Lorant Deutsch devant nos élèves ? Ce sera sans nous

7750565923_le-metronome-de-lorant-deutsch

Rédacteur/rédactrice : Nicolas Kaczmarek et Marie-Cécile Maday, enseignants d’histoire-géographie à Trappes

Il y a quelques semaines, nous apprenions la venue à Trappes de Lorànt Deutsch le 4 novembre 2016. Il est prévu que M. Deutsch se produise dans la salle de spectacle de la Merise, pour parler d’Histoire de France aux élèves de Quatrième des trois collèges de Trappes.

Cet événement est une initiative du salon Histoire de lire de Versailles appuyée par M. Bédier, président du Conseil départemental des Yvelines. Cette intervention de M. Deutsch nous a d’abord été présentée comme une simple proposition, que nous avons déclinée. Les pressions exercées conjointement par les organisateurs et par l’inspection pédagogique régionale d’histoire-géographie sur les chefs d’établissement démontrent clairement qu’elle est en réalité obligatoire.

Après la visite de Dimitri Casali au Val Fourré le 2 novembre 2015, organisée par les mêmes personnes et au nom des mêmes motifs, la venue de M. Deutsch à Trappes n’est que la conséquence de l’idée selon laquelle les élèves des quartiers populaires du département, d’ascendance immigrée récente, ne seraient pas assez attachés à la République. L’urgence serait de leur faire aimer la France et la République, et le seul moyen pour y parvenir serait de les divertir et de les émouvoir dans une Histoire de France présentée sous la forme d’un roman national.

Nous dénonçons fermement ce projet et les principes qui l’animent. Nous refusons d’être associés à une démarche qui va à l’encontre du métier que nous exerçons : l’Histoire n’a pas pour but de faire aimer la France, c’est une science qui permet de comprendre le passé par une étude critique et dépassionnée. Notre fonction est d’amener nos élèves vers la connaissance, pas de diffuser auprès d’eux des images d’Épinal qu’habituellement on épargne aux autres élèves de France. Nous n’accompagnerons pas nos élèves à cette représentation qui leur est imposée et travaillerons activement à ce qu’elle n’ait pas lieu.

NDLR : Savourons ensemble cette délicieuse interview de Lorant Deutsch dans Valeurs Actuelles

 

.


31 réflexions au sujet de « Lorant Deutsch devant nos élèves ? Ce sera sans nous »

  1. Anthéa

    Bonjour,

    Je suis tout à fait d’accord sur le fait que l’Histoire est une science. Maintenant, via l’enseignement on peut très bien faire aimer la discipline. Donc, si, quelque part, le rôle d’un professeur est aussi de savoir transmettre la passion de sa matière à l’élève.
    Je suppose que ce que vous ne « vendez pas » c’est « du rêve » que la plupart des gens pensent que l’Histoire doit représenter. Je me trompe ?

    J’ai souvenir de mes cours d’histoire de seconde et de 4eme.
    2 professeurs totalement différents dans leurs approches de la matière mais également intéressants.

    Le premier était factuel et ne laissait pas de place au débat mais je ne sais comment, pour mon esprit de semi-cancre (la motivation me faisait cruellement défaut à 14 ans et jusqu’à 16… ce qui ne m’empêche pas finalement aujourd’hui d’enseigner le français en tant que langue étrangère et de fait, d’utiliser l’Histoire pour expliquer certaines règles de grammaire ou d’orthographe. Comme quoi… 😉 ), il réussissait à attirer mon attention et je me revois encore aujourd’hui dans sa classe. L’humour n’était pas absent des cours. Ceci explique peut-être cela ?

    Car en seconde, notre jeune prof racontait d’abord l’histoire. Et je me souviendrais toute ma vie de l’entrée en matière du chapitre consacré à Jeanne d’Arc :

    « Alors, je vais vous raconter l’histoire d’une petite bergère qui s’appelait Jeanne. »

    Cela peut sembler incongru au premier abord mais le petit quart d’heure qui était passé ainsi à présenter le chapitre donnait ensuite envie d’en savoir plus que la simple image d’Épinal.

    En bref, en cours d’histoire, il ne me semble pas que le but soit de faire aimer la France mais plutôt l’Histoire. Au sens général et scientifique du terme et qui donnera envie ensuite d’en apprendre plus sur tel ou tel autre pays, culture, à comprendre les différences pour mieux les accepter.

    Le titre c’est Histoire et Géographie. Pas Histoire et Géographie de France.

    Puisque M. Deutsch n’est pas un historien, il n’y a aucun intérêt à ce que l’éducation nationale lui serve de tribune.

    Plutôt faire intervenir des chercheurs qui vont être calés sur une partie précise de l’Histoire et qui pourront répondre à des questions bien mieux que ne le fera un vulgarisateur, amateur de surcroît !

    Comme vous le dites, libre aux parents d’offrir ces livres ensuite à leurs ados, si tel est leur souhait.

    Répondre
  2. denis

    arretez de m’envoyer des mails! parce que les commentaires, à part 2 ou 3, ils saoûlent ! et d’ailleurs, à tous ceux qui saoûlent, c’est pas parceque vous savez écrire ( et parfois penser ) que vos coms sont intelligents, avisés, pertinents, etc… bien au contraire . et je suis gentil .( et poli aussi ) . bonne bourre les psychorigides !

    Répondre
    1. aggiornamento Auteur de l’article

      Une fois encore je déroge à la règle ; je publie ici les commentaires orduriers pour rendre visible le profil de celles et ceux qui nous attaquent sur ce ton, puis vantent les mérites du débat démocratique sans sourciller.
      Laurence De Cock

      Répondre
  3. Hache

    Mon arrière grand père, instituteur de la république, homme humble, humaniste, de gauche, nous a transmis ses valeurs. J’ai appris grâce à lui et à la transmission qu’en ont fait ses enfants et petits enfants le respect de l’autre, les droits de l’homme quelle que soit son origine ou sa culture, liberté égalité et fraternité, laïcité, démocratie (démos cratos) et république (res publica), droits de l’anthropos (et non andros) et donc tout autant de la femme, l’importance de la formation des esprits (apprentissage de l’esprit d’analyse et de l’esprit critique) et non de leur formatage… et surtout… La base éthique concernant les enseignants: ne jamais exprimer leurs opinions religieuses ou politiques dans le cadre de l’école, ni ne les laisser interférer avec leur enseignement. L’élève avant tout, et non  »mes opinions avant tout ».

    Vous êtes donc tout autant défaillants et coupables que les personnes ayant proposé l’intervention de cet homme, voire plus car vous biaisez volontairement votre mission afin de ne laisser aucun choix à ces enfants que de se soumettre à votre opinion, que dis-je, votre dogme, basé sur la haine que vous éprouvez à l’égard de cette personne et non l’éventuel intérêt éducatif/motivant d’une telle sortie (qui peut être réel si vous discutez ensuite de ce qu’est la ‘véracité’ historique). Honte à vous.

    Et entendre dire par des personnes aussi peu éthiques et scientifiques que vous que l’histoire serait une science, mieux vaut en rire qu’en pleurer. Savez vous au moins ce qui différencie la science de la croyance? La réalité de l’interprétation?

    Être ‘de gauche’, ce n’est pas etre contre toute personne qui serait envisagée comme de droite. C’est etre suffisamment ouvert et bienveillant pour accepter la diversité, la remise en cause, l’évolution, la science, l’éthique dans le respect de chacun. Être ‘du centre’, c’est tenter de se libérer des dogmes pour le bien de chacun. Il me semble au vu de vos écrits que vous n’êtes ni de gauche ni même du centre, mais bien tout aussi extrémistes que les personnes de droite ou royalistes que vous dénoncez et vilipendez. Science sans conscience n’est que ruine de l’âme. Et ce n’est hélas pas votre conscience qui s’exprime ici mais bien votre volonté de dominer. Vous confondez votre combat avec celui de ces élèves, qui, doit on le rappeler, ne vous appartiennent pas, pas plus qu’à quiconque d’ailleurs.

    Une position intelligente aurait été d’alerter, de façon neutre, apaisée, documentée et éthique, et de dialoguer ensuite avec les élèves en leur enseignant la différence entre information et fait (histoire et Histoire?) et en leur apprenant à ne pas gober n’importe quoi.

    Par ailleurs, quoi que vous en pensiez, votre mission en tant qu’enseignant de la république est bien aussi de la faire aimer, cette république française. L’école de la république s’est construite en contre: contre les pouvoirs de la religion au sein de la famille (et sa capacité d’endoctrinement à des fins d’intervention et de prise de pouvoir au sein de la sphère publique), contre les différences culturelles (notamment les dialectes régionaux afin d’uniformiser la langue et les repères culturels et de permettre un échange au sein de la nation), afin de créer des citoyens respectueux de l’État et des lois tout autant que de chacun (pour un savoir vivre ensemble qui permette le fonctionnement de la nation commune). On peut critiquer cela ou la façon dont cela est fait (dans notre pays comme dans tout autre d’ailleurs), mais c’est un fait. Le rôle des enseignants englobe cette fonction et est déterminant à cet effet, n’en vous déplaise. Si cela ne vous convient pas, changez de métier (ou de pays, mais je doute qu’un autre pays, quel qu’il soit, accepte de vous payer pour que vous instilliez en ses enfants la haine de ce pays), plutôt que de gâcher les impôts qui servent à payer vos salaires de divas boudeuses à la petite semaine.

    Je suis bien triste de constater à quoi l’enseignement en est réduit.
    Je ne soutiens en rien l’initiative malheureuse des personnes ayant proposé l. Deutsch comme intervenant (et pourquoi pas, après tout, en tant que simple  »saltimbanque »? F. Luchini nous permet bien d’apprécier et de nous intéresser à la littérature classique bien mieux que ne le font les enseignants…), mais votre réaction fait honte à votre fonction. Politisation, jugements hatifs, volonté de domination et d’avoir toujours raison à tout prix, manque de recul, haine, narcissisme et paranoïa ne font pas un bon enseignement ni un respect du futur citoyen qu’est l’élève.

    En espérant que vous saurez vous reprendre.
    Sincèrement.

    Répondre
    1. aggiornamento Auteur de l’article

      À toutes et tous, merci pour toutes ces réactions. Je crois que la ferveur qui vous/nous anime sur ce sujet témoigne de deux choses. La première, on peut s’en réjouir, est le caractère passionnel de l’histoire en France. Rien de nouveau sous le soleil. Soyez certain.e.s que je suis pour ma part convaincue que l’histoire n’est la propriété de personne et que Deutsch ou Tardi ou mon feu grand père ont autant le droit que moi de s’exprimer sur le sujet voire d’écrire des ouvrages de nature historique. Cela n’empêche pas notre possibilité de les critiquer ensuite, et notamment de nous prononcer sur d’éventuelles tendances politiques. Cela s’appelle la démocratie. C’est sain, profitons-en. La seconde chose nettement plus inquiétante à mon sens concerne l’enseignement de l’histoire et notamment la méconnaissance ( que je lis ici) de ce qui fonde notre métier tant sur le plan technique ( pédagogie : le savoir faire enseignant) qu’intellectuel ( à quoi sert d’enseigner l’histoire à l’école, je dis bien  » école » et non espace public). Ce serait très long à décrire ici et nous l’avons fait maintes fois sur Aggiornamento ou ailleurs, mais l’histoire scolaire a des finalités qui, de notre point de vue, n’ont rien à faire avec le courrier du cœur. Elle repose sur des méthodes et des finalités négociées démocratiquement, contestables sans doute, contestées aussi, mais ne pouvant de toute façon se réduire à inculquer l’amour de la France, sauf à en revenir à une histoire sainte que l’école a quitté depuis 150 ans. Vous me direz Lavisse ? L’école de Jules Ferry etc. Et je vous répondrais que pour des amoureux de l’histoire vous risquez de succomber à une nostalgie bien anachronique compte tenu de ce qu’est devenu le monde de nos enfants aujourd’hui. Alors police de la pensée ? Non, rien à voir, juste La défense d’un métier, le nôtre, de son savoir faire et de sa philosophie. Le reste est folklore. Rien n’interdit les parents d’emmener leurs enfants écouter LD, rien ne peut justifier d’y associer autoritairement l’école. Quant aux stratégies de deconstruction qui nous sont suggérées, soyez convaincus que face au rouleau compresseur de l’histoire publique ( films, jeux, Deutsch etc.), nous n’avons vraiment pas besoin de nous déplacer pour y avoir songé depuis longtemps.
      Cordialement
      Laurence De Cock

      Répondre
  4. Bernard

    Merci pour votre mise au point. Cet acteur n’a rien à faire devant des classes pour parler d’histoire. Nous avons un métier. Nous savons faire. Et quand nous doutons, nous savons aussi le mettre au service de notre enseignement.

    Répondre
  5. Un collègue

    Au delà de l’avis personnel que chacun peut avoir sur Lorant Deutsch et la vulgarisation historique, il y a de quoi être effaré par cet article et les commentaires qui le soutiennent.
    Je doute fort que malgré la prétention affichée (« une science qui permet de comprendre le passé ») et l’ambition proclamée (« amener nos élèves vers la connaissance ») vous puissiez transmettre un quelconque savoir sans donner à vos élèves le goût du sujet de leurs études (la France et son Histoire). Mais ma critique ne s’adresse évidemment pas à vos choix pédagogiques mais à la responsabilité qui vous incombe en tant qu’enseignants.
    L’article croit bon de « dénon[cer] fermement [l]e projet et les principes qui l’animent » de « faire aimer la France » à des « élèves des quartiers populaires du département, d’ascendance immigrée récente ». Horresco referens ! Ils risqueraient de vouloir s’intégrer à un pays qu’ils admirent ! Croyez vous qu’ils seront mieux partis dans la vie avec une attitude haineuse à l’égard de leurs compatriotes, le refus des valeurs de la République et le mépris de la civilisation qui les accueille ? Mais je suppose que donner une chance dans la vie à ceux dont la seule richesse est l’école ne correspond pas non plus à votre conception du métier.
    Certains ne comprennent pas en quoi « l’amour du pays » est un impératif moral ? Personne n’a parlé « d’impératif » même si c’est le fondement du civisme, qui devrait être un prérequis chez les professeurs, donc fonctionnaires, qui ont choisi de servir leur pays, ce qui implique, on peut rêver, un minimum de passion ou au moins le respect du contribuable.
    La haine de la France qu’on rencontre chez une partie de notre jeunesse est-elle une meilleure option ?
    Selon certains « l’amour du pays est la porte ouverte à toutes les dérives racistes et guerrières ». Il semble au contraire que la patrie est la première sphère de solidarité, celle qui explique que, malgré leurs différences, un alsacien vient naturellement au secours d’un breton et qu’un provençal se sent lié par une sentiment fraternel à l’égard d’un normand. Le patriotisme serait selon vous le creuset du racisme. Si on ne peut nier que des telles dérives ont existé, il n’est pas davantage contestable que l’appartenance nationale permet justement de dépasser les liens du sang et le champ de la tribu ou d’une prétendue « race » pour inscrire la solidarité, le civisme dans un lien abstrait plus vaste dans lequel l’identité, sans limite ethnique, est forgée par l’adhésion à des valeurs positives, par exemple : « liberté, égalité, fraternité ».
    Bien à vous,

    Répondre
    1. aggiornamento Auteur de l’article

      Re,
      A toutes celles et ceux qui confondent l’enseignement de l’histoire et le courrier du coeur : rien ne vous empêche d’emmener vos enfants écouter Lorant Deutsch ou bien de garnir son compte en banque en mettant ses livres sous le sapin.
      En attendant, nous avons un métier et il ne se résume pas à offrir de l’amour en barres, ou en lingots.
      Bien à vous
      Laurence De Cock

      Répondre
      1. Un collègue

        Je commence mon message précédent en disant qu’on peut être réservé sur la vulgarisation de l’Histoire, vos propos sur L. Deutsch sont donc hors sujet.
        Plus bas, vous parlez de références au « grand remplacement » dont il n’est pourtant pas question dans les commentaires.
        Le texte en cause conclut en soutenant que le collectif « travaillera activement à ce que [la représentation de Lorant Deutsch] n’ait pas lieu », donc vous n’êtes pas cohérente lorsque vous affirmez que « rien ne vous empêche d’emmener vos enfants écouter Lorant Deutsch ».
        Et de cohérence il ne peut exister lorsque la vraie raison de votre hostilité à cette manifestation est cachée sous des prétextes idéologiques drapés dans une conception faussement scientifique de votre métier. Vous ne voulez pas de Lorant Deutsch parce qu’un saltimbanque « garnit son compte en banque » en faisant ce pour quoi nous sommes mal payés.
        Puisque c’est juste une question d’argent, dites le clairement. Il n’y a pas de honte à chercher le profit, les capitalistes l’ont compris avant vous 😉
        Bien à vous
        PS : vous soutenez infra que « les soutiens de L. Deutsch » (je n’en suis pas) sont « politiquement douteux ». Ce qui « confirme [v]otre position ». Pour info, votre texte est repris par le parti communiste du bassin d’arcachon et partagé sur Facebook par les indigènes de la République… Comme quoi, le fait qu’un camp ait des partisans dont on ne saurait se vanter ne suffit pas à disqualifier ses thèses.

        Répondre
  6. Bernard Girard

    Franchement effaré par la griserie nationale qui transparaît à travers nombre de commentaires. Car non seulement le rôle de l’histoire n’est pas de « faire aimer la France » mais on ne comprend pas non plus en quoi « l’amour d’un pays » serait un impératif moral supérieur à tout le reste : dans le meilleur des cas, un choix individuel, dans le pire des cas, la porte ouverte à toutes les dérives racistes et guerrières.

    Pour se rafraîchir un peu les neurones et se dessoûler du roman national, les fortes paroles d’ Arundhati Roy, la romancière indienne : « Une forêt vierge, une chaîne de montagnes ou une vallée fluviale sont plus importantes et certainement plus dignes d’amour que tout pays ne le sera jamais. Je pourrais pleurer pour une vallée fluviale, et cela m’est déjà arrivé. Mais pour un pays ? »

    https://www.mediapart.fr/journal/culture-idees/131016/arundhati-roy-je-ne-suis-pas-sure-que-l-humanite-veuille-survivre

    Répondre
  7. aggiornamento Auteur de l’article

    Nous avons décidé de valider les commentaires y compris hostiles et politiquement douteux qu’inspire ce texte. Celui de Johnlerouge (tout un programme !) ci-dessous va même jusqu’à évoquer la théorie du Grand Remplacement. Nous sommes un site d’historien.ne.s-géographes- chercheurs/ses et ne pouvons tolérer ces dérapages. Cela prouve toutefois la nature des soutiens de Lorant Deutsch et confirme en tout point notre opposition à ce genre de rencontres.
    Laurence De Cock, pour le collectif.

    Répondre
    1. Carl

      Monsieur,

      Votre sophistique ne convainc plus personne. Le journal Libération nous aura vacciné de ces procédés qui visent a discréditer sans jamais daigner les discuter. Tournez vos phrases comme bon vous semble, qualifiez mes propos de « dérapage ». Si cela vous donne encore l’illusion d’une suprématie idéologique et morale aujourd’hui révolue, tant mieux pour vous !
      Le lecteur qui prendra la peine de lire mon billet verra que je n’utilise en rien le terme de grand remplacement mais celui de sécession culturelle qui fait référence à Christophe Guilluy ; grand penseur d’extrême droite comme on sait. J’aurai aussi pu citer les propos de Gilles Kepel, grand sympathisant nazie devant l’éternel, qui parle d’hallalisation des quartiers d’habitat populaire.
      Pour revenir au sujet, ces phénomènes sont directement lié notre refus de faire de ces jeunes des héritiers de notre histoire commune. Aimer notre histoire, ce n’est pas faire de l’hagiographie. Aimer notre histoire, c’est redevenir capable de la transmettre et de la partager.

      Je constate par contre que les questions d’éthique professionnelle ne vous intéresse toujours pas.

      Répondre
  8. Ibrahime Jonas

    Si ça peut vous rassurer, vous avez été mon prof d’histoire en 4ème, et j’aime la France.

    En vous opposant à cette conférence, vous vous inscrivez dans une démarche de formatage de vos élèves… C’esr dommage.

    Ils doivent écouter tout ce qui se dit et pas seulement ce qui est concordant avec vos valeurs politiques. Sinon vous vous comportez comme un fonctionnaire Stalinien.

    Répondre
  9. Carl

    Bonjour,

    Vos soit-disant « méthodes scientifiques » seraient bien en peine de vous faire vivre s’il n’y avait pas de solidarité nationale. Vous êtes au service d’une politique définie par le peuple au travers des institutions qu’il se choisit. On peut non-seulement s’étonner de vous voir discréditer une initiative pédagogique approuvée par votre hiérarchie mais on peut aussi s’interroger sur le sens de votre engagement dans la mesure où les principes et les institutions mêmes qui rendent possible votre travail vous semble étrangers.
    Puisque je n’ai, quant à moi, aucun devoir de réserve, je me permet de saluer une initiative qui « déconstruira » peut-être un discours victimaire travesti derrière des paravents « scientifiques ». Puisque ce sont bien les études coloniales, qui servent d’arrière fond à vos propos, je me permet aussi de vous signaler que la colonisation n’est pas forcement à sens unique et que, quand on renonce à exercer sur son propre territoire une forme d’impérialisme culturel, c’est bien dans le sens inverse que cette colonisation se produit. D’où, que ça vous plaises ou non, un phénomène de sécession culturel auquel on assiste et dont vous êtes peut-être un artisan décidé.

    Répondre
  10. Gazet

    Au contraire, accompagnez vos élèves à la « représentation ».
    Et débriefez ensuite avec eux les éléments factuels du discours de Lorant Deutsch qui vous posent problème, en tant que professionnels du sujet.

    Un amoureux de l’histoire de France (laquelle ?)

    Répondre
  11. Salaud de Patron

    Votre « métier n’est pas de faire aimer la France ». Je le conçois mais pourquoi s’opposer à une conférence qui revendique ce but ? Est-il en soi sain de ne pas aimer son pays ?
    Certains de vos élèves grandissent depuis leur naissance entre les imams intégristes, des familles éventuellement meurtries par les souvenirs de la colonisation et des rappeurs aux textes invitant à la violence à l’égard de leur pays d’accueil et de ses habitants. Un discours en sens opposé pourrait leur ouvrir d’autres horizons. N’est-ce pas là aussi votre métier ?
    Surtout, si vos élèves n’aiment pas leur pays, quelle autre perspective pour eux que le communautarisme ? Seront-ils considérés comme des Français à part entière par leurs concitoyens, leurs futurs recruteurs et la société dans laquelle ils sont appelés à évoluer ?
    On s’étonne aujourd’hui de voir par milliers notre jeunesse rejoindre les rangs d’une organisation totalitaire, qui elle non plus n’aime pas la France, au point quelquefois de massacrer ses habitants. Un peu de roman national éviterait peut-être quelques-uns de ces départs vers la honte, le crime et la mort en leur fournissant l’idéal qui leur manque : la Patrie.
    Mes profs d’Histoire m’ont transmis l’amour de la notre pays en me faisant vibrer avec les images d’Epinal du bon roi Henri, de la Victoire de Valmy, de Napoléon au pont d’Arcole, du sacrifice des résistants, etc… Cela n’était peut-être que foutaises mais je les remercie de m’avoir conter ces fables parce que ce sont les premiers, et d’ailleurs les seuls, qui m’ont donné des modèles à admirer et tenter d’imiter et fait comprendre qu’il existait dans la Patrie quelque chose de plus grand et de plus haut que ma petite personne et qui justifie que je paie les impôts qui financent vos salaires, et maintiens en France, contre vents et marées, une entreprise qui emploiera vos élèves.

    Répondre
  12. Pic et Puce

    C’est une occasion de débattre qu’il ne faut pas refuser. Si l’on se met dans la peau d’un jeune dont la famille est venue d’Algérie après la guerre d’indépendance, on peut se demander ce qu’il peut ressentir vis à vis d’un pays qui l’a certes accueilli mais dont l’histoire avec la France fut violente, avec la présence d’une population d’origine pieds noirs qui, on peut le comprendre, n’a jamais accepté d’avoir été chassée d’une terre qui était aussi la sienne. Avec la présence subventionnée de milliers d’Imams islamistes dont le rôle est précisément de couper ces jeunes de leur environnement occidental dans un esprit d’enfermement sectaire, programmés pour les plus endoctrinés d’entre eux à commettre d’impensables actes de terreur. Aimer la France et ses habitants aussi bien de souche que immigrés est un acte volontaire qui s’étend sur de nombreuses années. La détester est aussi un processus qui a été mis en place depuis des dizaines d’années par des acteurs qui resteront hélas impunis. Ce genre d’action est intéressant s’il y a débat avec l’acceptation de perspectives futures du vivre ensemble.

    Répondre
  13. Jerome Segal

    Scandale, oui, c’est sûr. L. Deutsch (xénophobe, ultra-catho, royaliste etc.) n’a rien à faire devant des élèves pour parler d’histoire (d’ailleurs il n’est pas historien). Je suis cependant un peu étonné : qu’est-ce qu’on en sait que l’IPR a soutenu cette bien triste invitation ? Autrement dit, qu’est-ce qui permet d’affirmer cela ?

    Répondre
    1. Marcos

      L. Deutsch (xénophobe, ultra-catho, royaliste etc.) Et vous vous etes ?

      En tous cas vous ne rentrerez pas dans l’Histoire, et c’est une bonne chose!

      Répondre
  14. Marzin Servane

    Merci aux deux auteurs pour leur engagement à « nom decouvert ». Nous sommes à vos côtés et prêts à participer à toute action faisant suite à cette tribune.

    Répondre
  15. Marie

    Bonjour,
    Comme l’histoire promue par Monsieur Deutsch, le système éducatif auquel vous appartenez est « national » c’est à dire politique. L’éducation « nationale » soumets les élèves à des contenus et à des interventions dont vous partagez parfois les orientations, et parfois pas. En l’occurrence le patron des Yvelines instrumentalise votre discipline pour faire passer ses idées. Je comprends que ça vous défrise. Mais tant que l’intervention en question reste dans le cadre de la liberté d’expression, l’affaire n’est pas tout à fait du niveau du scandale. Monsieur Deutsch fait sa promo et peut-être qu’il se remplit les poches d’argent public au passage : ça c’est énervant. Pour le reste, la conception de l’histoire qu’il défend est sans doute celle que partagent la majorité des élèves en France. Je ne parle pas du royalisme et autres relents nauséabonds (je n’ai pas lu l’interview à Valeurs actuelles donc je ne mesure pas l’étendue des dits relents), mais du fait que l’histoire est massivement considérée comme un moyen d’édifier et de souder la communauté autour de valeurs communes, quelle que soit la communauté (mon village, mon pays, ma religion, etc.). L’intervention de Monsieur Deutsch serait l’occasion de voir que cette conception n’est qu’une conception parmi d’autres. En d’autres termes, de raconter que vous (les auteurs de cette tribune) appartenez à un autre courant historiographique. Et c’est quoi l’historiographie ? C’est de s’intéresser à la manière dont les gens racontent leur histoire, et pourquoi. Et merci Monsieur Bédier de nous avoir permis de lancer ce passionnant débat avec nos élèves pour déconstruire ensemble toutes les salamalecs actuelles d’histoire nationale, d’identité nationale et tout et tout !
    Bonne continuation

    Répondre
  16. denis

    Sinon, Loran Deutsch, il a été drôle, autrefois….il aurait dû poursuivre dans cette voie, je pense . Bern, qui est +ou- royaliste, fait pas des conférences pour jeunes élèves, il fait des émissions, qu’on regarde si on veut, il a beaucoup plus de classe et d’humour . Pour moi, Deutsch, il a cessé d’éxister y’a des années !

    Répondre
  17. Arwald

    Les « travaux » de Lorant Deutsch sont partiaux et subjectifs. Au sujet de sa passion pour l’Histoire de France, Lorànt Deutsch déclare qu’il ne se considère « certainement pas » comme un « historien » : « Je n’ai pas cette prétention. Ce qui m’amuse, c’est de raconter l’histoire et de donner envie aux gens de la découvrir. Je suis juste un passionné. Mais je m’appuie sur les grands auteurs et ce que j’écris est véridique »
    Le livre a fait l’objet de diverses critiques de la part de plusieurs professeurs d’histoire et de militants politiques, qui reprochent à l’ouvrage diverses erreurs et l’accusent d’être biaisé par les opinions monarchistes de son auteur. Trois chercheurs en histoire, William Blanc, Aurore Chéry et Christophe Naudin, publient ainsi le livre Les Historiens de garde, destiné à dénoncer les auteurs qu’ils accusent de véhiculer une vision réactionnaire des faits historiques ; dans cet ouvrage, ils s’en prennent notamment à Lorànt Deutsch, à qui ils reprochent de ne fournir qu’une vision caricaturale, biaisée et linéaire de l’histoire de France. Un doctorant et agrégé d’Histoire, Clément Salviani, s’est attaché à démontrer sur son blog les erreurs factuelles présentes dans l’ouvrage.

    Répondre
  18. Yannick

    Pourquoi tant de haine envers cet homme ? Il a pris le parti de magnifier la royauté et l’assume. Inversement, l’enseignement républicain a pris le parti le dénigrer l’ancien régime. C’est une bonne chose que les élèves puissent confronter différents points de vu.

    Répondre
  19. Helène

    « Cet événement est une initiative du salon Histoire de lire de Versailles appuyée par M. Bédier, président du Conseil départemental des Yvelines. » Tout est dit.

    Répondre
  20. Bastet

    Je suis très surpris de cette levée de bouclier quelque peu radicale, et ce pour trois raisons :

    1/ Si, d’après vous, « l’Histoire n’a pas pour but de faire aimer la France, c’est une science qui permet de comprendre le passé par une étude critique et dépassionnée », je dirais que l’un n’empêche pas l’autre, qu’il ne s’agit pas de « passionner un débat », mais bien au contraire de donner un plaisir sain et motivant aux élèves pour qu’ils s’intéressent enfin à l’une des matières les moins appréciées et les plus maltraitées du cursus… On appréhende toujours mieux ce que l’on aime.

    2/ En quoi un divertissement ou un conte romancé pourrait-il être néfaste à l’éducation culturelle de nos enfants ? En quoi raconter le monde tel qu’il est ou tel qu’il fut par le biais d’histoires fictives ou quelque peu « imagées » pourrait nuire à l’évolution intellectuelle des élèves ?
    Je crois qu’au contraire, là encore, vous vous trompez. Tout est question d’environnement, celui que vous proposez à vos élèves. Leurs apprendre le sens critique par exemple, leurs donner des outils de remise en question, leurs expliquer le libre arbitre. Bref, leurs donner à réfléchir et à analyser plutôt qu’à les remplir de témoignages « réalistes » souvent totalement indigestes. Et puis quid de nos mythes et de nos légendes ? Ne racontent-ils pas une part de notre histoire et de notre humanité ? Ne sont-ils pas culturellement corrects ?

    3/ Admettez seulement le niveau général dramatique de nos étudiants après BAC en ce qui concerne l’Histoire. C’en est affligeant. Peut-être que vos pratiques scolaires si rodées mais si peu efficaces devraient, elles, être remises en causes. Peut-être que de multiplier les voix d’accès à la connaissance sous toutes ses formes, même celles qui vous semblent si peu académiques, offrirait une chance à certains enfants de s’intéresser à des sujets dont ils s’éloignent de plus en plus…

    Ce que je pense c’est que, plus il y a de canaux d’accès au savoir, mieux c’est, et qu’il faut être prêt à accepter que dans un monde qui change les éducateurs et les méthodes doivent savoir s’adapter, c’est normalement toute l’intelligence que l’on doit attendre des adultes, des professeurs en particulier, non ?

    Répondre
  21. K.

    Bonjour
    Votre opinion est tout à fait acceptable ou compréhensible, mais vous n’avez pas il me semble à soustraire vos élèves à cet événement. Il sera tout à votre honneur de les y accompagner et de développer leur esprit critique en amont et en aval de cette intervention.
    Bien à vous.

    Répondre

Répondre à denis Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *