A Suzanne (1922-2018)

Je poserai des mots sur ta disparition quand le temps de la douleur aura laissé un peu de place à celui du souvenir. En attendant, reçois ces mille mercis comme autant de signaux d’impuissance à traduire l’immense perte que représente ton départ, mais aussi l’inestimable richesse que tu laisses à la pensée sur l’histoire et sur l’école. Que tes « lignes de démarcation » nourrissent autant de vocations, après la mienne, après tant d’autres ; et que tes écrits passent entre toutes les mains de celles et ceux qui font de l’humanité leur ultime combat.

Laurence