La métaphore d’une alliance, et le souvenir d’une promesse personnelle

Rédacteur : Vincent Capdepuy

Cette année, le sujet d’histoire tombé au bac pour les séries ES/L dans les lycées des centres étrangers d’Afrique était une étude critique de deux documents. Lu rapidement, le libellé : « La présence des États-Unis au Proche et au Moyen-Orient en 1945 et en 1991 » n’avait rien de particulier détonnant par rapport au programme. En s’inscrivant à la charnière de deux questions : « Les États-Unis et le monde depuis les “14 points” du Président Wilson (1918) » et « Le Proche et le Moyen-Orient, un foyer de conflits depuis la fin de la Première Guerre mondiale », il permettait a priori aux candidats de mobiliser un certain nombre de connaissances. Cependant, sa formulation pouvait gêner par sa trop grande proximité avec un libellé de composition qui aurait été « La présence des États-Unis au Proche et au Moyen-Orient de 1945 à 1991 ».

Or cette confusion n’est pas levée par les documents. Le premier est une photographie bien connue, reproduite dans un certain nombre de manuels scolaires, montrant la rencontre du roi d’Arabie Saoudite Abdelaziz al-Saoud et du président des États-Unis Franklin D. Roosevelt le 14 février 1945 à bord du Quincy, sur le Grand Lac Amer. Le deuxième document est un texte, extrait du discours de George Bush devant le Congrès le 6 mars 1991, à la fin de la guerre du Golfe. En eux-mêmes, ces deux documents ne posent pas particulièrement problème. Ils illustrent assez bien deux moments importants dans l’histoire de la présence de la puissance étatsunienne dans cette région du monde, mais ne présentent pas de connexion directe. L’un ne vient pas en contrepoint de l’autre pour aider les élèves à développer un regard critique, pourtant explicitement rappelé dans la consigne. Au contraire, ils appelleraient presque deux commentaires disjoints, juxtaposés pour répondre à une logique de continuité ou de conséquence qui mériterait une sérieuse historicisation, en tout cas bien au-delà des attentes de Terminale.

En outre, on se heurte ici à un problème d’interprétation et de compréhension du premier document. Par plusieurs biais, j’ai été interpelé sur la persistance d’une légende dont j’avais, cette année, tenté de monter les ressorts dans un article paru sur les carnets d’Aggiornamento. Je n’en reprendrai pas le contenu. L’idée qu’en févier 1945 aurait été conclu un « pacte du Quincy » semble très prégnante parmi les collègues et dans les copies des élèves. C’est lors de cette rencontre qu’une alliance aurait été conclue entre les États-Unis et l’Arabie Saoudite selon un deal qui aurait consisté à garantir, d’un côté, l’approvisionnement en pétrole des États-Unis, de l’autre, la protection militaire de l’Arabie Saoudite. Le terme de « pacte », dans l’absolu assez neutre, prendrait ici une connotation assez négative, dénonçant implicitement l’alliance d’une démocratie avec une monarchie peu progressiste – ce qui est, au demeurant, un fait avéré qui pose indéniablement question.

Rappelons deux choses : d’une part, ce qui intéressait le roi saoudien était bien l’exportation de pétrole, pour des raisons avant tout financières, dans un pays où les ressources étaient alors rares et résultaient beaucoup du pèlerinage, mais ce qui le préoccupait encore davantage était la question de la Palestine et l’immigration juive ; d’autre part, ce que Roosevelt tenait précisément à cœur, c’était la protection des juifs rescapés d’Europe centrale et leur accueil en terre arabe. Il n’y eut pas d’alliance conclue ce jour-là et Roosevelt mourut deux mois plus tard. En revanche, je reprendrai à mon compte une expression de Steven Ekovitch dans un article sur les relations entre les États-Unis et l’Arabie Saoudite. La rencontre sur le Quincy, immortalisée par quelques photos, est  « pour l’historien une légende simplificatrice, ou au minimum une métaphore de l’établissement complexe des relations entre les deux pays ».

La chronologie de ce rapprochement implique, en effet, de remonter une dizaine d’années en arrière. C’est en 1933 que fut signé le premier accord entre le roi Abdelaziz al-Saoud et la Standard Oil of California pour explorer et exploiter la partie orientale du territoire saoudien, suite à la découverte de pétrole à Bahreïn. En 1936, fut créée la California Arabian Standard Oil Company, rebaptisée Arabian American Oil Company en 1944, la fameuse Aramco. La mise en place de l’exploitation pétrolière en Arabie Saoudite par une entreprise privée étatsunienne est donc antérieure à 1945, mais prenons garde à un anachronisme : en 1938, 60 % de la production mondiale de pétrole était d’origine étatsunienne, 1 % d’origine saoudienne.

Sur le plan diplomatique, les États-Unis reconnurent le nouvel État d’Arabie Saoudite dès 1933 et un premier accord fut signé cette même année. Cependant, lorsque l’aviation italienne bombarda les installations pétrolières de Dhahran en octobre 1940, provoquant le rapatriement de travailleurs américains et la baisse de la production, les États-Unis auraient pu mettre en avant leur puissance, mais F.D. Roosevelt préféra ne pas répondre à la demande d’aide financière pour respecter la zone d’influence britannique, le Royaume-Uni étant encore la grande puissance hégémonique dans la région. Malgré cette réserve, en novembre 1940, Abdelaziz al-Saoud, de façon informelle, demanda l’aide d’ingénieurs pour la construction de routes, puis de conseillers agricoles. C’est l’entrée en guerre des États-Unis qui conduisit à un rapprochement. En février 1942, F.D. Roosevelt souhaita implanter une représentation permanente en Arabie Saoudite et dès avril, James S. Moose, un agent du Service extérieur des États-Unis arriva à Jedda pour ouvrir une légation. L’année suivante, les États-Unis obtenaient le droit de survoler le territoire saoudien et reconnaissaient l’Arabie Saoudite comme indispensable pour leur survie, donnant ainsi au pays droit au programme Prêt-Bail. Après de longues discussions avec les Britanniques, les premières livraisons d’armes eurent lieu en mars 1944.

Entre-temps, en juin 1943, la prise de conscience du déclin des ressources pétrolières étatsuniennes avait conforté l’intérêt qu’il y avait à s’allier avec l’Arabie Saoudite ; James S. Moose devint ministre résident à Jedda. Un peu plus tard, en octobre de la même année, Amir Faysal et Amir Khalid, deux fils d’Ibn Saoud, se rendirent à Washington et furent reçus par le président Roosevelt. Celui-ci réitéra l’importance du rôle des États-Unis dans l’exploitation pétrolière en Arabie Saoudite et leurs intérêts réciproques en la matière, tandis que les princes saoudiens exposaient leur souci à l’égard de la politique étatsunienne au Moyen-Orient et notamment par rapport aux royaumes hachémites de Jordanie et d’Irak, rivaux du royaume d’Arabie Saoudite. Il est intéressant de souligner, cependant, que l’éventuelle ingérence du gouvernement étatsunien dans l’industrie pétrolière en Arabie Saoudite posa souci et qu’en février 1944, lorsque l’Aramco annonça la signature d’un contrat pour la construction d’un pipe-line entre l’Arabie Saoudite et la Méditerranée, la Petroleum Reserves Corporation fut contrainte de préciser qu’elle ne rentrerait pas en compétition avec une compagnie privée. La diplomatie n’était là que pour garantir le succès de l’industrie pétrolière privée.

Aussi, en février 1945, la rencontre entre F.D. Roosevelt et Abdelaziz al-Saoud ne fut-elle qu’une étape dans un long processus. Ce rapprochement restait fragile. Peu après la mort de Roosevelt, Harry Truman affirma son soutien à l’implantation d’immigrés juifs en Palestine, contrevenant à la promesse de son prédécesseur et provoquant une vive inquiétude au Moyen-Orient.

Cette photographie, qui reste un document intéressant et pertinent, quoique éminemment laconique, est la métaphore d’une alliance qui fut conclue sur plusieurs années ; elle est surtout le souvenir d’une entente entre deux rois a priori opposés et d’une promesse non respectée car la parole personnelle de Roosevelt n’avait précisément pas la valeur d’un engagement diplomatique. Évidemment, on ne peut attendre la maîtrise fine de cette histoire, mais on doit admettre que cette photographie pouvait être un piège dans lequel il n’est pas dit que l’inspection générale, garante des sujets d’examen, ne soit pas tombée en acceptant et en validant un tel sujet.

Pour ne pas rester sur cette simple note critique, j’aurais trois propositions à faire.

La première serait de légèrement modifier le libellé du sujet en écrivant « La présence des États-Unis au Moyen-Orient en 1991 », la photographie de 1945 ne devenant ainsi qu’une mise en perspective possible du discours de George Bush en 1991. Infime modification dira-t-on ; certes, mais suffisante pour ne pas faire de la photographie l’objet central d’un commentaire impossible.

La deuxième serait qu’on pourrait remplacer ladite photographie par une autre, prise la veille, le 13 février 1945, au même endroit, sur le Lac Amer, c’est-à-dire sur le canal de Suez, mais montrant la rencontre entre F.D. Roosevelt et le roi Farouk d’Égypte. Cela modifierait légèrement la perspective, mais suffisamment pour éviter tout téléologie à la photographie de la rencontre avec Ibn Saoud, et rappellerait qu’il s’agissait d’une diplomatie plus large.

Celle-ci :

Ou bien celle-là, avec un recul permettant de mieux saisir le contexte :

Source : United States National Archives

La troisième serait de faire le choix inverse, en focalisant sur la photographie du 14 février 1945, mais en y adjoignant un texte qui soit plus contemporain. On n’a que l’embarras du choix dans la masse des sources disponibles. On pourrait utiliser la lettre de F.D. Roosevelt à Abdelaziz al-Saoud, le 5 avril 1945, dans laquelle il rappelait son souci de ne pas le froisser à propos de la Palestine.

« Grand et bon ami,

J’ai reçu la lettre que Votre Majesté m’a envoyée en date du 10 mars 1945, dans laquelle elle faisait référence à la question de la Palestine et à l’intérêt permanent des Arabes dans l’évolution actuelle qui touche ce pays.

Je suis heureux que Votre Majesté ait pris cette occasion pour porter à ma connaissance son point de vue et j’ai accordé la plus grande importance aux déclarations qu’elle faisait dans sa lettre. J’ai aussi en tête la conversation mémorable que nous avons eue il n’y a pas si longtemps et au cours de laquelle j’ai eu la chance d’avoir une si vivace impression des sentiments de Votre Majesté sur cette question.

Votre Majesté se souviendra que lors de précédentes occasions, je lui ai communiqué la position du gouvernement américain à l’égard de la Palestine et que j’ai clarifié notre désir qu’aucune décision ne soit prise à propos de la situation de ce pays sans une consultation complète à la fois des Arabes et des Juifs. Votre Majesté se souviendra également, sans doute, que durant notre récente conversation, je l’avais assuré qu’en ma qualité de chef du pouvoir exécutif du gouvernement, je ne prendrai aucune mesure qui pourrait se montrer hostile à l’encontre du peuple arabe.

Il me plaît de renouveler à Votre Majesté mon assurance qu’elle avait déjà reçue à propos de l’attitude de mon gouvernement et de moi-même, en tant que chef de l’exécutif, à l’égard de la question de la Palestine, et de l’informer que la politique de ce gouvernement à ce sujet est inchangée.

Je désire aussi, par la même occasion, lui adresser mes meilleurs vœux de santé, pour Votre Majesté, et de prospérité, pour son peuple.

Votre bon ami,
Franklin D. Roosevelt,

Sa Majesté,
Adbul Aziz ibn Abdur Rahman al-Faisal al-Saud
Roi d’Arabie Saoudite
Riyadh »

Ou bien un compte rendu de la venue du prince Faysal à Washington le 31 juillet 1945. Le texte n’éclaire pas le contenu de l’échange entre F.D. Roosevelt et Abdelaziz al-Saoud le 14 février 1945, mais permet de recontextualiser la photo de cette rencontre.

« M. Grew, au nom du Président, souhaita la bienvenue à Washington à l’émir Faysal et à sa suite. Il dit que le Président lui avait demandé d’exprimer le profond regret du Président de ne pas pouvoir personnellement accueillir l’émir. […]

L’émir répondit qu’il appréciait le fait que le Président soit absent des États-Unis pour mener à bien des tâches dont le succès serait d’un grand bénéfice non seulement pour les États-Unis, mais aussi pour le reste du monde, incluant l’Arabie Saoudite1. […] Son père [le roi Ibn Saoud] était extrêmement honoré d’avoir eu l’opportunité d’établir une relation personnelle avec le Président Roosevelt, et avait été profondément affecté d’apprendre sa mort2. Son père, cependant, avait trouvé quelque réconfort dans les rapports qu’on lui avait faits indiquant que le Président Truman, comme le Président Roosevelt, était un homme intègre et compétent, qui avait un intérêt dans le bienêtre des peuples du Proche-Orient. […]

En ce qui concernait sa visite à Washington, l’émir rappela qu’il n’avait aucune autorité pour entrer dans de quelconques négociations au nom de son père. Son père, cependant, lui avait demandé de clarifier la position de l’Arabie Saoudite à l’égard des États-Unis et de s’efforcer de vérifier la nature de certains projets que le gouvernement américain pourrait formuler à propos de l’Arabie Saoudite. Le Roi avait donné pour consigne à l’émir de dire qu’il avait une absolue confiance dans les États-Unis. Compte-tenu de cette confiance, le Roi permettait aux citoyens américains d’investir en Arabie Saoudite dans des activités d’une nature qu’il n’avait pas voulu permettre aux citoyens des autres grandes puissances de mener. Il avait confié aux entreprises américaines la tâche de développer la plus grande source potentielle de richesse saoudienne, à savoir les champs de pétrole saoudiens. Il permettait également aux citoyens américains d’entrer dans d’autres domaines d’activités en Arabie Saoudite. Sa Majesté espérait que le gouvernement américain et les citoyens américains comprendraient, cependant, que sa Majesté ne pouvait évoluer trop rapidement en ouvrant son pays aux entreprises américaines. […] Le peuple d’Arabie Saoudite possédait une civilisation ancienne. Néanmoins, ils étaient des enfants sur la scène des affaires internationales. Ils regardaient avec suspicion toute innovation et tout changement. Cela prenait du temps de les préparer à accepter des inventions et des coutumes qui étaient nouvelles chez eux. À moins qu’ils ne soient préparés, ils pourraient être tentés d’écouter les chuchotements de personnes hostiles sur le fait que Sa Majesté était en train de les détournait de leurs traditions et des vertus de leurs ancêtres. […]

L’émir dit que certaines réactions avaient eu lieu à la suite de l’établissement récent d’une mission militaire américaine3 en Arabie Saoudite qui servirait à illustrer ce qu’il s’était efforçait d’exprimer. L’objectif premier de cette mission militaire était d’entraîner l’armée saoudienne. Néanmoins, des rumeurs circulaient, non seulement en Arabie Saoudite mais aussi dans tout le monde arabe, sur le fait que les soldats américains étaient les précurseurs de l’impérialisme militaire américain au Proche-Orient, et que Ibn Saoud, en permettant aux soldats américains de s’établir eux-mêmes en Arabie Saoudite, posait les fondations de l’occupation militaire américaine des États-Unis en divers points du Proche-Orient. […]

Grew en vint à préciser que la politique américaine à l’égard de l’Arabie Saoudite était de fournir toute l’aide économique et financière possible, sans interférer avec les affaires politiques du pays. Les États-Unis souhaitaient renforcer l’Arabie Saoudite et aider l’Arabie Saoudite à se renforcer elle-même.

Bien que les États-Unis se préoccupassent d’aider cette puissance amie, l’Arabie Saoudite, autant et aussi vite que possible, elle devait garder à l’esprit que, malheureusement, les États-Unis étaient encore en guerre. »

Mémorandum par M. Henderson* de la conversation entre l’émir Faysal ibn Abdelaziz** et M. Grew***, à Washington, 31 juillet 1945

* directeur du bureau des Affaires du Proche-Orient et de l’Afrique

** ministre des Affaires étrangères d’Arabie Saoudite et fils d’Ibn Saoud, le roi d’Arabie Saoudite

*** Secrétaire d’État des États-Unis

1 H. Turman était alors à la conférence de Potsdam, en Allemagne.

2 F.D. Roosevelt est mort le 12 avril 1945. C’est le vice-président H. Truman qui lui a succédé.

3 Le 20 mars 1944, la légation étatsunienne à Jedda reçut une livraison de 1 667 fusils et de 350 000 munitions, à destination du gouvernement d’Arabie Saoudite, tandis que le 15 avril 1944, une mission militaire de douze hommes arrivait pour servir d’instructeurs à l’armée d’Arabie Saoudite.

Il est évident que le résultat est assez différent. Les deux textes orientent deux lectures quelque peu différentes. Le deuxième va dans le sens de cette alliance progressivement tissée entre les États-Unis et l’Arabie Saoudite ; le premier rappelle l’importance de la question palestinienne, qui est un volet non négligeable du programme…

Bibliographie complémentaire

Steven Ekovich, 2016, « L’Arabie Saoudite et les États-Unis : une alliance ambivalente et pérenne », Confluences Méditerranée, N° 2, pp.101-106.



Citer ce billet
aggiornamento (2017, 3 juillet). La métaphore d’une alliance, et le souvenir d’une promesse personnelle. Aggiornamento hist-geo. Consulté le 29 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/attl