Les détricoteuses, une expérience de vulgarisation

Rédactrice : Laurence De Cock


Depuis le début de la campagne électorale, avec l’historienne Mathilde Larrère, sur Mediapart, nous tentons une nouvelle expérience de vulgarisation historique intitulée « les détricoteuses ». En empruntant la forme d’une conversation sur what’s app, nous mobilisons l’histoire pour apporter quelque épaisseur historique aux évènements les plus saillants de l’actualité. La forme est volontairement décalée et s’inscrit dans le développement des réseaux sociaux, exactement comme Mathilde a commencé à le faire sur Twitter depuis plus d’un an. La gageure est de taille car nous assumons de rompre avec les codes académiques : l’humour, l’anachronisme, et une pointe d’engagement nous permettent de tenir une forme entre rigueur et naïveté, ponctuée d’étonnements, de relances sous forme de smileys ou de dialogues avec des défunts ressuscités. Ce faisant, l’expérience est évidemment d’une toute autre nature qu’une conférence ou un cours (ce que nous savons faire aussi) et relève davantage de l’éducation populaire. Toutes les études de didactique ont montré que l’apprentissage de l’histoire chemine par d’autres voies que la simple transmission érudite adossée aux codes de la discipline : le non spécialiste, a fortiori les plus jeunes, saisissent une histoire qui renvoie à leurs savoirs sociaux, à leur univers de proximité ; ils comprennent et retiennent en mobilisant l’analogie, l’anachronisme et toute autre forme cognitive qui leur est familière. Toute la gageure consiste alors à réussir la transformation d’une vague intuition en connaissances solides. C’est ce que nous expérimentons ici et ce qui nous semble être l’un des défis à venir pour nous, historiennes et historiens, qui avons trop longtemps laissé la voie libre aux discours les plus réactionnaires et délétères sur une histoire « courriers du cœur » à laquelle on assigne une vocation patriotique ou nationaliste. Pour nous, l’histoire est une grille d’intelligibilité du réel, elle participe d’une posture critique et du devoir d’arpenter les sentiers sinueux de notre monde avec tout le pouvoir de transformation que lui confère la connaissance.

Vous trouverez les 9 numéros des détricoteuses ici

Un grand merci au travail d’accompagnement de Mediapart et spécialement les journalistes Loup Espargilière et Donatien Huet.

Le compte Twitter de Mathilde Larrère pour ses « threads » : @LarrereMathilde et celui de Laurence De Cock : @laurencedecock1 (avec quelques threads à 4 mains aussi)

Mathilde participe également à l’émission Arrêt sur images pour des chroniques historiques régulières