Vint une nuit sans lune… (projet pédagogique sur la mémoire de l’esclavage)

Rédactrice : Laurence De Cock 

Ce projet a été mené avec une classe de Seconde du lycée hôtelier Guillaume Tirel à Paris. Il s’inscrit dans le cadre de la première année du concours La flamme de l’égalité impulsé par le Comité pour l’histoire et la mémoire de l’esclavage et soutenu par le ministère et la Ligue de l’enseignement. Vous trouverez ci-dessous le making-off et les productions finales des élèves. Cette année, le thème du concours portait sur « Récits de Vies : restituer la voix des acteurs et des témoins de la traite, de l’esclavage et de leurs abolitions ».

WARNING :  Ce projet a gagné le concours !!!!!  

Le projet s’inscrit à la fois dans une démarche civique et historique, dans l’esprit de ce premier concours « flamme de l’égalité » portant sur les mémoires des traites et de l’esclavage. La démarche recoupe un intérêt personnel pour cette question (travail de recherche sur l’enseignement du fait colonial), et la conviction de l’opportunité pédagogique d’une éducation à la citoyenneté s’inscrivant dans le cadre de l’ouverture au monde ; conviction confirmée par les funestes attentats de janvier 2015 (ceux de novembre n’avaient pas encore eu lieu au moment de l’inscription) qui ont pointé l’urgence d’une réflexion sur le vivre et l’agir ensemble en contexte multiculturel.

 J’ai décidé d’inscrire cette année ma classe de Seconde du lycée Guillaume Tirel (lycée hôtelier). Par la réforme de la seconde technologique en hôtellerie, le programme d’histoire-géographie est désormais identique aux classes de Secondes Générales. Il comporte ainsi une partie sur la découverte du Nouveau Monde et permet d’aborder les thématiques des colonisations, traites transatlantiques et mises en place de l’esclavage. Il y a donc matière à ancrer le projet dans la progression annuelle.

Classe à effectif de 21 élèves, la Seconde concernée montre le visage d’une véritable hétérogénéité à la fois sociale et de niveaux. S’y éprouve véritablement l’expérience de altérité de façon pour moi assez inédite, au regard de mes seize années passées dans des établissements de Nanterre socialement très (trop) homogènes. Curieux, très investis dans leur scolarité, les élèves sont friands de discussions franches et ouvertes – en EMC notamment – sur les questions potentiellement sensibles de l’immigration, des réfugiés, et, plus récemment, de l’actualité funeste des attentats de novembre.

Il m’a donc semblé intéressant de lancer l’expérience à leur côté. Forte d’une expérience passée de partenariat avec l’Institut Tout Monde (http://www.tout-monde.com/) , – institut fondé par Sylvie Glissant, veuve du poète Edouard Glissant – j’ai choisi de mobiliser à nouveau ce partenariat cette année dans le cadre du concours.

 Déroulé du projet : Work in progress

Jeudi 3 décembre : intervention d’une actrice, Sophie Bourel (http://sophie-bourel.fr/) La séance est consacrée à une discussion autour de l’histoire de l’esclavage mais aussi à une lecture de textes d’Edouard Glissant. Nous réfléchissons afin de dégager des pistes de réalisation concrète autour du thème de cette année. Sophie Bourel, qui intervient souvent dans les établissements scolaires, travaille particulièrement l’oralité et les postures corporelles. Nous décidons alors collectivement que le projet débouchera sur l’écriture collective d’un récit de vie fictif, celui d’une femme, et mis en musique.

Capture d’écran 2016-04-14 à 15.34.33

Décembre-janvier :

 Les heures d’EMC (1h quinzaine) sont mobilisées pour l’écriture collective du texte.

5 groupes sont chacun chargés d’une partie de la vie de notre esclave que nous décidons féminine et fugitive :

  • L’enfance
  • La capture
  • La traversée
  • La plantation
  • La fuite

 L’écriture (parfois laborieuse ) laisse une très grande liberté aux élèves. Je n’interviens que pour les aider s’ils le demandent ou faire de suggestions. Beaucoup d’Aller-retour se font par mails compte-tenu de la brièveté de la période de travail et de l’interruption des vacances de noël.

Le texte une fois écrit intégralement est discuté collectivement par projection en classe entière. A ce stade, je demande à être aussi partie-prenante des « négociations ». Chaque proposition de réécriture fait l’objet d’un vote.

vint une nuit sans lune français

A night without moon

Capture d’écran 2016-04-14 à 15.43.19

Capture d’écran 2016-04-14 à 15.43.35


Ces moments d’échanges font émerger des questions cruciales pour la construction citoyenne des élèves : en quoi les mémoires de l’esclavage sont-elles une problématique universelle et non réservée à une seule catégorie de population  assignée à sa couleur de peau ? Comment la réflexion sur le racisme institutionnalisé dans un passé lointain permet-elle de réfléchir aujourd’hui aux dimensions morales et politiques de la tolérance et de l’antiracisme au présent  ? Comment les pratiques artistiques (poésie, littérature, théâtre) permettent-elles aussi de dépasser la froideur du simple constat historique ? Qu’est-ce qu’un crime contre l’humanité et comment se saisir de ces terribles exemples pour conjurer l’horreur et bâtir (et rêver à) des perspectives de paix ?

Et finalement, à quoi sert la connaissance des drames humains pour se construire comme un acteur du monde de demain ?

 Jeudi 21 janvier : Intervention conjointe de Sophie Bourel et Alexandre Pierrepont.

 Alexandre Pierrepont est anthropologue. Il a publié deux ouvrages sur le jazz, le dernier concernant un collectif afro-américain de Chicago.

 Capture d’écran 2016-04-14 à 15.34.46

 Il est également à l’origine du projet « the bridge », un réseau associant des musiciens français et américains.

http://wordpress.acrossthebridges.org/fr/

The Bridge organise régulièrement des tournées en France et aux Etats-Unis au cours desquelles les musiciens s’attachent à combiner rencontres, ateliers musicaux et concerts.

Dans le cadre d’une discussion avec les élèves, Alexandre Pierrepont revient sur les origines du jazz, les connexions avec l’histoire des traites et de l’esclavage et présente les musiciens avec lesquels vont travailler les élèves, à savoir :

(Il est interdit de ne pas cliquer sur chacun des liens)

Joe Mac Phee : https://www.youtube.com/watch?v=I4FLGfi8q4w

Joshua Abramshttps://www.youtube.com/watch?v=oEmPZIynnIA

Guillaume Seguronhttps://www.youtube.com/watch?v=-y599PrlTeM

Chad Taylorhttps://www.youtube.com/watch?v=lbpq9LxxQIo

Daunik Lazrohttps://www.youtube.com/watch?v=S5oyzUBzm-Q

Capture d’écran 2016-04-14 à 15.35.09

 Lundi 1er février : jour de l’enregistrement

 Il est décidé que les élèves « poseront les paroles » sur la musique, improvisée pour l’occasion.

Nous accueillons les musiciens qui commencent par un petit concert privé afin de familiariser les élèves avec leur musique

 Capture d’écran 2016-04-14 à 15.35.27

De gauche à droite : Guillaume Séguron (contrebasse), Chad Taylor (mbira), Daunik Lazro (saxophone ténor), Joe Mc Phee (trompette de poche), Joshua Abrams (contrebasse)

Une discussion s’ensuit pour présenter les instruments, les logiques (et illogiques) de l’improvisation. Les élèves lisent ensuite leur texte et le traduisent simultanément en anglais pour les musiciens américains non francophones.

 L’enregistrement se fait in situ, grâce à l’aide de Sophie qui rythme le passage des élèves individuellement sous le micro-son (en l’occurrence fourni ici par l’équipe de tournage Canopée présente lors de l’enregistrement).

 Capture d’écran 2016-04-14 à 15.35.37

 Février 2016 : bouclage du projet

Deux prises ont suffi à l’enregistrement. C’est Guillaume Seguron qui s’est ensuite occupé du mixage et nous a renvoyé l’enregistrement.

Ecouter le fichier-son  (Il est interdit de sauter cette étape, vous ne le regretterez pas) 

https://www.dropbox.com/s/w9u0psmgl2zftli/La%20Flamme_EDIT_2.wav?dl=0

 

Les élèves ont mis en forme leur texte …

 
Capture d’écran 2016-04-14 à 15.35.48

Capture d’écran 2016-04-14 à 15.36.01

Prolongations :

Le projet se poursuit après février par un travail sur le clown Chocolat suite à la visite de l’exposition à la maison des métallos à Paris prévue en mars.

Le texte sera par ailleurs lu à l’UNESCO lors de la commémoration du 10 mai.

 Remerciements dans le désordre  :

Sophie Bourel, Sylvie Glissant, Alexandre Pierrepont, Nader Bezaei, Johan Saint, Guillaume Seguron, Chad Taylor, Daunik Lazro, Chad Taylor, Joe Mc Phee, Josh Abrams, The Bridge, l’équipe de Canopée, Mme Olayat, Mme Orsini, Mme De Cock et tous les élèves de la Seconde 2STHR : Guillaume, Déborah, Morgane1, Morgane2, Violette, William, Roland, Gérémie, Mariette, Linh, Nicolas, Mao, Mattéo, Hélios, Antoine, Alexandre, Benjamin, Axel, Kiana, Thibaud, Samuel


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *