« Il n’y a qu’un moyen d’abolir la guerre entre les peuples, c’est abolir la guerre économique (…) » (Jean Jaurès, 1895)

… Quelques réflexions sur le néolibéralisme et la démocratie. 

Jean JaurèsRédacteur : Patrick Blancodini

Plusieurs questions des programmes des classes de première et de terminale en histoire et en géographie exigent la maitrise de notions de base de l’économie et quelques repères en ce qui concerne l’évolution de la doctrine dominante qu’est le libéralisme. En première, en  histoire il s’agit du thème 1 : croissance économique, mondialisation et mutations des sociétés depuis le milieu du XIXème siècle, en géographie, le thème 4 : France et Europe dans le monde. En terminale, en histoire, le thème 2 : Idéologies et opinions en Europe de la fin du XIXe siècle à nos jours, la partie du thème 4 consacrée à la gouvernance économique mondiale depuis 1944 et en géographie, le thème 2 : Les dynamiques de la mondialisation nécessitent aussi une mise au point scientifique et un réflexion sur les enjeux du libéralisme puis du néolibéralisme.

On peut partir d’une question d’actualité : la négociation secrète que mène la Commission européenne avec les États-Unis sur un traité de libre-échange transatlantique (Transatlantic Free Trade Area, TAFTA) menace-t-elle la démocratie ? Il semblerait qu’avec ce traité toute décision politique (prise par une collectivité territoriale ou un gouvernement élus démocratiquement) pourrait être attaquée par une firme multi ou transnationale arguant d’un motif d’entrave au commerce. Ainsi, les entreprises américaines pourraient attaquer les normes européennes de protection sociale, de santé ou d’environnement. Pour les partisans de ce traité, sa ratification créerait la plus grande zone de libre-échange du monde ce qui engendrerait des gains de 0,5 à 1% de croissance annuelle pour l’Union européenne. Mais pour ses opposants, ce traité engagerait l’Union vers la voie de l’impuissance politique, la perte de souveraineté des peuples européens au profit des grandes entreprises. Or le libre-échange, renforcé par une dérégulation poussée depuis les trente dernières années, n’a pas rempli ses promesses, c’est le moins qu’on puisse dire : la croissance n’est ni stable ni soutenue, elle est même actuellement absente d’une grande partie de la zone euro. Bien au contraire, les crises se sont multipliées depuis trente ans, les inégalités ont explosé. Dans ce contexte, l’Union européenne continue de n’offrir comme perspective aux peuples européens que l’austérité. Le sentiment d’un déficit démocratique des institutions européennes s’est accentué. Ainsi se pose la question de la construction d’une Europe communautaire aux mains d’idéologues néolibéraux qui imposent leur dogme au détriment de la souveraineté des peuples. La démocratie est-elle soluble dans le néolibéralisme ?

Le néolibéralisme apparaît comme le dernier avatar du libéralisme. Il en est pourtant une transformation radicale. Le libéralisme repose sur le principe de liberté politique, morale et économique. La liberté économique a été définie par un ensemble de doctrines et théories développées sur plus de deux siècles. Au XVIIIe siècle, les Physiocrates prônaient déjà un « laissez-faire, laissez-passer » dans le domaine économique : c’est le libre-échange. A la fin du siècle, des philosophes et économistes (dit classiques) fondent le libéralisme. Adam Smith dans Recherches sur la nature et les causes de la richesse des nations (1776) assure que la liberté de choix, c’est-à-dire l’autonomie individuelle, permet une meilleure efficacité économique. Pour Adam Smith, le marché libre apparaît comme le mécanisme naturel de coordination des intérêts individuels. Une « main invisible » rend les marchés autorégulateurs et générateurs de l’harmonie sociale : le marché distribuerait efficacement les informations nécessaires aux agents économiques ainsi que les différentes ressources.  La poursuite par chacun de son intérêt individuel contribue ainsi à l’intérêt général. A contrario, l’État, par des interventions intempestives, ne peut que perturber le système d’équilibre obtenu par le marché. A la fin du XIXe siècle, les économistes néoclassiques comme Léon Walras confirment cette intuition en développant la théorie de l’équilibre général. L’État est ainsi renvoyé à des fonctions minimales : il doit se garder d’intervenir dans l’économie. Cette évolution de la pensée économique trahit Adam Smith qui était partisan d’intervention ciblée de l’État dans ses fonctions régaliennes, mais aussi dans le domaine de l’éducation, la construction d’infrastructures (trop coûteuses ou pas assez rentables pour le secteur privé), et même l’adoption de mesures protectionnistes (par exemple pour protéger l’industrie nationale contre une concurrence déloyale).

Dans la deuxième moitié du XXe siècle, le libéralisme connaît une révolution conceptuelle majeure, du fait d’économistes comme l’autrichien Friedrich Hayek. Dans La route de la servitude (1944), il affirme que « le libéralisme est basé sur la conviction que la concurrence est le meilleur moyen de guider les efforts individuels ». La concurrence entre agents économiques apparaît désormais comme un moteur essentiel de la recherche de profits et par conséquent de la croissance de la production. Le rôle néfaste de l’État dans la bonne marche de l’économie est réaffirmé avec plus vigueur. Par le poids des impôts, l’État nuit à l’épargne et donc à l’investissement des ménages et des entreprises (prolongeant ainsi l’intuition déjà développée par David Ricardo dans Des principes de l’économie politique et de l’impôt en 1817). La réduction des dépenses publiques devient par conséquent l’axe essentiel (presque une obsession) des économistes et des hommes politiques convaincus par ces thèses. De la même façon, la réduction de l’endettement public constitue la priorité absolue, dans la mesure où, à plus ou moins long terme, l’État endetté devra rembourser ses dettes et donc augmenter les impôts (ce qu’il faut à tout prix éviter). Pour les ménages, cela implique une baisse du pouvoir d’achat que seules des augmentations de salaires pourraient compenser : solution impossible à mettre en œuvre dans un monde ouvert où les salariés de tous les pays sont en concurrence directe et où les salaires sont tirés vers le bas. Pour les entreprises, l’augmentation des impôts contribue à faire baisser les profits : situation inenvisageable pour les Libéraux qui ont fait de la recherche du profit maximum le centre de leur doctrine. Friedrich Hayek fonde ainsi un nouveau libéralisme puisant ses sources dans les doctrines classiques et néoclassiques mais qui fait de la libéralisation complète des échanges internationaux et surtout du retrait de l’État de la vie économique et sociale, ses objectifs prioritaires : la dérégulation totale devient un enjeu. On est loin du libéralisme d’Adam Smith. Certes, le libéralisme présente d’importants contrastes à la fois diachroniques et synchroniques. Au fil du temps, il a eu plusieurs visages correspondant à différents stades de développement historique. Dans une même période, il existe aussi différents degrés simultanés d’ouverture de l’économie de marché en fonction des lieux, des pays, des cultures et des sociétés. Mais c’est l’évolution vers le néolibéralisme qui apparaît aux économistes hétérodoxes comme nuisible à la société et à la démocratie.

La démocratie se définit comme un régime politique dans lequel c’est le peuple qui exerce le pouvoir (à travers des représentants élus) : le gouvernement du peuple, par le peuple, pour le peuple. Définie à Athènes au Ve siècle avant Jésus-Christ, la démocratie ne se développe guère avant la fin de l’époque moderne. Les penseurs des Lumières, la Révolution française et les bouleversements institutionnels du début du XIXe siècle  contribuent à l’élaboration des concepts fondamentaux de la démocratie : droits, liberté, égalité, séparation des pouvoirs… Le libéralisme politique devient un des éléments constitutifs de la démocratie. A l’occasion d’un séjour aux EU en 1831-1832, Alexis de Tocqueville s’interroge sur la jeune démocratie américaine. Il analyse la société américaine dans De la démocratie en Amérique (1835) et en tire l’idée que la démocratie est un état social dominé par l’égalité des conditions et des droits : la loi est la même pour tous. Cette égalité des conditions permet à chacun d’accéder à une position sociale supérieure (il n’y a pas de transmission automatique du statut social d’une génération sur l’autre). La démocratie permet donc la mobilité sociale (une forme de méritocratie), uniformise les modes de vie en rendant les frontières entre les classes sociales moins étanches et tend donc à « moyenniser » la société, c’est à dire généraliser la classe moyenne. Mais Tocqueville constate que dans une société égalitaire, chacun est préoccupé, en premier lieu, par la préservation et l’amélioration de ses conditions matérielles. La volonté de réussite sociale et économique domine, au détriment de la participation à la chose publique. Le libéralisme économique encourage donc au repli de chacun sur sa sphère privée. L’individu s’en remet alors à des professionnels de la politique qui prennent les décisions à sa place. Ainsi s’épuise le politique et triomphe l’économique.

Le néolibéralisme est-il compatible avec la démocratie ? En quoi les évolutions économiques récentes qui engendrent et entérinent des inégalités sociales de plus en plus fortes constituent-elles un risque pour la démocratie ? En quoi les dogmes de l’économie néolibérale imposés aux peuples sans que ceux-ci aient vraiment été consultés menacent-ils l’équilibre des sociétés en les enfermant dans des choix économiques insoutenables socialement ?

 A rebours de la théorie économique classique et néo-classique des XIXet XXe siècles, l’histoire des faits économiques montre que le marché présente de nombreuses défaillances et que le libéralisme engendre des désastres économiques et sociaux récurrents : Grande Dépression de 1873 à 1896, crise de 29 et dépression des années 1930, crises des années 1970-80, e-krach de 2000, crise des subprimes de 2007… Surtout, chaque crise a des conséquences sur l’emploi contribuant à accroître à plus ou moins long terme les inégalités et la précarité des plus pauvres (ce qui paraît bien éloigné de l’harmonie sociale décrite par Adam Smith). Les dysfonctionnements du libéralisme apparaissent préjudiciables à l’ordre social et politique et à la démocratie en affaiblissant les plus faibles. Se pose donc la question des droits des travailleurs et celle de savoir quel est le degré d’inégalités acceptable dans une société démocratique. Or la réponse varie en fonction du temps, des lieux, des cultures : par exemple, le capitalisme anglo-saxon tolère un plus grand écart social que le capitalisme rhénan ou nordique. Avant même les excès du néolibéralisme, le libéralisme du  XIXe siècle est l’objet de vives attaques de penseurs et d’économistes hétérodoxes. Observant l’immense transformation de la société devenue industrielle, ces économistes mettent rapidement en doute la capacité du marché libre à créer les conditions d’une croissance équitablement répartie et à mettre en place des réformes permettant le progrès social. Ainsi, Jean-Charles Léonard de Sismondi (1773-1842) historien et économiste suisse, dans Nouveaux principes d’économie politique (1819) critique l’économie de marché dont le seul but est l’accumulation de profits pour une classe aisée. Selon lui, le développement économique s’appuie sur des inégalités qui se creusent entre riches et pauvres et donc sur le manque de sens moral du marché alors que l’économie devrait favoriser le bonheur humain et l’essor de la richesse des nations. En outre, le libéralisme ne résulte pas d’un choix libre de la majorité mais constitue un système imposé par une minorité à son profit. Un autre économiste, Charles Brook Dupont-White (1807-1878) s’oppose au libéralisme qu’il accuse aussi d’appauvrir les travailleurs. Dans Essai sur les relations du travail avec le capital, (1846), il décrit le travail comme une marchandise périssable que le travailleur vend au jour le jour. Il ne peut la stocker. Le contrat de travail est donc inégal car le travailleur n’a pas d’autre choix que d’accepter de travailler sous n’importe quelle condition (et notamment un faible salaire). Ainsi, le capitalisme en créant des conditions d’inégalité sociale risque, selon lui, d’engendrer à terme une révolution. L’État doit donc intervenir pour sauver le système en mettant en œuvre une politique d’assistance publique, de couverture des travailleurs contre les risques… Les premiers mouvements socialistes avec Saint-Simon ou utopistes avec Charles Fourier, Pierre-Joseph Proudhon, Robert Owen, au XIXe siècle, rencontrent un important écho. Mais c’est Karl Marx en construisant un socialisme scientifique qui mène la réflexion la plus approfondie et complexe. Selon lui, le mode de production capitaliste est au service d’une minorité : la bourgeoisie qui détient le capital et en retire la plus-value, un système d’exploitation de la force de travail des prolétaires. Il prône la destruction de l’ordre social et politique né de l’industrialisation du XIXe siècle et qu’il juge avilissant pour l’homme. Il préconise de remplacer la démocratie libérale installée par et pour la bourgeoisie par une vraie démocratie sociale dans laquelle le pouvoir appartient au prolétariat.

Mais les expériences du socialisme utopique ou scientifique n’ont pas donné les résultats escomptés en termes de résultats économiques et politiques et une nouvelle vague d’économistes va chercher à construire un système de troisième voie : ni néoclassique, ni marxiste.  Dans les années 1920, l’économiste britannique John Maynard Keynes dans La fin du laissez-faire (1924) fustige l’idée de « main invisible » car elle entraine une inaction des pouvoirs publics face aux crises et aux problèmes économiques récurrents : la révolte des laissés-pour-compte, la révolution ou le triomphe des pouvoirs politiques extrémistes constituent alors de sérieuses menaces pour les régimes démocratiques. Ils risquent d’être emportés par des coups de forces et remplacés par des régimes non démocratiques communistes ou fascistes dénoncés également par Keynes. Ainsi, le libéralisme économique pourrait engendrer la fin du libéralisme politique. De ce point de vue, l’histoire allemande de la première moitié du XXe siècle donne raison à Keynes. Pour ce dernier, dans les périodes de crises économiques, seules des interventions de l’État par des investissements publics, c’est-à-dire une politique de relance de la demande (par soutien de la consommation) et une régulation de l’économie peuvent sauver économie et société et par conséquent le système libéral lui-même (dans ses dimensions politique et économique). Dans une autre perspective, Karl Polanyi, dans La Grande Transformation (1944),  critique l’idéologie du capitalisme libéral et un certain « intégrisme du marché ». Pour Polanyi, la liberté est une valeur fondamentale mais le libéralisme économique pousse jusqu’à l’absurde la logique de liberté individuelle (jusqu’à renforcer de façon intolérable les inégalités). Il y a dans le libéralisme une « volonté de dépouiller absolument la couverture protectrice des sociétés » écrit l’auteur. Le marché ne peut donc pas être l’organisateur de nos sociétés. C’est à l’État de le contrôler et de redistribuer les richesses. Polanyi parle du besoin de « réencastrement » de l’économie libérale (et donc du marché) dans des régulations démocratiques comme cela s’est passé lors du New Deal aux États-Unis dans les années 1930 pour faire face à la dépression. Le libéralisme des années 1920 a engendré des dysfonctionnements monétaires et financiers qui ont gonflé une bulle spéculative insoutenable. Il a abouti au krach de Wall Street en octobre 1929. La lutte contre la dépression aurait nécessité des changements profonds de politique économique. Mais le mythe libéral de l’autorégulation du marché a empêché les réformes utiles. Ainsi, les choix politiques du président républicain Herbert Hoover ont approfondi les difficultés (ce qui a conduit en 1932 à l’élection de Franklin Delano Roosevelt à la présidence). Karl Polanyi montre ainsi que l’autorégulation des marchés est une illusion. L’auteur propose que la liberté économique soit subordonnée à la liberté politique. Si le marché est laissé libre, les déchirures sociales s’accentuent. Ceci risque de conduire à des explosions sociales et politiques, des révoltions fascistes ou  marxistes qui, l’une comme l’autre, mettront un terme à la démocratie (pour des raisons et sous des formes différentes). Pour Karl Polanyi, comme John Maynard Keynes, socialisme autoritaire et fascisme constituent des réponses à la crise de l’économie de marché (crises récurrentes et qui semblent inhérentes au capitalisme libéral). Un libéralisme non contenu par des règles imposées par des États fait donc le lit, à plus ou moins long terme, des régimes totalitaires. Cette analyse n’a pas perdu de sa pertinence : les tensions sociales qui apparaissent aujourd’hui en raison des politiques d’austérité en Europe font un peu partout le jeu de partis extrémistes et populistes.

 Le libéralisme a connu un processus évolutif qui a contribué à lui donner différents visages. Le stade actuel apparaît à certains auteurs comme étant celui qui constitue la menace la plus avérée pour la démocratie. Serge Audier dans Néo-libéralismes (2012) explore l’histoire de cette notion plurielle qu’est le libéralisme, sur laquelle se fondent les politiques conservatrices. Pour l’auteur, le néo-libéralisme est au libéralisme ce que le fanatisme est à la religion : un extrémisme, une perversion. Le néo-libéralisme représente, selon Serge Audier, un danger car il a une dimension idéologique « totalisante » : les élites libérales au pouvoir dans le monde entier mènent une propagande qui sature le discours public et influence les citoyens. Les théoriciens du néo-libéralisme, Milton Friedman, Ludwig von Mises, Walter Eucken, Maurice Allais… ont contribué à la diffusion de ce « laissez-faire absolu ». La politique économique menée au nom du néo-libéralisme accentue la privatisation et la dérégulation, c’est-à-dire la libéralisation du commerce, de la banque et de l’industrie (abandon des mesures de protection des marchés nationaux, des règles prudentielles, des protections des salariés par le droit du travail et mise en concurrence généralisée des producteurs, des consommateurs et des travailleurs). La notion de néolibéralisme est née lors d’un colloque de 1938 où étaient présents Walter Lippmann, Friedrich Hayek, Raymond Aron, Jacques Rueff… Mais ces idées ne se développeront réellement qu’à partir de la révolution libérale des années 1970-1980 issue de l’École de Chicago dont une des principales figures est Milton Friedman (1912- 2006). En effet,  dans cette période, les classes dirigeantes au Royaume-Uni et aux États-Unis mettent fin aux pratiques keynésiennes des Trente Glorieuses visant au plein emploi. Le soutien de la croissance passe jusqu’alors par une intervention importante de l’État dans les affaires économiques ainsi que par une redistribution conséquente des gains de productivité aux salariés (par des augmentation de salaires) : c’est ce que les économistes de la régulation comme Michel Aglietta ont appelé la croissance fordiste ou compromis fordiste qui a accompagné la forte croissance des années 1950-60. Pour faire face à la crise insolite et inattendue des années 1970, la révolution libérale cherche à inverser ces tendances en limitant, voire en supprimant les interventions de l’État. L’auteur voit dans cette révolution une réaction conservatrice, anti-solidaire, anti-démocratique et anti-écologique. On assiste en effet à un transfert de la propriété publique à la propriété privée c’est-à-dire du pouvoir des citoyens à des entités privées multinationales (l’auteur évoque un « dépeçage » des ressources publiques). Le néolibéralisme semble détruire toutes « les structures collectives capables de faire obstacle à la logique du marché pur ». Le problème est que l’anti-étatisme du néo-libéralisme en fait un quasi anarchisme qui se met lui-même en péril en se privant des structures de contrôle nécessaires à son propre fonctionnement : la liberté économique ne paraît pas pouvoir exister sans un certain cadre réglementaire minimum.

La mondialisation à la fin du XXe siècle dont une des composantes est la diffusion de l’économie libérale au monde entier et qui se traduit par une explosion des échanges et des flux commerciaux semble, selon les économistes libéraux, la source d’une croissance renouvelée et du développement économique de territoires émergeants. On peut remarquer ce développement économique s’affranchit de la liberté politique. Le rapide décollage de certains pays non-démocratiques qui sont devenus en quelques années des puissances industrielles suggère une nette dissociation entre régime politique démocratique et structures économiques intégrées dans la mondialisation libérale. Daniel Cohen dans son ouvrage, Homo economicus, prophète (égaré) des temps nouveaux (2012), s’interroge justement sur le rapport entre capitalisme et démocratie. Il constate d’abord que contrairement à ce que pensaient certains intellectuels occidentaux, l’économie libérale peut croître dans une société qui n’est pas démocratique. C’est le cas de la Chine qui, depuis 1989 (date de la répression des manifestations de la place Tienanmen) a connu un essor économique fulgurant et a pris une place de première importance dans la mondialisation. Ce pays s’est développé à une vitesse stupéfiante sans transparence politique ni ouverture démocratique. Deng Xiaoping, le dirigeant de la République populaire de Chine de 1978 à 1992, mène l’ouverture économique du pays en exhortant son peuple : « enrichissez-vous mais ne faites pas de politique ». Cette ouverture rapide à l’économie mondiale et à ses règles ne s’est pas faite sans dégâts collatéraux. Avec le libéralisme, ont triomphé, en Chine, le népotisme, le fait d’accorder des faveurs particulières à sa famille, et la corruption qui fait régulièrement la une de la presse chinoise. Pour l’écrivain chinois Yu Hua, La Chine en dix mots (2010), c’est justement le manque de démocratie qui a permis le développement de l’économie. Les expulsions violentes permettent de raser sans délai les terrains destinés à accueillir des entreprises industrielles. Le capitalisme chinois est autoritaire, mené par l’État et inspiré des valeurs asiatiques (le confucianisme notamment, comprend un respect traditionnel des normes sociales et de l’autorité). Ce modèle méprise l’individualisme et la liberté politique. La répression contre les revendications ouvrières limite les salaires ce qui rend plus compétitif le pays en termes de prix. Mais les dégâts environnementaux qui suscitent de plus en plus de réaction de la population et l’augmentation actuelle des rémunérations posent la question de la durabilité de ce modèle : si les coûts de production augmentent (pour des raisons sociales ou environnementales), les firmes transnationales n’auront plus d’intérêt à s’installer sur le territoire chinois. Bref, il apparaît que la mondialisation libérale s’accommode très bien d’autoritarisme et que la prospérité économique n’est pas une condition nécessaire ni suffisante pour garantir le passage à la démocratie. Les pétromonarchies du Golfe persique, des régimes très antidémocratiques sont infiniment riches et prospères. De même en 1991 quand l’URSS s’est effondrée, le modèle économique antérieur a été totalement remis en cause. Lorsque l’économie a été libéralisée de force selon les dogmes du consensus de Washington, cela n’a profité qu’à une élite politico-économique (les oligarques). L’établissement d’une démocratie complète et transparente a échoué : la liberté politique n’a pas accompagné l’avènement de la liberté économique.

Analysant la crise des subprimes de 2007-2008, de nombreux économistes ont démontré que le néolibéralisme conduit inévitablement à des impasses économiques, sociales et politiques. Dans Le prix de l’inégalité (2012), Joseph Stiglitz consacre un chapitre à « la démocratie en danger ». Le libéralisme actuel avec l’ouverture totale des marchés de biens et de capitaux bénéficie à 1% de la population la plus aisée, alors que les 99% autres subissent la mondialisation. Selon Stiglitz, cette dernière engendre de telles inégalités que les fondements de la démocratie sont minés (en limitant la souveraineté des États face aux marchés, en réduisant les possibilités de choix législatifs et fiscaux). Après la crise des subprimes, l’électeur moyen américain, écoeuré par la cupidité des financiers et le coût des pertes à sa charge, réclame des règles plus strictes pour encadrer les banques. Mais en fin de compte, la réforme de la réglementation bancaire mise en place en réaction à la crise apparaît, par la faiblesse des décisions effectivement adoptées, comme une victoire de la pensée néolibérale, et en définitive une victoire des banques qui avaient pourtant largement fauté. Cela montre aussi l’efficacité des groupes de pression capables d’infléchir les décisions gouvernementales. L’auteur s’interroge sur la passivité des peuples vis-à-vis de cette situation et pousse un cri d’alarme. Le système politique américain est faussé par l’influence des grandes fortunes. Le « 1% » modèle l’opinion publique et parvient à réaliser une sorte de « lavage de cerveaux ». Une propagande néolibérale entretient la faible prise de conscience des inégalités et l’idée que la mobilité sociale reste forte aux États-Unis.  Plusieurs études ont montré récemment que les citoyens américains ont une vision très optimiste de leur système économique (et en décalage par rapport aux réalités du pays : seuls 40% des Américains pensent que les inégalités ont crû dans les 10 dernières années alors qu’en réalité, elles ont explosé). Ces idées fausses ont un impact sur la politique économique du pays : le « 1% » parvient à orienter les choix politiques et les croyances de la population. En outre, le taux d’abstention aux États-Unis est élevé : le civisme baisse au fur et à mesure que se renforce l’individualisme. Pourquoi aller voter alors que sa propre voix ne compte plus ? Les électeurs qui se déplacent pour voter sont ceux qui estiment que le système politique fonctionne bien et que le système économique est efficace, les autres ne votent déjà plus (ils n’ont plus confiance ni dans l’économie, ni dans le politique) : les riches sont ravis de cette situation car la politique va pouvoir continuer à travailler pour eux. Le succès rencontré aux États-Unis par l’ouvrage de Thomas Piketty, Le capital au XXIe siècle, au printemps 2014 montre que les Américains commencent à se préoccuper de la question de l’accroissement des inégalités. L’auteur démontre, données économiques et historiques à l’appui, que l’enrichissement ne dépend pas du travail, ni des compétences, ni des talents mais de la possession d’un patrimoine c’est-à-dire un capital de départ hérité. Ainsi, les revenus du capital croissent plus vite que le PIB. Thomas Piketty propose donc l’institution d’un impôt mondial sur le capital pour éviter que les ultra-riches n’accaparent l’essentiel des richesses créées. L’ancien chef économiste de la Banque mondiale, professeur à l’Université de New-York, Branko Milanovic partage cette analyse : « une mondialisation sans redistribution nous mènera au chaos. » Les inégalités générées par le capitalisme financier néolibéral présente une menace pour le fonctionnement des démocraties. Les travaux de Branko Milanovic montrent que si une nouvelle classe moyenne mondiale a bel et bien émergé entre 1988 et 2008, dans le même temps, les classes moyennes et populaires des pays de l’OCDE ont beaucoup souffert : elles sont les laissés-pour-compte de la mondialisation. Aux États-Unis, la classe moyenne ne touche plus que 21% des revenus du pays contre 32% en 1979, soit une baisse d’un tiers. Ainsi, une partie de la classe moyenne a basculé dans la pauvreté. Il résulte un double risque : la ploutocratie et le populisme. Pour Milanovic, la ploutocratie est déjà à l’œuvre aux États-Unis : les plus riches dictent l’agenda politique, financent les partis et font voter des lois à leur profit (comme les baisses d’impôts). Un fossé s’est créé entre la majorité de la population et les plus riches qui influencent plus que jamais la politique. L’économiste parle de séparatisme social sans précédent que les Libéraux eux-mêmes n’avaient pas vu venir. Le populisme est surtout présent en Europe où, au lieu de s’attaquer aux structures économiques défaillantes et inégalitaires, des partis politiques nationalistes prennent comme boucs émissaires les étrangers ou toute forme de coopération supranationale.

 En Europe, la situation économique délétère depuis 2008 ébranle le modèle démocratique. L’Union européenne ne se remet pas vite de sa crise des dettes (couplée à une crise économique et sociale profonde due à l’effondrement des Subprimes). Cette situation est symptomatique de l’évolution inquiétante des orientations économiques de l’Union. Quand le premier ministre grec a proposé en novembre 2011 de soumettre à un référendum populaire le programme d’austérité pour faire face au surendettement de son pays, les banquiers et les dirigeants européens ont hurlé d’horreur. Le référendum n’a pas eu lieu : les marchés financiers ont pu soufflé. Cette capitulation devant les dirigeants franco-allemands (Nicolas Sarkozy et Angela Merkel coresponsables des mesures d’aides octroyées à la Grèce et des mesures d’austérité imposées en parallèle) constitue un déni de démocratie. Les objectifs des marchés consistent à promouvoir le bien-être des financiers et non celui des États ni des peuples (Joseph Stiglitz évoque un « diktat » des marchés financiers). En effet, la libre circulation des capitaux ne stimule pas la croissance (contrairement à ce que prétendent les économistes néolibéraux) mais aggrave l’instabilité financière. Le financement des États sur les marchés financiers depuis une quarantaine d’années rend les pouvoirs publics dépendants de capitaux internationaux très volatils et d’investisseurs qui, soucieux de hauts rendements, portent un regard critique sur les politiques sociales et économiques trop dispendieuses à leurs yeux. Le caractère irrationnel des marchés financiers décrits par de nombreux économistes, comme André Orléan dans L’Empire de la valeur (2011), et l’impact désastreux des prophéties autoréalisatrices des agences de notation (anticiper un fait comme un défaut de paiement peut précipiter sa réalisation) ont pour conséquence de faire varier les taux d’intérêt de façon  insoutenable pour certains États (en 2011, la Grèce empruntait à 10 ans à des taux supérieurs à 10%, l’Espagne 5%, l’Allemagne 3%) les privant des ressources budgétaires nécessaires à l’activité économique et au bien-être de la population.  De plus, le coût pour la société des excès du système financier (comme la spéculation) excède de beaucoup les bénéficies sociaux qu’il engendre (comme les quelques emplois créés). En outre, l’OMC prône actuellement un accord sur les services financiers instaurant la liberté d’installation des banques étrangères dans n’importe quel pays et la limitation des règlementations nationales. La réduction de la fiscalité est un enjeu pour la finance et les entreprises : s’engage alors une course à l’impôt le plus faible en faisant jouer la concurrence fiscale (avec à la clé des menaces de délocalisations si les impôts sont trop lourds). Or, seule la fiscalité permet de lutter contre les inégalités par la redistribution : le dumping fiscal affaiblit les États et notamment leur mission sociale de redistribution. Dans ces circonstances, la démocratie et la mondialisation libérale sans entrave ne paraissent que peu compatibles.

