La plaine, récits de travailleurs du productivisme agricole

La plaine, Récits de travailleurs du productivisme agricole. Editions Amsterdam, 2018 ; 154 pages.

Rédacteur : Antoine Vigot

Le livre de Gatien Elie sur les travailleurs du système agricole beauceron est un essai croisant  la géographie, l’histoire, l’économie et de la sociologie. A l’image de cette Beauce, que l’auteur a longuement arpentée, c’est un livre de terrain, constitué de strates de matériaux accumulés où alternent , en 14 chapitres d’une dizaine de pages chacun, entretiens avec les travailleurs du productivisme et mises en contexte historique et économique des transformations de l’agriculture beauceronne aujourd’hui.

Les sept entretiens avec des agriculteurs, tous des hommes, encadrent et structurent l’analyse. A travers ces récits de vie se dessinent les évolutions à l’œuvre dans « La Plaine »et les conceptions de l’agriculture qui s’y succèdent.  Entre les souvenirs d’enfance de Michel, cultivateur de 134 hectares dans le Loiret, où affleure une Beauce gardant un pied dans le XIXe siècle, terre de pâturage pour des milliers de moutons, aux échos du quotidien de Yann, Pascal G et Pascal V, chefs de grandes exploitations, insérées dans une filière agro-alimentaire aux ramifications internationales, on mesure la transformation profonde de l’agriculture beauceronne et des pratiques agricoles. L’approche de Gatien Elie, en immersion au côté des productivistes beaucerons est une des forces du livre car elle place le lecteur au plus près des points de vue et des logiques des acteurs de la plaine.

En introduction, l’auteur raconte la lente appropriation anthropique de la Beauce, devenue, « une plaine sans forêts », amendée, cultivée par parcelles toujours plus concentrées. Se dessine, sous une plume élégante et inspirée, un territoire strié d’axes de transport, zébré par endroit du bleu vertical des raffineries. Comme autant de marqueurs paysagers de cette fin du modèle beauceron traditionnel que Gatien Elie décrit au lendemain de la seconde guerre mondiale, pour dévoiler le propos du livre : s’attacher à travers les récits relatés à « comprendre le consentement d’une profession [au productivisme] et décrire ses stratégies de survie ».

Le productivisme est disséqué par l’auteur et décrit sous ses multiples facettes : la capitalisation de l’agriculture et sa financiarisation, le développement de la sélection et de l’amélioration des semences, l’organisation du conseil technique aux agriculteurs, la prévention relative aux risques professionnels liés à l’emploi des produits chimiques, l’innovation technologique et sa diffusion et enfin la mise en œuvre d’un outil syndical pour défendre le modèle productiviste.

Avec sa cohérence et son approche multidimensionnelle du phénomène productiviste, la force de cet essai réside dans l’aspect vivant des témoignages recueillis qui illustrent au mieux les analyses : les extraits d’entretiens avec un banquier du Crédit Agricole et un assureur chez Axa permettent à l’auteur, nourri des recherches historiques récentes, de dresser une synthèse rapide de l’entrée en dépendance progressive des agriculteurs beaucerons vis à vis du monde de la finance et de l’assurance.

On découvre ainsi une réalité méconnue des non spécialistes : à travers un accès généralisé au crédit, soutenu par l’État dès 1946, via les caisses du Crédit agricole, les agriculteurs sont sous perfusion permanente pour l’équipement et l’innovation : 85 % des dettes des agriculteurs sont détenues par cette enseigne contre 40 % avant guerre ! L’auteur démontre ainsi la consubstantialité du rapport entre la banque et l’agriculture productiviste même s’il note que, du fait de la diversification des activités du Crédit Agricole et de l’internationalisation de son capital, la rotation croissante des conseillers entraîne une distanciation dans le lien ancien de proximité entre banquier et agriculteur. Mais c’est pour mieux nuancer : les agriculteurs siègent dans les conseils d’administration des caisses locales et leur relation de sujétion vis à vis de la finance peut leur sembler relative.

Un autre élément de la financiarisation, souligné par l’auteur, est un aspect important pour toute étude en classe où l’on souhaiterait relier les questions agricoles et environnementales : le déploiement des logiques assurantielles. Désormais un agriculteur a une vingtaine de contrats d’assurance en moyenne pour les bâtiments d’exploitation, les machines ou les systèmes innovants comme le GPS ou, pour certains les récoltes. Or cette logique est amenée à s’accentuer comme le relève l’assureur qui fait le constat de la multiplication récente des aléas climatiques (grêle, inondations) lors de l’entretien mené par Gatien Elie. On a ici une focale originale sur la crise écologique, d’ordinaire traitée sous l’aspect des seules conséquences environnementales du productivisme.

Gatien Elie montre aussi comment la capitalisation a transformé le métier d’agriculteur en en faisant un métier qui demande une maîtrise importante des nouvelles technologies et une connaissance pointue de la filière, de son organisation économique et internationale. Ce processus s’est accompagné de spécialisations des métiers, comparable en cela à la division du travail au sein de la filière. L’exemple d’un semencier de la Beauce montre de façon éclairante comment les parcelles traversées sont liées à des circuits d’échange vastes. Il permet aussi à l’auteur de revenir sur une facette peu connue de l’histoire des semenciers : Les origines intellectuelles de la pratique de la sélection et la continuité du personnel étatique des années 40 aux années 70. La sélection des semences constitue un transfert technique hérité de l’Etat de Vichy qui s’est accompagné d’un discours sur la « modernisation » nécessaire de l’agriculture française qui n’a cessé d’être tenu jusqu’à aujourd’hui. Il est à noter que cet héritage se traduit par la pérennité d’institutions comme le GNIS (Groupement National Interprofessionel des Semences), créé en 1941. Au contrôle étatique sous Vichy pour chercher des « lignées pures », poursuivi par la création de l’INRA en 1948, s’est succédé la libéralisation du secteur, dans les années 1960. Aujourd’hui le secteur est dominé par des grandes multinationales (Monsanto-Bayer, Limagrain), et les petits acteurs se retrouvent menacés par les règles que les grands groupes édictent, notamment en termes de brevet. Les croisements d’échelles et les conflits de juridictions que révèle cette bataille touchant le quotidien des petits semenciers sont éclairants pour mettre en lumière les conséquences concrètes de l’insertion de l’agriculture beauceronne dans la mondialisation.

On pourrait ainsi multiplier les exemples originaux que ce livre apporte et qui pourraient nourrir bien des études au lycée sur les « espaces productifs agricoles français dans la mondialisation ». Mais ce n’est pas le seul élément de réflexion qu’il suscite. En mettant en lumière les rapports de la profession aux produits phytosanitaires, notamment en termes de construction de la réglementation et des risques sanitaires, Gatien Elie œuvre, sans jamais juger, au développement d’une interrogation critique radicale du modèle productiviste. Le verbatim édifiant d’une séance d’un « groupe de vulgarisation agricole », où des agriculteurs volontaires reçoivent ex cathedra les conseils d’un agronome de la chambre d’agriculture montre l’aspect prescriptif des recommandations, en même temps que le laxisme de la réglementation.

Par ailleurs la dangerosité omniprésente du métier est un élément peu souligné dans les approches des figures de l’agriculteur en géographie. Si ce livre y fait justice, il faut sans doute voir dans cette absence relative une des conséquences de l’opacité à laquelle Gatien Elie se confronte dans son chapitre sur « soigner les productivistes ». Le refus absolu des médecins qu’il tente d ‘interroger de lui livrer une réponse est édifiant. Plusieurs passages du livre permettent de bien cerner cette difficultés : la question des équipements de protection, obligatoires depuis… 2016 (!), lors de la manipulation de produits phytosanitaires, la dimension cancérigène établie des produits, le mauvais état de la santé mentale chez les agriculteurs soumis souvent à une forte solitude, à une amplitude de travail quotidien très lourde et aux stress inhérents à la culture entrepreneuriale sont autant d’éléments abordés qui permettent de mieux comprendre le « malaise paysan »

         Enfin, ce n’est pas le moindre mérite de ce livre que de développer ainsi implicitement un questionnement politique sur le productivisme, sans jamais juger les acteurs de cette plaine, en empathie avec leur propos et les difficultés qu’ils rencontrent. De ce point de vue les derniers chapitres du livre sont très réussis. Les transformations contemporaines du métier avec le développement d’une agriculture « intelligente », entièrement dépendante de l’informatisation, de machines connectées, aux coûts faramineux, et de systèmes d’informations géographiques, Gatien Elie pose finement la question de « l’obsolescence de l’agriculteur » et pointe combien la foi dans les progrès techniques comme palliatifs aux difficultés du métier est un discours porteur de sens pour les productivistes. Quand bien même ces progrès pourraient être questionnés socialement.

La force du livre réside d’ailleurs dans une maïeutique permanente qui, à force d’interroger le modèle illustré par le kaléidoscope des témoignages, finit par le remettre en cause. Et la question centrale du consentement, énoncée en introduction trouve sa réponse dans le positionnement politique des agriculteurs de la plaine, qui finit par affleurer dans le dernier chapitre « Défendre la plaine ». Si « nourrir les hommes » est une question d’intérêt général, on peut à sa lecture se demander si c’est encore la finalité du métier que défend le syndicalisme majoritaire de la FNSEA, dont l’histoire réactionnaire est rappelée, auquel adhèrent une majorité des agriculteurs de la plaine. (On apprend ainsi que la confédération paysanne ne recueille jamais plus de 15 % des voix sur ce territoire contre 18,5 % nationalement). Des discussions de comptoir relatées par l’auteur émerge une figure sociale, qui semble majoritaire dans la plaine, celle d’un agriculteur politiquement conservateur, hostile ou indifférent aux luttes écologistes et se situant subjectivement résolument dans la classe dominante dont il épouse les vues sur les questions sociales.

Gatien Elie permet dans ce livre de saisir la multiplicité des facteurs de consentement au productivisme, alchimie d’incitation étatique et de conservatisme politique, de pragmatisme volontiers laxiste face à des règles sanitaires considérées comme des décisions bureaucratiques, de quête du profit, de poids des structures financières et des lobbies industriels. On regrettera peut-être qu’aucune évaluation chiffrée du capital possédé par ces « seigneurs de la plaine » ne soit disponible dans le livre, ce qui eût permis d’appuyer ou de nuancer l’analyse finale, mais cela tient sans doute à une discrétion toute paysanne sur le sujet. Quoi qu’il en soit, La Plaine, est un essai  sensible et rigoureux, parsemé de réels bonheurs d’écriture, qui donne à lire et à questionner la complexité du productivisme en France aujourd’hui.