« Neither maths nor the test », à propos du programme de 1ère

Rédacteurs : Eric Fournier, Nicolas Fleurier

L’article « Un programme à refaire », mis en ligne le 18 avril 2011 par Aggiornamento hist-geo, citait judicieusement la série télévisée The Wire, où un enseignant avertissait un de ses collègues en ces termes : « you don’t teach Maths, you teach the test. » La citation était ainsi commentée : « tel que le programme existe et qu’on voudrait qu’on le fasse, notre rôle se réduirait, à un degré jamais atteint, à préparer nos élèves au test-bac. Or, nous voulons à la fois continuer à enseigner l’histoire-géographie […], et préparer nos élèves au  “test”. » Au seuil de la Toussaint, nous redoutons raisonnablement de ne pouvoir enseigner « neither maths nor the test ».

Ceci est une remontée de terrain effectuée par deux professeurs du lycée Charles-Baudelaire de Fosses (95). Le premier, E.F., a décidé de recomposer la progression proposée, le second, N.F., a préféré suivre le programme tel quel. Deux approches différentes, pour aboutir au même constat : le programme de Première est impossible et à refaire. Précisons que l’administration du lycée a imposé des Premières générales mêlant les trois filières, transformant ainsi nos cours en un fastidieux remake d’Etre et avoir dans des classes de 27 élèves d’un lycée populaire des confins de la banlieue Nord, du moins dès qu’il s’agit de faire travailler les épreuves du baccalauréat, puisqu’elles sont différentes selon les sections.

Nous avons tous deux commencé par le premier thème d’histoire. En n’effectuant qu’un seul contrôle d’une heure pour gagner du temps, nous avons déjà 4 heures de retard sur la progression tout en ayant été obligés de nous contenter de survoler les différentes études. Celle portant sur les économies-monde successives est révélatrice des impasses de ce programme : ce concept braudelien – complexe, daté et discutable –  nécessiterait entre 3 et 4 heures de cours, pour devenir intéressant et accessible aux élèves. Or, chaque économie-monde doit être expédiée en une demi-heure environ.

Puis les progressions se distinguent. E.F. continue avec une séquence intégrant « L’enracinement de la culture républicaine » et la première partie de « La République, les religions et la laïcité » : 5 heures de cours, 1 heure de contrôle et sa correction. 7 heures en tout. Après la marche forcée imposée en vain aux élèves sur le premier thème, le rythme se ralentit et les enjeux sont développés, notamment ceux portant sur les différentes formes possibles de la République. Le cours se passe mieux, l’évaluation aussi, les élèves s’intéressent et apprennent — le retard augmente. Vient enfin la première séquence de géographie. Récusant le présupposé du programme affirmant que les élèves sont plus curieux de leur espace proche que d’horizons lointains, E.F. décide de commencer par le thème numéro 3, inversant ainsi les jeux d’échelles proposés. Le thème « De l’espace européen aux territoires de l’Union européenne » n’est pas encore terminé. Après sept semaines de cours d’un rythme plus que soutenu, E.F., a donc un retard d’environ deux semaines, soit 9 heures de cours.

De son côté, N.F. fait suivre le premier thème d’histoire du premier thème de géographie, « Comprendre les territoires de proximité », qui est organisé en deux chapitres séquencés chacun en une étude de cas et une conceptualisation. La première étude de cas se déroule lentement, mais les vraies difficultés apparaissent avec les notions et les sigles de la conceptualisation. Il faut néanmoins avancer, pour ainsi dire, au détriment du détail ou des explications. Il est alors décidé de faire aboutir la deuxième étude de cas à un premier croquis, mais les rappels méthodologiques compliquent la compréhension de l’exercice et de la méthode, alors même que cette dernière a été volontairement simplifiée pour convenir aux différentes filières. La conceptualisation, dans la partie concernant les régions d’un autre pays que la France, suscite un questionnement auquel il est difficile de répondre sans perdre du temps, ou sans survoler la comparaison avec le cas français. Par conséquent, l’évaluation, qui portera largement sur le croquis, donnera des résultats contrastés. Quoi quil en soit, le deuxième thème d’histoire est abordé, et le première chapitre, « Guerres mondiales et espoirs de paix », révèle clairement que l’expérience combattante, aussi passionnante soit-elle, semble très secondaire à des élèves qui ont des difficultés à la placer dans un enchaînement de faits qui n’est plus à enseigner, et qui prend la forme de souvenirs paraissant lointains ou confus. La disparition quasi-totale de l’entre-deux-guerres ne facilite pas le passage à la Seconde Guerre mondiale, tandis que la SDN et l’ONU ont, et ce malgré la problématique choisie, toutes les apparences du rajout de fin de chapitre, la première ayant cependant l’avantage de ne susciter aucune question. Avant les vacances de la Toussaint, il est donc clair que le programme d’histoire-géographie ne peut être mené à son terme qu’au détriment de la compréhension et de l’assimilation de points nombreux et souvent fondamentaux.

Répondre à l’appel d’Aggiornamento hist-geo prend donc la forme d’un réquisitoire contre ce nouveau programme. Des bonnes surprises ? Aucune. Des mauvaises surprises ? Aucune également. Toutes nos difficultés, en termes de progression ou de contenus enseignés, avaient été  prévues dès les premières maquettes de ce programme par la communauté des professeurs d’histoire-géographie, avant même l’épreuve du réel.

Gardons espoir cependant. L’historien sait le poids de la contingence, le caractère éphémère de ce qui semblait enraciné. Si nous ne pouvons guère éveiller cette année nos Premières à cette stimulante complexité qu’enseigne l’histoire, faisons au moins en sorte d’instruire nos hiérarchies pour que, dans la mémoire scolaire, ce programme soit paré du seul titre qui lui convienne : « le programme d’histoire-géographie le plus court de l’histoire ».

Nicolas Fleurier et Éric Fournier, professeurs d’histoire-géographie à Fosses


Une réflexion au sujet de « « Neither maths nor the test », à propos du programme de 1ère »

  1. isa

    En croisant nos inspecteurs hier, nous avons appris que le ministère de l’éducation (et non le Conseil national des programmes !) demandait aux inspecteurs d’histoire-géographie de faire remonter dans la semaine les motifs de mécontentement des enseignants et leurs doléances sur ce nouveau programme. Il y a fort à parier qu’un ajustement devenu indispensable sera discuté. Mais qu’en ressortira-t-il de bons pour nos élèves ?

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *