W.E.B. Dubois, avant les âmes

Rédactrice : V Servat

W.E.B. Dubois, Les Noirs de Philadelphie, 1899, traduit à La Découverte en 2019.

Il y a un peu plus d’un siècle, alors que les braises du premier conflit mondial rougeoient encore, se tient dans le Grand Hotel d’un boulevard parisien, le premier congrès panafricain de l’histoire. Autour de Marcus Garvey, le Moïse Noir, l’un des précurseurs du mouvement, du député du Sénégal Blaise Diagne et de W.E.B. Dubois se retrouvent une soixantaine de représentants de la cause Noire1 venus des Caraïbes, d’Afrique et d’Amérique. C’est pour commémorer cet évènement que se tiendra, en France, du 15 au 19 octobre un colloque international d’ampleur reliant Bordeaux, Chicago et Paris. Consacrées plus spécifiquement à la figure de W.E.B Dubois, une des chevilles ouvrières de cette réunion parisienne et penseur majeur de la question Noire au tournant du siècle, ces journées tenteront de jeter la lumière sur l’homme, son œuvre, ses actions, par trop méconnues de ce côté-ci de l’Atlantique. Quatre jours de conférences, d’échanges et même de musiques, ouverts par Christiane Taubira et clôturés par Paul Gilroy, pour mesurer la contribution intellectuelle et militante de Dubois, homme aux compétences multiples (philosophie, sociologie, histoire, lettres classiques) dévouées à la cause des Noir.es et tout particulièrement à leurs luttes pour l’égalité. 

Or, voici que les éditions La Découverte ont la bonne idée de proposer en cette rentrée éditoriale la traduction d’un des ouvrages importants de W.E.B. Dubois, situé en amont de son classique Les âmes du peuple noir paru en 1903. Ce livre dont l’édition a été magistralement établie par Nicolas Martin-Breteau intitulé Les Noirs de Philadelphie, une étude sociale résultat d’une enquête de terrain auprès des habitants d’un des districts de la ville du même nom est un tremplin pour d’autres publications concernant les populations Noires des grands centres urbains du quart Nord-Est des Etats-Unis. En effet, en 1901, W.E.B. Dubois livre sous le titre The Black North, une série d’articles sur Boston, Washington et Philadelphie dans le sillage de l’étude qu’il lui a consacré deux ans auparavant.

C’est notamment la trajectoire scientifique de W.E.B Dubois qui rend la traduction de ce volume si précieuse, autant que la centralité de ses actions en faveur de la cause Noire. Il n’est donc pas inutile d’y revenir, ce que fait utilement Nicolas Martin-Breteau dans son introduction. Sans la résumer, rappelons que Dubois appartient à l’élite intellectuelle Noire de son pays, universitaire (il est le premier Noir auquel Harvard décerne un diplôme de doctorat), c’est aussi un activiste ; il fonde le mouvement de Niagara (qui regroupe également quelques intellectuels Blancs) puis en 1909, la NationalAssociation for the Advancement of Colored People (N.A.A.C.P.). Essayiste et journaliste, il dirige la publication The Crisis qui est l’organe de presse officiel de cette jeune organisation.

Dubois traverse une période charnière de l’histoire des Noirs aux Etats-Unis d’Amérique. En effet, aboli en 1865, l’esclavage laisse place, au Sud du pays, aux lois Jim Crow qui façonnent une société ségréguée, dans laquelle Blancs et Noirs sont séparés par la fameuse Color line. Jusqu’à la première décennie du 20è siècle, quatre vingt dix pour cents des hommes et femmes de « couleur » vivent aux Etats-Unis sous leur férule. Les dix pour cent restants, dont Dubois fait partie, sont installés au Nord du pays, région qui amorce lentement mais surement son industrialisation. Une fois lancé, le processus dévoreur de main-d’oeuvre stimulera ce qu’on appelle communément la grande migration, ou départ massif des anciennes populations serviles ou ségréguées de l’ancien Sud esclavagiste, vers les centres industriels du Nord-Est. Enserré entre ces deux moments structurants de l’histoire des afro-américains aux Etats-Unis, ce temps court (1880-1910)est décisif. Un vif débat interne à la communauté Noire, ou plutôt à ses élites, s’y déploie. Dubois en est un des animateurs. Il est de ceux qui croisent le fer, du moins verbalement, avec Booker T. Washington, implanté au Sud, fondateur, en 1881, en Alabama, du Tuskegee Institute, un établissement d’enseignement technique réservé aux Noirs. Derrière son projet se cache l’idée que pour lutter contre le racisme, les Noirs doivent affirmer leurs capacités à gravir l’échelle sociale (uplift) en devenant des agents économiques réconnus. De cette voie bien arpentée découlera l’égalité politique. Dubois ne partage pas cette stratégie : il souhaite avant tout démontrer que l’élévation sociale et économique des Noirs est entravée par des conditions de vie et d’emploi dégradées, résultat non d’un atavisme, mais d’une subordination globale et d’un racisme structurel que seule l’égalité politique et le pouvoir de décision qu’elle octroie pourra contrer. Homme de son temps, il y met toutefois quelques réserves sur lesquelles nous reviendrons. Les Noirs de Philadelphie viennent donc peser dans son argumentaire en même temps que l’ouvrage nous montre les prémices de la grande migration et de la constitution des grands ghettos urbains. 

L’étude menée par Dubois est une commande de l’université de Pennsylvanie qu’il va conduire à l’appui d’une enquête de terrain entre août 1896 et décembre 1897 dont il précise d’emblée objectifs, objet et méthodes. 

Cette étude cherche à présenter les résultats d’une enquête entreprise par l’université de Pennsylvanie sur la situation des 40000 personnes de sang noir dans la ville de Philadelphie. Cette enquête s’est déroulée sur une période de quinze mois et cherchait à étudier la distribution géographique de cette race, ses occupations et sa vie quotidienne, ses foyers, ses organisations, et par dessus tout ses relations avec le million de ses concitoyens blancs. L’objectif de ce travail est avant tout d’exposer au public un corpus d’informations qui puisse constituer une sorte de guide pour la mise en place d’efforts visant à résoudre les nombreux problèmes noirs affligeant une grande ville américaine. (p 53)

W.E.B. Dubois et sa femme Nina Gomer, avec leur fils Burghardt décédé prématurément.

Installé avec sa femme dans un modeste logement du 7ème district, Dubois organise l’enquête qui est faite porte à porteà l’aide de 6 questionnaires dans un quartier de Philadelphie long et étroit  qui regroupe alors 1/5 de la population africaine-américaine de la ville. Il bénéficie aussi de l’aide d’Isabelle Eaton, une jeune étudiante qui a travaillé plus spécifiquement sur la domesticité à Philadelphie, secteur d’activité dans lequel sont employés de nombreuses personnes du quartier et au-delà de la ville. S’ils ne taisent rien des limites et des interrogations que suscitent leurs données et leurs analyses, on ne peut être qu’impressionné.es par l’ampleur et la précision des chiffres collectés par les deux universitaires. Une suite de tableaux statistiques et de graphiques dénombrent les individus (âge, sexe, origine géographique), classe leurs emplois, ausculte leurs logements, expertise leur éducation même s’ils en déplore le caractère limité et rudimentaire, leurs formes de sociabilités structurées notamment autour de la pratique religieuse. L’emboitement des échelles spatiales et temporelles vient donner du sens à cette masse de données replacées dans celles relatives à la ville ou au pays, et comparées à d’autres périodes de l’histoire à l’aune de travaux antérieurs. Les parties les plus sensibles de la condition Noire dans le 7ème district de Philadelphie – criminalité, alcoolisme, pauvreté, prostitution, pratiques matrimoniales aux marges de la norme – sont également quantifiées et analysées. 

Philadelphie et son 7ème district, (La Découverte, p 109)

Au fil de l’enquête, de l’exposition de ses résultats et des analyses qui s’ensuivent, on mesure  un autre intérêt du livre de W.E.B. Dubois : donner à voir les évolutions, inflexions et paradoxes – ou bien en un mot la complexité – du discours des membres de la communauté Noire sur les voies souhaitables ou nécessaires à son émancipation. En effet, tout au long de son travail, mais de façon plus nette à partir des chapitres consacrés à l’étude des sociabilités ou a-sociabilités des Noirs, Dubois verse volontiers dans un discours moralisateur qui distingue le Noir éduqué et éclairé de la masse, prompte à se laisser corrompre (y compris par les Blancs). De son temps, Dubois ne s’affranchit pas dans son travail scientifique des schémas de pensée alors en vigueur, fortement emprunts de darwinisme social. Les croiser dans ses écrits  nous autorise d’intéressantes comparaisons avec ceux qui traversent, à la même époque, l’esprit de penseurs, mieux connus sans doute, situés de l’autre côté de l’Atlantique, quant à l’éducabilité et l’émancipation politiques des masses laborieuses et miséreuses. Et de nous rappeler la centralité de cet océan pour comparer des phénomènes économiques, politiques, sociaux et culturels de l’époque contemporaine ainsi suivre les circulations des idées et des hommes. Mais pour en revenir à Dubois, donc à Philadelphie et aux Etats-Unis, l’universitaire, socialement situé, énonce à la fin de son enquête ses réflexions et réserves sur le droit de vote des Noirs dans son pays. En dépit de ces dernières, Il préconise qu’à défaut de requérir une qualification éducative et foncière préalable à l’exercice de ce droit, il est certainement plus juste d’admettre les inexpérimentés et les ignorants que d’exclure tous les Noirs malgré leurs qualifications. Et d’ajouter Plus juste, mais aussi plus dangereux. (p. 423). 

La question des droits politiques est l’aboutissement de son travail. Et à celle de  savoir comment et selon quels paramètres permettre aux Noirs de Philadelphie, ville renommée pour sa représentation politique corrompue, de voter et de modifier leur place dans la société états-unienne, Dubois, en représentant d’une élite dont les préoccupations quotidiennes sont très éloignées de celles des miséreux qu’il étudie, manie la revendication prudente.

L’émancipation ne se décrète pas, elle est un combat long et évolutif. Dubois en est sûr, a change is gonna come. 

L’édition française de l’ouvrage de W.E.B. Dubois contribue à la visibilité grandissante de ce pionnier de la sociologie dont la place a été, parce qu’il était Noir, largement et trop longtemps minorée. Elle intéressera vraisemblablement la grande famille des praticien.nes des sciences sociales, et au-delà toutes celles et ceux qui cherchent dans le tissu du temps, les traces des luttes des femmes et des hommes pour leur émancipation. 

1Je garde le parti pris de l’édition d’utiliser les qualificatifs de couleur Noir/Blanc afin de garder le clivage de la Color Line dans lequel s’insère le temps de l’ouvrage et par renvoi à la Blackness qui est aussi un des champs de réflexion de l’auteur. 



Citer ce billet
aggiornamento (2019, 15 octobre). W.E.B. Dubois, avant les âmes. Aggiornamento hist-geo. Consulté le 3 mars 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/atv6