La présence de gouvernements technocratiques non issus d’élections démocratiques à la tête de gouvernements européens comme celui de Mario Monti en Italie entre novembre 2011 et décembre 2012 prouve que l’économique a supplanté le politique. Les Économistes atterrés, dans L’Europe mal-traitée (2012), ouvrage coordonné par Benjamin Coriat, Thomas Coutrot, Dany Lang et Henri Sterdyniak, s’en prennent au TSCG (traité pour la stabilité, la coordination et la gouvernance ratifié en mars 2012). Considéré par les auteurs comme l’acte III de l’histoire de l’euro après les traités de Maastricht et de Lisbonne, le TSCG est accusé de radicaliser les principes néolibéraux qui ont présidé à la construction de l’Union européenne et de l’euro depuis leurs débuts. « L’essence même du traité sur la stabilité, la coordination et la gouvernance (TSCG) est de faire reculer encore le peu de démocratie qui restait dans l’Union européenne. » Les Économistes atterrés dénoncent un traité qui « vise à amoindrir ou abolir le pouvoir des représentants élus du peuple européen ». François Hollande, lors de la campagne présidentielle, avait fait de la renégociation de ce traité, une promesse… rapidement oubliée puisque le traité a été ratifié tel quel par les gouvernements des États de la zone euro. Deux années plus tard, le 13 mars 2014, le jeune chef du gouvernement italien Matteo Renzi qualifie le pacte de stabilité des pays membres de la zone euro de « pacte de stupidité ».

Les Économistes atterrés voient dans les choix économiques de l’Union européenne le triomphe de l’ordo-libéralisme allemand, la variante  germanique du néolibéralisme, née après la Deuxième Guerre mondiale et qui repose sur l’idée que c’est à l’État de mettre en place et de maintenir un cadre institutionnel et juridique contraignant permettant à l’économie de marché de fonctionner (la doctrine ordo-libérale accorde plus d’importance à l’État que la doctrine néolibérale). Le traité en installant la règle d’or budgétaire et en paralysant les politiques nationales (obligation de maintenir les budgets en équilibre avec un déficit structurel ne dépassant pas 0,5% du PIB) risque d’installer aussi une austérité perpétuelle. Les auteurs pensent que « la machine à désendetter va accroitre l’endettement » en plongeant durablement l’Europe dans la récession. Le traité prévoit une assistance financière pour les pays fortement endettés. En réalité, l’octroi d’une aide financière passe par le MES (mécanisme européen de stabilité) organisme chargé de prêter de l’argent aux États qui rencontrent des difficultés pour emprunter sur les marchés (à cause de taux trop élevés). Cette aide est soumise à une forte conditionnalité : chaque pays qui demande assistance auprès du MES sera contraint de prendre des mesures drastiques de baisse des dépenses publiques (restriction des prestations sociales, baisse des coûts des retraites, réduction du nombre de fonctionnaires et de leur salaire…) Tout aussi grave pour les auteurs, le traité doit confier à des technocrates européens, qui n’ont pas de comptes à rendre aux citoyens de l’Union, le soin de déterminer quelle est la part de déficit conjoncturel accepté et de sanctionner les États qui dépensent trop. Au lieu de développer l’État-providence nécessaire à la redistribution (les gagnants partageant leurs bénéfices avec les perdants), l’Union européenne encourage l’austérité et la concurrence fiscale qui conduit à la réduction des taux d’imposition. La doxa néolibérale européenne entend ainsi retirer aux gouvernements élus démocratiquement par les peuples, toute marge de manœuvre en ce qui concerne la politique budgétaire. Bref, pour les auteurs, le TSCG signe l’effondrement de la démocratie en Europe.

Mais le pire n’est jamais certain. En effet, le sursaut démocratique islandais face à la crise, cas développé avec précision dans 20 ans d’aveuglément, l’Europe au bord du gouffre, autre ouvrage collectif des Économistes atterrés en 2011, ouvre des perspectives d’espoir. La crise financière a mis en faillite en 2008 les trois principales banques du pays après que celles-ci ont connu une croissance spectaculaire initiée par une profonde dérégulation et une intégration incontrôlée dans les réseaux mondiaux de la finance. Les banques en défaut de paiement se sont retournées opportunément vers l’État islandais pour éponger leurs dettes (c’est-à-dire que la population s’est vue contrainte de payer pour les péripéties et l’incurie des banques). Par référendum, les Islandais ont rejeté à 93% le plan de remboursement des dettes contractées par les banques du pays auprès d’actionnaires britanniques et hollandais. Ainsi ont-ils exprimé leur colère à l’égard de leur classe politique corrompue et des financiers qu’ils jugent responsables de la crise dans laquelle le pays a sombré. L’irruption du peuple islandais sur la scène politique s’est traduite par des résultats très significatifs : une renégociation bien plus favorable des termes du remboursement a empêché l’asphyxie économique du pays (rééchelonnement de la dette, taux d’intérêt plus bas…). Surtout les créanciers des banques ont été contraints d’assumer une partie importante des risques qu’ils avaient courus. La mobilisation du peuple islandais a donc modifié la donne économique néolibérale.

 En creusant des inégalités de plus en plus fortes entre les plus riches et les plus pauvres, en redonnant de la vigueur à l’intuition de Karl Marx qui pensait que la classe moyenne tendrait inexorablement à disparaître au profit majoritairement du prolétariat et minoritairement de la bourgeoisie, en imposant l’idée qu’il n’y a pas d’alternative aux mesures libérales (le fameux « there is no alternative » TINA de Margaret Thatcher de 1979), le néolibéralisme est devenu une sévère menace à la démocratie et à l’équilibre des sociétés. « Par notre inertie, nous enlevons au monde son visage humain », écrivait le philosophe Alain. En abandonnant le monde à une pensée économique unique, un risque de déshumanisation des sociétés plane sur le monde. La crise économique et la crise de l’euro ont d’ores et déjà été fatales à plusieurs gouvernements européens mais les mesures de redressement nécessaire de l’économie aussi bien au niveau européen qu’au niveau mondial (comme une véritable lutte contre les paradis fiscaux) n’ont toujours pas été prises. Le sursaut démocratique et social des citoyens reste toujours une option possible comme cela a été le cas dans les années 1930 aux EU avec le New Deal du président Roosevelt. Aujourd’hui plus que jamais, la sentence inquiétante de Jean Jaurès se fait entendre  : « Messieurs, il n’y a qu’un moyen d’abolir la guerre entre les peuples, c’est abolir la guerre économique, le désordre de la société présente, c’est de substituer à la lutte universelle pour la vie — qui aboutit à la lutte universelle sur les champs de bataille — un régime de concorde sociale et d’unité (…) »

C’est peut-être aux citoyens des États de prendre en main leur destin, avant qu’il ne soit trop tard !

NDLR : à propos de la citation généralement attribuée à Jaurès :

On retrouve sur Gallica différentes versions de la même phrase au lendemain même du discours de Jaurès, lequel date du 7 mars 1895 :

– « Toujours votre société violente et chaotique, même quand elle veut la paix, même quand elle est à l’état d’apparent repos, porte en elle la guerre, comme une nuée dormante porte l’orage. » Journal officiel, 8 mars 1895.

– « Cette société qui se dit pacifique porte la guerre comme la nuée dormante porte l’orage ! » Le Figaro, 8 mars 1895 ; Le Temps, 9 mars 1895.

– « C’est la société capitaliste qui porte la guerre comme la nuée dormante porte l’orage. » Le XIXe siècle, 9 mars 1895.

Elle est citée dans sa forme classique par le Populaire du 5 décembre 1918 : « Le capitalisme porte en lui la guerre comme la nuée porte l’orage. »

Quoi qu’il en soit, le capitalisme tel que le voit Jaurès est précisément décrit dans les paragraphes précédents et il est désigné de façon explicite dans la suite du discours :

– « Et alors, comment voulez-vous que la guerre entre les peuples ne soit pas tous les jours sur le point d’éclater ? Comment voulez-vous qu’elle ne soit pas toujours possible, lorsque dans nos sociétés livrées au désordre infini de la concurrence, aux antagonismes de classes et à ces luttes politiques qui ne sont bien souvent que le déguisement des luttes sociales, la vie humaine elle-même en son fond n’est que guerre et combat ? » Journal officiel, 8 mars 1895.

– « Et si nous combattons, si nous poursuivons le capitalisme, c’est parce qu’il donne à l’homme prise sur l’homme […] ». Journal officiel, 8 mars 1895.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *