les programmes d’histoire et de géographie de la libération à 2010

 

Patricia LEGRIS

 

Ce document de travail, librement accessible sur le site de l’Aggiornamento pour l’histoire-géographie, vise à compléter les programmes déjà indiqués dans l’ouvrage de Laurence De Cock (Sur l’enseignement de l’histoire, Libertalia, 2018) ainsi que les indications que l’on trouve dans le manuel de Jean Leduc et Patrick Garcia (L’enseignement de l’histoire, A. Colin 2003).

J’ai effectué cette retranscription des programmes à partir d’un dépouillement des Bulletins officiels dans le cadre de ma thèse soutenue en 2010. Afin de respecter ce travail qui fut long et fastidieux et par respect pour une écriture historique déontologique, je remercie les personnes qui utiliseront ce document de le citer comme source.

 

Liste des programmes retranscrits

 

21 septembre 1944 (reprise de ceux du 11 avril 1938) : secondaire (ensemble)

12 octobre 1944 : primaire (reprise de 1923 pour CE et CM, nouveau pour CSup)

15 septembre 1945 : secondaire (ensemble)

17 octobre 1945 : primaire (ensemble)

19 juillet 1957 : secondaire (ensemble)

9 juin 1959 : secondaire (lycée)

7 mai 1963 : secondaire (collège)

10 septembre 1969 : secondaire (collège)

18 mars 1977 : secondaire (6e et 5e)

18 mars 1977 : primaire (CP)

7 juillet 1978 : primaire (CE)

16 novembre 1978 : secondaire (4e et 3e)

18 juillet 1980 : primaire (CM)

19 janvier 1981 : secondaire (seconde)

9 mars 1983 : secondaire (1ere et terminale)

18 juin 1984 : primaire (ensemble)

23 mai 1985 : primaire (ensemble)

14 novembre 1985 : secondaire (collège)

14 mars 1986 : secondaire (seconde)

25 avril 1988 : secondaire (1ere et terminale)

22 février 1995 : primaire (désormais cycles 2 et 3)

14 juin 1995 : secondaire (lycée)

21 novembre 1995 : secondaire (6e)

10 janvier 1997 : secondaire (5e et 4e)

15 septembre 1998 : secondaire (3e)

1er juillet 2000 : secondaire (seconde)

14 février 2002 : primaire (cycles 2 et 3)

30 juillet 2002 : secondaire (1ere et terminale)

9 juin 2008 : primaire (cycles 2 et 3)

28 août 2008 : secondaire (collège)

été 2010 : secondaire (seconde et première)

 

 

 

Programmes d’histoire et géographie depuis 1944

(premier et second degrés)

 

 

Dates

Premier degré

Second degré

 

CP

CE

CM

6e

5e

4e

3e

Seconde

Première

Terminale

21/9/1944

 

 

 

1938

1938

1938

1938

1938

1938

1938

12/10/1944

 

1923

1923

 

 

 

 

 

 

 

15/9/1945

 

 

 

N

N

N

N

N

N

N

17/10/1945

 

N

N

 

 

 

 

 

 

 

19/7/1957

 

 

 

N

N

N

N

N

N

N

9/6/1959

 

 

 

 

 

 

 

N

N

N

7/5/1963

 

 

 

N

N

N

N

 

 

 

10/9/1969

 

 

 

N

N

N

N

 

 

 

18/3/1977

N

 

 

N

N

 

 

 

 

 

7/7/1978

 

N

 

 

 

 

 

 

 

 

16/11/1978

 

 

 

 

 

N

N

 

 

 

18/7/1980

 

 

N

 

 

 

 

 

 

 

19/1/1981

 

 

 

 

 

 

 

N

 

 

9/3/1983

 

 

 

 

 

 

 

 

N

N

18/6/1984

N

N

N

 

 

 

 

 

 

 

23/5/1985

N

N

N

 

 

 

 

 

 

 

14/11/1985

 

 

 

N

N

N

N

 

 

 

14/3/1986

 

 

 

 

 

 

 

N

 

 

25/4/1988

 

 

 

 

 

 

 

 

N

N

22/2/1995

 

N

N

 

 

 

 

 

 

 

14/6/1995

 

 

 

 

 

 

 

N

N

N

21/11/1995

 

 

 

N

 

 

 

 

 

 

10/1/1997

 

 

 

 

N

N

 

 

 

 

15/9/1998

 

 

 

 

 

 

N

 

 

 

1/7/2000

 

 

 

 

 

 

 

N

 

 

14/2/2002

 

N

N

 

 

 

 

 

 

 

30/7/2002

 

 

 

 

 

 

 

 

N

N

9/6/2008

 

N

N

 

 

 

 

 

 

 

28/8/2008

 

 

 

N

N

N

N

 

 

 

Eté 2010

 

 

 

 

 

 

 

N

N

 

 

Source : Patrick Garcia, Jean Leduc, L’enseignement de l’histoire en France de l’Ancien Régime à nos jours, Paris, Armand Colin, 2003, p. 297-305 ;

Pour l’actualisation depuis 2002 : BOEN.

 

 

NB : Les cours élémentaires sont désignés « cycle 2 » et les cours moyens « cycles 3 » depuis 1995.

 

Textes des programmes d’histoire du second degré

 

            Nous avons retranscrit les programmes du second degré parus depuis 1945 jusqu’à 2010. Une sélection des préambules a été effectuée pour ne pas alourdir la présentation. Des extraits des instructions officielles de 1954, 1963 et 1969 sont également copiées. Nous avons ajouté les projets de programmes de 1964 et ceux de la commission Renouvin (1967).

 

 

Programmes transitoires de l’enseignement du Second degré,

Classes de philosophie et de mathématiques

Arrêté du 6 avril 1945, BOEN n°24, 1945, p.1817

 

L’époque contemporaine (1815-1919)

« La période à étudier doit s’étendre jusqu’à 1919 et les grands problèmes de la politique internationale y gardent une importance primordiale. Mais des allègements sont obtenus : 1° par un exposé très simplifié de l’histoire intérieure des États étrangers autres que le Royaume-Uni, la Russie et les États-Unis, ainsi que l’histoire de l’Église sous Pie IX, Léon XIII et Pie X ; 2° par la suppression totale du chapitre sur le mouvement scientifique, littéraire et artistique de 1815 à 1914. »

 

 

 Histoire, Programmes pour l’année 1945-46,

Arrêté du 15 septembre 1945, BOEN N°46, 1945

 

Classe de Sixième

 Retour au programme fixé par l’arrêté du 30/8/1937

L’antiquité

 

Classe de Cinquième

Retour au programme fixé par l’arrêté du 11/4/1938

De la fin de l’empire romain d’Occident aux débuts des temps modernes

 

Classe de Quatrième

Programme transitoire pour l’année scolaire 1945-1946 :

La fin du Moyen-Âge et les Temps modernes, jusqu’à la mort de Louis XIV (1270-1715)

 

I.

L’Europe à la fin du XIIIe siècle. Prestige du Saint-Siège et crise de l’Empire. Les grandes monarchies de l’Europe occidentale (France et Angleterre). L’Europe méditerranéenne et orientale. Les nouveaux progrès de la monarchie capétienne de 1270 à 1328. La Guerre de Cent Ans. Charles V et du Guesclin. Jeanne d’Arc. Le redressement de la France à la fin de la Guerre de Cent Ans et sous Louis XI. Les transformations de l’Europe aux XIVe et XVe siècle : Empire, Papauté, Angleterre, Espagne, Italie, Orient. La civilisation en Europe aux  XIVe et XVe siècle : la vie économique et les nouvelles techniques, la vie intellectuelle, la vie artistique.

 

II.

Les grandes découvertes maritimes des  XIVe et XVe siècles. Les nouveaux Empires. Les guerres d’Italie. La rivalité des Maisons de France et d’Autriche (1519-1559). Le Royaume de France sous François Ier et Henri II. La Renaissance intellectuelle et artistique. La Réforme protestante et la Contre-Réforme catholique. L’Espagne de Philippe II. L’Angleterre sous Élisabeth. Les guerres de religion et l’épuisement de la France. Henri IV et la reconstruction de la France. Louis XIV et Richelieu. Mazarin et la Fronde. La Guerre de Trente Ans. La monarchie absolue de Louis XIV. Le « Siècle de Louis XIV ». Vue d’ensemble sur l’état de l’Europe à l’époque de Louis XIV : Angleterre, Europe Centrale, Europe orientale. Les Guerres de Louis XIV. L’Europe en 1715.

 

Classe de Troisième

Programme transitoire pour l’année scolaire 1945-1946

XVIIIe et XIXe siècles

 

I.


L’Europe au lendemain des Traités d’Utrecht. La France sous le règne de Louis XV : les grands traits de la politique intérieure, le mouvement des idées. L’Angleterre de 1714 à 1783. L’Europe centrale au XVIIIe siècle. Habsbourg et Hohenzollern. La Guerre de succession d’Autriche et la Guerre de Sept Ans (notions sommaires). Les questions coloniales, la rivalité maritime anglo-française. L’expansion intellectuelle et artistique de la France en Europe. Le despotisme éclairé : Frédéric II, Joseph II et Catherine II. La question d’Orient au XVIIIe siècle : recul de la Turquie, partages de la Pologne. Le soulèvement des colonies anglaises d’Amérique. Formation des États-Unis. Louis XVI et les essais de réformes. L’Ancien Régime en France à la fin de la monarchie absolue.

 

  1.  

La crise financière et la situation économique. De l’assemblée des notables aux États-Généraux de 1789. L’assemblée constituante et ses réformes. L’Assemblée Législative. La Guerre et la chute de la Royauté. La Convention et le Directoire : politiques intérieure et extérieure. Le Consulat et l’Empire. L’armée de Napoléon. Les Conquêtes et la transformation de l’Europe. Les résistances nationales. La chute de l’Empire. Le Congrès de Vienne.

 

III.

La monarchie constitutionnelle en France. La Restauration et la révolution de 1830. La monarchie de Juillet et la Révolution de 1848. Les débuts de la transformation économique et sociale. La politique européenne de 1815 à 1848. La Sainte-Alliance. Les Révolutions de 1830 : indépendance de la Belgique. La conquête de l’Algérie. La crise de 1848. La Seconde République en France. Notions sommaires sur les révolutions d’Italie, d’Autriche et d’Allemagne. Le Second Empire. Évolution intérieure. Progrès économiques. Caractères généraux de la politique étrangère de Napoléon III. Les mouvements nationaux. L’Unité italienne. L’Unité allemande et la guerre de 1870. Les principaux États étrangers au XIXe siècle. L’Angleterre et l’Empire britannique. La Russie. Les États-Unis. L’Extrême-Orient. L’établissement de la IIIe République. Principaux aspects de son œuvre législative, économique et sociale. Le renouveau colonial. L’essor de la civilisation scientifique et industrielle.

 

NB : L’étude du XVIIIe siècle ne devra pas excéder la durée du 1er trimestre

 

Classe de seconde

Les XVIIe et XVIIIe siècles

Cf. arrêté du 21 septembre 1944

 

Classe de première

Les débuts de l’époque contemporaine

Cf. arrêté du 21 septembre 1944

 

Classe de philosophie-mathématique

 

  1. L’époque contemporaine 1848-1939

L’Europe au début de l’année 1848. La question des nationalités et les mouvements libéraux. Les problèmes économiques et sociaux. La Révolution de 1848 en France. La Seconde république et la réaction jusqu’au 2 décembre 1851. Les mouvements nationaux et libéraux en 1848 en Europe : Italie, Allemagne, Autriche. Révolution et réaction. La France sous le Second Empire. Napoléon III et l’Empire autoritaire. L’évolution libérale du régime. L’essor économique et ses conséquences sociales. Les grands traits de la politique extérieure de Napoléon III. La Guerre de Crimée et le Congrès de Paris. Napoléon III et les nationalités. La formation de l’unité italienne. Bismarck et l’unité allemande. La guerre de 1870-1871. L’Autriche et le compromis de 1867. La Russie sous Alexandre II : les réformes. L’Église sous Pie IX : le Syllabus et le Concile du Vatican. L’Angleterre à l’apogée de l’ère victorienne. Le triomphe du libéralisme dans le domaine économique, politique et social. Gladstone et Disraeli. L’expansion européenne à l’époque du libéralisme économique : l’émigration, les politiques coloniales de l’Angleterre et de la France. L’exploration du continent africain.

 

  1.  

La France de 1871 à 1914. L’Assemblée nationale et les lois constitutionnelles de 1875. L’évolution politique, les transformations économiques et sociales. La formation de l’empire colonial français par la IIIe République.

Les principaux États jusqu’en 1914 :

Angleterre : les difficultés économiques et la question d’Irlande. L’évolution démocratique. Les Dominions.

L’Empire allemand : le gouvernement de Bismarck. Guillaume et l’essor économique.

La Russie : la réaction d’Alexandre III et de Nicolas II. Les nationalités et la russification. Le mouvement révolutionnaire de 1905.

Les États-Unis après la « Reconstruction ». Le peuplement et l’expansion économique. L’impérialisme. Les transformations de l’Extrême-Orient : Chine, Japon.

Le mouvement des idées, sciences et arts de 1848 à 1914, principalement en France. Les relations internationales de 1871 à 1914 : le Congrès de Berlin. La Triple Alliance. Impérialismes et rivalités coloniales : le partage de l’Afrique. L’Alliance franco-russe et la Triple-Entente. Les crises marocaines et balkaniques de 1905 et 1913.

 

III.

La Guerre de 1914-1918. Les causes immédiates. Les principales phases. Les traités de paix. La Société des Nations.

Les nouveaux aspects de l’Europe : la révolution de 1917 et la création de l’URSS. Son évolution. La révolution allemande de 1918. Les dictatures : l’Italie fasciste, le national-socialisme en Allemagne; les crises ibériques. Les États démocratiques et leurs difficultés.

Les problèmes internationaux : l’exécution du Traité de Versailles, problèmes territoriaux, financiers et politiques. Les résistances à l’application des traités de 1919. Le réveil de la Turquie, l’expansion japonaise en Extrême-Orient, le réarmement de l’Allemagne. La faillite de la sécurité collective.

La crise économique mondiale et ses conséquences : la politique d’autarcie. Les préludes de la guerre : les premières agressions : Chine, Éthiopie, Espagne, Tchécoslovaquie, Albanie. La tension germano-polonaise et le déclenchement de la guerre en 1939.

 

 

Instructions du 10 décembre 1954

 

[…] Le champ de l’enseignement de l’Histoire dans nos classes du second degré ne cesse de s’élargir.

 

Élargissement dans le temps. Il ne suffit plus d’arrêter l’étude du passé à 1914, voire à 1919 ; la connaissance de l’Histoire immédiatement contemporaine, au moins jusqu’à 1939 – et pour combien d’années cette date de 1939 restera-t-elle encore l’étape suprême ?- devient une des conditions essentielles de la formation de l’homme et du citoyen de demain.

Élargissement dans l’espace. Nos programmes, naguère centrés au premier chef sur la France et, accessoirement, sur l’Europe, embrassent aujourd’hui, dans une certaine mesure du moins, l’Histoire de tous les peuples ; en particulier, la création de l’Union française nous assigne comme un devoir de plus en plus inéluctable de projeter sur le passé de ceux qui se sont associés à nous une lumière jusque-là distribuée avec trop de parcimonie.

Élargissement dans la conception même de l’Histoire, qui n’est plus seulement, pour les programmes officiels comme pour les historiens, politique, diplomatique, militaire, mais qui englobe désormais l’analyse des faits économiques et sociaux, la description des civilisations et des cultures, l’examen de l’évolution des techniques.

 

Cette extension de la matière même de notre enseignement a pris pied et s’installera de plus en plus dans nos habitudes scolaires. C’est dire combien la tâche de nos professeurs d’Histoire s’est accrue en complexité et en difficulté. Elle s’avère même d’autant plus ardue et plus complexe qu’à un tel élargissement leur façon d’enseigner doit à son tour s’adapter.

C’est pour les y aider que, le 9 octobre 1938, avaient été publiées au Journal officiel des Instructions officielles, où s’affirmait avec insistance la nécessité d’un rajeunissement de nos méthodes, fondées sur une pédagogie active et sur une activité collective; tout en proclamant la légitime liberté des maîtres et en se gardant bien, selon la tradition chère à notre enseignement du second degré, d’édicter une doctrine autoritaire hors de laquelle il n’y aurait point de salut, elles s’efforçaient de poser quelques principes directeurs, susceptibles d’épargner, à plus d’un, tâtonnements, faux-pas et malfaçons.

Mais ces instructions, reproduites en brochures par divers éditeurs, sont aujourd’hui presque introuvables, et beaucoup de jeunes maîtres – de ceux à qui elles sont spécialement destinées – nous ont avoué n’avoir pu en prendre connaissance. D’ailleurs, elles ne concernaient que le premier cycle de nos études, et l’Inspection générale a pu constater que plusieurs de leurs recommandations prêtaient parfois à des interprétations divergentes. D’autre part, les discussions fécondes qui se sont développées, ces dernières années, dans nos groupements de spécialités, au sujet de la pédagogie de l’Histoire et de la Géographie, ont mis l’accent sur certains problèmes ou certains aspects des problèmes sur lesquels il convient de revenir plus en détail. Enfin, les circulaires où M. le Directeur général de l’enseignement du second degré a défini les caractères et analysé les méthodes de cet enseignement (29 septembre et 6 octobre 1952) incitent à préciser le rôle qui doit revenir à l’Histoire dans l’acquisition d’une culture humaniste, adaptée aux préoccupations et aux besoins de notre époque, sans méconnaître pour autant et, à plus forte raison, sans répudier l’héritage du passé ; elles conduisent du même coup à rechercher, puis à fixer, les moyens grâce auxquels il lui sera possible de jouer ce rôle maximum d’efficacité […].

 

  1. L’organisation du travail

Les programmes segmentent en tranches chronologiques la matière à enseigner. L’existence officielle des cycles, qu’on peut déplorer, mais à laquelle il faut bien consentir, dote certaines de ces tranches d’une épaisseur et, partant d’une densité redoutable, notamment dans le premier cycle, où l’on est contraints de faire en quatre années – et pour les deux premières sans espoir de recommencement – le tour de l’histoire du monde. Aussi est-ce un problème difficile que mener jusqu’à son terme, dans le laps de temps réduit d’une année scolaire, l’étude de chaque tranche du programme. Il le faut pourtant. D’abord, pour la raison qui vient d’être signalée : l’impossibilité de revenir dans le second cycle sur certaines périodes, et non des moindres – l’Antiquité, le Moyen-Âge – attribuées aux classes de Sixième et de Cinquième. Ensuite, parce que l’essence même de notre enseignement historique, qui est de faire mesurer et comprendre le « développement évolutif » de l’humanité, exige de nous un récit aussi continu que possible […]. La première tâche du professeur d’Histoire, et non la moins essentielle, doit constituer à distribuer, dès la rentrée, entre la trentaine de semaines ouvrables dont il disposera, les chapitres du programme […].

 

  1. La conduite de la classe

Préparer avec le plus grand soin chacune des heures de classe qu’on fera n’est pas moins indispensable qu’élaborer le plan de travail destiné à être suivi pendant l’année scolaire.

En Histoire comme en Géographie, cette préparation est particulièrement astreignante. Elle concerne, d’une part, la nature, la durée des différents exercices qui se dérouleront en soixante minutes ; d’autre part, la substance de la leçon nouvelle […]. La tâche de préparation concerne aussi – et sans doute surtout – le contenu des leçons. Que chacune de celles-ci soit bien construite et bien conduite (nous y reviendrons), qu’elle mette l’accent sur l’essentiel, qu’elle ne contienne ni aucune lacune grave ni erreur grossière, c’est déjà beaucoup. Mais ce n’est pas assez : le professeur d’Histoire se doit, chaque fois qu’il traite une question, de montrer qu’il est « au courant » des derniers travaux importants parus sur elle et qui modifient parfois de façon sensible jusqu’aux conclusions des manuels les plus récents […].

 

  1. L’exposé

Pour l’exposé, les récentes instructions n’ont, pas plus que celles de 1938, le dessein d’apporter une formule officielle. Ici comme ailleurs, la liberté du professeur reste entière. À une condition toutefois, que de lui-même, il répudie la pratique du cours dicté. Fastidieuse, abêtissante, elle ne saurait être tolérée ni dans un cycle ni dans l’autre, d’autant qu’a disparu l’excuse alléguée au lendemain de la Libération par ses rarissimes adeptes : à savoir la pénurie des manuels […].

 

  1. L’utilisation des documents

[…] L’Inspection générale a suivi avec sympathie les tentatives – assez rares, d’ailleurs – par lesquelles des maîtres ingénieux, au cours d’une année pédagogiquement vouée au « document », se sont efforcés, en classe d’Histoire, d’adapter au principe de la « redécouverte » leurs procédés d’enseignement. Ils y étaient encouragés, en dehors des journées d’information qui ont pu, sur ce thème, s’organiser ici et là, par certaines publications récentes de la Documentation française ou du Musée des Archives nationales […]. Il paraît douteux que la méthode puisse être, dans toutes les classes, généralisée de façon à permettre une étude suffisamment poussée des programmes actuels. On ne saurait, à la dose d’une heure et demie, de la Sixième à la Quatrième, ou de deux heures pour les classes suivantes, reconstituer, à base de documents, l’équivalent d’une Histoire générale. Tous les sujets à traiter ne s’y prêtent pas, et – s’il faut, d’après un maître incontesté, des années d’analyses pour une heure de synthèse – à quelles données fragmentaires et isolées aboutirait en définitive, chez nous, une méthode empruntée à ceux qui dressent des hommes faits pour une vie de chercheur!

Rares sont heureusement ceux d’entre nous qui se satisferaient d’un enseignement historique conçu comme un « échantillonnage discontinu en profondeur » au mépris d’un des principes de cet enseignement que nous tenons, on le sait, pour fondamental : le respect de la continuité historique […].

 

  1. Les interrogations […]

 

  1. Les résumés et les travaux écrits

            […] Ainsi conduit, l’enseignement de l’Histoire dans nos lycées et collèges ne se borne pas à évoquer,  dans leurs grandes lignes certes, mais aussi dans leur réalité concrète, le passé plusieurs fois millénaire de l’humanité et l’apport des différents pays à la civilisation : en contribuant à former -comme l’écrit un historien contemporain – « des hommes capables de se situer, en toute connaissance de cause, à leur juste place dans le double réseau des générations qui les ont faits tels qu’ils sont, et des contrées du globe qui les entourent, qui pressent, qui concurrencent ou qui secondent celle dans laquelle ils vivent », il convie et apprend à examiner tous les problèmes nationaux et tous les problèmes humains. Par lui, et de cette manière, l’histoire loin de se borner à être – comme le croient d’aucun – un recueil de dates, une liste de personnages, un catalogue de faits et un répertoire d’anecdotes, peut devenir une lumière, un guide, une école de prudence et de sagesse et, aussi, un réconfort.

 

Programmes d’histoire et de sciences physiques de l’enseignement du second degré

Arrêté du 19 juillet 1957

BOEN n°30, 25 juillet 1957, p. 2467-2471

 

À partir de 1957, ces textes en vigueur pour les 6e et 5e et 1958 pour la 4e, 1959 pour la 3e, 1960 : 2nde, 1961 : 1ere et 1962: terminales

 

6e : L’orient et la Grèce

5e : Rome et les débuts du Moyen-Âge jusqu’en 987

4e : Le Moyen-Âge jusqu’en 1492

3e: XVIe, XVIIe et XVIIIe (1492-1789)

Seconde : 1789-1871

Première : 1871-1945

Terminale : Les principales civilisations contemporaines (titre provisoire)

 

Classe de Sixième

Premier semestre

  1. Définition et utilité de l’histoire

Notions générales de chronologie. Les générations, les siècles; les ères, les grandes périodes.

Préhistoire et histoire

  1. Notions sommaires sur les transformations et progrès de l’humanité au cours des temps préhistoriques
  2. Les grandes civilisations de l’Orient méditerranéen (replacées dans leur cadre chronologique et géographique) :

– la civilisation des Égyptiens

– la civilisation des Mésopotamiens

– la civilisation des Hébreux

– la civilisation des peuples de la mer (Crétois et Phéniciens)

– la civilisation des Perses

Ce que nous devons à ces civilisations

 

Deuxième semestre

  1. la Grèce :

1° Géographie de la Grèce ancienne et chronologie de l’histoire grecque

2° La Grèce archaïque, d’après les poèmes homériques et les fouilles

3° La Grèce du VIIIe au Ve siècle : les cités grecques (exemple : Sparte et Athènes) ; la religion grecque ; les guerres médiques

4° La Grèce aux Ve et IVe siècle : l’apogée de la civilisation grecque ; la décadence politique de la Grèce

5° La conquête macédonienne, l’empire d’Alexandre ; la civilisation hellénistique

6° Ce que nous devons à la Grèce ancienne.

 

Classe de Cinquième

Rome et débuts du Moyen-Âge jusqu’en 987

 

Premier trimestre

  1. Rome jusqu’à la fin de la République (29 avant J.C.)

1° L’Italie primitive et les débuts de Rome (depuis sa naissance jusqu’à la fin de la royauté)

2° La conquête et l’organisation de l’Italie par Rome (VIe au IIIe siècle) : le gouvernement, la société et la religion au IIIe siècle

3° La conquête des pays méditerranéens et de la Gaule (IIIe au Ie siècle), ses conséquences sociales, matérielles, morales et politiques

4° Les crises de la République : les Gracques, Marius et Sylla, César, Octave

 

2e trimestre : Rome sous l’Empire (29 avant J.C. – 395)

1° Auguste et la fondation de l’Empire

2° L’Empire au Ier siècle 

3° L’Empire aux IIe et IIIe siècles

4° La civilisation romaine sous le Haut-Empire

5° Les débuts du christianisme

6° Le Bas-Empire, les grands Empereurs, la civilisation

7° Les Barbares et la fin de l’Empire

8° Ce que nous devons à Rome

 

3e trimestre : Les débuts du Moyen-Âge jusqu’en 987

1° L’Europe après les invasions barbares

2° Les Francs en Gaule ; Clovis et la royauté mérovingienne

3° L’empire et la civilisation de Byzance

4° L’Empire et la civilisation arabe

5° L’Empire carolingien et la civilisation carolingienne

6° La décomposition de l’Empire des Carolingiens

 

Classe de Quatrième

Le Moyen-Âge 987-1492

 

1er trimestre : la Société féodale (Xe-XIIe siècles)

1° L’Europe occidentale à l’avènement des Capétiens

2° Le système féodal, la société féodale, l’Église dans le monde féodal

3° La monarchie capétienne de 987 à 1180

4° L’Angleterre de 1066 à 1189

5° L’art roman et les débuts de l’art gothique

6° Les grands conflits du monde féodal : les trois premières Croisades, la Querelle des Investitures.

 

2e trimestre :

L’épanouissement de la civilisation médiévale en Europe occidentale (XIIe-XIVe siècles)

1° La lutte du Sacerdoce et de l’Empire

2° Les difficultés de l’Eglise au XIIIe siècle, les dernières croisades, les hérésies, les ordres mendiants

3° La France de Philippe-Auguste à Philippe le Bel

4° L’Angleterre au XIIIe siècle

5° La vie économique (de la fin du XIIe siècle au XIVe siècle)

6° L’essor des villes et le mouvement communal

7° La société

8° Les universités et la vie intellectuelle

9° Les arts (art gothique, art musulman)

 

3e trimestre : Vers les Temps modernes (XIVe – XVe siècles)

1° Les Valois et la Guerre de Cent ans

2° Les progrès de la monarchie française à la fin de la Guerre de Cent ans, sous Louis XI et sous le gouvernement des Beaujeu

3° Les transformations de l’Europe (Saint-Empire, Italie, Espagne, Angleterre) aux XIVe et XVe siècles

4° L’Église aux  XIVe et XVe siècles

5° Les transformations de l’Asie depuis le XIIIe siècle

6° L’héritage du Moyen-Âge

 

Classe de Troisième

 

1er trimestre : Le XVIe siècle

1° L’Europe à la fin du XVe siècle : état politique, religieux, économique, les guerres d’Italie

2° Les grandes découvertes des XVe-XVIe siècles et l’expansion coloniale

3° La France sous François Ier et Henri II : gouvernement, vie économique, lutte contre la maison d’Autriche

4° L’Humanisme, la Renaissance intellectuelle et artistique

5°  La réforme protestante dans l’Empire, en France, en Angleterre. La réforme catholique. Les guerres de religions en France

6° L’Espagne sous Philippe II, l’Angleterre sous Élisabeth

 

2e trimestre : Le XVIIe siècle

1° Henri IV et la réorganisation de la France

2° Louis XIII et Richelieu

3° Les débuts du règne de Louis XIV, Mazarin

4° La Guerre de Trente ans

5° L’Angleterre et les Pays-Bas au XVIIe siècle

6° Le règne personnel de Louis XIV : histoire intérieure et extérieure, la société, la civilisation intellectuelle, artistique, scientifique

7° Les transformations de l’Europe (Prusse, Autriche, Turquie, Suède, Russie) vers la fin du XVIIe siècle

 

3e trimestre : Le XVIIIe siècle

1° La France sous Louis XV : histoire intérieure et extérieure

2° L’Angleterre au  XVIIIe siècle : formation du régime parlementaire, transformations économiques et sociales

3° L’évolution des idées au XVIIIe siècle : le mouvement intellectuel et artistique, les progrès scientifiques et techniques

4° Le despotisme éclairé

5° Le règne de Louis XVI jusqu’en 1789 et la fin de l’Ancien Régime

6° Les questions coloniales au  XVIIIe siècle (la rivalité franco-anglaise, le soulèvement des colonies américaines)

7° L’Europe à la veille de la Révolution française.

 

Classe de Seconde

1789-1871

 

1er semestre :

  1. La Révolution et l’Empire (1789-1815)

1° La France en 1789 (organisation politique et administrative, la société, l’esprit public)

2° Les États généraux et l’Assemblée constituante

3° L’Assemblée législative ; histoire intérieure et extérieure

4° La Convention : histoire intérieure et extérieure

5° Le Directoire : histoire intérieure et extérieure

6° Le bilan, actif et passif, de la Révolution française

7° Le Consulat : histoire intérieure et grandes lignes de la politique extérieure 

8° Le Premier Empire : histoire intérieure et politique extérieure

9° Le Congrès de Vienne et les remaniements territoriaux

10° La civilisation européenne à l’époque napoléonienne

 

2ᵉ semestre : 1815-1871

1° La France de 1815 à 1848

2° L’Europe de 1815 à 1848

3° Les transformations économiques et sociales et le mouvement intellectuel en Europe de 1815 à 1848

4° Les révolutions de 1848

5° La Seconde République

6° Le Second Empire : histoire intérieure et extérieure

7° La formation de l’unité italienne et de l’unité allemande

8° L’Angleterre, l’Autriche, la Russie du milieu du XIXe siècle jusque vers 1871

9° L’Église sous Pie IX

10° Les transformations économiques et sociales et le mouvement intellectuel en Europe de 1848 à 1871

11° L’expansion européenne à l’époque du libéralisme économique

12°Les États-Unis de 1787-1865

 

Classe de première

De 1871 à 1945

1er semestre : De 1871 à 1914

La France de 1871 à 1914 : histoire intérieure (évolution politique, économique et sociale, et expansion coloniale)

Les principaux États européens (Angleterre, Allemagne, Autriche, Hongrie, Russie) jusqu’en 1914

Les États-Unis de 1865 à 1914

La Chine et le Japon du milieu du XIXe siècle à 1914

Le mouvement intellectuel, scientifique, artistique (principalement en France) de 1871 à 1914

Les relations internationales de 1871 à 1914

 

2e semestre : De 1914 à 1945

La guerre de 1914-1918 et les traités de paix. La Société des Nations

Les nouveaux aspects de l’Europe après 1918 (les dictatures, les démocraties)

Les problèmes internationaux (politiques et économiques) de 1918 à 1939

La guerre de 1939-1945 et ses premières conséquences

Le monde en  1945

 

Classes terminales 

Le monde contemporain

 

I/ Introduction 

Conception et sens de ce programme (Cette introduction devra, tout d’abord, définir la notion de civilisation; puis elle soulignera, en l’expliquant, la forme à donner à l’étude envisagée, qui comportera, pour chacun des ensembles énumérés ci-après, trois éléments essentiels : fondements, facteurs essentiels de l’évolution, aspects particuliers actuels de sa civilisation).

II / Le monde occidental

  1. a) Fondements et évolution de sa civilisation (la tradition gréco-romaine, la tradition chrétienne et médiévale, la tradition révolutionnaire et libérale, la révolution industrielle)
  2. b) Aspects particuliers actuels de sa civilisation : Europe occidentale, Amérique anglo-saxonne, Amérique latine

III / Le monde soviétique

  1. a) Fondements et évolution de sa civilisation (la tradition chrétienne et byzantine, les influences asiatiques, les influences occidentales jusqu’au XXe siècle, l’influence marxiste)
  2. b) Aspects particuliers actuels de sa civilisation : URSS, démocraties populaires

IV/ Le monde musulman

  1. a) Fondements et évolution de sa civilisation (l’Islam, les influences iraniennes, égyptienne, turque, espagnole)
  2. b) Aspects particuliers actuels de sa civilisation : les pays du Moyen-Orient, le Pakistan, l’Insulinde, les pays d’Afrique du Nord

V/ Le monde extrême-oriental

  1. a) Fondements et évolution de sa civilisation
  2. b) Aspects particuliers actuels de sa civilisation : Chine, Japon, Indochine, sauf Cambodge

VI/ Le monde asiatique du Sud-Est

  1. a) Fondements et évolution de sa civilisation (le bouddhisme, le brahmanisme, les influences européennes)
  2. b) Aspects particuliers actuels de sa civilisation

VII / Le monde africain noir

  1. a) Fondements et évolution de sa civilisation
  2. b) Aspects particuliers actuels de sa civilisation

 

 

Modifications du programme d’histoire de l’enseignement du second degré dans les classes de seconde, première et terminale

Arrêté du 9 juin 1959

BOEN N°13, 29 juin 1959

 

Classe de seconde

 

1er semestre : Le début sans changement

  1. la civilisation européenne à l’époque napoléonienne.

 

2e semestre :

  1. b) De 1815 à 1848 
  2. Le congrès de Vienne et les remaniements territoriaux
  3. La France de 1815 à 1830
  4. L’Europe de 1815 à 1830
  5. L’émancipation de l’Amérique latine
  6. La monarchie de Juillet (1830-1848)
  7. L’Angleterre et son Empire de 1815 jusqu’au milieu du XIXe siècle
  8. L’Europe de 1830 à 1848
  9. Le progrès scientifique et technique, les transformations économiques et sociales et le mouvement intellectuel en Europe de 1815 à 1848
  10. Les États-Unis de 1787 à 1865.

 

Classe de première

 

1er semestre : L’Europe de 1848 à 1914

  1. La révolution de 1848 en France et la Seconde République
  2. Les révolutions de 1848 en Europe et leurs conséquences
  3. Le Second Empire : histoire intérieure et extérieure
  4. La formation de l’unité italienne et l’unité allemande
  5. La France de 1871 à 1914 (histoire intérieure)
  6. Histoire intérieure des principaux États européens (Angleterre, Allemagne, Autriche-Hongrie, Italie, Russie) de 1871 à 1914

 

2e semestre : Le monde de 1848 à 1914

  1. L’expansion européenne, sous ses diverses formes, de 1848 à 1914. Les Empires coloniaux.
  2. Les États-Unis d’Amérique de 1865 à 1914
  3. L’Extrême-Orient du milieu du XIXe siècle à 1914
  4. L’Église catholique du milieu du XIXe siècle à 1914
  5. Les relations internationales de 1871 à 1914
  6. Les grands courants d’idées et le mouvement intellectuel, scientifique, technique, artistique de 1848 à 1914. Les transformations économiques et sociales de 1848 à 1914.

 

Classes terminales

Le monde contemporain

 

1er trimestre : La naissance du monde contemporain (1914 à nos jours) 

  1. La première guerre mondiale et les traités de paix. La Société des Nations
  2. Les nouveaux aspects du monde depuis 1918 (les dictatures, les démocratie), évolution intérieure des principaux États.
  3. Les problèmes internationaux (politiques et économiques) de 1918 à 1939
  4. La Seconde guerre mondiale et ses conséquences

 

2e et 3e trimestres : Les civilisations du monde contemporain

  1. Définition de la notion de civilisation (envisagée sous toutes ses formes : humaine, politique, technique, économique, sociale, intellectuelle, spirituelle)
  2. Le monde occidental
  3. Le monde communiste européen
  4. Le monde musulman
  5. Le monde de l’Océan Indien et de l’Océan Pacifique
  6. Le monde africain noir
  7. Les grands problèmes mondiaux du moment. Les antagonismes et les éléments d’unité (la diffusion des techniques modernes, les grands courants d’idées, les institutions et la coopération internationales)

 

 

 

Programmes d’histoire du premier cycle du second degré

Arrêté du 7 mai 1963 et note du 1 juin 1963.

BOEN n°22, 30 mai 1963, p. 1260-1261, p. 1268-9

 

Classes de Sixième

 

Premier semestre

  1. Définition et utilité de l’histoire

Notions générales de chronologie. Les générations, les siècles; les ères, les grandes périodes

Préhistoire et histoire

  1. Notions sommaires sur les transformations et progrès de l’humanité au cours des temps préhistoriques
  2. Les grandes civilisations de l’Orient méditerranée (replacées dans leur cadre chronologique et géographique) :

– La civilisation des Égyptiens

– La civilisation des Mésopotamiens

– La civilisation des Hébreux

– La civilisation des peuples de la mer (Crétois et Phéniciens)

– La civilisation des Perses

Ce que nous devons à ces civilisations

 

Deuxième semestre :

  1. la Grèce

1° Géographie de la Grèce ancienne et chronologie de l’histoire grecque

2° La Grèce archaïque, d’après les poèmes homériques et les fouilles

3° La Grèce du VIIe au Ve siècle : les cités grecques (exemple : Sparte et Athènes), la religion grecque, les guerres médiques

4° La Grèce aux Ve et IVe siècles : l’apogée de la civilisation grecque ; la décadence politique de la Grèce

5° La conquête macédonienne, l’empire d’Alexandre ; la civilisation hellénistique

6° Ce que nous devons à la Grèce ancienne

 

Classe de Cinquième

Rome et le Moyen-Âge jusqu’en 1328

 

Premier semestre

  1. Rome

1° L’Italie primitive et les débuts de Rome (depuis sa naissance jusqu’à la fin de la royauté)

2° La conquête et l’organisation de l’Italie par Rome (VIe au IIIe siècle) : le gouvernement, la société et la religion au IIIe siècle

3° La conquête des pays méditerranéens et de la Gaule (IIIe au Ier siècle), ses conséquences sociales, matérielles, morales et politiques

4° Les crises de la République : les Gracques, Marius et Sylla, César, Octave

5° Auguste et la fondation de l’Empire

6° L’Empire au Ier siècle

7° L’Empire aux IIe et IIIe siècles

8° La civilisation romaine sous le Haut-Empire

9° Les débuts du christianisme

10° Le Bas-Empire et sa civilisation

11° Les Barbares et la fin de l’Empire

12° Ce que nous devons à Rome

 

Deuxième semestre.

  1. Le Moyen-Âge jusqu’en 1328

1° Les Francs en Gaule ; Clovis et la royauté mérovingienne

2° L’empire et la civilisation de Byzance

3° L’Empire et la civilisation arabes

4° L’Empire carolingien et la civilisation carolingienne

5° La décomposition de l’Empire des Carolingiens

6° L’Europe occidentale à l’avènement des Capétiens

7° Le système féodal, la société féodale, l’Église dans le monde féodal

8° Les grands conflits du monde féodal : les Croisades, les papes et les empereurs

9° La France et l’Angleterre du XIe au XIVe siècle, la monarchie capétienne, la monarchie anglaise, les rapports entre les deux pays

10° L’évolution de la civilisation médiévale. La vie économique; organisation et condition du travail. L’essor des villes et le mouvement communal. Les universités. L’art roman et l’art gothique

 

Classe de Quatrième

La fin du Moyen-Âge et l’époque moderne

 

  1. Du XIVe siècle à 1610

1° Les Valois et la Guerre de Cent ans

2° Les progrès de la monarchie française à la fin de la Guerre de Cent ans et sous Louis XI

3° Les transformations de l’Europe (Saint-Empire, Italie, Espagne, Angleterre) aux XIVe et XVe siècles. Les grands courants économiques et les marchés. Les aspects nouveaux de la civilisation

4° L’Église aux  XIVe et XVe siècles

5° L’héritage du Moyen-Âge

6° Inventions et découvertes des  XVe et XVIe siècles ; l’expansion coloniale

7° La France sous François Ier et Henri II : gouvernement, vie économique, lutte contre la maison d’Autriche

8° La Renaissance

9° La réforme protestante et la réforme catholique

10° L’Espagne du « Siècle d’or » ; l’Angleterre d’Élisabeth

11° Le règne d’Henri IV

 

  1. Le XVIIe et le début du XVIIIe siècle (jusqu’en 1715)

1° L’organisation de l’autorité royale en France : Louis XIII, Richelieu, Mazarin

2° L’établissement de la prépondérance française en Europe : la Guerre de Trente ans, les traités de Westphalie et des Pyrénées

3° L’Angleterre au XVIIe siècle

4° Les Provinces-Unies au XVIIe siècle

5° La France sous Louis XIV et la monarchie absolue ; le gouvernement ; les classes sociales, la vie quotidienne ; la politique économique ; Colbert (les manufactures, les grandes compagnies de commerce; les colonies) ; les affaires religieuses ; la France à la mort de Louis XIV

6° Le mouvement intellectuel en Europe au XVIIe siècle ; les lettres, les arts, les sciences

 

Classes de Troisième

De 1715 à 1870

 

  1. Le XVIIIe siècle (depuis 1715)

1° La France sous Louis XV : le déclin de l’absolutisme; les transformations sociales et économiques; les conditions de vie des classes sociales ; les idées philosophiques et politiques

2° Les transformations de l’Europe au  XVIIIe siècle ; progrès techniques et naissance de la grande industrie en Angleterre ; l’avènement de la Prusse et de la Russie comme puissances européennes ; le déclin de la Suède et de la Pologne ; le développement des puissances maritimes et coloniales (Pays-Bas et Angleterre) depuis le  XVIe siècle ; rivalité maritime et coloniale franco-anglaise

3° La formation des États-Unis d’Amérique

4° Le déclin de l’Ancien Régime ; le despotisme éclairé, les tentatives de réforme, notamment en France (Louis XVI, Turgot et Necker)

5° Le rayonnement intellectuel et artistique de la France, les sciences, les lettres, les arts au XVIIIe siècle 

6° L’Europe à la veille de la Révolution française

 

  1. La Révolution et l’Empire (1789-1815)

1° Causes profondes et origines immédiates de la Révolution française. Les cahiers de doléances

2° Les États généraux et l’Assemblée constituante

3° L’Assemblée législative ; histoire intérieure et extérieure

4° La Convention : histoire intérieure et extérieure

5° Le Directoire : histoire intérieure et extérieure

6° Le bilan, actif et passif, de la Révolution française

7° Le Consulat : histoire intérieure et grandes lignes de la politique extérieure

8° Le Premier Empire : histoire intérieure et politique extérieure

9° L’organisation de l’Europe nouvelle en 1814-1815 : le Congrès de Vienne et les systèmes d’alliances

 

  1. De 1815 à 1870

1° La France de 1815 à 1870 : l’évolution politique ; les progrès scientifiques et techniques ; les transformations économiques et sociales ; le mouvement intellectuel

2° L’Europe de 1815 à 1870 : les révolutions de 1848, l’unité italienne ; l’unité allemande ; l’évolution politique, économique et sociale de l’Angleterre, de l’Autriche et de la Russie ; la question de l’Orient

3° L’Amérique de 1815 à 1870 : l’émancipation de l’Amérique latine, l’évolution des États-Unis (depuis les origines)

 

Instructions du 7 mai 1963

 

            Les programmes entrés en vigueur à partir de 1957 ont été généralement bien accueillis par les professeurs chargés de l’enseignement de l’histoire dans les établissements du second degré ; si nous sommes amenés à les reconsidérer aujourd’hui, ce n’est pas qu’on mette en doute leur intérêt et leur valeur intrinsèque. Mais la réforme générale de l’enseignement qui est en voie de réalisation est un fait, il est par conséquent indispensable que les programmes d’Histoire soient refondus pour tenir compte des nouvelles structures. Il n’est pas question de réduire l’importance de l’enseignement historique, de méconnaître sa valeur de culture ni son rôle dans le développement des qualités intellectuelles de nos élèves. Bien au contraire, il faut que le professeur d’histoire puisse contribuer efficacement à la formation et à l’orientation des élèves dans le cadre de la nouvelle organisation de l’enseignement.

 

Il paraît souhaitable que, jusqu’à l’heure de l’orientation définitive, les élèves reçoivent un enseignement historique uniforme et que, par la suite, les programmes se diversifient en fonction de la durée, de la nature et des caractères de l’enseignement propres aux différentes options […]. D’autre part, il convient de respecter à la fois le principe de la continuité historique et le souci d’initier les élèves à l’Histoire des civilisations. Enfin, il faut que le niveau corresponde aux aptitudes des élèves suivant leur âge et leur degré de développement intellectuel. Aussi bien, la nouvelle refonte des programmes ne saurait-elle être considérée comme un retour pur et simple à la situation d’avant 1957.

 

[…] Répartition suivante :

Sixième à la troisième : enseignement continu de la Préhistoire au XIXe siècle

[…]. Cette étude sera moins approfondie qu’en appliquant les programmes de 1957, mais les élèves y apprendront le sens de la continuité historique, les cadres chronologiques fondamentaux, les faits essentiels et les grands courants de civilisation replacés avec précision dans le temps et dans l’espace.

Dans le second cycle, l’enseignement classique, moderne et technique, long ou court, prenant leur physionomie particulière, les programmes seront différenciés.

Dans l’enseignement long, on se consacrera à l’étude de l’histoire contemporaine et à celle des grandes questions intéressant l’histoire générale des civilisations  […]. 

 

 

Programmes applicables à titre transitoire dans les classes de terminales

en 1965-1966

BOEN N°30, 26/8/1965

Annexe II, Christian Fouchet, p. 1743

 

Horaire hebdomadaire 2heures

 

Classe de philosophie :

Programme actuel dont on supprimera dans les « civilisations du monde contemporain » :

L’Amérique latine

L’Islam indonésien

Madagascar

L’Indochine

Le monde africain noir

 

Programme des classes terminales

Le monde contemporain

Arrêté du 9/6/1959, circulaire n°65-318 du 18/8/1965, circulaire n°IV 67-309 du 13/7/1967

Source : Histoire, géographie, initiation aux faits économiques et sociaux, horaires, programmes et instructions, 1968, Publications du MEN, IPN, brochure n°68

 

Premier trimestre : Naissance du monde contemporain (de 1914 à nos jours)

  1. La première guerre mondiale (1914-1918) et les traités de paix. La Société des nations.
  2. Les nouveaux aspects du monde depuis 1918 (les dictatures, les démocraties), évolution intérieure des principaux États
  3. Les problèmes internationaux (politiques et économiques) de 1918 à 1939
  4. La Seconde Guerre mondiale (1939-1945) et ses conséquences

 

Deuxième et troisième trimestres : Les civilisations du monde contemporain

2e trimestre 

  1. Définition de la notion de civilisation (envisagée sous toutes ses formes : humaine, politique, technique, économique, sociale, intellectuelle et spirituelle)
  2. Le monde occidental
  1. a) Fondements et évolution de sa civilisation (la tradition gréco-romaine, la tradition chrétienne et médiévale, la tradition révolutionnaire et libérale, la révolution industrielle)
  2. b) Aspects particuliers actuels de sa civilisation : Europe occidentale, Amérique anglo-saxonne
  1. Le monde communiste européen
  1. a) Fondements et évolution de sa civilisation (la tradition chrétienne et byzantine, les influences asiatiques, les influences occidentales jusqu’au XXe siècle, l’influence marxiste)
  2. b) aspects particuliers actuels de sa civilisation : URSS, démocraties populaires

3e trimestre

  1. Le monde musulman
  1. a) Fondements et évolution de sa civilisation (l’Islam, les influences iraniennes, égyptienne, turque, espagnole)
  2. b) Aspects particuliers actuels de sa civilisation : les pays du Moyen-Orient, le Pakistan, les pays d’Afrique du Nord

 

  1. Le monde de l’Océan Indien et de l’Océan Pacifique
  1. a) Fondements et évolution de sa civilisation (les coutumes et les religions traditionnelles, les influences européennes)
  2. b) Aspects particuliers actuels de sa civilisation : Chine, Japon, Union indienne
  1. Les grands problèmes mondiaux du moment 

Les antagonismes et les éléments d’unité (la diffusion des techniques modernes, les grands courants d’idées, les institutions et la coopération internationale)

 

Programmes pour le second cycle

Projets de l’Inspection générale de 1964

Source : Fonds Braudel, Bibliothèque de l’Institut

 

Classe de Seconde

1/ La civilisation grecque à son apogée :

Athènes au Ve et VIe siècles : développement économique, institutions sociales et politiques, vie religieuse, intellectuelle et artistique (8 leçons)

2/ Les civilisations de Rome :

La République romaine au IIe siècle avant J.C. et les raisons de sa décomposition ; la pax romana sous l’Empire : le pouvoir impérial, la société, les lettres et les arts, urbanisme et monuments romains ; le christianisme : naissance et diffusion (10 leçons)

3/ Les civilisations byzantines et musulmanes :

Byzance au temps de Justinien, le droit, l’art, le rayonnement de Byzance ; l’Islam : religion et civilisation musulmanes (caractères et expansion au Moyen-Âge) (4 leçons)

4/ La civilisation occidentale au Moyen-Âge XIIe-XIIIe siècles :

Sociétés féodales et seigneuriales, Église et vie religieuse, caractères et résultats des Croisades, épanouissement de la civilisation occidentale aux XIIeet XIIIe siècles, développement économique, évolution sociétale, le mouvement communal, vie intellectuelle, l’Université, art roman, art gothique, développement des institutions monarchiques en France et en Angleterre (10 leçons)

5/ Élargissement des horizons (10 leçons)

6/ Civilisations extra-européennes : amérindienne, asiatique, africaine

7/ La civilisation classique (6 leçons)

8/ Esprit de progrès et les révolutions (15 leçons)

 

Classe de Première

Legs du passé et évolutions du monde entre 1848 et 1914 (2 leçons)

Partie 1 : Courants de la pensée, les découvertes scientifiques et leurs conséquences (10 leçons)

2/ Principes des nationalismes et libéralisme en Europe (1848-1914) (22 leçons)

3/ L’éveil et la montée de deux puissances : Russie, États-Unis (6 leçons)

4/ Interdépendance croissante des peuples et des nations (12 leçons)

5/ Les antagonismes : nouveaux caractères généraux des relations internationales 1871-1914 (12 leçons)

 

Classe de Terminales : Tableau du monde contemporain

1/ Le monde contemporain de 1914 à nos jours :

Première Guerre mondiale, nouveaux aspects du monde après 1918, les problèmes internationaux 1918-1939, la Seconde Guerre mondiale et ses conséquences

2/ Les grandes civilisations du monde contemporain

Ce qu’est une civilisation pour l’historien

Civilisations étudiées : Europe occidentale, nord-Américaine, Amérique latine, monde communiste européen, monde musulman, monde hindou, Afrique noire

 

Projet de programme élaboré par la Commission Renouvin (1967)

Source : Fonds Braudel, Bibliothèque de l’Institut 

 

Classe de Seconde : 1848-1914

1/ Cadres généraux : cadre mondial (1/3 du temps)

a/ Les forces : la révolution démographique dans l’Europe occidentale, développement économique, transformations sociales, forces religieuses, forces intellectuelles [annotation de Braudel : « je n’aime pas le mot de forces »]

b/ Les sociétés politiques : héritage de la Révolution française, liberté et questions du régime constitutionnel, droit de suffrage et principaux types de régimes électoraux, sentiment national et droit des nations, sentiment impérialiste

2/ L’Europe (1/3 du temps)

a/ La physionomie des grands États : il faut montrer quels ont été, dans chacun des grands États, les traits propres du développement démographique, économique, sociale, de la mentalité collective, les formes de la vie politique et les effets essentiels qui ont été accomplis pour accroître la puissance ou le rayonnement de l’Etat. La France sera placée au centre de cette étude qui portera sur les forces […], la vie politique […], l’impérialisme coloniale des grands États : Grande-Bretagne, Allemagne, Autriche-Hongrie, Russie

b/ Rivalités entre ces États […]

3/ L’Europe et le monde (1/3 du temps)

a/ Formes et méthodes de l’expansion européenne : aspects démographiques, économique et financier, religieux, diffusion des identités politiques

b/ Physionomie des grands États : États-Unis, Amérique latine, Chine, Japon

c/ Conséquences de l’expansion européenne dans les colonies

Conclusion : l’apogée de l’Europe en 1914

 

[Notes personnelles de Fernand Braudel concernant les programmes de cette commission : « Le programme de seconde : La naissance du monde actuel 1789-1914. Le programme sera conçu par grands chapitres : l’éveil des nationalités, l’essor du capitalisme et du socialisme, l’apparition des sociétés modernes, la montée des impérialismes jusqu’en 1914 ; Première : le monde actuel, passé (récent) et présent ; Terminales : les civilisations actuelles (fondements lointains y compris).]

 

Message de M. le Ministre de l’Éducation nationale sur le renouvellement de l’enseignement de l’histoire, de la géographie et de l’instruction civique (écrit par Jacques Bourraux et Suzanne Citron) lu à l’ouverture des journées d’études sur l’enseignement de l’histoire, la géographie et l’instruction civique de Sèvres (10 décembre 1968)

Source : Les Amis de Sèvres n°2, 1969, p.75

 

            « Vous voici réunis pour cette importante recherche des professeurs d’histoire, de géographie et d’instruction civique sur l’évolution de leurs enseignements.

            Vos conclusions pourraient avoir des répercussions, non seulement sur l’enseignement de vos disciplines, mais sur celle de l’enseignement secondaire tout entier, dont nous avons entrepris la nécessaire adaptation aux conditions d’une culture de masse.

            La finalité nouvelle d’un enseignement secondaire, dans une perspective d’éducation permanente, implique une redéfinition de son contenu. Celui-ci, délesté de sa surcharge encyclopédique, doit être repensé : les jeunes d’aujourd’hui ont des besoins nouveaux et doivent apprendre à participer de façon active et inventive au monde de demain. Pour cela, il est indispensable qu’ils acquièrent l’aptitude à s’informer et à analyser l’actualité, en la situant dans son arrière-plan historique et son contexte géographique.

            Il me semble donc qu’un véritable approfondissement de vos disciplines, répondant aux exigences pédagogiques et culturelles du dernier tiers de ce siècle, devrait tenir compte du développement des nouvelles sciences humaines et des nouvelles méthodes d’analyse du réel social, économique et politique. Il faudra accroître la liberté pédagogique des enseignants grâce à la suppression de la course au programme, afin qu’ils puissent consacrer un nombre plus important de séances aux chapitres qui rejoignent plus spécialement le domaine nouveau de l’actualité.

            Ainsi l’histoire, la géographie et l’instruction civique, disciplines d’éveil dans le premier cycle, contribueront dans le deuxième cycle à l’initiation des jeunes aux aspects politiques, économiques et sociaux du monde contemporain. Par le rôle majeur que vous, professeurs, pouvez jouer dans cette formation, une place de choix vous revient au sein d’un enseignement secondaire ouvert sur le monde ».

 

Edgar Faure

 

 

Programmes d’histoire, de géographie et d’instruction civique

dans les classes du premier cycle du second degré

Arrêté du 10 septembre 1969

BOEN N°37, 2 octobre 1969, p. 3041-3051

 

Pour les 6e et 5e : rentrée 1970

Pour les 4e et 3e : rentrée 1971

 

Classe de 6e : L’Antiquité

Introduction à l’histoire : la vie des hommes préhistoriques, l’histoire, générations, millénaires, dates

II/ l’Orient :

Trois types de civilisations : Égypte, Hébreux, un peuple de la mer

III/ La Grèce

Cadre géographique, Grèce homérique, religion grecque, colonisation grecque, guerres médiques et l’empire maritime d’Athènes, la vie des Spartiates et des Athéniens aux Ve et IVe siècles, l’Empire d’Alexandre et la civilisation hellénistique

IV/ Rome

L’Italie et les premiers habitants. Le site de Rome. Les débuts de Rome. La conquête de l’Italie. La République romaine : notions simples sur le gouvernement, la vie sociale, religieuse et matérielle au IIIe siècle avant J.C. Carte et chronologie sommaire de l’expansion romaine dans le bassin méditerranéen. La conquête de la Gaule. Les conséquences de ces conquêtes. Le déclin de la République et l’établissement de l’Empire. Quelques figures d’empereurs, la vie à Rome et dans les provinces sous le Haut Empire. 
Le déclin et la fin de l’Empire : apparition et diffusion du christianisme, les barbares.

 

Classe de 5e : Le Moyen-Âge

  1. Du Ve au XIe siècle :

L’essor de l’Orient.

L’Occident envahi et morcelé

Byzance et sa civilisation

L’Islam et la civilisation arabe

Les grandes invasions

Le morcellement de l’Occident

L’Empire de Charlemagne

La dislocation de l’Empire de Charlemagne et les nouvelles invasions

Naissance de la France et du Saint-Empire romain germanique

  1. L’essor de l’Europe occidentale (XIe-XIIIe siècles)

La société féodale

L’Église

La France et l’Angleterre du XIe au XIVe siècle

L’évolution de la civilisation, le développement économique et l’expansion des villes, la vie dans les campagnes et dans les villes, les universités, l’art roman et l’art gothique

  1. Les XIVe et XVe siècles

L’Occident en crise : épidémies, guerres, crises économiques, sociales et religieuses ; la guerre de Cent Ans et ses conséquences pour la France et l’Angleterre

L’Europe à la fin du XVe siècle : les États, les villes italiennes et les débuts de la Renaissance ; les nouvelles conditions économiques, que s’est-il passé dans les autres parties du monde ? (monde islamique et Extrême-Orient)

 

Classe de Quatrième

La Renaissance et les Temps modernes

 

  1. Le renouveau du XVIe siècle : les grands voyages de découverte, les empires coloniaux ; les transformations économiques et sociales ; l’Humanisme et la Renaissance ; la France pendant la première moitié du XVIe siècle et la lutte contre la Maison d’Autriche ; la Réforme protestante et la réforme catholique ; l’Espagne, l’Angleterre et la France dans la seconde moitié du XVIe et le début du XVIIe siècle
  2. Le XVIIe siècle : la République des Provinces-Unies, ses marchands et ses peintres ; l’Angleterre jusqu’en 1713 ; la marche vers la monarchie absolue en France : Louis XIII et Richelieu, Mazarin et la Fronde ; sens et résultats des grands conflits européens ; le règne de Louis XIV : l’absolutisme, la politique extérieure, la fin du règne et ses difficultés ; la vie dans les campagnes et dans les villes en France au XVIIIe siècle, la Renaissance catholique, le ; « Siècle de Louis XIV », Versailles
  3. Le XVIIIe siècle : techniques et découvertes nouvelles, les transformations économiques, l’essor colonial, la traite ; le nouveau visage de l’Europe, les principales puissances ; sens et résultats des grands conflits internationaux ; les lettres et les arts en France et en Europe ; une ou deux figures de despotes éclairés ;  la crise de la monarchie en France, les essais de réformes ; la naissance des États-Unis d’Amérique

 

Classe de Troisième

L’époque contemporaine

 

  1. La Révolution et l’Empire

Les grandes étapes et les grands hommes de la Révolution

Les grandes étapes du Consulat et de l’Empire, Napoléon

Le bilan de l’œuvre de la Révolution et de l’Empire

  1. Le XIXe siècle jusqu’en 1914

Les mouvements libéraux et nationaux, les révolutions de 1848

La formation de l’unité allemande et de l’Unité italienne

La révolution industrielle, la question ouvrière, le socialisme

L’évolution politique et sociale des grands États

L’Impérialisme européen

États-Unis et Extrême-Orient

Les conditions de vie des Français au début et à la fin du XIXe siècle

  1. De 1914 à nos jours

La guerre de 1914-1918 : ses causes, son déroulement, ses conséquences

L’Entre-Deux-Guerres : la révolution de 1917, l’URSS de Lénine à Staline, la crise économique et l’affaiblissement des démocraties, l’Italie et l’Allemagne totalitaires

La Seconde Guerre mondiale, causes et conséquences

L’opposition des blocs, la décolonisation, les caractères d’une nouvelle civilisation

 

 

Inspection générale d’histoire-géographie, Explication des programmes

BOEN N°37, 2 octobre 1969, p. 47 – 48

 

            En conformité avec la réforme de l’enseignement, dans le premier cycle, l’enseignement historique est conçu comme un tout homogène. Il conduit les élèves de la préhistoire à l’histoire contemporaine ; soit parce que certains d’entre eux quitteront l’école à la fin de la troisième, soit parce que dans les classes du second cycle, selon les diverses orientations et en raison de l’âge des élèves (16-18 ans), l’enseignement de l’histoire doit être conçu de façon différente, aussi bien dans ses programmes que dans ses méthodes.

            Au cours de l’enseignement primaire élémentaire, une histoire très simplifiée et très imagée a permis d’édifier peu à peu dans l’esprit des enfants la notion du temps, indispensable à un véritable enseignement historique. Celui-ci peut donc commencer en classe de Sixième. Les élèves du premier cycle sont des adolescents caractérisés, dans leur ensemble, par une intelligence encore très concrète, une vive curiosité, une ardente imagination, une excellente mémoire. On peut dire que c’est l’âge historique, par excellence, non seulement parce que l’adolescent, s’il est intéressé, est capable de beaucoup travailler et de beaucoup apprendre, mais aussi parce que, s’identifiant aux personnages historiques, il pénètre au plus vif du passé, il vit dans le passé (où il peut tout) de préférence au présent (où il est considéré comme bien peu). C’est l’âge où l’on est naturellement et successivement, selon les périodes étudiées, chevalier ou châtelaine, mousquetaire ou dame de cour, révolutionnaire ou chouan, etc.

C’est pourquoi, de la Sixième à la Troisième, on peut assigner à l’enseignement de l’histoire les objectifs immédiats suivants :

1° Présenter la fresque historique en longues périodes en y replaçant les faits les plus importants, en la ponctuant des dates essentielles ; ces faits et ces dates ayant une signification, un relief, un caractère concret et vivant tout particuliers.

2° Faire apparaître et revivre les grands personnages les plus significatifs d’une époque.

3° Évoquer les conditions de vie caractéristiques d’une époque […].

 

L’enseignement de l’histoire doit donc être concret, vivant, fondé sur les documents de toutes sortes, animé par les méthodes actives et aboutir à la connaissance des faits les plus importants et des dates essentielles, dates et faits bien situés dans le temps, solidement enracinés dans la mémoire et toujours mobilisables. Le programme ne fixe pas la liste de ces dates qu’il convient de choisir avec discernement et parcimonie dans l’énorme chronologie de l’histoire : il appartient aux équipes de professeurs de l’établir en libre discussion, quitte à en délibérer, le moment venu, avec l’inspecteur général ou l’inspecteur pédagogique régional […].

 

S’il convient de présenter l’ensemble de la fresque historique correspondant au programme et d’aborder les principaux thèmes indiqués, le professeur conserve à l’intérieur de ces grandes rubriques, en fonction des intérêts et du niveau de la classe, toute liberté de choix. Il peut insister plus particulièrement sur telle ou telle période, sur tel ou tel événement, sur tel ou tel fait, en ayant le souci d’intéresser, de faire comprendre et de bien fixer le minimum indispensable […].

 

Il est même admissible que certains professeurs tentent des expériences pédagogiques en dehors des programmes officiels. Ceux-ci maintiennent le récit continu, en longue période, qui donne aux élèves la nécessaire notion de l’enchaînement chronologique des faits (l’étude des changements dans le temps n’est-elle pas l’essence même de l’histoire ?) mais qui ménage les pauses permettant de saisir à une époque donnée les grands types de civilisation. Si certains professeurs sont tentés par la démarche des thèmes – c’est-à-dire des tableaux de civilisation choisis à des moments divers du passé, l’élément temporel n’étant plus fourni que par les contrastes entre les tableaux successifs -, ils pourront faire preuve d’initiative en dehors des chemins battus, mais en assumant toute leurs responsabilités d’éducateurs et en acceptant le contrôle de l’Inspection intéressée par tout progrès de l’enseignement […].

 

Programmes d’histoire, géographie, économie, éducation civique dans les classes de sixième et cinquième des collèges

Arrêté du 17 mars 1977, Michel Denieul

BO n°11, 24 mars 1977

 

Classe de Sixième

 

  1. Le milieu local
  2. L’homme dans différents milieux géographiques
  3. La Préhistoire et les grandes civilisations du monde méditerranéen antique :

Les origines de l’homme et la vie des hommes préhistoriques (prendre des exemples en France)

La civilisation de l’Égypte pharaonique

Les Hébreux

Athènes au Ve siècle avt. J.-C.

L’Empire romain au IIe siècle apr. J.-C. (s’appuie sur la Gaule romaine)

Les débuts du christianisme

La dislocation du monde antique

 

[…] La rencontre, au cours de ces périodes, de certains faits particuliers de civilisation, sera pour le professeur l’occasion d’effectuer avec ses élèves une « coupe » au travers de l’histoire générale, montrant l’évolution d’une technique ou d’une institution, des origines à nos jours. On renforcera ainsi, dans l’esprit des jeunes, la conscience du temps historique et la précision de son approche ; ce faisant, on leur donnera la possibilité de rattacher certains aspects de leur vie quotidienne à leurs études d’histoire. Les maîtres pourront choisir, par exemple, entre les sujets suivants :

– L’évolution de l’agriculture (de la Préhistoire à nos jours)

– L’histoire de l’écriture

– L’évolution de la façon de bâtir et l’architecture

– L’apparition et le développement des mythologies et des religions occidentales au cours des âges

– etc.

 

Classe de Cinquième

 

L’étude du IXe au XVIe siècle. On insistera sur :

– Naissance et développement de l’Islam ; la civilisation musulmane

– La civilisation occidentale du XIe au XIIIe siècle : s’appuyer sur l’exemple français

– Les civilisations extra-européennes : Inde, Chine, Amérique pré-colombienne

– Les grands voyages de découverte et l’expansion européenne

– Leurs conséquences en Europe et hors d’Europe (évolution démographique, transformations des économies et des sociétés, contacts entre civilisations)

 

Suivre également une évolution des origines à nos jours :

Transports et échanges

 

Enseignement de l’Histoire, de la Géographie, de l’Économie

et de l’Éducation civique dans les collèges

Circulaire n°77-163 (29 avril 1977)

BO n°22 ter, 9 juin 1977

 

Un enseignement de l’histoire et de la géographie, ouvert aux réalités politiques, économiques, sociales et culturelles, a pour fins :

– De répondre à la curiosité des élèves à l’égard du monde qui les entoure et, en développant le sentiment de solidarité avec les générations qui les ont précédés et les êtres qui vivent dans le même temps qu’eux, de favoriser la compréhension des autres dans le respect des différences

– De leur apprendre à se situer dans un monde en évolution, à mieux comprendre les problèmes qui s’y posent et, par là même, à exercer les droits et à respecter les devoirs de l’homme et du citoyen avec une conscience plus éclairée.

– De les aider à trouver dans le travail, comme dans les loisirs […] des possibilités d’enrichissement personnel et, au contact des œuvres artistiques notamment, une éducation de la sensibilité.

Cet enseignement apporte ainsi une contribution irremplaçable à la formation de tout citoyen, de tout homme.

 

Les objectifs suivants peuvent, dès lors, lui être assignés :

– Procurer progressivement la maîtrise de langages spécifiques […]

– Développer des aptitudes :

* aptitude à observer, analyser, interpréter, critiquer

* aptitude à établir des relations entre des faits de nature différente, à analyser une situation historique ou géographique saisie dans sa complexité et son évolution

* aptitude à réagir en face du flot d’informations apportées par les mass-media, c’est-à-dire à les critiquer, les trier, les organiser en un ensemble cohérent, à les confronter avec l’acquis de telle sorte que l’apport nouveau devienne élément d’une synthèse plus riche

* aptitude à l’autonomie, à l’autonomie dans le travail mais également dans la réflexion personnelle, permettant d’agir consciemment et librement

– Fournir les connaissances de base sans lesquelles ces aptitudes seraient inopérantes :

* notions fondamentales relatives aux civilisations

* repères précis dans l’espace et dans le temps susceptibles de constituer une grille de référence

* notions sur l’organisation de la vie en société et connaissances civiques indispensables au comportement de citoyen, de producteur, de consommateur […].

 

Aussi le programme doit-il satisfaire aux exigences suivantes :

  • Proposer un élargissement et un approfondissement du champ d’investigation. Élargissement vers les civilisations extra-européennes sans pour autant sacrifier la connaissance des racines de notre civilisation, ni celles des origines et de l’évolution de notre pays ; approfondissement, par une réflexion plus poussée, à partir des situations historiques et géographiques retenues, sur l’organisation des sociétés et des États et sur les mécanismes économiques […].
  • Alléger en même temps les contenus de manière à ménager le temps nécessaire à la pratique des méthodes actives indispensables au développement des aptitudes. D’où la nécessité de choix rigoureux.
  • Préserver l’esprit et les méthodes des sciences historique et géographique, en apportant un soin particulier à situer faits et idées dans le temps et dans l’espace ; en donnant le sens de la continuité, mais aussi celui de la relativité ; enfin en accoutumant les élèves à prendre toujours l’homme pour référence […].

 

Instructions :

[Durant le cycle d’observation,] on abordera des aspects essentiellement concrets, n’établissant pas obligatoirement entre les faits retenus des relations d’interdépendance, celles-ci étant difficiles à concevoir à cet âge […]. Histoire, géographie, sciences politiques, économiques et sociales, ne sont que des moyens au service d’une éducation globale, pour une meilleure connaissance de l’héritage culturel de l’humanité et du monde dans lequel vont vivre les élèves […]. La cohérence du programme lui fait une obligation de le traiter dans sa totalité, mais selon un ordre qu’il est libre de choisir. La nécessité de s’adapter au niveau inégal des élèves conduit naturellement le professeur à pratiquer une pédagogie différenciée. Horaires, programmes et documents sont les mêmes pour tous; les exigences, elles, ne peuvent l’être.

 

Étude du milieu local :

La prise de contact avec les institutions locales […] se fera de la manière la plus concrète possible. Ainsi seront présentés les mécanismes des élections municipales, le budget communal. Dans le même esprit, on s’efforcera de faire identifier les principaux agents économiques et ce travail sera l’occasion de donner un premier exemple de circuit économique. Il est enfin souhaitable que cette initiation fournisse aux élèves des informations pratiques susceptibles de les aider dans la conduite de leurs activités courantes. L’éducation du jeune consommateur et de l’usager des services publics trouve ici sa place.

 

Les initier au sens de la continuité historique :

La recherche de l’essentiel ne doit pas conduire à la mise en place de notions isolées. L’écueil serait en effet d’aboutir à une vision fragmentaire de l’histoire […].

Étude diachronique :

Un thème de ce genre permet en outre d’accéder à l’époque contemporaine et par conséquent d’établir la relation entre des faits historiques passées et des situations actuelles. L’accent est ainsi mis sur les permanences et les transformations caractéristiques de l’évolution historique.

 

Éducation civique :

Préparer le citoyen de demain aux droits et aux devoirs qui seront les siens en l’initiant aux mécanismes institutionnels, politiques, économiques et sociaux de la communauté petite ou grande dont il fait et fera partie […]. Il va s’agir de faire acquérir en premier lieu, et le plus concrètement possible, le sens de l’appartenance à une communauté, à travers les actes de la vie quotidienne. L’éducation civique aura-t-elle atteint son but si elle contribue à former un citoyen informé parce que sachant s’informer, mieux averti des réalités du monde contemporain et capable d’opérer des choix raisonnés.

 

Commentaire du programme de Sixième

Les questions historiques sont essentiellement centrées sur l’étude des civilisations anciennes du milieu méditerranéen.

            Les élèves issus de l’école élémentaire ont reçu, dans le cadre des disciplines d’éveil, une certaine initiation méthodologique et ont eu un premier contact avec l’histoire. Mais leurs connaissances sont fragmentaires. C’est dans le cycle d’observation qu’ils peuvent être initiés, par diverses approches, au sens de la continuité historique […]. Le sens de la continuité historique, la capacité de structurer le temps sont également développés grâce au choix d’un thème diachronique , d’une étude en très longue durée montrant l’évolution d’une activité, d’une technique des origines à nos jours […].

 

Commentaire du programme de Cinquième

[…] Le programme de Cinquième se propose d’élargir l’horizon des élèves au monde entier. Dans ces conditions, l’acquisition d’une bonne connaissance du globe terrestre, des localisations en particulier, revêt une grande importance […]. L’étude en longue durée proposée, centrée sur les transports et les échanges, permet la structuration du temps et l’émergence du passé dans le présent.  Elle permet également d’établir un lien original entre les diverses parties du programme.

            Les questions d’histoire retenues prolongent et précisent la prise de conscience et l’évolution historique amorcée en Sixième. À côté de l’étude de la civilisation occidentale du XIe au XIIIe siècle, on accordera la place qu’elles méritent aux autres civilisations. Il est particulièrement recommandé d’utiliser la riche iconographie disponible qui les concerne. En étudiant les aspects économiques de l’Occident médiéval, on cherchera à faire saisir la notion de régime économique.

 

Enseignement de l’Histoire, la Géographie, l’Economie et l’Education civique dans les classes de Quatrième et Troisième

Arrêté du 16 novembre 1978 ; Circulaire 78-401 16 novembre 1978

BO spécial n°1, 14/12/1978

 

Instructions 

[…] Développer le sens de la complexité des faits sociaux […], le sens de l’évolution dans le temps et de ses rythmes […]  et des relations réciproques qui les unissent […], le sens de la diversité dans l’espace  […], l’aptitude à utiliser les notions et les savoir-faire acquis en vue de l’exercice de leurs responsabilités de consommateurs, de futurs producteurs, de futurs citoyens […].

Recommandations générales :

Les élèves du cycle d’orientation traversent une phase délicate de l’adolescence. Il convient de s’appliquer à comprendre leurs difficultés et à chercher, en particulier, les meilleurs moyens de les intéresser, à leur proposer des activités personnelles – individuelles ou en groupe – qui leur permettent de s’exprimer […].

 

Classe de Quatrième

 

Commentaire du programme de Quatrième :

Le programme de la classe de 4e est consacré, pour l’essentiel, à l’étude de l’Europe […]. L’étude historique évitera l’encyclopédisme […]. En étudiant la Révolution française et l’Empire, on insistera sur les changements et les bilans sans procéder à un exposé détaillés des faits de cette période. Les acquis obtenus à partir de l’étude des thèmes diachroniques choisis en 6e et en 5e seront, naturellement, utilisés.

 

  1. L’espace européen : le milieu naturel ; le peuplement (partie géographie)

 

  1. Les grands traits de la civilisation en Occident du XVIe à la fin du XIXe siècle

– L’Ancien Régime : la vie dans les campagnes et dans les villes aux XVIe, XVIIe  et XVIIIe siècles. Ce sujet traité, autant que possible, à partir d’exemples locaux et régionaux, permettra d’attirer l’attention des élèves sur des réalités concrètes ; Renaissance et Réforme. Baroque et classicisme. On donnera sur les Réformes protestante et catholique des notions générales, adaptées à l’intérêt des élèves, et on marquera la coupure de l’Europe qui en résulte. L’étude du baroque et du Classicisme sera menée jusqu’à la fin du XVIIIe siècle.

– L’absolutisme et sa remise en cause : État, économie et société dans la France de Louis XIV ; l’Angleterre dans la seconde moitié du XVIIe siècle ; la crise de la monarchie française au XVIIIe siècle ; la naissance des États-Unis

– La révolution française : on ne retiendra que les grands moments et on insistera sur le bilan de la période révolutionnaire et napoléonienne.

– Le XIXe siècle : naissance et premiers développements de l’économie moderne ; les transformations de la société ; les grands traits et les résultats des mouvements libéraux et nationaux, la carte politique de l’Europe à la veille de la Première Guerre mondiale.

Certains traits de la civilisation occidentale ainsi étudiée seront replacés par le professeur dans le cadre d’une évolution générale, rappelant éventuellement des situations antérieures, et ouvrant également sur la période contemporaine. C’est ainsi que pourront être étudiées notamment les évolutions historiques des institutions relatives au gouvernement des États (types de pouvoirs, formes de la démocratie, constitutions, etc.) et aux catégories sociales.

 

  1. Activités et problèmes de l’Europe aujourd’hui

– Carte de l’Europe actuelle

– La CEE

– Quatre études en fonction d’un grand problème

– Une région en France

 

Classe de Troisième

 

Première partie : Analyse des grandes lignes de l’évolution du monde depuis 1914

  1. Le monde à la veille de la première guerre mondiale (rappel du tableau de l’Europe présenté en classe de 4e, situation des États-Unis, du Japon…, empires coloniaux)
  2. La Première Guerre mondiale : origines, grandes phases, bilan
  3. L’entre-deux-guerres : les nouveaux aspects de l’économie, la prospérité, la crise ; les démocraties : France, Grande-Bretagne, Etats-Unis ; les régimes dictatoriaux en Italie et en Allemagne ; l’Union soviétique
  4. La Seconde Guerre mondiale : origines, grandes phases, bilan
  5. Les transformations du monde depuis 1945 : la formation des blocs et l’évolution de leurs rapports, l’émancipation des peuples dépendants ; les pays capitalistes : États-Unis, Japon, France ; les pays socialistes : Union soviétique, Chine ; les problèmes de la croissance et du développement
  6. La civilisation aujourd’hui : la remise en cause des valeurs traditionnelles et les changements de la vie

 

Seconde partie :

  1. La France
  2. La CEE
  3. Les États-Unis et l’Union soviétique
  4. Les grandes institutions internationales : les Nations unies

 

Programmes des classes du second cycle des établissements expérimentaux visés par le décret 75-58 du 23/1/1975

Circulaire n°80-012 du 7/1/1980

 

Programme expérimental des classes de seconde

 

  1. Ce monde où nous vivons :

– Les cadres naturels

– Les structures démographiques, économiques, sociales et politiques

– Quelques exemples de sociétés caractéristiques des grands ensembles de civilisations

 

  1. La genèse du monde contemporain

– La révolution industrielle et ses conséquences à partir du milieu du XVIIIe

– Évolution de la société et de la vie quotidienne en Europe et plus précisément en France au XIXe siècle

– Les mouvements libéraux et nationaux au XIXe siècle

– Les grandes migrations au XIXe siècle, l’expansion coloniale, le partage du monde

– Les systèmes d’alliances et les oppositions à la veille de la Première Guerre mondiale

– Les grandes phases de la Première Guerre mondiale

 

Programme expérimental de classe de première

 

Première partie

  1. Le bilan de la Première Guerre mondiale (révolution russe inclue)
  2. L’évolution économique du monde entre les deux guerres : prospérité et crises
  3. Le heurt des doctrines et des États dans l’Entre-deux-guerres
  4. La Seconde Guerre mondiale : origines, grandes étapes et conséquences, le monde en 1945

 

Deuxième partie

  1. Les étapes de la décolonisation, les inégalités de développement
  2. Le Japon
  3. La Chine
  4. L’Inde
  5. Le Brésil ou le Mexique
  6. L’Algérie ou l’Égypte ou l’Iran
  7. La Côte d’Ivoire ou le Sénégal

Pour chacun des pays on envisagera les données géographiques, les mécanismes économiques, la société, les institutions politiques, les faits de civilisation.

 

Programme expérimental de classe de terminale

 

  1. La CEE

– Origines, mise en place de la communauté, les institutions

– Le cadre naturel et humain

– La puissance économique et ses composantes

– Fonctionnement et problèmes de la communauté

– Rapport avec pays tiers

 

  1. La France

– Le cadre naturel

– La vie politique sous la IVe et la Ve Républiques (aspects intérieurs et extérieurs)

– Les cadres de l’économie

– Les grands secteurs de l’économie

– Bilan et perspectives

– La France dans la CEE

 

  1. Les États-Unis

– Cadre naturel et humain, les grandes évolutions depuis 1945

– Les institutions et leur fonctionnement

– La puissance économique américaine

– Place et rôle des États-Unis dans le monde

 

  1. L’Union soviétique

– Cadre naturel et humain, les grandes évolutions depuis 1945

– Les institutions et leur fonctionnement

– La puissance économique soviétique

– Place et rôle de l’URSS dans le monde

 

  1. Les grands problèmes du monde actuel

– L’évolution scientifique, technique, économique et sociale depuis 1945

– La recherche d’un nouvel équilibre international depuis 1945

– Les relations internationales depuis 1945, la guerre froide, la coexistence pacifique, le rôle de l’ONU

– Les étapes de la décolonisation

– Les traits généraux de l’évolution économique et sociale du monde industrialisé

 

Finalités et objectifs de l’enseignement de l’histoire, de la géographie et de l’instruction civique dans les lycées

BO n°spécial 1, 5/3/1981

 

L’enseignement de l’histoire et de la géographie dans les lycées est orienté principalement vers la compréhension du monde actuel. Il est de ce fait étroitement lié à l’instruction et à la formation civiques. Ces finalités ne peuvent donc se différencier de celles exprimées pour les collèges : « Répondre à la curiosité des élèves à l’égard du monde qui les entoure… Apprendre à se situer dans ce monde, à mieux comprendre les problèmes qui s’y posent, à exercer les droits et respecter les devoirs de l’homme et du citoyen […].

 

Ces programmes ont pour finalité essentielle de permettre une mise en place et un approfondissement des connaissances, des concepts, du vocabulaire et des savoir-faire acquis au cours des études faites dans les collèges […]. Faut-il le répéter? Le document doit servir de point de départ et non, simplement, d’illustration a posteriori […].

 

Les professeurs garderont présent à l’esprit les objectifs suivants qui procèdent des finalités déjà indiquées :

– préparer les élèves à mieux comprendre le monde complexe du XXe siècle (programmes de première et terminale) par l’étude des origines et des composantes de plusieurs civilisations

– leur montrer, ce faisant, que la civilisation occidentale n’est pas unique, que d’autres groupes d’hommes ont vécu d’autres expériences, vécu d’autres évolutions, que leurs façons de penser peuvent être différentes des nôtres.

– les amener à prendre en compte le poids du passé, la différence des sociétés, des cultures, des mentalités dans le monde contemporain.

 

Pédagogie active à partir du document […]. En fonction de l’intérêt montré par les élèves ou de la convenance du professeur, il est toujours possible d’insister plus particulièrement sur tel ou tel sujet, mais afin d’éviter une histoire « en miettes » et d’assurer la cohérence de l’ensemble, il importe de traiter toutes les parties du programme, ne serait-ce que de façon succinte.

Il faut enfin rappeler qu’une connaissance historique ne prend toute sa signification que si elle s’insère dans une trame chronologique solidement établie et dans un espace bien structuré.

 

La troisième partie tend à insister sur le rôle essentiel joué par l’Europe dans le monde à la fin du XIXe siècle, mais plus encore à rappeler aux élèves (et les programmes de collège les y ont préparés) que des civilisations lointaines ont été et demeurent brillantes et respectables, qu’elles ont pu avoir des contacts anciens avec l’Europe, qu’elles ont réagi de façon différente face à l’expansion de celle-ci. Les transformations qui s’esquissent dans beaucoup de ces régions sont intéressantes à noter.

 

Classe de seconde

 

  1. Les fondements de la civilisation occidentale

Les étapes du peuplement européen, la mise en place des populations :

– Les apports anciens :

l’héritage gréco-romain, la Gaule romaine, les apports germaniques, le Christianisme (bases élémentaires de la doctrine chrétienne, art chrétien médiéval, les divisions de la chrétienté).

– Les conditions d’existence au Moyen-Âge et dans les Temps modernes

la vie au village du Xe au XIIIe siècle. Le développement des villes du XIIe au XVIIIe siècle.

– Grands courants de la pensée et de l’art, les progrès des sciences et des techniques dans les temps modernes.

La Renaissance intellectuelle et artistique en Italie et en France. La peinture française. La musique en Europe. Sciences et techniques au XVIIe – XVIIIe siècles. La philosophie des Lumières dans la société française du XVIIIe siècle.

– Naissance et évolution de l’État moderne.

La formation de l’État français. L’absolutisme en France. L’affirmation des droits de l’homme et de la souveraineté nationale. Les révolutions du XVIIIe siècle (indépendance des colonies anglaises d’Amérique ou bilan de la Révolution française).

 

  1. Économies, sociétés et nations à l’âge industriel

– Les transformations de l’économie : la révolution industrielle dans le Royaume-Uni et en France du milieu du XVIIIe siècle au milieu du XIXesiècle. L’évolution de la vie économique dans la seconde moitié du XIXe siècle.

– L’évolution de la société : la société française: permanences et transformations. L’art et la société au XIXe siècle. Le libéralisme. Les premières doctrines socialistes. Syndicalisme et socialisme à la fin du XIXe siècle.

– Les mouvements nationaux à la fin du XIXe siècle : 1848. l’unification de l’Italie. L’unification de l’Allemagne. Le problème des nationalités en Autriche-Hongrie.

– Les régimes politiques en Europe : la diversité des régimes politiques. Les progrès de la démocratie. Les régimes politiques en France de 1848 à 1914.

 

  1. L’Europe et les autres civilisations

– L’Europe dans le monde à la fin du XIXe siècle; les contacts avec les autres civilisations (hommes, idées, techniques, capitaux, …), les Empires coloniaux

– Présentation au choix d’une civilisation (monde musulman, Inde, Extrême-Orient, Afrique noire) : fondements, aire d’extension, apports culturels, contacts avec l’Europe et leurs conséquences.

 

Histoire, géographie, instruction civique

Classe de première, séries A, B, S

BO n°spécial 3, 22/4/1982

 

  1. Tableau du monde au début du XXe siècle

Carte politique

Grands traits de la vie économique, sociale, politique, culturelle

Tensions et alliances

 

  1. Caractères essentiels de l’évolution au XXe siècle

On se bornera à distinguer les grandes phases et à dégager les principaux traits, deux guerres mondiales, une paix fragile, le recul de l’Europe, les grandes transformations scientifiques et techniques, l’évolution générale de l’économie; les bouleversements démographiques, les transformations sociales; l’évolution culturelle, le développement des moyens d’information.

 

  1. La Première Guerre mondiale et l’Entre-Deux-guerres

La Première Guerre mondiale, les traités de paix.

Les révolutions russes de 1917. La formation de l’Union soviétique et son évolution jusqu’en 1941.

L’économie mondiale entre les deux guerres.

L’Italie et l’Allemagne

Les démocraties occidentales : Royaume-Uni, États-Unis, France

l’Extrême-Orient (Chine, Japon)

Les relations internationales

Tableau du monde en 1939

 

Instruction civique : le programme d’histoire permettra d’insister sur les droits de l’homme et sur les atteintes qu’ils subissent, les totalitarismes, le racisme.

 

Programmes des classes de terminale A, B, C, D

De la seconde guerre mondiale à nos jours

 

  1. La Seconde Guerre mondiale

Les grandes phases

Occupation et Résistance

La France pendant la guerre

Les règlements de l’après-guerre. Les organisations internationales (l’ONU et les organisations spécialisées)

 

  1. Les relations internationales

La formation des Blocs et la guerre froide

L’émancipation des peuples dépendants, l’émergence d’un Tiers-Monde

La coexistence pacifique et l’évolution des Blocs

Les conflits localisés

 

  1. Les transformations du monde contemporain

L’accélération des progrès scientifiques et techniques

Les transformations de l’économie mondiale

Développements inégaux et tensions

L’évolution démographique et les transformations sociales

Le mouvement des idées et les grands courants de la vie culturelle, la mondialisation de l’information.

 

  1. La France de 1945 à nos jours

 

  1. Les États-Unis, l’Union soviétique, la Chine, le Japon de 1945 à nos jours

Évolution intérieure, institutions, civilisations, influences.

 

  1. Carte du monde actuel

 

Instruction civique

La réflexion portera plus précisément sur :

– les institutions et la vie politique des pays étudiés et plus particulièrement la constitution française et son fonctionnement

– la communauté internationale : les organisations internationales et les organismes régionaux ; la défense des Droits de l’Homme ; les tentatives pour organiser un nouvel ordre économique mondial

 

L’instruction civique est intégrée dans l’enseignement de l’histoire et de la géographie. Elle doit les imprégner de son esprit. Elle doit familiariser les élèves avec les institutions et la vie politique des pays inscrits au programme. Elle doit être aussi une véritable éducation, qu’il s’agisse des Droits de l’Homme ou des problèmes de développement.

 

[…] Pour l’histoire du temps présent, les sources sont partielles, quelque fois partiales et le recul manque pour dégager l’essentiel de la masse des faits. Il convient donc de privilégier les structures et les tendances profondes. Il faut se borner aux faits établis, indiscutables, éviter les explications hâtives, simplistes ou manichéennes, ne pas hésiter à offrir éventuellement plusieurs interprétations possibles. Cette attitude réaliste doit permettre aux élèves de critiquer les informations reçues et de leur donner leur importance véritable. Il existe des ouvrages accessibles et sérieux qui permettent de dominer le programme […].

 

 

Préparation à la rentrée scolaire de 1986

Circulaire 85-472 du 20/12/1985

BO spécial n°1, 16 janvier 1986

 

En l’an 2000, 80 % des jeunes gens et des jeunes filles devront atteindre le niveau des classes de terminales des lycées, soit une proportion deux fois plus élevée qu’aujourd’hui […]. L’Éducation nationale doit, en valorisant le savoir et la culture, donner aux jeunes une bonne formation de base et jeter les fondements d’une solide formation professionnelle, former leur jugement et leur esprit critique, les éduquer à la liberté pour en faire des citoyens éclairés.

 

[…] L’Éducation nationale a besoin de professeurs compétents et dévoués au service de l’École de la République et des élèves […]. Un plan ambitieux de formation continue des enseignants de collège a été élaboré en 1985. Les objectifs de ce plan sont, d’une part, de former les enseignants à la didactique des disciplines et à la pédagogie différenciée, et, d’autre part, d’élever le niveau des connaissances de ceux des enseignants qui n’ont pu suivre un cursus universitaire […].

 

 

Rénovation des collèges.

Commentaire des programmes actuellement en vigueur

Circulaire 85-185 du 25/10/1985

BO n°38 31/10/1985

 

La rénovation de tous les collèges a pour objectif de donner à tous les élèves la formation générale nécessaire et d’accroître progressivement, de manière significative, le nombre des élèves qui suivront avec profit les enseignements des lycées. La modernisation des contenus d’enseignement constitue un élément fondamental de cette rénovation […]. L’application des nouveaux programmes sera progressive : à la rentrée 1986 en classe de sixième, 1987 en classe de cinquième, 1988 en classe de quatrième, à la rentrée scolaire 1989 en classe de troisième.

Ces nouveaux programmes ont fait l’objet des consultations nécessaires et seront publiés en livre de poche en décembre 1985 […].

 

Histoire

À l’issue de sa scolarité au collège, l’élève sera en mesure d’utiliser les connaissances, limitées mais sûres, qu’il a acquises sur le passé des sociétés humaines et de mettre en œuvre le raisonnement historique qu’il commence à maîtriser, afin de pouvoir comprendre les principaux aspects et les enjeux majeurs du monde actuel.

Il connaîtra les traits essentiels de l’évolution générale de l’humanité, les principales périodes de l’histoire, les événements majeurs qui l’ont marqué et qu’il situera sur une ligne du temps. Il connaîtra les caractéristiques des grandes civilisations méditerranéennes de l’antiquité, de la civilisation chrétienne de l’Europe occidentale, de la civilisation islamique, de quelques grandes civilisations extra-européennes. Il aura abordé l’histoire politique, économique, sociale et culturelle du XVIe siècle à nos jours. La connaissance de l’histoire de France, en particulier celle de nos républiques successives, devra être plus approfondie et bien structurée. Elle s’inscrira dans un contexte européen et mondial en montrant la nature des défis successifs auxquels, à chaque époque, la France a été confrontée.

 

Note de service 85-474 du 20/12/1985 annexée à la circulaire de préparation à la rentrée 1986 : Collèges

BO spécial n°1, 16 janvier 1986

 

[…] Au collège, les élèves doivent acquérir la culture nécessaire à tous durant leur vie, dans leur travail et leur existence de citoyen […].

L’enseignement de toutes les disciplines concourt à la réalisation de trois objectifs généraux retenus comme prioritaires :

– développer l’accès des élèves à la pensée logique ;

– apprendre à maîtriser la trilogie écrit, oral, image ;

– donner l’habitude du travail personnel

 

Histoire et géographie

Considérations générales. La seconde, classe « charnière »

BO spécial n°3, 9/7/1987

 

[…] Les objectifs généraux restent les mêmes – il s’agit toujours de la formation de l’homme, de l’acquisition d’une culture, de la maîtrise de modes de raisonnement et de savoir-faire – mais que distingue le niveau d’exigence intellectuelle et le rythme d’apprentissage.

Donner à chacun les éléments d’une culture historique et géographique indispensable à la compréhension du monde dans lequel il est appelé à agir, préparer le lycéen aux types d’exercices imposés au baccalauréat […].

 

Le programme d’histoire de la classe de seconde a été profondément remanié. Il appelle donc de la part des enseignants une lecture attentive et les invite à un effort renouvelé de réflexion sur les méthodes comme sur les contenus […]. L’ancien programme s’efforçait de concilier trois exigences : 

  • Familiariser l’élève par des retours sur un passé plus lointain avec la longue durée, lui faire prendre conscience de la profondeur dans le temps du champ de la causalité historique, dégager les racines de la civilisation contemporaine […]dans les héritages des anciennes civilisations
  • Préparer par l’étude systématique du XIXe siècle, de ses mythes fondateurs, des changements politiques, économiques et sociaux qu’il a apportés, à celle, plus approfondie, du XXe qui s’étendra sur les classes de première et terminale.
  • Présenter une civilisation extra-européenne dans ses rapports avec l’Europe dominante mais aussi dans ses valeurs propres et son épaisseur historique.

Transparent dans ses objectifs, séduisant dans sa formulation, ce programme avait éveillé chez les élèves comme chez les professeurs un intérêt certain.

 

Le nouveau programme renonce aux retours systématiques sur le passé européen ; il est désormais centré sur la France, l’Europe et le monde dans la période qui va de la Révolution française à la montée dans les dernières années du XIXe siècle des forces – impérialismes, socialismes, économie mondiale – qui annoncent le XXe siècle. Il est ainsi plus fermement articulé sur l’étude en première et en terminale du monde actuel.

 

Mais l’adoption d’une présentation plus « classique » ne doit pas faire trop rapidement conclure à l’abandon de certains principes qui inspiraient le programme antérieur : initiation des élèves à la longue durée, synthèse historique autour du concept de civilisation, ouverture aux cultures extra-européennes.

 

Le programme et sa lecture

[…] C’est toujours la construction du concept-clé de civilisation qui assure la cohérence entre ces réalités. Il ne s’agit donc pas de réduire l’histoire du XIXe siècle à celle des régimes ou des idéologies mais de mettre l’accent sur les problèmes de société, le changement économique et l’évolution culturelle […].

 

La Révolution, qui s’est voulue un commencement, survient dans un vieux pays […]. L’état de la France en 1789 est l’aboutissement d’une évolution multiséculaire […]. En inscrivant au programme la Révolution et l’Europe l’on entendait certes évoquer la « Grande Nation » et la conquête de l’Europe par les armes et les idées révolutionnaires. Mais il faut également y lire le mouvement inverse : le regard de l’Europe sur la Révolution qui n’éclaire pas seulement l’histoire des autres mais représente une lecture de notre propre histoire […]. Au siècle de l’Europe dominante, la tentation est grande de poser en simples termes de rapports de forces les relations entre l’Europe et le monde et de considérer ce dernier tantôt comme un théâtre d’opérations tantôt comme une toile de fond. On aura donc soin de faire toute sa place, à côté du phénomène colonial, à l’aventure intellectuelle (cf. l’invention de l’ethnologie) qu’a représenté pour les Européens la découverte des autres civilisations et l’exploration du monde au XIXe siècle. Ni la culture, ni l’art, ni la pensée de l’Europe ne peuvent se comprendre sans le regard porté sur les civilisations lointaines […].

La périodisation est un exercice difficile et toujours contesté. Au demeurant, une date qui convient à un pays ou à une approche politique ou économique et l’histoire peut ne revêtir aucune signification pour un autre pays ou pour une histoire de la culture […].

 

  1. De l’ancienne France à la Révolution française :

Deux questions à thème ouvrent le programme. Le propre de ces études thématiques est de laisser à l’enseignant une plus grande liberté dans le choix des approches et des méthodes. Ici, moins de cadres chronologiques et événementiels, peu de points de passage obligés. Il conviendra de mettre à profit la nature et la place dans le programme de ces questions pour roder les méthodes de travail de la classe, enrichir le vocabulaire relatif aux institutions et aux phénomènes sociaux et multiplier les travaux sur documents.

– La construction de l’État et les libertés dans l’ancienne France :

Il ne s’agit pas ici de retracer l’évolution politique et sociale de la France du Moyen-Âge à la veille de la Révolution et moins encore de refaire l’histoire des dynasties successives. Trois thèmes serviront de fils conducteur à ce retour sur le passé national : le territoire, l’État, les libertés

– Travail, techniques et société au XVIIIe siècle : tableau à la veille de la Révolution

  1. La Révolution française et l’Empire

En rupture avec le programme antérieur qui proposait en seconde un simple bilan de la Révolution française le nouveau programme redonne à la Révolution toute sa place. Il ne s’agit pas d’une concession à l’actualité du bicentenaire mais de retrouver avec des yeux neufs un lieu privilégié de notre mémoire.

Avec des yeux neufs : le libellé classique ne doit pas prêter à équivoque. La mention des acteurs de la Révolution et le découpage traditionnel ne signifient nullement qu’il faille désormais donner au récit la priorité sur la problématique. Encore convient-il de ne pas enlever à la Révolution la couleur de la vie pour la réduire à une épure théorique…

L’histoire de la Révolution s’est récemment enrichie de nombreux travaux, d’approches nouvelles et de quelques polémiques. Notre enseignement ne saurait y rester étranger. Une problématique renouvelée ne s’impose pas seulement pour des motifs d’ordre scientifique ; elle ne peut que renforcer l’intérêt des élèves pour l’étude d’une période essentielle à la compréhension du XIXesiècle et, au-delà, de l’histoire de notre temps.

Il appartient à chaque enseignant de choisir une problématique et de déterminer son itinéraire. Les références ne manquent pas […].

  1. La France, l’Europe et le monde au XIXe siècle

– Économies, sociétés et nations en Europe

– La France et les Français, les progrès de la démocratie

Il convient de donner à l’histoire nationale sa juste place. Si elle n’est plus le fil conducteur de l’histoire universelle, elle demeure l’exemple privilégié de l’action des idéologies et des phénomènes économiques et sociaux sur une société forgée sur une histoire commune […]. Le libellé de cette partie du programme […] invite dans le cadre général de cette chronologie des régimes à mettre l’accent sur des thèmes économiques, sociaux et culturels : évolution de la société, aménagement du territoire, progrès de la démocratie politique et sociale, mouvement des idées, regard de la France sur l’Europe et le monde.

– L’Europe et le monde : la découverte du monde ; culture européenne ; exploitation du monde

[…] Pour la première fois, le mot civilisation s’écrit au pluriel et, suivant l’expression de Lucien Febvre, l’immense empire de la civilisation se morcelle en provinces autonomes. Le moment est donc bien choisi pour présenter l’une de ces civilisations qui n’ont pas encore accédé au statut de puissance […]. Le choix proposé est assez ouvert pour que chacun puisse se déterminer en fonction de sa culture, de ses curiosités ou de ses centres d’intérêt […]. L’approche sera de préférence historique. On partira du moment où s’est opéré le contact avec l’Occident dans le cadre de l’expansion européenne du XIXe siècle pour montrer la profondeur historique de la civilisation étudiée et rappeler les étapes les plus significatives de son passé et les valeurs qu’elle incarne […].

 

Les méthodes

Une nouvelle approche de la discipline […] :

Au collège, l’objectif fondamental des programmes d’histoire était de dresser, au fil du temps, […] un inventaire de notre héritage. Au lycée, l’accent est mis sur l’étude plus approfondie des sociétés contemporaines, complexes dans leur organisation et soumises au changement accéléré.

Initiation historique […]. Il ne s’agit donc pas seulement de donner aux élèves la culture historique sans laquelle il n’est pas de citoyen conscient, mais de les faire participer, à travers l’enseignement, à l’aventure intellectuelle de l’historien.

Ce qui doit être communiqué n’est pas une compétence intellectuelle mais une attitude d’esprit.

A partir de la culture et des représentations des élèves, une progression méthodique conduira ces derniers à s’identifier dans leur comportement avec l’historien en face du réel :

– le consentement aux faits. L’histoire se fonde sur des documents et des témoignages ; elle n’est jamais une reconstruction idéologique ;

– la connaissance critique de la mémoire des sociétés. L’exercice de la mémoire collective est plus que jamais nécessaire dans les sociétés industrielles qui tendent à constituer un espace sans racines ni profondeur; l’historien, en comparant les témoignages et leurs interprétations, en confrontant les lectures que l’on peut faire d’un même événement, situe à leur place dans cette mémoire mythes et réalités ;

– la compréhension du présent à la lumière du passé […] en rendant plus intelligible le présent, d’accroître notre capacité à agir. L’Histoire est ainsi maîtresse de liberté.

– la rencontre et la compréhension de l’autre. En nous faisant sortir de nous-mêmes, l’Histoire enseigne, dans le temps comme dans l’espace, la différence;

-la capacité à construire une problématique propre aux sciences de l’homme […].

Le document

[…] L’utilisation du document n’a pas seulement pour objectif, en illustrant un enseignement, de le rendre plus concret et plus vivant; elle est aussi le moyen privilégié, en mettant l’élève en face de la matière première de l’Histoire, de lui faire comprendre et progressivement acquérir le comportement de l’historien […].

 

Histoire

Explicitation des connaissances et des méthodes exigibles des élèves

Classe de 6e

BO Spécial n°4 30/7/1987

 

En histoire, il convient d’élaborer une trame chronologique aux repères peu nombreux, bien connus des élèves et significatifs : événements marquants, faits de civilisation […].

 

  1. La préhistoire

Présentation sommaire de la préhistoire : la succession de ses civilisations, leurs acquis […]. Les élèves seront sensibilisés aux méthodes de l’archéologie. On présentera les deux civilisations essentielles de la préhistoire : la civilisation des chasseurs du Paléolithique, la civilisation des pasteurs et d’agriculteurs du néolithique […].

 

  1. Les anciennes civilisations de la Méditerranée

* L’Égypte

* Les Hébreux

* La civilisation de la Grèce classique, les grands traits de la civilisation hellénistique

* Rome : la République romaine, l’Empire romain (la paix romaine); la Gaule celtique et romaine

* Naissance et développement du christianisme

* La dislocation de l’Empire romain

 

  1. Anciennes civilisations de l’Asie : grands traits des civilisations de la Chine et de l’Inde

Pour chacune des deux civilisations, le cadre chronologique retenu par le professeur sera naturellement différent. Pour la Chine, il ne devra pas dépasser le XIIIe siècle (fin de la dynastie des Song).

Pour l’Inde, on se bornera à la période antérieure à l’expansion de l’Islam. Cela peut constituer l’occasion de mettre en évidence les différences dans le rythme des développements des civilisations méditerranéennes, chinoise et indienne.

Le temps qui pourra être consacré à l’étude de ces deux civilisations ne permettra pas d’aller au-delà d’une description sommaire de leur courbe d’évolution. Celle-ci n’en sera pas moins indispensable pour écarter chez les élèves l’idée reçue de l’immobilité des civilisations de l’Asie […].

On présentera l’apport de la civilisation chinoise à l’Occident : papier dès le 1er siècle, imprimerie au IXe siècle, collier d’attelage et boussole au Xe siècle.

 

  1. La notion de civilisation

A la fin de chaque programme d’histoire et de géographie, les notions ou les thèmes qui figurent en caractères italiques permettent au professeur d’assurer une organisation cohérente de l’année, ainsi que la bonne compréhension des questions étudiées. La notion de civilisation donne la cohérence au programme.

Confronté à la diversité des civilisations, l’élève doit être capable de les identifier par leurs traits essentiels, de les situer sur l’échelle du temps et de tracer leur extension sur une carte du monde. Il doit comprendre, même de façon élémentaire, les rapports qui s’instituent dans le cadre d’une civilisation donnée entre les éléments matériels et spirituels qui la caractérisent. Le professeur l’aidera à  percevoir certaines influences que les civilisations exercent les unes sur les autres dans l’espace – l’échange – et, dans le temps, – l’héritage- . En d’autres termes, la notion de civilisation doit commencer à devenir un concept opératoire.

 

Méthodes à acquérir

  • La ligne du temps […]
  • La notion de civilisation […] : situer les civilisations dans leur espace […], le concept de civilisation ([…] élaborer une véritable grille de lecture et d’analyse […]
  • L’utilisation de documents […]
  • Apprendre à travailler personnellement […]
  • Appendre à maîtriser la trilogie : écrit, oral, image […]

 

Classe de 5e

 

Connaissances à acquérir

Vue d’ensemble du programme

[…] Il s’agit de poursuivre, au fil du temps, en saisissant les civilisations dans leur diversité et leur durée, l’inventaire de notre héritage […].

Apparition d’un concept nouveau : celui d’Europe. Il est inséparable de la notion de chrétienté dont l’Europe au sens large est l’espace […].

La fin du programme, les grands voyages de découverte, la Renaissance, la Réforme, marquera un élargissement et un approfondissement de cette géographie historique […]. Ces unités de temps et de lieu ne doivent pas faire oublier l’unité d’action. L’héritage médiéval, s’il n’est pas négligeable dans d’autres domaines, est d’abord un héritage religieux.  Byzance, l’Islam, la Chrétienté se définissent avant tout par l’intensité de la vie religieuse qui anime les masses comme les élites […].

 

  1. Notions sur la civilisation Byzantine […]. Sur le plan de la civilisation trois faits méritent d’être soulignés : la vitalité de la création artistique et son influence sur l’art d’Occident, l’évangélisation des Slaves […], la rupture au XIe siècle avec l’Eglise d’Occident […].
  2. La civilisation Arabo-islamique

Le réveil contemporain de l’Islam, la place croissante des pays islamiques dans les relations internationales, la présence dans nos classes de beaucoup d’élèves de confession musulmane, autant d’éléments qui renforcent l’intérêt et l’actualité de l’étude de la civilisation de l’Islam. Elle n’en est pas pour autant rendue plus aisée. IL convient donc avant de traiter cette partie du programme d’en bien mesurer les difficultés. Première difficulté : expliquer l’apparition de l’Islam dans l’Histoire […], deuxième difficulté : montrer comment l’espace géographique occupé par les conquérants a cessé très tôt de constituer une unité politique pour devenir l’espace d’une civilisation originale et, par certains de ses traits, homogènes […], troisième difficulté : situer la civilisation arabo-musulmane dans le contexte des grandes civilisations de l’époque médiévale […].

  1. L’évolution de la civilisation chrétienne en Europe occidentale

– Du royaume des Francs à la féodalité […]

– Le grand essor de l’Occident : naissance et construction de la France

– La grande crise et la reconstruction des XIVe et XVe siècles

– L’Europe à la conquête du monde: les grands voyages de découverte, les civilisations pré-colombiennes, les premiers empires coloniaux […]. En appliquant aux civilisations précolombiennes du Mexique et de l’isthme d’Amérique centrale d’une part, des plateaux andins d’autre part, la même grille d’analyse qu’aux civilisations de la Méditerranée, de l’Extrême-Orient et de l’Occident, on mettra l’accent sur le contraste existant chez les Aztèques, les Mayas ou les Incas entre le développement de l’art, de la science et de l’organisation sociale et le niveau rudimentaire des techniques.

  1. Renaissance, Réforme […]. Il reste que la Réforme – et la Contre-Réforme qui y est associée – ne peuvent se comprendre sans une analyse du phénomène religieux jusque dans sa dimension doctrinale. A défaut, la passion des controverses théologiques, la cruauté des guerres de Religion et le caractère durable de l’influence exercée par les réformes protestantes et catholique sur les sociétés européennes seraient pour les élèves vides de sens.

 

Méthodes à acquérir

[…] Deux types de documents mériteront une attention particulière: les textes littéraires (en liaison avec l’enseignement du français) et les œuvres d’art – le Moyen Âge est une civilisation de l’image – qui privilégient les scènes de la vie quotidienne et le sentiment religieux.

 

Analyse des contenus

[…] Il semble indispensable par exemple en sixième de réduire la place de la Préhistoire et d’augmenter l’horaire consacré à la civilisation de la Grèce classique et à Rome. Il faut également réserver le temps nécessaire pour aborder, en fin d’année, les civilisations de l’Inde et de la Chine […].

Répartition horaire (à titre indicatif)

Préhistoire 7 à 10 %

Égypte-Hébreux 15 à 25 %

Grèce et civilisation hellénistique 20 à 25 %

Rome et christianisme 25 à 35 %

Inde et Chine, notion de civilisation 8 à 15 % […]

 

Histoire-géographie

Classes de premières A, B, S

Supplément au BO n°22, 9/6/1988

 

Présentation

 […] Le nouveau programme met l’accent sur les faits de civilisation et les problèmes de société qui sont le plus souvent sans frontières […]. Dans une approche globale des problèmes du XXe siècle, la dimension éthique ne sera pas oubliée. Les grands conflits, les combats idéologiques, les débats sur la guerre et la paix, l’évolution des sociétés interrogent les consciences et mettent en jeu les valeurs. On sera attentif à tout ce qu’une lecture sous cet éclairage des faits et des événements peut apporter à la formation civique et à la connaissance des droits de l’homme comme une conquête progressive, difficile et toujours menacée […].

 

  1. Des années 1880 à 1919 : la naissance du XXe siècle

– La deuxième révolution industrielle […]

– La carte politique du monde en 1914

– La guerre de 1914-1918 (origines du conflit et forces en présence.  Les grandes phases de la guerre, la Révolution russe, l’intervention américaine.  Les aspects humains, techniques et économiques du conflit. Les traités de paix, la nouvelle carte de l’Europe et du monde)

 

  1. L’Entre-Deux-Guerres, un premier vingtième siècle

– Les années 1920 :

Une après-guerre : le bilan humain et matériel du conflit, la crise de reconversion, les chemins difficiles de la paix, les nouvelles conditions de la vie internationale, la SDN. Les difficultés des démocraties européennes, la France et l’Allemagne des années 1920.

Un monde nouveau : le déclin de l’Europe et la montée des pays neufs, l’Amérique de la prospérité. L’essor du capitalisme libéral et la poursuite de la deuxième révolution industrielle. L’URSS des années 1920 de Lénine à Staline. Le fascisme en Italie. Les « années folles », le mouvement intellectuel, religieux et artistique.

– Les années 1930

Le tournant des années 1930, la crise économique mondiale et la montée des totalitarismes.

La crise, origines, développement, conséquences, la montée du nazisme en Allemagne, l’URSS des années 1930

Les réponses à la crise : le New Deal de Roosevelt, le Front populaire en France, l’économie dirigée de l’Allemagne nazie

La montée des périls : dictatures et démocraties dans l’Europe des années 1930. L’expansion de l’Allemagne nationale-socialiste. La guerre d’Espagne. Fascisme et antifascisme, l’extrême-Orient : l’expansion japonaise et le réveil de la Chine, la marche à la guerre : de Munich à l’été 1939

 

  1. La Seconde Guerre mondiale

– Les phases et théâtres du conflit

– Les conditions du conflit : le progrès scientifique et technique au service des nations en guerre, les économies de guerre, Occupation et Résistance dans l’Europe hitlérienne. Système concentrationnaire et génocide.

– La France dans la Seconde Guerre mondiale : la défaite de 1940, le régime de Vichy. La collaboration, la France libre et la Résistance, la Libération

 

Tableau du monde en 1945

 

Compléments

Considérations générales

[…] Les objectifs inhérents à la formation de l’esprit seront, comme en seconde, prioritaires et l’utilisation raisonnée et judicieuse des connaissances prendra le pas sur leur accumulation […]. Faut-il rappeler qu’un programme propose un cadre chronologique et des espaces thématiques ; il ne constitue ni un cahier des charges (les contenus doivent être explicités), ni un véritable itinéraire de progression. Sans imposer des choix privilégiés entre les développements possibles ni un itinéraire particulier, ces compléments veulent amorcer sur les objectifs, les contenus et les méthodes une réflexion qu’il appartiendra à chacun de poursuivre et d’approfondir.

 

Vue d’ensemble […]

Il ne s’agit pas de nourrir les nostalgies de l’esprit « rétro » mais de ramener au jour les racines de notre temps, d’éclairer le présent par la connaissance du passé, d’expliquer le changement, de rendre compte de la genèse du monde que nous avons sous les yeux et dans lequel nous agissons […].

Nos élèves n’ont pas connu les « années noires ». Ils peuvent cependant percevoir qu’elles constituent encore aujourd’hui un « enjeu de mémoire » et mesurer ainsi le rôle majeur de l’histoire […].

 

Histoire et géographie

Explications des contenus de programme

Classe de 4e

BO supplément au n°25, 30/6/1988

 

Sous la trame d’une continuité […] les programmes de collège proposent à chaque niveau une perspective différente sur l’espace et le temps de l’histoire. Au millénaire parcourus en 6e, aux quelques mille ans étudiés en 5e  succèdent les trois cents du programme de 4e.

L’originalité du programme de 4e réside avant tout dans le regroupement de trois siècles ayant chacun sa « personnalité », sa couleur, ses caractères propres […].

La prépondérance de l’Europe représente tout au long de notre période le premier principe de cohérence. Cette prépondérance repose sur des facteurs internes […] ;  elle est également favorisée par la stagnation ou le recul des vieilles civilisations de l’Asie – Islam, Inde, Chine, Japon – dont le réveil au début du XXe siècle coïncidera avec le déclin de l’Europe […].

Deuxième élément de cohérence, le progrès scientifique et technique […].

La construction de l’État moderne […]

La montée de la bourgeoisie […]

La place de l’histoire nationale. Elle sera d’autant mieux marquée que durant cette période la France, comme au XIIIe siècle, pèse d’un poids déterminant […].

 

  1. L’Europe absolutiste
  2. L’Ancien Régime en France

– Les concepts d’Ancien Régime et d’absolutisme […]. Il s’agit en effet de principes de gouvernement et d’un système d’organisation sociale qui appartiennent à un passé révolu mais dont les survivances dans notre mémoire collective inspirent aujourd’hui encore bien des attitudes et des comportements […]. Faire comprendre l’Ancien Régime suppose donc que l’on recherche au-delà des institutions qui permettent d’en approcher les réalités -la Cour, le Gouvernement, les Parlements, les corporations, les seigneuries-les croyances et les valeurs qui réglaient les actes de la vie quotidienne et dont l’affaiblissement et la remise en cause ont joué un rôle essentiel dans la Révolution.

– La France des XVIIe et XVIIIe siècles : on sera attentif, sur une période de deux siècles, à bien distinguer ce qui relève de l’événement de ce qui appartient à la longue durée, ce qui dure de ce qui change.

Trois moments forts serviront de repères chronologiques : la France de Richelieu […], le règne de Louis XIV […], la France du XVIIIe siècle.

  1. La remise en cause de l’absolutisme :

– Les révolutions d’Angleterre […]

– La philosophie des Lumières en France […]

– La Révolution américaine

 

  1. La révolution française et l’Empire […]

– Grandes phases et principaux acteurs […]

– Les transformations de la France et de l’Europe […]. Au-delà des aspects positifs ou négatifs qui restent matière à débat en fonction des sensibilités de chacun comme des thèmes abordés, un bilan de la Révolution et de l’Empire ne pourra que constater les acquis : une nouvelle organisation politique et sociale du pays dans laquelle se fonde l’héritage du passé et les conquêtes révolutionnaires, l’importance du capital intellectuel et moral que représente pour la France et le monde du XIXe siècle le message de la Révolution.

 

  1. L’Europe du XIXe siècle et son expansion […]

– Les progrès scientifiques et techniques : la Révolution industrielle […]

– Les transformations de la société. La naissance du mouvement ouvrier […]

– Les principaux mouvements nationaux et libéraux […]. L’Europe reste profondément divisée par le conflit entre le système de valeurs – libertés, nationalités, démocratie – hérité de la Révolution française et celui fondé sur l’autorité, la tradition et la légitimité auquel demeure attachée l’Europe conservatrice.

– Rivalités et tensions internationales. Conquêtes coloniales et partage du monde […]

 

  1. La France de 1815 à 1914

Le fil conducteur de notre histoire nationale au XIXe siècle est essentiellement politique […]. Mais dans ce cadre général rapidement brossé c’est sur d’autres réalités qu’il conviendra de mettre l’accent : des réalités économiques […], des réalités sociales […], des réalités culturelles […].

 

Méthodes et démarches pédagogiques  

[…] Le cycle d’observation a mis l’accent sur les apprentissages essentiels dans le contexte de classes hétérogènes […]. Ont été précisées tout particulièrement les modalités de mise en place d’une pédagogie différenciée, et le développement du travail personnel de l’élève.

Le cycle d’orientation doit permettre au plus grand nombre d’élèves d’accéder à la fin du premier cycle du second degré par les voies diversifiées de la réussite scolaire offertes à l’entrée en 4e. Ces voies de la réussite en matière d’enseignements généraux reposent sur les mêmes méthodes actives […].

 

Compléments aux programmes et instructions d’histoire et de géographie en classe de troisième

Additif à l’arrêté du 14 novembre 1985

BO n°34, 28/9/1989

 

[…] Avec elle s’achève la scolarité de collège. Elle constituera pour certains le couronnement de la formation générale reçue en système scolaire tandis que d’autres s’y prépareront, de plus en plus nombreux, à recevoir un enseignement de lycée. Il s’agit d’apporter aux premiers la connaissance du monde contemporain, aux seconds les bases nécessaires pour des approfondissements ultérieurs. La classe de troisième, moment privilégié de l’orientation, est aussi celui de l’évaluation au brevet. La préparation de l’épreuve écrite d’histoire et géographie sur le double plan des connaissances et des savoir-faire représente inévitablement un temps fort de l’exécution des programmes […].

Les notions fondamentales en troisième d’accélération de l’histoire, de mondialisation, de puissances se réfèrent à des caractéristiques des sociétés contemporaines – complexité croissante et changement rapide – difficiles à appréhender pour un élève de cet âge […]. C’est donc moins l’accumulation de connaissances que l’élaboration d’une grille d’interprétation et l’élucidation des concepts qui devront être recherchés […]. Le programme de troisième n’est pas un « modèle réduit » de ceux de première et de terminale : il a ses propres structures et ses propres objectifs […].

 

[La classe de 3e] n’en marque pas moins une étape décisive dans l’acquisition par l’élève de techniques et de savoir-faire aussi indispensables à l’exercice des méthodes propres à nos disciplines que plus largement à la participation à la vie civique et professionnelle. Nous rappellerons une fois encore que les objectifs inhérents à la formation de l’esprit ont un caractère prioritaire et que l’accumulation des connaissances n’est pas une fin en soi.

 

Vue d’ensemble

Dans sa lettre le nouveau programme n’innove guère par rapport à l’ancien. L’objectif reste l’étude du XXe siècle jusqu’au temps présent. Il s’agit, par une approche critique du monde d’aujourd’hui et de ses origines immédiates, d’achever la présentation de la succession dans le temps et de la coexistence dans l’espace de civilisations depuis la Préhistoire qui constitue la trame des programmes du collège et de contribuer ainsi à la formation de l’homme et du citoyen.

Un nouveau découpage chronologique met toutefois l’accent sur le nécessaire équilibre dans la programmation entre les deux XXesiècles […]. Ce n’est donc point à partir d’une énumération d’événements, de faits de civilisation et de concepts exigibles de l’élève – que cette liste soit ambitieuse ou restreinte – que doit être conduite la lecture du programme mais autour de points d’ancrage constitués par des problématiques de portée générale  et des concepts organisateurs.

 

Remarque préliminaire: l’enseignement de l’histoire doit être structuré autour d’un petit nombre de dates-clés précisément mémorisées. « Trop de chronologie tue la chronologie » (J. Le Goff). Une vingtaine de grands repères doivent suffire. Par exemple, pour la période 1914-1945 : 1914-1917, 1913-1919; 1929; 1933; 1936; 1939; 1941; 1944-1945. Les autres événements seront situés par rapport à ces repères. D’autre part, un ensemble de cartes […] éclairera la dimension mondiale de l’histoire au XXe siècle dont la mise en évidence est l’objectif de ce programme.

 

  1. Guerres et crises de 1914 à 1945

La Première guerre mondiale et ses conséquences

Le déclin de l’Europe

La Révolution russe et la naissance de l’URSS

 

Les États-Unis de la prospérité à la crise. La crise économique mondiale.

L’Italie fasciste, l’Allemagne nationale-socialiste

La France entre les deux guerres mondiales

 

La Seconde Guerre mondiale

 

  1. Le monde de 1945 aux années 1960

Les nouveaux rapports internationaux; la formation des États

La France de la IVe République; le relèvement de l’économie

L’émergence du Tiers-Monde et la décolonisation

 

  1. Le temps présent, des années 1960 à nos jours

L’accélération des progrès scientifiques et techniques

L’évolution culturelle

Croissance et mondialisation de l’économie

La Ve République

Les crises des années 1970 et le monde d’aujourd’hui : la montée de puissances nouvelles (Japon, Chine, pays arabes…)

Les nouveaux espaces stratégiques : l’exemple du Pacifique

 

Accélération et dimension mondiale de l’histoire

 

NB : La présentation des programmes s’organise en deux colonnes : à gauche sont indiqués les titres et à droite, les objectifs et les méthodes.

 

Histoire-géographie

Programmes de terminales A, B, C, D.

BO n°6, 9/2/89

 

Ces nouveaux programmes […] ont été conçus en fonction d’un double objectif :

Donner à l’élève […] une grille de lecture du monde dans sa diversité et son unité. Cet objectif de culture générale a conduit à privilégier dans la présentation du programme […] les perspectives d’ensemble, les phénomènes transnationaux, les systèmes de relations et les courants d’échanges, les ruptures et les continuités qui marquent notre temps.

Mettre en valeur  […] l’exercice de la réflexion, la capacité de synthèse, la maîtrise des concepts et du vocabulaire par rapport à l’accumulation des connaissances qui a trop souvent été identifiée à l’épreuve d’histoire-géographie […]. L’encyclopédisme est à bannir en histoire comme en géographie […].

 

  1. La construction du monde contemporain

– Bilan de la Seconde Guerre mondiale

– Tableau du monde au lendemain du conflit (1945-1947)

1.1. Un monde nouveau (1947- fin des années cinquante) 

1.2. Croissance mondiale et équilibre des puissances (de la fin des années cinquante au début des années 1970)

1.3. Géostratégie du temps présent (depuis les années 1970)

 

  1. Le monde actuel

2.1. Diversité du monde :

– Les sociétés libérales d’Occident : aspects géopolitiques de l’Occident, formes politiques; sociétés et cultures.

– Le monde socialiste

– Les Tiers-Mondes

2.2. Solidarités et communication :

– La science

– La religion

– La communication et les échanges

– Organisations et coopération internationale

 

  1. La France depuis 1945 :

il convient de montrer aux élèves comment la France a connu une mutation à peu près totale pendant le demi-siècle qui vient de s’écouler (temps long pour ceux qui ont vécu cette période, temps bref à l’échelle de l’Histoire)

* évolution politique

* société et culture

* la France dans le monde : l’identité nationale (il ne serait être posé des sujets de dissertation sur l’identité nationale. Mais peuvent être mis en œuvre  dans le commentaire de documents des éléments de réponses à la question que tout élève de terminale devra se poser : « Qu’est-ce qu’appartenir à la communauté nationale française? » Ces éléments de réponse d’ordre juridique, affectif et intellectuel seront toujours éclairés par des apports historiques.), ambitions nationales. De l’Empire à l’Europe. L’impératif industriel. Indépendance et sécurité […], le rôle mondial d’une puissance européenne. La présence culturelle de la France dans le monde. La francophonie.

 

Présentation : l’Histoire et la géographie au collège

BO n°48, 28 décembre 1995

 

  1. Un projet pour le collège
  1. Des finalités intellectuelles, civiques, patrimoniales et culturelles

La pratique de l’histoire et de la géographie contribue à former l’intelligence active. Apprendre aux élèves à lire et identifier, c’est-à-dire à reconnaître et à nommer, puis à organiser ce qu’on a appris à reconnaître, et enfin à construire quelques phrases pour donner sens aux éléments rassemblés, exerce le jugement critique et raisonnable.

Les finalités civiques ont été définies dans l’introduction aux programmes de l’école primaire : « comprendre le monde contemporain et agir sur lui en personne libre et responsable, être présent et actif au sein de la cité, exigent la connaissance du monde dans sa diversité et son évolution ». Les programmes du collège, comme ceux du lycée, n’ont pas d’autres perspectives. L’histoire et la géographie aident à la construction du citoyen.

Enseigner l’histoire et la géographie, c’est enfin chercher à donner aux élèves une vision du monde –c’est un des rôles de la géographie – et une mémoire – c’est une des fonctions de l’histoire. L’histoire et la géographie aident à constituer un patrimoine (conçu comme le legs des civilisations de l’humanité à l’homme d’aujourd’hui) qui permet à chacun de trouver son identité. Cette identité du citoyen éclairé repose sur l’appropriation d’une culture.

 

  1. La cohérence des programmes

Les programmes d’histoire et de géographie du collège prennent en compte les acquis de l’école primaire […]. Certes, il n’est pas possible, en quatre années, d’embrasser la totalité des territoires de la terre, pas plus que la succession de l’ensemble des civilisations. Mais on peut tenter un premier inventaire raisonné du monde des hommes en géographie, on peut tenter une première approche de l’histoire de l’humanité qui, sans négliger les autres cultures, est essentiellement organisée autour de la lente constitution du patrimoine culturel européen. Au terme de leurs études de collège, les élèves doivent comprendre le monde dans lequel ils vivent […].

 

  1. Les programmes de sixième
  1. Les thèmes d’étude

[…] Les objectifs patrimoniaux et de formation impliquent que la plus grande partie de l’horaire disponible soit consacrée à la Grèce, à Rome et à la dimension historique des religions juive et chrétienne […].

  1. Les indications horaires […]
  2. Les convergences avec les autres disciplines

[…] L’histoire et la géographie permettent d’éclairer et de mettre en perspective les notions d’identité, de citoyenneté et de patrimoine […].

 

  • Approches et méthodes

Les enseignants sont responsables des approches pédagogiques qu’ils choisissent en fonction de leur personnalité et qu’ils adaptent en fonction des besoins des élèves.

 

  1. Lire, écrire, s’initier à la recherche documentaire […]
  2. Acquérir les repères chronologiques et spatiaux fondamentaux […]
  3. Les documents au centre du programme d’histoire […]

 

Contenus des programmes de la classe de sixième

Histoire : Le monde antique

BO n°48, 28 décembre 1995

 

Introduction : La naissance de l’agriculture et de l’écriture (2-3 h)

  1. L’Égypte : le pharaon, les dieux et les hommes (4-5 h)
  2. Le peuple de la Bible : Les Hébreux (3-4 h)
  • La Grèce (9-10 h) : Naissance d’une culture, d’une organisation politique, de croyances ; Athènes au Ve siècle avant J.C. ; Alexandre le Grand
  1. Rome : de la République à l’Empire (9-10 h) : la cité et son expansion ; l’Empire romain
  2. Les débuts du christianisme (3-4 h)
  3. Conclusion : la fin de l’Empire romain en Occident et les héritages de l’Antiquité (2-3 h)

 

L’histoire et la géographie au lycée

BO n°12, 29 juin 1995

 

[…] Les transmissions de connaissances et les apprentissages sont progressifs et prennent compte de l’âge, la maturité et la culture des élèves. De l’école primaire au lycée les savoirs des élèves s’enrichissent progressivement […]. En intégrant les renouvellements scientifiques, elle est délibérément problématique. L’histoire ne présente pas un passé enfermé dans ses certitudes, la géographie n’enseigne pas l’immuable : les deux disciplines posent les problèmes du temps présent.

Les finalités de cet enseignement :

  • transmettre et assurer la maîtrise des savoirs historiques et géographiques […]. Il se nourrit des problématiques et des avancées de la recherche universitaire.
  • Comprendre le monde contemporain […].
  • Permettre l’insertion de l’élève dans la cité : l’État de droit est au service de la personne. Sa perfection est un objet de la démocratie. Il doit être reconnu comme un patrimoine à connaître, à respecter, à enrichir […]. La dimension civique de l’enseignement de l’histoire et de la géographie paraît d’autant plus importante qu’il n’existe pas d’heure d’éducation civique au lycée.

L’histoire et la géographie permettent également la découverte progressive des fondements d’une communauté humaine, elle apporte à la fois l’absolu des valeurs et le sens relatif conduisant à la tolérance par la découverte des cultures et des coutumes d’autres civilisations ; elles apprennent ainsi à reconnaître et à assimiler les éléments irréductibles de convergence au sein d’une société.

 

Programme d’histoire de Seconde

Les fondements du monde contemporain

BO n°12, 29 juin 1995

 

  1. Le citoyen et la cité, à Athènes au Ve siècle avant J.C. La citoyenneté dans l’empire romain au IIe siècle après J.C. (5-6 h)

Pour Athènes, l’étude sera centrée sur l’analyse du fonctionnement concret de la démocratie, l’examen de ses assises sociales, de ses manifestations religieuses, culturelles et artistiques.

  1. Naissance et diffusion du christianisme (4-5 h)

On prendra pour point de départ une présentation de la Bible, ce qui permettra d’évoquer à la fois le contexte religieux et historique de la naissance du Christianisme et de caractériser son message. Une carte de l’empire romain accompagnera l’étude de l’organisation de l’Église des premiers siècles et de la diffusion du christianisme, de l’époque des persécutions à celle du statut de religion officielle. On conduira l’étude jusqu’à la fin du IVe siècle.

  • Carte de la Méditerranée au XIIe siècle : le carrefour de trois civilisations (5-6 h)

On situera sur une carte du bassin méditerranéen les civilisations de la Chrétienté occidentale, de l’Empire byzantin et de l’Islam au XIIe siècle et on présentera brièvement leurs spécificités. On montrera comment elles s’influencent réciproquement à travers divers contacts.

  1. Humanisme et Renaissance (5-6 h)

Il s’agit, à partir d’une petit nombre d’œuvres, mises en relations les unes avec les autres, de faire découvrir ce qu’a été, dans l’Europe des XVe et XVIe siècles, une modification de la vision de l’homme et du monde. On prendre en compte l’influence des Réformes. Une carte permettra de repérer les principaux foyers de création.

  1. La période révolutionnaire (11-13 h)

La contestation de la monarchie absolue, les expériences politiques en France de 1789 à 1815, l’Europe transformée par la période révolutionnaire

  1. L’Europe entre restauration et révolution (de 1815 au milieu du XIXe siècle) (7-9 h)

Les aspirations libérales et nationales, le romantisme, la monarchie censitaire en France (1815-1848)

 

Programme de première générale

BO n°12, 29 juin 1995

 

  1. L’âge industriel et sa civilisation (milieu XIXe siècle à 1939) (7-9 h)
  1. Les transformations économiques et sociales, les idéologies de l’âge industriel en Europe et en Amérique du Nord
  2. L’Europe et le monde
  3. Religion, culture et arts

 

  1. Nations et États (milieu XIXe siècle à 1914) (10-12 h)
  1. Nationalités et nationalismes en Europe avant 1914
  2. Les États industriels entre tradition conservatrice et poussées libérales et démocratique
  3. La France de 1848 à 1914

 

  • D’une guerre à l’autre (1914-1939) (15-18 h)
  1. La Première Guerre mondiale, la révolution russe et les bouleversements de l’Europe
  2. La crise des démocraties libérales
  3. La France de 1919 à 1939
  4. Les régimes totalitaires : fascisme, nazisme, stalinisme

 

Conclusion : la marche à la guerre (1935-1939) : à partir de cartes

 

Programme d’histoire de terminale

Le monde de 1939 à nos jours

BO n°12, 29 juin 1995

 

  1. La Seconde Guerre mondiale (7-9 h)
  1. Les grandes phases
  2. L’Europe et la France dans la guerre
  3. Bilan de la guerre

 

  1. Le monde de 1945 à nos jours (21-23 h)
  1. Les transformations économiques et sociales du monde depuis 1945
  2. Les grands modèles idéologiques du monde (institutions, sociétés, culture) et leur évolution : le modèle soviétique, le modèle chinois, le modèle américain, le modèle européen libéral
  3. Les affrontements des grandes puissances et la dissolution des blocs
  4. L’émancipation des peuples dépendants et l’émergence du Tiers-Monde

 

  • La France depuis 1945
  1. L’évolution politique
  2. Économie, société, culture.

 

 

Programmes de 5e et 4e

La place du cycle central

dans l’enseignement de l’histoire et de la géographie au collège

BO spécial n°1, 13 février 1997

 

         L’enseignement de l’histoire et de la géographie en 5e et en 4e s’inscrit dans les finalités intellectuelles, civiques, patrimoniales et culturelles définies en introduction des programmes de 6e.

Il s’appuie sur les acquis des élèves qui, en 6e, ont mémorisé quelques grands repères chronologiques de l’histoire de l’Antiquité et quelques grands repères spatiaux du globe terrestre. Ils ont appris à identifier, en liaison avec ces repères, des documents patrimoniaux et des paysages.

Le programme d’histoire leur a permis d’approcher le vocabulaire élémentaire du politique, du social et du religieux, qu’ils réutiliseront en 5e et 4e. Le programme de géographie leur a fourni une première grille de lecture du monde (population, relief, climat) qui doit leur permettre de situer et de caractériser les continents étudiés en 5e et en 4e.

Les élèves ont été entraînés à lire et donc à donner sens à des documents, des cartes et des images. Ils ont appris à rédiger des phrases simples, à élaborer des croquis élémentaires.

Les programmes du cycle central du collège sont consacrés, en histoire, au Moyen Âge et aux débuts des Temps modernes (en 5e) puis aux XVIIe, XVIIIe et XIXe siècles (en 4e). En géographie, les programmes s’organisent comme une étude des continents : Afrique, Asie et Amérique en 5e, Europe – y compris la France – en 4e. Ainsi les élèves seront-ils préparés à comprendre les programmes de la classe de troisième : l’histoire au XXe siècle, les grands phénomènes géographiques qui permettent une lecture critique du monde d’aujourd’hui.

Les indications horaires proposées par les programmes permettent d’apprécier l’importance relative de chaque thème d’étude. Elles représentent 80 % de l’horaire de référence afin de permettre une autonomie plus grande des enseignants et donc une adaptation aux besoins de leurs élèves. Cependant la cohérence des apprentissages exige que ces programmes soient traités dans leur totalité.

Le champ chronologique, s’il est moins étendu qu’en 6e, couvre cependant un millénaire environ en 5e et trois siècles en 4e. C’est dire que, en fonction du temps disponible, il est impossible de prétendre proposer le récit continu de l’évolution historique. Le programme repose donc sur des choix.

Il est organisé, en 5e, autour de trois temps forts envisagés de manière souple comme des observatoires privilégiés qui permettent de caractériser les différentes périodes du Moyen Âge et les débuts des Temps modernes: le monde au IXe siècle, le XIIIe et le XVIe siècles en Occident. Le premier temps permet une confrontation de trois grandes civilisations (Byzance, l’Islam, l’Occident chrétien). Le deuxième doit être conçu comme une approche des caractères essentiels de l’Occident médiéval. Le troisième permet de comprendre les bouleversements du XVIe siècle.

En 4e, trois temps forts sont également privilégiés, avec la même perspective: la monarchie absolue en Europe et ses remises en cause, la période révolutionnaire, le XIXe siècle. Comme en 5e, une place particulière est réservée à l’histoire de la France.

Les cartes, les repères chronologiques et les documents sont au centre des programmes et en constituent la trame nécessaire. Les repères chronologiques doivent être mémorisés.

 

Les programmes de 5e et de 4e

L’histoire

Ils ne sont pas de simples dates, et ils seront toujours mis en relation avec des faits de civilisation. Les documents, textes ou œuvres, ne sont pas destinés à simplement illustrer le programme, ils doivent être étudiés en eux-mêmes. Les textes ou extraits de textes seront lus par les élèves, les images identifiées et expliquées. Ainsi les élèves pourront-ils acquérir une véritable culture historique. Bien entendu, la liste des documents a un caractère indicatif. Il est toujours loisible au professeur de proposer, en fonction des situations locales, de la nature des fonds documentaires disponibles ou des possibilités de coopération interdisciplinaire, d’autres documents que ceux qui sont suggérés par le programme, à condition que leur valeur signifiante soit attestée.

 

L’histoire et la géographie n’ont pas seulement des démarches intellectuelles communes, les contenus des programmes permettent de multiples rencontres qu’il est indispensable de favoriser. Ainsi, par exemple, les programmes d’histoire préparent à l’étude de la géographie de l’Europe et de la France ; le peuplement et l’organisation des territoires en Afrique et en Amérique sont étudiés du point de vue de la géographie comme du point de vue de l’histoire dans le cycle central du collège.

 

Approches et méthodes

 

Les professeurs sont libres de leurs approches pédagogiques en fonction des besoins de leurs élèves et de leur personnalité. Ils doivent veiller à la progression des apprentissages et, quelle que soit la démarche pédagogique adoptée, faire que le temps de la classe soit celui du travail des élèves (acquisition de connaissances et de démarches intellectuelles).

 

Programme de cinquième

Le Moyen Âge et la naissance des Temps modernes

 

  1. DE L’EMPIRE ROMAIN AU MOYEN ÂGE (9 à 10 heures)
  2. L’Empire byzantin (2 à 3 heures)

         Une carte permet de présenter l’Empire byzantin, le monde musulman et l’Occident chrétien au ixe siècle et d’étudier l’évolution territoriale de ces trois ensembles. Deux aspects sont privilégiés: l’héritage de Rome, le christianisme grec et sa diffusion.

Carte : l’Empire byzantin au temps de Justinien. Repères chronologiques : l’évangélisation des Slaves par Cyrille et Méthode (IXesiècle); rupture avec Rome (1054) ; fin de l’Empire byzantin (1453). Documents : Sainte-Sophie; mosaïques de Ravenne.

 

  1. Le monde musulman (4 à 5 heures)

         L’essentiel est de présenter Mahomet, le Coran et la diffusion de l’Islam et de sa civilisation. On insistera davantage sur cette dernière et son rayonnement, abordés à partir de l’exemple d’une ville, que sur les constructions politiques qui résultent de l’expansion

Carte : le monde musulman au VIIIe siècle.  Repère chronologique: l’hégire (622). Documents : extraits du Coran; une mosquée.

 

  1. L’Empire carolingien (3 à 4 heures)

         Après avoir rappelé la naissance des royaumes barbares (ce qui permet d’évoquer Clovis et le royaume des Francs), les élèves étudient l’organisation et le partage de l’Empire de Charlemagne. Sans omettre les évolutions, le XIIIe siècle est choisi comme observatoire privilégié.

Carte : l’Empire carolingien. Repères chronologiques : baptême de Clovis (496); couronnement de Charlemagne (800); partage de Verdun (843). Documents: Aix-la-Chapelle ; les Serments de Strasbourg.

 

  1. LA CHRÉTIENTÉ OCCIDENTALE (13 à 14 heures)
  2. L’Église (4 à 5 heures)

         Sans omettre les évolutions, le XIIIe siècle est choisi comme observatoire privilégié. L’Église est présentée comme une structure et un acteur essentiels de l’Occident médiéval. Elle participe à son expansion (évangélisation, pèlerinages, croisades). L’enracinement social et les manifestations de la foi sont étudiés à partir des monuments et des œuvres d’art.

Carte : diffusion de l’art roman et de l’art gothique. Repères chronologiques : la première croisade (1095) ; Bernard de Clairvaux (XIIe siècle); François d’Assise (XIIIe siècle). Documents : une abbaye ; une cathédrale.

 

  1. Les cadres politiques et la société (7 à 8 heures)

         Il s’agit, non d’étudier en détail, mais de montrer la diversité et l’évolution des structures politiques de l’Occident médiéval (féodalité, royaumes, Empire). Chevaliers et paysans sont décrits dans le cadre quotidien des campagnes. L’analyse de l’essor urbain et économique prend appui sur la description de deux ou trois villes (Venise, Bruges, Bourges, par exemple). Les trois grands fléaux (famine, peste, guerre) des XIVe et XVe siècles sont globalement analysés afin d’expliquer la crise de l’Occident.

Cartes : carte politique de l’Occident au XIIIe siècle ; routes commerciales et foires de Champagne (XIIIe siècle). Repères chronologiques: les grands défrichements (XIe – XIIIe siècles) ; la Grande Charte (1215) ; la peste noire (milieu du XIVe siècle). Documents : un château fort; le Roman de Renart ; plan, palais et édifices municipaux, des villes choisies comme exemples.

 

  1. Le Royaume de France (Xe-XVe siècles) : l’affirmation de l’État (2 à 3 heures)

         Il ne s’agit pas d’examiner tous les aspects de l’histoire de la France pendant ces six siècles. L’étude est centrée sur la constitution territoriale du royaume et l’affirmation de l’État.

Carte : formation territoriale du royaume. Repères chronologiques : avènement d’Hugues Capet (987); le siècle de Louis IX (XIIIe siècle) ; la chevauchée de Jeanne d’Arc (1429-1431). Documents : la basilique Saint-Denis ; la cathédrale de Reims ; Joinville : la Vie de Saint Louis.

 

III. LA NAISSANCE DES TEMPS MODERNES (11 à 14 heures)

  1. Humanisme, Renaissance, Réformes (6 à 8 heures)

         À partir de textes et d’œuvres d’art, les élèves perçoivent le renouvellement des idées et des formes. Ils étudient les Réformes protestante et catholique, manifestations d’une crise religieuse et réponses à l’exigence du salut.

Cartes : les principaux foyers de l’humanisme et de la Renaissance ; les divisions religieuses de l’Europe à la fin du XVIe siècle. Repères chronologiques : la Bible de Gutenberg (milieu du XVe siècle) ; les thèses de Luther (1517) ; Calvin à Genève (milieu du XVIe siècle) ; le concile de Trente (milieu du XVIe siècle). Documents : extraits d’œuvres de Rabelais ; la Chapelle Sixtine ; un château de la Renaissance.

 

  1. L’Europe à la découverte du monde (3 à 4 heures)

         Les grands voyages de découverte terrestres et maritimes sont analysés à partir d’une carte. La destruction des civilisations amérindiennes et la constitution des premiers empires coloniaux font l’objet d’une étude synthétique.

Cartes : les grandes découvertes ; les empires coloniaux. Repère chronologique : prise de Grenade, Christophe Colomb en Amérique (1492). Documents : Marco Polo : le Livre des Merveilles ; une caravelle.

 

  1. Le Royaume de France au XVIe siècle : la difficile affirmation de l’autorité royale (2 à 3 heures)

         Il s’agit seulement de montrer comment la monarchie française s’efforce d’asseoir son autorité et d’unifier le royaume en dépit des multiples forces centrifuges qui l’affectent

Carte : le Royaume de France au XVIe siècle. Repères chronologiques et documents : l’ordonnance de Villers-Cotterêts (1539) ; l’édit de Nantes (1598).

 

En conclusion, l’étude de deux cartes du monde (Ve siècle et fin du XVIe siècle) permet de récapituler les connaissances acquises pendant l’année.

 

Programme de quatrième

Des Temps modernes à la naissance du monde contemporain

 

  1. LES XVIIe ET XVIIIe SIÈCLES (9 à 10 heures)
  2. Présentation de l’Europe moderne (3 à 4 heures)

         À partir de cartes, le professeur met en évidence les contrastes politiques, économiques, sociaux, culturels et religieux de l’Europe. Dans le domaine artistique, c’est à partir de quelques exemples qu’est montrée la coexistence des tendances baroque et classique.

 

  1. La monarchie absolue en France (3 à 4 heures)

         L’étude de la monarchie française permet de montrer comment le principe du droit divin légué par la tradition se combine avec la création de structures étatiques modernes. Parallèlement est rappelé le principe de l’organisation de la société en trois ordres.

 

  1. La remise en cause de l’absolutisme (3 à 4 heures)

         Il s’agit, sans étudier les événements des révolutions anglaises du XVIIe siècle et de la Révolution américaine, de montrer que l’existence de régimes tels que la monarchie limitée en Angleterre et la république américaine et des aspirations politiques liées à la philosophie des Lumières mettent en cause les principes de la monarchie absolue. D’autres modèles politiques sont ainsi proposés à une société française en crise.

Cartes : les États européens aux XVIIe et XVIIIe siècles ; économie et populations de l’Europe moderne. Repères chronologiques: règne personnel de Louis XIV (1661-1715) ; Déclaration des Droits (1689) ; début de la croissance démographique (milieu du XVIIIe siècle). Documents: œuvres de Rembrandt ; Versailles ; Molière : extraits du Bourgeois gentilhomme ; préambule de la Déclaration d’indépendance des États-Unis ; extraits de philosophes du XVIIIe siècle (Montesquieu, Voltaire, Rousseau) : l’Encyclopédie (milieu du XVIIIe siècle).

 

  1. LA PÉRIODE RÉVOLUTIONNAIRE (1789-1815) (9 à 10 heures)
  2. Les grandes phases de la période révolutionnaire en France, de 1789 à 1815 (7 à 8 heures)

         Un récit synthétique permet de présenter les épisodes majeurs et les principaux acteurs de la période révolutionnaire et impériale en insistant sur la signification politique et sociale de chacune des phases retenues. Les événements extérieurs ne font pas l’objet d’une étude exhaustive, mais sont évoqués à l’aide de cartes.

 

  1. Les transformations de l’Europe (2 à 3 heures)

         Une comparaison entre la situation de l’Europe à la fin du XVIIIe siècle et celle de 1815 conduit à mettre en évidence les transformations de tous ordres introduites par la période révolutionnaire et impériale dans les structures politiques et la société ainsi que les aspirations nées des idées nouvelles.

Cartes: l’Europe napoléonienne en 1811 ; l’Europe en 1815. Repères chronologiques : prise de la Bastille (14 juillet 1789) ; abolition des privilèges (4 août 1789) ; Déclaration des droits de l’homme et du citoyen (26 août 1789) ; chute de la monarchie (10 août 1792) ; chute de Robespierre (9 Thermidor an II – 27 juillet 1794) ; Consulat (1799 – 1804) ; le Franc germinal (1803) ; le Code Civil (1804) ; Empire (1804 – 1815). Documents: Déclaration des droits de l’homme et du citoyen ; carte des départements français en 1791; David : le Sacre de Napoléon ; Goya : Dos de Mayo, Tres de Mayo (2 mai, 3 mai 1808).

 

  1. L’EUROPE ET SON EXPANSION AU XIXe SIÈCLE (1815-1914) (16 à 18 heures)
  2. L’âge industriel (7 à 8 heures)

         À partir des transformations des techniques de production de la fin du XVIIIe siècle à l’aube du XXe siècle, l’étude dégage les traits majeurs du phénomène industriel et de ses effets géographiques et sociaux. On décrit idées et mouvements qui analysent ce phénomène et en déduisent des conséquences sociales et politiques. Parallèlement sont tracés les grands traits de l’évolution culturelle et artistique.

 

  1. Les mouvements libéraux et nationaux (3 à 4 heures)

         À partir d’une carte, les mouvements libéraux et nationaux sont présentés comme les épisodes de la lutte qui oppose l’Europe traditionaliste restaurée en 1815 aux aspirations nouvelles des peuples léguées par la période révolutionnaire. Pour le montrer, on prend pour exemples les révolutions de 1848, les unités nationales en Italie et en Allemagne.

 

  1. Le partage du monde (2 à 3 heures)

         La comparaison de cartes du monde en 1815 et en 1914 permet de mettre en évidence le phénomène colonial, sans entrer dans les détails chronologiques mais en évoquant les multiples raisons qui rendent compte de l’expansion mondiale des puissances industrielles, les formes diverses de cette expansion et les tensions internationales qu’elle suscite.

 

  1. La France de 1815 à 1914 (4 à 5 heures)

         L’accent est mis sur la recherche, à travers de nombreuses luttes politiques et sociales et de multiples expériences politiques, d’un régime stable, capable de satisfaire les aspirations d’une société française majoritairement attachée à l’héritage révolutionnaire.

Cartes : l’Europe industrielle à la fin du XIXe siècle ; États et nations en Europe en 1914 ; les empires coloniaux en 1914. Repères chronologiques : la machine de Watt (deuxième moitié du XVIIIe siècle) ; la monarchie constitutionnelle en France (1815-1848) ; les révolutions de 1830 ; les révolutions de 1848 ; la Seconde République (1848-1852) ; le Second Empire (1852-1870) ; l’inauguration du canal de Suez (1869) ; proclamation de la République (4 septembre 1870) ; Rome, capitale de l’Italie (1870); proclamation de l’Empire allemand (1871) ; Pasteur : découverte du vaccin contre la rage (1885) ; l’Affaire Dreyfus (1898) ; exposition universelle à Paris (1900) ; la Ford modèle T (début du XXe siècle). Documents : une locomotive à vapeur ; Delacroix : La Liberté guidant le peuple ; extraits du Manifeste du parti communiste ; Victor Hugo: extraits des Châtiments et des Misérables ; la loi sur la séparation de l’Église et de l’État (1905) ; Picasso : les Demoiselles d’Avignon.

 

Programme d’histoire de 3e

BO hors-série n°10, 15 octobre 1998

 

La place de la classe de Troisième dans l’enseignement de l’histoire et de la géographie au collège

L’enseignement de l’histoire et de la géographie en classe de troisième s’inscrit dans les finalités intellectuelles, civiques, patrimoniales et culturelles définies en introduction du programme de sixième […]. En fin de troisième, les élèves doivent être capables de donner du sens au monde dans lequel ils vivent. Le programme en offrant des clés de lecture et de compréhension critique est, avec l’éducation civique, un outil de formation du futur citoyen […].L’étude de l’histoire leur a donné une mémoire nationale et européenne, critique et ouverte sur les autres cultures […].

 

Le monde d’aujourd’hui

  1. 1914-1945 : guerres, démocraties, totalitarisme (17-21 h)
  1. La Première Guerre mondiale et ses conséquences (4-5 h)
  2. L’URSS de Staline (2-3 h)
  3. Les crises des années 1930, à partir des exemples de la France et de l’Allemagne (6-7 h)
  4. La Seconde guerre mondiale (5-6 h)

 

  1. Élaboration et organisation du monde d’aujourd’hui (19-23 h)
  1. La croissance économique, l’évolution démographique et leurs conséquences sociales et culturelles (3-4 h)
  2. De la guerre froide au monde d’aujourd’hui (7-8 h)

 

  • Les puissances économiques majeures (géographie)

 

  1. La France (15-19 h)
  1. La France depuis 1945
  2. La France puissance économique européenne et mondiale (les deux : 6-8 h)

 

 

Programmes des enseignements de la classe de seconde générale et technologique

Histoire-géographie

BO HS n°6, 31 août 2001

 

Préambule

[…]. Les programmes d’histoire-géographie permettent en effet la compréhension du monde contemporain, par l’étude de moments historiques qui ont participé à sa construction et par celle de l’action actuelle des sociétés sur leurs territoires. La démarche par laquelle les connaissances sont acquises, la recherche permanente du sens, l’exercice du raisonnement et de l’esprit critique contribuent à la formation des élèves : ils leur donnent une vision dynamique et distanciée du monde, fondement nécessaire d’une citoyenneté qui devient au lycée une réalité effective.

Afin que ces finalités affichées soient réalisables, les contenus des programmes sont nettement délimités tout en préservant la liberté pédagogique des enseignants […].

 

Programme d’histoire de seconde

Les fondements du monde contemporain

 

[…] La nouvelle rédaction du programme d’histoire de seconde reprend l’articulation et la problématique générale du programme précédent. Sa réécriture a voulu intégrer les enseignements tirés de sa mise en œuvre dans les clases depuis 1996, afin de le mener plus sûrement à son terme. Ce programme choisit donc toujours de privilégier l’étude de quelques moments historiques qui sont des jalons important dans l’élaboration de la civilisation contemporaine et qui constituent souvent des ruptures majeures (ruptures culturelles, politiques, économiques et sociales) […]. Afin de mener à son terme l’étude du programme, les enseignants traitent trois des quatre premiers thèmes ; l’un de ces quatre thèmes est évoqué rapidement en l’introduisant lors de l’étude d’un des autres moments historiques […]. Les thèmes V et VI, par l’importance qu’ils revêtent dans l’élaboration du monde contemporain, doivent bénéficier de la moitié environ du volume horaire attribué à l’Histoire […].

 

  1. Un exemple de citoyenneté dans l’Antiquité : le citoyen à Athènes au Ve siècle avant J.C.

Être citoyen à Athènes

Une conception restrictive de la citoyenneté

  1. Naissance et diffusion du christianisme

Le contexte religieux et historique de la naissance du christianisme

La diffusion du christianisme jusqu’à la fin du IVe siècle

  • La Méditerranée au XIIe siècle : carrefour de trois civilisations 

Les espaces de l’Occident chrétien, de l’empire byzantin et du monde musulman

Différents contacts entre ces trois civilisations : guerres, échanges commerciaux, influences culturelles

  1. Humanisme et Renaissance

Une nouvelle vision de l’homme et du monde

La Renaissance artistique

  1. La Révolution et les expériences politiques en France jusqu’en 1851

Ruptures avec l’Ancien Régime

Mise en œuvre des principes révolutionnaires

Héritages conservés, héritages remis en cause

  1. L’Europe en mutation dans la première moitié du XIXe siècle

Les transformations économiques et sociales

Les aspirations libérales et nationales jusqu’aux révolutions de 1848

Un tableau de l’Europe au milieu du XIXe siècle

 

Histoire cycle terminal des séries ES et L

Le monde contemporain

BO HS n°7, 3 octobre 2002

 

[…] Les choix effectués répondent à trois objectifs principaux. Contribuer à la cohérence de la formation dispensée en histoire, géographie et éducation civique au lycée […]. Favoriser les choix pédagogiques du professeur et la diversité des démarches […]. Accorder à la France une place privilégiée, tant en histoire qu’en géographie […]. Son étude ne s’inscrit pas dans un bloc horaire unique et fermé, mais dans un programme ouvert sur l’Europe et sur le monde.

Comme le programme de seconde, celui du cycle terminal se garde de toute exhaustivité […]. Il vise à l’intelligence d’une période de quelques cent cinquante ans et non à l’accumulation de connaissances factuelles. L’étude de quelques événements et situations rigoureusement choisis, l’analyse rigoureuse d’un nombre restreint de documents étayent les problématiques et nourrissent la culture […]. Les développements historiographiques des vingt dernières années et les enjeux contemporains invitent à choisir quelques thèmes clés pour étudier les rôles et le statut des femmes, tant en France (exclusion durable du vote, impact complexe de la Première Guerre mondiale, émancipation multiforme des années 1960-1970…) que dans le reste du monde.

 

Le monde, l’Europe, la France du milieu du XIXe siècle à 1945

Classe de première

 

  1. L’âge industriel et sa civilisation du milieu du XIXe à 1939 (15 h)
  1. Transformations économiques, sociales et idéologiques de l’âge industriel, en Europe et en Amérique du Nord
  2. Religion et culture
  3. L’Europe et le monde dominé : échanges, colonisations, confrontations

 

  1. La France du milieu du XIXe siècle à 1914 (10 h)
  1. Le cadre territorial et démographique
  2. De le Deuxième République à 1879 : la recherche d’un régime politique
  3. La République : l’enracinement d’une nouvelle culture politique (1879-1914)

 

  • Guerres, démocraties et totalitarismes (1914-1945) (25 h)

Introduction : Cartes politiques de l’Europe en 1850 et 1914 : États, régimes politiques et revendications des nationalismes

  1. La Première Guerre mondiale et les bouleversements de l’Europe
  2. Les démocraties libérales durant les années 1930 : l’exemple de la France
  3. Les totalitarismes
  4. La Seconde Guerre mondiale (les grandes phases, la politique d’extermination, la France dans la Seconde Guerre mondiale)

 

Histoire, classe terminale des séries ES et L

Le monde, l’Europe, la France de 1945 à nos jours

 

  1. Le monde de 1945 à nous jours (22 h)

Introduction : Le monde en 1945

  1. De la société industrielle à la société de consommation
  2. Les grands modèles idéologiques et la confrontation Est-Ouest jusqu’aux années 1970
  3. Le Tiers-Monde : indépendances, contestation de l’ordre mondial, diversification
  4. À la recherche d’un nouvel ordre mondial depuis les années 1970

 

  1. L’Europe de 1945 à nous jours (10 h)
  1. L’Europe de l’Ouest en construction jusqu’à la fin des années 1980
  2. Le temps des démocraties populaires (1948-1989)
  3. Les enjeux européens depuis 1989

 

  • La France de 1945 à nos jours (18 h)
  1. Bilan et mémoires de la Seconde Guerre mondiale
  2. L’évolution politique
  3. Économie, société, culture
  4. La France dans le monde

 

Histoire, cycle terminal de la série S 

Le monde contemporain

Série scientifique, BO HS n°7, 3 octobre 2002

 

Histoire, classe de première S : Le monde contemporain (I)

 

  1. L’âge industriel en Europe et en Amérique du Nord du milieu du XIXe siècle à 1939 (8 h)
  1. Industrialisation et croissance
  2. La société à l’âge industriel

 

  1. La France de 1900 à 1939 (12 h)
  1. Tableau de la France à la « Belle époque »
  2. Les Français dans la Première Guerre mondiale
  3. Les années 1930

 

  • Les totalitarismes et la guerre (12 h)
  1. Les totalitarismes
  2. La Seconde Guerre mondiale

 

Histoire classe de terminale S

Le monde contemporain (II)

 

  1. Les relations internationales depuis 1945 (12 h)
  1. La guerre froide (1947-1991)
  2. Le nouvel ordre mondial

 

  1. Colonisation et indépendance (8 h)
  1. La colonisation européenne et le système colonial
  2. La décolonisation et ses conséquences

 

  • La France de la Ve République
  1. Un nouveau système républicain
  2. Économie, société, culture
  3. La France dans le monde

 

 

Introduction aux programmes collège d’histoire, de géographie et d’éducation civique

Projets de programmes d’histoire (2008)

 

Le collège est l’aboutissement de la scolarité obligatoire. A l’issue de ces quatre années, tous les élèves doivent au moins maîtriser le socle commun des connaissances et des compétences dont ils ont acquis les premiers fondements à l’école primaire.

 

Les trois enseignements de l’histoire, de la géographie et de l’éducation civique contribuent à l’acquisition des grandes compétences de ce socle, tout particulièrement pour la culture humaniste et les compétences sociales et civiques, mais aussi pour celles qui sont transversales (maîtrise de la langue, autonomie et initiative, techniques de l’information et de la communication) ainsi que pour la culture scientifique et technologique avec laquelle de nombreuses convergences sont possibles.

 

Ils préparent les élèves à vivre et à s’intégrer dans la société et à poursuivre des études dans les différentes voies de formation, qui sont dispensées en aval.

 

Finalités culturelles, intellectuelles et civiques :

* ils transmettent aux élèves des références culturelles qui leur permettent de mieux se situer dans le temps, dans l’espace et dans un système de valeurs, fondement de la société démocratique et concourent à la formation d’une identité riche, multiple et ouverte à l’altérité;

* ils leur fournissent des outils intellectuels fondamentaux pour analyser et comprendre les traces et les modalités de l’action humaine, construire des raisonnements et les exprimer à l’écrit et à l’oral et exercer leur raison critique, leur capacité de jugement et leur liberté de pensée.

* ils leur donnent ainsi les moyens d’un épanouissement individuel et les préparent à se comporter en citoyen.

 

L’enseignement de l’histoire au collège vise à faire acquérir aux élèves une culture historique commune qui leur permet d’appréhender le monde d’aujourd’hui: connaissance de documents et d’œuvres majeures du passé, de grands événements, de grands personnages ; découverte de la diversité des civilisations et des regards sur le monde; reconnaissance dans le monde d’aujourd’hui des traces matérielles et idéelles du passé; compréhension des valeurs de la démocratie.

 

Cette culture historique commune et cette formation intellectuelle sont liées à une finalité civique : elles préparent les jeunes gens à vivre libres dans une société libre.

 

Ils prennent en compte des questions majeures pour notre société : la part de l’histoire nationale est fondamentale. L’histoire de l’Europe est aussi présente avec des possibilités d’une véritable vue d’ensemble. Les apports successifs de l’immigration sont étudiés. Des ouvertures sur l’histoire extra-européenne sont prévues. L’histoire des traites et de l’esclavage est replacée dans la durée. La place est faite à l’enseignement des faits religieux, en les rattachant à l’étude des contextes dans lesquels ils se sont développés afin de mieux comprendre les fondements.

 

Ils veillent à l’équilibre entre les champs de l’histoire : histoire économique et sociale; histoire politique et histoire culturelle, au sein de laquelle l’histoire des arts tient une place particulièrement importante dans la mesure où en 6e et en 5e les programmes sont fondés sur l’étude des civilisations et où un thème transversal spécifique est inscrit en tête de ceux de 4e et de 3e.

 

Projet de programme

Classe de 6e (avant consultation des enseignants en 2008)

Les mondes anciens

 

  1. L’Orient ancien (3 heures)
  2. La civilisation grecque (11-13 heures)

thème 1 : au fondement de la Grèce : cités, mythes, panhellénisme

thème 2 : la cité des Athéniens (Ve – IVe siècles) : citoyenneté et démocratie

thème 3 : Alexandre le Grand ou la Grèce des savants

  1. Rome (11-13 heures)

thème 1 : des origines à la fin de la République : fondation, organisation politique, conquêtes

thème 2 : l’Empereur, la ville, la romanisation

  1. Des mondes lointains (3 heures) au choix :

la Chine des Han à son apogée

l’Inde classique aux IVe et Ve siècles après J.-C.

  1. Les débuts des trois monothéismes (14/16 heures)

thème 1 : les débuts du judaïsme

thème 2 : les débuts du christianisme

thème 3 : les débuts de l’Islam

 

Classe de 5e (projet avant consultation)

 

  1. Carte de l’Europe et de ses voisins vers 800 (3 heures)

Les trois grandes civilisations de l’espace euro-méditerranéen

  1. L’Occident féodal, XIe-XIVe siècles (14-16 heures)

thème 1 : paysans et seigneurs

thème 2 : féodaux, souverains, premiers États

thème 3 : la place de l’Eglise

thème 4 : l’expansion de l’Occident

  1. Un autre monde : l’Afrique du Moyen Âge au XVIIe siècle (3 heures)
  2. Vers la modernité, XVe – XVIe siècles (14-16 heures)

thème 1 : les grandes découvertes européennes

thème 2 : bouleversements culturels et intellectuels (XVe – XVIIe siècles)

thème 3 : l’émergence du roi absolu

 

Classe de 4e (projet avant consultation des enseignants)

 

Thème transversal : les arts, témoins de l’histoire des XVIIIe et XIXe siècles

 

  1. L’Europe et le monde au XVIIIe (8-10 heures)

thème 1 : l’Europe dans le monde au début du XVIIIe siècle

thème 2 : l’Europe des Lumières

thème 3 : les traites négrières et l’esclavage

thème 4 : les difficultés de la monarchie sous Louis XVI

  1. La Révolution et l’Empire (10-12 heures)

thème 1 : les temps forts de la Révolution

thème 2 : les fondations d’une France nouvelle pendant la Révolution et l’Empire

thème 3 : la France et l’Europe en 1815

  1. Le XIXe siècle (15-17 heures)

thème 1 : l’âge industriel

thème 2 : l’évolution politique de la France 1815-1914

thème 3 : l’affirmation des nationalismes

thème 4 : les colonies

thème 5 : 1914, veillée d’armes en Europe

 

Classe de 3e : Le monde depuis 1914

(projet avant consultation des enseignants)

 

Thème transversal : les arts, témoins de l’histoire du monde contemporain

 

  1. Un siècle de transformations scientifiques, technologiques, économiques et sociales (8-10 heures)

thème 1 : les grandes innovations scientifiques et technologiques

thème 2 : le système de production et son évolution

thème 3 : les mutations sociales

  1. Guerres et totalitarismes (1914-1945) (10-12 heures)

thème 1 : la Première Guerre mondiale, une guerre totale

thème 2 : les régimes totalitaires dans les années 1930 (URSS, Allemagne)

thème 3 : La Seconde Guerre mondiale, une guerre d’anéantissement

  1. Une géopolitique mondiale (depuis 1945) (10-12 heures)

thème 1 : la guerre froide

thème 2 : des colonies aux Etats nouvellement indépendants

thème 3 : la construction européenne jusqu’aux débuts des années 1990

thème 4 : le monde depuis le début des années 1990

  1. La vie politique en France (14-16 heures)

thème 1 : la République dans l’Entre-Deux-Guerres : victorieuse et fragilisée

thème 2 : effondrement et refondation républicaine (1940-1946)

thème 3 : De Gaulle et le nouveau système républicain (1958-1969)

thème 4 : la République à l’épreuve de la durée

 

Programmes de collège

BO spécial n°6 du 28 août 2008

Introduction

En ce nouveau siècle, le monde a changé, les attentes de la société ont évolué, le collège a connu des mutations importantes et les disciplines des renouvellements scientifiques conséquents. Tous ces changements sont pris en compte dans ces nouveaux programmes d’histoire, de géographie et d’éducation civique.

Le collège est l’aboutissement de la scolarité obligatoire. À l’issue de ses quatre années, tous les élèves doivent au moins maîtriser le socle commun des connaissances et des compétences dont ils ont acquis les premiers fondements à l’école primaire.

Les trois enseignements de l’histoire, de la géographie et de l’éducation civique contribuent à l’acquisition des grandes compétences de ce socle commun, tout particulièrement en ce qui concerne la culture humaniste et les compétences sociales et civiques, mais aussi pour celles qui sont transversales (maîtrise de la langue, autonomie et initiative, techniques de l’information et de la communication) ainsi que pour la culture scientifique et technologique avec laquelle de nombreuses convergences sont possibles.

Au-delà du socle commun, ces enseignements contribuent aussi fortement à la réalisation des objectifs propres du collège. Ils préparent les élèves à vivre et à s’intégrer dans la société et à poursuivre des études dans les différentes voies de formation dispensées en aval. Cette contribution se fonde sur les finalités culturelles, intellectuelles et civiques, intimement liées, de ces trois enseignements :

–        ils transmettent aux élèves des références culturelles qui leur permettent de mieux se situer dans le temps, dans l’espace et dans un système de valeurs démocratiques et concourent à la formation d’une identité riche, multiple et ouverte à l’altérité ;

–        ils leur fournissent des outils intellectuels fondamentaux pour analyser et comprendre les traces et les modalités de l’action humaine, construire des raisonnements et les exprimer à l’écrit et à l’oral. Ils contribuent à leur apprendre à exercer leur raison critique, leur capacité de jugement et leur liberté de pensée.

– ils leur donnent ainsi les moyens d’un épanouissement individuel et les préparent à se comporter en citoyen.

 

I Des orientations générales communes aux trois programmes

 

Leur cohérence avec les programmes de l’enseignement primaire

Ces programmes s’appuient sur les acquis de l’école primaire qu’ils convient d’évaluer et de mobiliser pour les enrichir. Ils se situent dans une continuité au sein d’une scolarité obligatoire, au terme de laquelle tous les élèves devront maîtriser au moins le socle commun de connaissances et de compétences. Cette continuité existe tant pour l’histoire que pour la géographie et l’éducation civique.

L’enseignement de l’histoire à l’école primaire a permis aux élèves d’identifier et de caractériser simplement les grandes périodes qui sont ensuite étudiées de façon plus approfondie au collège, à l’exception de la préhistoire qui n’est abordée qu’à l’école primaire. Il a posé quelques grands repères indispensables, essentiellement des jalons de l’histoire nationale ou permettant de resituer celle-ci dans l’histoire de l’Europe et du monde. Au collège, ces repères sont consolidés, approfondis et enrichis. Certains repères fondamentaux se retrouvent, la répétition permettant de renforcer leur acquisition. De nouveaux repères sont introduits en tenant compte d’un élargissement des perspectives. Si l’histoire nationale reste essentielle, elle ne constitue plus un passage obligé pour une ouverture sur l’histoire de l’Europe et du monde. La recherche du sens des repères, événements, hommes et œuvres, est devenue essentielle. Les collégiens apprennent également, de façon progressive, à identifier et à analyser les différentes sources de l’histoire. Enfin, comme à l’école primaire, l’enseignement de l’histoire s’articule avec celui de l’histoire des arts qui passe toujours par l’étude d’œuvres. Cependant, sur ce plan également, les perspectives sont élargies : certaines œuvres fondamentales déjà abordés à l’école primaire peuvent se retrouver, leur étude permettant de consolider et d’approfondir leur connaissance […].

 

Leur conception et leur présentation

Les programmes sont conçus pour être traités dans le cadre des grilles horaires en vigueur. Le professeur a la latitude de construire un cheminement dont il assume la responsabilité en traitant éventuellement les thèmes dans un ordre différent (tout en respectant la chronologie en histoire) ou en procédant à des regroupements qu’il jugerait utiles et pertinents. Cependant il a l’obligation de couvrir l’intégralité des trois programmes, de veiller strictement à la parité horaire entre l’histoire et la géographie et d’accorder à l’éducation civique toute la place qui lui revient.

Cet équilibre et ce traitement intégral des programmes sont indispensables à leur cohérence d’ensemble, leur intelligibilité et leur pertinence scientifique.

Les programmes d’histoire et de géographie ouvrent des possibilités de choix entre différents thèmes, en veillant à ce que ces choix ne soient pas réducteurs et restent en cohérence avec les objectifs d’ensemble. Pour chacun des niveaux et chacun des deux enseignements, les objectifs des programmes sont précisés dans un court texte introductif. Leur présentation répond à un souci de lisibilité : à côté de la rubrique définissant les connaissances, la rubrique démarches précise des entrées dans le thème ou des études de cas qui permettent d’éviter l’exhaustivité en se fixant sur des objets précis, afin de faire acquérir aux élèves les connaissances et les capacités qui constituent les objectifs à atteindre.

Une rubrique spécifique précise ces capacités. La connaissance et l’utilisation de repères y tiennent une place importante : il ne s’agit pas seulement de connaître des repères mais de leur donner un sens et de savoir les inscrire dans un contexte essentiel à leur compréhension. C’est ainsi que l’on en fera le support d’un véritable apprentissage et non un simple exercice de restitution. Par ailleurs les capacités « raconter » et « décrire » sont de nature à valoriser la qualité de l’expression écrite et orale des élèves.

 

La place du document et du récit.

En histoire et en géographie, sauf lorsqu’un document s’impose absolument, des possibilités de choix entre les documents sont laissées au professeur. Le champ documentaire reste ouvert afin de permettre la construction d’un véritable parcours d’initiation aux différents types de documents historiques et géographiques. Le document peut être utilisé selon des modalités variées : simple illustration, entrée dans un thème ou fondement d’un travail critique. Les techniques de l’information et de la communication doivent, chaque fois que possible, être mises à contribution pour conduire la recherche, l’exploitation et le travail critique sur les documents.

Il convient non seulement de varier les modalités d’utilisation des documents mais aussi d’accorder une place au récit par le professeur: sa parole est indispensable pour capter l’attention des élèves grâce à un récit incarné et pour dégager l’essentiel de ce qu’ils doivent retenir.

 

Les convergences avec d’autres disciplines et l’importance de l’histoire des arts.

Enfin, ces trois programmes offrent de nombreuses occasions de convergences à deux niveaux :

– convergences entre eux, facilitées par le fait qu’ils ont été conçus ensemble

– convergences avec d’autres disciplines, grâce à des passerelles que les professeurs pourront faire jouer. Il faut notamment insister sur le fait qu’ils ouvrent beaucoup d’opportunités pour un travail fédérateur entre disciplines sur l’histoire des arts.

L’histoire des arts porte sur les grandes formes d’expression artistique qui, si elles ne sont pas toutes étudiées dans le cadre des programmes d’histoire, y sont largement représentées : à chaque niveau, elles participent des six grands domaines artistiques de l’enseignement de l’histoire des arts et s’inscrivent dans ses thématiques.

Enseignement de mise en perspective historique des différentes formes d’expression artistique, l’histoire des arts est un enseignement de culture fondé sur une approche à la fois pluridisciplinaire et transversale des œuvres.

En histoire, l’approche privilégie trois axes :

– contribuer à la transmission d’une histoire culturelle en faisant acquérir des repères historiques essentiels,

– travailler sur des œuvres d’art en visant l’acquisition de compétences méthodologiques utiles à leur analyse, en particulier pour ce qui relève du travail sur l’image,

– participer à une éducation au patrimoine. Tout au long du cursus, il s’agit d’acquérir des connaissances et des repères en mettant en œuvre une méthode d’analyse qui vise à former l’esprit critique, à développer l’aptitude à argumenter et à communiquer en utilisant un langage clair, enrichi du vocabulaire spécifique adéquat.

 

II Des orientations propres à chacun des trois programmes

 

Programme d’histoire

En s’appuyant sur les premiers acquis de l’école primaire, l’enseignement de l’histoire au collège vise à consolider, élargir et approfondir la culture historique commune des élèves qui doit leur permettre de comprendre le monde dans lequel ils vivent : connaissance de documents et d’œuvres majeures du passé, de grands événements, de grands personnages ; découverte de la diversité des civilisations et des regards sur le monde ; reconnaissance dans le monde d’aujourd’hui des traces matérielles et idéelles du passé ; compréhension des valeurs de la démocratie.

Il vise aussi à leur faire acquérir une formation intellectuelle fondée sur des capacités travaillées tout au long de la scolarité obligatoire :

– acquisition et utilisation de repères historiques porteurs de sens, qui ancrent l’action humaine dans le temps ;

– acquisition et utilisation d’un vocabulaire et de notions spécifiques ;

– pratique et examen critique des différentes sources du savoir historique (identification, contextualisation, extraction des informations ou idées essentielles, confrontation avec d’autres sources…)

– utilisation des technologies de l’information et de la communication pour ce travail documentaire chaque fois que possible ;

– maîtrise progressive de la construction d’un récit historique, à l’écrit et à l’oral, depuis ses formes les plus élémentaires (quelques phrases), jusqu’à des développements plus élaborés intégrant des éléments explicatifs et démonstratifs. Cette culture historique commune et cette formation intellectuelle sont liées à une finalité civique : elles préparent les jeunes gens à vivre libres dans une société libre. Toutes ces finalités doivent être très étroitement associées dans la pratique de classe en donnant toute son importance au travail sur les capacités.

 

Pour atteindre ces objectifs, les programmes répondent à un certain nombre d’impératifs :

– Ils respectent un ordre chronologique sans traiter pour autant l’intégralité du déroulement chronologique. Les entrées dans les thèmes permettent d’éviter le piège de l’exhaustivité et leur mise en perspective permet de fixer les repères fondamentaux du thème.

– Ils prennent en compte des questions majeures pour notre société : La part de l’histoire nationale est fondamentale. L’histoire de l’Europe est aussi présente avec des possibilités d’une véritable vue d’ensemble. Les apports successifs de l’immigration sont étudiés. Des ouvertures sur l’histoire extra- européenne sont prévues. L’histoire des traites et de l’esclavage est replacée dans la durée. La place est faite à l’enseignement des faits religieux, en les rattachant à l’étude des contextes dans lesquels ils se sont développés afin de mieux en comprendre les fondements.

– Ils veillent à l’équilibre entre les différents champs de l’histoire : histoire économique et sociale, histoire politique et histoire culturelle, au sein de laquelle l’histoire des arts tient une place particulièrement importante. En effet, les arts constituent des entrées pertinentes pour l’étude des civilisations entre le IIIe millénaire av. J.-C. et le XVIIe siècle, orientation essentielle des programmes des classes de 6e et de 5e. En 4e et 3e, les arts, dans leur diversité, témoignent des évolutions historiques du XVIIIesiècle à nos jours.

 

Programme de 6e

Des mondes anciens aux débuts du Moyen-Âge

 

         À l’école primaire, les élèves ont étudié les premières traces de la vie humaine sur lesquelles on ne reviendra pas au collège. Ils y ont également abordé l’Antiquité à travers l’approche de la Gaule et de sa romanisation.

En sixième, après un premier contact avec une civilisation de l’Orient, les élèves découvrent la Grèce et Rome : l’étude porte sur la culture et les croyances, sur l’organisation politique et sociale. La quatrième partie est dédiée à l’émergence du judaïsme et du christianisme, situés dans leur contexte historique : les principaux éléments de croyance et les textes fondateurs sont mis en perspective avec le cadre politique et culturel qui fut celui de leur élaboration. La cinquième partie fait le lien entre l’Antiquité tardive et le Moyen Age en présentant les empires chrétiens de l’Orient byzantin et de l’Occident carolingien. La dernière partie ouvre le programme à une civilisation asiatique : Chine des Han ou Inde des Gupta.

La place de l’histoire des arts est importante dans chacune des parties du programme, dans la mesure même où ce programme est orienté essentiellement vers l’étude de grandes civilisations entre le IIIe millénaire av. J.-C. et le VIIIe siècle.

Au cours de cette première année de collège, les élèves découvrent des sources historiques simples (archéologiques, iconographiques, extraits de textes…) qu’ils apprennent à interroger et à mettre en relation avec un contexte. Ils s’entraînent à exposer leurs connaissances en construisant de courts récits (on tiendra compte des progressions prévues en français pour l’expression écrite et l’expression orale). Ces deux capacités (analyse de documents et maîtrise de l’expression écrite et orale) concernent toutes les parties du programme.

 

I – L’ORIENT ANCIEN (environ 10 % du temps consacré à l’histoire)

 

CONNAISSANCES

L’Orient ancien au IIIe millénaire av. J.-C. : premières écritures et premiers États.

DEMARCHES

Étude au choix : un site ou un monument de Mésopotamie ou d’Égypte du IIIe millénaire av. J.-C.. (œuvres de référence à l’école primaire : une sculpture égyptienne, un bas-relief mésopotamien…) Cette étude est remise en perspective dans l’espace de l’Orient ancien.

CAPACITES

Connaître et utiliser les repères suivants

– Le site étudié, la Mésopotamie et l’Égypte, sur une carte

– Les premières civilisations (IIIe millénaire av. J.-C.)

Décrire un monument de Mésopotamie ou d’Égypte

Expliquer le rôle de l’écriture

 

II – LA CIVILISATION GRECQUE (environ 25 % du temps consacré à l’histoire)

 

Thème 1 – AU FONDEMENT DE LA GRECE : CITES, MYTHES, PANHELLENISME

 

CONNAISSANCES

Les foyers de la civilisation grecque aux VIIIe – VIIe siècle sont identifiés (cités, colonisation).

L’Iliade et l’Odyssée témoignent de l’univers mental des Grecs (mythes, héros et dieux).

Les sanctuaires panhelléniques montrent l’unité culturelle du monde grec au Ve siècle.

DEMARCHES

La carte de la Méditerranée grecque est mise en relation avec des images et monuments significatifs (trières, temples de Sicile…). On présente la cité-État et la colonisation à partir d’un exemple librement choisi.

L’étude est conduite à partir d’extraits de l’Iliade et de l’Odyssée et de représentations grecques : céramiques, sculptures… L’étude est conduite au choix à partir du site de Delphes ou de l’évocation des Jeux olympiques.

CAPACITES

Connaître et utiliser les repères suivants : Le monde grec sur une carte du bassin méditerranéen aux VIIIe – VIIe siècle av. J.-C., Homère, VIIIe siècle av. J.-C., Raconter : La fondation d’une cité, Un mythe grec Raconter un épisode des jeux olympiques ou décrire le sanctuaire de Delphes en expliquant leur fonction religieuse

 

Thème 2. – LA CITE DES ATHENIENS (Ve – IVe SIECLE) : CITOYENNETE ET DEMOCRATIE

 

CONNAISSANCES

L’unité de la cité des Athéniens a trois dimensions : religieuse, politique et militaire.

Les habitants de la cité ont des statuts différents.

Au Ve siècle les citoyens jouissent de droits et de devoirs qui fondent la démocratie athénienne.

DEMARCHES

L’étude est conduite à partir de la fête des Panathénées, et d’exemples au choix :

– de l’engagement militaire d’un citoyen (hoplite à Marathon, marin à Salamine…) ;

– d’un débat à l’Ecclesia (pendant la guerre du Péloponnèse par exemple…).

CAPACITES

Connaître et utiliser les repères suivants

– L’Attique, territoire de la cité

– Périclès, Vesiècle av. J.-C.

Raconter

– Un épisode des guerres médiques (Marathon ou Salamine)

– La fête des Panathénées en expliquant son rôle civique et religieux

Raconter et expliquer

– Un débat à l’Ecclesia

Caractériser

– Le statut des citoyens, des femmes et des esclaves

Reconnaître

– Les lieux et les monuments de la cité

 

Thème 3 : On traitera un thème parmi les deux suivants

– ALEXANDRE LE GRAND

CONNAISSANCES

Le personnage d’Alexandre, ses conquêtes et leurs conséquences (fondation de villes, hellénisation).

L’exemple d’une cité hellénistique montre qu’au sein de ces fondations, cultures grecque et indigène coexistent ou fusionnent.

DEMARCHES

L’étude repose sur le récit de l’épopée d’Alexandre appuyé sur des témoignages ou des représentations de cette épopée au choix.

Au choix Alexandrie ou Pergame.

CAPACITES

Connaître et utiliser les repères suivants

– Alexandre le Grand, 333-323 av. J.-C.

– L’empire d’Alexandre, Alexandrie ou Pergame sur une carte de l’Orient hellénistique

Raconter

– L’épopée d’Alexandre

Décrire

– La cité hellénistique étudiée

 

– LA GRECE DES SAVANTS

CONNAISSANCES

Les savants grecs déchiffrent le monde en s’appuyant sur la raison

DEMARCHES

Un exemple au choix :

– Hippocrate de Cos (vers 460 – vers 370 av. J.-C.), le père de la médecine.

– Aristote (384 av. J.-C., 322 av. J.-C.), philosophe et naturaliste, le père de la biologie.

– Archimède de Syracuse (287 – 212 av. J.-C.), mathématicien et physicien.

– Eratosthène de Cyrène (276 – 194 av. J.-C.), mathématicien et géographe.

CAPACITES

Raconter quelques aspects de la vie et de l’œuvre du savant étudié

 

III- ROME (environ 25% du temps consacré à l’histoire)

 

Thème 1 – DES ORIGINES A LA FIN DE LA REPUBLIQUE : FONDATION, ORGANISATION POLITIQUE, CONQUETES

 

CONNAISSANCES

Du mythe à l’histoire : l’Enéide et la légende de Romulus et Remus sont mises en relation avec les découvertes archéologiques (IXe– VIIIe siècle).

La République romaine est un régime oligarchique dans lequel les citoyens ne sont pas à égalité de droits.

L’enchaînement des conquêtes aboutit à la formation d’un vaste empire et à l’afflux d’esclaves. Cette expansion rompt l’équilibre social et politique, provoque des guerres civiles et la fin de la République.

DEMARCHES

L’étude est conduite à partir d’extraits de textes sur la fondation de Rome (l’Enéide de Virgile, l’Histoire romaine de Tite-Live…)

Au choix : une journée d’élection à Rome, une promenade à travers les lieux de la vie politique.. L’étude s’appuie sur l’exemple de la conquête de la Gaule par César.

CAPACITES

Connaître et utiliser les repères suivants

– La fondation de Rome au VIIIe siècle av. J.-C.

– Jules César et Vercingétorix : Alésia, 52 av. J.-C.

– Rome, l’Italie, la Gaule, sur une carte du bassin méditerranéen au Ier siècle av J.-C.

Raconter

– La fondation légendaire de Rome

– Le siège d’Alésia

Raconter et expliquer la carrière de César

Décrire

  • La journée d’un citoyen romain un jour d’élections ou le Forum à la fin de la République

 

Thème 2 – L’EMPIRE : L’EMPEREUR, LA VILLE, LA ROMANISATION

 

CONNAISSANCES

L’empereur dispose de l’essentiel des pouvoirs ; il a le soutien de l’armée et fait l’objet d’un culte.

La paix romaine, appuyée sur la puissance militaire, s’impose aux provinces de l’Empire. Elle favorise la construction d’infrastructures et le développement des échanges.

L’Urbs, capitale de l’Empire, concentre les monuments symboliques où le pouvoir se met en scène.

La romanisation s’appuie sur l’urbanisation sur le modèle de Rome, et sur la diffusion du droit de cité romaine sans faire disparaître la diversité religieuse et culturelle.

DEMARCHES

Étude du personnage d’Auguste et d’un autre empereur important au choix.

L’étude est conduite au choix à partir d’une villa gallo-romaine ou du trajet d’un produit (vin, huile, métaux, céréales…).

L’étude est conduite à partir d’une visite de l’Urbs (monuments, sanctuaires, statuaire) et d’un exemple au choix d’une ville romaine en Gaule ou en Afrique du Nord.

CAPACITES

Connaître et utiliser les repères suivants

– Le principat d’Auguste, 27 av. J.-C.-14

– « Paix romaine », Ier et IIe siècles

-L’édit de Caracalla, 212

Décrire et expliquer le rôle d’Auguste dans la vie politique

Reconnaître les principaux monuments de l’Urbs au 1e siècle

Décrire une ville gallo-romaine

 

IV- LES DÉBUTS DU JUDAISME ET DU CHRISTIANISME (environ 20 % du temps consacré à l’histoire)

 

Thème 1 – LES DEBUTS DU JUDAÏSME

CONNAISSANCES

Menacés dans leur existence par de puissants empires aux VIIIe et VIe siècles av. J.-C., les Hébreux du royaume de Juda mettent par écrit leurs traditions (premiers livres de la Bible).

Quelques uns des grands récits de la Bible sont étudiés comme fondements du judaïsme.

La destruction du second Temple par les Romains (70) précipite la diaspora et entraîne l’organisation du judaïsme rabbinique.

DEMARCHES

L’étude commence par la contextualisation de l’écriture de la Bible, (l’impérialisme des empires mésopotamiens, le roi Josias, l’exil à Babylone).

Extraits de la Bible au choix : le récit de la création, Abraham et sa descendance, Moïse, le royaume unifié de David et Salomon…

L’étude débouche sur une carte de la diaspora.

CAPACITES

Connaître et utiliser les repères suivants

– La Palestine, Jérusalem sur une carte de l’empire romain

– Début de l’écriture de la Bible : VIIIe siècle av. J.-C.

– Destruction du second Temple : 70

Raconter et expliquer

– Quelques uns des grands récits de la Bible significatifs des croyances

Décrire et expliquer la diaspora

 

Thème 2 – LES DEBUTS DU CHRISTIANISME

CONNAISSANCES

Les chrétiens sont abordés dans le cadre l’empire romain, au moment où les textes auxquels ils se réfèrent (lettres de Paul, Évangiles) sont mis par écrit.

Quelques uns des grands écrits de la tradition (Nouveau Testament) sont étudiés comme fondements du christianisme.

Les relations du christianisme et de l’empire romain sont expliquées: persécution et diffusion limitée (IIe – début du IVe siècle), mise en place d’un christianisme impérial à la faveur de l’arrivée de Constantin au pouvoir (IVe siècle), organisation de l’Église (IVe – Ve siècle).

DEMARCHES

L’étude commence par la contextualisation des débuts du christianisme qui, issu du judaïsme, se développe dans le monde grec et romain. Les sources romaines permettent de situer l’apparition des chrétiens.

Le personnage de Jésus et son enseignement sont étudiés au travers de quelques extraits des Évangiles.

L’étude est fondée sur des extraits de textes, le récit d’un épisode des persécutions, la présentation du rôle de Constantin ou d’un exemple d’art paléochrétien au choix du professeur

CAPACITES

Connaître et utiliser les repères suivants

– La Palestine, Jérusalem, Rome, Constantinople sur une carte du monde romain au IVe siècle

– La mort de Jésus vers 30

– Écriture des Évangiles : 1er siècle

– Édit de Milan : 313

Raconter et expliquer

– Quelques récits du Nouveau Testament significatifs des croyances

– Un épisode de la christianisation de l’empire romain

Décrire

– Une basilique chrétienne

 

V– LES EMPIRES CHRÉTIENS DU HAUT MOYEN ÀGE (environ 10 % du temps consacré à l’histoire)

CONNNAISSANCES

Les deux empires de l’orient byzantin et de l’occident carolingien, sont situés et caractérisés dans leurs dimensions politique (empires chrétiens), culturelle (grec et latin) et religieuse (une religion, deux Églises).

DÉMARCHES

La caractérisation de chacun des deux empires se fait à partir d’exemples au choix : de personnages (Justinien et Théodora, Charlemagne, Irène…) ; d’événements (le couronnement de Charlemagne, d’un empereur byzantin…) ; ou d’œuvres d’art byzantines et d’œuvres  d’art carolingiennes (Sainte – Sophie, la chapelle d’Aix, mosaïques, icônes, orfèvreries…).

L’étude débouche sur une carte de l’Europe où sont situées les chrétientés latine et orthodoxe.

CAPACITES

Connaître et utiliser les repères suivants

L’empire byzantin : IVe –XVe siècle,  L’empire carolingien, l’empire byzantin sur la carte de l’Europe au IXe siècle,  Le couronnement de Charlemagne : 800

Décrire quelques grandes caractéristiques de l’empire carolingien et de l’empire byzantin au IXe siècle

Reconnaître une œuvre d’art byzantine et une œuvre d’art carolingienne

 

VI – REGARDS SUR DES MONDES LOINTAINS (environ 10 % du temps consacré à l’histoire)

On traitera un thème au choix

 

Thème 1 – LA CHINE DES HAN À SON APOGEE

CONNAISSANCES

DEMARCHES

A son apogée, sous le règne de l’empereur Wu (140 – 87 av. J.-C.), la Chine des Han connaît une brillante civilisation. La route de la soie permet un commerce régulier entre Rome et la Chine à partir du IIe siècle av. J.-C.

Étude au choix d’un ou deux aspects de quelques aspects de la civilisation chinoise sous ce règne (ouverture de la route de la

soie, prolongement de la grande muraille, recrutement des fonctionnaires, floraison artistique et technique).

CAPACITES

Connaître et utiliser les repères suivants

− La Chine des Han, 206 av. J.-C. – 220

− La Chine des Han à son apogée sur une carte de l’Asie

Décrire un ou deux exemples de la civilisation de la Chine de Han (une œuvre d’art, une invention…)

 

Thème 2. – L’INDE CLASSIQUE AUX IVe ET Ve SIECLES

CONNAISSANCES

La dynastie des Gupta (IVe – Ve siècle), qui réunifie l’Inde du nord, marque l’apogée de la civilisation de l’Inde classique. L’art indien d’inspiration hindou et bouddhiste, est cultuel et codifié.

DEMARCHES

– Un mythe hindou.

– Un site de l’époque des Gupta.

CAPACITES

Connaître et utiliser le repère suivant

− L’Inde des Gupta, IVe – Ve siècle

Raconter un mythe hindou ou décrire un site de l’époque des Gupta

 

Programme de 5e

Du Moyen-Âge aux temps modernes

 

              À l’école primaire, les élèves ont abordé le Moyen Age et les Temps modernes essentiellement à travers l’histoire nationale ou le retentissement national d’événements mondiaux. Le programme de cinquième s’ouvre par la découverte de la naissance de l’islam (fait religieux) et de l’Islam médiéval (civilisation). Le reste du programme couvre une période au cours de laquelle la civilisation médiévale européenne s’est élaborée (christianisme, féodalité, lente émergence de l’État). L’Europe a connu ensuite, à partir de la fin du XVe siècle, des bouleversements culturels et intellectuels, l’ouverture, jusque-là limitée, vers les autres mondes et l’affirmation de l’État. La place de l’histoire des arts est importante dans chacune des parties du programme, dans la mesure même où ce programme est orienté essentiellement vers l’étude de grandes civilisations entre le VIIe siècle et la fin du XVIIesiècle. Au cours de cette seconde année de collège, les élèves continuent à se familiariser avec différents types de sources historiques. Ils apprennent à les situer dans le temps et dans un contexte donné. En lien avec les progressions souhaitées en français, ils doivent être capables de construire, à l’oral comme à l’écrit, des récits organisés plus développés.

Ces deux capacités (analyse de documents et maîtrise de l’expression écrite et orale) concernent toutes les parties du programme.

 

  1. LES DEBUTS DE L’ISLAM (environ 10% du temps consacré à l’histoire)

CONNAISSANCES

Les musulmans sont abordés dans le contexte de la conquête et des premiers empires arabes, dans lequel la tradition islamique est écrite (VIIe – IXe siècle).

Quelques uns des récits de la tradition (Coran…) sont étudiés comme fondements de l’islam.

L’extension et la diversité religieuse et culturelle de l’Islam médiéval sont présentées au temps de l’empire omeyyade ou de l’empire abbasside.

DEMARCHES

L’étude commence par la contextualisation des débuts de l’islam. Elle est fondée sur des sources historiques, le récit d’un événement (la conquête de la Palestine—Syrie, de l’Égypte…) ou d’un personnage.

Les textes (Coran, Hadiths et Sunna, Sîra) sont datés en relation avec ce contexte. Ils permettent d’aborder le personnage de Mahomet.

L’étude est conduite à partir de la vie urbaine (à Damas, Cordoue, Bagdad…) et/ou de personnages (Moawwiya et Ali, Haroun el Rachid…). Elle comprend la présentation d’une mosquée. Elle débouche sur une carte qui situe le monde musulman médiéval par rapport à ses voisins.

CAPACITES

Connaître et utiliser les repères suivants

– L’Hégire : 622

– L’extension de l’islam à l’époque de l’empire omeyyade ou abbasside sur une carte du bassin méditerranéen

Raconter et expliquer

– Un épisode de l’expansion musulmane

– Quelques épisodes de la tradition musulmane significatifs des croyances

Décrire

– Une mosquée (Médine, Damas, Cordoue…)

– Une ville (Bagad, Damas, Cordoue…)

 

II – L’OCCIDENT FÉODAL, XIe – XVe siècle (environ 40 % du temps consacré à l’histoire)

 

Thème 1 – PAYSANS ET SEIGNEURS

CONNNAISSANCES

La seigneurie est le cadre de l’étude des conditions de vie et de travail des communautés paysannes et de l’aristocratie foncière ainsi que de leurs relations.

DÉMARCHES

La France est le cadre privilégié de l’étude, située au moment où le village médiéval se met en place.

L’étude est conduite à partir : d’images tirées d’œuvres d’art, d’hommes et de femmes dans les travaux paysans ; – de l’exemple d’une seigneurie réelle (et non de son schéma virtuel) avec le château fort, un village et son organisation ; – d’images ou des récits médiévaux au choix témoignant du mode de vie des hommes et des femmes de l’aristocratie.

CAPACITÉS

Connaître et utiliser les repères suivants

− La naissance du village médiéval : Xe – XIe siècle

Décrire quelques aspects

− d’une seigneurie

− d’un village médiéval,

− du travail paysan au Moyen Âge,

− du mode de vie noble.

 

Thème 2 – FEODAUX, SOUVERAINS, PREMIERS ÉTATS

CONNNAISSANCES

L’organisation féodale (liens « d’homme à homme », fief, vassal et suzerain) et l’émergence de l’État en France qui s’impose progressivement comme une autorité souveraine et sacrée.

DÉMARCHES

La France est le cadre privilégié de l’étude. Celle-ci est conduite à partir d’exemples au choix :

– de personnages significatifs de la construction de l’État en France : Philippe Auguste, Blanche de Castille, Philippe IV le Bel et Guillaume de Nogaret, Charles VII et Jeanne d’Arc, Louis XI…),

ou

d’événements significatifs de l’affirmation de l’État (la bataille de Bouvines, le procès des Templiers, le sacre de Charles VII…).

A la fin de l’étude, les élèves découvrent une carte des principales monarchies de l’Europe à la fin du XVe siècle.

CAPACITÉS

Connaître et utiliser les repères suivants :

− Un événement significatif de l’affirmation de l’État en France

− Une carte de l’évolution du domaine royal et des pouvoirs du roi en France, Xe – XVe siècle

Décrire et expliquer le système féodal comme organisation de l’aristocratie, puis comme instrument du pouvoir royal

 

Thème 3 – LA PLACE DE L’ÉGLISE

CONNNAISSANCES

On fait découvrir quelques aspects du sentiment religieux. La volonté de l’Eglise de guider les consciences (dogmes et pratiques, lutte contre l’hérésie, inquisition…) et sa puissance économique et son rôle social et intellectuel (insertion dans le système seigneurial, assistance aux pauvres et aux malades, universités…) sont mises en évidence.

DÉMARCHES

L’étude est conduite à partir: – de l’exemple au choix d’une abbaye et de son ordre religieux masculin ou féminin ; – de l’exemple au choix d’une église romane et une cathédrale gothique, dans leurs dimensions religieuse, artistique, sociale et

politique ; – de l’exemple au choix d’une œuvre d’art: statuaire, reliquaire, fresque, chant… ; – de l’exemple au choix d’un grand personnage religieux, homme ou femme.

CAPACITÉS

Connaître et utiliser les repères suivants

− L’âge des églises romanes : Xe – XIIe siècle

− L’âge des églises gothiques : XIIe – XVe siècle

Raconter quelques épisodes de la vie d’un grand personnage religieux, homme ou femme

Décrire une abbaye et expliquer son organisation

Décrire une église

 

Thème 4 – L’EXPANSION DE L’OCCIDENT

CONNNAISSANCES

L’expansion de l’Occident, d’abord économique (développement du commerce, affirmation des marchands et des banquiers) est aussi religieuse et militaire (Reconquista, croisades). Elle se concrétise dans le développement de villes.

DÉMARCHES

L’étude est conduite à partir:

– d’un exemple au choix d’un circuit commercial et de ses pôles ou d’une famille de banquiers ou de marchands ;

– d’un exemple au choix d’une grande ville et de son architecture ; – d’un exemple au choix de l’expansion de la chrétienté occidentale.

CAPACITÉS

Connaître et utiliser les repères suivants

− Première croisade : 1096-1099

− Les espaces de l’expansion de la chrétienté sur une carte de l’Europe et de la Méditerranée, XIe – XIVe siècle

Raconter et expliquer un épisode des croisades ou de la Reconquista.

Décrire quelques aspects de l’activité d’un marchand et d’un banquier d’une ville commerçante

 

III –REGARDS SUR L’AFRIQUE (environ 10 % du temps consacré à l’histoire)

CONNNAISSANCES

Une civilisation de l’Afrique subsaharienne (au choix), ainsi que les grands courants d’échanges des marchandises, saisis dans leurs permanences (le sel et l’or du Soudan, les esclaves…) entre le VIIIe et le XVIe siècle.

Les traites orientale, transsaharienne et interne à l’Afrique noire : les routes commerciales, les acteurs et les victimes du trafic.

DÉMARCHES

L’étude articule le temps long de l’histoire africaine entre le VIIIe et le XVIe siècle et l’exemple, au choix, d’une civilisation de l’Afrique subsaharienne parmi les suivantes :

– l’empire du Ghana (VIIIe – XIIe siècle) ;

– l’empire du Mali (XIIIe – XIVe siècle) ;

– l’empire Songhaï (XIIe – XVIe siècle) ;

– le Monomotapa (XVe – XVIe siècle).

L’étude de la naissance et du développement des traites négrières est conduite à partir de l’exemple au choix d’une route ou d’un trafic des esclaves vers l’Afrique du Nord ou l’Orient et débouche sur une carte des courants de la traite des noirs avant le XVIe siècle.

CAPACITÉS

Connaître et utiliser les repères suivants

− La période et la situation de la civilisation de l’Afrique subsaharienne choisie par le professeur

− La conquête et l’expansion arabo-musulmane en Afrique du Nord et en Afrique orientale

− Carte de l’Afrique et de ses échanges entre le VIIIe et le XVIe siècle

Décrire quelques aspects

− d’une civilisation de l’Afrique subsaharienne et de sa production artistique

− de la traite orientale ou de la traite transsaharienne

 

  1. VERS LA MODERNITÉ, fin XVe – XVIIe siècle (environ 40 % du temps consacré à l’histoire)

Thème 1 – LES BOULEVERSEMENTS CULTURELS ET INTELLECTUELS (XVe – XVIIe siècle)

CONNAISSANCES

Entre le XVe et le XVIIe siècle, l’Europe connaît des bouleversements culturels, religieux et scientifiques qui donnent une nouvelle vision du monde et de l’homme.

– Les découvertes européennes et la conquête et des empires

ouvrent le monde aux Européens.

La Renaissance renouvelle les formes de l’expression artistique ;

La crise religieuse remet en cause l’unité du christianisme occidental (Réformes) au sein duquel les confessions s’affirment et s’affrontent (catholiques, protestants) ;

La révolution de la pensée scientifique aux XVIe et XVIIe siècles introduit une nouvelle conception du monde.

DÉMARCHES

L’étude est conduite à partir d’exemples au choix qui sont replacés dans le contexte général de l’histoire de l’Europe et du monde.

Ouverture au monde :

un voyage de découverte et un épisode de la conquête ;

une carte des découvertes européennes et des premiers empires.

Bouleversements culturels :

− la vie et l’œuvre, d’un artiste ou d’un mécène de la Renaissance ou un lieu et ses œuvres d’art ;

− une carte des foyers et de la diffusion de la Renaissance.

La crise religieuse de la chrétienté :

− un personnage lié aux Réformes ou un événement ;

− une carte de l’Europe en 1648.

L’évolution de la pensée scientifique :

− aspects de la vie et de l’œuvre d’un savant du XVIe siècle ou du XVIIe siècle.

CAPACITÉS

Connaître et utiliser les repères suivants :

− Le premier voyage de Christophe Colomb (1492) ou le voyage de Magellan (1519 -1521) sur une carte du monde

− La Renaissance (XVe – XVIe siècle) et ses foyers en Europe

− Le siècle des Réformes et des guerres de religion : XVIe siècle

Raconter et expliquer un épisode des découvertes ou de la conquête de l’empire espagnol d’Amérique

Raconter un épisode de la vie d’un artiste ou d’un mécène ou décrire un monument ou une œuvre d’art comme témoignages de la Renaissance.

Raconter un épisode significatif des Réformes (dans les vies de Luther, de Calvin ou d’un réformateur catholique…) et expliquer ses conséquences

Raconter un épisode significatif des progrès ou débats scientifiques des XVIe et XVIIe siècles (Copernic ou Galilée…) et expliquer sa nouveauté

 

Thème 2 – L’ÉMERGENCE DU « ROI ABSOLU »

CONNAISSANCES

La monarchie française subit une éclipse dans le contexte des conflits religieux du XVIe siècle, à l’issue desquels l’État royal finit par s’affirmer comme seul capable d’imposer la paix civile (1598).

Les rois revendiquent alors un « pouvoir absolu » qui atteint son apogée avec Louis XIV et se met en scène à Versailles.

DÉMARCHES

L’étude qui est conduite à partir d’exemples au choix:

– de la vie et l’action d’un souverain

– d’un événement significatif

Le château de Versailles et la cour sous Louis XIV, et une œuvre littéraire ou artistique de son règne au choix sont étudiés pour donner quelques images du « roi absolu » et de son rôle dans l’État.

CAPACITÉS

Connaître et utiliser les repères suivants

− L’Édit de Nantes, 1598

− L’évolution des limites du royaume, du début du XVIe siècle à 1715

− 1661-1715 : le règne personnel de Louis XIV

Raconter une journée de Louis XIV à Versailles révélatrice du pouvoir du roi

 

Programme de 4e

Du siècle des Lumières à l’âge industriel

 

À l’école primaire, les élèves ont abordé le XVIIIe siècle, la Révolution française et le XIXe siècle, essentiellement à travers l’histoire nationale.

En quatrième, les révolutions sont au centre du programme : les XVIIIe et XIXe siècles sont caractérisés par des ruptures décisives dans l’ordre politique, social et économique et par l’accélération de l’histoire. Les élèves, poursuivent l’acquisition de repères en approfondissant la maîtrise de leur utilisation. Ils consolident leur pratique de sources historiques diverses: identification, prise en compte du contexte, confrontation entre sources différentes. Ils sont amenés à développer davantage l’exposition de leurs connaissances : les textes produits à l’écrit et les prises de parole doivent mettre en évidence les continuités, les ruptures et les interactions…

Ces deux capacités (analyse de documents et maîtrise de l’expression écrite et orale) concernent toutes les parties du programme.

 

Thème transversal au programme d’histoire : Les arts, témoins de l’histoire des XVIIIe et XIXe siècles

Ce thème ne fait pas l’objet d’un enseignement isolé ; le professeur choisit un itinéraire composé d’au moins une œuvre et/ou un artiste significatif pour chacune des parties du programme. Les dimensions sensible, technique et esthétique, impliquent un travail conjoint avec les professeurs des autres disciplines concernées.

EXEMPLES D’ŒUVRES OU D’ARTISTES (la liste n’est ni impérative, ni limitative) Des tableaux de Canaletto, Vernet, Vigée-Lebrun, Goya, David, Delacroix, Ingres, Monet, Meyssonnier (Siège de Paris), des portraits des rois de France… Des sculptures de Puget, Pigalle, Carpeaux, Bartholdi, Rodin, Camille Claudel… Des photos et les premiers films de Nadar, des Frères Lumière… Des œuvres d’architecture et d’urbanisme : Le Petit Trianon à Versailles, la Place de la Concorde de Ange-Jacques Gabriel, l’Opéra Garnier à Paris, le Paris d’Haussmann, le Vittoriano à Rome, le quartier wilhelmien de Strasbourg ou Metz, l’œuvre de Gustave Eiffel… Des extraits d’œuvres littéraires de Beaumarchais, Goethe, Germaine de Staël, Balzac, George Sand, Flaubert, Zola… Des extraits d’œuvres de compositeurs : Vivaldi, Mozart, Beethoven, Schubert, Verdi, Wagner.

 

CAPACITÉS

identifier la nature de l’œuvre

situer l’œuvre dans le temps et dans son contexte et en expliquer l’intérêt historique

décrire l’œuvre et en expliquer le sens

distinguer les dimensions artistiques et historiques de l’œuvre d’art

 

I – L’EUROPE ET LE MONDE AU XVIIIe SIÈCLE (environ 25 % du temps consacré à l’histoire)

 

Thème 1 – L’EUROPE DANS LE MONDE AU DÉBUT DU XVIIIe SIÈCLE

CONNAISSANCES

Les grandes puissances européennes et leurs domaines coloniaux, les grands courants d’échanges mondiaux au début du XVIIIe siècle.

DÉMARCHES

L’étude s’appuie sur des cartes et des tableaux au choix représentant une ville ou un port.

CAPACITÉS

Connaître et utiliser les repères suivants

– Les grandes puissances politiques en Europe sur une carte de l’Europe au début du XVIIIe siècle

– Leurs empires coloniaux sur une carte du monde au début du XVIIIe siècle

– Quelques grandes routes maritimes

 

Thème 2 – L’EUROPE DES LUMIÈRES

CONNAISSANCES

Au XVIIIe siècle, les philosophes et les savants mettent en cause les fondements religieux, politiques, économiques et sociaux de la société d’ordres.

DÉMARCHES

La France est au centre de cette étude qui est menée à partir de la vie et de l’œuvre d’un philosophe des Lumières ou d’un savant au choix.

CAPACITÉS

Connaître et utiliser le repère suivant : l’Encyclopédie, milieu du XVIIIe siècle

Raconter quelques épisodes de la vie du philosophe ou du savant étudié, et expliquer en quoi ils sont révélateurs du siècle des Lumières

 

Thème 3 – LES TRAITES NÉGRIÈRES ET L’ESCLAVAGE

CONNAISSANCES

La traite est un phénomène ancien en Afrique. Au XVIIIe siècle, la traite atlantique connaît un grand développement dans le cadre du «commerce triangulaire » et de l’économie de plantation.

DÉMARCHES

La traite atlantique est inscrite dans le contexte général des traites négrières. L’étude s’appuie sur un exemple de trajet de cette traite.

CAPACITÉS

Raconter la capture, le trajet, et le travail forcé d’un groupe d’esclaves

 

Thème 4 – LES DIFFICULTÉS DE LA MONARCHIE SOUS LOUIS XVI

CONNAISSANCES

Trois aspects sont retenus : les aspirations à des réformes politiques et sociales, l’impact politique de l’indépendance américaine, l’impossible réforme financière.

DÉMARCHES

L’étude est conduite à partir d’images au choix (tableaux, caricatures), de quelques extraits de la constitution américaine, d’un exemple de cahier de doléances

CAPACITÉS

Connaître et utiliser les repères suivants

− Le règne de Louis XVI : 1774 – 1792

− La Révolution américaine : 1776 – 1783

Décrire et expliquer les principales difficultés de la monarchie française à la veille de la Révolution et quelques unes des aspirations contenues dans les cahiers de doléances.

 

II – LA RÉVOLUTION ET L’EMPIRE (environ 25 % du temps consacré à l’histoire)

Thème 1 – LES TEMPS FORTS DE LA RÉVOLUTION

CONNAISSANCES

L’accent est mis sur trois moments:

1789-1791 : l’affirmation de la souveraineté populaire, de l’égalité juridique et des libertés individuelles ;

1792-1794 : la République, la guerre et la Terreur ;

1799-1804 : du Consulat à l’Empire.

DÉMARCHES

On renonce à un récit continu des événements de la Révolution et de l’Empire ; l’étude se concentre sur un petit nombre d’événements et de grandes figures à l’aide d’images au choix pour mettre en mettre en évidence les ruptures avec l’ordre ancien.

CAPACITÉS

Connaître et utiliser les repères suivants

− La Révolution française : 1789 – 1799. Prise de la Bastille : 14 juillet 1789 ; Déclaration des droits de l’homme et du citoyen : août 1789; proclamation de la République : septembre 1792

− Le Consulat et l’Empire : 1799 – 1815. Napoléon Ier, empereur des Français : 1804

Raconter quelques uns des événements retenus et expliquer leur importance

 

Thème 2 – LES FONDATIONS D’UNE FRANCE NOUVELLE PENDANT LA RÉVOLUTION ET L’EMPIRE

CONNAISSANCES

Les fondations, politiques, économiques, sociales et culturelles d’une France nouvelle.

DÉMARCHES

Une étude au choix parmi les suivantes :

– L’invention de la vie politique.

– Le peuple dans la Révolution.

– La Révolution et les femmes.

– La Révolution, l’Empire et les religions.

– La Révolution, l’Empire et la guerre.

CAPACITÉS

Raconter des événements, des épisodes de la vie d’acteurs révolutionnaires (hommes et femmes), des prises de décision et expliquer leurs enjeux et leur importance historique

 

Thème 3 – LA FRANCE ET L’EUROPE EN 1815

CONNAISSANCES

L’Europe, en 1815, donne l’illusion d’un retour à l’ordre ancien. Mais les guerres révolutionnaires ont répandu les idées de la Révolution française et engendrent en réaction le sentiment national.

DÉMARCHES

L’analyse d’une carte de l’Europe en 1815 sert de support à l’étude. Les témoignages sur l’affirmation du sentiment national sont mis en évidence notamment au travers d’œuvres artistiques au choix.

CAPACITÉS

Connaître et utiliser le repère suivant

− Congrès de Vienne : 1815 Décrire les grandes transformations sociales, politiques et territoriales issues de la période révolutionnaire en Europe

 

III – Le XIXe SIÈCLE (environ 50 % du temps consacré à l’histoire)

 

Thème 1 – L’ÂGE INDUSTRIEL

CONNAISSANCES

L’industrialisation qui se développe au cours du XIXe siècle en Europe et en Amérique du Nord entraîne des bouleversements économiques, sociaux religieux et idéologiques.

DÉMARCHES

Une étude au choix parmi les suivantes :

– Une ville industrielle au XIXe siècle

– Le chemin de fer au XIXe siècle

– Un entrepreneur et son entreprise au XIXe siècle

– Ouvriers et ouvrières à la Belle Époque

Cette étude est replacée dans le cadre de l’ensemble des bouleversements économiques et sociaux. Elle débouche sur une découverte des grands courants de pensée religieux et idéologiques (libéralisme et socialisme).

CAPACITÉS

Connaître et utiliser un repère chronologique en liaison avec l’étude choisie Le manifeste du Parti communiste 1848 Encyclique Rerum Novarum 1891

Situer sur un planisphère les régions industrialisées à la fin du XIXe siècle

Décrire et expliquer un exemple de mutations liées à l’industrialisation

Caractériser les grandes idéologies (libéralisme et socialisme)

 

Thème 2 – L’ÉVOLUTION POLITIQUE DE LA FRANCE, 1815-1914

CONNAISSANCES

La succession rapide de régimes politiques jusqu’en 1870 est engendrée par des ruptures : révolutions, coup d’État, guerre.

La victoire des républicains vers 1880 enracine solidement la IIIe République qui résiste à de graves crises.

DÉMARCHES

Les régimes politiques sont simplement caractérisés ; le sens des révolutions de 1830 et de 1848 (établissement du suffrage universel et abolition de l’esclavage) et de la Commune est précisé.

L’accent est mis sur l’adhésion à la République, son œuvre législative, le rôle central du Parlement : l’exemple de l’action d’un homme politique peut servir de fil conducteur. On étudie l’Affaire Dreyfus et la séparation des Églises et de l’État en montrant leurs enjeux.

CAPACITÉS

Situer dans le temps

– Les régimes politiques successifs de la France de 1815 à 1914

– L’abolition de l’esclavage et suffrage universel masculin en 1848

Raconter des moments significatifs de la IIIe République (Jules Ferry et l’école gratuite, laïque et obligatoire : 1882; Affaire Dreyfus : 1894 – 1906 ; loi de séparation des Églises et de l’État : 1905) et expliquer leur importance historique

 

Thème 3 – L’AFFIRMATION DES NATIONALISMES

CONNAISSANCES

Au cours du XIXe siècle, les revendications nationales font surgir de nouvelles puissances, bouleversent la carte de l’Europe et font naître des tensions.

DÉMARCHES

Une étude au choix parmi les suivantes :

– L’unité allemande

– L’unité italienne

– La question des Balkans.

L’étude s’appuie sur des œuvres artistiques ou sur la biographie d’un personnage emblématique (Bismarck, Cavour) et débouche sur la comparaison des cartes de l’Europe en 1848 et en 1914.

CAPACITÉS

Connaître et utiliser un repère chronologique en liaison avec l’étude choisie

Situer sur une carte les principales puissances européennes à la fin du XIXe siècle

Décrire et expliquer les conséquences des revendications nationales au cours du XIXe siècle

 

Thème 4 – LES COLONIES

CONNAISSANCES

Les conquêtes coloniales assoient la domination européenne.

Les colonies constituent, dès lors, un monde dominé confronté à la modernité européenne.

DÉMARCHES

Étude d’un exemple au choix de conquête coloniale, d’un exemple au choix de société coloniale.

CAPACITÉS

Connaître et utiliser le repère suivant : les principales colonies britanniques et françaises en 1914

Décrire et expliquer quelques unes des modifications introduites par l’arrivée des Européens dans un territoire colonisé

 

Thème 5 – CARTE DE L’EUROPE EN 1914

CONNAISSANCES

Les alliances militaires de la fin du XIXe siècle entre les principaux pays européens contribuent à exacerber les tensions.

DÉMARCHES

On observe la carte des alliances militaires au début du XXe siècle. L’évocation de quelques crises au choix permet de montrer les tensions.

CAPACITÉS

Connaître et utiliser le repère suivant : les deux alliances et leurs protagonistes en 1914

 

Programme de 3e

Le monde depuis 1914

 

À l’école primaire, les élèves ont abordé le vingtième siècle et notre époque, en privilégiant le retentissement national des grands événements. Le programme de 3ème approfondit et élargit cette étude. Il dégage les grandes lignes de force de l’histoire du monde depuis 1914 : la première partie du programme présente les grandes mutations scientifiques, technologiques, économiques et sociales qui ont bouleversé la vie des hommes ; le cadre géopolitique général, d’abord centré sur l’Europe au temps des guerres et des régimes totalitaires s’inscrit depuis 1945, dans une dimension mondiale. La troisième partie du programme est centrée sur l’histoire politique de la France.

À ce stade de la scolarité, les élèves acquièrent les repères fondamentaux du monde contemporain et maîtrisent les notions et le vocabulaire nécessaires à sa compréhension. Ils ont maintenant une pratique effective de sources historiques plus variées et plus complexes qu’ils confrontent de manière régulière et ils intègrent dans leurs productions des éléments explicatifs et démonstratifs, à l’écrit comme à l’oral.

Ces deux capacités (analyse de documents et maîtrise de l’expression écrite et orale) concernent toutes les parties du programme.

 

Thème transversal au programme d’histoire : Les arts, témoins de l’histoire du monde

contemporain

Ce thème ne fait pas l’objet d’un enseignement isolé ; le professeur choisit un itinéraire composé d’au moins une œuvre et/ou un artiste significatif pour chacune des parties du programme. Les dimensions sensible, technique et esthétique, impliquent un travail conjoint avec les professeurs des autres disciplines concernées.

EXEMPLES D’ŒUVRES OU D’ARTISTES (la liste n’est ni impérative, ni limitative)

Des extraits d’œuvres littéraires de Maurice Genevoix, Erich Maria Remarque, Bertolt Brecht, Colette, Alexandre Soljenitsyne, Vassili Grossman, Primo Levi, Simone de Beauvoir… Des œuvres d’Otto Dix, Pablo Picasso, Marcel Duchamp, Fernand Léger, Sonia Delaunay, Giacometti, Andy Warhol, Louise Bourgeois… Des exemples d’œuvres produites dans le cadre des régimes totalitaires…

Des photos de Robert Doisneau, Henri Cartier-Bresson, Robert Capa, Gerda Taro… Des édifices de Le Corbusier, Auguste Perret, Franck Lloyd Wright… Des oeuvres musicales de Ravel, Stravinsky, Darius Milhaud ; Arthur Honegger; Benjamin Britten ; Chostakovitch, Gershwin, Duke Ellington; Des œuvres de variété de Charles Trenet, Georges Brassens, Elvis Presley ; les Beatles, Bob Dylan, Joan Baez… Des œuvres de designers,des créations artistiques nouvelles… Des extraits de films : Eisenstein, Octobre, Alexandre Nevski, Charlie Chaplin, Les Temps Modernes, Jean Renoir, La Grande Illusion, Fritz Lang, M le Maudit, Metropolis, Vittorio de Sica, Le voleur de bicyclette, Roberto Rossellini, Rome, ville ouverte.

CAPACITÉS

identifier la nature de l’œuvre

situer l’œuvre dans le temps et dans son contexte et en expliquer l’intérêt historique

décrire l’œuvre et en expliquer le sens

distinguer les dimensions artistiques et historiques de l’œuvre d’art

 

I – UN SIÈCLE DE TRANSFORMATIONS SCIENTIFIQUES, TECHNOLOGIQUES, ÉCONOMIQUES ET SOCIALES (environ 15 % du temps consacré à l’histoire)

 

Thème 1 – LES GRANDES INNOVATIONS SCIENTIFIQUES ET TECHNOLOGIQUES

CONNAISSANCES

Des évolutions scientifiques et technologiques majeures depuis 1914.

DÉMARCHES

L’étude est conduite à partir de l’exemple de la médecine pour faire apparaître l’accélération des transformations scientifiques et technologiques.

CAPACITÉS

Décrire l’évolution d’un aspect de la médecine et expliquer son impact sur les sociétés

 

Thème 2 – L’ÉVOLUTION DU SYSTÈME DE PRODUCTION ET SES CONSÉQUENCES SOCIALES

CONNAISSANCES

On étudie, dans un contexte de croissance en longue durée, les mutations technologiques du système de production et l’évolution de l’entreprise, du capitalisme familial au capitalisme financier.

On en met en évidence les principales conséquences : évolution de la structure de la population active et migrations de travail.

DÉMARCHES

L’étude est conduite à partir de l’exemple d’une entreprise et de son évolution depuis le début du XXe siècle.

L’étude s’appuie sur l’histoire d’un siècle d’immigration en France.

CAPACITÉS

Décrire et expliquer l’évolution des formes de production industrielle et de la structure d’une entreprise, de la dimension familiale à la firme multinationale Caractériser l’évolution de l’immigration en France au XXe siècle

 

II – GUERRES MONDIALES ET REGIMES TOTALITAIRES (1914-1945) (environ 25 % du temps consacré à l’histoire)

 

Thème 1 – LA PREMIÈRE GUERRE MONDIALE : VERS UNE GUERRE TOTALE (1914-1918)

CONNAISSANCES

La Première Guerre mondiale bouleverse les États et les sociétés :

– elle est caractérisée par une violence de masse,

– avec la révolution russe, elle engendre une vague de révolutions en Europe,

– elle se conclut par des traités qui dessinent une nouvelle carte de l’Europe source de tensions.

DÉMARCHES

Après la présentation succincte des trois grandes phases de la guerre on étudie deux exemples de la violence de masse :

– La guerre des tranchées (Verdun),

– le génocide des Arméniens.

L’étude s’appuie sur la présentation de personnages et d’événements significatifs.

L’étude de la nouvelle carte de l’Europe met en évidence quelques points de tensions particulièrement importants.

CAPACITÉS

Connaître et utiliser les repères suivants

– La Première Guerre mondiale : 1914 -1918, la bataille de Verdun : 1916 ; l’armistice : 11 novembre 1918

– La révolution russe : 1917

– La carte de l’Europe au lendemain des traités

Décrire et expliquer la guerre des tranchées et le génocide des Arméniens comme des manifestations de la violence de masse

 

Thème 2 – LES RÉGIMES TOTALITAIRES DANS LES ANNÉES 1930

CONNAISSANCES

Les régimes totalitaires sont fondés sur des projets de nature différente. Ils s’appuient sur l’adhésion d’une partie des populations. Ils mettent en œuvre des pratiques fondées sur la violence pour éliminer les oppositions et uniformiser leur société.

Le régime soviétique

Le régime communiste, fondé par Lénine, veut créer une société sans classes dominée par le parti communiste, et exporter la révolution (IIIe Internationale). Staline instaure une économie étatisée et un contrôle de la population par la propagande et la terreur de masse.

Le régime nazi

En 1933, Hitler arrive au pouvoir en Allemagne. Antisémite, raciste et nationaliste, le nazisme veut établir la domination du peuple allemand sur un large « espace vital ». Le régime se caractérise par la suppression des libertés, l’omniprésence de la police et du parti unique, la terreur, une économie orientée vers la guerre.

DÉMARCHES

On montre comment Lénine a mis en place les principales composantes du régime soviétique.

L’étude du stalinisme prend appui sur la collectivisation des terres, la dékoulakisation et la grande terreur.

L’étude met en relation l’idéologie et les pratiques du régime nazi dans un processus de nazification de la société.

CAPACITÉS

Connaître et utiliser les repères suivants :

– Staline au pouvoir : 1924-1953

– La « grande terreur » stalinienne : 1937-1938

– Hitler au pouvoir : 1933-1945

– Les lois de Nuremberg : 1935

Raconter et expliquer

– La mise en place du pouvoir soviétique par Lénine

– La stalinisation de l’URSS

– La mise en place du pouvoir nazi

Caractériser chacun des régimes totalitaires étudiés

 

Thème 3 – LA SECONDE GUERRE MONDIALE, UNE GUERRE D’ANEANTISSEMENT (1939-1945)

CONNAISSANCES

La guerre est un affrontement aux dimensions planétaires. C’est une guerre d’anéantissement aux enjeux idéologiques et

nationaux.

C’est dans ce cadre que le génocide des Juifs et des Tziganes est perpétré en Europe.

DÉMARCHES

L’observation de cartes permet de montrer l’extension du conflit et d’établir une brève chronologie mettant en évidence ses temps forts.

L’étude part d’un exemple au choix (la bataille de Stalingrad ; la guerre du Pacifique) permettant d’étudier la mobilisation de toutes les forces matérielles et morales des peuples en guerre.

L’étude des différentes modalités de l’extermination s’appuie sur des exemples : l’action des Einsatzgruppen, un exemple de camp de la mort.

CAPACITES

Connaître et utiliser les repères suivants :

– La Seconde Guerre mondiale : 1939-1945

– La libération des camps d’extermination : 1945

– Fin de la Seconde Guerre mondiale en Europe : 8 mai 1945

– Bombes atomiques sur Hiroshima et Nagasaki : août 1945

Caractériser les enjeux militaires et idéologiques de la guerre

Décrire et expliquer le processus de l’extermination

 

III – UNE GÉOPOLITIQUE MONDIALE (DEPUIS 1945) (environ 25 % du temps consacré à l’histoire)

 

Thème 1 – LA GUERRE FROIDE

CONNAISSANCES

En 1945, la création de l’ONU répond à une aspiration au maintien de la paix.

Cependant, les États-Unis et l’URSS s’affrontent durablement en Europe et dans le monde. En 1989-1991, la guerre froide s’achève avec la chute du Mur de Berlin et la disparition de l’URSS.

DÉMARCHES

On présente les objectifs de l’ONU en liaison avec l’éducation civique.

L’étude de la guerre froide s’appuie des exemples :

– En Europe : la situation de l’Allemagne et de Berlin.

– Dans le monde : la guerre de Corée ou la crise de Cuba.

La division du monde en blocs est présentée à partir d’une carte.

CAPACITÉS

Connaître et utiliser les repères suivants

– Le Mur de Berlin : 1961 – 1989

– Carte des blocs au moment de la guerre froide

Raconter les crises étudiées et expliquer en quoi elles sont révélatrices de la situation de guerre froide.

 

Thème 2 – DES COLONIES AUX ÉTATS NOUVELLEMENT INDÉPENDANTS

CONNAISSANCES

Dès le lendemain du conflit mondial, grandissent des revendications qui débouchent sur les indépendances.

Les nouveaux États entendent être reconnus sur la scène internationale, notamment par le biais de l’ONU.

DÉMARCHES

L’étude est conduite à partir d’un exemple au choix : l’Inde, l’Algérie, un pays d’Afrique subsaharienne. Elle porte sur le processus de la décolonisation, les problèmes de développement du nouvel État et ses efforts d’affirmation sur la scène internationale.

Les décolonisations sont présentées à partir d’une carte.

CAPACITÉS

Connaître et utiliser le repère suivant

– Principale phase de la décolonisation : 1947-1962

Raconter la manière dont une colonie devient un État souverain

Décrire quelques problèmes de développement auxquels ce nouvel État est confronté

 

Thème 3 – LA CONSTRUCTION EUROPÉENNE JUSQU’AU DÉBUT DES ANNÉES 2000

CONNAISSANCES

La construction européenne débute dans les années 1950. La CEE s’élargit à de nouveaux États dès les années 1970. Le traité de Maastricht marque le passage de la Communauté Économique Européenne à l’Union européenne.

DÉMARCHES

Trois caractéristiques de la construction européenne servent de fil conducteur à l’étude :

– L’ancrage à l’Ouest

– l’adhésion aux valeurs démocratiques

– l’intégration économique.

CAPACITÉS

Connaître et utiliser les repères suivants

– Les traités de Rome : 1957

– Le traité de Maastricht : 1992

– L’euro : 2002

Raconter quelques étapes de la construction européenne en les situant dans le contexte international

 

Thème 4 – LE MONDE DEPUIS LE DEBUT DES ANNÉES 1990

CONNAISSANCES

Les principales lignes de force de la géopolitique mondiale depuis le début des années 1990.

DÉMARCHES

En s’appuyant sur quelques cartes, images et événements significatifs, l’étude met notamment en évidence :

– La dislocation du bloc communiste et les élargissements de l’Union européenne à l’Est ;

– les États-Unis, superpuissance mondiale ;

– l’émergence de nouvelles puissances (Chine, Inde, Brésil…) ;

– la persistance des conflits au Moyen-Orient ;

 – les menaces terroristes.

L’étude débouche sur une carte du monde contemporain.

CAPACITÉS

Raconter un événement majeur depuis le début des années 1990 et expliquer ses conséquences

Situer sur une carte les grandes puissances et les lieux de tension aujourd’hui.

 

IV – LA VIE POLITIQUE EN FRANCE (environ 35% du temps consacré à l’histoire)

 

Thème 1 – LA RÉPUBLIQUE DE L’ENTRE-DEUX-GUERRES : VICTORIEUSE ET FRAGILISÉE

CONNAISSANCES

Deux moments forts :

– De la guerre à la paix (1917-1920), la vie politique française est marquée par la fin de l’union sacrée et le retour à la vie politique parlementaire, dans un climat d’affrontements politiques et sociaux.

– Les années 1930 : la République en crise et le Front populaire.

DÉMARCHES

L’étude s’appuie sur des personnages (par exemple Clemenceau…) et des événements (le Congrès de Tours) particulièrement importants.

L’étude s’appuie sur des images significatives et quelques mesures emblématiques du Front populaire.

CAPACITÉS

Connaître et utiliser le repère suivant

– Victoire électorale et lois sociales du Front Populaire : 1936

Décrire

– L’impact de la révolution russe en France

– Les principaux aspects de la crise des années 1930

– Les principales mesures prises par le Front populaire en montrant les réactions qu’elles suscitent

 

Thème 2 – EFFONDREMENT ET REFONDATION RÉPUBLICAINE (1940-1946)

CONNAISSANCES

La défaite de 1940 entraîne le renversement de la IIIe République.

Le régime de Vichy, autoritaire et antisémite s’engage dans la voie de la collaboration avec l’Allemagne nazie.

En liaison avec la France libre, la Résistance intérieure lutte contre l’occupant et porte les valeurs de la République.

La Libération marque le retour à la République.

DÉMARCHES

Pétain et de Gaulle illustrent les deux attitudes devant la défaite militaire. On présente les conditions de l’armistice et on explique le renversement de la République.

La politique du régime de Vichy et sa collaboration avec l’Allemagne nazie sont présentées en s’appuyant sur quelques exemples de ses décisions et de ses actes.

La Résistance est abordée à travers l’exemple d’un réseau, d’un mouvement ou d’un maquis. Une mise en perspective permet d’expliquer la place de la France libre, ses liens avec la Résistance intérieure et le rôle qu’elle a joué dans son unification.

L’étude du programme du CNR ou du préambule de la Constitution de 1946 met en évidence la volonté de refonder les valeurs républicaines en relation avec les grandes réformes de la Libération.

CAPACITÉS

Connaître et utiliser le repère suivant

– Appel du général de Gaulle : 18 juin 1940

– Régime de Vichy 1940-1944

– Fondation du Conseil National de la Résistance par J. Moulin : 1943

– Libération de la France, rétablissement de la République (la IVe), droit de vote des femmes, Sécurité sociale : 1944-1945

Raconter la défaite et expliquer ses conséquences, l’armistice et la fin de la IIIe République

Décrire

– Quelques aspects de la politique du régime de Vichy révélateurs de son idéologie

– La vie d’un réseau, d’un mouvement ou d’un maquis en montrant les valeurs dont se réclament les hommes et les femmes de la Résistance.

– Les principales mesures prises à la Libération (dont le droit de vote des femmes)

 

Thème 3 – DE GAULLE ET LE NOUVEAU SYSTÈME RÉPUBLICAIN (1958-1969)

CONNAISSANCES

En 1958, la crise de la IVe République débouche sur le retour du général de Gaulle au pouvoir et la fondation de la Ve République.

La présidence du général de Gaulle marque une nouvelle conception de la République et de la démocratie.

La crise de mai 1968 témoigne des difficultés du régime face à de nouvelles aspirations politiques, sociales et culturelles.

DÉMARCHES

Seule la crise du 13 mai 1958 est étudiée pour montrer les impasses de la IVe République.

On met en évidence quelques grandes caractéristiques de cette présidence : suprématie du pouvoir exécutif, volonté de réaffirmer la puissance française. (Les institutions sont étudiées dans le cadre de l’éducation civique)

L’étude s’appuie sur quelques images significatives.

CAPACITÉS

Connaître et utiliser le repère suivant

– Les années de Gaulle : 1958-1969

Caractériser

– Les grands choix politiques du général de Gaulle

 

Thème 4 – LA Ve RÉPUBLIQUE À L’ÉPREUVE DE LA DURÉE

CONNAISSANCES

Entre 1969 et 1981 les successeurs du général de Gaulle poursuivent sa pratique des institutions en s’efforçant de prendre en compte les grandes aspirations sociales et culturelles de la population.

Depuis 1981, la vie politique est marquée par une succession d’alternances et de cohabitations.

Les clivages politiques subissent les effets de l’évolution des grands débats idéologiques, des mutations sociales, culturelles et religieuses, de l’intégration européenne et de la mondialisation.

DÉMARCHES

L’étude se limite à quelques exemples d’adaptation de la législation aux demandes de la société (majorité à 18 ans, légalisation de l’IVG…)

L’étude de la vie politique française depuis 1981 se focalise sur deux moments :

1981-1986 : la première alternance et les politiques menées sous la présidence de François Mitterrand ;

1997-2002 : la troisième cohabitation et le problème du partage du pouvoir exécutif.

On étudie, à l’aide d’un exemple au choix de débat politique inscrit dans la durée (depuis 1969) les positionnements et recompositions des forces politiques.

CAPACITÉS

Connaître et utiliser les repères suivants

– Les années Mitterrand : 1981-1995

– Les années Chirac : 1995-2007

Décrire et expliquer

– Quelques exemples d’adaptations législatives à l’évolution de la société

– Des prises de positions, arguments et recompositions politiques sur le débat étudié

 

A la fin de la scolarité obligatoire, l’élève doit connaître et savoir utiliser les repères historiques suivants (les repères étudiés à l’école primaire figurent en italiques) :

 

IIIe millénaire av. J.-C. : Les premières civilisations

VIIIe siècle av. J.-C. : Homère, fondation de Rome, début de l’écriture de la Bible

Ve siècle av. J.-C. : Périclès

52 av. J.-C. : Jules César et Vercingétorix, Alésia

Ier siècle : Début du christianisme

Ier et IIe siècles : « Paix romaine »

622 : L’Hégire

800 : Le couronnement de Charlemagne

Xe-XIIe siècle : L’âge des églises romanes

1096-1099 : Première croisade

XIIe-XVe siècle : L’âge des églises gothiques

1492 : Premier voyage de Christophe Colomb

XVe-XVIe siècle : La Renaissance

1598 : L’édit de Nantes

1661-1715 : Louis XIV, Versailles

Milieu du XVIIIe siècle : L’Encyclopédie

1789-1799 : La Révolution française : 14 juillet 1789 : prise de la Bastille ; août 1789 : Déclaration des droits de l’Homme et du citoyen ; septembre 1792 : Proclamation de la République.

1799-1815 : Le Consulat et l’Empire ; 1804 : Napoléon 1er empereur des Français

1815 : Le congrès de Vienne

1815-1848 : Monarchie constitutionnelle en France

1870-1940 La Troisième République

1848-1852 : La Seconde République, 1848 : établissement du suffrage universel masculin, abolition de l’esclavage

1852-1870 : Le Second Empire (Napoléon III)

1882 : Jules Ferry et l’école gratuite, laïque et obligatoire

1894-1906 : Affaire Dreyfus

1905 : Loi de séparation des Églises et de l’État

1914-1918 : La Première Guerre mondiale ; 1916 : Verdun ; 11 novembre 1918 : Armistice de la Grande Guerre

1917 : La révolution russe

1924-1953 : Staline au pouvoir

1933-1945 : Hitler au pouvoir

1936 : Victoire électorale et lois sociales du Front Populaire

1939-1945 : La Seconde Guerre mondiale, 8 mai 1945 : fin de la Seconde guerre mondiale en Europe Août 1945 : Hiroshima et Nagasaki

18 juin 1940 : Appel du général de Gaulle

1940-1944 : Le Régime de Vichy

1944-1945 : Libération de la France, rétablissement de la République (la IVe), droit de vote des femmes, Sécurité sociale

1961-1989 : Le Mur de Berlin 

1947-1962 : Principale phase de la décolonisation

1957 : Les traités de Rome

1958-1969 : Les années de Gaulle ; 1958 fondation de la Ve République

1981-1995 : Les années Mitterrand

1992 : Le traité de Maastricht

1995-2007 : Les années Chirac

2002 : L’euro monnaie européenne

 



Citer ce billet
aggiornamento (2024, 23 janvier). les programmes d’histoire et de géographie de la libération à 2010. Aggiornamento hist-geo. Consulté le 28 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/vnfi