De quel de Gaulle les élèves ont-ils besoin ? Ou comment le mythe (voire l’hagiographie) empêche la construction du raisonnement historique

Rédacteur : Roland Tissot, enseignant de collège à Cormeilles-en-Parisis (95), mai 2011.

Annexe 1 : CdG dans le primaire et dans le secondaire

Annexe 2 : CdG dans l’historiographie « à portée de main »

De Gaulle, sa figure, son action, sa mémoire, sont largement étudiés dans le système scolaire français (voir annexe 1). Qu’en dit-on aux élèves ? Figure initiale et dominante de la Résistance, CdG est encore le sauveur de la République en 1958 puis il devient le modernisateur du pays. Le tout procède largement, du fait des horaires et des biais de rédaction des programmes, de la construction du mythe gaullien, et sans doute d’une nécessité (pour qui ?) de produire du consensus national via des figures fondatrices et des événements fondateurs.

A travers ce texte, je me propose donc de rappeler rapidement ce qui ne passe plus à l’école de la réalité du gaullisme puis de réfléchir aux conditions qui interdisent de fait de transmettre toutes les dimensions du gaullisme aux élèves. A travers l’exemple de CdG, c’est la réalité même de l’accès pour les élèves au raisonnement historique en tant que tel qu’il s’agit d’évaluer.

1. LE CdG EN TEMPS DE GUERRE (1940-1946)

On n’a pas le temps de présenter le CdG « d’avant » 1940 : formé dans un milieu très nationaliste et ultra-catholique, sans doute courageux en 1914-18, redevable à Pétain d’une partie de sa carrière et familier du vainqueur de Verdun. Bref, une jeunesse assez commune de son époque mais peu consensuelle de nos jours. Il serait pourtant intéressant de montrer que, contre les déterminismes de son temps, CdG a su être lucide au bon moment.

Présenté souvent comme un penseur novateur de la guerre de mouvement en blindés, on oublie de placer ses travaux de théorie militaire dans le cadre général des publications militaires de l’entre-deux guerres ; on verrait qu’il n’est, en Europe, ni le seul ni le premier (ni le plus important ?) des théoriciens de la guerre moderne. Et alors ? Beaucoup de gens vivent très bien de ne pas être à chaque instant de leur vie des figures remarquables.

Arrive le moment matriciel, ce 18 juin 1940 à Londres. Il est indiscutable que CdG était partisan de la poursuite des combats. Moins connu et moins légitime que Paul Reynaud, qui l’a fait venir au gouvernement, plus chanceux que Georges Mandel ou que les embarqués du Massilia, (déjà) fin politique, il saura convaincre un Churchill en quête d’une France combattante. Le Premier Ministre britannique est peut-être autant que CdG « responsable » de l’acte fondateur de la France Libre. Pourquoi ne pas le dire aux élèves ? Peut-on être un libérateur national, équiper des dizaines de milliers de soldats au Royaume-Uni, en Afrique et sur les mers sans avoir de budget ? La France Libre le serait-elle moins d’admettre qu’elle fut financée par le Royaume-Uni ? (voir à ce sujet l’annexe 2, 2e partie)

Quant au texte de l’appel du 18 juin lui-même, quasiment élevé au rang de patrimoine national (il arrive qu’il soit affiché en tant que tel dans les établissements) il faudrait pouvoir en faire l’analyse. Texte décidément national et résistant, il dit beaucoup de la technique militaire de l’agresseur allemand mais il ne dit rien de la nature du régime nazi. Est-ce par indifférence de CdG à la question ou bien par calcul politique ? Pourquoi ne pas rapprocher le texte de son contexte ? N’est-ce pas la base de la méthode historique ? On y verrait qu’il est difficile pour CdG d’en appeler à la résistance nationale sur la base d’une dénonciation du nazisme pour ce qu’il est car à cette époque la société française est profondément divisée et qu’il semble bien qu’une partie d’entre elle préfère, à tout prendre, « Hitler plutôt que le Front Populaire ».

Passe la guerre mondiale. Les mouvements et réseaux de la Résistance intérieure sont sans doute trop nombreux et le paysage sans doute trop complexe pour être présenté aux élèves. Mais faut-il occulter que la subordination à CdG n’allait pas de soi ? Qu’être « résistant » c’était aussi résister à une caste militaire « action française » organisée derrière Pétain, et que CdG a du faire ses preuves de « républicanisme » aux yeux de beaucoup de tendances de la Résistance intérieure ?

2. LE CdG DE 1946 AU 13 MAI 1958

De 1946 à 1958, CdG échoue dans toutes ses tentatives politiques de revenir au pouvoir. Le gaullisme électoral est assez puissant pour empêcher le fonctionnement parlementaire normal mais il ne l’est pas assez pour convaincre une majorité de Français de choisir l’alternative. Un certain nombre de ces Français considèrent même CdG comme un politicien irresponsable et jusqu’au boutiste qui met en danger le fonctionnement d’une IVe République qu’il exècre parce qu’elle ne lui donne ni le rôle ni la place auxquels il aspire. Quel type de République le RPF (et à travers lui toute la descendance gaulliste : UNR, UDR, RPR, UMP) défend-il en accueillant dans ses rangs des dignitaires pétainistes et des petits bras de Vichy, des soutiens affairistes et des réseaux coloniaux, des petites frappes du milieu pour assurer des services d’ordre très musclés ? Cette culture de la magouille et de la combine aboutit lors du « 13 mai » d’Alger.

L’impuissance de la IVe République à trouver une solution politique à la guerre d’Algérie a suffisamment été souligné depuis 50 ans pour qu’il soit nécessaire d’en rappeler plus que les grands traits : impuissance des coalitions successives, division de la gauche, pression du lobby colonial, craintes de la guerre civile. Dans ce contexte progressif de vide politique, une solution « extra-système » pouvait trouver sa légitimité. Le gaullisme prétend que c’est le cas dans la personne de CdG. Encore faudrait-il que le pompier ne soit pas le pyromane. Que dirait-on aujourd’hui de CdG si les autorités civiles de Paris avaient tenu tête à l’Armée en mai 1958 ? On ne le saura jamais mais si, « à 67 ans, CdG ne comptait pas commencer une carrière de dictateur » (Voulait-il dire qu’il était trop jeune, Pétain ayant commencé la sienne à 84 ans ?), on peut penser qu’à cet âge justement, l’homme savait bien que l’affaire algérienne était sa dernière chance de revenir au pouvoir. Il est de longue date établi que CdG s’est engagé autant que possible pour encourager les factieux, mais en prenant toujours garde que l’échec éventuel de l’opération ne le réduise pas, aux yeux de l’histoire, à un « putschiste raté ». Le soulèvement militaire de février 1961 sera l’occasion de laver le soupçon et de redonner lustre à l’image du général qui, comme en 1940, sauve la République.

3. LE REGIME GAULLISTE (1958-1969)

CdG et la Ve République, la sienne donc, c’est-à-dire d’abord, du point de vue institutionnel, le suffrage universel direct pour la désignation du Président. Quel bilan peut-on en tirer ? On peut très bien soutenir que ce type d’élection polarise et phagocyte le débat public ; que ce type d’élection a permis et permet encore d’étouffer de vilaines affaires en tous genres ; que ce type d’élections fait de la France une aberration en Europe ; enfin que le mouvement gaulliste (ses hommes et ses idées) a su s’incruster dans les institutions au point d’en sembler indéracinable. Nul bilan de ce genre n’est cependant jamais proposé aux élèves.

L’action intérieure de CdG est par contre volontiers abordée, dans les programmes et dans les manuels, par des aspects jugés « modernes » ou « consensuels », comme la loi Neuwirth ou la politique industrielle ou d’équipement. Mais CdG au pouvoir, c’est aussi une pratique hiérarchique, verticale, et verbeuse, qui plaît aux partisans et aux courtisans et qui, sous couvert de nécessaire modernisation du pays, couvre des comportements ouvertement corrupteurs, prédateurs et monopolistiques dans toute une partie de l’économie liée à l’action publique : le BTP, l’armement, l’énergie, pour ne citer que quelques-uns des secteurs dont les acteurs économiques principaux d’aujourd’hui se sont constitués à cet « âge d’or » où l’argent public coulait à flot dans les mêmes poches puis vers le même parti.

CdG au pouvoir, c’est également une politique partisane et qui divise fortement le pays, comme par exemple l’adoption de la loi Debré, qui sauve un enseignement catholique en quasi-faillite par l’injection massive de moyens publics, si bien que la France est aujourd’hui le seul pays d’Europe qui propose un système scolaire parallèle complet sur tout le territoire, parasitaire et déstabilisateur de l’enseignement public. CdG au pouvoir, ce sont enfin les pratiques extra-légales et sans doute parfois criminelles (les fameuses « barbouzeries ») qui contribuent à donner au régime une atmosphère très particulière, connue de tous à l’époque.

La politique étrangère de Cd G est indissociable du mythe de la « grandeur retrouvée ». Et il est exact que les choix de politique étrangère faits par CdG pèsent jusqu’à nos jours. Mais que désigne cette expression de « grandeur » et celle-ci doit-elle enseignée en tant que telle aux élèves ? L’arsenal nucléaire ? Mais qui a fait le bilan de la dissuasion ? Et s’il est positif, il faudrait alors rappeler que la recherche française en la matière date d’avant la guerre, que le CEA est installé dès 1945 avec l’appui de pratiquement toutes les forces politiques et que c’est la IVe qui prépare les programmes qui aboutissent à l’explosion de Reggane. S’agit-il de la mainmise sur l’Afrique ? Le rôle avéré de la politique gaullienne ou/et des réseaux gaullistes dans la guerre du Biafra et dans la guerre civile tchadienne seraient de bons moyens de montrer ce que signifiait pour CdG l’indépendance de l’Afrique. S’agit-il de d’indépendance à l’égard des Etats-Unis ? A-t-on fait le bilan de la posture et de l’action dans ce domaine ? Parle-t-on de la « politique arabe » alors ? Mais il semble que la France paie aujourd’hui même le prix d’avoir soutenu sans réticence les dictatures issues des indépendances. Est-ce enfin la politique européenne ? Ceux qui sont favorables à la construction européenne se doivent de rappeler que tout est en place (CECA et CEE) dès avant 1958 et que – CdG ou pas – le sens de l’histoire pousse un continent divisé et détruit à s’unir pour se relever.

Au-delà de ces aspects sectoriels de la politique étrangère, s’interroge-t-on avec les élèves sur la substance, la réalité ou la légitimité de « la grandeur de la France » ? CdG a grandi avant 1914, quand la France se partageait le monde avec le Royaume-Uni. Les élèves d’aujourd’hui vivent dans un monde où (au moins) six à huit puissances peuvent (ou pourront à court ou moyen terme) en rabattre à la France. Que peuvent penser les autres peuples d’un peuple qui revendique une « grandeur » pour tout l’univers ? Et doit-on vraiment enseigner que « la France doit être grande pour être elle-même » ? Prépare-t-on des élèves lucides sur le monde qui les attend et n’y a-t-il pas d’autres objectifs politiques tout aussi respectables que »la grandeur » ?

Pour en terminer avec le régime gaullien, deux événements : mai-juin 1968 et le référendum d’avril 1969. Du premier, on souligne divers aspects (l’irruption de la jeunesse, les grèves ouvrières) pour mieux rappeler l’habileté politique de CdG : dissolution et triomphe électoral ; du second, on retient l’élégance de celui qui ne s’accroche pas au pouvoir. Pourquoi ne pas dire, pour être complet, que les deux événements sont l’expression d’un rejet populaire massif d’un fonctionnement autoritaire d’un autre âge ?

4. LE CdG POUR LES ELEVES

Rappeler que CdG a mené sa carrière, sans doute avec des coups de génie, mais aussi avec des coups de chance et parfois des coups fourrés ; rappeler qu’il avait sans doute une vision mais qu’elle n’était pas forcément celle de la majorité des Français ; rappeler que cette vision a certes durablement marqué la France, son Etat et sa société, mais que ce ne fut pas toujours, ni en tout, un bien ; tout cela est-il possible dans le système scolaire d’aujourd’hui ?

Sans doute, avant de répondre à ces questions, faudrait-il les poser plus globalement à l’échelle de la société toute entière. CdG à l’école, c’est une figure héroïque offerte au XXe siècle français. C’est une figure de vainqueur qui permet d’oublier une France vaincue ; c’est une figure de soldat qui résiste, qui efface la réalité un Etat-Major défaitiste, comploteur et anti-républicain ; c’est une figure de « père de la nation » dans une France qui a tranché la tête de son Roi. Il n’est donc pas facile d’aller contre un mythe aux vertus thaumaturges pour l’Etat et pour la société. Ce mythe s’épaissit de lui-même par simple inertie, à mesure qu’il n’est pas remis en cause, et le système scolaire d’aujourd’hui contribue, qu’il le veuille ou non, à son entretien et à sa diffusion.

1958 représente un très bon exemple du « polissage » de la complexité historique et de son remplacement par le mythe gaullien. La version scolaire des années 1980-1990 du retour de CdG au pouvoir apparait encore un peu selon les manuels et les programmes ; elle présente CdG en sauveur, entre une IVe décadente et une guerre d’Algérie insoluble. Cette version est marquée par le souci manifeste de « justifier » le 13 mai ; elle s’adresse à ceux qui ont connu cette époque ou en portent la mémoire. Elle présente donc tous les problèmes classiquement évoqués concernant la IVe République mais elle n’évoque pas les conditions du retour de CdG, aucune des oppositions au gaullisme au sein de la société française et aucun des effets d’aubaine tirés par le gaullisme de la situation. La version scolaire la plus récente, qui s’impose dans les programmes des dernières années, fait quasiment l’impasse sur l’existence de la IVe. Cette version parie manifestement sur l’effacement des ressentiments anti-gaullistes. Elle présente le retour de CdG dans la continuité du discours de Bayeux. En somme, elle fait sienne la version gaullienne de l’histoire : CdG c’est la France, et son action transcende les inévitables et dérisoires divisions des tribus gauloises.

Dans ces conditions, que fait-on si on rappelle aux élèves que CdG, les gaullistes et le gaullisme ont largement pris leur part dans la déstabilisation des institutions de la IVe ? Est-ce faux de dire qu’ils formaient un ensemble partisan au service d’une politique précise ? Peut-on contester l’appropriation gaullienne de « la France » et au nom de quoi l’école doit-elle encourager cette version des faits ?

Il paraît aujourd’hui difficile de proposer une mise à distance du mythe gaullien dans les programmes et dans les enseignements. Pour réviser les orientations lourdes de l’histoire scolaire concernant CdG, sans doute faudrait-il pouvoir s’appuyer sur une recherche historique innovante. (voir à ce sujet l’annexe 2, 1ère partie). Mais peut-on faire en France de la recherche historique de qualité sur CdG, sachant que la Fondation Charles de Gaulle a plus de moyens que quiconque d’orienter et de diffuser les recherches sur CdG et le gaullisme ? Sans appui historiographique fort, il paraît difficile de contester les grands traits hagiographiques de l’enseignement de l’histoire concernant CdG.

Au-delà du cas de CdG, certes particulièrement spectaculaire, c’est sans doute la question de l’enseignement du « héros national providentiel » qu’il convient de poser. Car que signifie ce type d’enseignement ? Outre le rapport au réel qui est forcément biaisé (mythe et réalité des mérites de ce genre de figure, action évidemment partisane et non « nationale »), l’histoire faite d’hommes providentiels est tout simplement fausse. Expliquer l’histoire par l’action volontaire et décisive de quelques « héros » permet peut-être à l’Etat de se légitimer, mais cela ne donne pas aux élèves les clefs factuelles, cela masque les dynamiques sociales, et surtout la tournure d’esprit analytique qui donne à comprendre une situation historique passée ou présente. Aucune action politique ne s’inscrivant en dehors d’un jeu politique et hors des rapports de force et des enjeux du moment, restituer ce contexte pourrait bien être, pour CdG comme pour les autres, le meilleur service à rendre aux élèves.

______________________

Annexe 1 :

CdG dans le primaire et dans le secondaire

Le gaullisme du 18 juin est entré depuis longtemps dans les programmes. [Pour être plus complet/précis sur cette partie, il faudrait reprendre les trois ou quatre dernières générations de programmes du primaire et du secondaire, mais je ne les ai pas sous la main]. Celui de la Ve République a du attendre plus longtemps, sans doute parce que les contemporains y voyaient plus qu’aujourd’hui la dimension partisane. C’est d’ailleurs sous la gauche mitterrandienne, celle qui tirait sa légitimité de la contestation de la Ve République, que finalement l’action du gaullisme de la Ve s’est intégrée aux programmes. Il faut sans doute considérer 1990 (triple célébration du centenaire de la naissance de CdG, des 50 ans de l’appel du 18 juin et des 20 ans de la mort du grand homme) comme le moment tournant où le gaullisme passe de statut partisan au statut mémoriel. L’action de l’Institut/Fondation Charles de Gaulle (voir en annexe 2 le colloque de 1990 à l’UNESCO) semble avoir largement contribué à cette mutation.

Actuellement, voici dans quel cadre les élèves travaillent sur de Gaulle et le gaullisme :

AU PRIMAIRE :

Les programmes de juin 2008 (application rentrée 2008) pour le « cycle des approfondissements » (CE2, CM1 et CM2) prévoient 4 thèmes pour « le XXe siècle et notre époque » parmi lesquels « la Ve République ». Parmi les 12 dates/événements à connaître : « le 18 juin 1940 : appel du général de Gaulle » et « 1958 : Charles de Gaulle et la fondation de la Vème République ».

AU COLLEGE :

Les programmes de 3e (1999) prévoient 6h à consacrer à « la seconde guerre mondiale » et 8h en histoire à consacrer à « la France depuis 1945 ».

NB : les programmes de 3e à appliquer à compter de la rentrée 2012 ne sont pas encore arrêtés.

AU LYCEE GENERAL  ET TECHNOLOGIQUE :

Les programmes de 1ère (2010 application rentrée 2012) prévoient 15h pour le thème « Les Français et la République », dans lequel, parmi les 6 axes de travail, on trouve les deux suivants : « les combats de la résistance et la refondation républicaine » et « 1958-1962, un nouvelle République ».

Il est à noter que les programmes de série L prévoient, parmi les quatre œuvres obligatoires à étudier en terminale, le tome III des Mémoires de guerre (1942-1946), ce qui a fait et fait encore polémique : http://www.lemonde.fr/societe/article/2010/06/04/de-gaulle-est-il-bachotable_1367572_3224.html

Dans les sections technologiques

Les programmes de 1ère STI2D-STL-STD2A (2011, application rentrée 2011) prévoient qu’un chapitre d’histoire sur les cinq d’histoire ET de géographie (certains chapitres sont « mixtes » entre les deux disciplines) soit consacré à « La Ve République, un régime politique inscrit dans la durée » ; au sein de ce chapitre, 4 heures peuvent être consacrées à « Charles de Gaulle, une vie d’engagements ».

AU LYCEE PROFESSIONNEL :

Les programmes de première professionnelle (2009, application rentrée 2010) prévoient qu’un des cinq chapitres d’histoire est consacré à « La Ve République, une République d’un nouveau type ».

L’EDUCATION CIVIQUE / ECJS

Les programmes prévoient d’étudier les institutions et la constitution de la Ve République à divers niveaux du collège et du lycée.

LES AUTRES DISPOSITIFS

La mémoire de de Gaulle et du gaullisme est réactivée dès que possible grâce à diverses actions telles que la commémoration du 18 juin, le concours national de la Résistance, la journée de la déportation ou des initiatives locales.

______________________

Annexe 2 :

CdG dans l’historiographie « à portée de main »

Un enseignant du secondaire (et plus encore du primaire) n’étant pas à priori plus spécialiste de de Gaulle et du gaullisme que de n’importe quel sujet abordé dans les programmes d’histoire-géographie, peut se rendre, pour compléter sa formation initiale, dans des bibliothèques proches, par exemple dans une bibliothèque municipale et dans une bibliothèque universitaire. Je me suis plié, pour ce texte à ce petit exercice près de chez moi, soit à Sartrouville et à Cergy. Que va-t-il trouver dans les rayons ? Une quarantaine de titres consacrés à de Gaulle et au gaullisme parmi les quelques 28 000 ( !) répertoriés (en 2000) par la Fondation de Gaulle (D’après Jean-Pierre RIOUX, La France à vif, Eliana Lévi, 2000).

1. LA COMPOSITION DU CORPUS CONSACRE A DE GAULLE ET AU GAULLISME

Aussi bien les publications disponibles dans les bibliothèques que ceux indiqués par les bibliographies de ces publications sont dominés trois catégories d’ouvrages : les livres de CdG lui-même ; ceux qui sont produits par les « compagnons » et autres « gardiens du temple » ; ceux qui sont commandés/inspirés/diffusés par la Fondation Charles de Gaulle, établissement public largement dominé par la mouvance gaulliste elle-même, chargé des archives et des recherches sur de Gaulle et le gaullisme (voir http://www.charles-de-gaulle.org/ et en particulier la composition du « conseil scientifique » dans lequel les historiens sont en minorité : http://www.charles-de-gaulle.org/pages/la-fondation/presentation-de-la-fondation/qui-sommes-nous/le-conseil-scientifique.php). Si l’on ajoute que les biographies disponibles sur CdG ne sont pas produites par des historiens de formation et de métier (Il est vrai que CdG correspond à la « période noire » de la biographie en histoire, que toutes les archives ne sont pas encore accessibles et que d’un point de vue éditorial CdG est certainement un terrain idéal pour la biographie écrite par les non-historiens), alors le corpus global consacré à CdG et au gaullisme est largement composé par des non-historiens ou/et par des personnalités attachées (donc inévitablement partisanes) au personnage. Appelons « production proto-gaulliste » ces ouvrages qui ne sont pas « exactement » composés selon les critères stricts de la recherche historique.

Ainsi, Serge BERSTEIN (Histoire du gaullisme, Perrin, 2001, 568 p) peut écrire que « la bibliographie sur l’histoire du gaullisme est considérable, et au demeurant d’un intérêt historique inégal. Articles de détail et ouvrages de circonstance sont innombrables. » Echappe-t-il pourtant lui-même au passage obligé par la production proto-gaulliste ? La bibliographie qu’il propose comporte 72 titres (à l’exclusion de la partie consacrée au néo-gaullisme chiraquien) parmi lesquels 8 titres de CdG lui-même, 9 titres issus de la Fondation de Gaulle et 16 titres (au moins car je ne les connais pas tous !) de gaullistes historiques, soit 33 titres 72 (donc environ 50% des titres proposés) « proto-gaullistes ».

Pour sa part, Jean-Pierre RIOUX (De Gaulle, la France à vif, Editions Ediana Levi, 2000, 197 p) écrit que la biographie de Lacouture et les 7 volumes De Gaulle et son siècle (1990) sont les « deux ensembles qui résument à ce jour le meilleur de ce que l’on sait du personnage et de son œuvre. »

Les 7 volumes de De Gaulle et son siècle évoqués par RIOUX sont le produit d’un colloque organisé par l’Institut Charles de Gaulle et par l’Unesco ; ils regroupent environ 4 000 pages d’interventions d’hommes politiques étrangers, d’anciens ministres et collaborateurs de CdG, de journalistes, et … parfois quand même d’historiens. [Institut Charles de Gaulle, De Gaulle en son siècle, actes des journées internationales tenus à l’UNESCO, paris, 19-24 novembre 1990, La Documentation française, 1992 ; T1 : Dans la mémoire des hommes et des peuples ; T2 : La République ; T3 : Moderniser la France ; T4 : La sécurité et l’indépendance de la France ; T5 : L’Europe ; T6 : Liberté et dignité des peuples ; Tome additif : Sondages et enquêtes d’opinion.]

Cette domination en volume de la production gaullienne et proto-gaullienne interdit-elle l’expression d’une histoire critique, distanciée ou simplement indifférente au mythe gaullien ? Nullement. Un enseignant qui consulte le corpus disponible près de chez lui trouvera tout ce qu’il faut pour se distancier du mythe. Considérons, à titre d’exemple, les deux moments-clefs du gaullisme (1940 et 1958) et lisons ce qu’on trouve dans des ouvrages largement diffusés.

2. QUE LIT-ON CONCERNANT LE 18 JUIN 1940 ?

Les historiens n’ont aucune difficulté à écrire que la présence de CdG à Londres n’est pas immédiatement une rupture majeure ni totale avec le système politique français, au sens où il semble manifeste que le général attend/espère poursuivre la guerre (et ce malgré l’allocution de Pétain le 17 juin) de Londres ou d’Alger sous le commandement de Reynaud, de Noguès, voire de Mandel :

« De Gaulle n’a pas renoncé à l’idée que Paul Reynaud puisse jouer encore un rôle actif dans la vie politique française ; lui-même, engagé depuis quinze jours dans ce combat politique, au cœur même du pouvoir, n’abandonne pas facilement sa mission ; son activisme, son désir de donner une impulsion aux événements qui le défient, le poussent à continuer. Il quitte [le 17 juin au matin] Bordeaux, en plein accord avec Paul Reynaud qui lui remet 100 000 francs sur fonds secrets. »

Michèle et Jean-Paul COINTET, La France à Londres : renaissance d’un Etat 1940-1943, Complexes, 1990, page 31.

Ou encore :

« [Noguès] est sans doute, après Weygand, le général le plus prestigieux de l’armée française, et il est tout à fait naturel et indiqué que de Gaulle se tourne vers lui dès le 19 juin, dans son deuxième appel à la continuation de la résistance. […] Dans le même mouvement, de Gaulle télégraphie [à Noguès] : « suis à Londres en contact officieux et direct avec gouvernement britannique. Me tient à votre disposition soit pour combattre sous vos ordres, soit pour toutes démarches qui pourraient vous paraître utiles. »

François BROCHE, Une histoire des antigaullismes des origines à nos jours, Bartillat, 2007, 627 pages

Par ailleurs, la présence de CdG n’est pas vécu comme un événement politique majeur par toute une partie de l’appareil dirigeant britannique, pour lequel la présence de ce général peut même être tenue pour gênante :

« Il faut dire qu’on a beau être sous-secrétaire d’Etat du dernier gouvernement combattant de la République française, on n’en déçoit pas moins Churchill quand on revient seul à Londres, sans Mandel, sans Reynaud. Et le Foreign Office de rechigner : exhiber cet encombrant boute-feu, n’est-ce pas aggraver les conditions d’armistice en cours de négociation, en particulier sur le point qui obsède le Royaume-Uni : la livraison de la flotte française ? »

Pascal ORY, De Gaulle ou l’ordre du discours, Masson, 1978, page 56

Enfin, le rôle décisif de Churchill, qui décide de faire exister CdG, à défaut d’avoir Reynaud ou Mandel avec lui, est largement admis et exposé :

C’était compter sans la solidarité des grands hommes. […] N’écoutant pas ces voix prudentes qui avaient naguère prêché Munich, il [Churchill] va se forcer à l’irréparable et donnera à cet ancien sous-ministre abandonné de tous le micro de la BBC. Ce faisant, il apportait à ce « coup de nation » – comme il y a des coups d’Etat – l’élément nécessaire à ce que son acteur principal devînt par la suite un chef, un héros et un mythe : la mise en scène. »

Pascal ORY, De Gaulle ou l’ordre du discours, Masson, 1978, page 56

Des lectures disponibles, il n’est donc pas difficile de placer l’appel du 18 juin 1940 dans un contexte plus large. Et il apparaît alors que si CdG ne manque ni de courage ni de clairvoyance : d’abord il n’est pas le seul responsable français décidé à poursuivre la guerre ; ensuite il ne place pas son action en rupture avec les instances politiques et militaires (pourvu qu’elles poursuivent la guerre) ; enfin et surtout il est pleinement redevable de la volonté de Churchill de poursuivre la guerre.

3. QUE LIT-ON CONCERNANT LE RETOUR DE DE GAULLE EN 1958 ?

La question des conditions du retour de CdG au pouvoir est centrale dans la constitution du mythe. Charger la IVe République du maximum de tares permet d’évacuer la question de la réalité ou non du coup d’Etat gaulliste. Ces questions sont largement évacuées de l’enseignement scolaire alors que la discipline historique les traite sans détour :

« Les historiens disserteront sans doute encore longtemps sur les conditions ambiguës dans lesquelles le général de Gaulle revint au pouvoir en 1958 et sur le rôle respectif joué par les activistes d’extrême-droite, les nostalgiques des services secrets et les anciens de la France libre dans les tortueuses intrigues des « treize complots du 13 mai ». Dans les heures fiévreuses qui marquèrent la fin de la Quatrième République, l’ermite de Colombey mena assurément un jeu habile, critiquant le régime à l’agonie, refusant de désavouer ce qu’il qualifia pourtant plus tard d’ « entreprise d’usurpation » tandis qu’il encourageait en sous-main les insurgés d’Alger. Il avait pour objectif d’apparaître aux yeux des Français comme l’arbitre de la situation et pour principal souci d’obtenir le pouvoir par les voies légales. »

Jean-Christian PETITFILS, Le Gaullisme, QSJ 1708, 1977, page 49

Ou encore :

« On en verra la preuve dans l’accord, au moins tacite, que le général est appelé à donner dans les jours qui viennent au projet de coup de force militaire sur la métropole, en cas de refus opiniâtre du pouvoir civil. Projet élaboré sans doute en dehors de lui mais en sa faveur et avec son aveu, toujours annulable en dernière heure et qu’il saura utiliser comme l’épée de Damoclès. Jeu dangereux, assurément, à l’occasion duquel Charles de Gaulle frôle de bien près le général de coup d’Etat. »

Pascal ORY, De Gaulle ou l’ordre du discours, Masson, 1978, page 106

Le mouvement gaulliste est par ailleurs présenté sous des traits peu recommandables :

« Ainsi le gaullisme de 1957-1958 [est une mouvance] qui se sait minoritaire et dont la violence s’explique par l’exaspération de rester minoritaire : gaullisme de bandes et de petits groupes. Un gaullisme violement anti-parlementaire […] Un gaullisme qui, à défaut de pouvoir raisonnablement miser sur une accession légale au pouvoir, mise sur l’action subversive ou sur la grande crise nationale. Un gaullisme, enfin, passionnément et unanimement attaché à la sauvegarde de l’Algérie française : nul ne met à l’époque en doute, dans les milieux gaullistes, l’attachement du général à l’Algérie française. […] Jamais sans doute le gaullisme des gaullistes n’a été plus proche du fascisme que durant l’année 1957-1958. »

Jean TOUCHARD, Le Gaullisme 1940-1969, Seuil, 1978, page 145

30 ans plus tard, la présentation du retour de CdG au pouvoir comme un coup de force semble toujours également évidente :

« La voie est désormais ouverte au général de Gaulle qui maintient deux fers au feu. D’une part il donne son accord au général Dulac pour déclencher « Résurrection »*. De l’autre, il négocie la reddition pacifique du régime avec ses dirigeants. Mais, bien entendu, les deux processus sont solidaires. Ils laissent ouvertes les deux solutions possibles : la prise du pouvoir par la force selon le modèle franquiste ou la prise du pouvoir par la crainte du coup de force selon le modèle de la marche sur Rome. C’est le second qui l’emportera. »

Serge BERSTEIN, Histoire du gaullisme, Perrin, 2001, page 214

Au crédit de CdG, l’historien admet que les Français furent une majorité à entériner le fait accompli et à adhérer au mythe en construction sous leurs yeux :

« L’opération « Résurrection », même si l’initiative en revient aux militaires d’Alger, et spécifiquement au général Massu, se prépare au su de l’entourage gaulliste et du général lui-même. L’abdication de la IVe République se produira assez tôt pour que le putsch militaire ait servi de simple moyen de pression, mais il s’en est fallu de fort peu que la Ve République naisse d’un coup de force militaire. En dernière analyse, de Gaulle réussit in extrémis à parvenir au pouvoir comme le sauveur qu’il ne souhaitait être, épargnant aux Français une guerre civile menaçante. Ce sera du moins le mythe fondateur du régime qu’il s’apprête à créer, mythe accepté avec reconnaissance par l’opinion dans son immense majorité. »

Serge BERSTEIN, Histoire du gaullisme, Perrin, 2001, page 220

Que dire de ces éléments aux élèves ? Ni les programmes ni les manuels n’évoquent un coup de force sous pression militaire. Il est sans doute exact que CdG a bénéficié du soutien d’une partie de l’opinion ; mais si c’est une condition qui suffit à dédouaner les auteurs de coup d’Etat de leur forfait, alors pourquoi ne pas exonérer Pinochet, Franco ou quelques autres ?

4. POUR EN FINIR AVEC CETTE VISITE DE LA BIBLIOGRAPHIE DISPONIBLE :

PEUT-ON LIRE DES TRAVAUX SUR ET CONTRE LE MYTHE GAULLIEN EN TANT QUE TEL ?

Beaucoup des ouvrages consacrés à CdG ou/et au gaullisme comprend une partie (avant-propos développé, chapitre spécifique …) consacré au mythe gaullien, à sa construction volontariste (à commencer par la mise en scène et le verbe), à son entretien par les milieux gaullistes, à son appropriation par la société. Certains ouvrages facilement accessibles et abordables sont spécifiquement consacrés à tout ou partie de ce mythe :

Maurice AGULHON, De Gaulle : histoire, symbole, mythe, Plon, 2000, 163 pages

Corinne MAIER, De Gaulle et le gaullisme, une mythologie, Milan, 2003, 64 pages

Brigitte GAITI, De Gaulle prophète de la Ve République 1946-1962, Presses de Science-Po, 1998, 372 pages

Les courants anti-gaullistes profonds et durables au sein de la société française, qui en soi entrent en contradiction frontale avec le mythe du dépassement des contradictions et du rassemblement national, sont peu étudiés en tant que tels, sauf à être regroupés et assimilés tous ensembles (quelles que soient les époques et les natures de ces courants), au discrédit évident des courants démocratiques et progressistes qui ont pu s’opposer au gaullisme.

François BROCHE, Une histoire des anti-gaullismes des origines à nos jours, Barthillat, 2007, 627 pages

Enfin, contre le mythe gaullien, il faudrait sans doute une étude des pratiques réelles de gouvernement de ce régime. Plus que les faits eux-mêmes, en partie connus, il s’agirait d’évaluer si ce furent des « excès » plus ou moins évitables ou bien plutôt une condition de réalisation du gaullisme en tant que mouvement et en tant que régime. Cette histoire nécessaire du gaullisme barbouzard est pourtant sans doute impossible du triple fait de la disponibilité des sources (témoins et archives), de la structuration de la recherche historique (le poids de la Fondation de Gaulle, les possibilités de carrière et de diffusion des travaux) et peut-être du manque d’intérêt pour ces questions. Pour ceux qui souhaitent malgré tout s’instruire du gaullisme en tant que somme de faits divers finissant par constituer fait social, il faut donc utiliser des synthèses de journalistes ou « d’anciens agents » de telle ou telle officine légale ou parallèle.

Patrice CHAIROFF, B comme barbouzes, Editions Alain Moreau, 1975, 516 pages

Sd Roger FALIGOT et Jean GUISNEL, Histoire secrète de la Ve République, La Découverte, 2006, 752 pages

 

 

 

______________________

 


6 réflexions au sujet de « De quel de Gaulle les élèves ont-ils besoin ? Ou comment le mythe (voire l’hagiographie) empêche la construction du raisonnement historique »

  1. roland tissot

    Réponse à Philippe Oulmont.

    [à l’attention d’autres lecteurs : « FCDG » désigne « la Fondation Charles de Gaule »]

    Je vous remercie de l’intérêt que vous avez bien voulu porter à mon texte. Votre commentaire porte essentiellement sur le rôle de la FCDG, ce que je peux le comprendre étant donné le rôle qu’elle semble avoir joué dans votre vie professionnelle. Je vous propose donc une réponse en deux temps concernant la FCDG (ses origines et son activité-influence sur la recherche) suivie d’une petite conclusion en forme d’ouverture pour une continuation du débat.

    Les origines de la FCDG :
    Vous écrivez, à propos de ce que j’avance de la FCDG, que « le manque d’information se traduit par des a priori et des pétitions de principe » et vous ajoutez que « c’est Michel Rocard, Premier Ministre, qui a crée la FCDG et lui a donné les moyens d’exister » ; à nous de comprendre que ce patronage socialiste est supposé valider la posture de la FCDG, que vous décrivez comme étant « en dehors de toute option politique partisane ». Soit.
    C’est effectivement parce que je manque d’information (je n’ai pas mis les pieds à la FCDG) que je me fie au site internet officiel de la FCDG quand à ses origines. Elle date bien, en tant que « Fondation », de 1992, mais elle reprend les activités de « l’Institut Charles de Gaulle », inauguré en 1971 par Pierre Lefranc, lequel avait reçu, en 1969, le plein assentiment de CdG pour son initiative.
    Vu de loin, il semble bien que le changement de statut accompagne la montée en puissance (L’Institut CDG a co-organisé avec l’UNESCO le grand colloque du centenaire) et le fait qu’un gouvernement socialiste ait validé le changement de statut ne signifie pas grand-chose en soi. On peut imaginer (c’est une simple hypothèse qu’il doit être assez facile de vérifier ou de démentir) que le changement de statut (Institut/Fondation) correspond à un élargissement des missions et à l’ouverture vers de nouveaux modes de financements (y compris publics via « la déclaration d’utilité publique »).
    Notons par ailleurs que dans ces années 1990 François Mitterrand est lui-même affairé à constituer son propre Institut François Mitterrand et que, si cela peut vous rassurer quand à la non-sélectivité de ma défiance, pour cet IFM également je pose des réserves de principe quand à sa légitimité à intervenir dans le domaine de la recherche. Car d’une manière générale ce qui pose problème c’est le rôle –inévitable quoi que vous en disiez- de « gardiens du temple » que ces instituts/fondations dominés par les fidèles et par les héritiers, sont amenés à jouer.

    Nous voici donc au deuxième temps de ma réponse : l’activité-influence de la FCDG sur la recherche :
    Vous avez relevé avec raison ma suspicion de principe quand aux orientations que la FCDG est susceptible de donner à la recherche sur CdG et sur le gaullisme. Vous mettez en avant votre expérience personnelle au sein de la FCDG pour affirmer l’impartialité du travail de la FCDG (« sur le plan de la discipline historique, cela impliquait une totale liberté intellectuelle laissée aux historiens invités sur tel ou tel thème, pour travailler et présenter les résultats de leurs recherches »). Je n’ai pas de raison de douter de votre honnêteté mais ce qui pourrait départager et mon scepticisme et ce que j’estime être votre absence de recul critique serait précisément un travail véritablement historique, historiographique et sociologique sur la FCDG et les milieux historiques intéressés à CdG et au gaullisme. Les rapports d’activité annuels et les témoignages des membres de la FCDG seraient évidement du plus grand intérêt, mais pensez-vous qu’il serait possible d’avoir accès, par exemple au financement de la FCDG, et particulièrement à la liste des donateurs et aux montants versés ?
    Quand à l’activité éditoriale de la FCDG, dont j’ai souligné le dynamisme dans mon texte, je n’ai rien relevé, parmi les titres édités, co-édités ou soutenus par l’Institut ou la Fondation, qui concerne un certain nombre de sujets allant contre le mythe gaullien, comme, par exemple, le financement du mouvement gaulliste depuis le RPF jusqu’au RPR (pour ne rien dire de ce qu’on a cru comprendre des relations de Madame Bettencourt et de son ex-Maire), les relations avec les milieux d’affaires, les réseaux barbouzards, les soupçons de manipulations électorales lors des législatives de 1967 ou bien d’autres sujets. Pour ces sujets, qui ont été le gaullisme en action dans la société française (car le gaullisme ne fut pas seulement le verbe offert au monde) pouvez-vous soutenir sérieusement, vous qui ne manquez pas d’écrire que le « but [de la FCDG] est de mettre en lumière tout de Gaulle », qu’il soit possible d’obtenir un financement ou un appui quelconque de la FCDG ?
    Concernant le manque de recul critique possible dans des organismes tels que la FCDG, je vous invite d’ailleurs à retourner à votre propre commentaire : pour contrer mes suspicions vous trouvez pertinent de me renvoyer à deux publications récentes (le site internet « trésor d’archives » et le colloque consacré au 18 juin) dont les sujets sont de fait hagiographiques et dans lesquelles la FCDG est impliquée très directement. Vous en êtes-vous seulement rendu compte ?

    Pour conclure (provisoirement ?) cet échange :
    Je vous rappelle que le sujet principal du texte n’était pas le fonctionnement et le rôle de la FCDG ; j’ai été amené à m’y intéresser par une réflexion initiale sur l’imposition du mythe gaullien au cœur des programmes scolaires d’histoire. Il se trouve que, pour important qu’il fut, CdG n’a jamais fait consensus de son vivant ; comment se fait-il qu’aujourd’hui le conformisme soit si fort qu’il tourne à l’hagiographie ? Rend-on service à l’intelligence des élèves en participant à cette opération ?
    Vous avez sans nul doute raison de proposer, dans votre commentaire, « d’éviter les a priori, les anachronismes et les procès d’intention » et peut-être suis-je emporté parfois par tel ou tel de ces écueils ; mais une fois qu’on les a évités, n’y a-t-il pas d’autres biais autrement plus dangereux ? Etes-vous vous-même dupe de la dynamique hagiographique, puisque vous prenez grand soin à ne pas confondre « de Gaulle et le gaullisme », comme si le premier était possible sans le second ? Ou bien opérez-vous cette manœuvre parce que justement vous avez pleinement conscience que le départ de l’un et de l’autre permet au grand homme d’abandonner à son entourage le plus large toutes les dimensions contestables du mouvement et du régime ?

    Cordialement,

    Roland Tissot

    Répondre
    1. Cécile Vast

      Cher collègue,
      Je souhaite réagir à la réponse que vous apportez au courrier de Philippe Oulmont. Je peux d’abord témoigner directement de l’indépendance absolue et du climat de confiance dans lesquels j’ai pu consulter des archives conservées à la Fondation Charles de Gaulle. Aucune restriction d’ordre scientifique ne m’a été imposée, aucune contre-partie, et je tiens ici à renouveler mes remerciements à Philippe Oulmont. Je précise que je n’ai aucun lien institutionnel avec la Fondation Charles de Gaulle.
      Je ne connais pas le fonctionnement de la FCGD, et je ne dirai rien sur ce point.
      En revanche, je ne vois absolument pas en quoi réfléchir scientifiquement sur le sens, la réception et la portée d’un événement, quel qu’il soit, relève de l’hagiographie, comme vous semblez le suggérer. J’ai entendu parler du colloque consacré l’an dernier à l’appel du 18 juin, et je doute fort que l’on puisse soupçonner une bonne partie des intervenants de verser dans l’hagiographie gaulliste.
      Enfin, quant au « mythe gaullien », j’aimerais beaucoup que vous expliquiez ce que vous entendez par cette expression : quelles en sont les porteurs ? où s’est-il construit ? quelles en sont les manifestations ? quelle en est la signification ? la fonction ? les lieux d’expression ? Qu’appelez-vous « mythe » ? Vous n’en dîtes rien.
      Bien cordialement,
      Cécile Vast

      Répondre
      1. roland tissot

        Chère collègue,

        Vous m’interpellez sur trois points, je vous y réponds du mieux qu’il m’est possible. Je rappelle cependant en préalable que mon texte n’est pas principalement ni centralement une réflexion sur la recherche autour de CdG et du gaullisme, mais d’abord une réflexion sur les usages scolaires de CdG. Comme tout enseignant du secondaire, je ne suis pas plus spécialiste de ce domaine que d’un autre, et comme tout enseignant du secondaire je travaille à partir des insuffisances de ma formation initiale.

        Premier point donc, la liberté de recherche dans le cadre de la FCDG ; je ne doute pas que ni vous ni quelque autre chercheur qui a eu à solliciter la FCDG pour ses travaux témoigne d’avoir jamais subi quelque restriction ou d’avoir eu à fournir quelque contrepartie. Je me demande juste ce qu’une évaluation extérieure de l’ensemble des travaux soutenus par cette institution pourrait montrer des champs de recherche concernant CdG et le gaullisme qui seraient surexploités et de ceux qui sont en déshérence.
        Je remarque au passage que vous relevez qu’une « bonne partie des intervenants » à un colloque récent consacré à l’appel du 18 juin « ne versent pas dans l’hagiographie gaulliste ». Mais cette constatation, dont je suis sûr du bien-fondé, semble bien plutôt condamner la recherche actuelle dans ses dispositifs institutionnels que sauver la FCDG : car quel est l’intérêt scientifique de ce type de colloque ? Le sujet n’est-il pas de longtemps épuisé ? Combien ce colloque et sa publication vont-ils coûter alors que d’autres recherches ne trouvent pas leurs financements ? Je ne crois pas illégitime de supposer que la FCDG ne peut pas, de par sa constitution même, proposer autre chose que cet éternel bégaiement autour du 18 juin, et que de par ses moyens matériels et ses sollicitations elle oblige de fait les chercheurs.

        Deuxième point, vous vous étonnez que je considère ces travaux autour du 18 juin comme des travaux hagiographiques. Je suis d’accord avec vous quand vous écrivez que « réfléchir scientifiquement sur le sens, la réception et la portée d’un événement, quel qu’il soit » ne relève pas en soi de l’hagiographie. Mais concernant CdG, l’appel du 18 juin fait partie et de la mythologie du personnage et de son mouvement et des « tartes à la crème » (excusez la familiarité de l’expression) des recherches et des publications. Autrement dit ; revenir sans cesse à cet appel (dont je ne conteste ni l’importance, ni la lucidité, ni le courage) c’est d’une part accréditer, qu’on le veuille ou non, la version gaulliste de la France combattante (d’autres dynamiques de résistance que celle de Londres furent à l’œuvre dans la société française et vous le savez bien mieux que moi) et d’autre part occuper tellement d’espace scientifique et éditorial du gaullisme avec cet appel que le reste de la trajectoire gaullienne semble en découler d’évidence.
        Or cette trajectoire n’est pas qu’une construction en fonction de la conception gaulliste de la France et du monde ; c’est aussi une suite d’opportunités offertes à un mouvement qui eut sa part d’opportunisme. Si l’on considère par exemple l’autre grande affaire gaullienne, beaucoup moins évoquée et surtout beaucoup moins pensée comme constitutive du gaullisme au même titre que l’appel du 18 juin, les quelques extraits que j’ai pu mettre en avant d’ouvrages incontestables (Petitfils, Ory, Berstein, Touchard) montrent à l’évidence que, pour le retour au pouvoir de 1958, il y aurait à redire du gaullisme en pratique et le gaullisme en discours aurait sans doute à en rabattre.

        Troisième point, le « mythe gaullien » : permettez-moi de m’étonner de votre étonnement quand à son existence. Je ne dis rien du « mythe gaullien » parce qu’il me semble justement que son existence dans nos institutions et dans notre société est une évidence. La littérature consacrée au personnage et à son mouvement propose toujours un avant-propos, un chapitre ou quelque développement à cette dimension de la trajectoire gaulliste. Mais puisque vous me posez quelques questions sur le sujet, je vous donne mes réponses sur le vif, sous réserve d’un travail plus systématique de bibliographie (voire de recherche).
        Comme d’autres mythes, il me semble que le « mythe gaullien » est une construction intellectuelle bâtie par les acteurs du mouvement (et dénoncée dès l’époque : voir par exemple les articles de JF Revel dans France-Observateur) pour faire obstacle à la critique du moment ; passée le temps du pouvoir, cette construction perdure (par exemple par le biais de la FCDG) et s’interpose entre les interrogations posées dans les temps futurs sur les événements passés. Bien sûr, tout ça ne fonctionne jamais parfaitement ni dans des cadres systématiques et formels ; c’est un état d’esprit, celui des gardiens du temple, qui ont vécu les gloires passées et qui entretiennent les derniers feux pour se chauffer encore un peu. Présents dans les dispositifs institutionnels (enseignement supérieur, médias, ministères, parti(s) politique(s), associations diverses, FCDG …) ils s’activent à transmettre leur conception du passée, d’abord pour discréditer des oppositions politiques qui fatiguent et finissent par disparaître, ensuite face à un monde qui avance et passe à autre chose.
        Si vous voulez envisager autrement le problème que posent les mythes du grand homme à la compréhension d’une époque et d’une société, regardons ailleurs. Considérons que la figure de « père de la nation » que CdG s’est bâtie avec son action politique et avec son discours sur lui-même et sur la France n’existe pas qu’en France. Pour rendre compte de l’action d’un Atatürk ou d’un Pilsudski, trouverions-nous suffisant le travail d’un collègue autochtone qui écarterait les aspects de la politique de ces personnages qui firent problème en leurs temps ?
        Comme ces mythes dans ces pays respectifs (pour ce qu’on peut en savoir), le mythe de CdG est effectivement utilisé dans le système scolaire français avec une fonction (puisque la question de la fonction est de celles que vous me posez) thaumaturge contre les divisions de la société française d’hier et d’aujourd’hui ; il s’agit de légitimer 1958 et la République sous sa Ve version en mobilisant l’appel du 18 juin comme talisman absolu qui lave 1958 de tout soupçon de coup d’Etat.

        Voilà, tout cela dit rapidement. Je comprends qu’on ne soit pas d’accord avec l’interprétation que je propose. Je comprends également, vue la place occupée par le mythe dans les institutions et dans les têtes, qu’on s’étonne que la personne et l’action de CdG et que le mouvement gaulliste puissent être rappelés à leurs petitesses, défauts, opportunismes et parfois actions plus ou moins illégales ou criminelles. L’effacement de cette « face cachée » du gaullisme est précisément ce que j’appelle « l’hagiographie ».

        Cordialement,

        Roland Tissot

        Répondre
  2. Philippe Oulmont

    Bonjour,
    Je souhaite réagir en tant que professeur d’histoire retraité,ancien responsable des Etudes et recherches à la Fondation Charles de Gaulle. J’ai apprécié l’effort d’argumentation présenté ici, tout en regrettant que le manque d’information se traduise par des a priori et pétitions de principe.
    Je voudrais répondre seulement sur ce qui apparaît à Roland Tissot comme le poids de la Fondation de Gaulle sur l’historiographie et sur la mémoire. Il voit cette fondation comme une machine toute-puissante, dirigée pour instrumentaliser les enseignants et diffuser une image réductrice sous le prétexte, critiquable à ses yeux, de produire du consensus national via des figures fondatrices et des événements fondateurs. Sans vouloir aborder ce dernier point, et en me gardant bien de confondre de Gaulle et le gaullisme, je rappelle que c’est Michel Rocard, Premier ministre, qui a créé la FCdG et lui a donné les moyens d’exister, et que celle-ci a été expressément voulue comme une institution en dehors de toute option politique partisane. Sur le plan de la discipline historique, cela impliquait une totale liberté intellectuelle laissée aux historiens invités sur tel ou tel thème, pour travailler et présenter les résultats de leurs recherches. L’aide apportée en particulier aux jeunes chercheurs, mais aussi aux historiens confirmés (pour organiser par exemple un colloque) a toujours été sans contrepartie, de même que l’ouverture à la recherche des archives qu’elle a pu rassembler et conserver (par exemple la série dactylographiée originale des comptes rendus des comités directeurs des Mouvements Unifiés de la Résistance, ouverte sans restriction aussi bien à Jacques Baynac qu’à Cécile Vast ou Daniel Cordier). Il n’y a pas de zones d’ombre que la FCDG voudrait maintenir ni de pression en ce sens : son but est de mettre en lumière tout de Gaulle, en encourageant toutes les recherches scientifiques, y compris celles qui se font tout à fait en dehors d’elle: c’est ainsi qu’elle a soutenu financièrement la publication du Dictionnaire de Gaulle (Bouquins, Laffont), qu’elle a patronné un colloque sur de Gaulle et les Jeunes Turcs (à propos des doctrines militaires en Europe dans l’entre-deux-guerres), qu’elle en prépare d’autres sur de Gaulle et l’Algérie ou sur la loi d’orientation de l’enseignement supérieur (1968). Le collègue ferait injure aux très nombreux chercheurs, débutants ou de renommée internationale, s’il pensait que leurs interventions puissent être influencées voire censurées par cette institution.
    Concernant la question de 1940 et du 18 juin 1940, je signale l’intérêt pédagogique et scientifique du site « Trésors d’archives » réalisé l’an dernier en partenariat par la Fondation Charles de Gaulle et les Archives nationales, avec la collaboration d’historiens qui commentent en détail 70 documents originaux présentés en ligne (voir par exemple le manuscrit intégral de l’appel du 18 juin 1940 présenté par Jean-Louis Crémieux-Brilhac). Et je suis heureux d’annoncer la très prochaine sortie aux éditions André Versaille des actes du colloque organisé par la Fondation sur Les 18 Juin, combats et commémorations.
    Essayons d’éviter les a priori, les anachronismes, les procès d’intention. Cordialement.
    Philippe Oulmont

    Répondre
  3. Cécile Vast

    Bonjour,
    J’ai lu attentivement votre texte. Entièrement d’accord avec ce que vous indiquez sur l’analyse de l’appel du 18 juin 1940 et sur la nécessité d’insister sur la lecture essentiellement militaire de la défaite. Il me semble cependant tout aussi important de faire réfléchir les élèves au statut de l’événement en histoire, pas seulement à sa dimension strictement factuelle, qui est naturellement nécessaire à mettre en lumière, mais également à sa portée symbolique et mémorielle, à la question de sa réception, à la signification qui lui est donnée par les contemporains. Et l’appel du 18 juin 1940 est à cet égard un excellent exemple, sans oublier qu’il s’inscrit dans un contexte bien précis, celui de la défaite militaire de mai-juin 1940 et de l’effondrement du pays.
    Je vous renvoie à l’article « Mémoire du 18 juin 1940 » de Laurent Douzou publié dans : Marcot (François) [dir.], Dictionnaire historique de la Résistance, Robert Laffont (collection Bouquins), 2006, pp.. 994-995
    Bien cordialement,
    Cécile Vast
    Professeur d’histoire-géographie, académie de Besançon

    Répondre
    1. roland tissot

      Bonjour et merci pour votre commentaire.
      Je suis effectivement très sensible à la dimension exemplaire de l’appel du 18 juin en tant qu’évenement mémoriel mis en avant par les programmes. Il se trouve qu’à force d’insister sur cette dimension mémorielle on masque en grande partie d’une part la profondeur de la débâcle et d’autre part la pluralité des formes de résistances qui ont existé pendant 4 années.

      Cordialement,

      Roland Tissot, enseignant d’H-Géo

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *