Le Triomphe de la République.1871-1914

houte

Rédacteur : Eric Fournier

A propos d’Arnaud-Dominique Houte, Le Triomphe de la République. 1871-1914, Seuil, Histoire de la France contemporaine, vol. 4, Seuil, 2014, 462 p., 25 €

 Avertissement : bruissements (presque) imaginaires de doctes couloirs

– T’as vu ? Le type là, Fournier, fait encore une recension élogieuse d’un des volumes de l’Histoire de France contemporaine au Seuil[1].

– Pfff, encore copinage et compagnie. Ah ben ça, ils ont le bras long à Aggiornamento. Ah la la. Et la déontologie dans tout ça ?

– Attends,  là c’est pire, plus aucune retenue. Il est crédité dans les remerciements par Houte, et les deux bossent dans le même centre de recherches  ! !  A la Sorbonne qui plus est. Si tu vois ce que je veux dire….

– Eh ben dis-donc ! Une vraie toile d’araignée hégémonique !

– Il y a autre chose qui les relie, et là ça devient vertigineux : ils sont proches d’être familier des trains incertains de la gare du Nord, d’être capables d’apprécier à sa juste valeur le fait qu’une rame du RER D s’arrête ou pas à Orry-La-Ville par exemple.

– Euh…. c’est important ça ?

– Pour eux ça compte, va comprendre.

Avouons-le, les habitués d’Aggiornamento pourraient à première vue être quelque peu surpris.

 Que vient faire ici la recension d’un ouvrage titrant unilatéralement que la République « triomphe » entre 1871 et 1914 ? Plus gênant encore, nul sous-titre proclamant une vigoureuse « contre-histoire » ou une bousculante histoire « critique »  ne vient déconstruire cette couverture crânement républicaine qui s’orne qui pis est d’une photographie de bal de 14 juillet, sur l’air de « qu’elle-était-bien-la-Belle-époque-d’antan » !

 S’agirait-il alors de mettre en garde contre le retour d’une historiographie néo-lavissienne ?

Ou d’expérimenter des rencontres aussi improbables que celles « d’une machine à coudre et d’un parapluie  » ?

Du tout ! Plus que Lautréamont c’est Prévert qu’il faudrait convoquer ici tant la synthèse d’Arnaud-Dominique Houte entre en résonance avec le foisonnant questionnement aggiornamentiste – inventaire désordonné non exhaustif :

– Comment ne pas faire une histoire finaliste alors qu’ici il y a indéniablement un triomphe d’une Troisième république, absolument incertaine en 1871, totalement assurée (et rassurée) en 1914 ?

– Comment « restituer l’épaisseur du social »[2] en mobilisant  pleinement la boite à outils de l’historien ?

– Comment mettre en œuvre les liens et les distinctions entre histoire scolaire et universitaire ? Question circonstanciellement d’autant plus intéressante que Le « triomphe » de la République ordonne et interroge la  nouvelle question de contemporaine  CAPES-AGREG[3].

– Ceci nous amène à la question de la transmission, de la mise en récit ; ou comment approcher une histoire pour tous ?

– Par ailleurs, ce riche livre accorde une attention bienvenue à une histoire des administrations, démarche familière à ce site, que ce soient les contributions sur la fabrique des programmes ou les interpellations militantes.

 C’est peu dire que ce Triomphe – écrit autant dans les règles de l’art qu’avec une audacieuse espièglerie – est dense, nourri d’une riche historiographie qui en fait autant un manuel incontournable qu’un essai stimulant.

 Marianne et les vaches. De quel triomphe républicain parle-t-on ?

 Ainsi, conformément au canon du Roman national, la République « triomphe ». Mais comment l’illustrer ? À défaut d’imperator ou de grognards, des « hussards noirs » ou des dreyfusards devraient faire merveille ! Que nenni. Dès les premières lignes, en un décentrement taquin caractéristique de  cette belle  synthèse, Arnaud Houte convoque « 1200 litres de mayonnaise », ceux du grand banquet des maires de France de 1900. Nous voilà prévenu : la République qui triomphe est « solennelle mais débonnaire ». C’est  un triomphe sans grande gloire, parfois même trivial, mais non sans fastes. Une fois dévoilé le menu du plantureux repas, place aux coulisses. La mise en scène du banquet ne doit pas faire illusion : « La simplicité du protocole républicain occulte la réalité inégalitaire d’une société de classes » et l’historien, pour rendre compte de cette célébration, ne saurait se fier aux journaux qui ne soufflent mot des interpellations socialistes ou féministes en marge du banquet. En quelques lignes, nous voilà avertis et rassurés : il y a bien un « triomphe », mais ce ne sera pas celui de Lavisse.

 Les banquets, comme la statuaire ou l’œuvre scolaire, illustrent cette « obsession du consensus qui constitue la meilleure clé de lecture d’une période hantée par le spectre de la division »[4]. Ce consensus républicain entend  irriguer le quotidien, ordonner la « chose publique », cette res publica par laquelle ce nouveau régime se distingue de ces prédécesseurs. Cette  présence commune est souvent un combat. La statuaire républicaine est un défi à la France conservatrice, et mêmes les comices agricoles peuvent devenir le lieu de vives tensions : doit-on récompenser le « bœuf gras », archaïsme improductif de châtelain, ou la vache républicaine, modeste et polyvalente, incarnée par la Montbéliarde qui déclenche en 1889 l’enthousiasme lyrique d’Edgar Faure : « c’est la République »[5] !

L’obsession du consensus et l’investissement de la chose publique sont principalement mise en œuvre par « le resserrement des liens entre l’Etat, la société et l’individu »[6] rendu possible par le développement des administrations. Arnaud Houte, spécialiste de la gendarmerie, accorde une attention particulière aux missions des différents agents de l’État, dont la puissance est croissante, ainsi qu’à leurs marges d’autonomie, notamment  en situation de crise politique, celle du 16 mai par exemple.  Les administrations ne sont pas neutres nous rappelle efficacement ce livre. Cette présence quotidienne multiforme du régime facilite l’acculturation par capillarité d’une culture républicaine et, essentiellement, fait que « l’obéissance est devenue une évidence », comme l’atteste la mobilisation efficace et sans heurts de l’été 1914, qui eut été impossible sans ce resserrement des liens entre l’État républicain et l’individu. Cette mobilisation sans rébellions mais sans enthousiasme révèle une République obsédée par le consensus mais qui, finalement, se distingue par sa maîtrise du dissensus[7]. « Et si c’était là le véritable triomphe de la République ? » conclut Houte qui achève son ouvrage par les livrets de mobilisation après l’avoir ouvert par le menu du banquet des maires – deux présences imprimées du régime.

Un tel récit, qui froisse les images d’Epinal et fait la part belle aux montbéliardes et aux fonctionnaires, aurait pu être un peu aride. Il n’en est rien.

 De la  transmission : citations, punchlines et irrévérences

 Et si une forme  apparemment classique était parfois le meilleur moyen de bousculer le lecteur ? L’écriture, sobre et fluide, maîtrise vivement l’art de la formule. Celles-ci peuvent être empreintes d’un souffle lyrique[8] : les socialistes sont face à «  un trou noir, qui aspire et repousse à la fois : la République » ; ou particulièrement cinglantes : « davantage que la craie du maître d’école, c’est la chicotte – ce fouet en cuir d’hippopotame – du contremaitre qui incarne la réalité coloniale. Nul n’en est dupe »[9]. Qu’elles soient des envolées ou des punchlines, ces formules condensent de denses et complexes matérialités de façon imagée et les rendent ainsi largement accessibles.

Les forts nombreuses citations qui irriguent Le Triomphe relèvent souvent de processus semblables (rendre aisément intelligible une situation complexe) auxquels s’ajoutent une dimension ludique, souvent, et une approche compréhensive, inévitablement. Ainsi, pour saisir pourquoi Gambetta n’accède pas au gouvernement après le compromis constitutionnel de 1875,  écoutons Daniel Halévy : « la Constitution est une nouveau-née très frêle et on ne met pas une nouveau-née dans les bras d’un tambour »[10].

Cependant le recours aux citations comporte quelques risques connus. Empreintes d’un fort effet de réel, elles posent les mêmes problèmes que l’exemplification : leur sélection relève de « l’intime conviction de l’historien » (Antoine Prost) et elles ne sont pas en soi une argumentation. En conséquence, mobiliser des citations se fait au risque de la paresse intellectuelle, au pire ; de la convenance académique, au mieux. Incontestablement, Arnaud Houte a évité ces écueils avec brio. Puisse son usage exemplaire des citations – à la fois pédagogique et subversif – faire date. L’audace derrière l’apparent classicisme est peut-être une voie à explorer pour écrire une histoire populaire à même de concurrencer celles des pitres médiatiques.

On trouvera certes quelques tirades convenues, mais surtout des citations inattendues, traits anonymes exhumés des archives, ou auteurs connus mais relevant d’un pas de côté rafraichissant, tel le récit de l’inauguration du Triomphe de la République, place de la Nation en 1899 qui ne convoque pas le monumental texte éponyme de Péguy mais une remarque bien plus intrigante de Daniel Halévy [11]. Ainsi, les citations donnent corps au récit autant qu’elles  l’interrogent, plus qu’elles ne sont des arguments d’autorité. Elles sont situées, mises à distance et souvent déconstruites. Ce faisant, Arnaud Houte invite le lecteur dans l’atelier de l’historien pour lui exposer la fabrique sociale des discours[12]. S’il fallait encore une preuve que l’usage de la citation relève ici de toute autre chose que d’un académisme pontifiant, en voici une, anonymement graffitée sur une vespasienne parisienne et exprimant la violence des enjeux politiques au temps de l’ordre moral : « « fé toi an culé pare le Pape le tan que ta fame se fé piné pare dupanloupe vive 1793 (sic) »[13]. Décidemment, les voies du triomphe républicain ne sont pas celles que l’on attendait….

Dès l’introduction, l’auteur justifie le recours aux citations par sa « volonté de restituer l’épaisseur du social » en exposant des fragments de vie, appartenant tant à des figures majeures qu’à des anonymes. Pari réussi. Cette épaisseur est restituée, non seulement par cette « micro-histoire », mais globalement par des jeux d’échelle spatiaux et temporels savamment menés.

 L’épaisseur du social et les espaces-temps.

 Le Triomphe maîtrise des échelles spatiales variées, articulées entre elles et reliées à des découpes sociales, allant de l’attention à micro-lieux (le train parlementaire reliant Paris à Versailles au début de la République par exemple) à des comparaisons et des circulations transnationales pour saisir les singularités républicaines. Le chapitre sur le fait colonial – où Arnaud Houte réfute une certaine histoire dite « culturelle » et paresseusement englobante – souligne de façon lumineuse la pertinence heuristique de ces découpes sociales et spatiales : « ni la consommation de produits coloniaux, ni la lecture de récits exotiques, ne valent mécaniquement adhésion au programme colonial. Mieux vaut, par conséquent, changer d’échelle d’analyse et appréhender la place de l’empire dans chaque région »[14]. Le résultat est limpide : si quelques régions, comme la Corse, ou des groupes très précis, tels les officiers de Marine, investissent l’intégralité de l’empire, les autres groupes socio-spatiaux de ce « parti colonial »  fort discontinu ont des horizons lointains plus restreints : les soyeux lyonnais vers l’Indochine, les  négociants bordelais en Afrique de l’Ouest, ceux du Havre à Madagascar entre autres.

Cependant, avant ces jeux d’échelles, la question des découpes temporelles forme l’une des ambitions majeures de ce livre-ci et, plus globalement, de la collection à laquelle il participe. Il faut « s’interroger sur l’effet anesthésiant des découpages chronologiques, dont la forme canonique cloisonne artificiellement des séquences voisines et aplatit des ruptures majeures » résume Arnaud Houte qui entreprend de réveiller et décloisonner les conventions chronologiques de différentes manières.  La République triomphante est arrimée à l’empire honni. « Disons-le : la Troisième République est une pédagogue davantage qu’une pionnière ; elle met en œuvre et popularise plus qu’elle n’innove »[15]. Une fine attention est aussi portée aux pesanteurs et ruptures générationnelles ainsi qu’à l’épaisseur reconfigurante de parcours personnels aux temporalités enchevêtrés. Pour répondre à la question du caractère révolutionnaire des socialistes en 1905, Arnaud Houte évoque Marcel Sembat, qui, revenant des obsèques de l’anarchiste Louise Michel, est convoqué par les radicaux pour appuyer un remaniement. Tel est « l’acquis d’une décennie de luttes au côté des radicaux et des dreyfusards »[16]. Ceci relativise la pertinence des découpes chronologiques, et l’auteur s’essaye alors modestement à quelques tentatives alternatives, telle l’inattendue séquence « La croisée des chemins (1893-1899) » : « Ce chapitre s’ouvre par le ralliement des catholiques monarchistes et s’achève avec l’entrée au gouvernement d’un militant socialiste. C’est dire l’ampleur du chemin parcouru en quelques années ».

Ce fin travail sur les temporalités, qui apparaît souvent en filigrane,  aurait cependant sans doute mérité d’être un peu plus explicite et systématique. Il en est de même du « tuilage » avec les volumes précédents de cette collection. Rappelons que l’équipe de « L’Histoire de France contemporaine » fait de ces chevauchements chronologiques entre volumes un élément majeur de leur  projet collectif. Or, le tuilage est là mais il n’est pas assez énoncé ce qui d’autant plus dommage que la mise en réseau des différents ouvrages révèle des choses captivantes. Alors que Quentin Deluermoz, dans ses pages impeccables sur « l’année terrible » estime qu’une restauration monarchique est improbable[17], Arnaud Houte lui accorde plus de considération, notamment en insistant sur le poids de la France cléricale. Il y a là un intéressant débat qui aurait pu être mis en avant. Plus stimulant encore, Aurélien Lignereux dans L’empire des français rappelle l’importance des oppositions populaires à la conscription et nuance ainsi l’emprise de l’état impérial et sa capacité à enserrer au quotidien l’individu dans des réseaux d’obéissance ce qui met en valeur la forte conclusion d’Arnaud Houte qui lui fait écho, hélas à nouveau implicitement.

Ce léger bémol ne doit en aucun cas ternir ce Triomphe, dans lequel Arnaud Houte, par sa capacité à transmettre à des publics variés, met en valeur une autre « chose publique » : l’histoire elle-même, qui appartient à tous.

 

 

 

 


[2] Arnaud-Dominique Houte, Le Triomphe de la République, op. cit., p.11.

[3] « Citoyenneté, République, Démocratie en France de 1789 à 1899 »

[4] Ibid., p.9

[5] Ibid., p. 94

[6] Ibid., p. 394

[7] Ibid. p. 398 : «[En Europe] la France se distingue en effet tant par son  imaginaire républicain (« liberté, égalité, fraternité ») que par sa capacité à maîtriser le dissensus. Les pesanteurs hiérarchiques et l’arbitraire n’y sont pas forcément moins forts qu’ailleurs, mais ils sont davantage discutés.»

[8] Après avoir présenté les « quatre astres » de la « galaxie socialiste » des années 1880 (Blanqui, Proudhon, Marx, Bakounine), Arnaud Houte conclut : « Quatre astres à l’influence très inégale, et un trou noir, qui aspire et repousse à la fois : la République » Ibid., p. 189-190

[9] Ibid., p. 128.

[10] Ibid. p. 41.

[11] Ibid., p. 252. «  Nous lisions, au-dessus des regards et des fronts, les expressions inscrites sur les pancartes. Nous les connaissions bien ; c’étaient les mêmes qui revenaient dans nos soirées, les éclairant et les rythmant : Justice, Egalité, Liberté, Emancipation. “Ce qu’il faudrait savoir”, observa près de moi Paul Desjardins, “c’est la signification qu’ont pour ces hommes-là ces mots-là”. En effet, nous l’ignorions, nous rendions hommage à des dieux inconnus. »

[12] Voir par exemple le traitement réservé à Stefan Zweig p. 287.

[13] Ibid. p 44.

[14] Ibid. p. 165.

[15] Ibid., p. 399.

[16] Ibid. p. 376.

[17] Quentin Deluermoz, Le Crépuscule des révolutions ? 1848-1871, Seuil, 2012, p. 363-366.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *