La modernité désenchantée

widget

Emmanuel Fureix, François Jarrige, La Modernité désenchantée. Relire l’histoire du XIXe siècle français, Paris, La Découverte, 2015, 391 p., 25 €.

 

« N’est-il pas présomptueux de proposer aujourd’hui une synthèse des relectures du XIXe siècle français ?»[1].

Puissent les auteurs, Emmanuel Fureix et François Jarrige, l’éditeur et les lecteurs me pardonner de commencer une recension en citant abruptement, au mépris de toutes les conventions, la conclusion de La Modernité désenchantée. Relire l’histoire du XIXe siècle français.

Pourtant, là réside l’ambition, le défi et la réussite de ce livre, impressionnante synthèse historiographique – mais pas que. Loin d’être rhétorique, cette question souligne la constante réflexivité mise en œuvre. Ici, l’insatisfaction raisonnée et le doute portent une exigence scientifique et un horizon d’action : « Si la sociologie doit rendre la “ réalité inacceptable” selon Luc Boltanski, l’histoire doit selon nous rendre le présent insatisfaisant »[2]. Telle n’est pas la moindre des conclusions de ce beau livre magistralement mené.

De la synthèse : ordonner un « siècle monstrueux »

Siècle des « révolutions », de la « bourgeoisie », du « progrès », on a beaucoup écrit sur ce temps protéiforme, notamment depuis une trentaine d’années, moment de redéploiement des curiosités et du questionnaire historiens. Face à cette histoire prétendument «en  miettes », la synthèse serait-elle devenue illusoire ?

En assumant de se concentrer sur une histoire de France ouverte aux circulations transnationales ; en décidant audacieusement de la placer sous le signe d’une « discontinuité » propre au XIXe siècle, Emmanuel Fureix et François Jarrige parviennent à ordonner des centaines d’ouvrages et d’articles en un panorama quasi exhaustif. Ils réussissent à n’oublier aucune contribution sans céder à la paresse de l’inventaire ou à la facilité du name dropping[3]. Ce n’était pas évident.

Face à une telle réussite, deux images viennent à l’esprit : La métaphore horlogère en premier lieu. Organisés autour de la déconstruction des téléologies du XIXe siècle, rythmant le temps par la diachronie des possibles, les auteurs assemblent des travaux divers en un mécanisme cohérent et efficace, ne laissant de côté aucune pièce du mécanisme. Il en ressort un siècle plus fluide qui n’était pas inévitablement destiné à l’industrialisation ou à la république libérale. Emmanuel Fureix et François Jarrige, pour leur part, privilégient une autre métaphore, celle de la trame, qui permet de tisser ou de « tirer des fils entre des histoires qui trop souvent s’ignorent »[4].

L’ampleur de cette synthèse historiographique est telle que l’auteur de ces lignes a fugitivement regretté de ne plus être un jeune étudiant – non par culte de la jeunesse, non plus pour avoir l’ineffable bonheur de négocier un contrat doctoral d’excellence (ou quelque chose comme ça) – mais bien parce qu’un si précieux outil de travail relève à ma connaissance d’une entreprise inédite plus que bienvenue, qui offre des perspectives pour quiconque souhaite se lancer dans l’étude du XIXe siècle ou plus généralement le (re)découvrir ou l’appréhender différemment.

Résumer ce livre ici, en quelques lignes, serait vain, et nous renvoyons à la table des matières[5]. Notons hâtivement l’importance accordée à la construction des identités emboitées, à l’emprise de l’Etat et des techniques, au fait colonial, aux jeux d’échelles et aux approches spatiales, en des liens fructueux avec les outils géographiques[6]. Tout ceci est énoncé en un style clair, jamais jargonnant, servi par des formules denses et percutantes : « La race se déplace d’une conception lignagère, traditionnelle, ou métaphorique, vers une conception naturaliste et biologique, classificatoire », peut-on lire sur l’assignation raciale des identités ; « toute une gamme de lieux de sociabilités ordinaires ont été étudiés, ou le politique peut entrer par effraction sans être structurant : cafés et cabarets, bals publics, sociétés chantantes », apprend-on sur la diversité des formes de politisation[7]. Notons également qu’une attention bienvenue est accordée à la création des concepts et à leurs évolutions successives : « modernité », « progrès », « émancipation », « individualisme », « service public » entre autres[8]. Les mots sont importants, rappelle ce livre. Et nombre de ceux de notre temps ont été forgé au XIXe siècle.

Ces exemples soulignent un point essentiel. La Modernité désenchantée n’est pas seulement un livre sur l’historiographie présente du XIXe siècle. Il nous donne tout autant à voir le XIXe siècle lui-même.

Désenchanter le XIXe siècle, bousculer le présent.

L’approche compréhensive des identités que se donne ce siècle, i.e. la façon dont les acteurs pensaient leur propre temps – ce siècle qui est le premier à se désigner comme tel, ce siècle qui s’intronise « siècle de l’histoire » (Gabriel Monod, 1876) – révèle une période qui n’est jamais dupe d’elle-même, qui pratique l’art de la distance, parfois avec enthousiasme, souvent avec prudence, de temps en temps avec dépit, comme  Léon Daudet assénant  : « stupide XIXe siècle » ! Quoiqu’il en soit c’est précisément parce qu’ils ne sont pas dupes de leur temps et de ses horizons assignés (le triomphe du progrès, de la nation, de la science, de la technique…) que les acteurs du XIXe siècle sont ouverts à de multiples possibles.

En cela, le XIXe siècle reste exemplaire pour notre présent. Très finement, Emmanuel Fureix et François Jarrige donnent à voir un siècle longtemps réinterprété en un sens lisse, finaliste et matriciel – ce qu’il n’était pas. L’historiographie récente a considérablement déconstruit ceci, leur permettant ainsi d’écrire avec force que « le XIXe siècle a spectaculairement ouvert le champ des possibles, mis en a refermé d’autres. Il a aussi inauguré des trajectoires qui ont conduit aux apories d’aujourd’hui »[9].

L’histoire présente montre alors que ce XIXe siècle entièrement mobilisé vers le progrès est une invention du premier vingtième siècle, conforme à ses propres attentes. Et maîtriser l’étrangeté du XIXe siècle peut nous aider à nous désengluer des impasses du XXIe s.

Ce livre illustre, avec d’autres, que l’histoire s’écrit au présent, « quoique en disent les partisans de la neutralité axiologique »[10]. Et là se tient un léger bémol que l’on peut apporter à l’ouvrage qui n’a pas peut-être pas assez tiré ce fil. Les auteurs rappellent à juste titre que l’historiographie présente est le produit d’une génération qui a émergé à partir des années 80, décennie dont l’histoire critique est dorénavant balisée, notamment par François Cusset cité en introduction. Or, les contextes (politiques, culturels, médiatiques et scientifiques), les productions historiennes elles-mêmes  et les différents usages publics de l’histoire ne semblent pas assez systématiquement reliés entre eux. Tout cela est présent bien sûr, ainsi les que les débats et tensions traversant la discipline, mais sans doute pas assez explicitement présenté dans certains cas. Peut-être faut-il y voir un effet de génération : ce qui est connu et accessible à la génération des auteurs, ce qui va de soi et n’est qu’allusivement rappelé, n’est sans doute plus aussi évident pour la génération suivante – que nous invitons à nouveau à lire ce livre indispensable toutes affaires cessantes.

Car La Modernité désenchantée va bien au-delà d’un manuel exemplaire. Il est aussi un essai en puissance, dont la très stimulante conclusion aurait gagné à être déployée en un chapitre plus programmatique, interrogeant avec plus d’ampleur ce qu’Emmanuel Fureix et François Jarrige perçoivent avec acuité, sur le décloisonnement de la recherche ; sur la place de l’historien du XIXe siècle dans la transmission vers différents publics, universitaires ou non ; sur les enjeux de l’écriture de l’histoire au présent, pour le présent.

Et si La Modernité désenchantée n’interroge pas directement l’enseignement secondaire (ce n’est pas son objet), plusieurs de ses pistes et interrogations convergent aisément avec les questionnements qui animent le collectif Aggiornamento, ses interpellations, ses engagements et ses controverses :

– Le fait que « notre monde continue pourtant d’être tissé des traces laissées par [un] XIXe siècle »[11] qualifié plus loin « d’exotique » ou de « monstrueux » entre en résonance avec la pratique d’une histoire scolaire qui interrogerait tant « l’étrangeté de ce qui semble familier » que « la proximité de l’apparente étrangeté »[12]

– Enseigner que le passé est un « processus, pas un résultat », que « rien n’est joué d’avance » et que l’histoire est « saccadée » [13], peut se faire avec aisance dans ce XIXe siècle ainsi relu par Fureix et Jarrige autour d’une modernité désenchantée cessant d’être évidente pour aboutir à une redécouverte d’un XIXe siècle rendu à lui-même, où les possibles sont restitués

Et voilà à quoi peut, entre autres, servir l’histoire : à rompre des liens finalistes devenus des impasses, et à en retisser d’autres – à l’école ou dans la rue.

 

 

 

 

[1] La Modernité désenchantée, p. 381

[2] Ibid., p. 387.

[3] Profitons-en pour simplifier le travail des grincheux qui cherchent d’honteuses connivences. Le collectif Aggiornamento est élogieusement cité p. 217. Les temps sont durs, nous soutenons ceux dont nous sommes proches ; nous tissons les fils de la solidarité, de la camaraderie et de l’amitié et nous l’assumons.

[4] Ibid., p. 383.

[5] http://www.editionsladecouverte.fr/catalogue/index-La_modernite_desenchantee-9782707171573.html

[6] Sur les liens avec la géographie voir par exemple, La Modernité désenchantée p. 96-99, 127, 224.

[7] Ibid, p. 227, 248.

[8] Voir par exemple les analyses « d’individualisme », p. 184, « émancipation », p. 232, « service public », p. 311.

[9] Ibid. p.8

[10] Ibid. p. 385.

[11] La Modernité désenchantée p. 7.

[12] Laurence De Cock, « bousculer l’enseignement de l’histoire, quels enjeux, quels possibles ? » http://aggiornamento.hypotheses.org/901

[13] Ibid.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *