CR : Christian Amalvi, les héros des Français, controverses autour de la mémoire nationale

Rédacteur : jean Leduc

Compte-rendu de :

Christian ALMAVI, Les héros des Français. Controverses autour de la mémoire nationale, Bibliothèque historique Larousse, 2011. (« avec le concours amical de Pierre Barral » qui signe les pages 119-140), 445 pages, 20 €

Dans l’« Introduction générale » (p. 11-12) Ch. Amalvi se fixe trois objectifs :

–        « Montrer de manière rigoureuse, mais non érudite, comment les historiens de toute nature ont, depuis  l’époque romantique, inventé une galerie de personnages flamboyants qui ont réellement existé, à partir d’exploits vrais ou imaginaires qui ont largement contribué à forger notre identité »

–        « Cerner les usages politiques et religieux de ces figures de proue dans la longue durée, c’est-à-dire comprendre les raisons de cette instrumentalisation héroïque qui caractérise la vie politique en France depuis deux siècles environ »

–        « Essayer de déterminer le poids que représente, dans la culture collective des Français, leur passé » et « à quelle source s’alimente notre imaginaire historique ».

Le texte-auteur compte 297 pages. Ch. Amalvi y étudie 92 personnages et quelques épisodes (la Saint Barthélémy, la guerre de Vendée, l’Affaire Dreyfus). Dans un certain nombre de cas, l’analyse des regards portés sur l’homme ou la femme célèbre est accompagnée d’un rappel de leur biographie.

Ce texte-auteur est suivi de 120 pages comportant 48 « Annexes ». 47 consistent en extraits  de jugements portés – par d’autres acteurs ou par des biographes –  sur environ la moitié des personnages étudiés. La  quarante-huitième annexe fournit des éléments statistiques : résultats d’enquêtes d’opinion réalisées en 1949, 1980 et 1999, « panthéon des noms d’établissements scolaires » et « panthéon des noms de rue ».

Ch. Amalvi  entend traiter de « la mémoire partagée par presque tous les Français » (p. 11). Les  figures qu’il retient pour composer ses notices appartiennent, pour la plupart à la famille des « héros » et « grands hommes » communément admise et depuis longtemps labellisée par les manuels scolaires. On trouve aussi des personnages moins attendus : Jean-Paul Sartre, Jean XXIII, Jean-Paul II, Simone Veil et quelques portraits de groupe (les trois Carnot, les trois Monod, les trois Curie, six héroïnes de la Résistance et un quatuor formé d’Albert Schweitzer, René Cassin, Jean Monnet et Gilles de Gennes).

Le texte-auteur est réparti en 12 chapitres. On comprend mal à quelle logique répond le plan adopté son organisation n’est pas sans présenter des bizarreries. Pourquoi intituler le chapitre 9 « Les femmes aussi » alors que d’autres personnages féminins sont étudiées dans d’autres parties de l’ouvrage ? Pourquoi rejeter en conclusion l’étude de Louis XV, Louis XVI, Marie-Antoinette, Napoléon III et … Toussaint-Louverture, alors qu’une conclusion doit être générale ? Cependant, on ne s’attardera pas sur le caractère arbitraire d’un plan qui, de toutes manières, était difficile à construire. Peut-être aurait-il suffi, pour composer ce que Ch. Amalvi appelle lui-même une « galerie » de « notices », de se contenter de l’ordre chronologique ou de l’ordre alphabétique des personnages. Le lecteur s’y serait sans doute mieux retrouvé. Cela n’aurait pas empêché l’auteur, dans une partie synthétique de son ouvrage, de proposer une périodisation des regards portés, périodisation qui, de toute façon, est en filigrane dans son livre, qu’il s’agisse, en particulier, des changements de régime politique, de l’évolution du catholicisme ou des variations de la conjoncture historiographique.

Cela dit, tel qu’il est, cet ouvrage, rédigé dans une langue simple et d’une plume alerte, devrait rendre de grands services aux enseignants de tous niveaux soucieux de développer chez les élèves et les étudiants une attitude « réflexive » sur les acteurs de l’histoire de France.

Il montre avec précision quelles représentations ont été données de ces acteurs depuis 1815. L’auteur utilise à la fois les publications universitaires et les autres formes de littérature biographique, l’iconographie (des images d’Épinal et caricatures publiées dans la presse aux peintures et sculptures présentées dans les Expositions, Salons ou présentes dans l’espace public), les productions cinématographiques et télévisuelles,  les commémorations et autres célébrations. Sur ces vecteurs de la mémoire il propose un état des lieux de la recherche. Sur certains points il  apporte du neuf. Tel est le cas de l’iconographie (ainsi en ce qui concerne le rôle de Charles-Philippe de Chennevières, Directeur de Beaux-Arts de 1873 à 1878, dans la décoration du Panthéon)  ou encore celui de la statistique des biographies de tous ordres recensées par la Bibliothèque Nationale (Napoléon et De Gaulle, avec plus de 2000 titres, y devancent très largement Jeanne d’Arc et Saint Louis). A notre surprise, la place de la littérature scolaire (au sens large : manuels, livres de lecture, livres de prix) est réduite : elle n’est mobilisée que de loin en loin. Lavisse et G. Bruno, pour ne citer que ces deux auteurs, ne font que quelques timides apparitions. Est-ce parce que ce champ a été déjà beaucoup étudié ? Ou bien l’auteur considère-t-il, en fin de compte, l’empreinte de l’école comme secondaire. Tout en affirmant (p. 281) qu’il s’agit d’un « paramètre fondamental », il se contente de se demander « si la preuve par Ernest Lavisse … est pertinente ». C’est, à notre goût, bien court … surtout de la part d’un spécialiste de la littérature scolaire.

L’évolution des regards portés sur chaque personnage est étudiée avec précision. Il n’est pas seulement question du souvenir que laissent ces personnages après leur mort : pour ceux de la fin du XIXe et du XXe siècle, il s’agit aussi des jugements portés sur eux de leur vivant. Ch. Amalvi et P. Barral montrent comment, depuis l’époque de la Restauration, les Français, selon leurs opinions politiques et religieuses, ont instrumentalisé ces hommes et ces femmes,  les ont « récupérés » au bénéfice de leur cause. Comment quasiment toutes ces figures sont l’objet de controverses, non seulement dans le débat public mais aussi entre historiens professionnels. Sur ce dernier point,  l’ouvrage a aussi un intérêt proprement historiographique comme le montrent, par exemple, l’étude des leaders de la Révolution française, de Louis XIV ou de Jean Moulin. L’ouvrage montre encore comment et pourquoi, selon la période, certains perdent de l’importance (ainsi Pasteur), tandis que d’autres progressent, comment et  pourquoi les controverses s’aggravent ou s’estompent sans vraiment jamais disparaître. L’affrontement est rarement simpliste, l’apaisement n’est  jamais total. Tout ceci, répétons-le,  est raconté avec clarté et précision.

Ce qui manque le plus à cet ouvrage, c’est une mise en perspective. La « Conclusion », au demeurant assez brève, n’est qu’un ensemble de nouvelles monographies qui auraient dû prendre place dans le corps du récit. Ce livre est un ouvrage érudit qui rendra de grands services aux enseignants soucieux de faire comprendre comment sont construites et utilisées les représentations du passé. Non seulement ils y découvriront de nombreuses informations pour enrichir leurs cours mais ils pourront en utiliser les annexes pour proposer des exercices. Toutefois on aurait aimé que Ch. Amalvi, dépassant son domaine favori – l’historiographie au sens le plus large du terme – se hasarde un peu dans la réflexion épistémologique et dans le questionnement politique. Son ouvrage est à la fois érudit et lisible par tout public : c’est là sa réussite. Mais, d’une part, il reste trop analytique, d’autre part l’auteur n’entre pas vraiment dans le débat, si vif actuellement, sur les usages publics de l’histoire et sur ce qu’il appelle lui-même, en introduction, « une identité française ». Cela est d’autant plus étonnant qu’à certaines remarques qu’il fait, ici et là, dans l’ouvrage, on sent qu’il ne répugne pas systématiquement à prendre position.

Jean LEDUC, ancien professeur d’histoire.

Mai 2011.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *