L’histoire en lycée professionnel : l’exemple du fait colonial

Rédactrice : Farida Gillot, professeure en Lycée professionnel

Un programme restreint et une pédagogie du complexe pour enseigner le fait colonial…

Je ne vais pas exposer ici ce que tous les professeurs de tous niveaux connaissent. En effet, tous ceux qui transmettent un savoir de la maternelle à l’université sont confrontés au manque de temps pour atteindre les objectifs prescrits par l’Institution de laquelle ils dépendent.

Après une brève présentation des programmes, je vous montrerai plutôt comment on peut échapper ou s’adapter aux programmes pour transmettre la complexité historique du fait colonial.

Un programme rénové :

La réforme du lycée professionnel de 2008-2009 a mis en place le Bac Pro 3 ans en supprimant le BEP. Qui dit réforme du système dit nouveaux programmes. Ceux de Lettres-Histoire sont applicables depuis la rentrée 2009. En Histoire, le temps long est à nouveau à l’honneur. Toutefois, ce nouveau programme est thématique et non chronologique. Si vous souhaitez mieux le connaître  je vous conseille de le lire sur le site Eduscol (B.O. Programmes LP).

En ce qui concerne l’enseignement du fait colonial, plusieurs thèmes permettent de l’aborder directement. Ainsi, on retrouve deux thèmes en classe de Seconde professionnelle :

ñ « Voyages et découvertes, XVIe-XVIIIe siècle » ;

ñ « Le premier empire colonial français, XVIe-XVIIIe siècle » ;

et un thème en classe de Terminale professionnelle :

ñ « La décolonisation et la construction de nouveaux États : Inde, Algérie ».

Comme on peut le constater, il n’y pas de thème consacré au second empire colonial français. Ce manque révèle une conception restreinte de la signification de la longue durée en Histoire. Cette restriction est clairement justifiée dans l’introduction des programmes, qui nous explique que : « Le XVIe siècle a été pris comme point de départ de la classe de seconde, tant est importante la révolution des mentalités qui commence à s’y produire. Le programme qui couvre trois siècles est résolument axé sur une histoire européenne – celle des humanistes, des découvreurs, des colonisateurs, des révolutionnaires. ».

On est bien dans une Histoire nationale et européenne, d’où l’intérêt porté sur le premier empire colonial en classe de Seconde professionnelle.

En classe de première, le choix des thèmes renvoie à une Histoire franco-française sans tenir compte de l’ouverture de la France au monde par ses conquêtes coloniales à partir de 1830.

Au professeur de Lettres-Histoire de s’accaparer ces programmes restreints et d’inscrire cette longue durée dans l’enseignement en usant de la « liberté pédagogique » que lui confèrent les prescriptions officielles et sa pluridisciplinarité.

Vers une pédagogie du « complexe »[1]

Pour remédier à cette absence du fait colonial dans sa complexité historique et notamment du point de vue du colonisé, il est utile d’utiliser la spécificité de notre métier d’enseignant pluridisciplinaire Lettres-Histoire pour aborder ce qui n’apparaît pas clairement dans les programmes d’Histoire. J’insiste sur l’adverbe « clairement » car comme je vais  le montrer, on peut très bien utiliser d’autres thèmes du programme d’Histoire pour travailler l’Histoire coloniale avec nos élèves. Quelques exemples sont nécessaires pour comprendre mon propos.

Tout d’abord, pour enseigner le premier empire colonial français, on peut aller au-delà de ce qui est clairement énoncé dans les programmes en proposant à nos élèves un travail plus large avec des documents plus variés. Ainsi, pour lancer la séquence du thème : « Voyages et découvertes », on peut prendre une heure (sur les cinq à six heures du thème) pour montrer comment la cartographie détermine notre vision du monde et donc de l’Histoire. Pour ce faire, on peut exploiter l’excellent ouvrage de Christian Grataloup[2] pour trouver des documents originaux. On montrera ainsi en quoi notre regard sur le monde est « limité » par notre Histoire particulière et le point de vue que nous portons sur le monde et « les autres ».

Le thème intitulé « Les Lumières, la Révolution française et l’Europe : les droits de l’Homme » se prête très bien à cette ouverture vers l’enseignement du fait colonial. On pourra ici utiliser les documents d’époque traitant de la révolte de Saint Domingue[3] pour montrer les limites de l’application des droits de l’Homme et l’importante implication des esclaves dans leur combat pour la liberté.

Pour la classe de première, on peut aisément intégrer dans tous les thèmes du programme la question du fait colonial. Par exemple, pour le thème « La République et le fait religieux depuis 1880 », on montrera à travers des documents la non application dans les colonies de la loi de Séparation des Églises et de l’État de 1905. On mettra en évidence qu’au moment où la République rend l’État laïc en métropole, elle encourage l’Église dans sa « mission civilisatrice » dans les colonies[4]. Ce travail avec nos élèves leur permettra de questionner la laïcisation de la société et les choix de la République pour ses colonies et surtout pour ses sujets « colonisés ». Ce travail peut être complété par une séquence en Lettres dans le cadre du thème « Les philosophes des Lumières et le combat contre l’injustice ».

On peut également aborder le second empire colonial avec le thème : « Être ouvrier en France (1830-1975) ». On pourra ici traiter par exemple de l’immigration au temps de l’exposition coloniale (1930)[5]. Ou encore, dans le thème : « De l’État français à la IVe République (1940-1946) », on abordera l’engagement dans la Résistance, dès 1940, d’une partie de l’empire colonial grâce à l’engagement de certains colonisés, comme Félix Éboué.

Le programme de lettres peut aussi servir à enseigner le fait colonial dans sa globalité et sa complexité. Ainsi, on pourra mettre en parallèle un texte sur la vision de l’autre par Montaigne (Des cannibales) avec un texte de Guy de Maupassant : « Alger à vol d’oiseau »[6]. En fin d’année de seconde, on peut travailler sur la figure du reporter engagé avec Albert Londres, dans le thème : « Construction de l’information » et étudier en détail ses textes concernant le chemin de fer Congo-océan[7].

Les programmes d’histoire en LP sont un puzzle, et c’est à l’enseignant de piocher parmi les pièces pour construire un savoir historique précis et cohérent. Malgré les limites du programme, chaque enseignant peut ouvrir d’autres portes et inscrire l’enseignement du fait colonial dans la longue durée.


[1] Edgar Morin, Les sept savoirs nécessaires à l’éducation du futur, Ed. Seuil, Paris, 2000

[2] Christian Grataloup, L’invention des continents, Ed. Larousse, 2009

[3] On peut trouver des documents par exemple dans : Jean Meyer, Esclaves et négriers, Ed. Découvertes Gallimard, 2004 ; Gilles Gauvin, Abécédaire de l’esclavage des noirs, Ed. Dapper, 2007 ; Philippe Haudrère et Françoise Vergès, De l’esclave au citoyen, Ed. Découvertes Texto Gallimard, 1998

[4] Nicolas Bancel, Pascal Blanchard, Françoise Vergès, La République coloniale, Essai sur une utopie, Ed. Bibliothèque Albin Michel Idées, 2003

[5] Sous la direction de Laure Blévis et al, 1931 : Les étrangers au temps de l’exposition coloniale, Ed. Gallimard / CNHI, 2008

[6] Texte paru dans Le Gaulois du 17 juillet 1881 et publié dans le recueil de voyage Au soleil

[7] Albert Londres, Terre d’ébène (1929), publié dans les œuvres complètes, Ed. Arléa, 2007


Une réflexion au sujet de « L’histoire en lycée professionnel : l’exemple du fait colonial »

  1. Armengaud

    Article très intéressant quant au choix des accroches, des entrées documentaires. Il souligne par ailleurs les aspets positifs de la bivalence et de la pluridisciplinarité « incarnées » en la personne du plp lettres histoire ; aspects positifs, renforcements réciproques, car les thèmes historiques et géographiques peuvent être supports d’activités de lecture et d’écriture (à l’exception des w sur le signifiant) . C’est ce que j’avais (piteusement) essayé de souligner dans le cadre du plan histoire (années 80) devant les délégués des académies du sud : silence poli et géné, nos collègues des lycées et collèges et les universitaires considéraient la bivalence comme une infirmité suspecte de double incompétence. Et pourtant le collège souffre de n’être que copie anticipée du lycée enseignement général où la majorité des profs n’ont reçu formation à l’enseignement devant un public devenu très hétérogène et ne rêvent que de fuites vers les beaux quartiers ou le lycée, le vrai.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *