Prendre la parole sans lever la main

 12096116_912273692195045_2685989959034485956_n

Rédactrice : Laurence De Cock

Tribune parue dans L’Humanité le jeudi 8 octobre dans le cadre d’une semaine consacrée aux intellectuels et l’émancipation : http://www.humanite.fr/comment-les-penseurs-de-lemancipation-peuvent-ils-reinvestir-lespace-public-3-586101

La confiscation des débats publics par des polémistes grincheux n’est pas que le symptôme d’un monde médiatique inféodé à la valeur marchande d’une société crispée sur ses aigreurs et ses peurs. Elle est aussi celui d’un mépris caractérisé à l’égard de celles et ceux dont le savoir ne repose pas sur la circulation d’idées dans les cercles mondains, mais sur le fruit d’expériences inscrites dans la routine de l’ordinaire, celle du travail notamment.

Cette disqualification publique de l’expertise des praticiens est particulièrement criante lorsqu’il s’agit de l’école. Les récents débats sur la réforme du collège nous ont en effet valu une grandiose danse de la pluie par des intellectuels (qu’il faudra bien un jour se résoudre à appeler autrement) qui, au-delà de leurs connivences sociales naturelles, ont en commun de n’avoir jamais passé plus de quelques minutes dans une classe ces quelques dernières décennies. On pourrait d’ailleurs saluer la prouesse de ces médecins malgré eux qui diagnostiquent sans croiser leurs patients si cela n’avait pas des effets si délétères sur les conditions de travail déjà fortement mises à mal. Car le ventriloque semble être aujourd’hui l’un des métiers le plus porteurs quand les enseignants, eux, subissent une extinction de voix qui s’éternise un peu trop. Que disent donc celles et ceux qui « nous parlent » dans les médias ? D’abord ils congratulent avec une visqueuse condescendance, les profs sont des héros, rien que ça ; les profs ensuite, ils les aiment d’amour, parce que c’est le plus beau métier du monde. Mais tout de suite ils grondent et préviennent du désastre qui vient : l’école ne fait plus son travail, le niveau baisse, les élèves sont rois et l’autorité s’écroule. Frisson d’effroi. Mais ces deliriums en boucle de quelques notables n’ont rien de très original. Ce qui l’est davantage, c’est le crédit qui leur est accordé du côté médiatique et ministériel. Il n’a pas fallu longtemps en effet pour que ces lamentations atteignent le sommet de l’Etat et provoquent des infléchissements immédiats de discours et de politique. Récemment sur les programmes scolaires, de Matignon à Grenelle, on s’est senti obligé de répondre ces critiques et de réécrire avant même que les enseignants ne se soient exprimés. Nous en sommes donc là, à ce moment où l’Ordre du Jour (qui n’a jamais aussi bien porté son nom) est posé par les angoissés de la République tandis que, sur le terrain, des enseignants encore parfois trop disciplinés attendent en vain en levant la main qu’on daigne réveiller leurs cordes vocales.

Il faut prendre acte donc, et se saisir du bâton de parole sans attendre que quiconque nous le tende. Tel sera l’un des chemins de l’émancipation. Par l’indiscipline, contre les codes et les normes bien huilées du circuit de la décision, occuper la critique, faire valoir une intelligence des choses qui surgisse des pratiques sociales, et réveiller ainsi l’impertinence et la saveur de la subversion.

Il nous faudra temps, courage, pugnacité et abnégation pour refuser les Ordres du Jour teintés des seuls horizons de la surveillance et de la mise au pas, et pour refuser les pièges de l’âge d’or tendus par les marchands de nostalgie. Mais l’horizon de l’émancipation ne se monnaye pas. Il s’invente.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *