En marche vers l’égalité et contre le racisme

Rédactrice : Véronique Servat

L’enseignement de l’histoire de l’immigration a fait une apparition furtive dans les programmes de 3ème écrits en 2008 et destinés à être enseignés à partir de 2011. Infaisables en raison de leur encyclopédisme, ces derniers ont été, de façon tout à fait exceptionnelle, allégés dès la rentrée suivante. Un des chapitres sacrifiés fut celui qui abordait l’histoire de l’immigration sur le long XXè siècle.

L’an passé les programmes d’éducation civique ont été réécrits dans l’opacité et la précipitation les plus totales. Un des seuls éléments lisibles de la nouvelle mouture proposée est le nom renouvelé de cet enseignement désormais appelé « moral et civique ».

Paradoxalement, entre cette béance et ce flou total a surgi un espace de liberté susceptible d’accueillir une proposition de travail pour le cours d’EMC d’une de mes classes de 5ème, consacrée à un moment emblématique de l’histoire de l’immigration du second XXè siècle :   la marche pour l’égalité et contre le racisme de 1983. En effet, avec mes collègues, nous avons sensiblement conservé les mêmes questions au programme que l’an passé – option choisie par de nombreuses équipes pédagogiques pour cette année – et ce pour toutes nos classes. Ainsi, en 5ème, continuons-nous à traiter des identités de la personne mais aussi des rapports entre différences et discriminations.

Différences-altérités, discriminations-droits.

La séquence de travail proposée aux élèves se déroule en trois temps. Tout d’abord les élèves réfléchissent et identifient quelques unes des multiples différences qui caractérisent l’humanité à l’aide de quelques documents iconographiques (portraits d’individus, photographies de repas, unes de journaux). Cette diversité est caractérisée par quelques critères physiques ou culturels (langue écrite te parlé, habitudes vestimentaires ou alimentaires). Evolutive cette diversité n’est en rien figée : les élèves argumentent sur ce point à l’aide des critères physiques identifiés.

Ayant déjà proposé plusieurs fois cet exercice je suis toujours agréablement surprise, comme lorsque je travaille sur les identités multiples de la personne, de voir que les élèves déjouent quasi systématiquement les assignations qu’on leur plaque volontiers dans le débat public. Ainsi, en matière d’identité ou de diversité, le critère religieux n’émerge que rarement des échanges collectifs dans la classe. Pourtant on nous assure ici et là que c’est la grande affaire clivante du moment.

Cette parenthèse refermée, je précise que nous avons clôturé ce point du cours sur un constat : l’humain est singulier, mais il partage certaines de ses particularités avec d’autres. Humanité et altérité sont au centre de cette première partie du cours.

La deuxième séance est consacrée aux maux et aux mots de la discrimination. A l’aide d’un dictionnaire et de documents iconographiques illustrant quelques unes des froems les plus courantes de discriminations, les élèves découvrent et précisent leur sens : racisme, sexisme, antisémitisme, ségrégation, homophobie sont ainsi définis et illustrés par des exemples concrets (la Une assimilant Christiane Taubira à un singe fait l’objet d’explicitations et de commentaires). A partir de là nous pouvons monter en généralité et élaborer une définition globale de « discrimination ». Droits, discriminations sont au centre de cette deuxième partie du cours.

Lutter contre les discriminations : en marche pour l’égalité et contre le racisme.

La dernière étape de notre travail pose la question des mobilisations, donc des acteurs et des actions, susceptibles de faire reculer les discriminations. L’exemple de la marche pour l’égalité et contre le racisme de 1983 est notre étude de cas.

En tant qu’objet d’étude, elle intéresse à plus d’un titre. En premier lieu la marche pour l’égalité et contre le racisme réactive une forme de lutte et de mobilisation qui croise une l’histoire d’autres dominés : celle des afro-américains des années 50-60 aux Etats-Unis. En outre, l’idée de la marche incube et nait dans des territoires qui sont aussi des grands absents des programmes d’histoire-géographie : les banlieues. Il me paraît intéressant de s’arrêter sur leurs caractéristiques économiques et sociales ainsi que sur leurs paysages urbains[1]. D’une façon générale, les programmes de géographie explorent volontiers le centre, les territoires dynamiques ou porteurs de la puissance, on s’attarde sur Paris, ville-monde, sur l’extension des aires urbaines en zones pavillonnaires mais bien moins sur les marges[2] et sur les approches en termes d’inégalités socio-spatiales qui sapent pourtant la cohésion sociale de cette « France en villes ». Le détour par les banlieues ajoute deux mots clés à l’ensemble de ceux déjà collectés et explicités : inégalités et injustices. Enfin, l’abondance et la variété des sources ou études sur la marche pour l’égalité et contre le racisme[3] emportent définitivement l’adhésion du professeur quant à la pertinence de choisir ce moment comme objet d’étude.

Pour travailler les élèves bénéficient d’une mise en bouche qui a valeur d’immersion dans le sujet : une courte vidéo issue des archives de l’INA qui rappelle le déroulement de l’événement jusqu’à son issue : l’arrivée triomphale place de la Bastille le 3 décembre 1983.

Les élèves disposent d’un vaste corpus documentaire, assemblage de documents iconographiques et de textes de différentes natures parmi lesquels des articles de presse ou de blogs rappelant l’inflation des crimes racistes et des violences policières aux sources de la marche pour l’égalité. L’un d’entre eux évoque précisément le meurtre d’Habib Grimzi, qui a lieu durant la marche pour l’égalité, ce jeune défenestré du train Bordeaux-Vintimille par quelques légionnaires avinés, violents et xénophobes. Le territoire de la banlieue est présenté à l’aide de deux documents : une carte postale des Minguettes et une chanson qui en décrit tous les maux : Banlieue de K. Kacel.

Au cours de notre première séance nous lisons les documents ensemble et les élèves s’attèlent par la suite à collecter une série d’informations à l’aide du questionnaire joint. Nous faisons ensuite une mise en commun au tableau des réponses. Les élèves sont sollicités pour faire émerger quelques mots clés issus du traitement du corpus documentaire : racisme, inégalités, injustices apparaissent. Ils codent ensuite les informations réunies en trois catégories : C pour causes, D pour Déroulement, R pour Résultats. Afin de garder trace de ce work in progress, je photographie le fruit de leurs recherches et de leur classement.

IMG_3746

Nous sommes au seuil de la dernière étape du travail. Munis de leurs consignes, de la photo résumant le travail collectif en classe, les élèves se dispensent de l’aide du professeur. Ils ont une semaine pour fabriquer un exposé écrit sur la marche pour l’égalité et contre le racisme. Quelques contraintes leur sont imposées : titrer, dégager de leurs écrits ce qui relève des causes, du déroulement et des résultats, et se limiter à trois documents iconographiques issus du dossier documentaire. (documents et consignes ci-dessous)

Différents mais égaux Marche pour l’égalité

Le lundi 4 avril au matin, je collecte une vingtaine de travaux, deux élèves ayant apporté les leurs plus tard. Les exposés restitués attestent de l’investissement des élèves dans le travail, mis en valeur par une créativité dans l’organisation visuelle des exposés. Certains ajoutent du sens par les couleurs et les symboles mobilisés, d’autres apportent un supplément d’âme par le graphisme ou des documents puisés hors du corpus fourni. La forme de mobilisation étudiée est figurée dans les exposés par des procédés graphiques souvent inventifs, les causes et les résultats de la marche, sans minorer les limites de l’opération, sont mentionnés par les élèves, le poids du nombre étant le plus palpable. De qualité inégale, avec des approches d’une grande diversité, je constate que très peu d’élèves ne sont pas parvenus à produire quelque chose d’abouti.

Par un heureux hasard, ce travail a été réalisé par les élèves de 5ème E au cours de la semaine nationale de lutte contre le racisme et l‘antisémitisme à l’école. Ils ont pu prolonger leurs réflexions en participant à un atelier d’écriture et à une rencontre avec des street artists au Musée de l’Histoire de l’Immigration. Les travaux ne sont pas évalués, ils seront néanmoins commentés et appréciés par l’enseignante. La classe qui a effectué le travail est une classe d’un bon niveau dans le collège où j’enseigne. Une bonne dizaine d’élève toutefois éprouve d’importantes difficultés de maitrise de la langue, d’organisation et de compréhension des consignes. Le travail effectué, à la croisée de l’histoire, de la géographie et des questions de citoyenneté, a été une très stimulante expérience pédagogique.

[1] Je remercie au passage Renaud Epstein qui poste chaque jour sur le réseau Twitter de magnifiques cartes postales des grands ensembles de nos banlieues avant leur dégradation #unjourunezup

[2] La prochaine question de géographie mise au concours de l’agrégation corrige quelque peu le tir, certes.

[3] Les archives de l’INA recèlent quelques vidéos très accessibles, blogs et sites internet ont largement mis à jour leurs bases textuelles et iconographiques à la faveur des 30 ans de l’événement et l’on dispose en outre de la magnifique étude d’A. Hajjat, La marche pour l’égalité et contre le racisme, Paris, Editions Amsterdam, 2013, 261 p.

[4] Voir pièces jointes.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *