Les Dix millénaires qui ont fait l’histoire. Quand on inventa l’agriculture, la guerre et les chefs

Rédacteur : Eric Fournier 

Jean-Paul Demoule, Les Dix millénaires qui ont fait l’histoire. Quand on inventa l’agriculture, la guerre et les chefs, Paris, Fayard, 2017, 318 p., 20,90 euros.

« Nous sommes tous des casseurs cueilleurs ! ». Ce slogan tagué sur les murs de la capitale lors de la mobilisation contre la loi Travail au printemps 2016 traduit autant la détermination festive et imaginative du cortège de tête qu’elle appuie, en un écho sans doute involontaire, l’une des positions du dernier livre de Jean-Paul Demoule : Les Dix millénaires qui ont fait l’histoire, quand on inventa l’agriculture, la guerre et les chefs, constituent une période absente, effacée de nos interrogations et de nos mémoires collectives, bien qu’étant les bases de notre système de production et de nos rapports de domination actuels, à la différence du Paléolithique, pourtant bien mieux connu. Et de fait, à notre connaissance, au printemps 2016, aucun de ces « casseurs cueilleurs » n’a inscrit quelque chose comme « Ni Néolithique, ni néolibéral !», ce qui, après la lecture de ce livre, eut été aussi scientifiquement pertinent que politiquement bienvenu.

Archéologue, protohistorien, professeur émérite à l’université de Paris I, Jean-Paul Demoule est l’auteur ou le directeur d’une vingtaine d’ouvrages, dont, parmi les plus récents, On a retrouvé l’histoire de France (2012) – où il montre sa volonté de rendre accessible les avancées de sa discipline dans le cadre d’une histoire au présent ; Mais où sont passés les Indo-européens ? (2014), somme érudite, dense, édifiante, aussi monumentale que politiquement nécessaire pour démasquer deux siècles de cheminements racialistes souterrains dans les sciences humaines. Les Dix millénaires qui ont fait l’histoire, prenant acte de la méconnaissance publique de cette ère immense, s’efforce de rendre accessible à toutes et tous les acquis de la recherche.

Ainsi, Jean-Paul Demoule, en matière de transmission et d’usages publics de l’histoire, se confronte à plusieurs des interrogations animant le collectif Aggiornamento :

Comment transmettre ce qui nous est familier, en tant que professionnels de l’Histoire-géographie, mais que nos élèves ne connaissent sans doute pas ? Comment rendre accessible la recherche scientifique, ou, plus précisément, comment l’intégrer aux processus de transmission ?

Comment prendre en compte une histoire qui ne peut s’écrire qu’au présent, en fonction de nos propres interrogations, et comment, parallèlement, rendre compte de la présence du passé ? Comment faire une histoire sans finalisme ni quête des origines ? Comment exposer une histoire où rien n’est joué d’avance ?

Or, ces questionnements brûlants, valables pour à peu près n’importe quel thème de n’importe quel programme du secondaire – passé, présent ou à venir – atteignent, avec la préhistoire et la protohistoire à l’incandescence. (Et l’auteur de ces lignes de se demander incidemment s’il ne sacrifie pas lui aussi à une hypermnésie paléolithique par cette référence implicite à La guerre du feu).

Pour répondre à ces considérations pédagogiques, J.-P. Demoule choisit résolument la simplicité et l’accessibilité du propos, destinant clairement l’ouvrage à celles et ceux qui ne connaissent effectivement rien au Néolithique. Les amateurs éclairés pourraient préférer l’excellente synthèse du même auteur, Le Néolithique. À l’origine du monde contemporain (Documentation photographique, 2017), plus courte, plus dense, énergique. Ils manqueraient pourtant quelques informations fortes utiles, disséminées dans cet ouvrage foisonnant, écrit d’une plume alerte et animé par la curiosité. Il est organisé en 11 chapitres thématiques, posant des questions – apparemment – simples, centrées systématiquement autour des acteurs, et en résonance avec le temps présent : « qui a inventé l’agriculture ? » (ch. 1) ; «  qui a inventé les chefs (et la servitude volontaire) ? » (ch. 6) ; « la domination masculine ? » (ch. 9) ; « les migrations (et les immigrés) ? » (ch. 10). Par ce faisceau de questionnements, le Néolithique se révèle dans toute sa richesse, celle de déconstruire les évidences. Ce qui peut apparaitre comme des développements inévitables de la marche de l’humanité relève en fait de choix de sociétés dans des situations et des contextes déterminés, et peut donc en conséquence être déconstruit. La naissance de l’agriculture, les naissances en différents endroits du monde plutôt, s’expliquent par un environnement propice, une culture matérielle (des poteries pour stocker les récoltes), et in fine un choix culturel d’ampleur, celui de bouleverser son rapport à la nature. Rien n’est joué d’avance, et, par exemple, la civilisation de Jomon au Japon, bien qu’inventant la poterie 14 0000 ans avant notre ère reste une société de chasseurs cueilleurs jusqu’à la fin du premier millénaire. De fréquentes comparaisons sont effectuées avec le Paléolithique pour mettre en évidence la relativité de la notion de progrès : les chasseurs-cueilleurs passaient/passent en moyenne 3 heures par jour pour obtenir ce dont ils ont besoin pour vivre, dans des sociétés moins inégalitaires que celles des agriculteurs/producteurs. N’est-ce pas dans cette organisation que résiderait une forme de société d’abondance ? J.-P. Demoule reprend ici les pistes de l’anthropologue Marshall Sahlins publiées en 1972, tout comme il rappelle l’importance des travaux de Pierre Clastres (La Société contre l’Etat, 1974) sur la question des dominations. Par ces références, ce livre redonne ainsi subrepticement, par l’approche préhistorique, une présence à ces si intéressantes productions des années 70.

Beaucoup d’autres choses qui semblent aller de soi volent en éclats dans cette synthèse : en matière de domination masculine, les statuettes de femmes hypersexualisées de la fin du Paléolithique  relèvent sans doute moins d’un culte de la fertilité que d’un contrôle viril de la sexualité féminine ; dans les sociétés de chasseurs cueilleurs, seulement 30 % de l’alimentation est le produit de la chasse masculine, l’essentiel provenant de la cueillette féminine ; en matière d’innovations, plusieurs sociétés, connaissant pourtant le mouvement rotatif, n’inventent pas la roue ; la résistance de certains chasseurs cueilleurs à l’alternative agricole est impressionnante, et on observe même très ponctuellement, des abandons de l’agriculture. En définitive, seule la pression démographique exercée par les sociétés agricoles explique leur diffusion.

On peut, certes, être un peu gêné, parfois furtivement agacé même, par certaines montées en généralité quelque peu hâtives, ou quelques conclusions sommaires, sans doute inévitables dans cet exercice de va et vient entre notre présent, le Paléolithique et dix millénaires d’histoire et de révolutions néolithiques, entrainant également quelques redondances liées au plan thématique. Mais globalement l’ambition de l’ouvrage est tenue tant l’auteur réintroduit, autant que faire se peut, de l’historicité dans ce qui semble aller de soi, évitant ainsi le piège d’une histoire immobile. Par exemple, le chapitre sur l’invention des chefs, souligne que plusieurs sociétés néolithiques caractérisées par d’importantes inégalités de richesse, tels les espaces mégalithiques de la façade atlantique, ont disparu au profit de sociétés plus égalitaires. Puis, à l’égal de l’ensemble des autres chapitres ouvrant sur les présents du Néolithique, il conclut sur la théorie néo-libérale du ruissellement, en une prose plus proche d’une insurrection qui vient que d’une communication sur la diffusion de la culture matérielle du  Rubané en Europe centrale – sur laquelle vous apprendrez aussi beaucoup : « Il est en tout cas exceptionnel qu’un pouvoir trop contraignant parvienne à se maintenir indéfiniment sans provoquer sa chute à plus ou moins brève échéance. La servitude volontaire a donc ses limites ».

Au terme d’une lecture aussi distrayante que bousculante, on souscrit donc avec entrain aux conclusions de J.-P. Demoule : « Une bonne partie de ce qui compose notre monde actuel, les villes, les chefs, les nations, les guerres, les dieux, et ce qui nous semble aller de soi a en fait une histoire et cette histoire n’était pas forcément la seule qui aurait été possible… […] Plutôt qu’une histoire linéaire, il faut donc imaginer une histoire potentiellement buissonnante, avec de nombreuses intersections possibles, même si à chaque fois une seule voie a été prise ».



Citer ce billet
aggiornamento (2017, 22 novembre). Les Dix millénaires qui ont fait l’histoire. Quand on inventa l’agriculture, la guerre et les chefs. Aggiornamento hist-geo. Consulté le 23 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/attz