« Expliquer, c’est déjà vouloir un peu excuser ». Non mais sérieux ?

Rédactrice : Laurence De Cock 

loadimg.php

(Image tirée de https://www.cairn.info/revue-enfances-et-psy-2001-3-page-58.htm)

Cette tribune a été initialement publiée dans l’Humanité le 2 février 2016

« Expliquer c’est déjà vouloir un peu excuser » Manuel Valls, 9 janvier 2016

D’abord on espère que la formule n’est qu’une pâle erreur d’algorithme du fait des journées trop chargées des chargés de communication ; une sorte de bug dans les éléments de langage. Mais très vite il faut admettre que celle-là  « Expliquer c’est déjà vouloir un peu excuser » n’était ni bévue ni plaisanterie puisqu’elle fut réitérée à plusieurs reprises, y compris devant un parterre des députés iphonisés et androïdisés qui constituent notre désormais bien triste Assemblée nationale.

Les sociologues ont, à raison, riposté contre cette incongruité d’imaginer une société dont on ne pourrait expliquer les (dys)fonctionnements sans apparaître comme les avocats naïfs de causes perdues.

Mais pour les pédagogues, dont je suis, l’énoncé est encore plus grotesque. Et même, disons le, il suffirait à lui seul à disqualifier l’ensemble de la politique éducative d’un gouvernement qui ne cesse de plaider, à raison, pour la lutte contre les effets des handicaps sociaux à l’école et pour un énième rafistolage de l’ascenseur social. Or, tout pédagogue sait instinctivement ou apprend (du temps où l’on apprenait à enseigner), qu’il est impossible, voire dangereux, de prétendre asséner des vérités sans les expliquer, aussi terribles soient-elles à accepter.

En histoire, nous sommes amenés à rendre compte d’un certain nombre de désastres passés qui ne sont malheureusement pas inhumains – trop facile ! – mais désespérément humains, car le passé regorge d’horreurs, est-il besoin de le rappeler. Or, il en va de notre mission de restituer les mécanismes qui mènent à des dénouements sordides ; non pas pour le fameux « Plus jamais ça ! » qui n’est qu’une autre incantation non opératoire, mais parce que l’intelligence des choses forge l’esprit critique, l’une des plus décisives vertus de l’engagement.

Ainsi en va-t-il par exemple de l’extermination des juifs d’Europe par le nazisme avec la complicité, notamment, de l’Etat français ; ainsi en va-t-il également de la traite des noirs et de l’esclavage, ainsi en va-t-il de mille autres séquences sombres et funestes de notre passé qu’il ne faut pas se contenter de regarder en face comme évènements hors-sols, obsolètes, périmés, ou anomalies, mais bien comme le produit d’un contexte où des hommes et des femmes ont choisi de sacrifier la morale et l’humanité sur l’autel de la haine, du racisme, du narcissisme viril, ou de la quête de profit… Liste non exhaustive. Il y a donc bien des mécanismes qui expliquent l’inexcusable, et fort heureusement. Il y a des processus historiques et sociologiques qui rendent possible – et évidemment non souhaitable – le basculement dans l’horreur. C’est aussi ce qu’il faut savoir regarder en face, expliquer et comprendre, dans le départ de jeunes Français.e.s vers l’horizon apparemment aussi terriblement enchanteur que macabre de l’Etat Islamique.

Empêcher cette intelligibilité n’est pas un simple aveuglement ou une erreur de logiciel de communication. C’est un projet politique. Celui de substituer une décision d’Etat : « Il n’y a pas d’explication » à l’intelligence collective.

Or, déposséder une société de l’intelligibilité d’elle-même est un dessein très dangereux qui vise à préférer le suivisme de masse derrière une vérité officielle quant il faudrait de toute urgence encourager la compréhension non pas seulement du symptôme apparent, mais de l’origine du mal. Ce que savent chercher et expliquer les sciences sociales, ce que doivent enseigner les pédagogues.

Et ce n’est pas un hasard si les uns et les autres sont désormais noués dans la même détestation du « sociologisme » et du « pédagogisme ». Car il y a dans ce mépris un projet politiquement délétère : confisquer la possibilité d’une contestation d’un ordre dominant par la compréhension des conditions d’un véritable changement, et ainsi torpiller le socle démocratique du projet républicain.


Une réflexion au sujet de « « Expliquer, c’est déjà vouloir un peu excuser ». Non mais sérieux ? »

  1. brard

    « Tombé » par hasard sur votre blog, j’y retrouve autant d’interrogations que d' »agacements » qui sont aussi les miens, devant le déferlement que nous connaissons d’idées reçues, « prêtes à porter »…
    Vous me direz, tout cela irait mieux, en fermant nos récepteurs, et laissant au rencart « les journaux qui brûlent un peu les yeux quand on les ouvre » ( Allain Leprest)
    Mais il faut continuer.
    Encore que la seule sociologie, les sciences sociales, ne peuvent, à mon avis, se passer de l’Histoire, et aussi: de l’économie.
    Pouvons nous faire abstraction de la nature du système économique – le capitalisme- dans lequel nous vivons, et dont la crise s’aggrave?
    Vos réflexions sont pertinentes et tout à fait justes:
    « il en va de notre mission de restituer les mécanismes qui mènent à des dénouements sordides ; non pas pour le fameux « Plus jamais ça ! » qui n’est qu’une autre incantation non opératoire, mais parce que l’intelligence des choses forge l’esprit critique, l’une des plus décisives vertus de l’engagement. »
    « Ainsi en va-t-il par exemple de l’extermination des juifs d’Europe par le nazisme  »
    ../.. »bien comme le produit d’un contexte où des hommes et des femmes ont choisi de sacrifier la morale et l’humanité sur l’autel de la haine, du racisme, du narcissisme viril, ou de la quête de profit… »
    Alors vous désignez – et c’est très rare- le profit! Bien. Mais sa recherche constante, la préservation du système qui permet a une caste microscopique de régner sans partage et de le préserver, n’est-elle pas le fait générateur?
    Il y a seulement quelques heures je réagissais à un post qui nous parle de l’article – très intéressant- de Scott Atran dans L’Obs, http://tempsreel.nouvelobs.com/monde/20160129.OBS3681/l-etat-islamique-est-une-revolution-par-scott-atran.html
    Que voici:
    J’ ai parcouru rapidement le très long texte de Scott Atran.
    Toutefois ce que je remarque, après avoir écouté le débat sur F2 hier soir : c’est que dans tous les cas – débats, écrits, interwiews, etc- où des propos pertinents voisinent avec des banalités et même des conneries, il n’est jamais question d’argent. Jamais !
    Ce qui m’amène à penser que, quand bien même les analyses réflexions sur le mécanisme d’attraction de l’EI sont très pertinentes – hier soir une femme responsable du service de « déradicalisation » a plutôt bien expliqué quels étaient les mécanismes psy mis en œuvre – et qui sont très élaborés, le système de recrutement est conçu par des types cultivés, formés à la manip – Enfermés que nous sommes du fait de la sidération provoquée par les images de violence, les attentats,…. nous restons à l’affût des seules réflexions sur l’attractivité.
    Si nous reconsidérons la période nazie : Avons nous conscience de l’investissement financier des élites économiques dans sa promotion ? La presse, la corruption des dirigeants politiques et syndicaux, le financement des milices..etc..etc.
    J’invite à écouter et lire Annie Lacroix Riz. Elle analyse très bien tout cela, à partir des faits.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *