Quand une nation oublie sa jeunesse…

Les universités n’ouvriront au mieux que le 5 février 2021, deux mois après les commerces, les lieux de cultes, les salles de cinéma et les théâtres.

Il faut sauver l’économie, ce que j’entends, sauver la culture ; il faut scolariser les plus jeunes pour des raisons psycho-sociales et économiques bien sûr, ce que j’entends aussi. Mais quid des étudiants ?

Les étudiants des universités, moins chanceux que leurs camarades de classes préparatoires et de BTS, auront donc une année désastreuse. L’enseignement en distanciel est la norme désormais. Nous savons que les étudiants ne le vivent pas bien, mais tant que la règle était la même pour tous, ils avaient accepté la dates butoir du 18 décembre 2020.

Aujourd’hui, nous, leurs enseignants, et eux, ne comprenons pas…

La précarité de nombre d’étudiants est inquiétante et leur besoin d’un lien réel et en présentiels avec leurs enseignants est primordial aujourd’hui. Nous sommes face à des adolescents pour les plus jeunes ou à de jeunes adultes qui passent de 6 à 8h devant leurs écrans tous les jours. Et nous, leurs enseignants, nous les portons à bout de bras pour que leur moral ne plonge pas. Le distanciel est à ce point innovant que nous devons mettre en place des « ateliers » de travail via notre bureau : le comble de la pédagogie collaborative !

Quand va-t-on comprendre dans ce pays que l’on ne peut pas accuser les jeunes de tous les maux, notamment celui d’avoir fait la fête cet été, alors que nombre d’adultes ont fait de même ?

Quand va-t-on comprendre dans ce pays que les jeunes ont respecté les conditions sanitaires mises en place dans les établissements d’enseignement supérieur en septembre et octobre dans la situation d’enseignement en présentiel ou en mode hybride ?

Quand va-t-on comprendre dans ce pays que l’on peut faire confiance aux jeunes et qu’ils n’ont aucune envie de contaminer leurs grands-parents, qu’ils sont responsables ?

Quand va-t-on comprendre dans ce pays qu’ils ont besoin (après plus de 8 semaines au printemps et 7 semaines cet automne de privation de liens réels avec leurs enseignants) de « vrais cours », qu’il faut les nourrir intellectuellement, par l’apport de connaissances mais aussi par les interactions en cours, les échanges, la confrontation d’idées : tout ce qui a disparu avec le distanciel ?

Pourquoi leur imposer encore cinq semaines d’isolement intellectuel derrière des écrans qui les, qui nous, abîment tous ?

Quand va-t-on enfin comprendre que les enseignants du supérieur se sentent aussi les grands oubliés de cette période difficile pour tous ? Quand va-t-on comprendre que leur métier fait partie des services « essentiels » d’une nation démocratique et sociale ? Nous sommes, étudiants et enseignants, les grands invisibles de ce confinement qui se prolonge pour nous jusqu’au 5 février au mieux.

Il faut, pour des raisons sociales et psychologiques, rouvrir les universités avant le 5 février 2021 sans quoi, les jeunes étudiants, que nous perdons déjà, s’éloigneront davantage encore, en colère après ce monde d’adultes qui décidément ne les comprend pas. »

 

Stéphanie Maffre, MCF en histoire contemporaine,