L’Histoire de France. De l’ombre à la lumière (ou comment économiser 35 euros)

casali

Rédacteur/rédactrice : Laurence De Cock, Eric Fournier

A Simon Leys : « « Il serait sans doute vain de chercher à pourfendre ces gens là…C’est leur inconsistance qui les rend indestructible »

Déflation, hausse du coût des études etc. L’historien est parfois désemparé. A quoi servons-nous donc en ces de temps de crise économique et sociale ? La rentrée prochaine nous offre pourtant l’opportunité de donner du sens à notre fonction : c’est cadeau, le collectif Aggiornamento vous propose d’économiser 35 euros.

Comment ?

En snobant insensiblement le dernier le dernier livre de Dimitri Casali, L’Histoire de France. De l’ombre à la lumière, annoncé en septembre chez Flammarion.

Mais ne nous méprenons pas.

Ceci n’est pas un appel à la censure, ou au boycott. Que Nenni. C’est au contraire une forme d’hommage à la constance d’un plumitif qui, inlassablement, à chaque rentrée de septembre recopie ses publications précédentes, (voir aussi ici )réussissant l’exploit de se plagier lui-même, même quand on lui demande de  simuler du Lavisse.

Et donc, on peut aisément déduire le contenu du livre annoncé avant même sa publication, d’autant que les éditions Flammarion ont eu la gentillesse de faire circuler le sommaire.

Aggiornamento a ainsi le plaisir de vous offrir le dernier Casali.

Capture d'écran 2014-08-20 08.16.25

Non non, pas d’inquiétude, nous nous engageons à respecter la pensée et la prose du maître dans leurs irréductibles redondances et singularités : registre de langue savamment adapté à des enfants de trente ans ; usage hasardeux des connecteurs logiques : répétitions viriles et pontifiantes.

Enfin, pour vous épargner l’achat du Figaro magazine et d’Atlantico, tout ça la même semaine, nous vous offrons en cadeau bonus, deux recensions (presque) imaginaires.

1) Poitiers 732 un choc de civilisation ?

Il ne faut pas faire de raccourci et respecter la complexité du passé qui n’est ni blanc ni noir mais gris. Quelques Européens s’étaient alliés aux envahisseurs musulmans, parce que l’Etat français, à cause des rois fainéants, n’était plus assez fort pour imposer son autorité. Et quand l’État n’est pas fort, la France souffre. Il peut sembler compliqué et non politiquement correct de parler de choc des civilisations même si la France chrétienne arrête l’inexorable invasion islamique. Il suffit de regarder une carte pour le voir. Poitiers est un de ces miracles qui révèle le destin de la France. Et les cloches des églises sonnent dans toute l’Europe pour remercier Charles Martel d’avoir sauvé la civilisation chrétienne de la  civilisation musulmane. Charles Martel était donc un héros admiré de tous dans le temps de jadis et aujourd’hui oublié. Or, celui qui oublie son passé se condamne à le revivre. Et on ne sait pas si le présent serait capable de nous fournir un nouveau Charles Martel.

2) Jeanne d’Arc otage de l’Extrême-droite

Le passé est une racine qui éclaire l’avenir. Et si nous voulons lutter contre l’extrême droite, il faut lui disputer l’amour de la patrie et nos racines chrétiennes. Jeanne est paysanne, lorraine, catholique, patriote, aimant son roi légitime et conchiant les Anglais. Elle est donc bien française et appartient à tous ceux qui ont du sang français dans leurs veines.  Elle ne doit plus être l’otage de l’extrême-droite. Si la République veut lutter contre l’extrême-droite, elle doit revenir aux héros qui ont fait la France et apprendre à tous les Français, d’où qu’ils viennent, des modèles incontestables d’une identité française, comme Jeanne d’Arc. Enfin, Jeanne était Lorraine, cette Lorraine pour laquelle les poilus se sont battus pendant quatre ans. Laisser Jeanne à l’extrême-droite c’est donc aussi leur laisser le sacrifice des soldats de 14-18. La pucelle d’Orléans nous offre l’occasion d’une grande réconciliation.

3) Louis XIV parrain d’un africain

Qui osera prétendre ne pas avoir été bouleversé par la grandeur de Versailles ? Louis XIV était un grand roi  et sous son règne la France était admirée et respectée parce que l’État était fort. L’histoire doit faire toute sa place à la complexité du passé, à ses ombres et à ses lumières. C’est à ce prix que nous pourrons cesser de nous culpabiliser. Il est vrai, et c’est bien dommage, que sous son règne des centaines de milliers d’esclaves africains ont été vendus dans nos colonies. Mais il faut rappeler que ces Africains furent surtout vendus par leurs chefs, même si ce n’est pas politiquement correct de le dire. Surtout, on oublie de préciser que Louis XIV fut aussi le parrain, car c’était un roi fort chrétien, du prince africain Aniaba qui s’était converti. Cette belle histoire montre, qu’avant la République, la France royale intégrait des Africains. Notre passé royal est une fierté qui illumine notre futur républicain.

4) Le mythe du bon sauvage

Les Lumières sont une belle et grande période de progrès européen, dont nous sommes les héritiers. Les philosophes des Lumières nous aident à comprendre et à aimer le monde d’aujourd’hui, comme Voltaire qui a écrit la pièce sur Le Fanatisme ou Mahomet le prophète. Mais l’histoire enseigne la complexité. Et tout n’est pas lumineux chez ces philosophes. Ainsi Voltaire a aussi écrit Candide qui est le début du funeste droit-de-l’hommisme dont le mythe du « bon sauvage » est un exemple flagrant. C’est une belle légende, mais il faut revenir à la réalité et défendre nos valeurs en rappelant que ces « bons sauvages » pratiquaient l’esclavage eux aussi. Mais ça les manuels scolaires d’aujourd’hui  n’en parlent pas. Celui qui connait son passé sait qu’il n’y a pas vraiment de bons sauvages mais qu’il y a assurément de bons Français.

5) Le drapeau tricolore, drapeau du Front national ?

C’est faux ! Il existait avant le Front national ! Il faut lutter contre le Front national en étant plus fier que lui de notre grande et belle histoire. Bleu-blanc-rouge sont plutôt de belles couleurs, celles de la révolution de 1789. Le drapeau tricolore associe le  blanc de la royauté et les couleurs de la ville de Paris. Paris est la capitale et le cœur de la France. Ce drapeau est aussi le drapeau de l’Empire, sanctifié par le sang des grognards qui ont apporté en chantant  les lumières armées contre les rois coalisés. C’est enfin, contre le diviseur drapeau rouge-sang, le drapeau de la République de 1848, consacré par Lamartine sur le parvis de l’hôtel de ville de Paris, capitale d’un Etat fort qui se construit depuis Clovis. Le drapeau tricolore n’est pas le drapeau du Front national mais celui de la République française. Il faut avoir le courage de le dire et même de le chanter.

6) L’esclavage des Chrétiens à Alger en 1830.

L’histoire est complexe. Durant des siècles les bien nommés barbaresques razzient les côtes européennes (depuis la bataille de Poitiers ce n’était heureusement plus possible par voie de terre) et transforment des chrétiens en esclaves. Les musulmans étaient aussi esclavagistes que les européens, sinon plus !  Pour arrêter ça, et parce que le dey d’Alger avait mis un vil coup d’éventail au représentant de la France, le roi Charles X décide de libérer les esclaves chrétiens et colonise l’Algérie. Mais cet épisode glorieux est aujourd’hui occulté. Au nom de la tolérance et de la haine de soi, on n’ose plus dire que frapper un représentant de la France est une preuve de barbarie. On ne peut plus dire non plus, à cause de la tyrannie de la « théorie du genre », que celui qui frappe avec un éventail est totalement efféminé, surtout si on le compare à la masse d’armes de Charles Martel, et qu’il invite donc à être pris. Et les partisans de la repentance refusent d’admettre que la conquête de l’Algérie était une colonisation humaniste et libératrice, qui a permis de libérer les esclaves chrétiens d’Afrique, prélude à l’abolition de 1848. C’est ce qu’on appelle « l’histoire à parts égales » : le roi et la République ont également contribué à la fin de l’esclavage dans le monde, n’en déplaise à Christiane Taubira.

7) La Commune de Paris une vaste supercherie.

L’histoire de la Commune est confisquée depuis longtemps par de pseudo-historiens idéologues qui vous expliquent, par exemple, que les communards ont bien fait d’incendier Paris. Ils vous répètent aussi que la Commune était à la fois socialiste, républicaine, universaliste, libertaire, patriote ! ! Voilà ce que donne la complexité de l’histoire lorsqu’elle est instrumentalisée par des idéologues pédago-trotskystes. Revenons aux faits qui sont le sang de l’Histoire : les Communards ont détruit en grande pompe la colonne Vendôme le 16 mai à 17 heures (soyons précis car la chronologie c’est le neurone de l’histoire). Or la Colonne Vendôme a été érigée en hommage à Napoléon Ier. Comment peut-on oser prétendre être républicain, patriote, socialiste et universaliste en traînant dans le fumier la statue d’un homme qui fut tout cela et plus encore ?!! On ne peut pas ! La Commune était donc une vaste supercherie.

8) Le poilu : victime ou patriote ?

L’école aime mettre en concurrence les victimes et faire larmoyer ses élèves. Les Français, baignant dans leur malaise identitaire, se flagellent et ne savent plus admirer leurs héros et aimer leur histoire. A l’heure de la commémoration de la Grande Guerre, il faut pourtant leur expliquer qu’il fut un temps où un homme savait se battre et que sa femme savait l’attendre. Sinon, comment comprendre la fleur au fusil et l’immense enthousiasme qui s’est emparé d’une nation toute entière tournée vers la défense de la civilisation contre la barbarie ? Ils étaient jeunes, et avaient eu des instituteurs attisant les braises de la blessure alsacienne et lorraine ; l’exact contraire de l’Education Nationale aujourd’hui qui  a même peur de donner des dates. Au début du siècle, on savait mourir pour sa patrie. Il serait temps de le rappeler et d’affirmer qu’on préfère encore nos poilus à leurs barbus.

9) Joffre, Foch, Pétain héros de 14-18 ?

Vous avez comme moi cherché en vain les noms des grands héros de la première guerre dans les manuels scolaires de vos enfants ? Exit Joffre, exit Foch, exit Pétain. Comme si la guerre pouvait se gagner sans commandement, sans chefs et sans autorité. La bataille de la Marne est-elle donc devenue une honte nationale ?  Et qui a signé l’armistice dans le wagon de Rethondes ? Enfin, Pétain doit-il payer à vie le prix de ses quelques errances de fin de vie ? On ne juge pas un homme sur quelques faits isolés, le véritable jugement est celui de l’histoire et de la postérité. Or, Pétain a été appelé à sauver la France en 1940 parce qu’il l’avait sauvée une première fois en 1917. A trop oublier ses anges gardiens, les Français sombrent dans l’aveuglement coupable ; car qui nous sauvera aujourd’hui ?

10) Mourir pour la patrie

Les hommes de 1914 ont abreuvé les tranchées de leur sang sacrificiel. Leurs descendants ont appris que nulle mort n’est plus glorieuse et souhaitable que celle qui s’obtient par l’honneur des combats pour la grandeur d’une cause sacrée : celle du sol, celle de sa patrie. C’est l’âme de la France qui était dans les tranchées et c’est elle encore qui se cache dans le maquis. Osons dire que la période de l’occupation était complexe, ni blanche, ni noire mais grise. Un pays occupé, un pays gouverné par un héros-bouclier fatigué mais piloté de Londres par la flamme de l’espoir. De Gaulle, le seul d’abord à n’avoir pas cru à la défaite possible d’une France qui avait tant montré sa capacité à renaître de ses cendres. De Gaulle qui sut réveiller le courage de nos compatriotes endoloris par la défaite. De Gaulle, le père de tous ces enfants fusillés pour leur courage. L’âme de la France était entière dans sa résistance face à l’ennemi. Où est-elle maintenant ? (dans le RAP des banlieues c’est ça ?)

11) 1954 Dien Bien Phu: PCF et CGT soit disant « défenseur de la liberté »

Oui la France a connu des défaites. Est-ce pour autant la faute de ses soldats ? Lorsqu’une partie des Français trahit et préfère la division nationale et l’allégeance à l’étranger plutôt que la loyauté patriotique, il ne faut pas s’étonner que certaines batailles se perdent. Depuis que le gouvernement français avait laissé partir De Gaulle, le régime parlementaire dévoilait toutes ses faiblesses. Le pouvoir était aux mains de partis politiques dont certains ne cachaient pas leurs visées subversives. Ainsi, le Parti Communiste et son avatar syndical la CGT qui prétendaient avoir versé du sang dans la résistance, avaient déserté la France et lui préféraient les sirènes staliniennes. Tandis que peu de forces auraient suffi à battre des troupes indigènes dociles et sous-équipées, les staliniens français ont préféré soutenir les staliniens vietnamiens, précipitant la défaite. L’ennemi n’était pas qu’en Indochine, il était aussi en France. Les leçons de l’histoire c’est aussi ça : se méfier de tous les ennemis intérieurs.

12) La duperie des Accords d’Evian

Ainsi par magie la guerre d’Algérie s’est-elle terminée le 19 mars 1962 nous disent les manuels politiquement corrects de l’éducation nationale. Et donc les terroristes du FLN seraient tranquillement rentrés dans leur casbah en se félicitant de la victoire autour d’un couscous ? Je souhaiterais pour ma part écrire l’histoire glorieuse des  victimes de cette guerre qui n’ont pas eu la chance de succomber avant mars. Quelques jours plus tard, le 26 mars, des Français d’Algérie, trahis par leur mère-patrie, sont assassinés par l’armée qu’ils avaient indéfectiblement soutenue jusque là. La France a tiré sur ses enfants. La guerre a continué encore des mois parce que le FLN avait mis l’Algérie à feu et à sang. La confusion régnait dans toutes les régions d’Algérie. Comment accorder la liberté du jour au lendemain à un peuple habitué à être protégé et chéri depuis 130 ans ? Le gouvernement a abandonné les siens, ces descendants de Français partis mettre en valeur des terres infertiles et sauvages, les courageux Harkis et même les très nombreux Français Musulmans d’Algérie effrayés par la cruauté du FLN et heureux de l’harmonie qu’ils avaient connue jusqu’à la funeste Toussaint rouge.

 13) Bigeard et la torture en Algérie

Le général Bigeard parlait de lui à la troisième personne. Seuls les très grands hommes peuvent prétendre à ce privilège. Héros de la décolonisation, il a rejoint les rangs des plus grands noms de notre histoire partagée avec les contrées lointaines : la lignée des Christophe Colomb, capitaine Cook, Brazzaville, les décriés Voulet et Chanoine ou encore Bugeaud. Bigeard connaissait les terroristes du FLN. Il savait qu’un peuple habitué à la brutalité ne comprend parfois que la brutalité. Que faire en effet contre ces fanatiques qui massacraient nos pères, leurs femmes et les enfants ? Bigeard a toujours eu la franchise et le courage d’assumer qu’il avait torturé en Algérie. Il n’a pas rejoint la lâche cohorte des repentants. En situation de guerre, on torture des deux côtés. C’est la règle. La colonisation a été un moment complexe. Ni noire, ni blanc mais gris comme le bitume de nos routes et les murs de nos écoles et de nos hôpitaux. La France doit-elle aujourd’hui rougir de sa dévotion à la civilisation ?

 Et maintenant…septembre 2014

Recensions  (presque) imaginaires du dernier livre de Dimitri Casali, L’Histoire de France. De l’ombre à la lumière, Flammarion, 2014

 le Figaro Magazine  

Il y a chez Dimitri Casali quelque chose du grognard, du conquistador ou du poilu. Avec ténacité, animé d’une belle furia francese, il s’escrime opiniâtrement contre « l’historiquement correct » qui domine sinistrement les mondes éditorial, médiatique, scolaire et universitaire. On ne peut que saluer ici le beau geste des vénérables éditions Flammarion. Panache de l’éditeur et panache de l’auteur qui, en quelques chapitres biens sentis, assène des vérités éclairantes. Il faut de tels Francs-tireurs de l’histoire pour révéler – enfin – certaines vérités taboues. Dimitri Casali montre avec vigueur comment Charles Martel puis Charles X retardent de plusieurs siècles le « grand remplacement ». Il réhabilite sans faux-semblants nos gloires militaires : Charles martel, Jeanne d’Arc, Joffre, Pétain, Bigeard. Il nous livre enfin d’exemplaires scènes de charité chrétienne, que ce soit à la cour du roi-soleil ou dans les dédales de la Casbah. Un beau livre donc qui ne s’encombre pas du paradigme des droits de l’homme, et, même si son républicanisme est parfois un peu appuyé, on attend avec gourmandise la prochaine livraison patriotique de l’ami Casali.

Atlantico

Les ayatollahs germano-pratins d’extrême gauche trouveront sans doute prétexte à boycotter la dernière et roborative livraison de Dimitri Casali. Ils lui feront sans doute un procès en sorcellerie parce qu’il ose parler de Poitiers et de Jeanne d’Arc, qui ont défendu la France en leur temps contre une mondialisation incontrôlée, et parce qu’il bouscule quelques certitudes sur l’histoire de la présence française en Algérie. Mais ce serait oublier que l’homme est inattaquable, puisqu’il s’affirme résolument, et non sans courage, comme un Républicain. Surtout, fort d’une longue expérience de professeur d’histoire-géographie en ZEP, il connaît la décrépitude de notre Ecole comme personne. Historien et enseignant, il a la rigueur que l’on souhaiterait trouver chez tous : chaque chapitre suit l’autre en une stricte chronologie qui n’alourdit nullement la lecture d’un ouvrage jubilatoire, truculent et bien troussé que les éditions Flammarion ont eu le cran d’éditer.  A lire pour qui veut comprendre la modernité du chevènementisme.

NDLR : 

Naturellement, nous nous sommes  demandé une énième fois si cela valait la peine de faire une publicité inutile à ces ouvrages qui, telle une lame de fonds, véhiculent une vision totalement faussée de l’enseignement de l’histoire en sus d’une idéologie nauséabonde. Le choix du mode humoristique est dicté par cette grosse fatigue face à ce marronnier qui n’a vocation qu’à fournir royalties et petite notoriété à son auteur.

Pour une analyse plus complète et sérieuse, lire les billets ci-dessous :

http://aggiornamento.hypotheses.org/1571

http://aggiornamento.hypotheses.org/1581

http://aggiornamento.hypotheses.org/994

http://aggiornamento.hypotheses.org/1039

http://www.leshistoriensdegarde.fr/quelle-histoire-se-cache-derriere-dimitri-casali/

 


4 réflexions au sujet de « L’Histoire de France. De l’ombre à la lumière (ou comment économiser 35 euros) »

  1. Sébastien Poublanc

    Bonjour,

    Je suis assez sceptique sur le contenu de votre billet.
    Alors que j’apprécie d’ordinaire la ferveur de votre engagement en faveur de l’histoire, je ne peux que m’interroger sur la portée de votre dernier texte dont on ne distingue pas au premier abord qu’il s’agit d’un pastiche, nuisant ainsi à la lisibilité du propos.
    Par ailleurs, même si la satire a du bon – et quelques passages sont fort bien troussés il est vrai ! – il me semble risqué de tirer à l’aveugle sur un ouvrage qui n’est pas encore sorti en librairie : ne serait-ce pas là prêter le flan à la critique des historiens de garde qui auront beau jeu de stigmatiser le collectif en caricaturant les prises de position du texte ?

    Quoi qu’il en soit, j’en profite aussi pour vous remercier du travail accompli sur ce carnet qui est un des plus féconds d’Hypothèses tout autant qu’un véritable manifeste en faveur de la discipline !

    Répondre
    1. aggiornamento Auteur de l’article

      Merci pour vos encouragements.
      Un addendum sous forme de NDLR a été ajouté en fin de texte pour préciser notre démarche.
      Laurence De Cock

      Répondre
    2. Éric Fournier

      Bonjour,
      A chaque nouvelle fournée casaliste, se pose la même question : en parler ou pas ? ou pas, notamment parce qu’il répète la même chose depuis plusieurs années (mais avec un effet de cliquet, chaque nouvelle livraison étant plus outrée que la précédente). C’est le constat de cette répétition qui nous a donné l’idée de ce papier.

      En fait ce pastiche se donne une fonction de dévoilements multiples :
      – dévoilement du procédé de répétition des ses précédents ouvrages – ce qui témoignage d’une faible considération pour ses lecteurs – et ce qui fait que nous pouvons anticiper le synopsis de chaque notice, anticiper plus que pasticher.
      – dévoilement des artifices rhétoriques inlassablement ressassés sur la complexité de l’histoire qui est « grise » ; de sa capacité à détourner des concepts historiographiques (ici nous avons pastiché le détournement historio de « l’histoire à parts égales » mais je vous suggère de voir dans mon CR de « l’histoire de France interdite » comment il utilise le « roman vrai » (P. Veyne) ou « l’histoire en miettes » (F. Dosse))
      – dévoilement enfin des horizons politiques d’ultra-droite qui irriguent ses publications de façons plus ou moins explicites (cf « l’histoire de France interdite »)

      Un pastiche ? à peine je le crains….
      Et comme ce papier a eu un certain succès je vais devoir me résoudre pour ma part à ne pas économiser 35 euros pour pouvoir comparer les deux versions.Wait and see

      Dans l’attente, je vous invite vraiment à regarder les liens sur les CR de ses précédents opus. C’est assez éclairant.

      Un dernier point qui n’engage que moi ici : je ne peux pas débattre avec Casali, on ne pratique pas le même sport, on ne parle pas la même langue.
      On ne débat pas avec Casali, on le démasque – ici par le rire.
      Bonne journée
      Eric Fournier

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *