Le DNB 2014, notre première réaction

Pour bien terminer ton année, nous te proposons de comparer les deux documents ci-dessous et d’en tirer les conclusions que tu veux. 

Le premier document est le préambule des programmes de collège. Il explique à quoi sert l’histoire-géographie-éducation civique. Il présente le bilan de toute la scolarité de collège. 

Le seconde document est le sujet de l’épreuve dite « Diplôme National du Brevet », premier examen national de la scolarité obligatoire, en fin de collège, qui contribue à évaluer les acquis présentés dans le document 1. 

1) Ici les documents officiels : BOEN n°6, 28 août 2008

5

2) Ici le sujet du DNB 2014

dnb_juin_2014_hgec_serie_generale_metropole-2

 

Pour le reste, on avait déjà tout dit ici ; puis ici et surtout

 

 


4 réflexions au sujet de « Le DNB 2014, notre première réaction »

  1. Bertos

    Presque d’accord avec le commentaire précédent… Sauf la partie « pas si catastrophique que cela ». J’ai passé ma journée à pester contre ce sujet minable. Je pense honnêtement que si je l’avais donné à un bon élève de 4ème il aurait eu la moyenne sans même avoir fait le programme. Alors qu’on s’entende bien: je suis très heureux que les élèves aient de bonnes notes. Mais je ne vois pas à quel moment nous les auront réellement fait progresser dans leur vie de citoyens.

    Répondre
    1. Kleszewski

      Je pense que les professeurs des écoles et les professeurs de collège font progresser les gamins dans leur vie de citoyens tous les jours, à chaque heure de cours. Le DNB n’est pas une fin en soi, encore moins aujourd’hui qu’avant. Si je ne crois pas viscéralement à cela, il faut que je démissionne sur le champ.

      Quant au sujet, on peut le trouver minable dans l’absolu ou un peu meilleur que par le passé dans les circonstances bien précises de ce type d’évaluation finale. Pour moi, la mouture actuelle du DNB en HG, frustrante et inadaptée aux nouvelles formes de notre discipline, ne pourra guère produire de sujets plus satisfaisants que celui-là. Une majorité de collègues l’a jugé faible du point de vue didactique et peu ambitieux. Elle a raison. A mon sens, on a peut-être atteint vendredi une acmé et l’avenir nous conduira sans doute vers de plus grandes déceptions. Dans ces conditions, pourquoi continuer à évaluer les 3e avec une telle formule ?

      Répondre
  2. Pépita

    Après mes 7h de correction du BNB (45 copies), je suis en accord total avec le message précédent. Sur le point de savoir si les « bons » ne vont pas se laisser endormir par des questions si basiques, je réponds : hélas,si, mais ils obtiennent pourtant presque tous les points grâce aux consignes de correction toujours plus attentionnées. Par ex : si on a mis le max en histoire, on ventile les points de rab en géo ou ec !!!
    Mais en effet, il n’y a presque pas eu de mauvaise note (ma moyenne : 28,5/40, d’autres ont eu 30/40 !!)ce qui permet de donner son brevet à chacun.
    Conclusion : en aucun cas le brevet ne peut être l’objectif de l’année de 3ème (ou des 9 années d’HG primaire-collège). Ce n’est qu’un repère pour dire si l’élève a un niveau basique ou non.

    Répondre
  3. Kleszewski

    Quel constat peut-on faire devant ce sujet ? En vrac :

    -moins catastrophique qu’attendu, plus cohérent dans l’articulation de ses questions, notamment au sein des études de documents et des questions de cours en éducation civique, qui filent les thèmes du premier chapitre de l’année avec honnêteté ; l’effet « lessiveuse de connaissances » en est un peu estompé.

    -plus loyal envers les élèves et les enseignants car plus conforme à ce que l’Institution est en droit de demander aux troisièmes à l’examen (respect des préconisations EDUSCOL, pas de questions pièges ou trop pointues, de repères casse-gueule, de sujets de fin de programme) ;

    -plus ouvert à tous les niveaux : les bons élèves peuvent briller dans les rédactions longues, les élèves plus limités grappilleront l’essentiel de leurs points dans les réponses simples et courtes ;

    -guère audacieux avec l’éternel retour de la Première Guerre mondiale et cette fascination curieuse pour le pouvoir militaire du Président de la République et son rayonnement diplomatique (antienne des derniers sujets « ancienne manière » et de certains sujets « nouvelle mouture » du printemps 2014) ;

    Sur le très court terme, le professeur peut se sentir soulagé au moment de penser à la réussite de ses élèves, surtout si le niveau de ces derniers n’est guère fameux. Ce sujet n’est pas inaccessible aux « moyens-faibles » et permet aux bons de montrer ce qu’ils savent faire, à condition qu’ils ne se soient pas laissés endormir par l’apparente facilité de certaines questions (grosse crainte d’une avalanche de poncifs sans chiffres, dates ou mots de vocabulaire dans le développement écrit concernant les gueules cassées).

    Sur un plus long terme (l’avenir de l’Histoire – Géographie au DNB), le doute persiste plus que jamais.

    -peut-on parler d’un véritable travail de critique documentaire (critique poussée que nous réalisons en classe ou à l’oral d’Histoire des arts) avec ces questions (trois !) concernant la nature de la photographie des mutilés de guerre, dignes d’un début de 6e ?

    -peut-on parler de tâche cartographique lorsque l’on demande aux candidats de placer une flèche et de remplir une seule ligne de légende ? Cela est-il représentatif du gros travail que nombre de collègues réalisent à longueur d’année ? La réflexion géographique par le croquis et la carte (outils qui permettent à certains élèves en difficulté devant l’écrit de briller malgré tout dans notre matière) ne mérite-t-elle pas un traitement plus ambitieux dans le cadre d’une évaluation terminale ?

    -peut-on d’ailleurs parler de véritable réflexion géographique lorsqu’à une carte ou un paysage (visuel ou littéraire), on préfère un texte scientifique purement informatif (certes très bien choisi) dans lequel on ne demande à l’élève de réaliser qu’un simple prélèvement de données sans analyse suivie ? Relever un groupe de mot vaut un peu mieux que relever un chiffre dans un tableau inepte et indigeste, mais est-ce vraiment de la géographie ? Pour ceux qui confrontent leurs élèves à des images, des représentations cartographiques, des représentations artistiques et littéraires de l’espace, voire à l’espace lui-même (notamment dans le cadre d’une géographie prospective de plus en lus en vogue), cet exercice est risible.

    -n’a-t-on pas abdiqué devant une certaine exigence en matière de rédaction et d’argumentation ? Un signe ? L’absence de copies supplémentaires dans les salles d’examen afin, sans doute, de forcer les candidats à limiter leur développement au strict cadre de rédaction imprimé sur l’énoncé. Soucis d’équité entre les élèves dira l’Institution. Volonté d’abaisser les meilleurs au niveau des plus faibles diront les enseignants les plus en colère. Économie de papier dirons les pragmatiques et les cyniques.

    A l’évidence, d’autres critiques seraient envisageables. Elles montreraient que cette évaluation finale n’est pas représentative de neuf ans d’apprentissage du raisonnement historique et géographique dans le cycle scolaire obligatoire. Elles montreraient que ces vingt questions ne reflètent en rien l’infinie diversité des situations d’apprentissage évaluées depuis neuf ans dans nos disciplines. Le collège n’est plus le petit lycée ou une « classe préparatoire » au lycée. La préparation au baccalauréat général et à ses « épreuves reine » (entre autres, la belle dissertation à la Française) n’est plus une priorité. On peut le déplorer, on peut s’en réjouir mais c’est ainsi. Au vrai, le primat de l’écrit en matière d’argumentation et d’analyse s’amoindrit avec le temps, au profit d’autres formes d’expression (le dessin, la carte, le croquis, la carte heuristique, toutes les formes d’expression numérique, toutes les formes d’interrogation orale). Cette richesse didactique, cette variété des formes de réussite destinées à des élèves de plus en plus divers rendent le maintien d’une épreuve finale de cette nature (en gros, de la rédaction écrite pour tous les types d’élèves, pas trop élaborée mais un peu tout de même, et sur-découpée en terme d’articulation du raisonnement) hautement problématique. Autant la supprimer et basculer toute notre évaluation DNB dans le contrôle continu.

    Au final, ce sujet me laisse insatisfait, en débat avec moi-même et un rien désabusé.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *