La mode ou la Shoah ? : à propos des nouveaux programmes de 1ères technologiques

Rédacteurs :  Antoine Vannière et Edouard Colin, professeurs d’Histoire-Géographie au lycée Jean Perrin, Marseille.

On se souvient du débat passionné dans les médias à la fin de l’année 2009, lorsque le ministre de l’Education nationale, Luc Chatel, avait annoncé la suppression de l’histoire-géographie en terminale S. De nombreux intellectuels, des professeurs et des citoyens – à l’instar de la pétition des 20 intellectuels parue dans Le Journal du Dimanche le 5 décembre 2009 – s’étaient élevés à juste titre contre cette réforme qui enterrait notre matière comme un élément fondamental de l’acquisition d’une culture générale et d’un esprit critique indispensables à la formation de futurs citoyens. Or les nouveaux programmes d’histoire-géographie des premières technologiques (STI2D, STI2A et STL), entrés en vigueur cette année, n’ont suscité ni protestation publique ni indignation médiatique. Imposés à l’occasion de la refonte intégrale de toute cette filière et d’un sensible accroissement des enseignements généraux – opérations qui visaient à « revaloriser » ce bac – les nouveaux programmes d’histoire-géographie nous semblent particulièrement problématiques, voire scandaleux.

Rappelons d’abord que les élèves des filières technologiques passent, eux aussi, l’histoire-géographie en épreuve anticipée du bac en fin de première. Certes, cette discipline occupe une place assez secondaire dans leur cursus, à raison de seulement deux heures par semaine, mais la question n’est pas là. C’est la nature de la réforme qui nous amène à réagir. Et si nous sommes nombreux à avoir fait remonter au ministère nos remarques lors de la consultation qui a eu lieu sur les nouveaux programmes, il est clair que nous n’avons pas été entendus.  Mais voulait-on vraiment nous écouter ?

Ce nouveau programme comporte en effet des incohérences graves. Il n’existe d’abord aucune articulation entre le nouvel enseignement en classe de première technologique et le programme de seconde (réformé l’année précédente !), et aucune cohérence entre les cinq chapitres à traiter. Jugeons-en. Voici la liste des cinq questions obligatoires (en principe accompagnées d’un sujet d’étude au choix) :

–       Vivre et mourir en Europe des années 1870 à la fin des années 60.

–       La Ve République et son évolution.

–       La mondialisation, interdépendances et hiérarchisations.

–       Comprendre les territoires de proximité.

–       La Chine des XXe et XXIe siècles.

Ensuite, et plus grave, le nouveau programme entérine la disparition totale de l’étude des relations internationales ! Ni la seconde guerre mondiale (naguère en option), ni l’étude des relations internationales depuis 1945, c’est-à-dire la Guerre froide et le monde post-Guerre froide (obligatoire auparavant) ne sont étudiés. Ces thèmes sont remplacés par l’étude de « vivre et mourir en Europe du milieu du XIXe siècle aux années 60 ». Et si un nouveau chapitre très intéressant, alliant histoire et géographie de la Chine de 1911 à nos jours, est ajouté, comment traiter de l’évolution de cette puissance naissante sans la connecter à l’évolution des relations internationales du XXe siècle ? De même, l’étude de la Ve République en elle-même, sans retour sur les origines de notre démocratie, sur sa construction lente et difficile empêche toute mise en perspective proprement historique de son évolution. Enfin, le découpage entre questions obligatoires et sujets d’études nous amène à faire des choix on ne peut plus problématique. Par exemple, pour le chapitre « Vivre et mourir en Europe », nous devons choisir entre trois sujets d’étude : « vivre et mourir en temps de guerre », « la pénicilline » ou « la mode »… Bref entre la mode et la Shoah !

Nous venons, le 27 octobre dernier– soit deux mois après la rentrée !-, d’être informés des nouvelles modalités d’interrogation au Bac. Certes, l’histoire-géographie peut s’honorer d’avoir été revalorisée : son coefficient a doublé, passant de 1 auparavant à 2 aujourd’hui. Mais observons que l’enseignement technologique est coefficienté 20 ! Plus grave, la nouvelle épreuve du bac ne permet plus d’assurer que les élèves soient évalués à la fois en histoire et en géographie, puisqu’ils seront interrogés sur une question obligatoire et un sujet d’étude, qui peuvent appartenir à la même discipline, histoire ou géographie. Là où auparavant ils étaient évalués à partir d’un dossier rassemblant les documents étudiés dans l’année et devaient construire un raisonnement structuré, ils devront désormais répondre à « trois questions appelant des réponses courtes », dans un premier temps, et étudier un document non connus d’eux dans la seconde partie de l’épreuve. Cela amènera automatiquement les collègues à standardiser leurs cours afin de répondre aux attentes d’un jury qui n’aura qu’une connaissance très partielle du travail fait dans l’année. Toute liberté pédagogique, toute étude originale (films, documentaires, arts, problématiques périphériques…) nous sont désormais interdites, puisque ces études ne pourront faire l’objet d’une interrogation. Et que dire d’un texte officiel qui ne précise ni la durée attendue de l’oral de l’élève, ni si cet oral sera suivi d’un entretien avec le jury !

Voilà pourquoi cette réforme est scandaleuse. Ce programme, totalement atomisé, évacue la notion de conflit dans la construction historique et géographique des sociétés. Tous les aspects sensibles de notre histoire politique récente se trouvent effacés : le couple colonisation/décolonisation, la guerre d’Algérie, la collaboration et l’extermination pendant la Seconde guerre mondiale devenue optionnelle, l’impérialisme américain et les révolutions arabes ! Croit-on acheter la paix scolaire avec un chapitre aussi consensuel que « vivre et mourir en Europe … » ?

Faut-il rappeler ici que c’est la dernière fois, dans leur immense majorité, que nos élèves des filières technologiques étudient l’histoire-géographie? Faut-il rappeler que cette discipline est absolument nécessaire à la connaissance du monde contemporain tout comme à l’exercice du « métier » de citoyen ? Or, la suppression depuis quelques années de toute approche économique et sociale dans les programmes, ne permet plus aux jeunes de concevoir l’histoire en termes de conflits et de rivalités, autrement dit de pouvoir se penser eux-mêmes comme acteurs de leur temps. En s’enfermant dans une lecture de plus en plus culturaliste de l’Histoire, et donc des identités, il est clair qu’on prive les élèves des classes technologiques, qui pour beaucoup, viennent des classes populaires, des outils pour comprendre le monde présent et agir dessus – leur monde –  qui est pourtant bien plus complexe et difficile à décrypter que celui d’hier. Comment se projeter dans les problématiques futures des sociétés et des Etats sans aucune connaissance géopolitique du monde depuis 1848, année qui marque la fin des programmes de seconde ? Le silence assourdissant de l’académie à propos de cette réforme de l’enseignement technologique ne laisse pas de nous étonner. Serait-ce parce qu’elle ne concerne principalement que les classes populaires, que l’on prive de l’apport de notre discipline qui vise fondamentalement à l’émancipation de tous les hommes ?


Une réflexion au sujet de « La mode ou la Shoah ? : à propos des nouveaux programmes de 1ères technologiques »

  1. chauveau

    Ce sont les mêmes remarques que nous avions faites lors de la pseudo consultation et que nous venons à nouveau de transmettre à nos IPR. On peut aussi ajouter pour souligner le mépris dans lequel le ministère et notre hiérarchie tiennent les filières technologiques que ce programme n’a pas été jugé digne de bénéficier de compléments pour sa mise ne oeuvre.
    P.Chauveau, coordinateur H-G, Lycée E.Livet, Nantes

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *