Pour une histoire des possibles

Rédacteur : Eric Fournier

9782021034820

Quentin Deluermoz et Pierre Singaravelou, Pour une histoire des possibles. Analyses contrefactuelles et futurs non advenus, Seuil, 2016, 444 p.

Les lettres volées

Très tôt, à la lecture de ce livre La Lettre volée d’Edgar Allan Poe s’impose, tant Quentin Deluermoz et Pierre Singaravelou révèlent ce qui était sous nos yeux depuis le début tout en se dérobant à nos regards convenus. Pour une histoire des possibles fait surgir deux « lettres volées », deux évidences qui, pourtant nous échappaient.

Première et principale évidence : en une « familière étrangeté », l’approche contrefactuelle est inhérente à la démarche historienne, de Thucydide à Marx, avant de se déployer avec force au vingtième siècle[1]. Pour étayer leur propos, les auteurs reviennent sur les liens forts entre histoire et imagination, notamment de Michelet à Lucien Febvre[2], condition nécessaire de l’histoire au conditionnel ; avant de montrer que le raisonnement contrefactuel, loin d’être réservé aux sciences humaines, est en fait propre à toute démarche scientifique[3].

Deuxième évidence, qui s’expose plus à la fin de l’ouvrage : le contrefactuel ouvre de très riches perspectives didactiques et pédagogiques à l’enseignement de l’histoire, du Primaire à l’université.

Cartographier les terres non advenues

Pour une histoire des possibles est le fruit de sept ans de travail. Il en résulte un livre dense, très dense parfois, mais servi par une écriture toujours très claire et fluide. L’ouvrage se divise en trois parties : la première brosse une très convaincante historiographie du contrefactuel, puis une approche transdisciplinaire bienvenue la confronte à l’uchronie, avant d’explorer les autres sciences sociales. La seconde partie, plus épistémologique au début, revient ensuite sur les usages politiques. La troisième, en une descente vers le terrain, « expérimente » le contrefactuel sur des terrains variés, avec une attention soutenue à la question de la transmission et des pratiques par et avec des publics divers.

L’ensemble est érudit, solidement organisé, articulé, référencé, et étayé. Là réside peut-être paradoxalement la faiblesse du livre. On comprend la volonté de Deluermoz et Singaravelou de donner à lire le fruit de sept ans de travail ; on comprend mieux encore leur rigueur et leur prudence tant le fait de s’intéresser au contrefactuel ne va pas de soi en France, académiquement parlant ; on les suit – évidemment – dans leur volonté de proposer une histoire des possibles qui ne soit pas politiquement droitière. Mais des démonstrations sont parfois trop appuyées, sinon répétitives, notamment dans la deuxième partie. On comprend aussi qu’en sept ans ils aient découverts maintes citations qui sont autant de pépites. Était-il pour autant utile de mettre autant d’exergues en têtes de chapitres ? Il en résulte une impression un peu fastidieuse de name dropping ou de Hall of fame du contrefactuel, des Sex Pistols à Walter Benjamin, en passant par Braudel. Insistons : si cette volonté de cartographier et de sécuriser l’espace de l’histoire contrefactuelle est compréhensible, elle est superflue tant ce livre, qui aurait gagné à être un peu plus ramassé, convainc sans peine. Or c’est le rôle de l’éditeur que d’aider à épurer le manuscrit, à pointer les répétions[4] et accumulations, à vérifier les notes. L’édition est ici manifestement hâtive et dessert un peu ce livre majeur.

Cette exploration de l’histoire contrefactuelle est d’autant plus nécessaire qu’elle accorde une attention soutenue à ses usages politiques successifs et antagonistes. Au XIXe siècle, l’histoire au conditionnel est plutôt ancrée à gauche, mobilisée ponctuellement par Marx notamment, et son pendant littéraire, l’uchronie – le terme est forgé par Renouvier, un républicain anticlérical – tout autant. Aujourd’hui, si Paul Ricœur appelle à « opposer l’uchronie à la fascination du révolu »[5] en des horizons émancipateurs, force est constater, à l’échelle globale, que l’histoire contrefactuelle s’est enracinée dans le monde anglo-saxon sous la plume d’historiens conservateurs et impérialistes dès les années Trente, puis néo-conservateurs à la fin de la Guerre froide. Ainsi, Niall Ferguson se sert d’une histoire avec des si comme d’une arme de destruction massive contre toute forme de déterminisme social, pointant l’importance de la volonté des sujets libres et transparents dans un monde contingent, expurgé d’une historiographie marxiste honnie. L’histoire contrefactuelle de Fergusson lui permet, par exemple, après avoir imaginé une histoire sans l’Empire britannique, de vanter le caractère « bienveillant » de celui-ci, dont George Bush serait l’héritier[6]

L’opération de Deluermoz et Singaravelou est donc très importante.  Ils montrent avec clarté que l’histoire au conditionnel fait écho aux « rejeux » du passé par les acteurs eux-mêmes mis en évidence par Walter Benjamin, comme aux « promesses non accomplies du passé » (Ricœur), deux rapports au temps qui appellent à agir à nouveau sur un monde défatalisé.

Car le contrefactuel se révèle un puissant outil pour désengluer les récits attendus et effilocher les trames de l’advenu. Mais, à la différence des historiens néo-conservateurs, « il ne s’agit pas d’une nouvelle version des théories accidentelles de l’histoire, mais de prendre en compte des possibles logés dans des configurations de contraintes mouvantes »[7]. La différence est fondamentale.

Sous cet angle, les horizons émancipateurs apparaissent évidents : faire l’histoire avec des si perme de ne pas faire comme si tout allait de soi. Cette histoire au conditionnel contribue ainsi, elle aussi, à rendre le « présent insatisfaisant », selon la belle expression d’Emmanuel Fureix et François Jarrige dans un livre récent[8].

La ligne de crête contrefactuelle

Cette autre histoire contrefactuelle doit répondre à une exigence scientifique, notamment offrir des perspectives heuristiques. Elle se distingue donc du genre littéraire de l’uchronie et met résolument à distance la facilité des turning points (Et si Pilate avait gracié Jésus ? Et si Christophe Colomb avait ouvert une mercerie à Gênes ? ) générateurs d’histoires alternatives à grands traits et grosses ficelles, certes distrayantes, parfois oniriques, mais qui ne nous apprennent pas grand-chose, ne nous donnent pas à voir ce qui était caché.

Comment concrètement sortir de cette ornière ? Comment osciller entre rigueur savante et imagination ?

La métaphore de la ligne de crête s’impose : l’approche contrefactuelle proposée ici consiste à cheminer à petit pas entre l’usage du conditionnel – qui met en avant les possibles du passé ou ses futurs non advenus, et le « et si » – qui implique une ligne temporelle plus ample, mais moins maitrisée. Dans les deux cas, il s’agit d’être attentif aux « nœuds de potentialités » de situations historiques en constante réactualisation[9].

Les auteurs testent plusieurs situations. Ils expérimentent scientifiquement une relecture impériale, autour des Indes et de la révolte des Boxers en Chine, plutôt à l’échelle macro ; les possibles de la révolution de février 1848 en France, résolument à l’échelle micro. Puis, à la manière d’un history workshop, avec la participation active d’un public non professionnel, ils se demandent ce qui se serait passé dans un monde sans traite transatlantique (macro) ou si Louis XVI avait réussi à fuir à Varennes (micro).

Or ces tests, à mon sens, montrent la pertinence de l’approche micro, de l’échelle restreinte, centrée sur l’événement plus que sur des séquences plus amples ; d’une histoire au conditionnel, plus que d’une histoire « avec des si ». Ainsi, la relecture alternative de la révolution de 1848 donne à voir des choses que l’on ne verrait pas autrement : la possibilité évanescente de la régence au soir du 24 février ; le moment Cavaignac, ce bref vainqueur des journées de juin ; ou la possibilité d’une restauration monarchique vers 1850. Indubitablement, la gymnastique contrefactuelle invite à « prendre en compte l’ouverture des possibles, à saisir le poids des déterminations changeantes, et à mettre en lumière des scènes oubliées ou négligées »[10]. Elle est donc particulièrement adaptée à l’étude des situations révolutionnaires.

Appels pédagogiques

Pour une histoire des possibles offre une recension très complète des différentes expériences pédagogiques contrefactuelles, ainsi que quelques retours d’expériences personnelles.

Faire de l’histoire autrement, avec un petit pas de coté, de façon ludique, proposer d’autres mises en récit : injecter de l’histoire contrefactuelle dans les pratiques pédagogiques est très stimulant, et pourtant les expériences analysées, quoiqu’intéressantes, appellent aussi quelques réserves. Ainsi, dans le monde anglo-saxon, plusieurs expériences en classe s’appuient sur des jeux vidéo commerciaux (comme Civilization) et/ou nécessitent du matériel informatique conséquent, ce qui pose la question de l’intrusion du secteur marchand dans un service public[11]. Plus modestement, Quentin Deluermoz présente un retour d’expérience de trois séances avec sa classe de 1eres ES en 2009 autour de la question suivante : Et si Gavrilo Princip avait raté son attentat, la guerre de 14-18 aurait-elle eu lieu ? Solidement guidés dans leur démarche, les élèves jouent globalement le jeu, mais Quentin Deluermoz note aussi le caractère « incertain » de l’expérience, qui n’a pas eu la « fluidité que suggère le compte-rendu » offert au lecteur. Car, dit-il, il s’agissait bien, au final, de faire de l’enseignement de l’histoire avec du contrefactuel. Cependant, plusieurs fois, l’expérience « menaçait de basculer en dehors de [ces] attendus » pédagogiques. En définitive, « on retrouve la ligne de crête définie dans les chapitres précédents  [mais] les objectifs pédagogiques sont bel et bien remplis » conclut-il[12].

Ces quelques expérimentations montrent les richesses potentielles du contrefactuel appliqué à l’histoire scolaire. Retenons-en quelques-unes parmi les plus prometteuses : Le statut de l’erreur, de la faute, n’est plus le même : il est difficile d’avoir « faux ». Cela permet aussi de « mobiliser des étudiants de niveaux scolaires hétérogènes »[13]. Enfin, l’histoire alternative est indissociable de la construction et de la maîtrise des savoirs : comment s’écarter d’une histoire advenue qui serait opaque ou inconnue aux élèves mis en activité ?

D’autres pistes pédagogiques pourraient aussi être exploitées. Si Deluermoz et Singaravelou mettent à distance l’uchronie, cette écriture de fiction pourrait être mobilisée dans le cadre de travaux transdisciplinaires avec les Lettres, ce qui pourrait intéresser notamment les collègues de Lettres-histoire en Lycée pro. Une question reste en revanche en suspens. Si des expériences de géographie contrefactuelles sont rapidement évoquées, cette possibilité semble en l’état fort peu explorée[14].

Voilà un livre majeur, et reçu comme tel par de prestigieuses recensions pour le grand public ; un livre qui fait date parce qu’il propose un nouvel angle historien, de nouvelles questions et de nouveaux outils, scientifiques et pédagogiques. On peut à présent discuter l’approche contrefactuelle, on peut la mettre à distance ou essayer de la réfuter, mais on ne peut plus la balayer d’un revers de main dédaigneux, ou l’assigner d’autorité à une forme exotiquement subalterne de notre discipline.

On ne peut plus faire comme si ce livre n’était pas advenu.

 

 

 

 

[1] Pour une histoire des possibles, chapitres 1 et 2.

[2] Ibidem, chapitre 5, p. 100-104.

[3] Ibidem, chapitre 6.

[4] On trouve ainsi deux fois la même citation de Paul Ricœur, p.140 et 160.

[5] C’est cette citation-là qui est présente deux fois (cf. note supra). Elle est certes très belle.

[6] Pour une histoire des possibles, p. 178.

[7] Ibidem, p. 204

[8] Emmanuel Fureix, François Jarrige, La Modernité désenchantée. Relire l’histoire du XIXe siècle français, Paris, La Découverte, 2015, p. 387.

[9] Pour une histoire des possibles, chapitre 10.

[10] Ibidem, p. 274.

[11] Ibidem, p. 299

[12] Ibidem, p. 304-309.

[13] Ibidem, p. 310.

[14] Ibidem, p. 89.


Une réflexion au sujet de « Pour une histoire des possibles »

  1. Vincent MESPOULET

    Il est heureux de lire la publication d’une recension du livre de Deluermoz/Singaravélou sur ce site, tant l’ouvrage aborde des questions qui devraient questionner les enseignants dans leurs pratiques pédagogiques et les chercheurs dans leurs méthodes d’investigation historique et dans leur écriture de l’histoire.

    Dans la recension proposée ici, sur la question des turning points, il est certain que l’approche micro sur le présent du passé d’un événement (révolutionnaire ou non) examiné avec des contrefactuels semble plus prometteuse que l’approche macro. Mais les auteurs, en testant les deux approches signalent bien que le raisonnement contrefactuel risque de s’enliser quand il adopte des cadres de temps et d’espaces historiques larges. Cette approche macro n’est cependant pas à négliger tant il apparaît qu’elle devient de plus en plus à travers des jeux vidéo très spécifiques, appelé jeux de grande stratégie, avec des formes de simulation très complexes, comme un mode d’appropriation d’éléments d’histoire globale chez les gamers (une histoire globale très absente des curricula), une invitation à découvrir des pans de l’histoire mondiale en jouant.

    Pour la question de ces jeux vidéo, qui est donc examinée par les auteurs du livre et signalée par l’auteur de cette recension, il y a quelques points passionnants à discuter et à affiner, à l’heure, il ne faut pas se leurrer, où des modes d’appropriation de l’histoire par un large public passent plus par l’usage des jeux vidéo que par les cours d’histoire.

    Or le jeu Civilization, par exemple, cité dans l’ouvrage et repris ici en exemple, n’est pas un jeu contrefactuel du tout, pas plus qu’Assassin’s Creed cité par les auteurs et pour lequel Jean-Clément Martin et Laurent Turcot ont produit un petit livre très bien fait.

    Pour la question de l’intrusion du secteur marchand au sein du service public, là aussi il convient d’être effectivement très prudent et bien prendre la mesure de ce qui se passe avec la mode des « jeux sérieux »:
    1. Cette intrusion ne se fait pas qu’avec les jeux commerciaux classiques de l’industrie du jeu vidéo, elle se réalise sous nos yeux par l’élaboration de jeux soi-disant sérieux où le service public d’éducation sous-traite à des start-up très peu expérimentées, en collaboration/caution d’enseignants, des jeux le plus souvent d’une particulièrement indigence et qui n’ont de jeux que le nom tant leur construction lourdement didactique les rendent en fait absolument pas ludiques. Ils ne soutiennent pas la comparaison même avec des jeux dits « indépendants » conçus par de petits studios très créatifs, loin des géants du marché jeux vidéo.
    2. Il serait sans doute très partiel de n’envisager le jeu vidéo où s’insère le contrefactuel que du côté de ses concepteurs. Les auteurs du livre ont bien décelé sans avoir l’occasion de l’approfondir, puisque ce n’était pas du tout dans le propos central du livre, qu’il convient en ce domaine de se place d côté de l’amateur d’histoire, celui qui lit des uchronies, qui regarde des films historiques ou qui joue à des jeux vidéo. Car en ce dernier domaine, ce sont les gamers eux-mêmes qui élaborent hors secteur marchand leurs propres modifications des jeux pour satisfaire leur propre demande de contrefactuels. Il y a donc une modification de l’histoire qui s’inscrit sur deux niveaux, celui du contrefactuel proposé par un jeu vidéo, et le contrefactuel du contrefactuel élaboré par le joueur lui même selon des modalités complexes qui seraient trop long de détailler ici.

    En tout cas, et pour terminer, ce livre a été l’occasion de produire un « feuilleton », pour reprendre une forme de narration très XIXème siècle, qui permet de prolonger la discussion sur certains aspects du livre, à savoir la présence des contrefactuels dans la culture populaire. Et c’est là que réside bien la réussite du livre: en ouvrant des champs du possible, il nous encourage à ouvrir des domaines d’investigation encore peu explorés !

    On trouve ce feuilleton à cette adresse:
    http://forum.reseau-js.com/blog/15/entry-350-feuilleton-pour-une-histoire-des-possibles-1-pr%C3%A9sentation/

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *