Charles Martel et la bataille de Poitiers. De l’histoire au mythe identitaire

Rédactrice : Hayat el Kaaouachi

 41-wULg9GZL._SX339_BO1,204,203,200_

Charles Martel et la bataille de Poitiers. De l’histoire au mythe identitaire est un livre publié chez Libertalia en 2015. Les deux auteurs William Blanc, doctorant en histoire médiévale Christophe Naudin, professeur d’histoire-géographie avaient déjà travaillé en commun en 2013 à l’occasion de leur précédent ouvrage, Les Historiens de garde. Dès l’avant-propos rédigé par Philippe Joutard, le ton est donné. Ce livre est la déconstruction d’un usage partisan du passé. Les mots de Paul Valéry sont cités pour préciser cette ambition : « L’histoire est le produit le plus dangereux que la chimie de l’intellect ait élaboré. Ses propriétés sont bien connues. Il fait rêver, enivre les peuples, leur engendre de faux souvenirs, exagère leurs reflexes, entretient leurs vieilles plaies, les tourmente dans leur repos, les conduit au délire des grandeurs ou a celui de la persécution et rend les nations amères, superbes, insupportables et vaines. L’histoire justifie ce que l’on veut ». Extraites de Regards sur le monde actuel publié en 1931, ces quelques lignes nous renseignent autant sur un contexte que sur l’objet même de la réflexion, rappelant que malgré toute force d’objectivité, l’historien le plus rigoureux est un témoin et un acteur de son temps. Ainsi, le sujet choisi par Blanc et Naudin fait écho aux réappropriations identitaires d’une histoire nationale reléguée au rang de prétexte politique ou culturaliste :

« C’est en effet un lieu commun de penser que Charles Martel a été une figure de proue du courant nationaliste en France. Cela s’avère surtout vrai depuis une quinzaine d’années, et sa figure semble en passe de devenir une référence commune, et transnationale, de nombre de courants réactionnaires unis dans le rejet de l’islam et des populations musulmanes ».

Cherchant à retrouver les fluctuations de l’appropriation de cet épisode depuis le VIIIème siècle, l’objet des deux auteurs est de revenir sur les représentations d’un évènement au fil du temps et de rendre une réalité historique à un sujet érigé en mythe. Mais, au delà d’une attendue entreprise scientifique de démythification, ce livre interroge aussi un rapport aiguisé au passé qui, s’il n’est évidemment pas le propre de notre décennie, renvoie de manière impérative à la portée démocratique de l’écriture et de la transmission de l’histoire. Alliant l’efficacité de l’inventaire à l’analyse croisée de sources parcellaires mais d’horizons variés, Charles Martel et la bataille de Poitiers est un livre riche d’indices, de traces et d’arguments pour mettre en perspective l’évènement lui-même et prendre la mesure d’une postérité récemment surestimée.

La bataille, tout d’abord, est contextualisée et ramenée à sa dimension politique et militaire. Opposant les Arabes aux Francs, les auteurs redisent combien elle est le résultat d’une lutte d’influences sur l’Aquitaine et, si tous les tenants n’en sont pas encore mis à jour, son caractère proprement classique dans un période d’invasions ne fait pour les historiens pas de doute. Loin des interprétations essentiellement religieuse voire « civilisationnelle», l’ouvrage a donc cette première exigence scientifique de revenir à une compréhension méthodique de l’événement. Avec précision, insistant au passage sur l’organisation politique du royaume des Francs et sur les tensions propres aux rivalités régionales du VIIIème siècle, les deux auteurs ont replacé la bataille dans un temps et un espace où les Arabes, considérés indifféremment comme païens ou musulmans, représentaient aux yeux des Francs des envahisseurs moins préoccupants que les Saxons. Ainsi neutralisée, la bataille ne peut définitivement pas se lire comme la matrice de toutes celles qui ont depuis opposé l’Occident à l’Orient. De même, l’étude appliquée des sources étoffe la figure de Charles Martel pour en souligner la complexité. Maire du palais souvent attaqué par des membres éminents de l’Eglise pour sa confiscation des biens du clergé, pratique alors récurrente mais toujours dénoncée dans les écrits monastiques, il est dès son vivant l’objet de vives critiques au sein du royaume et présenté comme un ennemi de l’Eglise.

Après ce retour nécessaire à l’historicité de la bataille de Poitiers et de Charles Martel, William Blanc et Christophe Naudin se sont attelés à suivre la portée de l’évènement et de l’homme jusqu’à nos jours. Pour appréhender au mieux leur postérité, leurs mémoires, leurs réappropriations plurielles, les deux auteurs ont convoqué la littérature, la peinture, les arts populaires (images d’Epinal notamment), les historiens du XIXème siècle. Cette exhaustivité des points d’accroche permet de mettre en relief la multiplicité des expressions individuelles et collectives d’une ré-écriture du passé et des rivalités mémorielles. On peut d’ailleurs y retrouver des modes intellectuelles comme le rapport longtemps positif au monde arabe et à l’islam, malgré des crispations économiques ou politiques associées à des moments bien précis comme la conquête et la colonisation de l’Algérie ou les conflits de décolonisation.

Attentifs à rendre compte de l’histoire et de son appropriation/déformation, les deux auteurs sont aussi soucieux, dans la mesure des sources disponibles, d’en souligner les dynamiques tant « par le haut que par le bas ». Et, que ce soit par la prise en compte de la « statuomanie » au XIXème siècle, des timbres postaux, du recensement des images de la bataille et de Charles Martel dans les manuels élémentaires de la IIIème et IVème républiques ou encore dans la chanson, l’opéra, le cinéma ou la bande dessinée au XXème siècle, les nombreuses analyses de ces formes de représentations et de conscience du passé font de la bataille de Poitiers un événement périphérique de l’histoire nationale et de Charles Martel un personnage secondaire. Ce dernier, moins souvent adopté et représenté que Charlemagne ou Saint Louis par les différentes dynasties françaises fut aussi moins référencé que Jeanne d’Arc dans les témoignages populaires. Le retour détaillé sur l’histoire scolaire et périscolaire conforte cette tendance. Que ce soit dans l’édition 1913 de l’Histoire d France. Cours moyen de Ernest Lavisse ou dans le Tour de France par deux enfants d’Augustine Fouillé publié en 1877 tous deux vendus à des millions d’exemplaires sous la IIIème République, la bataille ou Charles ne sont que très furtivement évoqués et jamais représentés. Si William Blanc et Charles Naudin précisent bien que les occurrences sont plus nombreuses dans les manuels scolaires publiés sous Vichy ou sous la plume de Jacques de Bainville, membre actif de l’Action Française, ils rappellent aussi que ni l’évènement, ni le personnage ne participent alors vraiment à une construction fantasmée du roman national.

Plus précisément, suivre la figure de Charles Martel dans le temps renvoie aussi aux facilités d’emprunts et aux limites de la biographie. Le maire du palais présenta pour le coup des affinités très variables selon les périodes et les partis. Critiqué par les jésuites, les Lumières, les révolutionnaires pour lesquels il pouvait incarner les prémices d’une monarchie trop centralisée et trop autoritaire, il eut droit à des lignes d’admiration sous la plume de Chateaubriand. A rebours de la fascination pour la civilisation arabo-musulmane parfois exposée par Voltaire et certains philosophes des Lumières, l’auteur du Génie du christianisme fit de Charles Martel un défenseur naturel contre le despotisme et la barbarie résumant de la sorte les croisades à une réplique légitime de l’Occident.

Avec Drumont dans la France juive publié en 1886, la référence à Charles Martel sert la dichotomie entre le « eux » et le « nous » pour attaquer le juif comme ennemi de l’intérieur. Dans ces nombreuses interprétations du passé, l’histoire ainsi détournée, revisitée raconte les tourments d’une époque et de ses contemporains. Un des apports du livre est de souligner comment une figure historique aux usages partisans, les échos choisis d’une bataille parmi d’autres annoncent les pièges de l’identité culturelle quand, figée dans le temps et l’espace, elle en devient exclusive. Les auteurs reviennent également sur l’interprétation idéologique de l’évènement aux Etats-Unis. De fait, entre 1990 et 2001, l’effet conjugué des guerres de l’ex-Yougoslavie et les premières réactions après le 11 septembre 2001 fut propice à la diffusion d’interprétations politiques et intellectuelles comme celle de Samuel Huntington. Validant l’opposition d’un Occident strictement chrétien à un Orient forcément musulman, c’est ce détour transatlantique qui encouragea Bruno Megret et Jean-Marie Le Pen à se réapproprier une lecture réductrice de l’évènement, allant jusqu’à faire de l’année 732 le point de départ d’un combat ancestral, permanent et nécessaire contre les Arabes et l’islam. De cette manière, les partis d’extrême droite et dans leur sillage, de nombreux ouvrages de vulgarisation historique, participèrent à la construction assumée d’un mythe identitaire, comme histoire fantasmée et racontée telle une interprétation du monde. Les derniers chapitres du livre reviennent sur cette fabrique du mythe non comme processus anthropologique mais comme discours politique aussi bien opportuniste qu’idéologique. S’appuyant dans ce cas sur les idées de choc des civilisations ou d’insécurité culturelle, il offre à l‘extrême droite française l’occasion de renouveler son argumentaire xénophobe et s’accompagne très souvent du reproche fait aux élites de falsifier l’histoire de France pour tromper le peuple, le « grand remplacement » allant alors de pair avec un « grand effacement ».

Si l’on peut regretter dans l’ouvrage une logique démonstrative parfois répétitive, on doit toutefois en souligner l’ambition épistémologique. Dans un contexte de passions politiques qui prennent appui et nourrissent à la fois le règne de l’opinion et la déconsidération des savoirs construits, Charles Martel et la bataille de Poitiers. De l’histoire au mythe identitaire expose une fabrique du populisme et renvoie l’enquête de l’historien à sa qualité scientifique et à sa fonction sociale. Démontrant la confiscation récente et détournée d’un personnage et d’un évènement du passé appartenant à tous, les deux auteurs prouvent que l’histoire, par ses supports, ses outils, ses méthodes, peut participer à la neutralisation d’un objet collectif loin de toute injonction d’adhésion ou de condamnation. Soit une invitation supplémentaire à la mobilisation permanente des sciences sociales dans l’affirmation du réel.

 

 

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *