Enseigner l’histoire à l’école. Donner goût et interroger le passé pour faire sens aujourd’hui

index

Rédactrice : Patricia Legris

Benoît FALAIZE, Enseigner l’histoire à l’école. Donner goût et interroger le passé pour faire sens aujourd’hui, Paris, Retz, 2015, 79 p.

 Le petit ouvrage de Benoît Falaize a tout d’abord pour mérite de traiter de l’histoire à l’école primaire. En effet, les chercheurs, qu’ils soient historiens ou didacticiens, à s’intéresser à ce niveau sont peu nombreux. L’objectif visé par l’auteur est de décomplexer les professeurs des écoles par rapport à l’enseignement de l’histoire. Le livre se veut donc une invitation à enseigner l’histoire en s’amusant et en intéressant les élèves. Constatant un paradoxe actuel (alors que les professeurs des écoles sont plus diplômés que leurs prédécesseurs, ils craignent maintenant d’enseigner l’histoire), cet ouvrage dégage plusieurs problèmes posés à cette discipline en France : sa place hautement symbolique dans notre société, liée certainement aux finalités multiples qui lui sont assignées (civique, morale et culturelle principalement), le manque de formation des enseignants et la méconnaissance de la didactique.

Le début du livre présente les débats au cœur des desquels l’histoire en primaire a été questionnée. L’intérêt de remonter jusqu’au XIXe siècle est de montrer à quel point les arguments mobilisés en faveur du statisme de la discipline ne changent guère. Par exemple, au moment de la première guerre des manuels déclenchée aux débuts de la Troisième République, des arguments qui rappellent ceux employés encore aujourd’hui sont avancés : les élèves n’apprendraient plus les dates et ne connaîtraient plus les grands personnages de l’histoire de France. L’auteur montre que la stabilité de l’histoire scolaire à l’école primaire, signalée par les rares changements de programmes entre 1882 et les années 1970, est ébranlée depuis l’éveil. L’absence de consensus sur ce qui doit être en histoire est particulièrement visible depuis les années 1980 : les débats autour du « roman national », du rôle joué par l’histoire et sa place à l’Ecole ainsi que la valse des changements de programmes illustrent le malaise que traverse depuis plusieurs décennies cette discipline scolaire. Benoît Falaize constate ici la difficulté de passer d’une histoire nationale téléologique à une histoire moins nationale et plus critique.

L’auteur fait ensuite un plaidoyer en faveur de l’enseignement de l’histoire à l’école primaire. Selon lui, elle remplit plusieurs fonctions auprès des élèves : elle aiguise leur curiosité ; elle forge leur esprit critique et leur apprend la tolérance car elle les initie à la contingence des faits qui sont relatifs ; enfin, l’histoire permet de comprendre en quoi le passé éclaire le présent, en livre des clés de compréhension. L’écho du passé dans le présent de la classe se manifeste par exemple par les questions socialement vives qui témoignent des tensions contemporaines de la société. Benoît Falaize rappelle cependant à juste titre que ces clivages ne sont pas récents. Déjà au XIXe siècle, la Révolution française faisait débat. De même pour l’enseignement des guerres de religion qui ont laissé des traces dans certaines régions de France. Ce qui est nouveau en revanche, c’est la transformation des problèmes sociaux en problèmes ethniques. Les questions socialement vives deviennent maintenant dans certaines classes des enjeux identitaires (p.33). Les débats mémoriels croissants mettent en tension certains cours d’histoire, ce qui effraie bon nombre de professeurs des écoles.

Craignant de devoir affronter ce genre de situation, et n’ayant pas toujours les clés pour gérer cela, les professeurs des écoles se réfugient dans l’enseignement des périodes ancienne et médiévale. Ainsi, la préhistoire, le château fort sont des sujets très bien traités, même parfois trop longtemps traités, au détriment de la période contemporaine, notamment de l’après 1945. Là, Benoît Falaize propose une posture à adopter par les professeurs des écoles (mais qui serait également valable pour les enseignants du secondaire), à savoir s’appuyer uniquement sur des savoirs historiques afin d’être suffisamment confiant et armé pour répondre aux remarques des élèves, pour oser traiter toutes les questions (comme les faits religieux) sans tabou. Il rappelle que l’enseignant doit rester neutre dans sa pratique. Cependant, l’auteur explique également que le professeur doit promouvoir l’idéal républicain (en cela ne sortirait-il pas de sa neutralité ?) par l’enseignement de « héros d’humanité » auxquels les élèves s’identifient, ou non. Pour cela, le lecteur aurait aimé davantage d’exemples.

Concernant les pratiques pédagogiques, l’auteur part du constat que les élèves savent des choses en histoire lorsqu’ils entrent en 6e. L’enseignement dans le primaire a donc été à certains égards efficace. Pour répondre à son objectif initial (décomplexer les PE), Benoît Falaize expose comment les enseignants peuvent construire, facilement selon lui, une séquence d’histoire. On aurait aimé ici plus de détails, d’exemples et surtout de témoignages en ce qui concerne l’usage pédagogique des documents en classe (notamment des textes et des documents iconographiques), la construction de la frise chronologique et l’élaboration collective de la trace écrite. Selon lui, le récit donné par l’enseignant lorsqu’il raconte l’histoire serait efficace auprès des élèves. On voudrait le croire mais est-ce toujours le cas ? S’il suffisait de raconter l’histoire pour attirer l’attention des élèves, pourquoi tant de professeurs des écoles auraient-ils peur de le faire ? N’est-ce pas une vision trop idyllique de l’histoire enseignée ? Des développements « concrets » auraient certainement permis de répondre à ces questions et de fournir des astuces aux professeurs des écoles.

Si l’on suit l’auteur, on peut dire que plutôt que plus de formations centrées uniquement sur les contenus, les professeurs des écoles attendraient des formations qui apprennent à vulgariser les savoirs historiques pour les transmettre aux élèves. Bref, plus de didactique de l’histoire accessible et compréhensible par des non-spécialistes. Malgré les développements et les exemples que le lecteur peut attendre à l’issue de cette lecture, on peut conclure que l’auteur est parvenu avec ce livre à cette tâche de vulgarisation.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *