphg.fr/actualites-pdf/120130-manifeste-etats-generaux-hg.pdf

    (2) http://www.aphg.fr/etats-generaux/etats-generaux-histoire-geographie-janvier-2012.html

    Répondre
  2. Y. Chanoir

    Chers membres,
    Et cher Philippe,

    En tant que membre de l’APHG, je rappelle que personne ne peut parler en son nom, sauf ceux dûment mandatées par le bureau national, car l’APHG, centenaire, que certains disent réactionnaires, est une association démocratique. Je déplore, comme Christophe, que les contacts ligériens n’aient pas été repris et poursuivis, mais rien n’empêche qu’ils le soient de nouveau, les EG ont été très chronophages, et ont mobilisés nos énergies, ce n’est pas une excuse, mais un élément d’explication.

    Que le slogan unificateur soit le rétablissement de l’histoire-géographie en TS, c’est un fait. Qu’il cache le reste, c’est aussi un fait. L’APHG se bat pour toutes les séries. La preuve, aux cours de ces Etats, nous avons évoqué, à plusieurs reprises l’enseignement professionnel, où nos collègues enseignent notre matière, souvent oubliée, et dans des conditions délicates. Un des éléments du débat a été aussi les conditions d’exercice en collège, où les horaires sont frugaux, et les conditions parfois ahurissantes. Réformer le collège, donner les moyens d’enseigner à nos collègues, faire réussir tous les élèves, sont des ambitions de notre association.
    Lire que l’APHG défend un enseignement élitiste est un non-sens absolu, et montre une méconnaissance totale de l’association, de ses combats et de ses idéaux. Nous nous inscrivons ni dans une démarche bourdieusienne (les miraculés face aux héritiers), ni dans une philosophie boudonnienne (la réussite en terme de probabilité), mais dans une philosophie de la méritocratie républicaine, et je sais ce dont je parle, pour l’avoir vécue personnellement, et non comme un concept d’ouvrages obscurs mais néanmoins savants. L’APHG s’inscrit dans une école, permettant la réussite de tous, sans conditions ni exclusives, selon ses modalités, hier comme aujourd’hui. La mémoire est aussi la force de l’association.
    Enfin, il y a, et mon ami Christophe le rappelle, beaucoup de volontés au sein de l’APHG, désireux de faire évoluer les programmes, dans le sens et de l’intérêt et de la réussite des élèves. Intéresser nos élèves est une condition sine qua non, mais leur montrer l’intérêt de l’histoire et de la géographie, pour leur future vie de citoyens, pour leur épanouissement personnel, pour se retrouver, pour inscrire leur histoire dans l’histoire qui est enseignée, est aussi une des ambitions cardinales de cette association.
    Cordialement,
    Y. Chanoir
    Membre de l’APHG

    Répondre
  3. aggiornamento Auteur de l’article

    Cher collègue,
    Je rappelle rapidement que l’Aggiornamento est allé rencontrer le bureau de l’APHG avant les EG et qu’ils nous ont (fort élégamment) éconduits.
    Comme moyen de fédérer les collègues, je reste donc très sceptique.
    J’aimerais que l’accusation de division ne cible pas l’Aggiornamento.
    Quant à la diversité des acteurs dans l’APHG, nous en sommes fort conscients et je crois que nous le disons non ?
    Bien cordialement
    Laurence De Cock

    Répondre
  4. LEON

    Bonjour,

    je me permets de réagir car je ne me reconnais pas dans la description faite ci avant. Même si je partage certaines critiques, notamment sur l’aspect pyramidal de l’APHG et les difficultés de communication avec le bureau national parfois, je pense que l’association a encore des choses à proposer. Nous sommes un certain nombre de plus jeunes professeurs à vouloir faire bouger les lignes et les choses, mais ce n’est pas simple et nous nous heurtons, je le reconnais volontiers, à un certain conservatisme. En revanche, je trouve quelque peu léger de penser que nous sommes tous à la même enseigne. Ce n’est certainement pas en nous montant les uns contre les autres que nous réussirons à faire bouger le ministère et ses réformes délirantes. Je vous invite à lire le manifeste proposé à la suite des Etats généraux, et je puis vous assurer que nous ne nous focalisons pas uniquement sur le problème de la terminale S.
    Amicalement.
    Ch. Léon,
    coordonnateur de la commission numérique de l’APHG

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *