Géographie : mais où sont passés les hommes ?

Ce texte est paru le 7 décembre 2011 dans le journal Libération. Nous remercions les auteurs d’avoir accepté de nous fournir la version in extenso.

Rédacteur/trice : Gérard-François Dumont*, Professeur à l’Université de Paris-IV-Sorbonne (UFR de géographie) et Hélène Béchet, Professeur d’histoire-géographie des lycées et collèges

 L’enseignement de la géographie doit-il se réduire pour l’essentiel à une vulgate économiste ? C’est bien ce qui ressort des nouveaux programmes de géographie de la classe de 1e. La nature de l’approche proposée aux élèves pour étudier l’ensemble des territoires est essentiellement utilitariste. De manière fort explicite et volontaire, la « toile de fond » de ce programme est la mondialisation : que l’on aborde l’échelle des « territoires de proximité », celle de l’Union européenne, des métropoles ou des espaces agricoles, tout est affaire « d’insertion à la mondialisation », de « valorisation et de gestion ». Le territoire prend-il sens s’il n’est que l’addition des actes individuels d’homo oeconomicus seulement soucieux d’actes de production et de consommation ? La géographie scolaire serait-elle en perte d’identité au point de se laisser happer par une vulgate économiste de ces savoirs ? Quelle vision des sociétés offre ce programme ? Celle d’une « planète nomade »[1] comme le propose le manuel Hachette ?

 Des flux hors-sol ?

Mais où sont donc passés les hommes dans cette immersion présentant un maelstrom de « réseaux », « territoires de l’innovation », « plates-formes multimodales », « villes-mondes », où il est essentiellement question de « flux » dont nous avons souvent l’impression qu’ils sont hors-sol ?

Les habitants semblent devenus de simples usagers d’espaces que l’on étudie presque exclusivement sous l’angle de la production et de l’utilisation, à la recherche d’une « compétitivité territoriale » indispensable dans le cadre d’une mise en concurrence incontournable. Certes, l’insertion de l’économie des territoires dans la mondialisation est indéniable et il ne serait pas question de l’éluder. Mais, à trop centrer sur ce rapport au monde, comment présenter la richesse et la complexité de territoires composés d’abord des peuples qui les habitent ? Qui sont ces habitants, comment vivent-ils, que partagent-ils, quels bouleversements sociétaux les traversent ?

 La géographie, ça sert d’abord à… la formation citoyenne ?

Hormis un chapitre réflexif et porteur de sens sur « Qu’est-ce que l’Europe ? », les sociétés sont les grandes absentes de ce programme. L’histoire et la culture ne seraient-elles plus appropriées pour éclairer nos élèves sur la nature et la diversité des aménagements de l’espace ? La géographie de la population s’avérerait-elle un outil inutile ou dépassé pour appréhender les enjeux d’une planète qui porte désormais 7 milliards d’individus selon une répartition spatiale qui ne cesse d’évoluer en fonction des mouvements naturel et migratoire ?

Si l’on considère que l’enseignement de l’histoire-géographie, tel qu’il est conçu en France, a aussi pour finalité une formation citoyenne et identitaire des élèves, cette dérive se doit d’être discutée. Pour former les nouvelles générations à une approche consciente et sereine du « vivre ensemble » et à un regard critique et constructif sur le monde dans lequel elles vivent, l’apprentissage des connaissances de l’espace partagé, habité, ne peut se contenter d’une présentation économique et gestionnaire. Les territoires ne sont pas des réalités désincarnées et des espaces juxtaposés. Chacun d’entre eux est aussi l’espace d’une société qui y vit et y évolue.

Le développement durable a désormais acquis ses lettres de noblesse dans la géographie scolaire. Mais il est fort regrettable que cette approche novatrice soit paradoxalement relayée dans ce programme de Première par une forme de géographie économique insuffisamment désireuse d’éclairer les élèves sur ce qui constitue le socle de la géographie : les hommes et leur espace vécu.

***


* Président de la revue Population & Avenir, www.population-demographie.org/revue03.htm auteur ou collaborateur de nombreux ouvrages de géographie. Ce texte est la version intégrale de la tribune dont la majeure partie a paru dans le quotidien Libération le 7 décembre 2011.

[1] Hachette éducation, 2011, p. 216 ; les autres formules mises entre guillemets sont extraites du Bulletin officiel de l’Éducation nationale.


3 réflexions au sujet de « Géographie : mais où sont passés les hommes ? »

  1. Sylvain Genevois

    Quelques éléments de réponse à « méchant loup » (qui apparemment préfère garder l’anonymat) :

    C’est un fait que changer les programmes, c’est toucher à un élément clé de l’enseignement qui, comme l’a montré Pascal Clerc, a longtemps fonctionné comme un système fermé, autoréférencé, autorégulé par les programmes d’enseignement, les manuels, les pratiques et les examens. Ce qui n’est pas une critique à prendre au pied de la lettre par les enseignants qui font souvent ce qu’ils peuvent pour donner vie aux thèmes imposés et retrouver un peu de liberté par rapport à l’idéologie des programmes.

    Sur la supposée « hypofocalisation » des réflexions didactiques et pédagogiques concernant les programmes, vous y allez un peu fort.
    Jean Pierre Chevalier s’est livré à une comparaison intéressante sur les programmes de géographie en Europe pour ce qui concerne le premier degré : http://cybergeo.revues.org/213?lang=en

    Nombre de thèmes importants des programmes du second dégré ont donné lieu à des recherches didactiques : par exemple la ville (Le Roux, 1998 ; Clerc, 2002), le paysage (Le Roux, 2001), l’Europe (Masson, 1996 ; Le Roux, 1999, Allieu-Marie et Fontanabona 2008), la montagne (Masson, 1995), l’environnement ou l’espace géographique (Audigier, 1995 et 2001), le développement durable (Leininger, 2009, Audigier 2011), le territoire (Thémines 2011)… et on pourrait citer beaucoup d’autres références.
    On est en train de mettre en place un outil de bibliographie collaborative sur le blog Didagéo car ces références sont apparemment peu connues :
    http://didageo.blogspot.com/p/bibliographie-et-sitographie.html

    Répondre
  2. Sylvain Genevois

    Le débat sur le nouveau programme de Première va bon train. Ce serait plutôt salutaire si ce débat ne cachait des enjeux plus profonds : qui confectionne les programmes ? pour quelles finalités ? quelle doit être la place de l’histoire-géographie dans le curriculum ? L’hyperfocalisation sur les programmes scolaires risque de laisser penser qu’il suffit de changer de programme pour améliorer les choses. On sait qu’il n’en est rien.
    S’agissant du nouveau programme de Géographie classe de Première, il est critiquable sur bien des points. Mais pour le coup, il marque une évolution plutôt positive vers une géographie sociale qui rompt avec l’économie spatialisée des anciens programmes. Effectivement la mondialisation peut être une manière de réintroduire la géographie économique. Mais il faut prendre en compte les pratiques réelles en classe : les enseignants savent montrer aussi les enjeux sociaux, culturels et politiques de la mondialisation. La « formation citoyenne et identitaire des élèves » constitue effectivement l’une des finalités majeures, mais une discipline scolaire c’est aussi une vulgate. En l’occurrence il s’agit ici de donner une représentation partagée (consensuelle ?) du territoire. Cela n’empêche pas d’éduquer au sens critique, bien au contraire. Les « territoires du quotidien », bien que réduits à l’étude d’un aménagement local, peuvent être aussi une manière d’aborder l’espace vécu.

    Répondre
    1. bad wolf

      La question est : « Peut-on changer les choses sans changer le programme ? »
      L’hyper-focalisation sur le programme n’a rien à envier à l’hypo-focalisation, malheureusement généralisée dans les réflexions didactiques et pédagogiques.

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *