CR : Alain CORBIN , Les conférences de Morterolles, hiver 1895-1896. A l’écoute d’un monde perdu

Alain CORBIN[1], Les conférences de Morterolles, hiver 1895-1896. A l’écoute d’un monde perdu, Paris, Flammarion, 2011, 197 p., 19 euros.

Rédactrice : Patricia Legris (PRAG d’Histoire, IUFM Champagne-Ardenne)

Le sujet du livre

Cet ouvrage présente les dix conférences tenues par l’instituteur de Morterolles, Monsieur Beaumord, dans la salle de classe de l’école de cette petite commune (Haute-Vienne) de 643 habitants durant l’hiver 1895-96, auxquelles une grande partie des habitants adultes (50% des hommes et 25% des femmes) ont régulièrement assisté. Les thèmes des dix conférences, ainsi que les effectifs des auditoires, furent annoncés dans le Nouvelliste de Beullac. C’est la proportion d’hommes et de femmes présents qui a poussé cet historien à s’intéresser à cet événement minuscule. Ce livre n’est donc pas une biographie de l’instituteur. Alain Corbin essaie plutôt « d’imaginer l’appétit de savoir qui poussait des cohortes obscures à venir l’entendre, dans les froides nuits d’hiver » (p. 9).

Ce qui intéresse l’historien est de comprendre l’appétit de savoirs nouveaux chez une population alphabétisée, mais qui ne lit pas. Qu’est-ce qui poussait ces habitants à faire des déplacements parfois longs de plusieurs kilomètres les soirs d’hiver pour écouter un instituteur exposer des principes républicains, présenter des grands personnages de l’histoire de France et de la conquête coloniale ? Alain Corbin s’intéresse ici aux ressorts de l’admiration et du rapport aux savoirs chez des Français ruraux de la fin du XIXe siècle.

L’organisation du livre

L’auteur commence par brosser le portrait de l’orateur, M. Beaumord. Il restitue sa trajectoire professionnelle, les ressources pédagogiques à sa disposition, ses pratiques pédagogiques ainsi que celles de son épouse Marguerite, également institutrice. Corbin présente ensuite la composition sociologique de la commune afin d’essayer de voir qui était l’auditoire. Le lecteur apprend ainsi que la population de Morterolles était constituée de notables, de maçons du « centre-bourg », d’exploitants-agriculteurs des « quartiers » et de paysans des « écarts ». L’historien revient alors sur le clivage entre laïcs et religieux qui divisait essentiellement la population féminine de cette commune peu pratiquante. Il se penche ensuite sur le rapport à l’école et à la lecture dans les populations rurales.

Le texte se compose également de chapitres consacrés uniquement aux dix conférences tenues par M. Beaumord. En décembre 1895, « Madagascar » ; « du patriotisme » ; « Charlotte Corday et Jeanne d’Arc ». En janvier 1896, « les grands rendements dans l’agriculture » ;  « les bienfaits de l’union et de l’association » ; « Rossbach et Valmy » ; « Algérie, Tunisie, Soudan. En février 1896, « la gelée : ses causes, ses effets » ; « les bienfaits du travail ». Des reproductions de cartes postales du début du XXe siècle permettent au lecteur d’imaginer les lieux et les habitants de cette commune.

Quelle est la démarche d’Alain Corbin ?

L’historien tente de restituer les traces qui permettent de comprendre ce monde. On ne sait pas qui étaient exactement les personnes qui assistaient aux conférences, on ignore ce qu’elles avaient véritablement appris à l’école, tout comme les raisons de leur venue car il n’existe pas de témoignages d’auditeurs. Pas un texte de ces conférences n’a été publié. L’historien doit alors imaginer ce qui a été prononcé lors de ces événements. D’où l’originalité de la démarche adoptée par Corbin qui n’est pas la démarche classique d’historien uniquement à partir d’archives. L’auteur recompose quelque chose de vraisemblable, se situant à la frontière du récit historique classique (chapitres 1, 2, 4, 8 et 13) et d’un récit littéraire plausible historiquement (les textes relatifs aux conférences prononcées). Pour parvenir à cela, Corbin a cherché à comprendre les représentations du monde des habitants de Morterolles et de l’instituteur : « demandons-nous ce qu’il avait pu lire et ce qu’il avait probablement lu. Nous entrons ici dans le domaine du probable, donc de l’aléatoire. » (p. 70).

L’originalité de la démarche a nécessité toutefois des recherches dans des fonds d’archives. Les archives départementales de la Haute-Vienne ont permis à Corbin de consulter les dossiers de carrière de l’instituteur et de son épouse. L’historien a pu également étudier dans ces archives les fonds présentant les enseignements dispensés à l’école normale d’instituteurs de Limoges. Ces sources lui ont fourni le cadre, le contexte dans lequel M. Beaumord a été formé et enseigne à l’hiver 1895-1896. Cette recherche préalable a permis ensuite à l’auteur d’imaginer les paroles de l’instituteur prononcées lors des conférences.

Un ouvrage intéressant pour l’histoire culturelle

  • Une micro histoire qui éclaire sur des évolutions macro

Il ne s’agit pas d’un ouvrage de micro storia[2] mais de micro histoire. Celle-là consiste à choisir un petit objet, un individu sur lequel l’historien peut rassembler beaucoup d’informations. L’objectif est de souligner les singularités. Au contraire, la micro histoire d’Alain Corbin choisit un objet minuscule -les dix conférences de Morterolles-, mais sa visée est opposée : plutôt que de montrer les singularités, Alain Corbin veut montrer en quoi cet objet micro révèle quelque chose sur le macro. Il s’agit donc de pratiquer un jeu d’échelles entre un phénomène local et des tendances plus générales observables à des échelles plus vastes (les rapports de la population française aux savoirs, aux colonies, à la patrie). L’intérêt de la micro histoire est donc de montrer en quoi l’objet micro révèle des choses imperceptibles, difficilement étudiables à d’autres échelles.

  • Les représentations d’un monde disparu

Alain Corbin essaie, dans ce livre, de se mettre dans l’esprit et la peau des gens de la France rurale de la fin du XIXe siècle dont les repères sont différents des nôtres. En d’autres termes, il tente d’historiciser les sentiments et les représentations des habitants de Morterolles. Ces personnes, qui délaissent les veillées traditionnelles lors des conférences, désirent élargir leur vision du monde, ont soif d’exotisme – incarné ici par l’aventure coloniale. Ces « goûts » s’observent dans les effectifs présents : les conférences sur les grands personnages attirent moins de monde que celles consacrées au patriotisme et aux colonies.

La reconstitution des ressorts de l’admiration chez les habitants de Morterolles à laquelle se livre Corbin montre qu’il s’agit d’un monde disparu, comme l’indique le sous-titre de l’ouvrage. En effet, les Français du XXIe siècle, dont les représentations sont davantage dans le « présentisme », n’admirent plus les mêmes choses que les auditeurs de l’instituteur, n’ont plus le même rapport au passé et à la science. On n’imagine difficilement nos contemporains marcher pendant plusieurs heures l’hiver pour entendre des conférences sur les principes de la République.

  • Un tableau d’une commune rurale de la fin du XIXe siècle

Ce livre permet de nuancer des représentations erronées sur la France rurale du XIXe siècle dont les communes atones se meurent. Alain Corbin parvient à complexifier cela au travers de l’exemple de Morterolles, commune non remarquable, dont les observations peuvent être généralisées à d’autres communes. A Morterolles, nous sommes dans l’hinterland bordelais, dans une région qui n’est pas enclavée, avec une population dont une partie migre de façon saisonnière vers Paris. L’historien revient sur l’animation de ces communes rurales : les populations, qui se déplacent de plus en plus grâce à la bicyclette notamment, se retrouvent lors des veillées, lors des conférences et les jours de marché. Le lecteur comprend les changements dans les rapports à l’espace et au temps des populations rurales de moins en moins tournées vers l’irrationnel, la rumeur – contrairement aux habitants du village des cannibales étudié par Alain Corbin dans un ouvrage de 1990 -, et la routine des veillées. Ces habitants sont curieux de savoirs scientifiques. Apparemment fervents patriotes, ils sont animés par une croyance dans le progrès.

 

  • Une contribution à l’histoire de l’enseignement

Ces conférences témoignent d’une initiative d’un instituteur rural. Même si celle-ci est faite bénévolement, Alain Corbin signale que le ministère de l’Instruction publique depuis Jules Ferry invite les enseignants du primaire à entreprendre ce type d’initiatives, tout comme les lobbies coloniaux. M. Beaumord agit certainement par conviction mais également pour se faire remarquer par sa hiérarchie, et donc peut-être évoluer dans sa carrière.

Ce livre éclaire également sur les modes de transmission d’un savoir populaire : celui-ci se fait avant tout par voie orale dans ces campagnes où la population ne lit pas. A en croire l’auteur, l’instituteur est le détenteur d’un savoir respecté aux yeux de ses anciens élèves et du reste de la commune qui ne scolarise pas ses enfants dans les écoles privées. Ces conférences furent de véritables discours d’autorité.

Original par l’objet et l’approche adoptée, cet ouvrage contribue donc à mieux connaître certaines modalités d’éducation populaire dans la France de la fin du XIXe siècle.

 


[1] Alain Corbin est professeur émérite d’histoire à l’Université de Paris-I Panthéon-Sorbonne. Sa thèse, Archaïsme et modernité en Limousin, a porté sur la région de Morterolles.

[2] Ce courant historique est notamment incarné par Carlo Ginzburg, Le fromage et les vers. L’univers d’un meunier frioulan du XVIe siècle, et Giovanni Levi, Le pouvoir au village. Histoire d’un exorciste dans le Piémont du XVIIe siècle.

 


Une réflexion au sujet de « CR : Alain CORBIN , Les conférences de Morterolles, hiver 1895-1896. A l’écoute d’un monde perdu »

  1. GANDIL

    J ai du mal à comprendre comment vous pouvez situer Morterolles,commune du Limousin,dans un quelconque « hinterland? »
    bordelais.
    Les relations avec Bordeaux,hormis peut-ètre pour le transport du vin,me semblent ètre totalement inexistantes.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *