Enseigner le concept de « crise » avec la série Peaky Blinders.

Rédacteur : Karl Zimmer

Je vais partir d’un travail réflexif autour d’une petite activité proposée à mes élèves de troisième[1]. On va visionner quatre extraits de la série Peaky Blinders[2]et s’appuyer sur un extrait d’un livre d’Enzo Traverso. La tâche consiste à retrouver dans le texte les quatre passages qui correspondent aux quatre vidéos. Rien de bien difficile pour des apprentis historiens.

La cohorte des élèves de troisième de cette année est née en 2004 et 2005. Autant dire qu’ils ont toujours vécu sous le régime de “La Crise”. Notre présent est ainsi qualifié au quotidien. Si les choses sont comme ceci ou cela, c’est à cause de La Crise. Ça en deviendrait presque l’éponyme de la décennie 2010. “La crise” est donc concept d’actualité mais il a aussi une historicité. D’ailleurs, il est régulièrement utilisé, notamment dans les cours d’histoire-géographie. Pourtant, il est rarement interrogé en profondeur. A titre d’exemple, l’État, la religion, la ville, la démocratie, la République sont autant de concepts abordés de front dès la classe de sixième. Leur épaisseur est détricotée chaque année du curriculum. Ce n’est pas le cas de la “crise”. 

Les programmes scolaires, seules injonctions légales, en font un élément introductif au premier chapitre d’histoire de la fin du cycle 4 : « La classe de 3e donne aux élèves les clefs de compréhension du monde contemporain. Elle permet de montrer l’ampleur des crises que les sociétés françaises, européennes et mondiales ont traversées, mais aussi les mutations sociales et politiques que cela a pu engendrer. » Les fiches Eduscol[3], élaborées par l’IGEN pour aider à la mise en œuvre des programmes, en font même une clé structurant le chapitre. A la question « Comment mettre en œuvre le thème [de l’Europe, théâtre majeur de guerre totales entre 1914 et 1945] en classe ? », la réponse est sans ambages : « Utiliser la notion de crise comme fil conducteur ». Oui mais comment définir cette notion dont il est dit qu’ « il est fondamental d’expliquer […] aux élèves »?

La série Peaky Bliders est « un morceau de l’histoire européenne[4] ». En pleine entre deux guerres, les cinq saisons, diffusées par BBC2, Arte et Netflix, tracent le récit d’un clan mafieux de gitans de Birmingham dont le leader charismatique est Thomas Shelby. Tout au long des épisodes, la famille Shelby cherche  à s’offrir une respectabilité dans le milieu des paris sur les courses de chevaux jusque sous les arcades de Westminster. Si l’ambiance est marquée par l’anachronisme, tout ou presque est bien fait : decors, plans, vêtements, répliques, accents, distinctions et codes sociaux, coiffures, bande son ! L’immersion est totale. Mais la série n’est pas seulement un tableau brutal et esthétique, elle s’inscrit fidèlement dans l’histoire européenne. D’abord, à la fin du XIXe siècle et au début du XXe siècle, il y a bien eu un gang de jeunes, pauvres, qui ont investi les rues de Birmingham, pour s’affronter avec la police. Sorte d’ Apaches britanniques. Peaky Blinders distord donc le temps puisque la fiction débute en 1919. A ce moment, on suit l’itinéraire de gens ordinaires qui donne en perspectives à voir l’histoire européenne : sortie de guerre, révolution russe, krach boursier et montée du fascisme. On va donc essayer de montrer de quelle manière la série permet de définir de manière pédagogique (simplifiée) et complexe (scientifique) la polysémie qui se cache derrière l’expression « crise » ?

1°) La « crise » : maux de la société et une rupture fondamentale ?

La violence dans la série est omniprésente. En réalité, elle symbolise le traumatisme de la Grande guerre. Le premier extrait évoque l’ancien combattant pour qui le passé ne passe pas. Les hommes sont brisés par la guerre. La première saison est imbibée par la force de la camaraderie du front mais surtout par la présence d’une sorte de Shell Shock, le stress et les cauchemars post-traumatiques causés non par l’horreur des tranchées mais dans les tunnels, par les coups de pioche. Les Shelby étaient des tunneliers, ils ont creusés sous les no man’s land dans la Somme. La présence perpétuelle de la violence, de la haine, de l’alcoolisme, des drogues, de la fascination pour les armes, de la brutalité, des corps meurtris, des chairs habitées et des esprits égarés ne semblent alors rien à côté des événements qu’ils ont vécus sur le front. La Grande guerre est toujours présente, elle poursuit Tommy et l’empêche, malgré lui de se reconstruire, de trouver une vie ordinaire : une humanité. A chaque fois que le vétéran cherche à se construire un couple, une notabilité, un travail, la brutalisation – de George Mosse – le rattrape. Pire, la guerre ne semble toujours pas terminée puisque les affrontements se poursuivent : policiers contre gangsters, guerre d’Indépendance des Irlandais, affrontements avec les Italiens, etc. La frontière entre la guerre et la paix est floue. La crise de la première guerre mondiale n’est pas résolue avec la paix. La guerre est toujours là, c’est en quelques sortes la matrice de LA crise.

L’extrait de la grève illustre la situation de misère et pauvreté de la classe ouvrière dans les années 1920. Birmingham est à ce moment la capitale de la sidérurgie britannique. Elle est représentée comme un bas-fond urbain, industriel, sombre, oppressant, sale, violent, fantasmagorique presque[5]. Les vies ordinaires, crasseuses, y sont broyées, comme on la vu dans le premier extrait où Tommy vit dans une chambre minable et crasseuse. La prostitution est omniprésente. C’est dans ce double contexte (post-guerre et social) qu’apparaît Freddies, le beau frère de Tommy. Il est communiste. Au départ la chose paraît improbable dans le milieu des Shelby, mais petit à petit on comprend que l’engagement marxiste a été une voie ouverte par l’expérience du front. Ce personnage campe un esprit militant, agitateur, qui une fois démobilisé tente de renverser le vieux monde[6]. Le spectre de la révolution sociale hante plusieurs saisons. Dès la première saison, les grèves sauvages et les émeutes sont représentées et illustrent que dès “1919, l’Europe est secouée par des grèves et des mouvements insurrectionnels[7]”. La Grande-Bretagne a elle aussi été touchée par des mouvements sociaux d’envergure, en particulier en 1921, par une grève dure des cheminots et en 1926, par une grève générale. La proximité (fraternité) entre le mafieux Tommy et son beau frère communiste exprime les accointances entre luttes sociales et criminalité de l’époque. Nous avons donc bien affaire à « la phase la plus aiguë[8] » qui concentre les difficultés. La crise est donc aussi clairement représentée comme ce moment où ceux d’en haut ne peuvent plus gouverner et ceux d’en bas ne veulent plus être dominés comme l’expliquait Lénine. La révolution russe est évoquée à plusieurs reprises que ce soit par le biais des militants du parti communiste, guidés par Moscou, la crainte des autorités politiques et policières de voir une révolution éclore dans les milieux industriels britanniques (Winston Churchill joue un rôle déterminant dans la série) ou encore via la présence de riches émigrés blancs (saison 3). La série se rapproche ici de la réalité puisque le parti communiste a toujours été numériquement ultra minoritaire. Son projet révolutionnaire attirait peu les masses du Royaume-uni, en revanche les militants communistes ont joué un rôle majeur auprès des huit millions d’adhérents dans les Trade-unions.  

2°) La « crise » : engrenage vers des périls, pires encore ?

Quand on parle de la crise de l’entre deux guerres, une date doit être évoquée : le 29 octobre 1929. Rien où presque ne se passe ce jour là en Europe, mais pourtant elle fait belle et bien partie de l’histoire européenne. Peaky Blinders a mis en scène ce jour de Krach boursier pour introduire sa dernière saison (la Cinquième!). Au delà des faits, l’extrait est intéressant car il montre une troisième manière d’appréhender le concept de crise : c’est moment d’accélération de la temporalité. Tout se joue (ou plutôt se perd) en quelques heures. La situation complètement bousculée. On se réveille un matin, il y a une étrange sensation de gueule de bois comme celle du petit frère dans le troisième extrait. Au même moment, la tante Polly, qui joue à la fois la matriarche et la diseuse de bonne aventure, incarne à ce moment la garçonne des années folles jouissant d’un nouveau luxe à Monaco. En quelques secondes, tout s’effondre. La fortune des Shelby, placée en bourse à Wall Street n’est plus. Tommy est déstabilisé par le petit dernier. Le clan doit à nouveau se tourner vers des activités illégales. On semble au bord du gouffre, au pied du mur dans lequel le train vient de se crasher.

Pourtant, et c’est ça la force d’une crise : quand on pensait avoir touché le fond, tout s’accélère encore vers le pire. La fuite en avant est symbolisée dans l’extrait n°3 par le départ précipité du jeune Shelby de son hôtel new-yorkais pour rejoindre Londres. Cette approche d’une histoire qui va dans le mur est amplifiée par la périodisation traditionnelle de l’« entre-deux-guerres ». Le chrononyme laisse penser à une unité temporelle de la période, comme si tout était inévitable, comme si depuis la Première guerre mondiale tout concourait à engager la seconde. Malgré tout, l’enseignement de ce chapitre a un autre objectif. On doit montrer la complexité des mécanismes qui ont conduit à la Seconde Guerre Mondiale. On doit essayer de critiquer l’idée reçue qui consisterait à interpréter les événements comme si tout était mécaniquement écrit d’avance. C’est précisément dans ce sens que le concept de crise, comme engrenage, est pertinent, puisqu’il caractérise la période « comme le temps des crises en chaîne[9] », en somme une sorte de « guerre civile européenne[10] » entre 1914 et 1945.

3°) La « crise » : expérience qui ouvre le champ des possibles ?

L’extrait du fascisme est issu de la cinquième saison, celle qui est sans doute la plus « politique[11] ». Il montre une possibilité non advenue[12]. Pourtant, elle joue une nouvelle fois avec une fiction probable. En effet, Tommy se retrouve, ici en 1931, au côté d’Oswald Mosley[13]. Fondateur d’un parti fasciste britannique, il incarne la possibilité du fascisme en Grande-Bretagne. A nouveau, le décorum fait davantage l’histoire que l’intrigue : contexte des bagarres avec les antifascistes, drapeau utilisant une symbolique fasciste, provocations nationalistes et antiparlementaires, slogan antisémite, gestuelle martiale et mussolinienne. La crise c’est aussi ça, un moment pile en haut d’une crête où tout est possible. La société peut basculer d’un côté ou d’un autre, dans la révolution ou dans la réaction, dans la guerre ou dans la paix, dans la démocratie ou dans le régime totalitaire. George Didi-Huberman propose ainsi de reprendre la définition médicale du terme « crise », non seulement un mal mais une étape vers autre chose, une sorte de résilience qui donne leur place aux expériences. Et c’est précisément le sens de ce chapitre, confronter les solutions envisagées par les sociétés européennes pour sortir de la crise. On y confronte, un peu de manière manichéenne, les expériences démocratiques (type Front populaire en France) et les expériences totalitaires (URSS et IIIe Reich). Cette ouverture des champs des possibilités peut aussi s’incarner dans le personnage de Salomon. C’est la figure du Juif non-juif. Son ambivalence (fidélité, traîtrise, pragmatisme, dogmatique, il est tout à la fois) offre à voir, là encore, les possibilités du judaïsme de l’entre-deux guerres : sionisme, antisémitisme, bundisme, messianisme révolutionnaire, etc.

 En guise de conclusion, on peut partir des traces des élèves pour distinguer deux éléments.

  • D’abord, enseigner avec le support de la série Peaky Blindersa permis de construire de manière simple et efficace l’aspect protéiforme qui se cache derrière le mot « crise ». Durant l’entre-deux-guerres, il n’y a pas une mais des crises comme le rappelle justement la fiche Eduscol : diplomatique, militaire, économique, politique, culturelle et morale (on ajoutera « sociale »). On évoque ainsi le cas britannique en introduction, délaissé (au profit du cas français) laissant de côté le mythe d’une Angleterre prospère, riche, aristocratique, parlementaire, démocratique, résistante, etc.
  • Ensuite, d’une manière plus complexe, l’analyse des séquences proposées de Peaky Blinders a mis en avant une manière de voir l’histoire non-linéaire, avec des événements qui semblent accélérer le temps et d’autres qui s’empêtrent dans le passé, un passé qui traîne, qui ne passe pas. Ce jeu des lectures est d’autant plus intéressant à évoquer (et seulement évoquer) avec de jeunes élèves qu’il ouvre des perspectives critiques pour « comprendre le monde d’aujourd’hui ». Forcément, à moment donné ce chapitre interpelle notre actualité (montée des nationalismes, crise financière, misères et chômage, risque de guerre, etc.).

[1]                Voir les deux annexes.

[2]                Saison I (2013) et V (2019), création de Steven Knight.

[3]       https://cache.media.eduscol.education.fr/file/Histoire/80/2/C4_HIS_3_Th1_L_Europe,_theatre_majeur_guerres_totales-DM_593802.pdf

[4]       Damour Franck, « Carnets aléatoires », Etudes, septembre 2016.

[5]       Dominique kalifa, Les bas-fonds. Histoire d’un imaginaire, Seuil, 2013.

[6]       Benoît Kermoal, « Peaky Blinders ou comment traverse une catastrophe : Une vision prolétarienne de l’histoire ? », reflexivites.hypotheses.org, 17 janvier 2015.

[7]                  Michelle Zancarini-Fournel, Les luttes et les rêves, La Découvertes, 2016, p.581

[8]       Fiche Eduscol.

[9]       Fiche Eduscol.

[10]     Enzo Traverso, La guerre civile européenne, Fayard, 2009.

[11]     Martine Delahaye, « Les Peaky Blinders face au Krach de 1929 pour la cinquième saison », Le Monde, 4 octobre 2019.

[12]     Pierre Singaravélou et Quentin Deluermoz, Pour une histoire des possibles. Analyses contrefactuelles et futurs non advenus, Seuil, 2016.

[13]     Un fascisme anglais. 1932-1940, l’aventure politique de Diana et Oswald Mosley, Autrement, 2001.



Citer ce billet
aggiornamento (2020, 11 avril). Enseigner le concept de « crise » avec la série Peaky Blinders. Aggiornamento hist-geo. Consulté le 24 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/atvd