CR : Eric de Chassey, Pour une histoire de l’art, Arles, Actes Sud, 2011, 135p

Rédactrice : Marie Lavin

Professeur d’histoire de l’art à l’université de Tours, critique d’art, actuel directeur de la Villa Médicis, mais aussi régulièrement commissaire d’expositions (Repartir à zéro, comme si la pinture n’avait jamais existé à Lyon en 2008 et actuellement les sujets de l’abstraction à Genève), Eric de Chassey fait partie de ces historiens d’art qui pensent que la généralisation d’un enseignement d’histoire des arts à l’ensemble de l’enseignement scolaire est une occasion à saisir par la communauté des universitaires, position qui contraste avec celle qui fut fortement majoritaire dans  ce milieu pendant des années et pouvait se résumer ainsi : « [l’histoire des arts est]…une négation pure et simple de la spécificité de l’histoire de l’art », une « réponse totalement inadaptée aux besoins et unanimement dénoncée par la communauté scientifique des historiens de l’art » (Eliane Vergnolle présidente de l’APAHAU en 1995). A plusieurs reprises,  notamment lors de la journée l’histoire de l’art de l’université à l’école organisée par l’INHA en avril 2008 et lors du colloque organisé par le ministère de l’éducation  nationale en septembre 2009 à la Sorbonne, de Chassey a manifesté le souhait d’une implication forte des universitaires dans la réflexion suscitée par le nouvel enseignement. C’est à quoi il s’emploie, avec la parution récente de Pour l’histoire de l’art (Actes Sud édit..), rédigé à partir d’entretiens réalisés par Marc Bayard, Nicolas Idier  et Jean-Miguel Pire.

Dans  une première partie, l’auteur propose une définition de  l’histoire de l’art apparemment simple et en réalité, on s’en aperçoit au fil des pages,  d’une grande exigence épistémologique : construction d’un récit à partir d’un ou plusieurs objets, de la façon dont ils ont été fabriqués, de leurs effets dans  le passé comme dans  le présent et surtout de leur mise en relation. Cet ancrage tenace sur l’objet visuel, qui n’est jamais « la simple application d’une théorie, ni l’illustration d’un discours», irrigue l’ensemble de l’ouvrage, c’est certainement un des points autour desquels pourra se construire le travail des enseignants d’histoire des arts dont les programmes précisent fort heureusement : « L’enseignement de l’histoire des arts est fondé sur l’étude des œuvres ». Ce point de départ centré sur l’objet visuel conduit ensuite de Chassey à évoquer les grandes problématiques abordées en histoire de l’art : ses rapports avec l’esthétique, la sociologie, les visual studies. Il pointe aussi les questions importantes auxquelles l’historien d’art (et  ce sont bien les mêmes pour l’enseignant d’histoire des arts) doit se confronter,  celles entre autres, de la temporalité, de la réception, des interprétations (il milite  pour  la libre interprétation, tempérée par quelques solides garde-fous).   Tout en revendiquant l’importance, la singularité, de la rencontre sensible avec les œuvres, il réfute (et c’est un point capital pour qui souhaite mener une réflexion didactique en histoire des arts) la prédominance du « choc esthétique », menant un plaidoyer argumenté pour « l’apprentissage de vision »,  la connaissance, le savoir, qui permettent « l’enrichissement de l’émotion ».

En quelques pages très denses et sans concession à la moindre langue de bois, il résume l’histoire de l’histoire de l’art en France, et l’on comprend mieux, au détour de telle ou telle  phrase, certains des blocages et des polémiques des débuts de l’enseignement de l’histoire des arts. Ce tour d’horizon  rapide et dense est aussi militant : de Chassey revendique une histoire de l’art dégagée des modèles nationalistes, modèles qui imposent des chronologies, des priorités ou des hiérarchies biaisées, et souhaite explicitement que se développe une histoire de l’art européenne.

L’auteur aborde ensuite la question de l’introduction de l’histoire des  arts dans  l’enseignement scolaire. Il évacue, comme lors de ses interventions orales citées plus haut, la question qui a pourtant longtemps agité certains de ses collègues (et continue pour d’aucuns, dont Pierre Rosenberg est le porte-parole emblématique) : celle de la différence entre histoire de l’art et histoire des arts. Si les raisons qu’il donne du choix, par l’éducation nationale, de ce pluriel ne nous semblent pas pleinement convaincantes (et en tous cas pas exhaustives) et mériteraient débat et enquête, il rappelle à juste titre que, depuis un certain nombre d’années, le champ de l’histoire de l’art universitaire s’est considérablement élargi, il introduit ainsi la notion de « régime artistique global » qui pourrait être un outil conceptuel fécond pour une réflexion didactique en histoire des arts. Ces sont ensuite des questions et des propositions, toutes stimulantes et qui devraient être soigneusement analysées et débattues : d’où partir ? Du plus proche de l’élève ? Du plus dépaysant ? Comment et pourquoi choisir tel ou tel objet ? Que devrait comprendre une liste de référence ? Quelles bornes chronologiques et géographiques ? Quelle distance par rapport à l’objet ? Quelle évaluation proposer ? Quelle formation pour les maîtres ?

Il n’hésite pas au passage à affirmer quelques principes qui lui semblent essentiels, auxquels en ce qui nous concerne nous adhérons et qui, en tout cas, devront être débattus : tout ne se vaut pas et l’enseignement a comme but de favoriser la capacité à juger, à hiérarchiser; l’histoire des arts doit avoir pour objectif de rendre les citoyens libres par rapport aux images ; il insiste aussi, et cela donnera sûrement lieu à réflexion dans  le corps enseignant (cela n’ira pas de soi mais ne devrait pas être simplement évacué sans réfléchir à cette dimension complexe), sur la nécessité de « passer par l’émotion» ;  il souligne l’importance du contact réel avec certaines œuvres ; il refuse la facilité qui consisterait à tomber dans une forme  d’« animation culturelle » et contre laquelle il n’est pas toujours aisé de se prémunir . Cette exigence vis-à-vis de l’Ecole, cette conviction, affirmée en permanence, qu’elle a pour rôle de libérer les élèves en leur fournissant les outils de leur autonomisation intellectuelle sonnent, dans  une période où les enseignants se sentent négligés par leurs autorités de tutelle et où les vocations se font rares,  comme un hymne à leur fonction.  De Chassey recommande aussi de ne pas se limiter à l’art occidental, espérant même que l’histoire des arts pourrait favoriser si, cette prescription est appliquée dans  l’enseignement scolaire, un « effet retour » sur la discipline universitaire ; tout en partageant ce souhait il nous apparaît, au vu des programmes actuels (et malgré la pétition de principe qui figure dans  les « dispositions générales » du texte de cadrage et prescrit de prendre en compte les manifestations artistiques « non occidentales »), fortement utopique. Mais ce postulat d’un va et vient fécond entre l’Université et l’enseignement scolaire est si stimulant que nous ferons avec lui le pari de l’espoir.

La dernière partie, plus brève, traite de « la place de l’histoire de l’art dans  le champ politique ». Plus personnelle, car l’auteur part de son propre parcours pour développer son propos, elle prolonge naturellement les passages sur l’Ecole : place et rôle de l’image dans  notre société, volonté de favoriser une liberté informée des individus dégagés des « impressions premières », nécessité de proposer des expositions exigeantes donc de respecter le public,  réflexion enfin, sur le divertissement et le rôle des institutions culturelles publiques.

Ce livre, dont on apprécie aussi la grande liberté de ton,  fera date. Pour tout professionnel des arts et de la culture d’abord : les quelques pages consacrées à la façon dont un accrochage d’exposition fait avancer l’histoire de l’art, les propositions sur la « consommation culturelle », le bilan et les perspectives de la situation de l’histoire de l’art en France, suffiraient à justifier son grand intérêt. Plus largement, c’est aussi un livre politique, au sens le plus noble du terme, au fil du texte reviennent régulièrement quelques thèmes essentiels pour l’auteur : le souci de l’ambition culturelle pour tous, le refus affirmé de l’hégémonie du système marchand, les prises de position sur la patrimonialisation, le désir de voir accéder le citoyen à une liberté éclairée face aux images, notamment télévisuelles et publicitaires. Enfin, pour qui s’intéresse à l’histoire (forcément récente) du jeune enseignement d’histoire des arts en France (né sous forme expérimentale en 1993), il revêt évidemment une portée encore plus forte, chaque ligne de cet ouvrage dense, prodigieusement mais modestement riche  de références, mérite réflexion, encourage au débat. C’est une étape majeure dans  le travail commun que l’on souhaite voir s’engager entre les universitaires et les enseignants du primaire et du secondaire, la balle est maintenant dans le camp de ces derniers.  Ajoutons, pour conclure définitivement, que le livre lui-même est un objet esthétiquement plaisant et que la vignette de couverture pourrait à elle seule faire l’objet de plusieurs cours d’histoire de l’art et des arts.

Marie Lavin.

Eric de Chassey. Pour une histoire de l’art, Arles, Actes Sud, 2011, 135p., 18 €.

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *