A-t-on vraiment besoin de programmes d’Histoire ? 

Compte-Rendu de la table ronde à Blois organisée autour des nouveaux programmes de collège et dans laquelle ne figuraient aucun enseignant du secondaire .

Table-ronde animée par Emmanuel Laurentin avec Michel Lussault, Raphaëlle Branche, Romain Bertrand, Patrick Boucheron. Hémicycle de la Halle aux Grains, Rendez-vous de l’Histoire de Blois, vendredi 9 octobre 2015 – 16h15

Raphaëlle Branche et Patrick Boucheron l’avouent d’entrée de jeu et avec beaucoup d’honnêteté : ils ne sentent pas légitimes pour intervenir précisément sur programmes, n’ayant jamais enseigné dans le secondaire. Il faut dire que la table-ronde à laquelle ils participent tous deux avec Romain Bertrand, autour de Michel Lussault, ne présente aucun enseignant d’Histoire Géographie du secondaire. Moment de tension sans attendre le milieu du film, vont-ils quitter l’hémicycle de la Halle aux Grains ? Non, ils s’exprimeront depuis leur position d’universitaires, enseignants – chercheurs, non sans intérêt pour le débat d’ailleurs. Mais, l’absence sur scène d’enseignants du second degré, venus si nombreux à Blois comme chaque année, interroge pour le moins. Comment parler des programmes sans les premiers concernés ? La distribution de la parole à Blois mérite aussi d’être débattue.

Sans faire durer inutilement le suspense, Michel Lussault répond d’emblée à la question de la table-ronde : non. Comme sur le ton de la confidence, il avoue que les programmes d’Histoire ne sont pas absolument nécessaires, en tout cas pas tels qu’ils sont envisagés. Il regrette que ceux-ci agissent tel « un fétiche » et préférerait que les enseignants puissent se référer aux compétences et se contenter de quelques repères à partir desquels bâtir leur enseignement. Le socle commun sera rappelé à plusieurs reprises et représente « la culture scolaire partagée ». Le socle commun : nouveau fétiche ? Il sera invoqué à plusieurs reprises – en particulier les « parties en bleu du document, accessibles au plus large public, avec les compétences travaillées qui sont les vrais objectifs disciplinaires et renvoient au socle ». Le socle : seul refuge du président CSP, qui en fait le garant de l’égalité républicaine.

À Emmanuel Laurentin qui rappelle les réactions suscitées par la publication des deux versions des programmes d’Histoire, et la crispation autour de sa personne, Michel Lussault répond qu’il est « passé de l’image du gauchiste à aujourd’hui une figure identitariste ». Il défend le CSP avançant : « on a échappé à une commission d’historiens nommée par le président de la République » et son travail, mettant en avant des « programmes véritablement neutres et suffisamment plastiques pour que les enseignants se les approprient » grâce à « une matrice à double entrée sur les compétences et sur les thèmes, ces derniers laissant beaucoup de place à l’esprit critique ». Plus tard, il soutiendra que les contenus des programmes ont été élaborés en tenant compte « des inspections et des expertises et remontées des profs de terrain, avec une vision informée de ce qu’il se passe dans les établissements ».

Selon lui, il n’y pas eu abandon de la liberté pédagogique des enseignants. Un peu plus tard, il revient sur la disparition des thèmes au choix, approche novatrice de la première mouture du printemps dernier : « il y a eu beaucoup de discussions au CSP là-dessus. Nous avons pris la décision de ne plus les maintenir, nous avons entendu les polémiques. Le CSP est pluraliste et une majorité de ses membres a considéré que cette question des choix n’était pas comprise, mais il n’y a pas eu de pression à ce sujet. La question des choix brouillait le message. (…) L’acceptabilité sociale et professionnelle de ce type de programmes n’était pas possible ».

Cette assertion ne fera l’objet d’aucune discussion.

C’est Patrick Boucheron qui sera véritablement le seul à porter la contradiction en soulignant : « l’amertume vient du sentiment d’occasion manquée, même si on sait qu’on se débrouillera toujours avec les programmes. Mais qui est le « on » ? Les collègues engagés dans leurs pratiques et habitués à enseigner dans le dos de l’institution qui les évalue et fait les programmes. Mais nous savons bien que tous les enseignants du secondaire ne sont pas ainsi ». Il regrette que « les autres voix que celles des ronchons et des réactionnaires n’aient pas été entendues. (…) Par exemple, on met les Grandes Découvertes dans la seconde mouture, alors qu’elles n’étaient pas dans la première, et qu’on sait que cela n’existe pas ».

Romain Bertrand et Raphaëlle Branche s’exprimeront de leur position d’universitaires. Le premier en défendant l’histoire – monde : « formidable opérateur heuristique pour les histoires nationales. Pas d’histoire nationale sans histoire – monde » et appelant à faire jouer les différentes formes de savoirs critiques contre un récit identitaire, la seconde en insistant sur  la rapidité avec laquelle la recherche est transmise dans l’histoire scolaire, précisant même que, parfois, la discipline scolaire devance la recherche comme avec le sujet d’étude « les historiens et les mémoires de la guerre d’Algérie » en Terminale, thématique qui n’a jamais fait l’objet de travaux de recherche.  Elle plaide pour un rapprochement entre le Supérieur et le Secondaire, en insistant bien sur la réciprocité des apports.

On aurait pu s’attendre à un débat houleux avec la salle. Ce ne fut pas le cas. Les réactions les plus vives ayant consisté à regretter le grand silence des universitaires sur les polémiques et réactions hystériques du printemps dernier ; ou « l’autonomie mise à mal par les politiques, avec le discours de François Hollande et celui de Najat Vallaud-Belkacem sur l’histoire de France ».

Patrick Garcia fait tout de même remarquer que l’absence de définition des volumes horaires par le programme rédigé par le CSP ne peut être tenue, comme l’indique Michel Lussault, comme un appui à la liberté des enseignants car ces programmes seront immédiatement traduits en progression et donc en volumes horaires par les formateurs et les IPR.

Il regrette que n’ait pas été évoqué le climat d’hystérie qui a accueilli à droite la première mouture des programmes – on a été jusqu’à parler de « coup de poignard dans le dos » – or c’est face à cette mobilisation conjuguée à d’autres prises de position dont celle de Pierre Nora que s’est effectuée une rupture avec les avancées du projet et un retour en arrière.

De ce point de vue il faut déplorer que la distance entre le pouvoir politique et la fabrication de programmes ait été aussi courte. Dès le discours où François Hollande rappelle l’importance de l’histoire de France puis le discours inaugural à la journée de juin 2015 à la Sorbonne de Najat Vallaud  Belkacem : la messe est dite et cette journée n’aura été qu’une mascarade. Cette dernière évolution est particulièrement préoccupante. Michel Lussault  ne répond pas à cette intervention…

À un collègue dénonçant l’aberration de la mise en place des nouveaux programmes à tous les niveaux dès la rentrée prochaine, il ne sera fait aucune réponse.

D’autres prises de parole ont consisté à féliciter et à remercier Michel Lussault, un collègue plaidant pour « des programmes carrés », un autre « pour les jalons posés » par ces programmes.

Effet d’intimidation et de distanciation ? Quoi qu’il en soit on ne peut pas dire que les programmes publiés le mois dernier aient fait l’objet d’un réel débat et de réactions représentatives de la part des enseignants du secondaire. On ne peut pas dire que le dispositif blésois permette une discussion de fond sur les contenus et les pratiques de classes.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *