Les syndicats, maillons de la fabrique scolaire de l’histoire-géographie ? le cas du SNES et du projet de programme de Terminale

Rédactrice : Laurence De Cock

L’aggiornamento n’a pas vocation à s’associer officiellement avec tel ou tel syndicat. Néanmoins, dans notre souci de rendre plus transparent le circuit d’écriture des programmes, il nous a semblé important montrer le rôle joué par les syndicats qui sont auditionnés par l’Inspection Générale en charge des nouveaux programmes. En tant qu’interface entre les collègues syndiqués et l’Inspection Générale, le « groupe histoire-géographie » permet de relayer les ressentis et  diverses revendications potentielles des collègues. A rebours, connaître ces coulisses de négociations rend plus lisible le degré de prise en compte du terrain par l’Institution. Dans la mesure du possible, et si elles l’acceptent, nous ferons le même chose avec les autres associations traditionnellement associées à l’écriture des programmes.

Alice Cardoso et Véronique Servat, membres du collectif aggiornamento, exposent ci-dessous leur travail.  Un lien en fin de texte vous permet d’avoir accès au Compte-rendu de la dernière audition à l’Inspection Générale mercredi 18 mai 2011.

Le groupe histoire-géo du SNES

Le groupe histoire-géographie du SNES mène un travail de veille, de réflexion et de proposition sur les contenus enseignés et les pratiques relatives à ces disciplines scolaires. A ce titre, nous sommes amenés à examiner de façon collégiale les modifications de programmes. Réunis entre militants nous y portons un regard critique, au regard des évolutions de la recherche, des finalités que nous donnons à notre enseignement, des pratiques que nous sommes à même d’observer et d’analyser avec nos adhérents. Ce regard nous conduit à faire systématiquement émerger des contre propositions. Ce faisant nous rencontrons régulièrement en audience l’inspection générale pour lui communiquer nos remarques, qu’elles se limitent aux programmes ou s’étendent à l’actualité des disciplines. Le SNES siégeant au CSE, le groupe histoire-géographie s’y rend pour porter l’avais des militants sur les consultations en cours.

Le lien avec les militants est pour nous primordial. Il s’effectue via une liste de diffusion, les publications internes, des consultations régulières lors de stages par exemple. C’est l’occasion de faire émerger les points de tension dans la profession mais aussi de consensus, sur les sujets que nous examinons et qui peuvent être variés. (Insérer des exemples ?). C’est aussi un moyen d’échanger, de porter la parole de la base (Paris et Province, Lycée et Collège, Rural et urbain, Zep-Clair) vers l’institution, de garder ainsi la main sur notre métier.

Le groupe histoire-géographie défend l’idée que l’enseignement de ces 2 disciplines doit s’adosser aux évolutions et progrès de la recherche universitaire (disciplinaire, ou didactique) c’est pourquoi nous organisons régulièrement des Journées de réflexion disciplinaires (JRD)  au cours desquelles nous proposons à nos adhérents de faire un bilan sur l’état de la recherche et de mettre ce bilan en perspective avec les contenus et pratiques. La parole est alors donnée à des spécialistes qui peuvent échanger avec la profession représentée par les militants. Chaque année nous participons aussi aux RDV de l’histoire de Blois pour lesquels nous organisons une table ronde conjuguant les interventions de différents spécialistes sur le thème du festival.

Nous nous préoccupons également des autres usages publics de l’histoire-géographie (Guy Môquet, loi de février 2005 sur les effets positifs de la colonisation), en ce sens nous avions, avec le CVUH, organisé en 2008 un colloque sur l’enseignement des questions socialement vives en histoire-géographie.

Véronique Servat, Alice Cardoso

Ci-dessous, le Compte-rendu de la dernière audience à l’Inspection Générale : http://www.snes.edu/CR-de-l-audience-a-L-iG-sur-les.html


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *