Manifeste pour la relance des disciplines humanistes

Traduction de Charles Heimberg

En Italie, les participants au VIIIe Séminaire d’éducation interculturelle, organisé début septembre 2014 sur la Côte adriatique (Senigallia), ont travaillé sur le thème Vers un nouvel humanisme à travers une révision des curriculums européens. Dans le cadre de cette manifestation, un groupe de travail a proposé un Manifeste pour la relance des disciplines humanistes qui exprime des préoccupations dont tout ou partie n’est pas sans écho pour d’autres contextes ou d’autres pays. Elles concernent la part des sciences humaines et sociales, et de leur capacité à interpréter le monde, dans le projet éducatif scolaire ; ainsi que la nécessité d’ouvrir les contenus scolaires à la dimension mondiale des problèmes que le monde affronte et à l’intérêt d’une approche pluriscalaire, connectant les espaces et les temporalités. En voici la traduction.

« Manifeste pour la relance des disciplines humanistes

Dans leur huitième année de travail, les enseignants, chercheurs et acteurs d’ONG engagés dans un projet de renouvellement des disciplines d’études humanistes dans leur rapport avec les grandes transformations du monde actuel ont considéré utile de proposer aux collègues des écoles, aux responsables de l’Administration scolaire et aux grand public sept points, qu’ils estiment essentiels, en vue de la réouverture d’un débat nécessaire sur la réforme scolaire.

1.     Les matières humanistes doivent retrouver toute leur capacité d’interpréter le monde à travers un profond renouvellement, épistémologique, des contenus à étudier et des méthodes d’enseignement.

2.     Cette capacité d’interprétation a été progressivement diminuée ces dernières années, notamment par les effets combinés de deux phénomènes, qui ne se distinguent qu’en apparence : d’une part, la rigidité des matières humanistes, incapables de se détacher des structures disciplinaires qui se sont constituées dès le XIXe siècle ; d’autre part, la diffusion de pratiques et de « nouvelles disciplines », considérées habituellement comme des « éducations à… », qui privent les disciplines traditionnelles de leurs arguments fondamentaux pour la formation à la citoyenneté.

3.     Cette perte de la capacité d’interpréter le monde nous mène lentement, mais inexorablement, à une marginalisation des matières humanistes, d’une part en ce qui concerne les horaires et le personnel enseignant, d’autre part par la manière dont elles sont perçues par les élèves, et enfin en termes d’investissement social.

4.     Le groupe de travail reconnaît que dans un passé récent, l’Administration scolaire (italienne, n.d.t.) a fait quelques pas dans la bonne direction, dont les résultats doivent être pris en compte dans la discussion sur l’innovation scolaire.

5.     Il souligne en particulier combien, à partir des nouvelles Indications (de programmes, n.d.t.) pour l’école de base (primaire et secondaire de premier degré, n.d.t.), ont été transposés – spécialement en histoire et géographie – des éléments appréciables, comme l’importance d’un regard mondial et pluriscalaire mis à jour sur le plan scientifique, une attention aux processus fondamentaux de l’histoire humaine, une interaction systématique entre les deux disciplines d’une part, entre elles deux et la formation à la citoyenneté d’autre part, une approche moderne des procédures d’enseignement.

6.     Il signale, en même temps, combien ces actes administratifs n’ont pas produit les effets espérés, soit à cause d’une formation professionnelle inexistante sur le territoire, dont le profil demeure peu défini, vu les incertitudes et les contradictions relatives à la formation initiale comme à la formation continue des enseignants ; soit à cause de l’indifférence déclarée des éditeurs, qui ne s’intéressent qu’à la répartition annuelle des matières et à la mise en ligne de sites toujours plus pharaoniques et qui se montrent incapables de concevoir des ressources correspondant aux demandes de l’Administration.

7.     Il relève enfin que cette ouverture au monde des Indications pour l’école primaire et secondaire de premier degré demeure contredite par les Indications pour les écoles supérieures, qui répètent à bien des égards les mêmes contenus et méthodes des programmes qui sont en vigueur depuis les années soixante.

Ce sont là, pour le groupe de travail, les éléments à partir desquels peut être envisagée une relance des disciplines humanistes : de nouveaux contenus et de nouvelles approches, des méthodes d’enseignement qui soient adéquates, un curriculum organique et cohérent de l’école enfantine à l’école secondaire du second degré, une formation professionnelle efficace, une production appropriée de ressources pour l’étude. À l’heure actuelle, cette tâche énorme est prise en charge par des enseignants, des chercheurs et des associations de bonne volonté. Il est toutefois évident qu’elle ne pourra être vraiment affrontée que si elle est assumée comme un objectif central par les institutions chargées  de la formation nationale – l’Université et l’École – et que ce résultat ne pourra être atteint sans un sérieux engagement du gouvernement. »

Senigallia (I), le 7 septembre 2014

Merci à Antonio Brusa pour avoir fait circuler ce document.

P.S. Ce séminaire interculturel qui rassemble chaque année des enseignants et des chercheurs est organisé à l’initiative d’une ONG, la Comunità Volontari per il Mondo (CVM).


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *